Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Quatrième partie. Guerres

La guerre de 14-18 et les représentations du féminin et du masculin en Bretagne

Didier Guyvarc’h

Texte intégral

« Les hommes ont repris leur place à la maison et dans les champs, un peu surpris des changements intervenus ici et là [...]. Ceux dont la femme a eu la charge de tout pendant quatre ans ont plus de mal à reprendre le train d’avant. Il leur faut s'imposer de nouveau à leur place. Et la femme a pris de telles habitudes, a tellement peiné nuit et jour qu'elle abandonne difficilement ses prérogatives. Quelques héros couverts de médailles n'arriveront plus jamais à commander. Il est vrai que nous avons des femmes fortes, c'est bien connu ».
Pierre Jakez Hélias, Le cheval d'orgueil. Mémoires d'un breton du pays bigouden, Plon, 1975, p. 64.

« La guerre qui exalte les valeurs viriles et opère une séparation radicale des hommes et des femmes ne me paraît pas favorable à une évolution des rôles sexuels ».
Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Stock, 1986, p. 299.

1Cette divergence d'appréciation quant au rôle de 14-18 sur l'évolution de la condition féminine, et donc du rapport entre les sexes, témoigne des remises en cause et des progrès de l'historiographie. Elle illustre aussi l'écart entre la mémoire qui utilise le passé et l'histoire qui cherche à le comprendre.

  • 1 Anne Kerhuel, « Les Bretonnes avaient de l'avance » dans Le Monde, 30 novembre 1978, p. 4 : « la f (...)

2En 1975, le mémorialiste Pierre Jakez Hélias reconstruit un monde perdu alors que la cause des femmes et le renouveau régionaliste s'affirment. Il est d'ailleurs remarquable que dans les années 1970 et 1980 plusieurs auteurs s'efforcent de montrer une « avance » des Bretonnes dans des écrits qui mettent en exergue les spécificités régionales1 Cette double interrogation sur les rapports entre la mémoire et l'histoire, entre l'évolution générale et l'évolution régionale, sous-tend cette étude sur le rôle de la guerre de 14- 18 dans les représentations du genre en Bretagne et à propos de la Bretagne. C'est à partir de supports iconographiques et de discours porteurs des stéréotypes les plus courants que je tenterai d'analyser les représentations du masculin et du féminin concernant la Bretagne avant, pendant et après la Grande Guerre.

La Bretagne d'avant 1914,
des représentations féminines dominantes

  • 2 Daniel Imbert, « L'Hôtel de Ville de Paris : genèse républicaine d'un grand décor », dans Le triom (...)
  • 3 Philippe Le Stum, « La Bretagne dans l'affiche touristique. 1880-1935 », dans Cahiers de l'Iroise, (...)

3En 1888, le conseil municipal de Paris lance un concours pour la décoration de l'Hôtel de Ville. Pour la salle des fêtes, des scènes allégoriques sont imposées. Le peintre François Ehrmann propose, parmi d'autres esquisses, une représentation de la Bretagne sous la forme d'une femme en coiffe tenant un gouvernail. Son projet est retenu et fait l'objet d'une commande en 18912. Cette image est emblématique d'une certaine perception de la Bretagne qui donne à la femme une place centrale. Elle prend appui sur la survalorisation de la Basse-Bretagne3 et le rôle attribué aux femmes de marins. En 1907, Camille Vallaux écrit dans un livre de géographie :

  • 4 Camille Vallaux, La Basse-Bretagne. Étude de géographie humaine, Éd. Cornély et Cie, 1907, p. 71.

« Dans la maison du marin, la femme gouverne. Il ne peut en être autrement car le marin-paysan possède à terre des intérêts qu'il ne peut surveiller lui-même. Sa maison, sa vache, son champ de choux et de pommes de terre réclament des soins aussi importants que ceux de la barque et du filet. La femme bénéficie de la direction économique qui lui est conférée ; aux nombreuses absences de son mari, elle doit aussi une liberté d'allure, un quant à soi très accentué. Cette domination de la femme se vérifie aisément dans les districts où les marins font nombre [...]. D'économique, la domination de la femme dans la maison du pêcheur devient morale par une transition naturelle. La femme compte par ses conseils autant que par ses travaux. Rien ne se fait sans elle, tout se fait par elle4 ».

  • 5 L'Illustration. 24 août 1904, n° 3052, p. 129.
  • 6 Ibidem, 11 août 1906, n° 3311, p. 91.

4Cette focalisation sur la place de la femme, par les observateurs de la Bretagne à la Belle Époque, est confirmée par l'étude de L'Illustration. De 1900 à 1914 cette revue, destinée à un lectorat français aisé, publie 77 documents iconographiques concernant la Bretagne. Sur 69 d'entre eux des femmes sont figurées, très souvent sans les hommes. Dans 64 cas, elles portent un costume traditionnel. La répartition thématique dessine les contours d'un système de représentations. Les photographies et les dessins de femmes participant à des pardons dominent (17 occurrences) et sont récurrents (1901, 1905, 1911, 1914). La revue voit dans cette pratique religieuse un témoignage d'archaïsme : « Il [le pardon] reste au début du xxe siècle en pleine activité de civilisation, l'évocation la plus étonnante des âges disparus [...]. Tout concourt à lui donner ce caractère de flagrant anachronisme5 ». Le second thème le plus représenté est celui de la défense de l'Église catholique par les femmes contre l'État laïque : lutte contre l'expulsion des congrégations en 1902 (11 documents), contre les inventaires en 1906 et 1907 (2). La Bretonne incarne ainsi, dans son apparence et dans ses actes, la gardienne des traditions et de la foi. On peut noter que, quand L'Illustration propose des images de femmes en Bretagne échappant à ce registre convenu, elle met en scène des Parisiennes, par exemple à Dinard en 1906 à « l'heure du bain6 ».

  • 7 Jean-François Botrel, « La Paimpolaise : histoire d'une chanson (1895-1995) », dans Le Pays de Din (...)

5Les deux stéréotypes féminins les plus connus avant 1914 participent aussi de ce système de représentations. En 1895, Théodore Botrel compose La Paimpolaise en empruntant largement à Pêcheur d'Islande de Pierre Loti. La chanson connaît un succès très rapide à Paris, puis en Bretagne même où « il semble bien s'être produit une forme d'adhésion identitaire7 ». La femme « qui attend au pays breton » incarne la fidélité à l'homme mais aussi au pays et à la religion. Cette fonction de la femme qui reste, La Paimpolaise, est aussi largement celle de la femme qui part, Bécassine. En créant en 1905 pour les jeunes lectrices de La Semaine de Suzette le personnage de la petite « bonne à tout faire » bretonne placée à Paris, Jacqueline Rivière et Joseph Porphyre Pinchon cherchent à faire rire leur public enfantin des maladresses et des bévues commises par Bécassine. Mais ses Aventures sont aussi le reflet de conceptions du monde. Domestique fidèle de la marquise de Grand Air dans le faubourg Saint-Germain, la Bretonne est le faire-valoir d'un monde dominé par le conservatisme social dont les valeurs sont l'ordre, l'économie, le travail et la religion. Nigaude sûrement, mais sympathique aussi, elle sert à promouvoir ce système de références auquel elle adhère.

6À la veille de la Première Guerre mondiale, les clichés et les stéréotypes les plus communs sur la Bretagne sont largement féminins. La femme est souvent représentée comme celle qui tient le foyer, garde le cap ou tient la barre ; cette première image n'en fait pas pour autant un agent de la modernité car elle est représentée, aussi et surtout, comme la gardienne d'un monde traditionnel dominé par la religion ou les superstitions.

Pendant la guerre, une nationalisation des images du genre

7La guerre change la répartition et la fonction des images proposées au lecteur par une presse qui participe à la mobilisation générale. L'Illustration consacre six articles à la Bretagne entre 1914 et 1918. Tous ont un objet militaire, et seuls des hommes figurent dans l'iconographie qui les illustre. Mais les hommes ne sont pas représentés dans leur seule activité guerrière. Leur fonction symbolique s'élargit, supplée celle des femmes restées à l'arrière. Ainsi, en juin 1915, la photographie de fusiliers-marins embellissant une tombe dans le cimetière de Nieuport est présentée comme un transfert d'une activité féminine :

  • 8 L'Illustration, 26 juin 1915, n° 3773, p. 651.

« Nos héroïques Fusiliers-marins apportent dans les Flandres ce culte des tombes qu'ils entretiennent si fidèlement dans leur Bretagne. Comme leurs mères seraient allées chercher pour eux de beaux coquillages à aligner sur leur tombeau, ils ont trouvé dans les ruines des maisons bombardées de Nieuport des carreaux de faïence avec lesquels ils composent une croix8 ».

  • 9 Ibidem, 3 juillet 1915, n° 3774, p. 1.
  • 10 Ibidem, 26 août 1916, n° 3834 pour Mathurin Méheut, 5 mai 1917, n° 3879 pour Jean-Julien Lemordant

8Les hommes en guerre deviennent les représentants de l'identité et du talent régional tels ces soldats jouant de la bombarde et du biniou9 ou les peintres combattants Mathurin Méheut et Jean-Julien Lemordant mis en avant dans L'Illustration10.

9Les stéréotypes féminins d'avant-guerre sont mis au service de la nation défendue par les hommes. Théodore Botrel, engagé volontaire devenu « chansonnier des armées », adapte la version de La Paimpolaise aux circonstances. En 1917, la librairie Larousse publie dans une collection pour la jeunesse les Refrains de guerre de Botrel. La version, réputée improvisée en mars 1917, transforme le pêcheur mélancolique en protecteur viril de la femme restée au pays :

« Mais soudain voici que la Guerre
Nous appelant tous au combat
"Le marin pêcheur" de naguère
Devient "un col bleu" de l'État
Et le pauvre gâs

Carte postale patriotique inspirée par le recueil de Botrel Autour des lits clos.
La guerre virilise l’homme et rend le militaire plus séduisant.

Page de garde de Bécassine chez les Alliés, 1918.
Bécassine terrasse le « boche » mais seulement par hasard et le temps du tournage d'un film.

  • 11 Refrains de guerre de Botrel le chansonnier des armées, Librairie Larousse, 1917, p. 11.

Soupire tout bas :
Je serais bien mieux
Devant un joli feu d'ajonc
Mais je défends la
Paimpolaise
Qui m'attend au pays breton11 ».

10Une étape supplémentaire est franchie dans une autre version qui masculinise le titre de la chanson et dans laquelle le héros place son amour de la France au-dessus de celui de sa Paimpolaise :

  • 12 Théodore Botrel, « Le Paimpolais » dans L'Écho des armées. Chants du Bivouac, novembre 1914, p. 2.

« J'aime Paimpol et sa falaise
Son église et son fin clocher
J'aime encore mieux ma Paimpolaise
Plus encore ma France en danger12 ».

  • 13 Louise Bodin (1877-1929) : installée à Rennes en 1898 après son mariage avec un professeur de l'Éc (...)

11La popularité du chansonnier incite des éditeurs de cartes postales à mettre en images des adaptations de productions de Botrel, comme les Contes du lit clos, dans lesquelles la femme, sur fond de décor breton « typique », semble vouée au « repos du guerrier » et à alimenter les fantasmes des Poilus au front. Ce nationalisme outrancier et cette vulgarité sont insupportables pour la féministe socialiste rennaise Louise Bodin13. Elle propose en 1917 un texte à La Pensée Bretonne contre le botrélisme :

  • 14 Cité par Colette Cosnier, La Bolchevique aux bijoux. Louise Bodin, Pierre Horay, 1988, p. 74.

« Botrel ne pouvait être que Botrel, au cœur content, content de peu [...]. Il nous suffit d'indiquer le malaise dont nous sommes saisis lorsque nous nous arrêtons à certaines chansons qui ne peuvent que nous ridiculiser, nous abaisser dans l'esprit de notre ennemi. Certaines abominables cartes postales de haine puérile, de plaisanterie grossière, qui se sont vendues chez nous, nous ont fait éprouver le même malaise et monter au visage le rouge de l'humiliation14 ».

  • 15 Caumery et Pinchon, Bécassine pendant la guerre, Gautier-Languereau, 1915 ; Bécassine chez les All (...)

12Bécassine est, elle aussi, convoquée pour promouvoir le patriotisme. Les trois albums publiés durant la guerre15 font se succéder les exploits d'Anaïck Labornez, la petite bonne bretonne, promue au rang de modèle. Son courage égale, voire surpasse, celui des hommes dans des circonstances périlleuses. Mais cette apparente promotion féminine connaît des limites. D'une part Bécassine est héroïque presque malgré elle, agissant par hasard et par impulsion non par raisonnement ; elle reste, selon l'expression de la marquise de Grand Air, une jeune fille qui « n'a pas de cervelle mais tant de cœur ». D'autre part son champ d'action dans la guerre reste limité par sa condition féminine. Elle n'a que l'apparence militaire. Alors qu'elle rêve d'être cantinière, elle est mobilisée comme receveuse de tramway. Elle terrasse, seule, un soldat allemand, mais il s'agit du tournage d'une scène de cinéma. Les jeunes lectrices de ces albums découvrent la participation des femmes à l'effort de guerre, mais aussi que la guerre véritable, celle des hommes, est ailleurs dans un front ou un « avant » mythifié.

13Que La Paimpolaise et Bécassine soient bretonnes importe désormais peu car la propagande de guerre pousse à une homogénéisation nationale des représentations du genre. Stéréotypes régionaux et images de la « petite patrie » ne sont plus que des outils au service de la « grande patrie ». L'affiche réalisée par le peintre concarnois Théophile Deyrolle pour la « journée du Finistère » du 10 octobre 1915 est de ce point de vue exemplaire. Au premier plan, l'homme en uniforme marche, fusil à l'épaule, d'un pas décidé ; au second plan, sa femme, en costume breton, le suit, admirative, un enfant dans les bras.

  • 16 Marthe Dupuy écrit 19 éditoriaux publiés à la Une de L'Ouest-Éclair en 1916.

14Le discours tenu sur les rapports du féminin et du masculin par la presse bretonne à grand tirage n'apparaît pas plus spécifique même si le poids de la religion contribue à accentuer certains arguments. Le quotidien républicain catholique L'Ouest-Eclair s'assure d'ailleurs en 1916 la collaboration de Marthe Dupuy, journaliste à L'Intransigeant. Une division sexuée du travail s'opère alors au sein de la rédaction du journal. À l'éditorialiste féminine16 échoit la « question féminine » traitée essentiellement sur le mode de la morale, de la compassion et de la tendresse. Aux éditorialistes masculins est réservé le commentaire de l'actualité militaire, économique et politique, souvent traitée dans un registre virulent. Au fil de ses éditoriaux, Marthe Dupuy développe une conception double du rôle de la femme en ces temps de guerre. Elle est tout d'abord celle qui doit assurer son rôle d'épouse, de mère fidèle aux valeurs chrétiennes, admirative de la vie du Christ souvent mise en parallèle avec celle du soldat au front. Pour une veuve de guerre enceinte, elle écrit :

  • 17 L'Ouest-Éclair, 19 février 1916.

« La maternité vous ramènera, petite maman, le soleil que vous croyez éteint, en vous redonnant dans les yeux du nouveau-né qui bientôt s'ouvriront le regard de Celui qui dort dans la terre de France, le bon sommeil du sublime Ouvrier au repos après la tâche17 ».

  • 18 Ibidem, 29 mars 1916.
  • 19 Ibidem, 28 avril 1916.
  • 20 Ibidem, 6 mai 1916.

15Dénonçant le bombardement par les Autrichiens de Ferrare et de Ravenne comme le « massacre des Innocents », elle en « appelle à toutes les femmes dont l'époux offre noblement au feu une poitrine où bat un cœur honnête et magnifique. J'en appelle à toutes les mères devant lesquelles j'évoque l'image de cette mère italienne tenant, étendu sur ses genoux, le corps inerte de son fils... Mater, Mater Dolorosa !18 ». Mais la guerre fait naître une femme nouvelle, « partout la femme se lève dans l'ombre du guerrier19 » et « la femme de 1916 ne ressemble plus que de fort loin à la femme de 1914. La blouse d'infirmière et le vêtement sobre l'emportent en nombre sur la silhouette bayadère tout comme le dévouement tangible et le raisonnement pratique l'emportent sur le verbiage léger et l'inconscient égoïsme de jadis20 ». S'interrogeant sur l'avenir de cette femme révélée par la guerre, Marthe Dupuy écrit :

  • 21 Ibidem, 28 avril 1916.

« la vraie femme de France restera ce qu'elle a toujours été : le modèle des mères, la digne compagne du soldat rentré dans ses foyers, l'âme de la maison mais [...] la femme a désormais le droit d'être considérée selon sa valeur. Le rire à son égard, le sourire même serait injure. Elle n'est plus l'adjointe de l'homme. Elle a fait ses preuves. Elle est son égale21 ».

  • 22 Ibidem, 6 mai et 12 juin 1916.
  • 23 Ibidem, 30 juin 1916.
  • 24 Ibidem, 31 mai et 16 juillet 1916.
  • 25 Ibidem, 27 décembre 1916.

16Mais de ces principes énoncés, l'éditorialiste de L'Ouest-Eclair tire des propositions ambivalentes, voire contradictoires. Si elle souhaite que la femme puisse voter sous certaines conditions22, elle fait le vœu qu'elle puisse retourner à la terre23, élever dignement ses nombreux enfants24, et que lui soit épargné le travail à l'usine25. Ce programme est sans doute le reflet implicite des attentes du lectorat du journal. En février et mars 1918, L'Ouest- Eclair lance un débat sur le vote des femmes, publie des réponses de lectrices et conclut par un avis négatif assorti d'une critique de la position de Louise Bodin jugée dangereuse pour la famille.

  • 26 L'Ouest-Éclair, 9 mars et 16 mai 1916.Le Nouvelliste de Bretagne, 14 août 1918 et 25 avril 1916 : (...)
  • 27 Par exemple à Fougères en 1917 ; voir Olivier Martin, Fougères en guerre, 1914-1918, maîtrise, Ren (...)
  • 28 L'Ouest-Éclair, novembre-décembre 1916.
  • 29 Le Phare de la Loire, 28 mai et 27 juin 1917.

17La multiplication des éloges, des marques de reconnaissance à l'égard des femmes ne remet donc pas en cause les conceptions traditionnelles de leur rôle. Cette résistance du « temps long » peut même trouver des arguments dans la méfiance, la crainte, la peur qui s'expriment aussi à l'encontre des femmes pendant la guerre. Le plus banal est le rappel de la frivolité féminine qui conduit à condamner l'évolution de la mode26. Des réserves, voire de l'hostilité, au sujet de l'emploi des femmes dans les usines sont formulées par des organisations ouvrières27 et par la presse qui s'efforce de défendre le travail à domicile jugé sans doute plus conforme à la condition féminine28. Un véritable antiféminisme transparaît même chez certains faiseurs de l'opinion publique. Maurice Schwob, le directeur du quotidien nantais Le Phare de la Loire, estime au printemps 1917 que les grèves des ouvrières sont soutenues ou fomentées par les Allemands qui profitent de leur innocence. Il récidive à propos des troubles dans les gares dont il attribue l'origine aux prostituées, manipulées par les « Boches », qui feraient boire les soldats permissionnaires29.

18De 1914 à 1918, le consensus national s'impose même dans les images. En Bretagne, comme ailleurs, la femme est représentée, majoritairement, comme l'auxiliaire dévouée, fidèle, de l'homme-soldat qui la protège. Cette conception dominante est résumée, jusqu'à la caricature, dans le discours de clôture de l'Union Régionaliste Bretonne à Châteaubriant en septembre 1917 :

  • 30 « Congrès de Châteaubriant, 13-17 septembre 1917 », dans Bulletin de l'Union Régionaliste Bretonne (...)

« Que les absents ne regrettent rien : tandis qu'au front de bandière, ils tiennent le fusil, ils lancent la grenade, ils servent à même que veux-tu l'obus et la marmite aux Boches, les femmes, en cette circonstance, comme partout, se sont chargées de venir en nombre tenir gaiement leur place, et nous aurons eu, nous autres à Châteaubriant, la bonne fortune de votre premier congrès de guerre, que retiendront peut-être vos annales sous le doux nom de Congrès des Dames30 ».

Après la guerre, la virilisation des images de la Bretagne

  • 31 Myriam Baron, La symbolique des espaces mortuaires. Les monuments aux morts de la guerre 1914- 191 (...)
  • 32 Tristan Perreau, Les monuments aux morts de la guerre de 1914-1918 dans l'arrondissement de Châtea (...)
  • 33 Pour le département de l'Ille-et-Vilaine, j'ai retenu pour composer cet échantillon les 111 monume (...)
  • 34 Antoine Prost, « Les monuments aux morts », dans Pierre Nora, Les lieux de mémoire I. La Républiqu (...)
  • 35 Hervé Moisan, Sentinelles de pierre. Les monuments aux morts de la guerre de 14-18 dans la Nièvre, (...)
  • 36 Breiz Atao, janvier-février 1923, p. 1.

19L'empreinte de la Grande Guerre sur les représentations du féminin et du masculin peut être évaluée à partir de ces témoins de pierre que sont les monuments aux morts. L'étude exhaustive des monuments aux morts des cinq départements bretons n'est pas encore réalisée. Seuls les départements du Morbihan, de la Loire-Atlantique disposent d'inventaires accessibles et complets31. Plusieurs travaux ont porté sur des cantons du Finistère32, de l'Ille-et-Vilaine33 ou procédé de façon aléatoire pour un département. Il est cependant possible, actuellement, en regroupant ces différentes enquêtes, d'interroger un corpus de 661 monuments, soit un peu plus de la moitié de ceux édifiés en Bretagne. La première remarque est que ces monuments ne distinguent pas d'emblée la Bretagne du reste de la France. 323 d'entre eux, soit 49 %, appartiennent au type générique de la stèle ou de l'obélisque dont Antoine Prost a montré la prédominance au plan national34. Si l'on prend en compte les figurations humaines, 130 statues (20 % du corpus) mettent en scène des soldats, 33 seulement des femmes (4,9 %) souvent associées à un Poilu. La surreprésentation masculine paraît accentuée en Bretagne. Les 564 monuments étudiés par Antoine Prost dans 35 départements ne représentent que 91 Poilus de tous genres soit 16 % de l'échantillon. Dans le département de la Nièvre, étudié par Hervé Moisan35, les soldats ne constituent que 7,5 % des 325 monuments et les représentations féminines 4,3 %. Cette surreprésentation masculine bretonne est peut-être à mettre en relation avec les volontés régionales cherchant à construire une mémoire héroïque de 14-18. Les monuments aux morts, comme la création du mythe des 240 000 Bretons tués, participeraient ainsi à l'ultime intégration nationale de la Bretagne. Ils lisseraient les particularités d'une région qui affirmerait son alliance à la France dans le sang versé. Cette interprétation peut trouver des arguments dans l'attitude des autonomistes de Breiz Atao qui dénoncent des « monuments gallinacés », trop francophiles à leurs yeux36.

  • 37 Jean Sannier, « Aux Bretons morts pour la France », dans La Bretagne touristique, 15 novembre 1922 (...)
  • 38 Henri Quilgars, « Le sabotage de l'âme bretonne. Les monuments aux morts et la tradition bretonne  (...)

20Peu fréquente, la statuaire commémorative féminine devient un objet de controverse au début des années 1920. Alors que Jean Sannier, dans La Bretagne touristique37, considère ces femmes de pierre, sculptées en costume local, comme l'expression d'une spécificité régionale, Henri Quilgars, dans Breiz Atao, y voit au contraire « le sabotage de l'âme bretonne » car ces « femmes gémissantes malgré leur costume et leur coiffe ne sont pas bretonnes mais françaises [...]. La Française pleure peut-être, mais la Bretonne s'humilie en pleurant38 ».

Monument aux morts de Pontrieux, inauguré en 1922.
La femme porte le deuil des héros statufiés.

Monument aux morts de Baud, inauguré en 1923.
Même dans le deuil, l’homme précède la femme

  • 39 La Bretagne à Paris, en France, aux colonies, 22 août 1934.
  • 40 Pierre Champion, « Soldats bretons, durs soldats », dans La Bretagne à Paris, 18 octobre 1924, p. (...)
  • 41 Le ministre de la Marine marchande, Rio, sénateur du Morbihan, inaugure le pavillon de la Bretagne (...)
  • 42 L'Ouest-Éclair, 5 décembre 1934.
  • 43 Ibidem, 11 décembre 1934.

21Femmes en pleurs sans doute mais hommes en gloire sûrement. Les constructeurs de la mémoire bretonne de 14-18 érigent un panthéon symbolique essentiellement masculin. La presse bretonne multiplie les hommages aux soldats bretons présentés comme les plus valeureux de France. Le rappel de l'importance des pertes humaines, des combats glorieux sert à défendre et à illustrer la région et à lutter contre les préjugés dont elle estime être la victime39. Si un hommage collectif est rendu « à cette race batailleuse et entêtée40 », quelques noms sont particulièrement distingués : Jean-Pierre Calloc'h, l'amiral Ronarc'h, Jean-Julien Lemordant ou Corentin Carré. La mémoire officielle peut en faire les successeurs d'une longue lignée de Bretons virils au service de la France41. Culture de guerre et défense régionale se mêlent aussi pour faire un portrait flatteur du Capitaine Conan de Roger Vercel. Il est présenté dans L'Ouest-Éclair comme « Du Guesclin revenu pour la Grande Guerre42 » et « un vrai et solide Breton sympathique en dépit de ses pires violences43 ».

  • 44 La Bretagne à Paris, 29 avril 1939.
  • 45 Ibidem, 24 juin 1939.

22Cette virilisation de l'image de la Bretagne par la mémoire de 14-18 continue à faire du soldat le protecteur de la femme. Dans les années 1930, les multiples dénonciations bretonnes des « bécassineries » sont souvent faites au nom du souvenir des héros de la Grande Guerre. En 1939, le film Bécassine de Pierre Caron est vilipendé car « il jette le discrédit sur les filles et les femmes de ces soldats et marins bretons qui se sont sacrifiés dans la dernière guerre44 ». Et pour en finir avec Bécassine, un instituteur breton propose de remplacer au Musée Grévin « cette caricature offensante par le mannequin d'un Fusilier-marin, d'un Terre-neuvas, ou encore de Corentin Carré, le plus jeune soldat mort pour la France45 ».

*

23Clichés et stéréotypes privilégient plutôt le féminin en Bretagne avant la Grande Guerre. La saignée de 14-18 et ses enjeux de mémoire met en avant le soldat héroïque. Démobilisée, l'intérimaire Bécassine retourne à ses aventures naïves. Bien sûr, il ne s'agit que d'images, d'une petite partie émergée des représentations sociales. Mais leur longévité, leur récurrence, donc leur usage, sont aussi des indices de l'évolution des conceptions. De ce point de vue, 14-18 apparaît plus comme un moment de confrontation que de rupture dans les conceptions des rôles sociaux du féminin et du masculin. En Bretagne, ce sont les profondes mutations économiques des années 1960 qui mettront fin au syndrome de Bécassine.

Notes

1 Anne Kerhuel, « Les Bretonnes avaient de l'avance » dans Le Monde, 30 novembre 1978, p. 4 : « la femme a toujours eu, en Bretagne, une situation très supérieure à ce qu'elle avait dans le reste de la France en droit et en fait » ; Agnès Audibert, Le matriarcat breton, puf, 1984 ; Philippe Carrer, Le matriarcat psychologique des Bretons, Payot, 1984.

2 Daniel Imbert, « L'Hôtel de Ville de Paris : genèse républicaine d'un grand décor », dans Le triomphe des mairies. Grands décors républicains à Paris. 1870-1914, Musée du Petit Palais, 1987, p. 63-71.

3 Philippe Le Stum, « La Bretagne dans l'affiche touristique. 1880-1935 », dans Cahiers de l'Iroise, 1993, n° 159, p. 19-25.

4 Camille Vallaux, La Basse-Bretagne. Étude de géographie humaine, Éd. Cornély et Cie, 1907, p. 71.

5 L'Illustration. 24 août 1904, n° 3052, p. 129.

6 Ibidem, 11 août 1906, n° 3311, p. 91.

7 Jean-François Botrel, « La Paimpolaise : histoire d'une chanson (1895-1995) », dans Le Pays de Dinan, tome XV, 1995, p. 273-303.

8 L'Illustration, 26 juin 1915, n° 3773, p. 651.

9 Ibidem, 3 juillet 1915, n° 3774, p. 1.

10 Ibidem, 26 août 1916, n° 3834 pour Mathurin Méheut, 5 mai 1917, n° 3879 pour Jean-Julien Lemordant.

11 Refrains de guerre de Botrel le chansonnier des armées, Librairie Larousse, 1917, p. 11.

12 Théodore Botrel, « Le Paimpolais » dans L'Écho des armées. Chants du Bivouac, novembre 1914, p. 2.

13 Louise Bodin (1877-1929) : installée à Rennes en 1898 après son mariage avec un professeur de l'École de Médecine, suffragiste en 1913, elle est infirmière volontaire en 1915. En 1917, elle écrit dans le premier numéro de La Voix des femmes ; elle lie alors féminisme, pacifisme et socialisme. Elle adhère à la SFIO en 1918, choisit la Troisième Internationale en 1920, rompt avec la Voix des femmes en 1921. Secrétaire de la fédération départementale du pcf d'Ille-et-Vilaine de 1921 à 1923, elle prend ses distances avec le parti en cours de bolchevisation et le quitte en 1927.

14 Cité par Colette Cosnier, La Bolchevique aux bijoux. Louise Bodin, Pierre Horay, 1988, p. 74.

15 Caumery et Pinchon, Bécassine pendant la guerre, Gautier-Languereau, 1915 ; Bécassine chez les Alliés, 1917 ; Bécassine mobilisée, 1918.

16 Marthe Dupuy écrit 19 éditoriaux publiés à la Une de L'Ouest-Éclair en 1916.

17 L'Ouest-Éclair, 19 février 1916.

18 Ibidem, 29 mars 1916.

19 Ibidem, 28 avril 1916.

20 Ibidem, 6 mai 1916.

21 Ibidem, 28 avril 1916.

22 Ibidem, 6 mai et 12 juin 1916.

23 Ibidem, 30 juin 1916.

24 Ibidem, 31 mai et 16 juillet 1916.

25 Ibidem, 27 décembre 1916.

26 L'Ouest-Éclair, 9 mars et 16 mai 1916.Le Nouvelliste de Bretagne, 14 août 1918 et 25 avril 1916 : « Ce n'est pas le moment de remettre au goût du jour la décadence romaine ou la pourriture byzantine. La vie de notre peuple se joue sur le front [...]. Or des femmes, des mères, des sœurs de ces hommes au front se pavanent et s'affichent en des toilettes de carnaval ».

27 Par exemple à Fougères en 1917 ; voir Olivier Martin, Fougères en guerre, 1914-1918, maîtrise, Rennes 2, 1991.

28 L'Ouest-Éclair, novembre-décembre 1916.

29 Le Phare de la Loire, 28 mai et 27 juin 1917.

30 « Congrès de Châteaubriant, 13-17 septembre 1917 », dans Bulletin de l'Union Régionaliste Bretonne, 1918, p. 30.

31 Myriam Baron, La symbolique des espaces mortuaires. Les monuments aux morts de la guerre 1914- 1918 dans le département du Morbihan, maîtrise de géographie, Paris VII, 1988 ; Yves Pilven Le Sevellec, « Une étude des monuments aux morts de la Loire-Atlantique », dans Visions contemporaines, n° 4, mars 1990.

32 Tristan Perreau, Les monuments aux morts de la guerre de 1914-1918 dans l'arrondissement de Châteaulin, maîtrise d'histoire, ubo, 2000.
Laurent Le Gall, Les monuments aux morts de la guerre de 1914-1918. Étude sur trois cantons du sud-ouest Finistère, maîtrise d'histoire, ubo, 1988.

33 Pour le département de l'Ille-et-Vilaine, j'ai retenu pour composer cet échantillon les 111 monuments (sur 360 dans tout le département) choisis de façon aléatoire par Yves Hélias, Les monuments aux morts. Essai de sémiologie du politique, DEA d'Études politiques, Rennes, faculté des Sciences juridiques, 1977.

34 Antoine Prost, « Les monuments aux morts », dans Pierre Nora, Les lieux de mémoire I. La République, Gallimard, 1984, p. 200.

35 Hervé Moisan, Sentinelles de pierre. Les monuments aux morts de la guerre de 14-18 dans la Nièvre, Bleu autour, 1999.

36 Breiz Atao, janvier-février 1923, p. 1.

37 Jean Sannier, « Aux Bretons morts pour la France », dans La Bretagne touristique, 15 novembre 1922, p. 11 à 18.

38 Henri Quilgars, « Le sabotage de l'âme bretonne. Les monuments aux morts et la tradition bretonne », dans Breiz Atao, mars 1923, p. 289.

39 La Bretagne à Paris, en France, aux colonies, 22 août 1934.

40 Pierre Champion, « Soldats bretons, durs soldats », dans La Bretagne à Paris, 18 octobre 1924, p. 1.

41 Le ministre de la Marine marchande, Rio, sénateur du Morbihan, inaugure le pavillon de la Bretagne à l'exposition de 1937 : « Comme naguère les Duguay-Trouin, les La Motte-Picquet, les Coëtlogon, les Kerguélen, les Magon, les Bisson, les Ronarc'h, les Langle de Cary, ses enfants seront toujours prêts à lui répondre ainsi que notre cher "Bleimor" : Je suis le matelot au bossoir, le guetteur. La France m'a appelé ce soir ».

42 L'Ouest-Éclair, 5 décembre 1934.

43 Ibidem, 11 décembre 1934.

44 La Bretagne à Paris, 29 avril 1939.

45 Ibidem, 24 juin 1939.

Table des illustrations

Légende Carte postale patriotique inspirée par le recueil de Botrel Autour des lits clos.La guerre virilise l’homme et rend le militaire plus séduisant.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15908/img-1.png
Fichier image/png, 2,8M
Légende Page de garde de Bécassine chez les Alliés, 1918. Bécassine terrasse le « boche » mais seulement par hasard et le temps du tournage d'un film.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15908/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Légende Monument aux morts de Pontrieux, inauguré en 1922.La femme porte le deuil des héros statufiés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15908/img-3.png
Fichier image/png, 2,5M
Légende Monument aux morts de Baud, inauguré en 1923.Même dans le deuil, l’homme précède la femme
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15908/img-4.png
Fichier image/png, 2,7M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540