Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Première partie. L'ajustement des représentations et l'invention des normes

Lois juridiques, lois sociales et constructions des genres

Ionela Băluţă

Texte intégral

  • 1 Principauté de Valachie.
  • 2 Principauté de Moldavie.
  • 3 Voir Joan Scott, « Le genre une catégorie utile de l'analyse historique », in Cahiers genres et dé (...)

1Le passage des mentalités et coutumes orientales aux mentalités et pratiques occidentales, la révolution de 1848, l'unification des deux principautés roumaines Tara Romanesca1 et Moldova2 et le projet politique de construction de la nation roumaine, le renouvellement du système juridique et la création d'institutions démocratiques selon le modèle occidental, voilà des phénomènes essentiels qui jalonnent le xixe siècle roumain. Phénomènes qui réforment toute la vie sociale et politique, déterminant une redéfinition des rôles et des identités, une reconfiguration des rapports sociaux et de la hiérarchie sociale. Phénomènes qui, par l'ampleur de leurs effets, sont aussi susceptibles de réviser les termes du genre dans leur recherche de formes nouvelles de légitimation3.

  • 4 Alexandru Alexianu, Mode si vesminte din trecut, (Modes et vêtements du passé), 2 vol, Bucuresti, (...)
  • 5 Mihai-Razvan Ungureanu, « Granitele morale aie Europei. Despre morala cuplului in societatea roman (...)

2Les femmes roumaines ont été les premières à adopter les modes vestimentaires occidentales4 et ont été fascinées par la galanterie et les manières de l'Occident, ce qui a provoqué, dans les premières décennies du xixe siècle des frondes dans les couples5. Les rapports entre les hommes et les femmes étaient brouillés, de telle sorte que les nouvelles identités de genre ne pouvaient pas être négligées par les propos moralisateurs des décennies suivantes ou par la philosophie sociale du nouveau régime politique.

  • 6 Pour la construction des genres selon des axes d'oppositions, voir Françoise Héritier, Masculin/Fé (...)

3De toute façon, ce que l'on peut dire en règle générale, c'est que nous assistons à un nouveau partage des tâches assignées aux hommes et aux femmes, qui reprend l'axe de différenciation intérieur/extérieur6 - existant aussi dans les sociétés traditionnelles - mais en l'adaptant aux nouvelles réalités sociales et politiques : les femmes sont les reines du foyer, les hommes sont chargés des affaires publiques et politiques de l'État.

  • 7 Il faut également préciser que mon étude porte seulement sur les classes aisées, qui sont les prem (...)
  • 8 Cornelia Emilian est issue d'une famille noble de Transylvanie, Ederlly de Medve. Elle est née à Z (...)

4Notre question de départ est d'ailleurs liée à tous ces aspects : de quelle façon les nouvelles lois juridiques et sociales, tout comme le projet politique et l'idéologie dominante, influencent-ils la construction des genres ? Comment de nouvelles réalités, telles la citoyenneté, l'espace public, le patriotisme, affectent-ils l'identité féminine/masculine et le rapport entre les genres ? Évidemment, la problématique est très large et pourrait donner lieu à une recherche très vaste utilisant des sources nombreuses et variées. C'est pourquoi je vais essayer de trouver des réponses à partir d'une étude de cas7 : il s'agit de la constitution de la première association de femmes dans les principautés roumaines, Reuniunea femeilor romane pentru cresterea fetelor orfane (La Réunion des femmes roumaines pour élever les filles orphelines) créée à Iasi, en 1867. Cette association, et surtout son initiatrice, Cornelia Emilian8, mènera à la création, en 1894, de la première ligue des femmes de Roumanie.

  • 9 Recunoasterea Societatii Reuniunii femeilor romane din Iasi ca persoana morala prin lege din 3 dec (...)
  • 10 Buletinul Ligii femeilor. Sectiunea Iasi (Le Bulletin de la Ligue des Femmes. La section de Iasi) (...)
  • 11 Revista noastra (Notre revue), sous la direction de Madame Constanta Hodos, 1905, Bucarest.
  • 12 Romania. Mare ziar cotidian (La Roumanie. Grand journal quotidien), Bucarest, 1904.
  • 13 Cornelia Emilian, « Testamentul meu » (Mon testament) in Cate ceva, (Quelques choses) Bucarest, ti (...)

5Les raisons de mon choix sont multiples : même si pendant longtemps cette organisation n'a pas eu un statut juridique officiel, elle peut être considérée comme une institution, disons informelle, qui représente, pour la première fois, les intérêts des femmes. D'ailleurs, le simple fait de s'associer constitue une mutation importante, à une époque où l'espace par excellence féminin était celui de la maison, de la famille. Ensuite, il s'agit d'une organisation qui eut une existence assez longue et qui s'est impliquée dans une série d'activités lui donnant une visibilité publique : elle a initié plusieurs actions philanthropiques, a créé la première école professionnelle pour les filles (qui a servi ensuite de modèle au Ministère de l'instruction publique) ; en 1890, la Réunion a adressé une pétition à Theodor Rosetti, le ministre des cultes et de l'instruction publique, en demandant la reconnaissance de l'association en tant que personne morale (conformément aux réglementations du droit public). Cette pétition se transforma en projet de loi dans la séance des députés du 3 décembre 1892 et fut approuvée sous forme de loi dans la séance du Sénat du 15 janvier 18939. Finalement, cette association débouche sur la création d'une Ligue des femmes, dont les statuts sont signés dans l'assemblée générale du 30 octobre 1894, par 58 membres. Les objectifs de la Ligue sont, comme nous allons le voir, beaucoup plus hardis et décidés ; elle donne aussi lieu à deux publications10, ouvertes à tous ceux et celles qui étaient préoccupés par le sort de la femme. La ligue a été supprimée cinq ans plus tard, suite à des conflits entre ses membres, instrumentalisés pour la plupart par les antiféministes et certains groupements politiques. Les fonds restants ont été utilisés par Cornelia Emilian pour subventionner deux revues, Revista noastra11 et Romania12 (qui ont eu malheureusement une vie courte), pour qu'elles défendent les droits de la femme. L'argent restant est laissé, par un testament public de Cornelia Emilian13, pour la création d'un lycée pour les filles.

6Ce court historique me permet d'introduire la problématique de mon étude : quel est l'impact de cette organisation sur la position des femmes et sur les rapports entre les deux genres ? Comment les femmes perçoivent et conçoivent-elles cette entrée dans l'espace public, qui leur était fermé, d'après le modèle dominant ? Quelles sont leurs préoccupations majeures et les objectifs définis ? Quels sont les sujets dont elles traitent dans leurs réunions ou dans leurs articles ? Comment ces objectifs et les intérêts de ce mouvement se modifient-ils dans les trente années d'existence ? Réussit- on à créer une solidarité parmi les femmes capables de mener à la formation d'une attitude constante de préoccupation pour la chose publique ? Quelle est l'attitude des hommes et des cercles politiques quant à cette organisation ? Quelles sont les conséquences de ce mouvement sur le pouvoir social et politique ?

7J’essaierai donc d'étudier cette organisation comme un processus social ; pour ce faire, je recouperai des sources portant sur la création et l'activité de cette organisation, sur les réactions produites, et sur la trajectoire sociale de l'initiatrice de tout ce mouvement, Cornelia Emilian. Ces sources sont :

  • des documents portant directement sur la création de la Réunion et de la Ligue : les statuts publiés, les pétitions adressées au gouvernement, les lettres reçues comme réponse aux différentes actions ;
  • la presse, divisée en deux catégories : les journaux édités comme suite à ce mouvement (Buletinul Ligii femeilor, Supliment la Buletinul Ligii femeilor, Revista noastra, Romania) ; et les journaux qui ont publié des articles des membres de ce mouvement ou des articles portant sur ce mouvement (Randunica, Evenimentul, Lumea noua, Familia) ;
  • les écrits de Cornelia Emilian réunis en 4 volumes ;
  • une étude biographique sur Cornelia Emilian.
  • 14 Cornelia Emilian, Amintiri (Souvenirs) Iasi, Tip. Nationala, 1886.

8La Réunion des femmes roumaines est la première association des femmes des deux principautés roumaines. Sa création est due en grande partie à Cornelia Emilian, et à son mari, qui la soutient et qui avait déjà soutenu un autre mouvement de femmes, en 1855, lorsqu'il était encore à Brasov (La Réunion des femmes roumaines de Brasov). Cornelia Emilian a eu l'idée d'organiser une association des femmes de Iasi dès 1865, mais il lui a fallu deux ans pour mobiliser les femmes et convaincre les hommes de la haute société de Iasi de donner leur concours à la rédaction des statuts14.

  • 15 Constantin Hamangiu, Codul general al Romaniei (Le Code général de Roumanie), Bucuresti, ed. Libra (...)
  • 16 Istoria dreptului român (L'Histoire du droit roumain), vol. II, IIe partie, Bucuresti, ed. Academi (...)

9Ce délai doit être mis en relation avec la position assignée à la femme dans la société de l'époque. Tout d'abord, il est important de voir quel était le statut juridique de la femme. Les textes juridiques de la seconde moitié du xixe siècle suivent les modèles occidentaux : la Constitution de 1866 a comme modèle la constitution belge et le Code civil de 186415 prend comme modèle le Code civil français. Le Code civil de 1864 maintient l'idée que la femme est dépourvue d'expérience et qu'elle est faible16. Par conséquent, pour être protégée, la femme mariée est soumise au pouvoir marital et n'a pas la capacité de conclure des actes juridiques.

10L'état d'infériorité de la femme se manifestait tant dans ses relations personnelles (le nom, le domicile, la conduite, la citoyenneté, etc.) que dans le domaine patrimonial (conclure des actes juridiques, le régime des biens, le droit d'exercer une profession) et envers les enfants (l'autorité parentale ne pouvait être exercée par la mère tant que le père était en vie). La femme ne pouvait intenter un procès sans l'autorisation de son mari et ne pouvait aliéner les biens dotaux sans la participation de son mari à la conclusion de l'acte (principe adopté d'après le modèle français) (v. art. 197, 199).

  • 17 Alexandre Stourdza, La femme roumaine. Sa condition juridique et sociale dans le passé et le prése (...)

11À la différence du Code civil français, le Code civil roumain a maintenu le divorce, appliquant le principe d'égalité de traitement des époux dans le cas d'adultère. D'autres causes de divorce pouvaient être : des excès, des cruautés, des injures graves, etc., tout comme le consentement mutuel. Alexandre Stourdza17 constatait pourtant, au début du xxe siècle, que le Code civil se caractérisait par l'intention de rendre le divorce plus difficile, et cela en limitant les motifs de divorce, en introduisant beaucoup de formalités, de taxes et délais. Enfin, en ce qui concerne l'héritage, le Code civil abrogeait le principe de la masculinité ; ainsi, les enfants avaient droit à des parties égales de l'héritage, quel que soit leur sexe. Le droit à l'instruction, accordé par la Loi de l'instruction publique en Roumanie, a été l'un des plus importants facteurs dans l'amélioration de la situation et du statut de la femme. Ainsi, cette loi affirmait le droit à l'instruction pour les deux sexes, à tous les degrés : enseignement primaire, secondaire, universitaire ou spécialisé.

12Pour ce qui est des droits politiques, ils concernent seulement le citoyen. Qui peut être citoyen de l'État roumain ? Quelqu'un qui est Roumain, qui n'est pas mineur ni femme, et a toutes ses facultés intellectuelles. La femme est donc totalement exclue de la sphère politique.

13Du point de vue social, le statut de la femme a été beaucoup influencé par les idées que les révolutionnaires et les intellectuels roumains ont importé de l'Occident. Ainsi, les textes qui parlent de la place et du rôle de la femme (et implicitement des rapports entre les hommes et les femmes) accordent une place de choix à la famille, qui devient un point de référence dans le fondement du nouvel ordre social. Tout comme dans l'espace français, la femme devient le garant de l'ordre moral (Michelle Perrot). Les discours font l'éloge de la grande mission sacrée de la femme : elle est l'éducatrice des générations futures de la patrie et le soutien moral de son mari, contribuant ainsi à l'achèvement de la révolution.

14Lois juridiques ou lois sociales, le fait est que les femmes sont renvoyées à la maison et ne sont censées participer à la nouvelle vie politique que d'une façon indirecte, par les enfants qu'elles élèvent ou par les maris qu'elles soutiennent.

  • 18 Alexandru B. Brandia a été aussi, à l'époque, rédacteur du journal de Mihail Kogalniceanu, « Cuget (...)
  • 19 Publiés pour la première fois dans le journal « Dreptatea », n° 31/1867 ; republiés : Les Statuts (...)
  • 20 « Nous, les soussignées, considérant les imperfections de notre système d'enseignement pour le sex (...)

15Se réunir dans une association n'était donc pas une chose tout à fait convenable. D'où les difficultés. Heureusement, Cornelia Emilian a fait preuve d'une grande diplomatie et a su manœuvrer les hommes de manière à ne pas laisser l'impression de vouloir transgresser l'ordre social. Tout d'abord, elle a coopté dans l'association des femmes dont les maris occupaient des fonctions publiques et politiques importantes. Ainsi, elle a renoncé au poste de présidente de la Réunion, faisant élire Matilda Sihleanu, la femme du préfet de Iasi. La rédaction des statuts a été confiée au professeur Alexandru B. Brandia18. Les statuts19 contenaient 67 articles, fixant clairement le fonctionnement de l'organisation, l'administration des fonds, etc. Intéressant est surtout le premier article, qui invoque les raisons qui ont déterminé les femmes à créer cette organisation et annonce son principal objectif20.

  • 21 Je ne peux pas m'arrêter à tous les détails, mais il faut dire que l'existence de la Réunion n'a p (...)

16À première vue, l'initiative des femmes semble se circonscrire au modèle légitime : leurs actions s'inscrivent d'un côté dans le sillon de la charité (voie légitime par laquelle les femmes pénétraient l'espace public), de l'autre côté dans le stéréotype de la mère éducatrice : on va s'occuper de l'éducation des filles orphelines ou très pauvres - les femmes de l'élite étant en quelque sorte le substitut de la mère absente ou dépourvue de toutes possibilités pour accomplir sa mission. Et d'ailleurs, la plupart des membres ne voulaient pas autre chose. Le seul aspect qui pouvait miner l'idéologie dominante était le fait que les femmes se constituaient dans une organisation imitant sous beaucoup d'aspects celles des hommes, et qu'elles allaient jouer quand même un rôle actif sur la scène publique (même limitée). Mais comme toujours dans l'espace social, les rôles se construisent d'une manière interactive21 : au lieu d'une opposition qui pouvait provoquer des conflits et peut-être provoquer les femmes, les hommes ont préféré soutenir leur activité (les femmes étant d'ailleurs pour la plupart leurs épouses) et l'utiliser dans leurs projets d'éduquer les masses populaires.

  • 22 Voir Pierre Bourdieu, « Structures, habitus, pratiques », in Le Sens pratique, Paris, Éditions de (...)

17La Réunion des femmes de Iasi ne visait pas, parmi ses objectifs, une lutte soutenue pour les droits de la femme ; à part Cornelia Emilian, qui parlait déjà, dans ses articles publiés dans différents journaux ou revues, du besoin de réviser l'instruction de la femme et sa position dans la société, les membres de cette organisation étaient préoccupées par l'éducation et l'aide des filles pauvres. L'habitus incorporé ne leur permettait pas encore d'envisager d'autres revendications22. Mais dans les nombreuses années de son existence, cette organisation a eu le mérite d'habituer les femmes à collaborer, à exprimer leur opinion et à prendre des décisions, même si les sujets qui étaient concernés restaient encore limités. D'un autre côté, les hommes ont été à leur tour habitués à voir les femmes se réunir et discuter des sujets qui concernaient, il est vrai, l'éducation et les enfants (les filles), mais pas les leurs. On peut considérer qu'à long terme, la Réunion a nuancé la place accordée aux femmes et aux hommes, en imbriquant les espaces apparemment bien délimités du féminin et du masculin.

  • 23 « Appel : Nous soussignées, lisant dans l'Évènement n° 253 du 10 décembre, le compte rendu de la p (...)

18Sinon, comment expliquer l'appel23 qui a été à la base de la création de la Ligue des femmes, en 1895 ? Cette fois-ci, la position est plus tranchante, les objectifs plus hardis. On condamne et on attaque le statut juridique inférieur que la loi donnait aux femmes - indirectement, on attaque l'ordre dominant qui avait institué ces lois. Les femmes visées ne sont plus en premier lieu celle de la haute société, mais les étudiantes qui par leur trajectoire avaient déjà dépassé l'habitus dominant.

  • 24 « Infiintarea Ligii Femeilor de la Iasi » (La création de la Ligue des Femmes de Iasi), in Suplime (...)
  • 25 Idem, p. 2.

19Dans un premier temps, les étudiantes n'ont pourtant pas répondu en grand nombre à cet appel. Une explication possible est offerte dans un article rétrospectif24 : c'est à cause de la timidité (qui est aussi une sorte de bêtise) héritée de mère en fille, qui demande encore du temps pour être dépassé. C'est pourquoi elle ne défend pas son sexe, mais, à peu d'exception près, elle se moque de ses intérêts à côté des hommes25. Cette explication fait preuve d'une bonne connaissance du fonctionnement de la société de l'époque, et aussi d'une prise de conscience de l'incorporation d'un habitus qui ne peut être changé d'un coup ; les hommes avaient accepté les filles dans les universités, mais ils avaient maintenu l'idée que l'instruction des femmes devait servir plutôt à mieux les préparer pour leurs tâches sociales, et non pour déclencher une lutte entre les genres.

  • 26 Gheorghe Scortescu, le directeur du journal Evenimentul, a fait éditer gratuitement les statuts et (...)
  • 27 Ion Gavanescu était professeur de philosophie, d'éthique et de pédagogie, admirateur des idées de (...)

20Les oppositions des hommes et les intrigues essayant d'empêcher la constitution de la Ligue montrent que cette action était ressentie comme une menace par l'ordre dominant. Il y a eu quand même des hommes, en général des professeurs d'université qui ont soutenu le mouvement et ont aidé à la rédaction des statuts. Plusieurs journaux, à orientation libérale ou socialiste, ont salué la constitution de la Ligue26. Le professeur d'université I. Gavanescu27 a mis en contact la Ligue avec L'Union internationale des femmes d'Angleterre, qui par la suite a invité la Ligue de Iasi à s'y affilier.

21Le Bulletin de la Ligue montre peut-être le mieux les objectifs poursuivis, la conception de ses membres quant au rôle et à la position de la femme dans la société. En analysant les articles et les rubriques des douze numéros de ce point de vue, on peut les regrouper en trois grandes catégories.

  • 28 Buletinul Ligii…n° 9/1896, p. 5-6.

22Premièrement, il y a les rubriques et les articles parus dans chaque numéro portant sur l'étranger : des informations sur l'activité des associations et ligues des femmes des différents pays de l'Europe ou des États- Unis, des articles montrant les acquis de ces mouvements, et ainsi de suite. Ces articles étaient importants tout d'abord par leur valeur d'exemples vivants : les femmes roumaines pouvaient voir comment les femmes des autres pays s'étaient organisées, quelles étaient les revendications les plus importantes et les progrès faisant suite à ces actions. On pouvait également les utiliser dans la construction de modèles d'activité féminine ; les articles présentant des figures féminines (sous la rubrique « Le carnet de la Ligue ») pouvaient aussi offrir des modèles nouveaux pour les femmes, concurrençant le modèle dominant. Certains articles traitent des sujets très disputés et encore problématiques, comme par exemple « Le droit de vote28 ». De l'autre côté, ces articles pouvaient constituer des arguments pour le mouvement féministe roumain : tout comme les intellectuels et les hommes politiques invoquaient l'exemple des pays civilisés pour imposer les réformes sociales et politiques désirées, les femmes pouvaient ainsi apporter un argument du même ordre - voilà des acquis des femmes dans des pays civilisés, pourquoi notre pays refuserait-il la voie du progrès ? Argument d'autant plus important, si nous tenons compte du fait que l'État roumain avait été construit en grande partie par l'importation des modèles occidentaux.

  • 29 Eleonora Savinescu, « Cate-va vorbe relative la liga » (Quelques mots sur la Ligue), Buletinul..., (...)
  • 30 Eleonora Savinescu, « Vom atinge noi tinta dorita ? » (Allons-nous atteindre le but souhaité ?), B (...)
  • 31 Maria Dobre, « Rolul si positiunea femeii in societate » (Le rôle et la position de la femme dans (...)
  • 32 Nicole-Claude Mathieu, « Quand céder n'est pas consentir » in L'Arraisonnement des femmes. Essais (...)

23Une deuxième catégorie réunit des textes portant sur la femme roumaine ayant, pour ainsi dire, un ton « modéré ». Ces articles parlent en général du besoin d'avoir des femmes mieux éduquées et instruites, de les rendre conscientes de leurs capacités, mais ne proposent pas un renversement brutal de la situation existante. Elvira Savinescu affirme, tout simplement, que « plus la femme sera plus éduquée, plus elle connaîtra mieux son devoir en tant que mère et épouse et cherchera à ménager les malentendus de son ménage et de former les enfants comme il faut29 ». Le but principal de la ligue serait ainsi, dans sa vision, « de préparer la femme, de la rendre digne de la place qu'elle devrait occuper dans la société30 ». Maria Dobre, tout en soulignant la nécessité de mettre la femme au même niveau que l'homme, de lutter pour ses droits, invoque comme argument l'importance de la femme dans « l'éducation et l'instruction et même dans le développement physique et moral des enfants31 ». Ce type d'articles apparaît plutôt dans les premiers numéros de la publication ; les voix semblent timides et n'osent pas remettre en cause le modèle dominant (au contraire, par certains aspects elles semblent le renforcer). Elles donnent l'impression d'accepter ce modèle, et de travailler à son perfectionnement. Ou veulent donner cette impression, si l'on tient compte que dans les interactions sociales céder n'est pas toujours consentir32.

  • 33 « In chestia inferioritatii » (Sur l'infériorité), Buletinul..., n° 5, 1895, p. 3.
  • 34 Idem, p. 3-4.

24La troisième catégorie d'articles, paraissant à partir du cinquième numéro, attaque le « cœur » du problème : on dénonce les faux principes de la supériorité masculine, on réclame l'égalité des sexes, la liberté de la femme, la modification des lois injustes. La majorité de ces articles commencent par critiquer l'état des choses actuel, montrant que la prétendue infériorité des femmes est en fait déterminée socialement, par toute l'éducation et l'activité réservées aux femmes : « surtout on a dit aux femmes qu'elles sont des êtres inférieures, et cela se vérifiait jusqu'à un certain point dans les conditions sociales33 ». Mais de là à l'affirmation d'une supériorité organique des hommes, voilà une exagération qui ne peut être acceptée. Toute une démonstration faisant appel à des arguments scientifiques et à des exemples concrets montre l'absurdité et le manque d'appui d'une pareille affirmation34. Inspiré d'un livre de Jean Grave, l'article a le mérite de démontrer d'une manière surprenante pour l'époque la tentative de l'ordre masculin d'ancrer sa domination dans le biologique.

  • 35 « In chestia inferioritatei », p. 3.
  • 36 « Ceva desprefemeia » (Quelque chose sur la femme), Buletinul..., n° 7, 1895, p. 1-2.
  • 37 Article sans titre, rappelant encore une fois les objectifs de la Ligue, écrit par Cornelia Emilia (...)
  • 38 La dispute est très semblable à celle analysée par Dominique Godineau, « Beauté, respect et vertu  (...)

25Enfin, un dernier type d'argument qui mérite l'attention est celui qui dénonce l'incorporation de ce modèle dominant favorisant en fait la domination. « Les femmes ont baissé la tête et se sont résignées acceptant d'être les outils des hommes35 ». On critique aussi âprement l'action des hommes de cultiver chez les femmes le goût du luxe, de la toilette, de leur donner une éducation mettant au premier plan la beauté physique36. Elles deviennent ainsi de simples « objets de plaisir37 », déconsidérées par les hommes. On se rend compte en fait que les hommes éloignent ainsi les femmes de tout ce qui est sérieux, et encore plus de la sphère politique38.

  • 39 Paul Musoi, « Actiune. Vezi "In chestia inferioritatei". Buletinul n° 5 », Buletinul..., n° 9, 189 (...)
  • 40 Idem, p. 2.

26À part ces articles, écrits par des femmes, il y en a aussi quatre écrits par deux hommes, collaborateurs de cette publication : Zosin et Paul Musoi des professeurs d'université. Ils montrent la nécessité de l'émancipation de la femme et de l'égalité des sexes, invoquant des arguments scientifiques et l'exemple des pays civilisés. Le plus incisif est un article de Paul Musoi, qui offre une explication historique et sociale de l'infériorité de la femme : cette infériorité a été imposée dans les sociétés primitives par une division du travail déterminée par un certain état matériel ; ainsi, « certains ont eu le privilège de développer des traits qu'ils croient inscrits en eux-mêmes [...] le privilégié se croit supérieur, capable de tout conduire. Et celui qui manque de privilèges se croit spécialement doué pour être conduit et pour obéir39 ». Or les nouvelles conditions sociales et techniques, conclut l'auteur, imposent que « la femme soit mise sur la même échelle que l'homme40 ».

27Les conférences organisées par la Ligue, publiées partiellement dans le Supplément... reprennent la même problématique, l'objectif principal étant la diffusion de ces idées parmi les femmes.

  • 41 Revista noastra. Remania.

28En ce qui concerne les autres publications, celles qui se préoccupaient de plus près de la question féminine41 font publier des articles allant dans le même sens, mais ayant en général un ton plus modéré. Les journaux d'information politique et sociale (tels Evenimentul ou Romanul) publient surtout de petites annonces concernant l'activité de la Ligue — les conférences, les listes de souscription pour ramasser des fonds, etc. — dans un style assez concis et neutre. Mais dans ce cas, l'acquis majeur est la publicité faite aux actions des femmes, leur pénétration dans cette partie essentielle de l'espace public démocratique que sont les médias. De surcroît, le fait que cette question soit traitée dans des journaux publiés par des hommes et adressés au grand public (qui n'est plus spécifiquement féminin) témoigne d'un changement des rapports entre les genres : au moins, les femmes ne sont plus absentes et ne sont plus traitées seulement comme des objets. Elles font des actions, s'organisent, expriment leurs opinions, critiquent - la femme agent fait son apparition.

29Toujours pour la première fois, les femmes mettent en cause leur exclusion de la sphère civique et politique. Cornelia Emilian parle, dès la création de la ligue, du besoin de revendiquer des droits politiques pour la femme. Deux pétitions de la Ligue, adressées à la Chambre des députés et au Sénat expriment officiellement et publiquement la position des femmes de Iasi : une pétition demandant le changement des lois actuelles, pour que la femme soit exclue du groupe des mineurs, qu'elle ait le droit d'administrer seule sa fortune et que l'homme soit obligé de reconnaître son enfant naturel. Une deuxième pétition demandait le droit d'organiser une maison d'économie pour les femmes. Dans les deux pétitions, les femmes emploient la formule « nous soussignées, citoyennes... ». La loi ne leur reconnaissait pas en fait cette qualité, mais elles la revendiquent indirectement et veulent souligner qu'elles sont conscientes que leur action est une action de type civique. Même si elles ne touchent pas, à proprement parler, les droits politiques, ces revendications sont assez hardies pour l'époque, demandant en fait un changement officiel du statut et de la position de la femme. On ne touche peut-être pas aux droits politiques, mais on touche la sphère politique : à ce moment, les pétitions n'ont reçu aucune réponse, mais elles sont un signal qui ne pouvait pas être ignoré longtemps par l'ordre dominant.

*

30Apparues suites aux changements sociaux et politiques de la première moitié du xixe siècle roumain, La Réunion et la Ligue des femmes produisent à leur tour des changements dans la position de la femme et dans les rapports entre les genres, préparant en même temps le terrain pour les luttes futures. Dans les trente ans de rencontres, de débats, d'actions collectives, les femmes apprennent à collaborer et à s'intéresser aussi à des problèmes qui dépassent leurs intérêts privés. L'exercice n'est pas facile ; il y a des arrêts, des renoncements, des défaites et de petites victoires. De toute façon, les associations de femmes se multiplient dans toutes les villes importantes de Roumanie (même si parfois les objectifs restent trop timides, s'inscrivant dans les canons du modèle officiel) ; à voir tous ces groupes, les différentes publications féministes ou les articles des femmes parus dans d'autres journaux, je crois pouvoir affirmer que le mouvement de Iasi a réussi à créer des réseaux de solidarité féminine. Les hommes ne renoncent pas facilement au privilège de leur prétendue supériorité. Ils cèdent par là, essaient de regagner du pouvoir sur d'autres points. Ils minent souvent l'action des femmes, les instrumentalisent pour les désolidariser. L'ordre politique lui-même se voit obliger d'adapter son idéologie et sa philosophie sociale aux nouvelles conditions. Parce que les identités de genre se construisent et se reconstruisent sans cesse, à partir des interactions sociales et du jeu du pouvoir.

Notes

1 Principauté de Valachie.

2 Principauté de Moldavie.

3 Voir Joan Scott, « Le genre une catégorie utile de l'analyse historique », in Cahiers genres et développement ; n° 1/2000, éd. L'Harmattan, Paris, p. 41-67.

4 Alexandru Alexianu, Mode si vesminte din trecut, (Modes et vêtements du passé), 2 vol, Bucuresti, ed. Meridiane, 1987.

5 Mihai-Razvan Ungureanu, « Granitele morale aie Europei. Despre morala cuplului in societatea romaneasca de la inceputul seolcului al XIX-lea » (Les frontières morales de l'Europe. De la morale du couple dans la société roumaine du début du xixe siècle), in Secolul XX, juin 1997, p. 94-115.

6 Pour la construction des genres selon des axes d'oppositions, voir Françoise Héritier, Masculin/Féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob, 1996 ; Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

7 Il faut également préciser que mon étude porte seulement sur les classes aisées, qui sont les premières concernées par tous ces changements et qui servent en général de modèle aux classes populaires.

8 Cornelia Emilian est issue d'une famille noble de Transylvanie, Ederlly de Medve. Elle est née à Zlatna, en 1840. Venue à Iasi (Moldavie) à un âge jeune, elle se marie avec Stefan Emilian, professeur à l'Université de Iasi, architecte et journaliste. A son initiative a été créée la Réunion de femmes roumaines de Iasi ; pendant la guerre d'indépendance, elle a été infirmière ; elle a organisé les cantines scolaires « Dejunul copiilor saraci » (Le déjeuner des enfants pauvres) de Iasi. En 1894 elle va créer la Ligue des femmes. Journaliste active, militant pour l'émancipation et les droits des femmes, elle a collaboré à plusieurs publications : « Revista literara », « Fântâna Blanduziei », « Literatorul », « Revista poporului » ; « Familia », etc. Sa fille, Corneila Emilian Sevastos, sera un membre actif de la Ligue (s'occupant entre autre de la rédaction de son Bulletin) et continuera passionnément l'œuvre de sa mère.

9 Recunoasterea Societatii Reuniunii femeilor romane din Iasi ca persoana morala prin lege din 3 decem- brie 1892, (La reconnaissance de la Société La Réunion des femmes roumaines de Iasi comme personne morale par la loi du 3 décembre 1892), Iasi, Tip. Nationala, p. 9-16.

10 Buletinul Ligii femeilor. Sectiunea Iasi (Le Bulletin de la Ligue des Femmes. La section de Iasi) 1895- 1896 ; Supliment la buletinul Ligii Femeilor (Supplément au bulletin de la Ligue des femmes) paru en 1895 et réédité en 1898, Iasi.

11 Revista noastra (Notre revue), sous la direction de Madame Constanta Hodos, 1905, Bucarest.

12 Romania. Mare ziar cotidian (La Roumanie. Grand journal quotidien), Bucarest, 1904.

13 Cornelia Emilian, « Testamentul meu » (Mon testament) in Cate ceva, (Quelques choses) Bucarest, tip. Moderna, 1909, p. 193-194.

14 Cornelia Emilian, Amintiri (Souvenirs) Iasi, Tip. Nationala, 1886.

15 Constantin Hamangiu, Codul general al Romaniei (Le Code général de Roumanie), Bucuresti, ed. Librariei Leon Alcalay, 1900.

16 Istoria dreptului român (L'Histoire du droit roumain), vol. II, IIe partie, Bucuresti, ed. Academiei R.S.R., 1987.

17 Alexandre Stourdza, La femme roumaine. Sa condition juridique et sociale dans le passé et le présent, Paris, V. Girard & E. Brière, 1911.

18 Alexandru B. Brandia a été aussi, à l'époque, rédacteur du journal de Mihail Kogalniceanu, « Cugetul tarei ».

19 Publiés pour la première fois dans le journal « Dreptatea », n° 31/1867 ; republiés : Les Statuts de la société. « La Réunion des femmes roumaines » de Iasi, Bucarest, imprimerie « Independenta », 1919.

20 « Nous, les soussignées, considérant les imperfections de notre système d'enseignement pour le sexe féminin, [...], considérant de l'autre côté la grande misère qui règne dans notre chère patrie et les maux qui en découlent, surtout pour notre sexe, nous nous sommes décidées de former une société pour aider les villes roumaines pauvres et douées de talents remarquables de se spécialiser dans l'enseignement professionnel et artistique » in Les Statuts..., p. 3.

21 Je ne peux pas m'arrêter à tous les détails, mais il faut dire que l'existence de la Réunion n'a pas été exempte de frictions. Ainsi, par exemple, les adversaires de la Réunion ont essayé à maintes reprises de provoquer des conflits en instrumentalisant les membres de l'organisation. La première- présidente a dû quitter la ville suite à des intrigues politiques qui ont déterminé son mari à renoncer à son poste. C'était un bon moment pour déstabiliser la Réunion. Encore une fois, Cornelia Emilian a dû faire preuve de toute sa diplomatie (et son argent !) pour la sauver : en 1864 il y avait des élections pour la présidente et le comité dirigeant ; plusieurs hommes avaient payé des voix pour s'assurer un contrôle sur l'activité de la Réunion. Cornelia Emilian a utilisé l'héritage de son père (mort la même année) pour payer la cotisation de plusieurs femmes, qui allaient voter comme elle leur indiquait. Pour ne pas être accusée d'avoir lutter pour un poste, elle les a priées de ne pas l'élire, ni même dans le comité. Comme présidente, elle a fait élire Elena Mirzescu, la femme du député libéral de Iasi, qui avait une très bonne position dans le parti. Elena.Mirzescu a dirigé d'ailleurs la Réunion et l'École professionnelle avec beaucoup de succès.

22 Voir Pierre Bourdieu, « Structures, habitus, pratiques », in Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 87-109.

23 « Appel : Nous soussignées, lisant dans l'Évènement n° 253 du 10 décembre, le compte rendu de la première caisse de dépôts de la localité (Iasi), nous avons vu cité l'article 15 des statuts de ladite maison, article qui affirme : "Seulement les mineurs, ceux contre lesquels a été prononcé un interdit et les femmes mariées ne peuvent déposer ou retirer leurs épargnes". Cet article prouve suffisamment que les lois pour les femmes sont défavorables, et il est honteux de supporter leur humiliation à présent, quand nous avons suffisamment de jeunes femmes éduquées. Nous faisons donc un chaleureux appel à vous, mesdemoiselles étudiantes, et nous vous prions de former une ligue des femmes afin de sortir la femme du groupe des enfants et des retardés et de la mettre au niveau qui lui convient, en tant qu éducatrice de l'homme. » in Supliment la Buletinul Ligii Femeilor, Iasi, 1898, p. 1.

24 « Infiintarea Ligii Femeilor de la Iasi » (La création de la Ligue des Femmes de Iasi), in Supliment..., p. 1-6 ; l'article n'est pas signé, mais on peut supposer qu'il a été écrit par celle qui s'occupait en premier de la rédaction de cette publication, Cornelia Emilian Sevastos.

25 Idem, p. 2.

26 Gheorghe Scortescu, le directeur du journal Evenimentul, a fait éditer gratuitement les statuts et a ouvert les pages de son journal aux annonces concernant l'activité de la ligue.

27 Ion Gavanescu était professeur de philosophie, d'éthique et de pédagogie, admirateur des idées de John Locke.

28 Buletinul Ligii…n° 9/1896, p. 5-6.

29 Eleonora Savinescu, « Cate-va vorbe relative la liga » (Quelques mots sur la Ligue), Buletinul..., n° 1/1895, p. 2.

30 Eleonora Savinescu, « Vom atinge noi tinta dorita ? » (Allons-nous atteindre le but souhaité ?), Buletinul..., n° 3/1895. p. 4.

31 Maria Dobre, « Rolul si positiunea femeii in societate » (Le rôle et la position de la femme dans la société), Buletinul..., n° 1/1895, p. 3.

32 Nicole-Claude Mathieu, « Quand céder n'est pas consentir » in L'Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Cahiers de l'homme, Nouvelle série XXXIV, Paris, Ed. de l'ehess, 1985, p. 170-245.

33 « In chestia inferioritatii » (Sur l'infériorité), Buletinul..., n° 5, 1895, p. 3.

34 Idem, p. 3-4.

35 « In chestia inferioritatei », p. 3.

36 « Ceva desprefemeia » (Quelque chose sur la femme), Buletinul..., n° 7, 1895, p. 1-2.

37 Article sans titre, rappelant encore une fois les objectifs de la Ligue, écrit par Cornelia Emilian Sevastos, p. 1.

38 La dispute est très semblable à celle analysée par Dominique Godineau, « Beauté, respect et vertu : la séduction est-elle républicaine ? (1770-1795) », in Séduction et société, sous la dir. de Cécile Dauphin et Ariette Farge, Paris, Seuil, 2001, p. 89-121.

39 Paul Musoi, « Actiune. Vezi "In chestia inferioritatei". Buletinul n° 5 », Buletinul..., n° 9, 1896, P. 1-3.

40 Idem, p. 2.

41 Revista noastra. Remania.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540