Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Troisième partie. Pouvoirs et Révolution

La fanatique contre-révolutionnaire, réalité ou représentation ?

Martine Lapied

Texte intégral

  • 1 Lynn Hunt, « L'histoire des femmes : accomplissements et ouvertures », dans La Révolution français (...)
  • 2 Olwen h. hufton, Women and the limits of citizenship in the French Revolution, Toronto, Toronto Un (...)

1La Révolution française, comme toutes les périodes de crise, de rupture avec la norme, a permis une certaine mise en visibilité des femmes dans le champ politique. Mais, à l'issue de la période, l'image dominante de la femme est celle de la dévote contre-révolutionnaire, de la femme attachée à la religion traditionnelle et aux prêtres telle que l'a décrite Michelet. Véhiculant la crainte d'un vote féminin massif en faveur du « parti clérical », de la droite, cette représentation contribua à empêcher l'accession des femmes aux droits politiques, renforçant la volonté de les tenir à l'écart de l'espace public. Pour Lynn Hunt, la participation des femmes à la contre-révolution a peut-être eu plus d'influence sur l'attitude des révolutionnaires à leur égard que la présence de femmes dans le mouvement révolutionnaire1 Olwen H. Hufton confirme que la tradition républicaine du xixe siècle, et même jusqu'en 1944, était imprégnée par une hostilité furieuse aux femmes ignorantes, superstitieuses et fanatiques, c'est-à-dire aux femmes dominées par les prêtres2. Ainsi la Révolution aurait-elle marqué le tournant critique dans les rapports entre la République et les femmes. Mise en valeur des martyres de la Révolution dans l'historiographie, la littérature, les arts, dimorphisme sexuel dans la pratique religieuse au xixe siècle, enracinent cette image.

  • 3 En particulier dans Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution fra (...)
  • 4 Cf. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « L'action politique des femmes pendant la Révolution fr (...)

2L'étude des archives fait apparaître un tableau beaucoup plus complexe des réactions féminines à l'événement de rupture qu'a été la Révolution française. Les travaux de Dominique Godineau ont mis en valeur l'importance du rôle des militantes révolutionnaires parisiennes3. Les recherches qui se développent actuellement permettent de découvrir dans les provinces un engagement des femmes en faveur de la Révolution plus important que ne le laissaient supposer les représentations traditionnelles4.

3Il s'agit alors d'essayer de comprendre comment l'image de la femme adversaire et victime de la Révolution s'est imposée au détriment de celle de la militante révolutionnaire. Cette interrogation sera conduite à partir de recherches sur les attitudes politiques dans le sud-est de la France.

4Lieu de forts antagonismes pendant la Révolution, le sud-est de la France a été le théâtre d'affrontements violents entre révolutionnaires et contre-révolutionnaires. Le rôle des femmes dans ces oppositions avait été relativement peu étudié. Les représentations, telles qu'on peut les saisir dans l'importante historiographie locale souvent conservatrice, mettent essentiellement l'accent sur les victimes de la Révolution, particulièrement celles qui trouvèrent la mort à Avignon lors des massacres de la Glacière du 16 octobre 1791 et celles qui furent guillotinées à Orange, de mai à juillet 1794, après leur condamnation par la Commission Populaire. Par contre d'éventuelles militantes révolutionnaires n'apparaissent guère. Cette invisibilité est-elle liée au regard de l'historien, à une réelle absence d'engagement des Provençales en faveur de la Révolution, aux difficultés de retrouver leurs traces dans les sources ou à une volonté d'occultation ?

5Les sources explorées pour éclairer les attitudes politiques des femmes pendant la période révolutionnaire sont les papiers des sociétés populaires, les registres des comités de surveillance, les dossiers des tribunaux révolutionnaires, complétés avec des éléments de comptes rendus municipaux et des rapports d'agents nationaux aux représentants en mission. Leur utilisation provoque déjà un certain déséquilibre dans les possibilités d'analyse puisque ces documents sont, en majorité, issus de la répression et qu'ils permettent d'identifier plus facilement les adversaires de la Révolution que les femmes qui y étaient favorables.

L'existence des militantes révolutionnaires

6Les enquêtes menées montrent qu'en Provence et dans le Comtat, des femmes participent activement au processus révolutionnaire, tandis que d'autres tentent de s'y opposer.

  • 5 Cf. Martine Lapied, « Les formes d'interventions populaires dans la révolution avignonnaise et com (...)

7Des femmes sont présentes dans les mouvements revendicatifs et insurrectionnels, elles prennent ainsi part aux victoires du mouvement populaire et à la mise en place d'un espace public démocratique. L'ensemble des mobilisations populaires qui marquent la Révolution en Provence et dans le Comtat semble avoir eu une composante féminine non négligeable mais souvent difficile à définir étant donné l'imprécision des sources à ce sujet. Leur présence est fréquemment relevée mais ne peut être quantifiée5. Les femmes retrouvent ici le rôle qu'elles jouaient dans les émotions populaires de l'Ancien Régime où elles avaient toujours leur place mais n'apparaissaient pas seules et où leur violence paraît indéniable et spécifique dans le déclenchement de l'émeute et les encouragements à donner la mort. La participation des femmes aux émeutes de subsistances est considérée comme naturelle par les hommes car elles agissent en tant qu'épouses et mères, ayant la charge de l'alimentation de la famille. Au printemps 1789 une prise de conscience politique accompagne une telle action traditionnelle de revendication alimentaire.

8À côté de témoignages fréquents d'implication des femmes dans les luttes politiques des communes, leur volonté de s'engager dans les pratiques politiques nouvelles s'affirme également dans leur participation à la sociabilité des clubs et à leur contribution à la mobilisation patriotique. Le plus souvent, la participation des femmes aux sociétés populaires reste dans la tradition de l'action charitable féminine. L'action caritative est, en effet, considérée comme un rôle féminin et on apprécie que les femmes participent de cette façon à l'action civique et contribuent à la mobilisation patriotique par le don. Les femmes multiplient alors les réseaux d'entraide qu'il s'agisse de l'instruction, des soins à donner aux malades, de l'aide aux pauvres, aux soldats et à leurs familles. Mais cette action de bienfaisance découle d'un engagement politique patriotique, de plus l'assistance aux séances des clubs constitue pour les femmes un apprentissage des pratiques politiques et certaines d'entre elles en profitent pour affirmer des idéaux révolutionnaires, voire des idées d'émancipation féminine comme dans ce discours que la présidente du club féminin de Castellane dans les Basses Alpes adressait aux clubistes masculins :

  • 6 ad Alpes de Haute Provence L301.

« Frères et amis, c'est avec une grande satisfaction que nous venons vous exprimer nos sentiments qui ne le cèdent en rien aux vôtres pour le patriotisme, jusqu'à ce jour vous nous avez regardé comme vos idoles, mais lors même que vous sembliez ne recevoir de lois que de nous, nous étions vos esclaves et vous ne nous regardiez que comme un joujou qui servait à vous amuser et vous distraire pour les conseils et les affaires6 ».

9La surveillance et la dénonciation sont, pour les femmes qui soutiennent la politique de Terreur, une occasion d'exercer un rôle politique dans la communauté qui tient des facilités que leur offrent en ce domaine leurs tâches quotidiennes et perpétue leur rôle traditionnel de surveillance morale. Pendant la Révolution, ce rôle leur permet de s'insérer dans le nouvel espace public, de s'impliquer dans les luttes entre groupes antagonistes. Les recherches actuellement conduites dans les archives du sud-est de la France montrent que ces femmes appartiennent à des réseaux familiaux dont les membres masculins exercent souvent des fonctions de responsabilité locale. Elles partagent les idéaux des sans-culottes, affirmant des idées fortement égalitaires, une haine de l'aristocratie et même de la bourgeoisie possédante et marchande. Elles se révèlent adeptes de la Terreur pour détruire l'ennemi intérieur, mais aussi pour lutter contre la vie chère.

  • 7 Cf. Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L'exemple des Arlésiennes », dan (...)

10À Arles7, des Monnaidières participent aux actions menées par le parti révolutionnaire à l'intérieur comme à l'extérieur de la cité. Après avoir repris le pouvoir au printemps 1792, avec l'aide des Jacobins marseillais, les Monnaidiers prennent part à des expéditions patriotes. En septembre 1792, ils s'arment contre des communautés voisines soupçonnées de contre-révo- lution et au printemps 1793, ils participent aux luttes qui opposent en de nombreux endroits de Provence clubistes et modérés. La présence de femmes, montées sur des ânes, armées de fusils et de sabres dans ces bandes arlésiennes que leurs adversaires surnomment « les Égorgeurs d'Arles » est attestée dans les expéditions punitives sur Tarascon, Saint-Rémy, Eyrargues, Beaucaire, Eyguière.

11Au moment de la crise fédéraliste pendant l'été 1793, des femmes, dont certaines sont armées de fusils et de sabres, participent à la résistance des Jacobins et tentent de faire libérer les Monnaidiers emprisonnés. Après le succès de l'armée de la Convention et l'écrasement de la rébellion fédéraliste, les Monnaidières s'impliquent dans la politique de terreur, réclamant avec virulence sa mise en place. D'après des témoins, elles formaient une part essentielle des cortèges d'intimidation qui se déplaçaient dans la ville avec une guillotine. Elles se mobilisent également pour la célébration du culte de Marat auquel une statue est élevée sur la place des portefaix.

  • 8 Cf. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveillan (...)

12Ainsi l'exemple arlésien montre que malgré les mentalités qui répugnent à ouvrir l'espace politique aux femmes, celles ci, en province comme à Paris, participent au combat révolutionnaire. Elles se veulent citoyennes malgré les mesures d'exclusion qui les frappent. Ces femmes révolutionnaires utilisent parfois des dynamiques propres à leur sexe dans le combat politique. Période de remise en cause des normes, des modèles traditionnels, la Révolution française a aussi été, pour les femmes, un moment qui leur permettait de devenir sujets de leur propre histoire, actrices du changement8. Le militantisme féminin s'affirme de façon plus ou moins intense depuis la citoyenne simplement favorable à la Révolution aux femmes ayant une véritable action politique ou participant aux violences révolutionnaires. L'engagement des femmes n'est pas monolithique : comme celui des hommes, il reflète une diversité de tendances politiques.

La réalité des contre-révolutionnaires

13Dans l'autre camp, des femmes s'affirment dans la lutte contre la déchristianisation et certaines sont victimes de leurs positions hostiles au gouvernement révolutionnaire. En effet, dès le début des événements révolutionnaires, des femmes montrent également des réticences qui se transforment parfois en résistances. S'il ne semble pas y avoir de déterminations propres aux femmes dans la constitution des attitudes politiques, les motivations religieuses paraissent chez elles particulièrement importantes dans l'évolution vers des positions d'opposition à la Révolution. Dans de nombreux sites de résistances, la protestation est d'abord féminine.

  • 9 Cf. Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française. Naissance des options collectives, Publi (...)

14Dans le Comtat9, qui avait montré son attachement à la religion traditionnelle dès le début des événements révolutionnaires, c'est surtout une fois le rattachement à la France accompli, le 14 septembre 1791, que les femmes commencent à être visibles dans les sources. Les dispositions prises par l'Assemblée nationale constituante doivent, alors, être appliquées dans l'ancienne enclave pontificale. C'est à ce moment, où l'on passe du débat politique et de la guerre civile à la résistance, que les femmes commencent à apparaître au premier rang. À partir de l'union, motivées par la défense de l'identité religieuse, des Comtadines participent à des actions d'opposition à la Révolution qui vont de la simple résistance aux violences contre- révolutionnaires. Sans qu'il y ait de division sexuelle absolue, la mobilisation des femmes en faveur de l'identité religieuse semble plus forte que celle des hommes.

15Des femmes tentent d'empêcher la descente des cloches, refusent de porter la cocarde. Ce sont des femmes qui, sous la Terreur, connaissent les cachettes des prêtres réfractaires et qui les amènent au chevet des mourants ; les soins aux malades, l'accompagnement des derniers instants étant également une tâche féminine traditionnelle. Dans leur combat contre-révolutionnaire les femmes peuvent utiliser une certaine invisibilité que leur procurait leur relégation dans le domaine privé. L'activisme religieux des femmes, qui correspond à leur rôle dans la communauté traditionnelle, est utilisé par les réseaux contre-révolutionnaires, très présents dans le Sud-est. Il semble que les constructions imaginaires qui sous tendent la contre-révolution puissent être facilement adoptées par les femmes à partir de leur volonté de défense de la religion catholique. Des femmes sont engagées dans une attitude de résistance à la Révolution en fonction de rôles qui leur sont traditionnellement reconnus. Leurs actions sont, en effet, motivées par leur volonté de protéger la cellule familiale, les valeurs traditionnelles, l'identité religieuse ; elles ont alors le sentiment de lutter pour la protection de la communauté. Leur fonction nourricière les conduit à cacher des réserves de grains susceptibles d'être réquisitionnées. En tant que maîtresses de maison, elles dissimulent des jeunes qui ne veulent pas rejoindre l'armée mais aussi des prêtres réfractaires, des émigrés revenus clandestinement et participent ainsi à l'action des réseaux contre-révolutionnaires du Sud-est.

  • 10 Cf. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveillan (...)

16Au-delà de simples attitudes de protection ou de résistance, certaines femmes s'engagent véritablement du côté de la contre-révolution. Elles le font dans le cadre de réseaux à base familiale concernant parfois plusieurs communautés. Elles semblent y avoir une action spécifique, tenant des assemblées secrètes, colportant les nouvelles, espionnant le camp adverse. De nombreuses accusations témoignent de l'importance de la parole féminine dans les pratiques politiques villageoises : elles sont dénoncées pour avoir fait circuler de fausses nouvelles, critiqué les mesures prises par le camp au pouvoir, menacé leurs adversaires. Ces propos ont souvent pour but de convaincre les autres habitants et donc de recruter pour leur propre camp. Des femmes du peuple ne craignent pas d'affirmer violemment leurs idées politiques, dans l'un et l'autre camp d'ailleurs. Résistance à la loi, multiplication incontrôlée de propos inciviques, usage permanent de leur « mauvaise langue » caractérisent donc des femmes sur qui les comités de surveillance peuvent faire peser le soupçon d'avoir joué un rôle majeur d'entraînement de la population dans l'opposition à la Révolution10.

17Comme elles participent aux émeutes révolutionnaires, les femmes participent également aux violences contre-révolutionnaires.

18À Arles, elles représentent une part non négligeable du parti « chiffoniste » qui s'oppose violemment aux patriotes, en particulier pendant l'été 1791. Elles semblent former à peu près 25 % de ceux qui manifestent extérieurement leur adhésion aux idées contre-révolutionnaires mais seulement 8 à 9 % de ceux qui participent activement aux luttes. Beaucoup de ces femmes sont issues du monde de la boutique et de l'artisanat de luxe, certaines sont domestiques. Dans les périodes où le parti révolutionnaire est au pouvoir, la vindicte populaire s'exerce parfois contre ces femmes. Les dévotes sont soumises à l'humiliante promenade de l'âne au milieu des injures et parfois des violences.

19À Avignon, en octobre 1791, des femmes prennent une part active au meurtre du révolutionnaire Lescuyer, phénomène de défoulement collectif perpétré par un rassemblement provoqué par un « miracle » mais servant le projet politique des modérés exclus par la force du pouvoir municipal et souhaitant le reconquérir.

  • 11 ad Vaucluse 8 L.
  • 12 Cf. Martine Lapied, « Les Comtadines et la Révolution française : une défense prioritaire de l'ide (...)

20La majorité des femmes condamnées à Orange (32/44) sont des religieuses insermentées exécutées pour leur refus de s'intégrer à la nouvelle société11. Mais les actes d'accusation montrent que l'accusation de fanatisme est aussi fréquemment portée contre des laïques et qu'elle associe prises de position politiques et religieuses. Pour les juges, l'intégration à la Nation républicaine est rejetée au nom de l'identité catholique12. Certaines des religieuses qui s'étaient regroupées à Bollène pour continuer à vivre selon leur foi n'hésitent pas à affirmer leurs convictions royalistes à la barre du tribunal et les juges sont convaincus de les condamner pour crime politique. Ils leur reprochent de nier la légitimité de la représentation nationale, de chercher à dissoudre la société en voie de formation, de s'opposer à la liberté qu'on veut instaurer. Malgré les efforts des juges pour les faire changer d'attitude, les religieuses persistèrent dans leur refus de s'intégrer à la société issue de la Révolution. « Fanatisme et superstition » sont considérés comme de véritables crimes parce qu'ils accompagnent et motivent le refus de reconnaître la loi républicaine, expression du peuple souverain, et qu'ils poussent à la désintégration des liens entre l'État et le citoyen.

Femmes et Révolution dans les représentations

21À partir de ces engagements antagonistes de femmes vis-à-vis de la Révolution, plusieurs tendances se manifestent au niveau des représentations. Elles passent de l'occultation des militantes révolutionnaires à l'héroïsation de la « sainte » contre-révolutionnaire pour aboutir à l'apitoiement sur d'innocentes victimes apolitiques. Les régimes qui suivent relèguent pour longtemps les femmes dans un statut inférieur et elles paient le prix de l'image de la dévote liée au parti des prêtres qui provoque la méfiance des républicains, mais aussi celui de l'image subversive de la militante populaire révolutionnaire qui est peu à peu occulté par son propre camp.

  • 13 Cf. Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L'exemple des Arlésiennes », op. (...)

22Les militantes populaires révolutionnaires alimentent le discours réactionnaire et leur représentation est utilisée du côté de l'image négative de la Révolution : on voit ce qui arrive lorsque les femmes quittent leur foyer pour des activités subversives ! C'est l'image des tricoteuses à Paris mais aussi celle des « Égorgeuses d'Arles » en Provence. Ces témoignages sont utilisés par l'historiographie contemporaine et postérieure pour mettre en évidence l'horreur de la violence révolutionnaire et le monde « à l'envers » qui est issu de la radicalité révolutionnaire13. Cette appréciation négative renforce les républicains dans leur volonté de laisser la femme au domaine privé et progressivement l'image de la femme révolutionnaire disparaît de l'historiographie même favorable à la Révolution.

23À l'inverse du camp révolutionnaire qui semble gêné par l'action de ses militantes, la contre-révolution a utilisé l'image des femmes engagées dans ses rangs, tentant d'en faire des héroïnes. En agissant dans le camp de la résistance à la Révolution, les femmes semblent suivre leur vocation naturelle, ainsi l'héroïsme féminin est-il souvent un héroïsme résistant qui correspond à des valeurs féminines de fidélité, d'attachement à la durée, de défense plus que d'attaque. Une telle construction privilégie la conception d'une « nature féminine » dont le rôle serait de transmettre et non de détruire et qui, dans une période de rupture, serait donc attachée à la défense des valeurs traditionnelles, familiales, morales, religieuses. Les femmes ne voudraient pas faire table rase du passé pour créer un monde nouveau dans lequel leur place est incertaine. Il est donc logique que le modèle héroïque qui leur est proposé les classe dans le camp des résistances à la Révolution. Les victimes de la Révolution incarnent les valeurs familiales, morales et religieuses défendues par le camp contre-révolutionnaire.

  • 14 J. Meritan, Les trente-deux martyres d'Orange, Vaison, 1925.

24Dès leur mort, les religieuses d'Orange sont considérées comme des héroïnes de la contre-révolution, de nombreux ouvrages insistent sur leur résistance au mal incarné par la Révolution. En 1925, dans sa préface, le chanoine Méritan14 reprend la présentation d'une image de la société en deux volets : la Révolution est présentée comme une guerre acharnée du mal contre le bien, menée par la franc-maçonnerie, qui aboutit à la ruine de la société ;

« pour en sauver les débris, pour en préparer la résurrection il ne restait plus, invulnérables au tranchant des sabres et au couperet de la guillotine, que la force de l'idée religieuse admirablement servie chez nos martyres, par la fidélité des consciences et le mépris de la mort. Cette force la révolution ne l'a pas abattue ».

  • 15 Cf. Martine Lapied, Le Comtat et ta Révolution française. Naissance des options collectives, op. c (...)

25La mémoire des martyres est perpétuée par de multiples récits de leur fin édifiante. Le culte de leur souvenir commença dès l'époque révolutionnaire puis se poursuivit avec comme points forts la construction d'une chapelle et le procès en béatification qui aboutit en 1925. Un procès en canonisation est actuellement en cours. À travers les témoignages et les interprétations des historiens locaux, conservateurs, et le plus souvent ecclésiastiques, la célébration du souvenir des martyres d'Orange contribua à ancrer une image négative de la Révolution française dans les consciences collectives vauclusiennes15. Leurs ouvrages veulent illustrer une thèse manichéenne : les révolutionnaires sont des monstres, les victimes des innocentes persécutées. Dans l'ensemble de ces ouvrages, on peut noter l'importance donnée à l'ordre social et le lien qui est fait entre l'affirmation des convictions religieuses et l'attachement aux structures politiques et sociales du passé, ce qui était, en fait, reproché aux fanatiques. Sur ce point, les auteurs ont une attitude ambiguë puisqu'ils défendent aussi l'idée selon laquelle ces femmes n'auraient été condamnées que pour leurs convictions religieuses. En effet, les procès en béatification et, actuellement, en canonisation veulent, officiellement, écarter l'aspect politique pour ne retenir que le témoignage religieux, seule la lutte pour la foi doit être retenue. Les femmes n'étant pas considérées comme des êtres agissants, le sacrifice leur convient mieux que l'héroïsme actif et l'idéal du martyr mieux que celui de l'héroïsme ; les martyres d'Orange sont données en exemple aux jeunes filles du xixe siècle.

26Les victimes féminines de la Révolution sont mises en valeur par les conservateurs pour démontrer l'inhumanité des révolutionnaires, et plus elles sont innocentes plus cette inhumanité est injustifiée. Dans le Vaucluse, les massacres de la Glacière et l'exécution des religieuses de Bollène eurent un impact durable dans les mentalités collectives. L'apitoiement sur les victimes de la Révolution est, en général, utilisé pour condamner la Terreur, voire l'ensemble de l'épisode révolutionnaire. Les violences exercées à l'encontre des prisonnières lors des massacres de la Glacière d'Avignon et l'ampleur de la tuerie firent qu'ils prirent part dans l'imaginaire. L'image du Glacièriste buvant le sang de ses victimes fut alors appliquée à tous les révolutionnaires et provoqua un mouvement de réaction dans le Comtat. L'image des femmes qui s'impose est celle des victimes de la Glacière et non des meurtrières de Lescuyer, emprisonnées à la suite de ce crime, car dans les représentations mentales, la nature de la femme la conduit à être victime plus qu'agresseur.

27Dès le retour à la « normale », on essaie de nier tout aspect politique à l'action des femmes contre-révolutionnaires : elles n'ont pas cherché à transgresser la norme en s'impliquant dans le domaine public. Certaines des femmes qui s'étaient engagées du côté de la contre-révolution militaient pour le rétablissement de l'ordre des choses antérieur. Le retour au calme leur « permet », lorsqu'elles sont encore en vie, de retourner à leur vie de famille ou à leur clôture, ce qui est leur vocation de femmes.

*

28Progressivement, disparaissent donc de la mémoire les citoyennes, celles qui se sentaient telles sans en avoir les droits, qu'on voyait le décadi parées de leurs plus beaux atours, avec cocarde tricolore et rubans, celles qui faisaient des dons patriotiques, qui essayaient d'assister aux séances des sociétés populaires. Il ne reste dans les esprits que le militantisme violent des « Égorgeuses » et le fanatisme des contre-révolutionnaires ; ces réactions violentes étant attribuées aux faiblesses de la nature féminine. Puis, même la violence des révolutionnaires s'efface pour laisser presque toute la place à la croyante victime de la Révolution, rupture voulue par les hommes.

Notes

1 Lynn Hunt, « L'histoire des femmes : accomplissements et ouvertures », dans La Révolution française au carrefour des recherches, colloque d'Aix-en-Provence d'octobre 2001, sous la direction de Christine Peyrard et Martine Lapied, à paraître aux Publications de l'Université de Provence en 2003.

2 Olwen h. hufton, Women and the limits of citizenship in the French Revolution, Toronto, Toronto University Press, 1992.

3 En particulier dans Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinea, 1998.

4 Cf. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « L'action politique des femmes pendant la Révolution française », Encyclopédie historique et politique des femmes, sous la direction de Christine Fauré, Paris, puf, 1997.

5 Cf. Martine Lapied, « Les formes d'interventions populaires dans la révolution avignonnaise et comtadine, des émeutes du printemps 1789 aux massacres de la Glacière », actes du colloque de Montpellier, sous la direction de Michel Peronnet, Les pratiques politiques en province à l'époque de la révolution, Publications de l'Université Paul Valéry, 1986.

6 ad Alpes de Haute Provence L301.

7 Cf. Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L'exemple des Arlésiennes », dans Pour la Révolution française, recueil d'études en hommage à Claude Mazauric réunies par Christine Le Bozec et Éric Wauters, Publications de l'Université de Rouen, 1998.

8 Cf. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveillance des Bouches-du-Rhône », dans Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xve xxe siècles), sous la direction de Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied, Publisud, 2000.

9 Cf. Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française. Naissance des options collectives, Publications de l'Université de Provence, 1996.

10 Cf. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveillance des Bouches-du-Rhône », dans Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (xvie-xxe siècles), op. cit.

11 ad Vaucluse 8 L.

12 Cf. Martine Lapied, « Les Comtadines et la Révolution française : une défense prioritaire de l'identité religieuse ? », dans les actes du colloque Religion et identité, sous la direction de Gabriel Audisio, Publications de l'Université de Provence, 1998.

13 Cf. Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L'exemple des Arlésiennes », op. cit.

14 J. Meritan, Les trente-deux martyres d'Orange, Vaison, 1925.

15 Cf. Martine Lapied, Le Comtat et ta Révolution française. Naissance des options collectives, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540