Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Première partie. L'ajustement des représentations et l'invention des normes

Enquête sociale et différence des sexes au premier xixe siècle

Dominique Kalifa

Texte intégral

1On sait combien la première moitié du xixe siècle fut marquée, en France, par le sentiment d'une mutation profonde des formes et des normes de la vie sociale. À l'onde de choc de la Révolution française, qu'on accusait d'avoir précipité la décomposition des liens et des hiérarchies traditionnels, venait s'ajouter celle d'une industrialisation progressivement perçue comme une rupture décisive. L'accélération des flux migratoires, les transformations des cadres du travail industriel ou l'apparition de formes inédites de pathologies urbaines suscitèrent chez de nombreux contemporains l'émergence d'une anxiété nouvelle, où le sentiment de brouillage ou d'illisibilité du monde se conjuguait avec la peur sociale. En résulta la multiplication d'enquêtes et d'observations, qui fournissaient de ces mutations à la fois un constat (moins d'ailleurs celui des réalités observées que des inquiétudes ou des obsessions des observateurs) et un instrument de contrôle. Leur dimension fortement prescriptive en faisait aussi une sorte de répertoire, où s'affichaient les représentations de l'ordre à restaurer. Or dans ce dispositif, les femmes occupent une place importante. D'emblée pensées comme une menace spécifique (« l'Ouvrière »), voire comme l'un des facteurs principaux du processus de désorganisation sociale, elles sont aussi investies d'une mission décisive dans les stratégies de recomposition du corps social. On s'efforcera ici, à partir d'un large corpus d'enquêtes publiées en France dans les années 1830-1860, de mettre au jour le rôle accordé par les enquêteurs aux relations entre les sexes, et d'évaluer l'importance de ce moment dans l'ajustement ou la redéfinition des dynamiques du genre.

L'enquête, un regard d'homme

  • 1 Jean-Pierre Chaline, « Sociabilité féminine et "maternalisme" : les sociétés de Charité Maternelle (...)
  • 2 Catherine Duprat, « Le silence des femmes. Associations féminines du premier xixe siècle », in ibi (...)
  • 3 Michelle Perrot, « Sortir », dans G. Dubv et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. (...)
  • 4 Elizabeth Fry, Esquisse de l'origine et des résultats des associations de femmes pour la réforme d (...)
  • 5 Frances Trollope, Paris and the Parisians in 1835, New York, Harpers and Brothers, 1836. Le texte (...)

2C'est par la primauté du regard qu'entendent se distinguer les enquêtes du premier xixe siècle, la précellence du « J'ai vu... », de l'observation directe et expérimentale, promue au rang de voie majeure de production du vrai. Plus souvent proclamée qu'effectivement mise en œuvre, cette clinique du regard impose cependant un mode particulier de description et d'interprétation du social. Mais à quelques exceptions près, c'est toujours un regard d'homme qui décrypte et ordonne la scène sociale, répartissant les fonctions et les rôles à partir d'un usage strictement masculin du monde. La tradition philanthropique, alors si prospère, conduisait pourtant de plus en plus de femmes dans les prisons, les hôpitaux ou les taudis. On recense une trentaine de sociétés de Charité Maternelle dès le début de la Restauration1, et le mouvement des œuvres féminines est en constant essor durant toute la période2. Et sans doute faut-il admettre que ces escouades de « visiteuses du pauvre » contribuèrent, par leur expérience du « terrain », à disputer à la gestion masculine quelques parcelles de l'espace public, aux sources d'une progressive « conscience de genre3 ». Mais si certaines de ces pratiques s'adossaient à de véritables investigations (c'est le cas d'Elizabeth Fry, qui visite dans les années 1830 de nombreuses prisons britanniques4), la plupart d'entre elles manquent cependant toute visée exploratrice. Mixte de culpabilité sociale et d'illustration de la fonction maternelle, leur démarche peine à imposer un regard et une analyse autonomes sur la société, a fortiori une pensée du réordonnancement. Et lorsqu'elles y parviennent, à l'instar de la voyageuse Frances Troloppe, qui publie en 1836 son enquête sur Paris5, c'est dans une perspective panoramique qui laisse peu de place à la question sociale.

  • 6 Zoé Gatti De Gamond, Paupérisme et association, Paris, 25, rue du Vieux-Colombier, 1847.

3Des femmes, pourtant, publient des textes sur la misère et le monde ouvrier. C'est le cas de la fouriériste Zoé Gatti de Gamond, dont le Paupérisme et association paraît en 1847. Réponse à une question posée l'année précédente par la Société des Sciences, lettres et arts du Hainaut (« Quels sont les droits et les devoirs du prolétaire dans une société bien organisée ? »), ce texte très engagé est cependant fort éloigné des principes de l'enquête, son auteur s'y employant surtout à conjuguer droit au travail, critique de l'économie politique et foi chrétienne6.

  • 7 Cacherine Fauchet, De l'Observation sociale à l'observation de soi. Analyse des mémoires envoyés à (...)
  • 8 A Guide to the Printed Materia ! for English Social and Economie History (1750-1850), New York, 19 (...)
  • 9 Cf. l'inventaire réalisé par Jankte-Hilgen, Die Eigentumslosen, Fribourg, Orbis Akademikus, 1956.
  • 10 Marie-Claire Hoock-Demarle, « Les écrits sociaux de Bettina von Arnim, ou les débuts de l'enquête (...)

4Tout se passe donc comme si l'observation directe, l'exercice d'une lecture empirique du social capable de déboucher, par inférence ou induction, sur un projet d'objectivation du monde, étaient interdits aux femmes. Aucune femme, par exemple, dans l'ample moisson de mémoires présentés en 1834 au concours du prix Beaujour, et les diverses bibliographies sur les enquêtes ou le travail féminin signalent toutes le même vide7. Pas de femmes non plus dans la vaste recension des enquêtes britanniques réalisée en 1926 par Judith Williams8. Parmi les 350 auteurs d'enquêtes ou de concours publiés en Allemagne entre 1800 et 1850, on ne recense qu'une seule femme, Bettina von Arnim9. Sans doute celle-ci, correspondante de Goethe, sœur et épouse de poètes (Clemens Brentano, Achim von Arnim), lut-elle une grande figure du romantisme allemand, et l'auteur de deux textes importants : Ce livre appartient au roi, qu'elle dédie en 1843 au nouveau roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV, et Le livre des pauvres, entamé dans la foulée, mais qu'elle renonce à publier lorsque éclate en juin 1844 la révolte des tisserands de Silésie10. Ni l'un ni l'autre ne projettent cependant de regard spécifiquement féminin sur l'organisation du nouveau monde social. Mélange de souvenirs, de réflexions et de dialogues avec la mère de Goethe, Ce livre... n'est une enquête que dans son ultime chapitre, consacré à la colonie des pauvres du Vogtland. Mais Bettina y sous-traite l'exploration proprement dite à son ami suisse, Henri Grünholzer, qui reçoit 50 florins pour quadriller et décrire la cité ouvrière. Quant au Livre des pauvres, réponse à un concours de l'Académie des sciences de Berlin, il fonctionne par juxtaposition de témoignages et de correspondances réunies grâce à l'intermédiaire des journaux. Si l'idée y prévaut que l'énergie des femmes doit aider à repenser le monde, les données classées et réorganisées par Bettina demeurent le produit de catégories masculines.

  • 11 Voir Michelle Perrot, « Flora Tristan enquêtrice » dans S. Michaud (dir.), Un fabuleux destin, Flo (...)
  • 12 Julie-Victoire Daubié, La Femme pauvre au xixe siècle, Paris, Guillaumin, 1866, réédition Des femm (...)

5Seul dans cet univers d'hommes émerge le regard de Flora Tristan, dont les Promenades dans Londres (1840) et le projet plus ambitieux, mais inachevé, du Tour de France : État actuel de la classe ouvrière sous l'aspect moral, intellectuel et matériel, procèdent véritablement de l'investigation directe et empirique11. Exploratrice du social, Flora Tristan voyage, observe, note, appose un regard clinique sur les lieux et les individus, au carrefour de l'ethnographie, du voyage scientifique et de la topographie médicale. Mais la pratique est difficile pour une femme, à qui tout pose problème, l'organisation matérielle du voyage (à Montpellier, l'hôtel refuse de recevoir une femme), les sarcasmes ou le scepticisme des interlocuteurs, sans parler même de cette indéfinissable clôture de l'espace public que suscite généralement une intervention féminine. L'expérience, d'ailleurs, n'est guère suivie par d'autres enquêtrices. S'il est le premier à faire des femmes un objet spécifique d'investigation, le texte célèbre de Julie Daubié, La Femme pauvre au xixe siècle (1866), ne peut être considéré comme le fruit d'une exploration sociale12. Répondant à une question de l'Académie de Lyon sur les moyens d'« ouvrir aux femmes de nouvelles carrières » et d'élever leurs salaires « à l'égal de celui des hommes », l'ouvrage est une compilation des classiques de l'observation sociale (de Gérando, Dupin, Villermé, Buret, Louis Reybaud), assortie d'une collection de cas tragiques sur la misère ou l'assujettissement des femmes, et bien sûr de quelques propositions. D'un corpus édifié par des regards masculins, et sans vraiment remettre en cause un questionnement initial qui postule la supériorité des hommes, Julie Daubié se contente d'esquisser les prémisses d'une « science du malheur » féminin.

  • 13 Cité par M. Perrot, « Sortir », loc. cit., p. 472.
  • 14 Marcelle Capy et Aline Valette, Femmes et travail au xixe siècle : enquêtes de La Fronde et La Bat (...)

6À l'exception du cas remarquable, mais isolé, de Flora Tristan, l'immense audit national que constitue la floraison d'enquêtes du premier xixe siècle s'effectue donc sans les femmes, réduites au statut de « sexe compatissant », seulement capables de mettre en forme les usages masculins du monde ou d'en atténuer les excès. Produit d'un regard et d'une écriture fortement sexués, l'enquête érige donc les femmes en simple objet de description ou de déploration. D'où le souci de prendre en main la conduite de l'enquête, que manifestent par la suite de nombreuses militantes. « Mettez-vous au régime de l'enquête incessante », recommande en 1906 la leplaysienne Henriette Jean Brunhes13. Il faut cependant attendre les premières années du xxe siècle pour que les rédactrices de La Fronde ou de La Bataille syndicaliste engagent de véritables inspections féminines sur le travail des femmes14.

L'usine, une affaire de sexe

  • 15 Joseph-Marie De Gérando, De la bienfaisance publique, Paris, Renouard, 1839, p. 381-385 ; Eugène V (...)
  • 16 Charles Dupin, Des forces productives et commerciales de la France, Paris, Bachelier, 1827, t.1, p (...)

7Mais ce silence n'équivaut évidemment pas à une absence des femmes dans les enquêtes sociales. Au vrai, elles y sont même omniprésentes, la section « Des ouvrières » constituant une sorte de morceau de bravoure où se croisent pittoresque, moralisme et prophylaxie sociale. Du baron de Gérando à Eugène Véron, en passant par Villermé, Buret, Ducpétiaux, Boyer, Louis Reybaud et sans doute beaucoup d'autres, la plupart des observateurs se montrent particulièrement attentifs à l'organisation et aux spécificités du travail féminin, qui fait l'objet de descriptions minutieuses15. Ainsi Villermé, très sensible à la répartition par sexe dans les manufactures de Saint-Quentin ou d'Elbœuf, décrit-il avec précision les diverses activités exercées par les femmes : nopeuses, énoueuses, éplucheuses, empaqueteuses, picoteuses, etc. Mais rares sont ceux qui, comme Charles Dupin, insistent sur les compétences propres aux femmes, et sur l'intérêt économique et professionnel qu'on trouve à les employer16. L'ouvrière, entendons la travailleuse salariée des manufactures textiles, est pensée comme un immense danger, et c'est en négatif que le consensus se réalise.

  • 17 Ducpétiaux, p. 313.

8Le problème se pose cependant rarement en termes sociaux. Sans doute beaucoup d'observateurs notent-ils que la pénibilité du travail, l'insuffisance des salaires ou l'insécurité pesant sur leurs emplois font des femmes la « classe la plus pauvre ». Mais ces inégalités sont généralement justifiées par « l'infériorité de sa condition physique » ou « l'ignorance plus grande chez les filles que chez les garçons17 ».

  • 18 Villermé, p. 369-370.

« Les salaires de l'industrie, écrit Villermé, sont [...] en proportion de la force, de l'adresse, de l'intelligence des travailleurs : le maximum de gains est pour le plus habile et le plus fort, le minimum pour le simple manouvrier qui ne fait que ce que la plupart font ou peuvent faire. De là, le taux si bas du gain des femmes18 ».

  • 19 Ange Guépin et Eugène Bonamy, Nantes au xixe siècle. Statistique topographie, industrielle et mora (...)
  • 20 Ducpétiaux, p. 315.

9Guépin et Bonamy sont pratiquement les seuls à envisager le sort des femmes comme le produit d'un rapport de genre et d'une logique de position, mais le regard panoramique qu'ils apposent sur la société nantaise privilégie sur ce point les femmes de la « classe aisée19 ». « On peut dire que la condition déplorable des femmes de la classe ouvrière ne tient pas essentiellement à leur emploi dans les fabriques », conclut Ducpétiaux20.

  • 21 Gérando, p. 317.
  • 22 Villermé, op. cit., p. 303.
  • 23 Cité par C. Fauchet, p. 260.
  • 24 Par exemple Gérando, p. 381-385 ; Ducpétiaux, p. 318 ; Villermé, p. 103-104.
  • 25 Véron, p. 95.
  • 26 Villermé, p. 250.
  • 27 Le droit des femmes, 17 avril 1870, cité par A. Thiércé, op. cit., p. 22.
  • 28 Voir, parmi beaucoup d'autres, Ducpétiaux, p. 318-350 ; Guépin et Bonamy, p. 635-644 ; Villermé, p (...)
  • 29 C. Fauchet, thèse citée.
  • 30 Guépin et Bonamy, op. cit., p. 637.

10Le vrai problème ne concerne donc pas l'exercice du travail salarié, mais son existence même, toujours pensée comme déplacée. Aucune femme n'est à sa place à l'atelier, qui constitue un espace proprement monstrueux au regard de la nature féminine. C'est pourquoi, loin des questions de salaire ou de condition de travail, les effets d'un tel « déplacement » sont à lire dans les dérèglements de la nature des femmes, c'est-à-dire de leur sexe, nécessairement exacerbé et perverti dans cette transplantation. C'est ce que Gérando nomme « les excès de la sensualité » ou « l'abus de jouissances sensuelles21 ». Un tel dérèglement est d'abord perceptible au travers de l'odeur : « il serait difficile de se faire une idée de l'aspect sale, misérable, des femmes employées au tirage de la soie [...] et de l'odeur repoussante, sui generis, qui s'attache à leurs vêtements, infecte les ateliers, et frappe tous ceux qui les approchent », écrit Villermé22. Mais il se manifeste surtout par l'aggravation des désordres sexuels. « Leur sexe seul lorsqu'elles sont livrées à leurs propres ressources est une cause perpétuelle de misère », lit- on dans le mémoire de Jean-Jacques Rapet23. Libertinage, concubinage, naissances illégitimes, avortements, infanticide, abandons d'enfants, dénoncés à l'envi par tous les enquêteurs24, envahissent et saturent toute la réflexion sur le travail des femmes. L'ouvrière, rapidement, se confond avec la fille-mère25, dans une étrange conception des relations de sexe où les hommes, presque transparents, n'ont qu'une responsabilité très atténuée : « Elles cèdent bien moins encore à la séduction qu'aux détestables conseils des femmes avec lesquelles elles travaillent26 ». À terme, c'est bien sûr le spectre de la prostitution, ce « Minotaure de la débauche27 » auxquels tous les enquêteurs consacrent de longs développements28. Dans les 25 mémoires non primés présentés en 1834 à l'Académie des sciences morales, la prostitution constitue la seule entrée où est abordée la question du travail féminin29. Déplacées dans un cadre inadapté à leur nature, les femmes sont rapidement dominées par leur sexe, qui ne peut les conduire qu'à ce mal absolu que constitue l'amour vénal. Le débat peut porter sur la plus ou moins grande responsabilité de l'atelier dans l'essor de la prostitution, mais celle-ci apparaît à tous comme une exacerbation de la nature féminine. Il est significatif que les prostituées soient ainsi désignées par Guépin et Bonamy comme « les filles folles de leur corps30 ».

  • 31 Sur les stéréotypes de travaux féminins au xixe siècle, voir Michelle Perrot (dir.), « Travaux de (...)
  • 32 Villermé, p. 361.
  • 33 Ducpétiaux, p. 29.
  • 34 Marie-Noëlle Thibault, « À propos des femmes dans le rapport Villermé », dans V. Duclert et al.. A (...)
  • 35 Villermé, p. 269 ; Véron, p. 98.
  • 36 Une initiative abondamment citée, notamment par Ducpétiaux, p. 316, Villermé, p. 407, Véron, p. 90 (...)
  • 37 Jean-Noël Luc, L'Invention du jeune enfant au xixe siècle. De la salle d'asile à l'école maternell (...)
  • 38 Daubié, p. 65.
  • 39 Léora Auslander et Michelle zancarini (dir.), Différence des sexes et protection du travail (xixe-(...)

11Face à de tels dérèglements, l'issue ne peut donc résider que dans le retour de la femme à sa place, c'est-à-dire à la famille, à la maternité et aux « travaux de femmes31 ». Villermé prône ainsi l'activité à domicile, qui « fortifie les bonnes moeurs, tandis que le travail en commun n'en donne trop souvent que des mauvaises32 ». Lorsque l'emportent le réalisme ou la résignation au productivisme industriel, la solution passe plutôt par la ségrégation. Car le mal décisif, c'est le mélange, la « confusion des âges et des sexes dans les ateliers », comme le note Ducpétiaux33. Ce point est également déterminant pour Villermé, qui l'aborde à diverses reprises et le reprend encore dans les index de son enquête (entrée « filles », et encore « sexe : ils devraient être séparés dans les ateliers des grandes manufactures »). Le principe de la ségrégation apparaît donc comme le meilleur rempart contre les excès du sexe féminin. Villermé, qui n'est pas hostile au travail des femmes34, se réjouit ainsi des décisions du maire d'Amiens qui interdit en 1821 aux responsables des ateliers de filature de recruter leurs aides dans le sexe opposé, et Véron vante l'initiative d'Emile Koechlin à Mulhouse, qui réserve aux ouvrières célibataires deux bâtiments spécifiques, pour servir de logement et de bureau de placement35. Tous surtouts s'enthousiasment pour l'expérience américaine des ateliers de coton de Lowel, étonnantes « manufactures morales » régies par la plus stricte ségrégation sexuelle, sous la surveillance de matrones sourcilleuses36. Et si sa mise en œuvre s'avère impossible, au moins convient-il d'organiser le « rapt de la progéniture populaire » à l'aide des salles d'asiles37, seul moyen de sauver les enfants de la démoralisation familiale dans les régions manufacturières. Puisque l'usine n'est pas récusable, la ségrégation des sexes apparaît aux yeux des enquêteurs (rejoints sur ce point par de nombreux économistes, patrons ou ouvriers) comme le meilleur moyen de sauvegarder chez la femme « le principe de la famille et de la civilisation même », selon les mots de Julie Daubié38. C'est d'ailleurs dans une telle perspective que naît en 1892 une législation spécifique du travail, qui entend protéger le sexe faible, lutter contre l'immoralité et défendre la maternité39.

*

  • 40 Voir sur ce point l'analyse de Mary Poovey, Uneven Development. The Ideological Work of Gender in (...)
  • 41 Gérando, p. 59.
  • 42 Adolphe Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848. Paris, Pagnère, 1849, t. 11 (...)
  • 43 Daubié, p. 64 et 66.
  • 44 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les Femmes, le travail et la famille ( 1978), Paris, Payot, 2002
  • 45 Joan W. Scott, « "L'ouvrière ! mot impie, sordide". Women Workers in the Discourse of French Polit (...)
  • 46 Jules Simon, L'Ouvrière, Paris, Hachette, 1861 ; Paul Leroy-Baulieu, Le Travail des femmes au xixe(...)

12C'est donc sur le sexe des femmes, organe corrupteur s'il n'est pas contrôlé, qu'est largement construite la disqualification de l'ouvrière par les observateurs. Tout comme les médecins du temps, actifs propagateurs de la « théorie utérine », les observateurs diffusent l'image d'une femme dominée par sa physiologie, asservie par les convulsions de son sexe. Apprivoisée dans la sphère domestique, la femme est un pivot de l'ordre social ; échappant aux cadres traditionnels de la socialité, elle incarne le chaos et la dissolution. Désordre sexuel et désordre social sont ici pleinement confondus40. Mais au travers de cette fiction sur le sexe débridée de l'ouvrière transparaît surtout le refus de considérer la femme comme un individu. Gérando est assez clair sur ce point : « la femme n'est pas destinée par la Providence à une existence solitaire : fille, sœur, épouse, mère, amie [...], elle est destinée à vivre pour autrui41 ». Le salariat, qui suppose l'individualité, est donc d'emblée pensé comme contraire à sa nature et à sa vocation. Dans le contexte alarmiste d'une « collectivité inorganique », hantée du spectre de la dissolution sociale, salariat et individualisme féminins, confondus dans la même réprobation, menacent surtout l'intégrité de la cellule familiale. « La famille se dissout bien vite au contact de l'air méphitique des caves de Lille et des greniers de Rouen », écrit Blanqui en 184842. Mais les observateurs peinent aussi à envisager le travail féminin hors d'un rapport direct au corps des femmes. Nourrices, lingères ou sage-femmes, qui engagent les fonctions maternelles, relèvent de l'ordre des sexes ; s'en échapper comme l'ouvrière équivaut à activer la part maudite de ce corps, qui conduit au vice et à la prostitution. « Il est facile de se convaincre que cette déchéance de l'ouvrière tient aussi à la déchéance de la maternité », écrit Julie Daubié43. Le paradoxe est que ces représentations sont mises en œuvre à un moment où le salariat féminin, encore très marginal, n'a pas vraiment entamé l'organisation traditionnelle et domestique de la production industrielle44. On peut évidemment comprendre que ces innovations, qui rompent avec les formes habituelles et acceptables des « travaux de femmes », obsèdent les contemporains. Mais l'ampleur et la virulence de ces discours procèdent moins du constat que du programme. Comme Joan Scott l'a montré à propos de l'économie politique45, ces images « reflètent » beaucoup moins qu'elles ne construisent la figure de l'ouvrière, projetée au cœur d'un scénario-catastrophe. Les enquêteurs participent du même tir de barrage, qui assure de l'immoralité de l'activité salariée, justifie la division sexuelle du travail ou relègue les femmes dans le secteur dominé de l'économie domestique. Dans la décennie 1860, tout l'argumentaire est en place pour exclure les femmes de l'espace de la production moderne, comme l'attestent les ouvrages célèbres de Jules Simon, puis de Paul Leroy-Baulieu46. Il ne suffira pas à endiguer le mouvement, mais témoigne du subtil processus d'ajustement des représentations aux mutations sociales.

Notes

1 Jean-Pierre Chaline, « Sociabilité féminine et "maternalisme" : les sociétés de Charité Maternelle au xixe siècle », dans A. Corbin et al. (dir.), Femmes dans la Cité, 1815-1871, Grâne, Créaphis, 1997, p. 69-78.

2 Catherine Duprat, « Le silence des femmes. Associations féminines du premier xixe siècle », in ibid., p. 79-100. Voir aussi Sylvie Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l'action sociale, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions Ouvrières, 1990, et Évelyne Lejeune-Resnick, Femmes et associations (1830-1880), Paris, Publisud, 1991.

3 Michelle Perrot, « Sortir », dans G. Dubv et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 3. Le xixe siècle, Paris, Plon, 1991, p. 467-494.

4 Elizabeth Fry, Esquisse de l'origine et des résultats des associations de femmes pour la réforme des prisons en Angleterre, suivi de quelques conseib pour l'organisation des associations locales, Paris, Didier, 1838.

5 Frances Trollope, Paris and the Parisians in 1835, New York, Harpers and Brothers, 1836. Le texte est traduit la même année en France.

6 Zoé Gatti De Gamond, Paupérisme et association, Paris, 25, rue du Vieux-Colombier, 1847.

7 Cacherine Fauchet, De l'Observation sociale à l'observation de soi. Analyse des mémoires envoyés à l'Académie des Sciences Morales et Politiques lors du premier prix Beaujour sur la misère (1834-1839), thèse d'histoire, Université de Paris-1, 1995 ; M. Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xixe siècle. Etude. Bibliographie. Index, Paris, Microéditions Hachette, 1972 ; M. Guilbert, N. Lowit, M.-H. Zylrerberg-Hocquart, Travail et condition féminine. Bibliographie commentée, Cergy, Ed. de la Courtille, 1977.

8 A Guide to the Printed Materia ! for English Social and Economie History (1750-1850), New York, 1926.

9 Cf. l'inventaire réalisé par Jankte-Hilgen, Die Eigentumslosen, Fribourg, Orbis Akademikus, 1956.

10 Marie-Claire Hoock-Demarle, « Les écrits sociaux de Bettina von Arnim, ou les débuts de l'enquête sociale dans le Vormärz prussien », Le Mouvement Social, n° 110, 1980, p. 5-33, « Du visiteur du pauvre au Manifeste communiste : l'exclusion en Allemagne (1800-1850) », dans A. Gueslin et D. Kalifa, Les Exclus en Europe, 1830-1930, Paris, L'Atelier, 1999, p. 422-435.

11 Voir Michelle Perrot, « Flora Tristan enquêtrice » dans S. Michaud (dir.), Un fabuleux destin, Flora Tristan, Dijon, eud, 1984, p. 82-94.

12 Julie-Victoire Daubié, La Femme pauvre au xixe siècle, Paris, Guillaumin, 1866, réédition Des femmes, 1992, présentée par Michelle Perrot et Agnès Thiercé

13 Cité par M. Perrot, « Sortir », loc. cit., p. 472.

14 Marcelle Capy et Aline Valette, Femmes et travail au xixe siècle : enquêtes de La Fronde et La Bataille syndicaliste, présenté et commenté par M.-H. Zylberberg-Hocquard et É. Diebolt, Paris, Syros, 1984.

15 Joseph-Marie De Gérando, De la bienfaisance publique, Paris, Renouard, 1839, p. 381-385 ; Eugène Véron, Les Institutions ouvrières de Mulhouse et des environs, Paris, Hachette, 1866, p. 90-94 ; Louis- René Villermé, Tableau physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, Renouard et Cie, 1840, passim ; Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en France et en Angleterre, Paris, Paulin, 1840, passim ; Édouard Ducpétiaux, De la condition physique et morale des jeunes ouvriers et des moyens de l'améliorer, Bruxelles, Méline, Cans & Cie, 1843, t. I, p. 14-20 et 315-317 ; Adolphe Boyer, De l'état des ouvriers et de son amélioration par l'organisation du travail, Paris, Dubois, 1841, p. 65-74 ; Louis Reybaud, Études sur le régime des manufactures. Conditions des ouvriers en soie, Paris, Michel Lévy, 1859, p. 330-333.

16 Charles Dupin, Des forces productives et commerciales de la France, Paris, Bachelier, 1827, t.1, p. 86-95.

17 Ducpétiaux, p. 313.

18 Villermé, p. 369-370.

19 Ange Guépin et Eugène Bonamy, Nantes au xixe siècle. Statistique topographie, industrielle et morale, Nantes, Prosper Sébire, 1835, p. 474-480.

20 Ducpétiaux, p. 315.

21 Gérando, p. 317.

22 Villermé, op. cit., p. 303.

23 Cité par C. Fauchet, p. 260.

24 Par exemple Gérando, p. 381-385 ; Ducpétiaux, p. 318 ; Villermé, p. 103-104.

25 Véron, p. 95.

26 Villermé, p. 250.

27 Le droit des femmes, 17 avril 1870, cité par A. Thiércé, op. cit., p. 22.

28 Voir, parmi beaucoup d'autres, Ducpétiaux, p. 318-350 ; Guépin et Bonamy, p. 635-644 ; Villermé, p. 396 ; Buret, p. 255-256.

29 C. Fauchet, thèse citée.

30 Guépin et Bonamy, op. cit., p. 637.

31 Sur les stéréotypes de travaux féminins au xixe siècle, voir Michelle Perrot (dir.), « Travaux de femmes dans la France du xixe siècle », Le Mouvement social, n° 105, 1978 (la présentation est reprise dans Les Femmes ou les silences de l'histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 191-199). Cf. aussi M. Riot-Sarcey et M.-H. Zylberberg-Hocquart, Travaux de femmes au xixe siècle, Paris, Musée d'Orsay et crdp, 1987.

32 Villermé, p. 361.

33 Ducpétiaux, p. 29.

34 Marie-Noëlle Thibault, « À propos des femmes dans le rapport Villermé », dans V. Duclert et al.. Avenirs et avant-gardes en France, xixe-xxe siècles, Paris, La Découverte, 1999, p. 106-112.

35 Villermé, p. 269 ; Véron, p. 98.

36 Une initiative abondamment citée, notamment par Ducpétiaux, p. 316, Villermé, p. 407, Véron, p. 90, J. Daubié, p. 10. Cf. aussi l'analyse qu'en propose Michel Chevalier, Lettres sur l'Amérique du Nord, Paris, Gosselin, 1836.

37 Jean-Noël Luc, L'Invention du jeune enfant au xixe siècle. De la salle d'asile à l'école maternelle, Paris, Belin, 1997, p. 59-69.

38 Daubié, p. 65.

39 Léora Auslander et Michelle zancarini (dir.), Différence des sexes et protection du travail (xixe-xxe siècles), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1995.

40 Voir sur ce point l'analyse de Mary Poovey, Uneven Development. The Ideological Work of Gender in Mid-Victorian England. University of Chicago Press, 1988.

41 Gérando, p. 59.

42 Adolphe Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848. Paris, Pagnère, 1849, t. 11, p. 207.

43 Daubié, p. 64 et 66.

44 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les Femmes, le travail et la famille ( 1978), Paris, Payot, 2002.

45 Joan W. Scott, « "L'ouvrière ! mot impie, sordide". Women Workers in the Discourse of French Political Economy, 1840-1860 », in Ed. P. Joyce, The Historical Meaning of Work, Cambridge University Press, 1987, p. 119-142, ainsi que sa contribution, « La Travailleuse », à G. Duby et M. Perrot, op. cit., p. 419-461.

46 Jules Simon, L'Ouvrière, Paris, Hachette, 1861 ; Paul Leroy-Baulieu, Le Travail des femmes au xixe siècle, Paris, Charpentier, 1873.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540