Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Quatrième partie. Guerres

Les Neuf Preuses, l'invention d'un nouveau thème iconographique dans le contexte de la Guerre de Cent ans

Sophie Cassagnes-Brouquet

Texte intégral

  • 1 René Planchenault, Les tapisseries d'Angers, Paris, s. d. Jules Guiffrey, Les tapisseries du xiie (...)
  • 2 La tapisserie mesure 1,90 m sur 1,20 m.

1Le logis royal du château d'Angers possède une superbe collection de tapisseries de la fin du Moyen Âge1 L'une d'entre elles représente une élégante jeune femme, casquée, portant la cuirasse sur sa longue robe de cour et tenant dans sa main droite un bâton de commandement, tandis que son autre main repose sur un cimeterre. Ce personnage de guerrière2 se détache sur un fond de mille fleurs, un style de tapisserie fort en vogue à la fin du xve siècle dans les milieux aristocratiques. Une inscription sous la forme de quatre vers accompagne la figure et permet de l'identifier :

« Au grand siège de Troie Diomèdes requis,
A terre l'abatis tant qu'il en est mémoire
Avec mon armée tant d'honneur ay acquis
Que entre les princes suis en bruyt triumfatoire ».

2Il s'agit donc de Penthésilée, reine mythique des Amazones, qui se rendit à Troie pour porter secours à Hector et y trouva la mort. La tapisserie conservée à Angers n'est qu'un fragment d'une tenture plus importante figurant un thème à la mode au début du xvie siècle, celui des Neuf Preuses.

  • 3 Jean Lestocquoy, Deux siècles de l'histoire de la tapisserie, 1300-1500, Arras, 1978, p. 34.
  • 4 Jean Lestocquoy, ibidem, p. 37. Elle mesurait 25 m sur 4, à l'aune de Paris.
  • 5 Archives nationales, KK 54. Publié par Jules Guiffrey, « Inventaire des tapisseries du roi Charles (...)

3De nombreux inventaires de tapisseries témoignent de cet engouement. La première mention du thème des Neuf Preuses apparaît dans les comptes du duc de Bourgogne Philippe le Hardi pour lequel le tapissier d'Arras, Jacques Dourdin, fait « rubaner le grand tapis des Neuf Preux et Neuf Preuses » en 13893. En 1399, Jean de Beaumetz, tapissier de Paris, vend au même duc une somptueuse tenture à fil d'or des Preux et des Preuses pour le prix fabuleux de 2000 francs4. La collection de Charles VI comportait aussi une tenture de ce genre, sans doute héritée de Jean de Berry. L'inventaire royal dressé en 1422 évoque trois « tappiz » avec les personnages des Neuf Preuses, aux armes du duc de Berry5.

  • 6 Johann Huinzinga, L'automne du Moyen Âge, Paris, 1977, p. 84-85.
  • 7 Horst Schroeder a réalisé la première synthèse sur le thème des Neuf Preux, il aborde de manière a (...)

4L'apparition, puis le succès de ce thème iconographique en plein cœur de la Guerre de Cent Ans ont déjà été soulignés par les historiens de la culture et de l'art6. Cependant, les études de synthèse consacrées aux Neuf Preuses sont très récentes et ne se situent pas dans une perspective d'histoire du genre7.

5Le rapport évident entre Preux et Preuses, un modèle masculin et son pendant féminin, fait pourtant de ce thème iconographique médiéval une parfaite illustration de l'évolution des rapports entre la masculinité et la féminité dans un contexte de crise, celui de la Guerre de Cent Ans. Fait plus troublant encore, alors que le Moyen Âge a développé l'image d'une femme soumise et chrétienne, confinée à la sphère privée et, de toute façon, non armée ; voilà qu'il nous livre au cours de ses dernières décennies des représentations de guerrières, armées de pied en cap, images élégantes et valorisées, positives d'une Antiquité païenne, qui bénéficient d'un succès éclatant. Issues d'un modèle masculin, les Neuf Preuses acquièrent rapidement leur propre renommée en opposition totale à l'idéal féminin prôné depuis des siècles !

6Comment ne pas s'interroger sur la signification historique de ce paradoxe ? Il faut sans doute en chercher les racines à l'origine même de ce nouveau thème iconographique, dans les modalités de sa formation, la géographie de son succès et ses rapports avec un contexte historique bien particulier, celui de la Guerre de Cent Ans. Ces interrogations nous permettront peut-être d'éclairer d'un jour nouveau les rapports entre les hommes et les femmes de l'aristocratie à la fin du Moyen Âge.

Du masculin au féminin, Preux et Preuses

  • 8 Horst Schroeder, Der topos der nine Worthies in Literatur und bildender Kunst, Gottingen, 1971, p. (...)
  • 9 V. 7481-7579, cités par Horst Schroeder, ibidem, p. 46-48.
  • 10 On en conserve encore une trentaine de manuscrits.
  • 11 Œuvres de Guillaume de Machaut, Société des Anciens Textes Français, 58, t. 2, Paris, 1911, p. 205 (...)
  • 12 Jean Froissart, Chroniques, éd. baron Kervyn de Lettenhove, t. II, Bruxelles, 1867, p. 9.
  • 13 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. Gaston Raynaud, Paris, 1878-1903, t. III, 1882, n° 338, (...)

7L'incarnation des valeurs chevaleresques dans la personne de preux est une idée déjà ancienne lorsqu'elle trouve une forme presque définitive au début du xive siècle sous la plume de Jacques de Longuyon. Cet auteur lorrain, attaché à la cour de Thibaut de Bar, évêque de Liège, compose entre 1312 et 1313 un roman en vers intitulé Les vœux du Paon8. Inspiré de l'Antiquité, il y évoque pour la première fois les Neuf Preux, choisis dans un répertoire de héros bien connus, classés en trois triades, païenne, juive et chrétienne : Josué, David et Judas Macchabée, Hector, Alexandre et César, Arthur, Charlemagne et Godefroy de Bouillon9. L'oeuvre connaît un succès rapide10 qui se caractérise par de nombreuses traductions et imitations. Dès 1342, Guillaume de Machaut réutilise les trois triades dans le Dit dou lyon, puis dans le Confort d'ami et enfin dans la Prise d'Alexandrie vers 137011. Les Neuf Preux sont également mentionnés par Froissart dans ses Chroniques vers 136912 et évoqués par Eustache Deschamps dans deux ballades où le poète oppose l'idéal chevaleresque qu'ils représentent à la corruption de son temps : Qualités que doit avoir un roi (v. 1381) et Contre les vices du temps13.

  • 14 BnF, ms. fr. 12559. Né vers 1356, ce seigneur du Nord de l'Italie a de nombreux contacts avec la c (...)

8Le marquis Thomas III de Saluces les met en scène dans son roman, le Livre du chevalier errant, rédigé en français vers 139514.

9Ils sont aussi célébrés dans de nombreux ouvrages en Angleterre, en Allemagne et dans la péninsule ibérique, seule l'Italie se montre réticente à ce thème chevaleresque. Le succès des Neuf Preux se traduit par une abondante iconographie, ils sont présents sur les tapisseries, les peintures murales, les gravures, les cartes à jouer jusqu'à la fin du xvie siècle.

10Quelques décennies après la mise en ordre du canon des Neuf Preux, apparaît, toujours en France, leur pendant sous la forme de Neuf Preuses, dont les figures sont toutes issues de l'histoire et de la mythologie de l'Antiquité païenne ; Sémiramis, reine de Babylone, Sinope, Hippolyte, sa sœur, Ménalippe, Lampeto et Penthésilée, reines des Amazones, Tomyris, souveraine des Messagètes qui a vaincu Cyrus, Teuca, reine d'Illyrie qui s'est illustrée dans ses combats contre Rome et Déiphyle, femme de Tydée, roi d'Argos, qui a vaincu Thèbes.

  • 15 BnF, ms. fr. 24312, f. 80 v°-110 r°.
  • 16 V. 2889. « Que femelles sont plus preuses/Plus vaillans et plus vertueuses/Que les masles ne furen (...)
  • 17 Le moine serait Matheolus qui a composé une violente diatribe contre les femmes et le mariage Les (...)
  • 18 Selon Ingrid Sedlacek, id, p. 55.
  • 19 BnF ms fr. 20125. Gaston Raynaud de Loge, « "les romans antiques" dans l'histoire ancienne », Le M (...)

11Le créateur de ce groupe de guerrières est sans doute Jehan Le Fèvre, officier au Parlement de Paris et auteur renommé en son temps qui compose entre 1373 et 1387 le Livre de Lëesce, pour prendre la défense des femmes Dame15 Lëesce, personnification de la Joie, prend la parole pour défendre les femmes contre les auteurs misogynes qui multiplient leurs critiques. Â celles-ci, elle oppose un véritable catalogue de femmes vertueuses, « les preudes femmes » mais aussi de femmes courageuses groupées sous la vertu de « prouesce », car elle assure que les femmes sont plus audacieuses, courageuses et vertueuses que les hommes16. Comme le montre l'enluminure du frontispice où l'on voit un moine agenouillé demandant pardon à un groupe de quatre femmes, dominé par la présence d'une reine, le livre est un ouvrage de commande17. Il faut reconnaître, soit Isabeau de Bavière (1370-1435), ou plutôt Jeanne de Bourbon, épouse de Charles V, morte en 1378, dans cette reine18. Pour choisir ses héroïnes, Jehan Le Fèvre s'est sans doute inspiré de romans antiques et en particulier de L'histoire ancienne jusqu'à César, une compilation d'histoire, écrite à partir de textes antiques et bibliques à la cour des châtelains de Lille au début du xiiie siècle par un clerc anonyme19. Elle présente une version courtoise et chevaleresque de l'histoire et de la mythologie antique, mettant en avant les personnages des Amazones.

  • 20 Eustache Deschamps, ibidem, t. I, 1878, n° 93, p. 199.
  • 21 Eustache Deschamps ibidem, t. III, 1882, n° 403, p. 362.
  • 22 Écrit entre décembre 1404 et avril 1405.
  • 23 bn Vienne, ms. lat. 2577-2578. Marcel Lecourt, « Notice sur l'Histoire des Neuf Preux et Neuf Preu (...)

12Eustache Deschamps reprend rapidement le motif des Neuf Preuses dans deux ballades, Il est temps de faire la paix, composée entre 1387 et en 139620 un autre poème au titre révélateur Si les héros revenaient sur terre ils seraient étonnés21. Christine de Pizan ne reprend pas le canon dans sa totalité, mais elle évoque sept des neuf preuses dans son catalogue de femmes illustres du Livre de la Cité des Dames22. Dans son Livre du chevalier errant, Thomas III de Saluces évoque les Neuf Preux et les Neuf Preuses. Le thème littéraire des Neuf Preuses est repris par Sébastien Mamerot qui compose en 1460 pour Louis de Laval, dont il est le chapelain, une Histoire des Neuf Preux et Neuf Preuses23.

13À la différence du canon des Neuf Preux, immuable, celui des femmes connaît de multiples variations et n'est jamais vraiment fixé. Au xve siècle, l'idée se fait jour de substituer aux héroïnes jugées trop païennes, une triade juive avec Esther, Judith et Jael, une triade païenne avec Lucrèce, Veturia, la mère de Coriolan et Virginie, et une chrétienne avec sainte Hélène, sainte Brigitte et sainte Elisabeth ; un idéal humaniste de castitas, virtus et sancti- tas qui séduit l'Allemagne et l'Italie mais s'oppose au modèle courtois et chevaleresque préféré en France et en Angleterre.

  • 24 Eugène Lefevre-Pontalis, « Le château de Coucy », Congrès archéologique, Reims, 1911, Paris, 1912, (...)
  • 25 Jacques Androuet du Cerceau, Le premier volume des plus excellents Bastiments de France, rééd. Wes (...)

14À l'instar de leurs pairs, les Neuf Preuses connaissent un immense succès qui trouve sa meilleure expression dans les représentations figurées. La tapisserie, art aristocratique par excellence, multiplie leurs images. Elles sont aussi présentes en sculpture. La première représentation de ce thème iconographique se trouve au château de Coucy. Une salle des Neuf Preuses y côtoie celle des Preux. Elle tient son nom d'une cheminée monumentale aménagée sous Enguerrand vii de Coucy vers 1387 et décorée des statues des neuf héroïnes24. Plus grandes que nature, ces statues, aujourd'hui disparues, ont été dessinées au xvie siècle par Androuet du Cerceau et publiées dans ses Plus excellents bastiments de France25.

  • 26 Eugène Lefevre-Pontalis, « Le château de la Ferté-Milon », Congrès archéologique, Reims 1911, Pari (...)
  • 27 Ingrid Sedlacek, id., p. 190.

15Les Preuses y ont déjà l'allure martiale de guerrières qu'elles vont conserver tout au long du Moyen Âge. Casquées, portant l'armure, elles brandissent armes et écussons armoriés. Louis d'Orléans fait élever des statues monumentales des Preuses sur la façade de son château de la Ferté-Milon (Aisne), construite entre 1399 et son assassinat en 140726. Il existait également une cheminée sculptée des Preuses au château de Pierrefonds, construit sous l'égide de Louis d'Orléans à partir de 1396, mais totalement reconstruit par Viollet-le-Duc au xixe siècle27.

16Le choix d'un thème iconographique novateur pour orner leurs forteresses par Enguerrand VII de Coucy et Louis d'Orléans n'est sans doute pas une coïncidence. Ces deux mécènes et seigneurs du Nord de la France ont eu une participation active dans les événements politiques et militaires de leur temps et leurs engagements guerriers sont célèbres.

  • 28 BnF ms fr. 12 556, avant 1437, Millard Meiss attribue ces enluminures au Maître de la Cité des dam (...)

17Les Preux et les Preuses sont également représentés dans le manuscrit enluminé du Chevalier errant de Thomas III de Saluces conservé à la Bibliothèque nationale. Les Preuses y sont figurées suivant le canon habituel, richement vêtues, et armées de lances, épées et hallebardes28.

  • 29 Paolo d'Ancona, « Gli affreschi dl castello di Manta nel Saluzze », L'Arte, 1905, t. VIII, p. 94-1 (...)
  • 30 Une tradition locale veut reconnaître en Hector Valerano et en Penthésilée, sa femme Clemenzia Pro (...)

18Valerano, fils bâtard de Thomas III de Saluces, suit la tradition familiale en faisant décorer entre 1411 et 1440 les murs Nord et Ouest de la grande salle de son château de la Manta d'une représentation des Neuf Preux et des Neuf Preuses, inspirée du roman de son père. Elle est attribuée au peintre Jacques Iverny, un Français travaillant dans le Nord de l'Italie29. Les figures des Preux et des Preuses se détachent sur un sol fleuri, elles sont séparées par des arbres élancés auxquels sont suspendus leurs écus armoriés. Hommes et femmes portent des costumes de cour, élégants et richement ornés, mais ils sont aussi protégés par des armures et tiennent des armes30.

  • 31 Edward Croft-Murray, « Lambert Barnard : an English Early Renaissance Painter », Archaeological Jo (...)

19Vers 1520, l'évêque de Chichester, Robert Sherborne fait décorer son château de campagne, Amberley Castle, de représentations des neuf Preuses par le Flamand Lambert Barnard31.

20Les Preuses apparaissent ensuite dans des gravures sur bois et les cartes à jouer.

  • 32 Chronique d'Enguerrand de Monstrelet, éd. Louis Douët-d'Arcq, Société de l'histoire de France, 31, (...)
  • 33 « Item, devant lui avoit les IX Preux et les IX preues dames et après foison chevaliers et escuier (...)
  • 34 Jean Stavelot, Chronique, éd. Antoine Borgnet, Bruxelles, 1861, p. 539.
  • 35 Abbé Boutillier, « Mystères et moralités du Moyen Âge joués par des personnages ou simplement figu (...)

21Thème aristocratique par excellence, les Neuf Preuses sont pourtant connues d'un public beaucoup plus vaste grâce aux nombreuses représentations publiques dont elles font l'objet. L'une des plus célèbres est mentionnée par les chroniqueurs à l'occasion de l'entrée du jeune roi d'Angleterre à Paris en 143132. Henri VI y reçoit une « entrée à la Preuse », il est accompagné par une procession des Preux et des Preuses, chevauchant armés à ses côtés et portant des écussons armoriés33. Cette mode est reprise en 1444 à Liège où le prince-évêque Jean de Hinsberg, de retour d'un voyage en Italie, est reçu par Neuf Preux et les Neuf Preuses34. Marie d'Albret, femme de Charles de Bourgogne, est accueillie dans la ville de Nevers le 9 avril 1458 par une entrée figurant les mêmes personnages. La municipalité de Nevers s'est dépensée sans compter pour recevoir la princesse dignement et a envoyé deux émissaires à Moulins pour y « voir et rapporter par écrit la tapisserie des Neuf Preux et Neuf Preuses de Monseigneur de Bourbon » qui sert de modèle à l'un des tableaux vivants dressés dans la ville35.

22Ce rapide inventaire, très incomplet permet cependant d'établir une chronologie et une géographie de l'expansion de ce nouveau thème iconographique. On est, dès l'abord, frappé par la rapidité de son succès. Si l'on admet que le Livre de Lëesce a été composé vers 1373, les premières représentations figurées connues apparaissent en 1387 à Coucy seulement 15 ans après, très rapidement suivies, en 1389, par les tapisseries du duc de Bourgogne. Le succès des Neuf Preuses ne se dément pas jusqu'au xvie siècle où elles sont encore représentées à Amberley Castle en 1520.

  • 36 Giovanni Boccace, De claribus mulieribus.
  • 37 William Blake Tyrell, Amazons a study in athenian mythmaking, Baltimore, 1984, p. 192. Les amazone (...)
  • 38 Leur première représentation apparaît en Allemagne vers 1470 dans un livre d'armoiries conservé au (...)

23Leur géographie est elle aussi significative : succès immédiat et constant en France, en Angleterre et dans les États des ducs de Bourgogne, réticences en Allemagne, et refus pur et simple en Italie. Dans la péninsule, le thème entre en concurrence avec celui des « Femmes illustres » développé par Boccace36. Il comporte quelques figures des Neuf Preuses comme Sémiramis mais les présente sous un jour très défavorable, dans l'optique des auteurs antiques37. En Allemagne, il est remplacé par celui des Guten Frauen, illustrant les vertus de chasteté, de courage et de sainteté38.

Femmes guerrières et crise de la masculinité

24L'inégal succès des Neuf Preuses est sans aucun doute à mettre en rapport avec le contexte guerrier que connaissent les régions où il s'épanouit aux xive et xve siècles.

  • 39 Horst Schroeder, id., p. 207. Le poète écossais John Barbour fait figurer le héros national de son (...)
  • 40 Eustache Deschamps, ibidem, t. III, 1882, n° 362, p. 100. Bertrand du Guesclin est figuré sur le f (...)
  • 41 Horst Schroeder, id, p. 212.

25L'apparition d'un dixième preux puis d'une dixième preuse permet d'éclairer d'un jour nouveau cet aspect de la question. Guillaume de Machaut eut le premier l'idée d'utiliser le thème des Preux à des fins politiques en créant un dixième preux dans son poème, la Prise d'Alexandrie, sous les traits de Pierre de Lusignan39. Eustache Deschamps propose avec succès le connétable du Guesclin pour tenir ce rôle40. Cette utilisation polémique du thème est reprise en Angleterre où Guy de Warwick qui devient le dixième preux, remplaçant souvent Godefroy de Bouillon, sans doute jugé trop Français41.

  • 42 Léopold Deslile, « Un nouveau témoignage relatif à la mission de Jeanne d'Arc », Bibliothèque de l (...)
  • 43 Marina Warner, Joan of Arc, the image of female heroïsm, Londres, 1987, p. 208. Christine MC Webb,(...)

26Très vite, l'idée se fait de maintenir une symétrie entre les canons masculin et féminin en inventant une dixième preuse. De son vivant même, Jeanne d'Arc est qualifiée de Preuse. Un clerc français installé à Rome évoque en 1429 l'impact de la délivrance d'Orléans et n'hésite pas à comparer Jeanne à Penthésilée, la reine des Amazones42. Au même moment, Christine de Pizan la compare aux neuf Preuses en précisant qu'elle les surpasse, dans son poème intitulé le Ditié de Jehanne d'Arc dans lequel elle évoque la victoire d'Orléans et le couronnement du Dauphin43.

« Hester, Judith et Delbora,
Qui furent dames de grant pris,
Par lesquels Dieu restora Son pueple, qui fort estoit pris,
Et d'autres pluseurs ay apris
Qui furent preuses, n'y ot celle,
Mains miracles en a pourpris
Plus a fait par ceste Pucelle »

  • 44 Deborah Fraioli, « Why Joan of Arc never became an amazon », éd. Bonnie Wheeler and Charles T. Woo (...)

27On peut penser que la facilité étonnante de l'accueil fait à la pucelle de Domrémy à la cour de France avait été préparée par les décennies de succès du thème des Preuses et la mode de la egregia bellarix44.

  • 45 Charity Cannon Willard, « Early images of the female warriors », Minerva, t. 9, 1988, p. 6.
  • 46 Ann Mac Millan, « Men's weapons, women's war : The nine female worths 1400-1640 », Mediaevalia,(...)
  • 47 Françoise Héritier, Masculin/Féminin, la pensée de la différence, Paris, 1996, p. 226. Chez les in (...)

28Comment interpréter ce succès, s'agit-il d'une simple mode, ou bien révèle-t-il à l'instar de l'intervention de Jeanne d'Arc sur la scène politique et militaire une crise beaucoup plus profonde ? Nombre d'historiens et d'historiens de l'art se contentent de voir dans l'invention du motif des Neuf Preuses une simple manifestation de ce goût pour la symétrie, cher au Moyen Âge, pas de Preux sans Preuses45. Ce serait oublier un peu vite qu'il s'en est très longtemps passé et que, pendant des siècles, le personnage de la femme guerrière, de l'amazone a été peint sous les traits des plus sombres46. Les Amazones représentent un bouleversement de l'ordre naturel ; en refusant la destinée qui leur est assignée, ces guerrières entrent dans le inonde de la barbarie pour les auteurs antiques, repris par les Pères de l'Église et les compilateurs médiévaux. Le caractère « extraordinaire » de ces femmes guerrières peut aussi être utilisé pour légitimer l'ordre social existant comme l'a démontré pour d'autres sociétés Françoise Héritier47.

29Il convient de rappeler ici que le thème littéraire des Neuf Preuses et son illustration iconographique sont des créations d'hommes, issues de l'imaginaire masculin, même si ils sont populaires auprès des femmes de l'aristocratie. Ils apparaissent dans un contexte guerrier catastrophique qui remet en cause la place de la chevalerie dans la société des trois ordres. Les deux derniers siècles du Moyen Âge sont marqués par une crise de transition vers les temps modernes qui se caractérise par une profonde modification de la société féodale. La carrière d'Enguerrand VII de Coucy qui fut le premier à faire représenter les Neuf Preuses dans son château est assez significative des difficultés auxquelles se trouvent confrontés certains hommes de l'aristocratie française.

  • 48 Ingrid Sedlacek, id., p. 65.
  • 49 Johann Huizinga, ibidem, p. 127.
  • 50 Philippe Contamine, « Points de vue sur la chevalerie à la fin du Moyen Âge », Francia, n° 4, 1978 (...)

30Ce guerrier qui a consacré une grande partie de son énergie à la guerre contre l'Angleterre fait partie en 1359 des otages envoyés à Londres en échange de la libération du roi Jean le Bon, capturé lors de la défaite de Poitiers (1356). En moins de trois ans, cet aristocrate, tout empreint de valeurs chevaleresques, a donc goûté à l'amère saveur de la défaite, puis à la captivité dans un pays ennemi. De quoi remettre en cause certaines valeurs ! Certes, Enguerrand réussit à s'intégrer à la cour de Londres puisqu'il a épousé la propre fille d'Édouard III, Isabelle d'Angleterre qui le suit en France en 1365. Le seigneur de Coucy conserve une stricte neutralité jusqu'à la mort d'Édouard III, mais, aussitôt après, il renvoie sa femme en Angleterre et se lance à nouveau dans la lutte contre l'Angleterre48. Sa carrière de chevalier est donc marquée de ruptures et de renoncements. Il n'est pas le seul à connaître de telles difficultés, toute la chevalerie occidentale est en crise comme l'a si bien démontré en son temps Johann Huizinga : « en tant que principe militaire, la chevalerie était devenue insuffisante ; la tactique avait depuis longtemps renoncé à se conformer à ses règles ; la guerre aux xive et xve siècles était faite d'approches furtives, d'incursion, et de raids49 ». Plus récemment, Philippe Contamine s'est de nouveau interrogé sur cette crise de la chevalerie à la fin du Moyen Âge, en soulignant que si elle décline dans la réalité guerrière, la chevalerie n'en demeure pas moins un modèle toujours exalté. Pour reprendre ses termes, le « phénomène ne mord plus sur la réalité, il s'évade dans l'imaginaire50 ».

  • 51 S. H. Rigby, « Gendering the black death Women in later medieval England », éd. Pauline Stafford, (...)

31Cette crise de la chevalerie sur laquelle s'était fondé l'ensemble des valeurs des hommes de l'aristocratie de France et d'Angleterre s'est probablement doublée d'une crise de la masculinité. Les historiens anglais débattent depuis quelques décennies des conséquences de la crise démographique de la fin du Moyen Âge sur la condition des femmes dans leur pays51. Pour certains, la crise démographique y a ouvert des possibilités économiques et sociales tout à fait nouvelles même si leur statut légal et le discours dominant demeurait inchangé. Pour les femmes de l'aristocratie française, la guerre permanente signifie souvent l'absence des hommes, temporaire ou définitive et la nécessité d'agir par elles-mêmes.

  • 52 Ingrid Sedlacek, id., p. 70.

32La chevalerie, déchue de son rôle militaire, demeure pourtant un idéal de vie masculin, un idéal remis en question, plus fragile, auquel les femmes sont désormais invitées à participer. De nouveaux ordres se créent qui acceptent les femmes dans leurs rangs : comme l'Ordre de la Jarretière, l'Ordre de la Passion, l'Ordre du Porc espic, etc.52, La chevalerie se fait courtoise, art de vie, elle se féminise, mais nul ne croit plus à sa fonction guerrière. L'apparition des Neuf Preuses n'est que l'un des symboles de cette évolution.

33Déjà, l'Italie offre de nouveaux modèles de comportements aux hommes et aux femmes de l'aristocratie. Les Hommes illustres sont des empereurs, des citoyens ou des orateurs, témoignant des vertus de la Rome antique, les femmes illustres sont des épouses fidèles et chastes, rejetées dans la sphère privée. La mode des Preuses résiste dans le Nord-Ouest de l'Europe quelques décennies, mais elle est bientôt balayée par une nouvelle iconographie qui estompe l'aspect guerrier et masculin de ces figures à l'antique pour en faire des héroïnes chrétiennes.

Penthésilée, reine des Amazones, tapisserie, début xvie siècle, Angers, Château.

Notes

1 René Planchenault, Les tapisseries d'Angers, Paris, s. d. Jules Guiffrey, Les tapisseries du xiie à la fin du xvie siècle, Paris, s. d. p. 90.

2 La tapisserie mesure 1,90 m sur 1,20 m.

3 Jean Lestocquoy, Deux siècles de l'histoire de la tapisserie, 1300-1500, Arras, 1978, p. 34.

4 Jean Lestocquoy, ibidem, p. 37. Elle mesurait 25 m sur 4, à l'aune de Paris.

5 Archives nationales, KK 54. Publié par Jules Guiffrey, « Inventaire des tapisseries du roi Charles VI vendues par les Anglais en 1422 », dans Bibliothèque de l'École des Chartes, XLVIII, 1887, p. 59-110. Articles n° 151, 152 et 153, p. 90-91.

6 Johann Huinzinga, L'automne du Moyen Âge, Paris, 1977, p. 84-85.

7 Horst Schroeder a réalisé la première synthèse sur le thème des Neuf Preux, il aborde de manière accessoire son pendant féminin. Horst Schroeder, Der topos der nine Worthies in Literatur und bildender Kunst, Gottingen, 1971. Ingrid Sedlacek situe son étude des Neuf Preuses dans une perspective d'histoire des femmes, sans poser le problème des regards masculins sur ces représentations. Ingrid Sedlacek, Die Neuf Preuses, Marburg, 1997.

8 Horst Schroeder, Der topos der nine Worthies in Literatur und bildender Kunst, Gottingen, 1971, p. 41.

9 V. 7481-7579, cités par Horst Schroeder, ibidem, p. 46-48.

10 On en conserve encore une trentaine de manuscrits.

11 Œuvres de Guillaume de Machaut, Société des Anciens Textes Français, 58, t. 2, Paris, 1911, p. 205. T. 3, Paris, 1921. p. 99.

12 Jean Froissart, Chroniques, éd. baron Kervyn de Lettenhove, t. II, Bruxelles, 1867, p. 9.

13 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. Gaston Raynaud, Paris, 1878-1903, t. III, 1882, n° 338, p. 50. T. 1, 1878, n° 12, p. 86.

14 BnF, ms. fr. 12559. Né vers 1356, ce seigneur du Nord de l'Italie a de nombreux contacts avec la cour de France, il séjourne à Paris en 1379 et en 1389. Il écrit son roman de chevalerie en français. BnF ms fr. 12559. Nicolas Jorga, Thomas III, marquis de Saluces, Paris, 1893.

15 BnF, ms. fr. 24312, f. 80 v°-110 r°.

16 V. 2889. « Que femelles sont plus preuses/Plus vaillans et plus vertueuses/Que les masles ne furent oncques. », cité par Ingrid Sedlacek, ibidem, p. 141, note 24.

17 Le moine serait Matheolus qui a composé une violente diatribe contre les femmes et le mariage Les lamentations de Matheolus. Ingrid Sedlacek, id, p. 53.

18 Selon Ingrid Sedlacek, id, p. 55.

19 BnF ms fr. 20125. Gaston Raynaud de Loge, « "les romans antiques" dans l'histoire ancienne », Le Moyen Âge, n° 63, 1957, p. 267-309.

20 Eustache Deschamps, ibidem, t. I, 1878, n° 93, p. 199.

21 Eustache Deschamps ibidem, t. III, 1882, n° 403, p. 362.

22 Écrit entre décembre 1404 et avril 1405.

23 bn Vienne, ms. lat. 2577-2578. Marcel Lecourt, « Notice sur l'Histoire des Neuf Preux et Neuf Preuses de Sébastien Mamerot », Romania, 1908, p. 529-537. Laura Ramello, « Le mythe revisité : L'histoire des Neuf Preues de Sébastien Mamerot », Reines et princesses au Moyen Age, Cahiers du Crisima, Montpellier, 2001, p. 618-631.

24 Eugène Lefevre-Pontalis, « Le château de Coucy », Congrès archéologique, Reims, 1911, Paris, 1912, p. 304.

25 Jacques Androuet du Cerceau, Le premier volume des plus excellents Bastiments de France, rééd. Westmead, 1972.

26 Eugène Lefevre-Pontalis, « Le château de la Ferté-Milon », Congrès archéologique, Reims 1911, Paris, 1912, p. 276-281.

27 Ingrid Sedlacek, id., p. 190.

28 BnF ms fr. 12 556, avant 1437, Millard Meiss attribue ces enluminures au Maître de la Cité des dames, un enlumineur travaillant pour Christine de Pizan. Millard Meiss, French painting in the time of Jean de Berry, New York, 196, p. 356.

29 Paolo d'Ancona, « Gli affreschi dl castello di Manta nel Saluzze », L'Arte, 1905, t. VIII, p. 94-106, 183-198.

30 Une tradition locale veut reconnaître en Hector Valerano et en Penthésilée, sa femme Clemenzia Provana.

31 Edward Croft-Murray, « Lambert Barnard : an English Early Renaissance Painter », Archaeological Journal, CXIII, 1956, p. 108-125.

32 Chronique d'Enguerrand de Monstrelet, éd. Louis Douët-d'Arcq, Société de l'histoire de France, 31, Paris, 1861, t. V, p, 2. Journal d'un bourgeois de Paris, éd. Alfred Tuetey, Paris, 1881, p. 274. The Brut, Chronieles of England, éd. F. W. D. Brie, t. II, Londres, 1908, p. 458.

33 « Item, devant lui avoit les IX Preux et les IX preues dames et après foison chevaliers et escuiers... ». Journal d'un bourgeois de Paris, 1881, p. 274.

34 Jean Stavelot, Chronique, éd. Antoine Borgnet, Bruxelles, 1861, p. 539.

35 Abbé Boutillier, « Mystères et moralités du Moyen Âge joués par des personnages ou simplement figurés aux entrées des princes de la ville de Nevers », Bulletin de la société nivernaise de sciences, lettres et arts, t. VIII, 1877, p. 144-158. Archives départementales de la Nièvre E 403. Comptes de la ville de Nevers. Les échevins ont envoyé par deux fois Regnault de la Forest et Philippe Dupont à Moulins.

36 Giovanni Boccace, De claribus mulieribus.

37 William Blake Tyrell, Amazons a study in athenian mythmaking, Baltimore, 1984, p. 192. Les amazones ont une très mauvaise réputation chez les auteurs antiques, les Pères de l'Église et la tradition encyclopédique médiévale.

38 Leur première représentation apparaît en Allemagne vers 1470 dans un livre d'armoiries conservé au Musée de Nuremberg, Pap. H. S. 6599.

39 Horst Schroeder, id., p. 207. Le poète écossais John Barbour fait figurer le héros national de son pays Robert Bruce comme dixième preux dans son Ballet of the Nine Nobles.

40 Eustache Deschamps, ibidem, t. III, 1882, n° 362, p. 100. Bertrand du Guesclin est figuré sur le folio 1 du manuscrit de Sébastien Mamerot en compagnie des Neuf Preux. BN Vienne, ms. lat. 2577. Cette présence n'a rien d'étonnant si l'on considère que le connétable (ut le mari de Jeanne de Laval, grand-mère de Louis de Laval auquel le manuscrit était destiné.

41 Horst Schroeder, id, p. 212.

42 Léopold Deslile, « Un nouveau témoignage relatif à la mission de Jeanne d'Arc », Bibliothèque de l'École des Chartes, 1885, p. 649-668.

43 Marina Warner, Joan of Arc, the image of female heroïsm, Londres, 1987, p. 208. Christine MC Webb, « Joan of Arc and Christine de Pizan, the symbiosis of two warriors in the Ditie de Jehanne d'Arc », éd. Bonnie Wheeler and Charles T. Wood, Fresh verdicts on Joan of Arc, Londres-New York, 1996, p. 133-144, p. 133. Il demeure trois manuscrits de ce poème. Berne, Bibliotheca Bonarsiana, ms. 205, f. 62 r.- 68 r, Carpentras, bibliothèque Imguebertine, ms. 390, f. 81r.-90 v., Grenoble, bm, U 909 Rés., ff. 98 r.- 102 r, vers 217-224.

44 Deborah Fraioli, « Why Joan of Arc never became an amazon », éd. Bonnie Wheeler and Charles T. Wood, Fresh verdicts on Joan of Arc, Londres New York, 1996, p. 188-204.

45 Charity Cannon Willard, « Early images of the female warriors », Minerva, t. 9, 1988, p. 6.

46 Ann Mac Millan, « Men's weapons, women's war : The nine female worths 1400-1640 », Mediaevalia, n° 6, 1979, p. 113.

47 Françoise Héritier, Masculin/Féminin, la pensée de la différence, Paris, 1996, p. 226. Chez les indiens Piegan du Canada, il existe des « femmes à cœur d'homme », elles ont la maîtrise des taches féminines et masculines, elles ont « la force ».

48 Ingrid Sedlacek, id., p. 65.

49 Johann Huizinga, ibidem, p. 127.

50 Philippe Contamine, « Points de vue sur la chevalerie à la fin du Moyen Âge », Francia, n° 4, 1978, p. 255-285.

51 S. H. Rigby, « Gendering the black death Women in later medieval England », éd. Pauline Stafford, Annake B. Mulder-Bakker, Gendering the Middle Ages, Oxford, 2001, p. 215-224.

52 Ingrid Sedlacek, id., p. 70.

Table des illustrations

Légende Penthésilée, reine des Amazones, tapisserie, début xvie siècle, Angers, Château.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15907/img-1.png
Fichier image/png, 3,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540