Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Deuxième partie. Savoirs

Mutations culturelles et champ littéraire : gender et genre romanesque au xviiie siècle

Isabelle Brouard-Arends

Texte intégral

1Première observation : le titre sous forme de jeu de mots renvoie, en effet, à deux acceptions du mot genre, gender, défini dans la perspective de notre travail, comme une construction culturelle de la différence des sexes, et genre qui renvoie à une classification des formes littéraires. Il se trouve que la période des Lumières est particulièrement favorable à une telle analogie entre genre et gender, car elle a vu, en une double dynamique, s'épanouir le roman en parallèle avec une entrée plus massive des femmes en littérature.

  • 1 À titre d'exemple, voir l'article « Beau, beauté » du Dictionnaire philosophique de Voltaire.
  • 2 Cf. l'analyse de Françoise Héritier, Masculin, féminin, la pensée de la différence, Paris, Édition (...)
  • 3 Diderot insiste sur la nécessité de renouveler le personne théâtral, en particulier d'éradiquer de (...)

2Au xviiie siècle, la hiérarchie aristotélicienne prévaut encore largement malgré des appels lancés par poéticiens et philosophes pour casser les dominations esthétiques au nom d'un accommodement avec le changement des mœurs (cf. Houdar de la Motte prenant le parti de la prose contre le vers, la prise en compte de l'influence étrangère, en particulier le modèle shakespearien...). L'exigence de proximité entre représentation littéraire et mode de vie légitime les demandes de transformation en cherchant à échapper à des catégorisations esthétiques, à une grille de classement fondée sur une dichotomie binaire. Beau/laid, vrai/faux1... autant de séries de valeurs abstraites construisant une logique du symbolique renvoyant à un ordre social, lui-même élaboré sur des partitions ségrégationnistes2. Les prises de position les plus clairement formulées l'ont été par des dramaturges, ou en un discours théorique, celui de Diderot, par exemple, dans ses Entretiens sur le Fils naturel, 1757, écrits à la suite de sa pièce Le Fils naturel ou dans son discours intitulé De la poésie dramatique, 17583 ou par des productions éloignées de la production classique.

  • 4 Cf. Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », in Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, (...)

3Le champ littéraire4 reprend bien évidemment et les marquages sociaux et les marquages sexuels. La question qui est à poser dans le cadre de notre réflexion est la suivante : quels traitements particuliers les femmes, écrivaines (qui se sont reconnues comme telles ou qui ont été a posteriori définies comme telles) ont-elles opérés sur les évolutions du champ littéraire ? Ont-ils été de l'ordre de la soumission, c'est-à-dire qu'elles ont suivi passivement un nouvel ordre littéraire préconisé par un discours masculin à l'intérieur duquel elles ont exprimé une parole féminine, sans volonté délibérée de changements significatifs pour elles, ou peut-on considérer qu'il y a eu, à certains moments le parcours n'est jamais linéaire -, affirmation d'une identité féminine en posant la différence comme constitutive de leur discours ? Autre question relative à la précédente : les choix génériques, roman, théâtre, poésie, ont-ils été déterminants dans la « libération d'une parole de femmes » ? En d'autres termes : le genre libère-t-il le gender ?

4Les réponses que je vais tenter d'apporter ne seront pas toujours univoques et manifestent la complexité d'une situation historique où hommes et femmes vivent communément une postulation philosophique réclamant l'égalité pour tous alors que la réalité quotidienne offre des démentis permanents : non seulement, l'inégalité persiste mais elle est, dans certains cas, légitimée !

  • 5 Terme évidemment anachronique !

5Un autre élément qui est aussi à prendre en compte dans l'analyse des discours produits, est la mise à jour progressive d'un discours autre, étranger à celui de l'élite dont les femmes s'emparent, toute origine sociale confondue. L'acte d'appropriation du champ littéraire par les femmes pendant la période des Lumières révèle, en effet, le phénomène déjà sensible pendant la période classique de l'importance de la surdétermination sexuelle sur la détermination sociale. On peut noter cependant une évolution entre la première moitié du siècle et la seconde, évolution qui n'est pas propre à la femme qui écrit puisque certains écrivains de la fin du siècle se sont positionnés comme écrivains issus du peuple et ont définitivement choisi d'échapper à la prévalence de formes « éculées », variations esthétiques s'inscrivant clairement en relation avec les variations sociales. L'écrivain « prolétaire5 » revendique une totale autonomie intellectuelle et économique et refuse de participer aux institutions académiques de son temps. Cette nouvelle figure de l'auteur dont l'attitude se définit par l'autonomie et l'indépendance est difficilement endossée par une destinée féminine. Des évolutions sont, cependant, repérables fin xviiie, début xixe, mais la professionnalisation de l'écrivaine reste marginale.

  • 6 Aristote accorde la suprématie au mode dramatique dont la tragédie, en vers, est supérieure à la c (...)
  • 7 Voir les Actes du colloque Lectrices d'ancien régime, modalités, enjeux, représentations, sous la (...)

6Les grandes configurations de l'esthétique classique qui accordent la suprématie à la poésie et à la tragédie classique6 s'effondrent au profit du roman qui apparaît comme un phagocyte de toute autre forme littéraire tant sa production est quantitativement importante et il se révèle, par ailleurs, comme un creuset innovant, favorable à un renouvellement des représentations et des modalités discursives. Le phénomène n'échappe pas aux écrivains, même parmi les plus illustres du temps, puisqu'ils choisissent délibérément d'adapter leurs discours à la forme romanesque pour un lectorat majoritairement féminin et dont il convient de prendre en compte les exigences. Ainsi Jean-Jacques Rousseau, dans la seconde préface à La Nouvelle Héloïse, se justifie d'écrire un roman, parce qu'il sait que ses propos seront mieux « entendus » par la population majoritairement féminine qu'il veut convaincre. La prise en compte grandissante du lecteur, de la lectrice, en particulier, dans les stratégies auctoriales dont les manifestations les plus claires se dévoilent dans les paratextes, préfaces, incipit... révèle des infléchissements majeurs et dans les pratiques d'écriture et dans celles de lecture7.

7Voici, selon Jean-Jacques Rousseau, les perspectives que doit dégager un roman :

« Si les romans n'offraient à leurs lecteurs que des tableaux d'objets qui les environnent, que des devoirs qu'ils peuvent remplir, que des plaisirs de leur condition, les Romans ne les rendraient pas fous, ils les rendraient sages. Il faut que les écrits faits pour les solitaires parlent la langue des solitaires : pour les instruire, il faut qu'ils leur plaisent, qu'ils les intéressent : il faut qu'ils les attachent à leur état en le leur rendant agréable ».

8C'est aussi l'attitude d'un Diderot qui, pour dénoncer les méfaits conventuels, écrit La Religieuse, ou encore de Choderlos de Laclos s’adressant aux femmes, aux mères, pour prévenir les malheurs d'une éducation négligée. Je cite ici des exemples fameux et je n'allongerai pas la liste. Quelques remarques à propos de ces grands textes romanesques : ils ont tous accordé un regard particulier, privilégié sur des destins de femmes. Les héroïnes sont femmes (si l'on veut bien admettre que madame de Merteuil, dans Les Liaisons dangereuses, est le principal personnage du roman) et illustrent une vie, considérée comme remarquable, dont la représentation doit servir de leçon pour ses congénères. La prédominance du roman va de pair avec sa féminisation, féminisation repérable dans les choix auctoriaux, aménagement de l'intrigue, nouvelle typologie des personnages accordant une importance grandissante aux héroïnes. Les Illustres Françaises de Robert Challe, 1713, dès le début du siècle, manifestent les premiers indices clairs d'une écriture réaliste s'appuyant sur un renouvellement de la typologie des personnages en accordant la première place aux héroïnes face auxquelles le personnage masculin paraît bien falot, selon la volonté explicitement déclarée de l'auteur.

9Intrusion du quotidien, de l'intimité, temps et espace eux aussi déterminés par de nouvelles configurations qui ont trait à un personnage que l'on pourrait qualifier d'anonyme (R. Challe joue d'ailleurs de l'utilisation paradoxale de l'expression illustre, les femmes sont illustres par leur caractère, leur maturité et énergie devant l'épreuve et non par leur naissance), l'onomastique joue un rôle important dans ce texte signalé dès la préface par l'auteur, ce sont des noms français originaires des provinces françaises, tous éléments se construisant au détriment d'une esthétique du sublime.

10La nouvelle historique qui a prévalu dans les dernières décennies du xviie, genre dans lequel madame de Lafayette s'est illustré avec La Comtesse de Tende et La Princesse de Montpensier, 1662, et dont madame de Genlis s'empare, à la fin du xviiie, en écrivant Mademoiselle de Clermont, 1803, signe, en parallèle avec l'émergence du roman, une volonté de renouveler les perspectives : les rois, les princes, les grands de ce monde n'intéressent pas par des actes qui les authentifieraient comme grands de ce monde mais bien par leur communauté psychologique et morale avec la sphère des lecteurs. Complicité, proximité des consciences, des cœurs, de la sensibilité : les pôles d'intérêt se diversifient au profit d'un éclairage porté sur des analogies possibles d'individu à individu et en particulier de femme à femme. Car, il faut bien remarquer que la nouvelle historique est écrite, essentiellement, par des femmes pour des femmes. L'attitude « iconoclaste » de l'écrivaine s'autorisant à évoquer chambre et jardin plutôt que champ de bataille ou espace curial ouvre le discours narratif à d'autres représentations et déplace l'importance des faits, gestes et paroles du public au privé. Attitude qui n'est pas, me semble-t-il, sans lien avec la culture, le savoir de l'écrivaine. L'homme de lettres des Lumières se caractérise par un socle culturel, éducatif partagé, du moins dans les premières générations, par bon nombre de philosophes. Marivaux, Diderot, Voltaire... ont suivi le même parcours d'humanités qui leur donne des références et des adhésions intellectuelles communes. Socle qui n'est pas attribué aux femmes et qui subissent là une exclusion majeure. La pratique éducative, nous le savons, est un point de différenciation essentielle entre homme et femme. C'est une des raisons pour lesquelles le combat pour l'égalité des femmes s'est cristallisé autour des questions éducatives. Le même lot commun d'inculture et d'ignorance nivelait les destinées féminines, de la campagne à la ville, de la province à Paris, les grandes villes faisant exception grâce aux phénomènes de sociabilité qui y sont plus denses et qui ont permis à une frange éclairée de la population féminine d'accéder à une certaine forme de savoir. Le modèle littéraire de la femme savante pourrait être la représentation par Diderot de Julie de Lespinasse, dans Le Rêve de d'Alembert. Notons que Julie de Lespinasse laisse parler ses « intuitions féminines » alors que Bordeu, Diderot et d'Alembert parlent en philosophes !

  • 8 Cf. mon article, « De l'auteur à l'auteure, comment être femme de lettres au xviiie siècle ? », in (...)
  • 9 Cf. Vie des salons et activité littéraire, dir. Robert Marchai, Nancy, Presses Universitaires de N (...)

11Dans ces circonstances, la femme de lettres (expression inconnue, anachronique parce qu'elle ne correspond à aucune réalité alors qu'elle est largement usitée pour l'homme de lettres8) se construit son savoir, ses connaissances par des réseaux « autres », essentiellement ceux de la mondanité, dont le discours littéraire constitue un mode original et personnel d'appropriation et surtout de restitution d'une culture non balisée par l'institution9. Ce phénomène spécifique à l'écriture des femmes connaîtra un éclatement et une amplification par la venue à l'écriture d'hommes qui n'ont pas suivi les modes d'accès traditionnels de l'acquisition du savoir, essentiellement à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle. Mais dans cette venue à l'écriture se dévoile une différence fondamentale : elle est offensive, elle déclare ouvertement un refus, elle proclame la nécessité de nouvelles valeurs, d'une morale fondée sur l'éthique bourgeoise : par exemple, la préface de Sébastien Mercier à La Brouette du vinaigrier (titre d'un prosaïsme révoltant pour certains !), de 1775, n'hésite pas à évoquer la nécessité de balayer des ordres anciens, quelques propos parmi d'autres :

  • 10 Louis Sébastien Mercier, « La Brouette du vinaigrier », in Théâtre du xviiie siècle, Paris, Gallim (...)

« Tout ce qui mêle les différents états de la société, et tend à rompre l'excessive inégalité des conditions, source de tous nos maux, est bon politiquement parlant. Tout ce qui rapproche les citoyens est le ciment sacré qui unit les nombreuses familles d'un vaste État, qui doit les voir d'un œil égal. La même loi qui défend aux frères de s'allier à leurs sœurs devraient peut-être interdire aux riches de s'allier aux riches10 ».

12Peu de femmes prendront des positions idéologiquement aussi marquées, nous songeons certes à Olympe de Gouges mais elle reste une exception.

  • 11 In La différence des sexes, Paris, PUF, 1996.

13De nombreux critiques, comme Geneviève Fraisse11, se fondant, entre autres, sur les positions de Jean-Jacques Rousseau, dans sa Lettre à d'Alembert ou dans l’ Émile ont évoqué le manque d'autonomie des femmesl dans l'accès au savoir ; l'observation est juste si est pris en compte un savoir institutionnel, elle est à nuancer si la notion de savoir n'est pas hiérarchisée. Les femmes ont un savoir « différent » qu'elles actualisent dans l'écriture romanesque, qui, à ce moment de l'évolution du champ littéraire est un espace non contraint qui n'exige pas de connaissances de « métier » comme ce peut être le cas d'un auteur qui s'engage dans la carrière dramatique. Elle oblige, en effet, à être en relation avec une troupe, un public, une scène, toutes pratiques contraignantes établissant des rapports de force entre les contractants.

  • 12 L'engagement privilégié des femmes vers le genre romanesque ne signifie pas une exclusion totale d (...)
  • 13 Cette attitude de présentation publique d'une production écrite ne se fait pas sans hésitation, sa (...)

14Une double interprétation peut être donnée à l'inscription de l'écriture des femmes dans le genre romanesque12 : tentative audacieuse de choisir un genre littéraire en faisant fi de toutes les considérations à caractère moral qui ont fustigé le roman pour son immoralité, déclaration de liberté avouée et repérable par une mise à disposition publique13. Témérité donc ou attitude d'auto dévalorisation, d'autocensure qui consiste à se limiter, à se cantonner à un genre lui-même fort déprécié, le roman. Romans pour les femmes, romans par les femmes, circulation double, dynamique double. Le roman sans attache historique, sans tradition, sans noble filiation, D. Huet, dans son ouvrage De l'origine des romans, 1670, argumente en sa faveur en le faisant remonter au poème épique, et lui accorde ainsi des lettres de noblesse qui pourraient le légitimer ! Genre sexué et genre littéraire subissent la même dépréciation, elle est amplifiée quand l'auteur est une auteure... Attitude qui ne s'expliquerait donc pas par une affinité singulière entre genre romanesque et sexe féminin, ce qui a souvent été affirmé, mais qui révélerait plutôt la manifestation d'obstacles majeurs à caractère social et moral.

15À l'intérieur de ce champ clos, quelle place pour une voix, une voie de femme ? Reprenant les termes de mes questionnements préambulaires, je serais tentée de dire qu'à l'intérieur du genre (littéraire) s'exprime le genre (sexué), mais que des partitions existent, prédéterminées, nous pouvons nous étonner, par exemple, du fait que la postérité n'a retenu aucun nom féminin pour le roman libertin alors que le siècle des Lumières a excellé en la matière et que certaines femmes, peu nombreuses certes, se sont essayé à cette audace, telle Fanny de Beauharnais. Il s'est employé, par contre, à mettre en représentation de nombreuses Figurantes féminines et parfois même des héroïnes libertines dépendantes cependant d'un initiateur masculin, le couple initié-néophyte féminine est, en effet, courant dans le roman libertin. La femme libertine acquiert son savoir et son indépendance grâce à la maîtrise masculine. Il semblerait que l'émancipation sexuelle et intellectuelle de la femme ne puisse se concevoir sans la mainmise masculine, garant de la voie choisie. Le roman libertin attribué à Boyer d'Argens, Thérèse philosophe qui date de 1748, est, de ce point de vue, remarquable. L'initiation de l'héroïne est double, prise de conscience de son corps, de ses émois et de la liberté dont elle dispose pour accéder à la pleine expression de ses désirs, de ses plaisirs et expression de son émancipation intellectuelle, par rapport à la religion révélée, en particulier. Corps et esprit sont ici liés dans leur démarche de connaissance en une conduite fondée sur des principes philosophiques matérialistes. L'auteur a construit un personnage féminin audacieux qui fait songer au personnage de madame de Merteuil. Thérèse comme la marquise adhère à des principes de vie qu'elle met en pratique sans nuire à l'ordre civil et préservant la discrétion nécessaire à sa « sécurité » sociale.

16Si le roman libertin est un exemple remarquable de la presque totale exclusion d'une écriture de femme, exclusion qu'il faut interpréter comme l'impossibilité d'une transgression morale forte pour la femme écrivant, à l'inverse, le roman d'édification, essentiellement par l'écriture de romans éducatifs, a été une des voies privilégiées choisies par les femmes, en particulier dans la deuxième moitié du siècle, suivant en cela le modèle de l'Émile et La Nouvelle Héloïse.

  • 14 In Madame de Lambert, Œuvres, texte établi et présenté par R. Granderoute, Paris, Champion, « Avis (...)

17Deux exemples féminins d'engagement littéraire vers la littérature d'édification me paraissent caractéristiques des changements survenus dans le champ littéraire, madame de Lambert (1647-1733), madame de Genlis (1746-1830) ont l'une et l'autre bénéficié de la reconnaissance de leurs mérites et qualités, à des titres différents. Madame de Lambert a surtout été saluée comme une salonnière et une femme de grandes vertus. Ce n'est pas précisément le cas de madame de Genlis. Sa réputation littéraire s'est construite sur la diversité, la variété de sa production dues à sa longue carrière de femme de lettres mais se trouve ternie par sa vie jugée immorale à cause, en particulier, de sa relation avec le duc Philippe d'Orléans. Dépassons ces considérations morales qui ont longtemps prévalu pour juger de l'œuvre d'une femme et considérons plutôt leurs positionnements : madame de Lambert adopte une attitude de soumission, de conformisme et intellectuel et social. Sa filiation à l'idéal classique se révèle dans l'ensemble de ses écrits, ses références sont les moralistes de l'antiquité, Sénèque, Plutarque ou plus contemporains, Fénelon, La Rochefoucauld... La notion d'originalité de l'œuvre n'est pas prégnante dans le moment où écrit madame de Lambert. Il s'est agi, pour elle, d'apporter la preuve de sa connaissance des textes moralistes qui étaient à la portée de ses contemporains, issus du même milieu lettré qu'elle-même. Cette démarche authentifie ses propres écrits, les intègre dans une filiation intellectuelle dans laquelle, femme et aristocrate, elle souhaite s'insérer. L'œuvre de madame de Lambert appartient à une époque de transition en même temps qu'elle annonce les soubresauts d'une écriture de femmes en voie de constitution, par son adresse aux femmes, son éthique de vie construite sur l'importance accordée à la relation homme, femme, mère, enfant, en promouvant des rapports équilibrés, respectueux des sensibilités et des intelligences. La conscience qu'elle a, comme femme, de devoir œuvrer pour la reconnaissance de sa place dans la société, s'est concrétisée dans sa pratique salonnière, dans ses écrits et a constitué ce qui a été défini comme le lambertinage, néologisme aujourd'hui disparu. Quand elle reprend les propos de mademoiselle Scudéry, in Conversations de la gloire, 1684, pour les adresser à sa fille : « Il faut éviter le monde et l'éclat et se contenter d'être à soi-même son propre spectateur14 », elle est proche des mêmes constats portés par madame de Genlis, par madame de Staël, et d'autres, à la fin du siècle, à savoir la difficulté de dépasser un mode d'écriture privée. L'observation lucide portée par ces femmes de lettres ne les a pas conduites à se taire, leur audace se révèle dans un habile ajustement entre respect de l'ordre social et affirmation de la légitimité de leurs propos.

18Traités de morale pour l'une, romans et théâtre éducatif, pour l'autre, madame de Lambert comme madame de Genlis, se sont approprié une parole en choisissant un mode opératoire qui intervient dans une « géographie » littéraire où le dit féminin est toléré. Les différences qui sont d'ordre quantitatif et qualitatif, dans les positionnements des deux femmes sont cependant importantes et s'expliquent, en partie, par l'avancée historique du siècle : de l'ordre du loisir, du divertissement mondain, la production littéraire de madame de Lambert est occultée, volontairement. Madame de Genlis, à l'opposé, a considéré sa production comme relevant d'un métier dont elle tire l'essentiel de ses subsides lorsqu'elle ne bénéficie plus de la protection de Philippe d'Orléans. Opuscules à usage privé d'un côté, littérature de combat pour laquelle est souhaitée la plus large diffusion de l'autre, les mutations sont importantes : le « sacre laïc » de l'écrivain s'est opéré. Les femmes y ont pris une place, leur place encore fragile.

*

19La question qui reste posée à l'issue de cette réflexion est la suivante : doit-on considérer que la limitation presque exclusive de l'écriture des femmes dans le genre romanesque manifeste le caractère irrémédiable de la détermination sexuelle ? Doit-on considérer, en nuançant cette interrogation, que l'inscription des femmes dans un genre, le roman, a été un moment nécessaire de l'évolution littéraire et sociale ? L'écriture des femmes a cristallisé les conflits esthétiques d'une époque, elle a mis en évidence ses dilemmes et a proposé des résolutions qui ont modifié les représentations littéraires en inversant les pôles faiblesse/force, en faisant du roman d'amour un temps de liberté féminine, je pense, ici, à madame Riccoboni, en proposant d'autres modes de relations familiales qui inversent les modèles proposés par Jean-Jacques Rousseau et Diderot dans leur sacralisation de la figure paternelle, en légitimant la place de la figure maternelle comme première.

20En ce sens, genre égale gender, la relation d'égalité n'est pas dénuée de fondement mais elle ne signifie pas une affinité mal définie entre féminité et écriture romanesque (le roman permettrait à la sensibilité féminine de s'exprimer, analyse qui relève, me semble-t-il d'un impressionnisme toujours aléatoire), elle met en évidence une réalité socioculturelle déterminante dans l'accès des écrivaines au discours littéraire.

Notes

1 À titre d'exemple, voir l'article « Beau, beauté » du Dictionnaire philosophique de Voltaire.

2 Cf. l'analyse de Françoise Héritier, Masculin, féminin, la pensée de la différence, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996.

3 Diderot insiste sur la nécessité de renouveler le personne théâtral, en particulier d'éradiquer de la scène les valets, soubrettes dont les caractères et les actions appartiennent à la représentation d'un monde révolu. Il prône, à l'opposé, la légitimation d'une famille recomposée, sur le modèle de ce qu'aujourd'hui, nous appelons la famille nucléaire.

4 Cf. Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », in Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, n° 89, p. 3-46. La notion de champ est définie par des « espaces sociaux dans lesquels se trouvent situés les agents qui contribuent à produire des œuvres culturelles et que j'appelle des champs (littéraire, artistique, scientifique...) ».

5 Terme évidemment anachronique !

6 Aristote accorde la suprématie au mode dramatique dont la tragédie, en vers, est supérieure à la comédie. Le modèle narratif ne comporte qu'une catégorie, l’épopée. La parodie qu'il ne définit pas fait partie du genre narratif bas.

7 Voir les Actes du colloque Lectrices d'ancien régime, modalités, enjeux, représentations, sous la direction d'Isabelle Brouard-Arends, Rennes, PUR, 2003.

8 Cf. mon article, « De l'auteur à l'auteure, comment être femme de lettres au xviiie siècle ? », in Intellectuelles, du genre en histoire des intellectuelles, sous la direction de Nicole Racine et Michel Trebitsch, Bruxelles, Éditions Complexe, Histoire du temps présent, à paraître.

9 Cf. Vie des salons et activité littéraire, dir. Robert Marchai, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2000.

10 Louis Sébastien Mercier, « La Brouette du vinaigrier », in Théâtre du xviiie siècle, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1974, p. 890.

11 In La différence des sexes, Paris, PUF, 1996.

12 L'engagement privilégié des femmes vers le genre romanesque ne signifie pas une exclusion totale des autres formes. L'écriture poétique a été longtemps une écriture de femmes mais cette production garde un caractère intime et reste dans les cercles privés. Le théâtre et son modèle tragique est essentiellement réservé aux hommes de lettres, une exception, celle de Marie-Anne Barbier qui recueillit quelque succès grâce à sa production dramatique mais dont certains détracteurs attribuèrent la paternité à l'abbé Pellegrin. Comme le remarque Fortunée B. Briquet à l'article Barbier : « Ceux qui veulent lui ravir la gloire d'avoir composé ses pièces dramatiques, pour la donner à l'abbé Pellegrin, n'ont qu'à se rappeler, pour lui rendre la justice qui lui est due, que Boileau corrigeait les pièces de Racine, et que l'on n'a pas dit que Boileau fut l'auteur des œuvres de l'Euripide Français » in Dictionnaire historique littéraire et bibliographique des Françaises et Étrangères naturalisées en France, connues par leur écrits ou par la protection qu’ elles ont accordée aux Gens de lettres, depuis l'établissement de la Monarchie jusqu’ à nos jours, ( 1804) Paris, Indigo et côté femmes éditions, 1997, p. 27.

13 Cette attitude de présentation publique d'une production écrite ne se fait pas sans hésitation, sans faux-fuyant pour certaines romancières qui éprouvent quelque difficulté à authentifier leurs écrits, le « cas » de madame de Lafayette est un exemple connu, le passage d'une écriture privée qui est réservée aux intimes à une écriture qui s'inscrit délibérément dans l'espace public s'opère progressivement tout au long du siècle.

14 In Madame de Lambert, Œuvres, texte établi et présenté par R. Granderoute, Paris, Champion, « Avis d'une mère à sa fille », 1728, p. 100.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540