Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Deuxième partie. Savoirs

L'éducation des jeunes filles à Notre-Dame de la Victoire de Morlaix, à travers des cahiers de classe de l'année 1886-1887 : archaïsme ou modernité ?

Hervé Martin

Texte intégral

  • 1 Archives privées, Landivisiau (29). Marie Abgrall écrit, dans une lettre fictive à une amie : « De (...)
  • 2 L'un de ces cahiers est consacré à l'instruction religieuse, l'autre s'intitule Récapitulation, en (...)

1La source que j'ai choisi d'étudier est constituée par les 19 cahiers de classe de Marie Abgrall (1871-1918), appartenant à une famille rurale aisée de Saint-Thégonnec dans le Finistère, élève au pensionnat de Notre-Dame de la Victoire de Morlaix, tenu par des religieuses ursulines1 Ces cahiers s'étendent sur l'ensemble de l'année scolaire 1886-1887 : 7 d'entre eux commencent en octobre 1886, les 12 autres vont du 4 janvier à la fin juin 1887. Ils sont tenus par une élève de quinze à seize ans, qui semble être en fin d'études, ce qui explique peut-être la conservation intégrale de ces ultimes cahiers de classe2. La perspective d'un examen, qui pourrait être le Brevet Elémentaire, n'y est jamais évoquée. Sans prétendre épuiser la richesse de cette source, qui nous donne le profil d'une année scolaire dans un établissement catholique dix ans après l'avènement de la Troisième République, je m'efforcerai de la questionner dans l'optique du colloque. Je précise d'emblée que, dans ce système éducatif, les invariants, dont certains me semblent remonter très haut dans le temps, l'emportent largement sur les ouvertures au monde moderne. Après avoir analysé les composantes de l'atmosphère idéologique respirée, avec une apparente allégresse, par Marie Abgrall, je décrirai le carcan pédagogique qui lui est imposé et je recenserai les disciplines qui lui sont inculquées, dont la souveraine grammaire française, génératrice d'une sévère police de la langue, puisque parler correct et bonnes manières vont de pair. J'insisterai ensuite sur l'intériorisation des normes scolaires, familiales et sociales, explicitement recherchée, sinon obtenue, par des religieuses déterminées à imposer à leurs élèves un « noviciat pratique » destiné à les préparer à leur rôle d'épouse et de mère.

L'englobant idéologique

2L'atmosphère idéologique respirée par Marie Abgrall peut s'analyser à travers quelques formules de base : « Dieu premier servi », Memento mori, « Catholique et Breton toujours », mais aussi « France ma Patrie », et « Entre Monarchie et République mon cœur balance ».

3« Dieu premier servi » s'affiche à l'orée de plusieurs cahiers sous la forme latine A.M.D.G., entendons Ad Majorem Dei Gloriam, et une fois en français : « Je suis sur terre pour faire la volonté de Dieu ». On trouve encore, soigneusement calligraphiées, les formules suivantes : « L'ordre conduit à Dieu », « À Jésus par Marie », « À Dieu d'abord, à mes parents chéris ensuite, l'hommage de cet humble travail de mon année », expression qui instaure une continuité entre le service de Dieu et les devoirs envers les parents. D'autres cahiers s'ouvrent par « Ave Maria », ou « Noël ! Alléluia ! La vie habite au ciel », ou par « J.M.J. Jésus Marie Joseph, Ave Maria ».

4Memento mori constitue un autre leitmotiv ainsi décliné : « Dans les palais, la mort frappe comme dans les chaumières », « La mort est une bête féroce qui fait sa ronde jour et nuit ». Dès l'enfance et l'adolescence, la vie chrétienne se ramène par bien des aspects à un art de se préparer à bien mourir, à tout âge. À l'occasion du Nouvel An, Marie Abgrall nous donne sa version de l'adage « Philosopher, c'est apprendre à mourir » :

« Cette année nouvelle, je veux en profiter... Mais ne sera-t-elle pas la dernière pour moi ? Elle le sera pour beaucoup de personnes de mon âge... Plus j'aurai travaillé, plus je me serai donné de peines, plus j'amasserai de mérites, plus je serai heureuse en ce monde, heureuse surtout en l'autre. »

5À ces considérations macabres, avivées par la visite d'un cimetière lors d'un voyage à Paris, à la Toussaint, s'associe une morale austère, qui récuse à la fois la beauté corporelle, le plaisir sous toutes ses formes et l'ensemble des joies dites mondaines. D'où des mises en garde du genre : « Les plaisirs ressemblent à certains fruits savoureux qui laissent un goût très amer », et des développements sur « À quelque chose malheur est bon », adage illustré par l'histoire d'une jeune fille belle et vaniteuse, défigurée par la maladie, mais transformée moralement, en bien, faut-il le préciser ! J'observe au passage que la tradition de l’ exemplum médiéval se perpétue. Les anecdotes édifiantes servent à inculquer ce mixte de religion et de morale qui tient lieu de programme de vie chrétienne à Notre-Dame de la Victoire. L'un de ces exempla relate ainsi la punition subie par trois soldats de l'An II pour avoir profané une statue de la Vierge en la criblant de balles. On reste dans l'univers mental d'Etienne de Bourbon, un prédicateur contemporain de Saint Louis, pour lequel on était puni par où on avait péché.

  • 3 Voir, par exemple, J. Pirotte, « Les images de dévotion témoins de la mentalité d'une époque (1840 (...)

6Les persistances médiévales ne se limitent pas aux exempla précités. Des passages entiers du cahier d'instruction religieuse, sur le paradis, l'enfer, les dix commandements et l'eucharistie, semblent issus des sermons du Moyen Âge. Je serais tenté de définir ainsi ce catéchisme très traditionnel : un vieux fonds médiéval, une profonde empreinte tridentine et, pour couronner le tout, une ambiance sulpicienne, très perceptible en trois grandes circonstances : Noël, le mois de Marie et la première communion. Noël nous vaut, par exemple, une « crèche écrite » des plus suaves : « Il est nuit, le vent glacé souffle avec violence, la neige tombe à gros flocons » ; la sainte Vierge veille Jésus endormi dans son berceau, tout en tissant la robe sans couture. « Je crois encore l'entendre chanter comme font les anges, poursuit Marie Abgrall, et s'écrier : Pluie, neige, tombez, tombez plus doucement, mon Jésus dort, ne le réveillez pas. » Il est permis de penser que ces élans ont été encouragés, sinon suscités, par le décor sculpté et peint de la chapelle, ou par les images pieuses abondamment diffusées à cette époque3.

7Si la mode sulpicienne a touché Morlaix, on y entend aussi résonner le fameux « Catholique et Breton toujours ». Au début de l'année scolaire, Marie Abgrall relate le pardon de Notre-Dame du Folgoët du 8 septembre précédent, qui semble l'avoir beaucoup impressionnée. Au cours de la nuit, tout le Léon a rappliqué, bannières en tête. « À cinq heures, les routes étaient pleines de voitures, de processions, qui défilaient dans l'ordre le plus parfait ». Quelques heures plus tard, le credo fut chanté avec autant d'enthousiasme qu'un hymne national. Vint ensuite le sermon, que le prédicateur termina par cette adresse au public :

« Est-ce vrai, mes frères, que la foi s'en va de notre Bretagne ? Oh ! non, non, ce spectacle que j'ai sous les yeux me montre encore mes compatriotes Catholiques et Bretons comme au premier jour ».

8« Catholique et Breton toujours » n'entre pas en opposition avec « France ma Patrie », en un temps où, dans la majorité des esprits, le sentiment provincial breton s'emboîte dans un sentiment national français plus large. Car la seule patrie qu'il faut s'attacher à célébrer et à défendre est bien la France. Un devoir de morale se transforme ainsi en une célébration exaltée de la Terre-Patrie. Sur une carte du monde, elle attire le regard par « la netteté précise et ferme de ses limites ». Elle présente « l'aspect d'une vaste forteresse, entourée par des remparts inaccessibles », expression qui confère une forme d'éternité à des « limites naturelles » parfois atteintes depuis peu. Tracé par Dieu, le jardin de France est le plus fertile qui soit, puisque « tous les terrains géologiques s'y associent ». Nation guerrière, la France « est toujours prête à défendre les faibles, à protéger les opprimés, à défendre les causes nobles et justes ». Terre de culture, « elle a produit des artistes d'un talent hors-ligne, dans tous les genres ». Si les hommes « la défendent avec leurs bras et avec leur cœur, ce sont les femmes qui forgent les meilleures armes, car ce sont elles qui apprennent à leurs fils à chérir la patrie ». Ce « pur patriotisme » digne des manuels d'Ernest Lavisse, que les femmes ont charge de transmettre avec l'ensemble des valeurs morales et religieuses, s'alimente à la blessure occasionnée par la défaite de 1870. Pour éviter pareille déconvenue à l'avenir, il faut une défense bien organisée, comme le souligne une curieuse leçon de géographie consacrée au service militaire.

9La Patrie, éternelle par essence, ne saurait se confondre avec les régimes politiques, pérennes ou éphémères, qui en ont assumé la direction. Cette fois, l'opinion des sœurs semble être, à en juger par les traces écrites : « Entre Monarchie et République, mon cœur balance ». À la question : « Dire s'il est bon, s'il est juste de décrier le passé de la France pour exalter outre mesure le présent », la réponse de notre élève, sans doute inspirée par ses maîtresses, respire la prudence :

« Les personnes qui prétendent que nos pères n'étaient que des malheureux, des esclaves, se trompent beaucoup. Nous sommes mieux nourris, mieux logés que nos pères. Mais tous les progrès matériels sont vains, si les progrès moraux ne marchent pas de pair avec eux. Mais ceux qui voudraient retourner en arrière... se trompent également ».

10Les traditionalistes nostalgiques et les républicains pourfendeurs du passé sont renvoyés dos à dos. Toutefois, si l'ancienne et la nouvelle sociétés ont chacune leurs faiblesses, la première nommée suscite des regrets dans la mesure où elle était régie par des rois très chrétiens comme Robert le Pieux ou Saint Louis.

  • 4 La laïcité et l'obligation scolaire ont été instaurées le 26 mars 1882.

11De la République, en place depuis seulement dix ans, les Ursulines semblent s'accommoder, volentes nolentes. Deux leçons d'instruction civique présentent sobrement les institutions de la Troisième République, sans porter le moindre jugement de valeur sur la nature parlementaire du régime, sur la reconnaissance des cultes catholique, protestant et israélite, ou sur les attributions du ministre de l'Instruction Publique. Bien que les femmes n'aient pas le droit de vote, les différents types de suffrage et de scrutin, ainsi que les attributions des deux Chambres, sont exposés de façon assez détaillée, sans jugements défavorables. Dans les 19 cahiers, je n'ai relevé que deux pointes anti-républicaines. Cependant, la politique scolaire de Jules Ferry suscite plus de réserve que d'enthousiasme : « Autrefois, les parents faisaient eux-mêmes l'instruction de leurs enfants, aujourd'hui la loi a dit4 qu'il faut les envoyer en classe de l'âge de six ans à l'âge de treize ans ». Cette réticence procède sans doute de l'instauration de la laïcité dans les écoles publiques.

  • 5 Paris, Fayard, 1999.

12Si l'on accepte avec résignation, mais sans hostilité affichée, la République et l'école gratuite et obligatoire, on fait preuve d'une confiance mesurée dans le progrès, ce qui ne saurait surprendre les lecteurs de La Bénédiction de Prométhée de Michel Lagrée5. Les leçons de chimie reposent sur la conviction d'un progrès continu des connaissances : les corps actuellement considérés comme simples, est-il dit, pourront peut-être être décomposés « lorsque la science possédera des procédés plus efficaces ». La chimie, qualifiée de « science dont l'utilité pratique est la plus grande », suscite un vif attrait, à défaut d'entraîner des élans scientistes. Si l'agriculture a fait de grands progrès en France, en Angleterre et en Amérique, c'est en « appelant à son secours les sciences physiques et chimiques ». Ces lignes témoignent d'une confiance robuste, mais point aveugle, dans les avancées technologiques, qui ne sont pas synonymes de progrès moral.

13Quelles que soient les concessions faites à l'esprit du temps, le cadre idéologique global reste traditionnel, au point qu'il n'est pas difficile de souligner ce qui sépare l'enseignement congréganiste de l'enseignement public. Les particularités du premier me semblent être : la géographie sacrée, au nom de laquelle une ville est aussi renommée pour ses sanctuaires que pour son activité économique ; la scansion religieuse de l'année, qui comporte nécessairement une retraite ; le providentialisme tranquille, appuyé sur la conviction que « la nature ne s'est jamais écartée des plans qui lui ont été tracés par le créateur » ; enfin le caractère naturel conféré aux croyances religieuses, comme si elles allaient de soi et ne pouvaient être l'objet d'aucune remise en question.

Le cadre pédagogique et disciplinaire

14Descendons des hauteurs de l'idéologie pour nous pencher sur le cadre pédagogique et disciplinaire en vigueur à Notre-Dame de la Victoire, où la grammaire règne en maîtresse sur une kyrielle de disciplines étonnamment poreuses et où le souci d'inculquer des savoirs passe après celui de former de vertueuses maîtresses de maison.

15La gamme des disciplines représentées dans ces 19 cahiers est très ouverte. On y trouve de tout, à des doses variables : grammaire, arithmétique, géographie, histoire, sciences naturelles, géologie, instruction religieuse, morale, hygiène, politesse, instruction civique, et j'en passe. Les petits plats se succèdent à vive allure du lundi au samedi, à l'exception du plat de résistance constitué par la grammaire, servi sous différentes formes : lexicologie, orthographe, analyse logique, rédaction, style. L'impression de fractionnement du savoir est aggravée par le silence gardé sur les manuels susceptibles de fournir un substrat solide dans les différents domaines. Seule est attestée l'utilisation du manuel de botanique, et plus encore celle du livre de grammaire, aux règles de laquelle des renvois sont opérés en permanence.

16Bien des exercices me paraissent d'un bas niveau, comme de conjuguer affirmer, accepter, chercher au présent, à l'imparfait et au passé défini. En chimie, en cosmographie ou en botanique, on en reste le plus souvent à de plates nomenclatures : énumération des différentes formes de racines, analyse des trois composantes du tronc de l'arbre, distinction entre tige ligneuse et tige herborée, entre arbre et arbrisseau, etc. Seul le catéchisme me paraît d'une meilleure tenue, en certains passages.

  • 6 Evelyne Héry, Un siècle de leçons d'histoire. L'histoire enseignée au lycée 1870-1970, Rennes, pur(...)

17Toutes ces disciplines ou sous-disciplines sont étonnamment poreuses, au point que le savoir circule de l'une à l'autre en permanence, comme dans l'enseignement le plus traditionnel et en particulier dans les encyclopédies médiévales. Ce constat ne saurait surprendre en 1886, puisque nous sommes encore à une époque où les disciplines scolaires s'efforcent de définir chacune leur champ propre6, sans toujours y parvenir. On rencontre en conséquence différents attelages disciplinaires, au service d'un brassage continu des savoirs :

  • grammaire et catéchisme, quand le futur se décline ainsi : « tu supplieras, nous avouerons, elles communieront » ;
  • grammaire et géographie : « Les vers à soie sont si communs au Tonquin que les plus pauvres habitants y sont vêtus de soie » ;
  • -grammaire et histoire : les exercices sur le participe passé se font couramment sur des bribes d'histoire ancienne.

18Le primat de la grammaire est incontestable tout au long de ces cahiers. Elle règne en maîtresse comme au Moyen Age, où connaître le sens des mots revenait à connaître l'essence des choses, et comme à l'époque classique, où langage châtié et bonnes manières allaient de pair. La lexicologie apprend à employer les termes adéquats, en pesant le sens des mots, et à varier son vocabulaire. D'où des exercices assez subtils sur châtier et punir ; devin et prophète, débris, décombres, ruines. La syntaxe a aussi ses exigences : il faut avant tout apprendre à accorder les participes passés. Un nombre incalculable d'exercices y contribue, d'octobre à juin. Pour témoin, ces lignes où Marie Abgrall commet deux fautes, mais où bien des étudiants actuels fauteraient aussi :

  • 7 Les numéros désignent les règles de grammaire concernées.

« Comme tous les Barbares sont entrés 696 pêle mêle dans l'empire romain, ils se sont incommodés 698 réciproquement, aussi la politique des Romains les a-t-elle constamment excitée 697 à s'armer les uns contre les autres et les a laissé 705 s'entre-détruire7 ».

  • 8 Voir à ce propos les observations de Marie-Thérèse Cloître dans Alain Croix et Christel Douard, Fe (...)

19Une dictée homonymique associe des jeux sur les participes passés et sur les mots cachet et caché, cahot et chaos, caillé et cahier. Il faut en convenir : les ursulines ne badinent pas avec la grammaire et veulent inculquer à leurs ouailles une parfaite maîtrise de la langue de Racine, de ce « français national » dont les mérites étaient célébrés dès le xive siècle. Cet apprentissage rigoureux ne comporte aucun rapprochement avec d'autres langues, ni avec le latin réduit à quelques formules liturgiques, ni avec le breton, totalement absent quoique majoritaire dans la société. Le monolinguisme des ursulines est aussi rigide, sinon plus, que celui des sœurs chargées de l'enseignement primaire8. La police de la langue s'exerce à Morlaix en 1886, au bénéfice ou aux dépens des jeunes filles de la bourgeoisie urbaine et de la juloterie rurale, comme elle s'était exercée deux siècles plus tôt à Saint-Cyr pour acculturer les demoiselles de l'aristocratie.

  • 9 Pensons, par exemple, à toutes les implications d'une phrase aussi simple que celle-ci : « il faut (...)

20Les sempiternels exercices de grammaire et de style véhiculent un grand nombre de stéréotypes géographiques, sociaux, patriotiques, religieux et autres. Ce sont de puissants vecteurs idéologiques9, mais leur rôle culturel est des plus modestes, en dehors de l'inculcation de quelques références qui permettront de se « distinguer » le cas échéant comme : « il y a dans tous les opéras de Rossini des solo et des duo charmants ». En général, aucun effort n'est fait pour éveiller la sensibilité littéraire ou musicale. Racine, Corneille et Mozart ont droit à de simples notices biographiques, sans plus. En littérature comme dans les autres disciplines, c'est l'esprit de liste qui l'emporte, générateur de sèches nomenclatures.

  • 10 La nostalgie y est bien présente : « quelles provinces ont appartenu à la France ? Villes où domin (...)

21Comme je ne peux faire un sort à toutes les disciplines « subordonnées » à la grammaire, je m'attacherai à l'histoire et à la géographie, qui me sont les plus familières. L'histoire tient de la galerie de portraits, du panégyrique et de la liturgie funèbre. Elle se présente sous la forme de miettes, sans qu'apparaissent jamais les enchaînements chronologiques et encore moins le substrat social. Pour témoin, un exercice intitulé Style-Histoire de France, fondé sur la vieille alliance entre Clio et la rhétorique, où défilent les rois de France préférés, Charlemagne, Saint Louis et les autres, dont les mérites sont brièvement rappelés. En comparaison, la géographie peut sembler moins archaïque, bien qu'elle reste encombrée de précisions historiques. Elle circule par bribes dans les exercices de grammaire où se succèdent la résine des Landes, les digues de Hollande, le blé d'Ukraine et les villages isolés de Russie, etc. Il y a des leçons d'une certaine consistance sur le département de la Seine, sur les rives de la Manche et surtout sur le Canada et les États-Unis, où les ursulines avaient sans doute des maisons10. La bonne surprise pédagogique réside dans ces rédactions où la géographie s'apprend en suivant les lignes de chemin de fer, celle de Paris à Brest, achevée vingt ans plus tôt, ou celle de Paris à Bordeaux.

22Dans la panoplie des disciplines, se détachent quelques enseignements à finalité pratique, parmi lesquels il faut placer l'arithmétique, dépourvue d'ambitions spéculatives et ramenée pour l'essentiel à quelques exercices concrets. Les futures maîtresses de maison apprennent à calculer le temps nécessaire à un capital donné pour produire un certain montant d'intérêts, à évaluer la note de chauffage d'un établissement d'éducation où neuf poêles à charbon marchent pendant cinq mois de l'année, à compter le nombre de rouleaux de papier peint requis pour couvrir une pièce de 7 mètres sur 5 et 3 mètres 50 de hauteur, à apprécier le prix de revient des chevaux et des bœufs achetés au marché etc. Il y a bien quelques exercices plus abstraits sur les fractions, mais ils ne sont pas légion.

23Ce souci pratique peut se retrouver en physique (comment faire une bonne pesée avec une balance fausse ?), en agriculture (comment apprécier la nature et la valeur d'une terre ?), et a fortiori en hygiène : éviter de s'exposer directement au soleil, de se découvrir si l'on transpire ; ne pas se médicamenter soi-même ; se défier de l'air vicié, ouvrir largement portes et fenêtres ; se méfier des poêles qui laissent passer l'oxyde de carbone ; entretenir la propreté des murs et des planchers, des éviers et des conduites d'eaux ménagères ; ne pas souffrir la présence d'immondices sous ses fenêtres et en éloigner les fumiers ; prendre garde aux courants d'air dans les voitures de chemin de fer ; veiller à la propreté des étables pour préserver la bonne santé du bétail etc. Par bien des aspects, cet enseignement anticipe sur celui qui sera dispensé dans les « Écoles ménagères » des années 1950-60.

24Le but poursuivi par les ursulines n'est pas de former des femmes savantes (il ne faut pas, soulignent-elles, se laisser griser par les succès scolaires), encore moins des élégantes, mais de bonnes ménagères, des maîtresses de maison actives et diligentes : « Exercez-vous maintenant, jeunes filles, à ne pas perdre une minute. Habituez-vous à tout surveiller, à tout voir, afin que vous ne soyez pas trop novices dans la vie que vous allez bientôt parcourir ». On peut difficilement concevoir une formation plus étroitement ciblée, dont les piliers étaient constitués par la bonne tenue, le beau langage, le bon ordre et la bonne gestion.

L'intériorisation des normes de conduite

25Avant de nous interroger sur les mécanismes d'intériorisation des normes de conduite et d'acquisition des habitus à Notre-Dame de la Victoire, il nous faut dire un mot de l'instance de contrôle, incarnée par la maîtresse qui annote les cahiers d'une écriture et d'une encre qui ressemblent fort à celles de son élève. Cette figure, dont l'attention se relâche parfois au point de laisser passer beaucoup de fautes, est à la fois maternelle et paternelle. Maternelle, elle sait faire preuve de compréhension (« Ma pauvre enfant, il n'est pas possible que vous ayez relu votre devoir : il fourmille de fautes ») et ne lésine pas sur les encouragements (« Beaucoup mieux, mon enfant » ; « Ce n'est pas mal du tout »). Maternelle toujours, elle observe que « ce n'est pas soigné » ou que « la marge du milieu est beaucoup trop grande », et elle prend soin d'avertir avant de sévir : « quiconque de vous, mesdemoiselles, ne saura pas sa leçon sera punie ». Paternelle, elle se fâche quand une feuille de cahier est arrachée, et elle fait pleuvoir les punitions, en dosant subtilement la rosserie et la bienveillance : « Ce n'est pas formé, recommencez, ma pauvre enfant » ; « vous serez punie pour la négligence de vos accents » ; « vous recopierez votre devoir pour votre négligence » ; « vous serez punie pour avoir mis tous vos accents au rebours » ; « les taches vous ôtent vos bons points », etc. L'évaluation des travaux porte à la fois sur le contenu, la forme, l'orthographe et la ponctuation, sans oublier la façon de former ses lettres et la tenue du cahier. La police de la langue est implacable, dans la limite du savoir détenu par les maîtresses elles-mêmes. Un devoir recopié est lui-même relu et corrigé ! Rude école pour Marie Abgrall, qui n'a pas un sens inné de l'orthographe : elle fait couramment de 7 à 10 fautes dans les exercices de grammaire, et plus encore dans les dictées (13 fautes sur le Liban, 15 sur la Fête-Dieu, 29 sur Du Guesclin !). Comme elle n'a pas non plus la bosse de l'arithmétique, elle oscille de la sixième à la onzième place dans une classe dont j'ignore l'effectif.

26Qu'elle soit heureuse ou non de son sort, notre pensionnaire doit aimer son école et ses maîtresses, et le manifester. Il lui faut intérioriser totalement les normes scolaires, se réjouir de sa condition et accepter les punitions sans rechigner. Le système veut se faire aimer, comme le laisse entendre un devoir de morale : il faut, est-il souligné, respecter des maîtresses revêtues de l'autorité des parents, dévouées au point de passer « leurs journées dans un travail continuel », et toujours soucieuses du bien de leurs élèves, y compris quand elles les punissent. La pension ne présente évidemment que des avantages : « on vit en commun, on reçoit les mêmes leçons, on travaille de concert et on s'amuse ensemble ». Aussi Marie Abgrall est-elle pleine de bonnes résolutions à la rentrée. Elle se déclare contente de retrouver son « vieux couvent » après deux mois de vacances, ravie « de jouir de la présence de ses bonnes maîtresses » et de la société de ses « petites compagnes ». Si ma maîtresse me gronde, dit-elle, « je saurai que c'est pour mon bien ». Ces bons sentiments doivent être resitués dans une perspective chrétienne, où travail scolaire et prière s'enchaînent, et où une certaine charité mutuelle est censée aller de soi.

27L'ensemble de la formation inculquée aux jeunes filles tend à leur faire admettre et intérioriser la traditionnelle répartition des tâches entre les hommes et les femmes. Aux premiers revient la mission de travailler au dehors, aux secondes incombe la charge d'entretenir la maisonnée et d'élever les enfants. A la racine de ce dogme intangible se place, me semble-t-il, l'idéalisation de la famille, considérée comme la cellule de base de la société chrétienne et comme la garante de son équilibre. Au sein de la famille, la mère est l'objet d'un véritable culte, peut-être destiné à compenser son effacement, alors que le père est redouté. Il est « le chef, le maître de la famille... il pourvoit à ses besoins, la protège et la gouverne ». Ces principes admis, la bi-partition fonctionnelle revêt les apparences d'une loi de la nature :

« La place de la femme, souligne une leçon d'économie domestique, est dans sa famille, où elle doit régner en maîtresse, s'occuper d'un époux que les affaires retiennent peut-être loin de ses devoirs religieux et du foyer domestique. La mission de l'homme est toute au dehors et celle de la femme toute au dedans. Elle doit veiller au ménage, à l'apprêt des repas afin qu'ils soient toujours sains et réglés ».

28Elle doit aussi élever chrétiennement les enfants, veiller sur ses domestiques et savoir « mettre la main aux travaux du ménage ». Ce discours revient comme un leitmotiv dans des cahiers où la voie à suivre par les élèves est nettement tracée : « jeunes filles, rendez vous aptes aux soins du ménage... qu'on aime voir ces enfants nettoyant, raccommodant les vêtements de la famille ! ». Puisqu'elles sont appelées à régner chacune en « souveraine » dans son « petit empire », il faut leur enseigner précocement le goût et l'amour de l'ordre, qu'elles imposeront ensuite dans leurs maisons, en s'inspirant de la nature, où chaque chose est à sa place. De cet ordre fondé en nature, une pièce du mobilier est le symbole, l'armoire : « Quoi de plus joli qu'une armoire pleine d'effets et où tout est si bien rangé qu'on trouve chaque objet pour ainsi dire sous la main ! ».

29Sans pouvoir faire un sort détaillé à toutes les qualités requises des bonnes maîtresses de maison dans les leçons de morale, d'hygiène et d'économie domestique, je les présenterai brièvement sous forme de litanie :

  • ne pas verser dans la paresse, se lever le matin à heure fixe, « à moins d'une indisposition » ;
  • avoir l'œil à tout et surveiller ses domestiques, tout en les respectant ;
  • accepter son état, en regardant toujours au-dessous de soi, mais aussi tenir son rang, avoir et inspirer le respect de soi-même ;
  • être économe, « acheter chaque chose en son temps » et « utiliser les restes », mais aussi savoir faire la charité et donner « de façon proportionnée à sa fortune », pour soutenir les œuvres de bienfaisance ;
  • être toujours soignée, sans verser dans la coquetterie. « Quand les modes seront répandues autour de moi, je m'y conformerai si elles ne sont pas immodestes ».
  • 11 Paris, Fayard, 2001.

30Cette liste des qualités de la bonne ménagère se clôt par une dernière exigence : il lui faut pratiquer assidûment les travaux d'aiguille, considérés comme proprement féminins. En écho au récent ouvrage de Colette Cosnier, Le silence des filles, De l'aiguille à la plume11, je citerai cette défense et illustration de « l'ouvrage manuel » par excellence, estimé « bien plus nécessaire que toutes les sciences » dont la femme « pourrait orner son esprit ». Cet art qui « ne s'apprend point en un jour » et requiert beaucoup d'application « joue le rôle le plus important dans l'existence de la femme. N'est-il pas le gagne-pain de l'ouvrière, la source du bien-être et de l'économie pour la mère de famille, le meilleur remède contre l'ennui ? ». Les religieuses prônent aussi le tricot qui, estiment-elles, « commence aujourd'hui à être négligé », à cause de la concurrence des lainages industriels. L'ensemble des « ouvrages de main » occupe une place centrale dans le « noviciat pratique » que les ursulines imposent à leurs élèves, pour en faire en quelque sorte des moniales dans l'état laïc.

31En cas de décès de la mère de famille, il est entendu que c'est la sœur aînée qui prend sa place auprès du père, en renonçant si nécessaire au mariage. Cette règle contraignante, estimée parfaitement naturelle, est exprimée sous la forme d'une lettre fictive composée par la sœur cadette :

« Aujourd'hui, écrit-elle, c'est notre sœur aînée qui s'occupe de nous. C'est elle qui s'occupe du ménage et qui console mon pauvre père. Lorsque notre mère a rendu le dernier soupir, elle nous a assemblés et elle a dit elle- même la prière qui apaise la miséricorde de Dieu. Maintenant, elle ne trouve de plus douces occupations que de s'occuper de mes petits frères et de mes petites sœurs... (Elle) leur explique la religion et le catéchisme. Dans le ménage, rien ne se perd car elle a l'œil à tout... en un mot, c'est une seconde mère... Et notre bonne sœur, ne trouvant pas encore sa tâche achevée... a refusé les plus riches partis, et a préféré demeurer avec ses parents qui en avaient encore besoin pendant plusieurs années. ».

32Ces lignes expriment un haut degré d'intériorisation des normes familiales par l'ensemble de la gent féminine, pour maintenir la cohésion de la maisonnée et pour assurer la transmission des valeurs en son sein. Au Dieu premier servi énoncé plus haut, on peut désormais ajouter perinde ac cadaver, « comme si j'étais un cadavre », règle valable pour l'aînée, contrainte de renoncer à ses aspirations de femme au nom de l'intérêt supérieur de la famille.

*

33La place me manque pour recenser quelques absences (le corps, la langue bretonne, la société réelle) dans l'enseignement dispensé à Notre-Dame de la Victoire et pour souligner la présence de quelques élans « féministes » dans le discours des religieuses. Je dois donc me contenter de rappeler en conclusion que le bagage religieux dont étaient munies leurs élèves avant de se lancer dans la vie relevait d'un catholicisme tridentin assez rigide, atténué toutefois par quelques suavités sulpiciennes. Ce catéchisme servait de substrat à un national-catholicisme nostalgique des « rois qui ont fait la France », ouvert toutefois à certaines formes de progrès technologique, et dépourvu de toute hostilité viscérale envers la République. Le bagage intellectuel de ces demoiselles de bonne famille consistait, lui, en un assemblage hétéroclite de savoirs fragmentaires doublé de quelques connaissances pratiques. Non contentes de pouvoir être de bonnes maîtresses de maison, de savoir coudre, compter et diriger leurs domestiques, ces jeunes filles étaient dotées de quelques connaissances en physique, en chimie, en sciences naturelles, en histoire et en géographie, et devaient acquérir, au fil d'innombrables exercices de grammaire, une réelle maîtrise du français, aux dépens d'une langue bretonne totalement refoulée. Ce n'est certes pas chez les Ursulines de Morlaix que pouvait s'éveiller une authentique conscience régionale !

Notes

1 Archives privées, Landivisiau (29). Marie Abgrall écrit, dans une lettre fictive à une amie : « Des Ursulines, je crois t'entendre murmurer et me traiter de paresseuse ». De cet établissement, je peux seulement dire qu'il était fréquenté par des jeunes filles de bonne famille, dont celles issues de la « juloterie » du Léon.

2 L'un de ces cahiers est consacré à l'instruction religieuse, l'autre s'intitule Récapitulation, entendons mise au propre de certains exercices.

3 Voir, par exemple, J. Pirotte, « Les images de dévotion témoins de la mentalité d'une époque (1840- 1965) », dans Revue d'histoire de la spiritualité, tome 50, 1974, numéros 199-200, p. 479-505.

4 La laïcité et l'obligation scolaire ont été instaurées le 26 mars 1882.

5 Paris, Fayard, 1999.

6 Evelyne Héry, Un siècle de leçons d'histoire. L'histoire enseignée au lycée 1870-1970, Rennes, pur, 1999.

7 Les numéros désignent les règles de grammaire concernées.

8 Voir à ce propos les observations de Marie-Thérèse Cloître dans Alain Croix et Christel Douard, Femmes de Bretagne, Images et histoire, Rennes, pur - Apogée, 1998, p. 118.

9 Pensons, par exemple, à toutes les implications d'une phrase aussi simple que celle-ci : « il faut placer le clocher au milieu de la paroisse ».

10 La nostalgie y est bien présente : « quelles provinces ont appartenu à la France ? Villes où domine l'élément français ».

11 Paris, Fayard, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540