Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Troisième partie. Pouvoirs et Révolution

Les femmes face aux « mutations » sociales, économiques, politiques, religieuses et juridiques dans le duché de Bretagne au xvie siècle

Nicole Dufournaud

Texte intégral

  • 1 Marie-Yvonne Crépin, « L'image de la femme mariée chez le conteur et juriste breton Noël du Fail » (...)

1Marie-Yvonne Crépin a dressé l'image de la femme mariée chez le conteur gentilhomme et juriste breton1 Noël du Fail. Il décrit davantage les défauts des femmes que leurs qualités : perfides, rusées, cupides, querelleuses et hypocrites. Les vertus que Noël du Fail prône pour les femmes sont l'obéissance et la fidélité. Il dresse un portrait uniquement de la femme mariée au travers des conventions de la fin du xvie siècle. Cette source est à manier avec précaution dans le cadre d'une étude sur les pratiques sociales et économiques de la femme, car l'auteur est un noble conservateur qui refuse toute évolution sociale et regarde vers un passé idéalisé pour y trouver sa société. Son modèle est une société patriarcale non encore infectée par les « novelletez » : la femme y est soumise et fidèle, gardienne du foyer domestique.

  • 2 Appellation retenue par Natalie Zemon Davis, Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie sièc (...)
  • 3 adla, série B 15 à B49.
  • 4 adla, série G42 à G46.
  • 5 adla, série E.

2Cette image de la femme n'est pas conforme à celle que nous rencontrons dans les sources : les lettres de pardon2 de la Chancellerie de Bretagne de 1505 jusqu'en 15863, les procès-verbaux des visites pastorales de l'évêché de Nantes de 1554 à 15734 et les titres de familles5 qui couvrent tout le siècle et débordent sur le xviie siècle ; toutes sont conservées aux Archives départementales de la Loire-Atlantique.

  • 6 Georges Huppert, Bourgeois et gentilshommes. Lu réussite sociale en France au xvie siècle. Paris, (...)

3Au croisement de ces trois sources, il est possible de dresser un bref portrait de la société bretonne : une société dynamique, riche économiquement, qui se caractérise par une importante mobilité sociale bousculant les normes sociales traditionnelles6. Quel est le rôle des femmes dans la société bretonne du début du xvie siècle ?

4Les événements politico-religieux de la Ligue en Bretagne ont favorisé la constitution d'un droit de plus en plus défavorable à la femme. Les normes sociales du début du xvie siècle changent. Le statut de la femme, qui apparaît privilégié en Bretagne, se dégrade à la fin du siècle. Quel est le rôle de l'Église dans ces changements ? Les juristes ont un poids considérable dans la société. Comment vont-ils profiter de l'évolution en cours pour asseoir leur propre pouvoir et préserver leurs intérêts ?

5Dans un espace privilégié, la presqu'île de Guérande, une étude du patrimoine foncier montre le dynamisme de certaines femmes du milieu marchand. Ces femmes reproduisent le schéma dominant de cette époque : investir dans des biens fonciers. Quelle est donc la contribution des femmes à l'activité économique et à l'enrichissement des familles ?

Portrait de la société bretonne au début du xvie siècle

6Selon les lettres de pardon de 1505 à 1532, les femmes apparaissent pleinement insérées dans la vie sociale et économique. Elles partagent avec les hommes l'espace économique et social sans distinction de genre. « Genre » qui, dans le dictionnaire Thrésor de la langue francoyse de Jean Nicot ( 1606), signifie « espèce », comme par exemple espèce humaine ou genre humain ; alors que le mot « sexe » précise le sexe biologique femelle ou mâle. Dans le dictionnaire de Robert Estienne, Dictionarium latinogallicum de 1552, il est précisé que la femme est du genre ou du sexe féminin. De fait, dans toutes nos sources déjà transcrites (au nombre de plusieurs centaines), il est fait une fois seulement référence au mot « sexe » pour signifier le genre féminin : dans un acte notarial de 1640. L'expression « genre féminin » n'apparaît également qu'une seule fois, en 1505, pour signifier le sexe biologique d'une petite fille à sa naissance ! Hormis ces deux cas très particuliers, l'appartenance à un sexe ou à un genre n'est donc jamais précisée.

  • 7 Les « propres » sont importants, que ce soit pour l'homme ou la femme. Les propres peuvent être am (...)
  • 8 adla, B34, lettre 48. Les registres sont souvent foliotés mais comportent des erreurs ou des omiss (...)
  • 9 adla, B34, lettre 70.

7En revanche, l'identité de la femme est à tout moment donnée soit par l'usage de son nom patronymique soit par la possession des biens en son nom propre. La femme garde son nom après son mariage. Comme elle garde ses biens propres7 qu'elle reçoit en héritage ! Dans une lettre de rémission de 15328, le mari se dispute avec son filleul et lui demande de quitter « sa » maison ; à quoi, le filleul répond : « Pourquoy me dites-vous que je sorte hors votre maison ? La maison n'est pas votre, elle est a votre femme ! ». Il est toujours expressément indiqué qui a la possession des biens : soit le mari, soit la femme, soit le couple. Cette séparation de biens favorise-t-elle le dynamisme économique ? Est-ce avant tout une protection de l'individu ? Dans une autre lettre de rémission de 15329, une mère vit avec sa fille et son gendre, et ils tiennent une taverne de vin en vente en « consociété de communautés de biens ». Après la mort accidentelle de la fille, la belle-mère et le gendre demeurent ensemble sans avoir « departy leurdits biens ne faict fin en leurdite societé ». Une communauté de biens peut donc être établie en dehors du couple par le biais d'une société.

  • 10 adla, Titre de famille Jumel, E1384, 1602.
  • 11 adla, B34, lettre 77.

8Un autre trait caractérise cette période : les termes féminisés comme par exemple « serviteure », « acquéreure », « vendresse » ou « demanderesse », « deffanderesse », « procuratrice10 ». Dans une lettre de rémission de 153211, Katherine Derien a été « chambrière et serviteure » d'un gentilhomme qu'elle rencontre dans une taverne. Tout au long des sources, les termes féminisés sont présents même dans le vocabulaire judiciaire.

  • 12 Nicole Pellegrin, « L'androgyne au xvie siècle : pour une relecture des savoirs » dans Danielle Ha (...)

9Les comportements sociaux des Bretons dans la première moitié du xvie siècle montrent une société que des historiennes, comme Nicole Pellegrin, qualifient d'androgyne12. Nous constatons aussi que l'identité féminine est respectée sur le même modèle que l'identité masculine. Mais l'aspect juridique est déterminant pour le statut de la femme : la Très ancienne coutume de Bretagne est favorable aux femmes. Cependant les événements politiques et religieux dans la seconde moitié du siècle vont transformer durablement et en profondeur cette société.

Évolution de la société bretonne :
le contexte religieux et la constitution du droit

10Au début des visites pastorales, l'évêché de Nantes recueille les dénonciations des paroissiens qui sont rapportées au cours des remontrances. Dès la mise en place et la tenue systématique des registres paroissiaux dits papiers baptistères, les rapports écrits se substituent aux dénonciations. Deux réactions sont possibles : soit simplement la notification des faits dans le compte rendu, soit un commandement ou une enquête, surtout dans les cas d'affaires de mœurs entre paroissiens et ecclésiastiques. D'après notre dépouillement, entre 1554 et 1573, un tiers des cas exposés concerne les problèmes de mœurs entre paroissiens. Ce qui nous a paru important par rapport aux problèmes de mœurs des ecclésiastiques et de pratiques religieuses.

  • 13 Il est probable que cette paroisse soit Saint-Léger-les-Vignes.
  • 14 Le divorce est alors une rupture entre gens mariés qui n'autorise cependant pas un nouveau mariage

11Une première constance dans les mœurs de ces paroissiens : les couples se séparent, divorcent. Les deux termes sont employés. En 1554, à Saint- Ligée13, André Buhon et sa femme Julienne Seguyverin sont séparés. Vingt ans plus tard en 1572, à Blain, le style change : les témoins déposent qu'il y a divorce de mariage entre Julien Hamon et Jehanne Guerin ; ils sont séparés depuis dix ans et malgré qu'ils aient été admonestiez plusieurs fois, ils demeurent toujours en leur péché. La même année, à Fégréac, les témoins dénoncent Julien Bonnyto et sa femme Guillemecte Poulain qui sont séparés. Il entretient une concubine enceinte : ils ont déjà eu deux enfants ensemble. La séparation et le concubinage ne sont plus alors tolérés et font scandale dans la paroisse. À Bouvron, la même année, il est même stipulé que Ollivier Maumusson et Renée Coudron sa femme se sont séparés de leur auctorité. À partir des années 1570, la maltraitance de la femme est un motif de séparation, de divorce14. Elle est perçue comme étant le résultat de l'adultère – son mari la trompe et la bat - ou d'un second mariage – elle subit la violence des enfants d'un autre lit. Dans les lettres de pardon, la maltraitance des femmes au début du xvie siècle apparaît comme un usage naturel et autorisé, dans une société elle-même violente.

  • 15 adla, G43, Laplayne, 1561.
  • 16 adla, G44, Coueron, 1563.
  • 17 adla, G44, Sarran, 1563, et Prinqueau, 1564.

12Le concubinage paraît très fréquent et les enfants nés hors mariage mais reconnus sont nombreux. Jehan Fouré et Denise Bouteau se sont unis charnellement alors qu'ils ne sont pas mariés malgré leur promesse. Il leur est fait commandement de sollenizer leur mariage15. À Coueron, le couple Julien Lemaistre et Julienne Dauffy se sont promis le mariage, se sont fiancés et ont fait les bans, mais ils diffèrent leur mariage16. À Sarran, en 1563, Pierres Leroy de La Chapelle-Launay et Jehanne Ronaud se sont promis le mariage mais depuis se sont quittés « sans retirer leur quittance » (sic !). En 1564, à Prinquiau, l'affaire est de nouveau soulevée : ils doivent subir les peines de droit17.

  • 18 adla, G43, Avidre, 1563.
  • 19 adla, G44, Pihiriac, 1564. Les termes de compère et commère signifient respectivement parrain et m (...)

13Les adultères sont courants. À Cordemais, Aulbin Thobelot entretient depuis longtemps Marye Bonuda, elle-même mariée avec un homme de la paroisse du Pellerin : elle a deux enfants du fait dudit Thobelot. La femme est toujours citée en premier, par exemple : Thiephaine Coguelin a un enfant du fait de François Arguet, hors mariage ; Magdalayne Marye, non mariée, a un enfant du fait de Hervé de La Mothe, lui-même marié avec Guillemecte Begonny18. Progressivement, se met en place une procédure. À Piriac, le 24 octobre 1563, « fut baptisée une fille illegitime avouée a Guillaume Leduc de Mesquer et a Laurence Guilloré » : l'enfant est mis en avant et noté illégitime ; nommée Francoyse, elle a un compère nommé ainsi que sa femme, et deux commères19 nommées également. L'exemple n'est pas isolé. Dans d'autres paroisses, l'ancien style réapparaît cependant. L'évolution est bien en cours : elle est perceptible. Le grand changement réside dans le fait que la femme n'apparaît plus en premier, mais cède la primauté à l'enfant. Et celui-ci est dit « illégitime ».

  • 20 adla, B17, lettre 34.

14Les lettres de rémission montrent également les mœurs des paroissiens. Dans une lettre de 150820, le suppliant Guillaume Lamoquet, chargé de femme et enfants,

« conversa charnellement avecques une nommée Guillemecte Danvoir de ladite parroisse de Rommillé pour lors non marié, tellement que ou mois de janvier ou fevrier en l'an de ladite conversation... celle Guillemecte quelle estoit parente de la femme dudit Lamoquet... eut ung enjfant de genre femynin quel enffent la mere de ladite Guillemecte bailla audit Lamoquet de nuyt en ung pannyer d'esclicze... luy disant celle mere par telles parrolles : Voicy ung enffant que ma fille vous a avoié. Je l'ay baptisé. Fectes en ce que vous vouldrez. Lequel Lavoquet print ledit enffent. Et doubtant et craignant les officiers d'eglise dudit Saint Malo qu 'ilz ne l'eussent faict citer et convenir le emprisonner et mal trec- ter pour avoir eu la compaignie de ladite fille, pourtant qu 'il estoit marié et avoit femme et enffans. Aussi de peur qu 'il feust venu a congnoissance a sadite femme quelle il doubtoit que a celle cause se feust couroucée contre luy qui eust esté cause de fere maulvais mesnaige par entreulx... ».

15Il en découle que la mère de la jeune fille a un rôle très important : elle aide sa fille, elle baptise l'enfant, elle remet le bébé au père. Celui-ci est en mauvaise posture : vis-à-vis de sa femme, vis-à-vis de l'Église qui ne le soutiendra pas ; le poids de la responsabilité qui lui échoit est très lourd. Le père choisit d'abandonner l'enfant qui meurt pendant la nuit, et l'affaire est remise à la justice qui condamne le père. Le pardon est remis sur les critères suivants : le suppliant veut préserver l'honneur de la jeune fille et sauver son ménage. À aucun moment, la jeune fille n'est condamnée pour abandon : elle se pose en victime.

  • 21 adla, G46, Crosac, 1573.

16Régulièrement les visites pastorales dévoilent les affaires de mœurs entre paroissiennes et ecclésiastiques : elles concernent souvent des chambrières qui vivent chez les prêtres avec lesquels elles entretiennent des relations charnelles jugées scandaleuses dans cette seconde moitié de siècle. Le statut de « la femme de prêtre », déjà fragile, devient objet de scandale. En 1554, le prêtre est dénoncé comme responsable de ce scandale et la femme est perçue soit comme victime soit au contraire comme paillarde, putain. À Crossac en 157321, les prêtres déposent « avoir eu bruict et scandai en la parroesse que dom Bertran Halgan a engendré ung ennfant a Michelle Heaullot qui pour lors demeure ches la chatelaine ». L'affaire prend de l'ampleure :

« Dom Jehan Rouxel interrogé s'il en sayt aulcune chose, dépose que l'enfant dont est question feut advoué a ung homme de Pontchateau a qui ladite Michelle le avoua. Jacques Chotard, l'un des témoins synodaux, dit que ledit dom Bertran en a esté fort scandalisé d'avoir engendré ledit enfant, mays que ladite Michelle luy a dict que l'enfant n'estoit audit Halgan et que l'enfant estoit a ung homme qui demeuroit à Pontchasteau ».

17La femme n'est pas interrogée. Pourquoi ? Quel est le rôle de la châtelaine ? Le religieux apparaît plutôt comme victime d'une rumeur. L'atmosphère apparaît plutôt malsaine. Retenons le terme important « avoué » si répandu au xvie siècle qui signifie recognoistre dans le dictionnaire de Robert Estienne. L'enfant est donc reconnu directement soit par son père soit par la mère elle-même.

18Le contexte religieux, le temps des réformes, expliquent le changement dans certains comportements sociaux. Un autre champ d'étude, la constitution du droit, montre l'évolution culturelle de la société bretonne.

19Comparée au droit écrit, la Très ancienne coutume de Bretagne est favorable aux femmes. Les Guerres de religion ainsi que la Ligue en Bretagne favorisent la réforme de la Coutume à la fin du xvie siècle. Les juristes, magistrats et notaires travaillent à la construction d'un droit défavorable aux femmes.

  • 22 adla, B18, lettre 17.
  • 23 Le terme « vandue » est bien celui utilisé.

20En 1508, une lettre de rémission22 évoque les règles de droit en vigueur pour les femmes. Guillaume Vestier se rend dans une taverne rejoindre son fils, Allain, marié à Pheline Morin. Il apprend alors par l'assemblée que son fils veut vendre une terre appartenant à sa femme. La mère de ladite Pheline, Agaisse, présente, refuse car la terre lui appartient : son feu mary, père de Pheline, la lui avait vendue23. Guillaume répond alors :

« Et symes nous assemblez sur ce ?Je n 'en avoys rien oy Allain de tout cecy, de vandre la terre de votre femme. Elle ne sera point vandue... Elle ne sera vandue ne eschangée, mais elle sera louée. Et si elle est baillée ceulx de La lignée en seront premiers, reffusans paravant La baillez a n al autre. Sur lesquelles parolles, respondit ledit Allain qu 'il n 'en feroit rien pour sondit pere ne sa belle mere et qu 'il en feroit ung fait ».

  • 24 À la majorité, filles comme garçons restent sous la curatelle du père ou d'un curateur nommé, jusq (...)

21Mais peu de temps après le père rencontre de nouveau son fils. Il le blâme alors de paillarder dans la taverne « et que ce n'estoit pas bien fait de y estre et de voulloir vandre la terre de sa femme. Et que desia avoit vandu les arbres anciennes estant sur la terre de sadite femme ». Heureusement pour la jeune femme, son mari doit être mineur ou sous la curatelle de son père qui doit autoriser son fils à vendre des biens24. La jeune femme n'apparaît pas et est en fait représentée par sa mère qui défend les intérêts de sa fille, de sa lignée. Le père tue son fils et demande une lettre de pardon du roi. Un des critères avancés est que le fils est un « discipateur de biens comme pour avoir vendu les arbres estans sur la tore de sa femme, voulloir icelle terre vendre ». L'intérêt de la lignée apparaît ici primer sur celui du mari qui n'appartient pas à la lignée de sa femme.

  • 25 adla, B18, lettre 18.
  • 26 adla, B18, lettre 28.
  • 27 adla, B18, lettre 37.
  • 28 adla, notaire Charrier, 4E2487, en 1595.

22En 1509, Jehan Lostellier25, fils aîné de la famille, est dépeint aussi comme un dilapideur de biens. Son père vit dans sa propre maison alors que ses enfants héritent des biens propres de sa femme décédée, qui apparaissent importants. Les maris peuvent aussi hériter des biens de leur femme et l'expression consacrée est « a lui appartenant a cause de sa femme ». Tout se règle par contrat, que ce soit au mariage, et voilà tout l'intérêt de se marier en ce début de siècle, ou par d'autres actes notariés. Tous ces titres doivent être gardés précieusement pour être montrés comme preuve en cas de litige, voire de procès. Une femme peut également ester en justice. Guillaume Esgault26 se rend « a Dinan pour devoir ester a la court allen- contre d'une nommé Auffraise Vincent quelle avoit faict aiourner... » Une épouse peut également être ajournée à son domicile pour son mari à qui elle remettra ultérieurement la convocation27. La femme mariée reçoit procuration de son mari pour effectuer son commerce en son absence, et pour « vendre, hipotecquer et engaiger telles mesons et terres appartenant à son mari... et faire passer contraictz par notaires...28 ».

23Le rôle des notaires est donc très important. Et nombre de lettres de pardon demandent la grâce pour des notaires peu scrupuleux qui falsifient les actes notariés. L'intérêt est majeur : ils peuvent alors récupérer des rentes et des terres de façon frauduleuse. Le droit velleien semble être un bon moyen pour accaparer les biens des femmes.

  • 29 Pierre Petot et André Vanderbossche, « Le statut de la femme dans les pays coutumiers français du (...)
  • 30 L'édit sera ratifié par le Parlement de Rennes 80 ans plus tard.
  • 31 Jean Portemer, » La femme dans la législation royale des deux derniers siècles de l'Ancien Régime  (...)
  • 32 adla, El 195.

24Au cours du xvie siècle, le succès de la renaissance du droit romain a eu en France pour résultat de renforcer l'inégalité établie dans l'intérêt de l'homme29. La séparation des biens présente des périls pour les tiers, ce qui va à l'encontre des intérêts de la famille. L'abolition du Senatus-consulte velleien par l'édit d'août 160630 apparaît comme une mesure favorable aux femmes car cette disposition leur rend la capacité de s'obliger, mais elle est avant tout la levée d'une protection encombrante pour le ménage et la famille31. La formule du Senatus-consulte velleien est la suivante32 :

« Ladicte... par expres au droict Vellayen a l'espitre divi Adriani a l'euten- ticque syqua mullier et a tous autres droictz concedez en faveur de son sexe, luy declaré estre telz que femme ne peut vandre s'obliger ny interceder pour autruy mesmes pour sondict mary sans avoir renoncé ausdits droictz. Ce qu 'elle a dict bien scavoir et entendre ».

25Cette formule date de 1640. Pour la première fois, le mot sexe apparaît à la place du mot femme.

  • 33 adla, titres de famille Jumel, E1384.

26En 1619, Gille Hardi et Janne Hichot33 obtiennent une maison à titre de rente foncière. Ils promettent par serment de renoncer à faire division de leur bien et de garder insolidin l'un pour l'autre et ung seul pour le tout. Janne Hichot de son côté renonce au droit velleien et ils deviennent solidaires alors l'un envers l'autre. Précédemment, au xvie siècle, les époux ont leurs biens propres et des biens en communauté. Si l'un des deux meurt, l'autre hérite d'une partie de la communauté avec les enfants et les biens propres du défunt passent aux enfants héritiers. Le survivant n'est pas dépossédé ; en effet, il garde ses biens propres dont les enfants n'hériteront qu'à sa mort, avec la partie de la communauté qui lui était revenue (le pourcentage dépend de l'état : noble ou roturier). La formule du droit velleien est donc souvent liée à la formule de la non-division des biens.

  • 34 Jean Portemer, « Le statut de la femme en France depuis la réformation des coutumes jusqu'à la réd (...)

27Une étude importante doit être menée à ce sujet pour démontrer l'importance de cet instrument utilisé souvent par les notaires dans les cas de femmes seules. Enfin, le terme de communauté si fréquent dans les sources apparaît être la propriété du mari comme seigneur et maître. Au xviie siècle, le mari exerce cette puissance non seulement sur la communauté de biens mais sur la personne même de sa femme, ce qui la rend donc complètement dépendante34.

  • 35 adla, titres de famille : Jumel, E1382 et E1384.

28L'aspect juridique de nos sources montre cependant une résistance à l'évolution en cours. Malgré les transformations profondes, la société bretonne reste pragmatique : le commerce doit prospérer. Les femmes continuent à remplacer les hommes partis en voyage d'affaires. Les femmes de marchands participent activement à l'accroissement de la richesse économique de leur famille. Les juristes sont obligés de leur laisser une certaine autonomie. La femme marchande a une situation juridique privilégiée pour tout ce qui se rattache à l'exercice de son commerce. Elle peut ester seule en justice dans les litiges relatifs à l'exercice de sa profession. Ce système est dicté par les nécessités pratiques évidentes. Notre étude porte plus particulièrement sur la presqu'île guérandaise, région de marais salants35.

Rôle et statut de la femme dans la société littorale

29Les Jumel forment une grande famille foncière au Croisic dans la seconde partie du xvie siècle. À travers l'étude de cette famille, nous rencontrons toute la communauté qui vit sur les marais et par les marais. Sur 279 mentions de biens fonciers, 93 portent le nom de femmes qui détiennent les terres, les vignes, les maisons, les jardins et les œillets de marais. En 1570, Margueritte Jumel et sa sœur Ollive, héritières, sont présentes au partage de leurs parents avec autorisation de leur mari : « Et a ladite Margueritte Jumel o ladite auctoritté sont escheuz... ». Cinquante ans plus tard, « Allain Ginot et femme par choisige qu'il en a faict, est escheu et advenu la seconde lottye ». Ici le mari apparaît en premier alors même qu'il n'est pas l'héritier et que de plus il est absent. L'héritière n'est même pas nommée. Dans un autre partage du début du xviie siècle, il est stipulé que le mari agit « comme mary et procureur de droict d'honnorable femme Laurence Brestin... ». Le style a changé. Pourtant, d'autres femmes résistent. Ollive Yviquel, en 1629, dite honnorable femme, veuve, est présente. Elle ne se fait pas représenter et le nom de son défunt mari n'est pas précisé.

30Mais le cas de Marie Agouet est plus intéressant. En 1571, Marie Agouet, mineure, hérite des biens de ses aïeux ; puis en 1581, mariée avec Jean Lucas, elle hérite de nouveau par l'estoc maternel. Tous deux sont présents. En 1591, Marie Agouet, veuve, est mariée à Vincent Blays et est acquereure d'une maison : le mari est inexistant et Marie paie directement au notaire les frais. Elle agit au titre de veuve de son premier mari et pour sa fille Françoise Lucas dont elle est la tutrice. Marie épouse Pierre Jumel, bourgeois et marchand, en troisième noce. En 1602, dans un acte d'achat, il est fait mention d'un autre acte signé par elle alors que trente ans plus tôt il est notifié qu'elle ne sait pas signer. En 1615, Marie est qualifiée de veuve, mais le nom du feu mari n'apparaît pas. Sa nouvelle qualité est « honorable femme ». En 1624, elle accepte un accord avec Nicolas Roullet. Elle est présente mais vient avec son procureur qui signe pour elle. En 1632, elle achète des œillets de marais. Elle agit seule, en tant que bourgeoise, une nouvelle qualité alors que celle de veuve n'est plus précisée. En 1640, Marie Agouet est toujours vivante et se fait représenter dans des procès. Elle décède juste après. Un ajout sur un acte montre que son héritage échoit à son arrière-petite-fille damoiselle Marie Cramezel. Elle est alors mariée avec Pierre Jego et ils sont sieur et dame de Quevelec. Seul Pierre Jego est présent et signe. L'héritière a disparu de l'acte.

31En 1548, Pierre Agouet, le grand-père de Marie Agouet, marchand et marinier, achète dix œillets de marais à des membres de la famille de sa femme Marie Moysan. En 100 ans, la famille Agouet, d'extraction roturière, a acquis ses lettres de noblesse. Quelle est la part qui revient aux femmes dans l'élévation sociale de la famille ? Son mariage avec Pierre Jumel, propriétaire de bateau et marchand, a élevé Marie Agouet socialement : elle devient elle-même propriétaire de bateau. Les Jumel sont installés comme notaires au Croisic au xviie siècle et pratiquent l'armement morutier. Une étude sur ces familles est en cours.

32Dans l'état des recherches en cours, il semble qu'au début du xvie siècle le partage des rôles entre hommes et femmes ne soit pas déterminé en fonction du genre. Deux rôles sont pourtant réservés : le premier est biologique et revient à la femme qui met au monde les enfants ; le second est militaire et réservé à l'homme. Dans certains cas de crises comme pendant les guerres de religion, les femmes pour défendre leurs biens ont pourtant pris l'épée de leurs maris absents. Car, quand l'un est défaillant dans des tâches qui lui sont attribuées, l'autre le remplace. Dans cet exemple très particulier de la société littorale, l'homme est absent et son activité maritime, de plus, est la cause d'une mortalité masculine importante. La femme doit donc pallier son absence et entre autres investir les profits engendrés par l'activité marchande dans des biens fonciers, schéma dominant de cette époque.

*

  • 36 Cf. Carlo Ginzburg, « De près, de loin. Des rapports de force en histoire », Revue Vacarme, janvie (...)

33En France, à la fin du xvie siècle, la peur des « novelletez » est présente dans la société bretonne. Les contemporains, comme Montaigne, en parlent pour désigner le protestantisme responsable des guerres civiles. La constitution du droit s'effectue dans ce contexte. L'historien Carlo Ginzburg écrit : « En histoire, pour montrer la réalité, il faut montrer l'écart entre les systèmes et leur fonctionnement imparfait36 ». Voici justement le programme de notre étude en cours. Quantité de questions restent actuellement sans réponse : quelle est la contribution des femmes dans le milieu marchand permettant à leur famille une promotion sociale ? Quel est le rôle de l'Église dans le nouveau statut des femmes ? Enfin, une étude juridique semble nécessaire, que ce soit sur le droit velleien ou sur les différences entre les différentes justices. Et le fait que la Très ancienne coutume de Bretagne soit favorable aux femmes peut-il être un élément d'explication du dynamisme commercial du duché ? Ces hypothèses de travail sont liées à un autre aspect de l'étude en cours : les femmes sont des actrices économiques dans le duché de Bretagne. Comment ont-elles réagi face à leur éviction progressive de la société ? Les sources suggèrent une certaine résistance. Une étude des réseaux féminins pourrait donner des résultats intéressants.

Notes

1 Marie-Yvonne Crépin, « L'image de la femme mariée chez le conteur et juriste breton Noël du Fail » dans Mémoires de la Société d'Histoire et d'archéologie de Bretagne, Actes du congrès d'Ancenis « La femme en Bretagne », 1999, tome 77.

2 Appellation retenue par Natalie Zemon Davis, Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie siècle, Paris, Seuil, 1988.

3 adla, série B 15 à B49.

4 adla, série G42 à G46.

5 adla, série E.

6 Georges Huppert, Bourgeois et gentilshommes. Lu réussite sociale en France au xvie siècle. Paris, Flammarion. 1983.

7 Les « propres » sont importants, que ce soit pour l'homme ou la femme. Les propres peuvent être amenés en dot, mais également en acquisition ou en conquets durant le mariage car les biens peuvent être soit en communauté soit séparés.

8 adla, B34, lettre 48. Les registres sont souvent foliotés mais comportent des erreurs ou des omissions. Nous avons donc choisi de donner des numéros aux lettres, ne pouvant pas systématiquement référencer les lettres par des numéros de page ou de folio.

9 adla, B34, lettre 70.

10 adla, Titre de famille Jumel, E1384, 1602.

11 adla, B34, lettre 77.

12 Nicole Pellegrin, « L'androgyne au xvie siècle : pour une relecture des savoirs » dans Danielle Haase-Dubosc et Éliane Viennot, Femmes et pouvoirs sous l'ancien régime, Paris, Rivages, 1991.

13 Il est probable que cette paroisse soit Saint-Léger-les-Vignes.

14 Le divorce est alors une rupture entre gens mariés qui n'autorise cependant pas un nouveau mariage.

15 adla, G43, Laplayne, 1561.

16 adla, G44, Coueron, 1563.

17 adla, G44, Sarran, 1563, et Prinqueau, 1564.

18 adla, G43, Avidre, 1563.

19 adla, G44, Pihiriac, 1564. Les termes de compère et commère signifient respectivement parrain et marraine.

20 adla, B17, lettre 34.

21 adla, G46, Crosac, 1573.

22 adla, B18, lettre 17.

23 Le terme « vandue » est bien celui utilisé.

24 À la majorité, filles comme garçons restent sous la curatelle du père ou d'un curateur nommé, jusqu'à l'âge de 25 ans.

25 adla, B18, lettre 18.

26 adla, B18, lettre 28.

27 adla, B18, lettre 37.

28 adla, notaire Charrier, 4E2487, en 1595.

29 Pierre Petot et André Vanderbossche, « Le statut de la femme dans les pays coutumiers français du xiiie au xviie siècle », La Femme, Recueils de la Société Jean Bodin, Bruxelles, éd. De la librairie encyclopédique, 1962.

30 L'édit sera ratifié par le Parlement de Rennes 80 ans plus tard.

31 Jean Portemer, » La femme dans la législation royale des deux derniers siècles de l'Ancien Régime », Études d'histoire du droit privé offertes à Pierre Petot, Paris, Dalloz, 1959, p. 445.

32 adla, El 195.

33 adla, titres de famille Jumel, E1384.

34 Jean Portemer, « Le statut de la femme en France depuis la réformation des coutumes jusqu'à la rédaction du code civil », dans La Femme, Recueils..., vol. II, p. 454.

35 adla, titres de famille : Jumel, E1382 et E1384.

36 Cf. Carlo Ginzburg, « De près, de loin. Des rapports de force en histoire », Revue Vacarme, janvier 2002, n° 18.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540