Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre face aux mutations

 | 
Luc Capdevila
, 
Sophie Cassagnes
, 
Martine Cocaud
, 
et al.

Première partie. L'ajustement des représentations et l'invention des normes

Chronologie et dialectique entre féminin et masculin (xixe-xxe siècles)

Anne-Marie Sohn

Texte intégral

  • 1 L'histoire des femmes est-elle possible ? sous la direction de Michelle Perrot, Marseille, Rivages (...)

1Dès sa naissance, l'histoire des femmes a non seulement voulu tirer les femmes de l'oubli mais aussi questionner l'histoire tout entière. Néanmoins, dans une discipline majoritairement masculine, par ses acteurs comme par ses sources, elle a longtemps privilégié les scansions politiques et économiques traditionnelles qui s'imposent encore aux chercheurs des deux sexes. J'ai ainsi inscrit ma thèse d'Etat dans le cadre commode de la Troisième République alors que la chronologie adéquate à mon sujet s'étirait sur un long siècle des années 1860 à 1960 comme je le découvris au terme de ma recherche. Le colloque de Saint-Maximin avait pourtant proposé un ambitieux programme. Yvonne Knibiehler qui récusait d'emblée et à juste titre la notion d'« événements féminins » et d'« événements masculins », jugeait nécessaire, toutefois, d'analyser chaque sujet en tenant compte de « la part d'initiative » inégale pour chaque sexe. Elle proposait également des « périodisations spécifiques » sur des thèmes « méprisés » mais importants pour les femmes en donnant pour exemple la réduction des naissances qui « a si profondément transformé la condition maternelle1 ». Vingt ans après, ces propositions restent d'actualité, le pari de la subversion chronologique n'ayant pas été tenu. Il convient donc de rouvrir ce chantier en interrogeant les césures traditionnelles au regard d'une histoire bisexuée et en mettant à jour la dialectique femmes/hommes qui imprime son mouvement à l'histoire. Il faut également réfléchir sur l'impact différentiel pour les deux sexes des phénomènes de longue durée et des ruptures événementielles. La libéralisation des mœurs, la réussite scolaire des filles et les crises de la masculinité liées aux deux conflits mondiaux sont de ce point de vue particulièrement éclairant.

La « libéralisation des mœurs »

  • 2 Je renvoie, pour plus de détails, à mes travaux : Chrysalides. Femmes dans la nie privée (xixe-xxe(...)

2La vox populi qui parle de « révolution sexuelle », se plaît à souligner le passage soudain dans les années 1960 de la double morale à la sexualité pour tous. La libéralisation des mœurs est, en fait, fille d'un lent processus qui ébranle en un siècle, de 1880 à 1990, les relations amoureuses et familiales2. Commencée dans les métropoles comme Paris ou Marseille, elle ne s'amorce pas avant les années 1930 dans les campagnes les plus traditionnelles. Elle est inachevée en 1968 même si le mois de mai, en libérant la parole, lui a donné l'élan final. Plusieurs indices permettent d'en mesurer l'impact : fin du victorianisme linguistique, indulgence croissante envers les époux adultères, recul de la pudeur et des interdits gestuels. Mais rien ne rend mieux compte de ces changements souterrains que la progression continue des liaisons prénuptiales pour les jeunes filles : une sur cinq à la Belle époque, près d'une sur trois dans les années 1930, la moitié à l'aube des années 1960, 90 % en 1972. La banalisation des relations préconjugales résulte de la généralisation du mariage d'inclination. Le mariage d'amour constitue pour les jeunes filles une conquête fondamentale. Désormais, elles ont le pouvoir de dire non : non au fiancé âgé, non à l'époux disgracié. Mais le progrès est identique pour les jeunes gens qui échappent aux femmes sans attrait quoique bien dotées. Le libre choix du conjoint devient donc la règle même si le prix à payer est d'assumer seul l'erreur sur la personne. Certes, la liberté n'est pas absolue. Les jeunes gens savent qu'il ne faut point courtiser au-dessus de leur rang si bien que l'homogamie sociale reste forte. Les parents ne se privent pas non plus, quoique de plus en plus discrètement, de donner leur avis dès qu'une idylle s'esquisse. Mais le retour en arrière est impensable.

3Le mariage d'amour ne bouleverse pas seulement les relations familiales, il ébranle également l'interdit pesant sur la sexualité prénuptiale. Se « donner » à son fiancé devient, en effet, la preuve d'amour irréfragable que ce dernier sollicite de façon de plus en plus pressante et quasi systématique dans l'entre-deux-guerres. Le passage à l'acte suppose, cependant, que les deux sexes accordent de moins en moins de prix à la virginité féminine.

4Certes, le culte de la virginité n'a jamais été universel. Il était affaire de fortune, de région, de métier mais nul ne s'avisait publiquement de le combattre. Or, ce tabou va subrepticement s'éroder face au nouveau comportement des jeunes couples. En 1900, l'heure est encore aux avances masculines et les jeunes filles peuvent refuser sans compromettre leur avenir matrimonial mais leur refus passe déjà dans les années 1930 pour la marque d'une inquiétante froideur. Elles peuvent accepter aussi mais en prenant les précautions indispensables pour une jeune fille « sage » : refuser plusieurs fois pour ne point paraître facile, se faire répéter les promesses de mariage et les déclarations d'amour éternel. Sauter le pas n'est pas dénué de risques mais les risques déclinent. La plupart des jeunes hommes, en effet, jouent le jeu sans arrière pensée. Ils aiment sincèrement leur compagne. Ils souhaitent une vie de couple heureuse et jugent désormais nécessaire une bonne entente sexuelle. Ils n'abandonnent donc pas leur partenaire sitôt leurs désirs satisfaits. Ils ne s'émeuvent pas d'une grossesse inopinée et régularisent le plus souvent sans barguigner. Au reste, et avec pour tout bagage le coït interrompu et, à partir de 1900, l'avortement correctif, les jeunes ont maîtrisé de mieux en mieux leur fécondité.

  • 3 A.-M. Shon, « Marcelle Ségal et Menie Grégoire, les nouvelles médiatrices médiatiques du couple », (...)

5Ces avancées se confirment dans les années 1940 et 1950. Le flirt devient alors obligatoire et se dit sans fard jusque dans la presse3. À la fois apprentissage de l'amour et prolégomène à la sexualité, il favorise un nouvel envol des relations prénuptiales. À partir des années 1960, le phénomène n'est plus circonscrit au cercle des fiancés. L'amour vaut désormais absolution pour tous et en dehors de tout projet matrimonial. L'émulation entre jeunes filles devient alors décisive. Là où une génération plus tôt, la peur de perdre sa virginité en freinait encore plus d'une, la peur de paraître une « idiote », ignorante des choses de la vie, pousse les plus timorées à s'en libérer coûte que coûte. Les risques, qui plus est, se sont encore amenuisés. Le bâtard n'est plus ostracisé, le mariage légitimant n'est plus exigé de parents plus soucieux du bonheur conjugal de leur fille que du scandale public. Dans ce contexte, la commercialisation de la pilule est bien un « événement »-clé. Mais elle n'a pas déclenché la libéralisation des mœurs. Mai 1968 l'a rendue visible mais elle aurait été impossible sans la « révolution silencieuse » amorcée à la fin du xixe siècle.

6Cette longue histoire résulte de bouleversements qui affectent la société toute entière : primat de l'individu(e), déclin de l'autorité patriarcale au profit d'une éducation fondée sur la confiance et l'amour, déchristianisation aussi qui déculpabilise la sexualité hors mariage. Mais elle doit beaucoup aussi à un jeu subtil entre les sexes. Ce sont les jeunes filles qui sont passées du « non » au « oui mais » puis au « oui » avant d'oser leurs premières avances. Mais ce sont les jeunes hommes qui ont renoncé à la double morale. Ils en ont, du reste, tiré de grandes satisfactions, à savoir une vie sexuelle plus précoce, sans honte ni dissimulation. Les relations prénuptiales, enfin, en privilégiant l'initiation entre jeunes ont favorisé des relations plus égalitaires dans le couple. L'instruction croissante des filles y a également sa part.

« Allez les filles ! »

  • 4 Claude Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1991.
  • 5 Les chiffres sont tirés de J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, P. Hughet, J.-N. Luc, A. Prost, L'enseig (...)
  • 6 En 1850, elles représentent 46,5 % des élèves. Les effectifs, par ailleurs, croissent rapidement e (...)
  • 7 Le tout sur fond de croissance des effectifs. En 1877, 10 780 filles obtiennent le diplôme, 38 000 (...)
  • 8 La statistique s'interrompt entre 1912 et 1925. En 1925, les filles représentent 54,5 % des élèves (...)
  • 9 À la différence des cours complémentaires, l'effectif des EPS privées est quasi négligeable après (...)
  • 10 Un seul exemple parisien cité par A. Prost : en 1855, on compte 356 candidates dans l'Académie de (...)
  • 11 Françoise Mayeur, L'éducation des femmes en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1979, p. 168.
  • 12 Les jeunes filles n'ayant pas de cours de latin et de grec étaient pénalisées mais les femmes pouv (...)
  • 13 Françoise Mayeur, L'enseignement secondaire des jeunes filles, Paris, Presses de la Fondation nati (...)
  • 14 Le tout là encore sur fond d'envol des diplômés : 3956 bachelières pour 11 024 garçons en 1933, 73 (...)
  • 15 Ces dernières passent ainsi de 3,3 % des effectifs universitaires en 1900 à 10 % en 1914, 25 % en (...)
  • 16 L'accroissement annuel des effectifs dans l'enseignement supérieur est de 9,5 % pour les filles de (...)

7Le livre de Christian Baudelot et Roger Establet a rendu public un phénomène connu des historiens de l'éducation mais souvent d'eux seuls4 Là encore, il s'agit d'un phénomène de très longue durée qui s'ouvre en 18335. Les filles sont en apparence oubliées par la loi Guizot mais élevées pour beaucoup sur « les genoux de l'Église », elles n'en connaissent pas moins les bienfaits de l'éducation. En 1837 déjà, 41,6 % des élèves de l'enseignement primaire sont des filles, 46,5 % en 1850. En 1866 à la veille de la loi Duruy qui impose aux communes de plus de cinq cents habitants la fondation d'une école de filles, elles représentent 48,1 % des effectifs6. Les parents ont donc anticipé pour leurs filles l'obligation scolaire. Commence alors la course aux diplômes. En 1877, 29 % des lauréats du certificat d'études sont des filles et 42 % cinq ans plus tard à peine7. Les familles misent ensuite sur les études primaires supérieures. Les filles, là encore, rattrapent rapidement leur retard sur les garçons. Elles représentent en 1882, 29 % des élèves des cours complémentaires publics, 45 % en 1906 mais 53,7 % si l'on ajoute les cours privés, et en 1925, elles ont largement distancé les garçons8. Il en est de même pour les EPS où elles ne constituent que 22,2 % des effectifs en 1882 mais déjà 40,7 % en 1907, l'égalité des sexes étant atteinte en 19339. La scolarité dans les « collèges du peuple » pousse ensuite les filles à l'assaut du brevet et du brevet supérieur, par prestige tout autant que par désir d'accéder à des professions en col blanc10. La création des lycées féminins ne fait que renforcer la fascination pour les diplômes. Certes « l'enseignement réellement secondaire ne devait pas être dispensé, vers 1914, à beaucoup plus de 35 000 jeunes filles » contre 100 000 garçons11. Mais à cette date, la bataille du baccalauréat est en passe d'être gagnée. Alors que ses promoteurs avaient refusé d'aligner les lycées féminins sur leurs devanciers masculins et avaient prévu d'en clore la scolarité par un certificat d'études secondaires, la pression des élèves et des familles conduit dès 1905 les établissements, privés puis publics, à proposer une préparation au baccalauréat12. En 1924, le gouvernement entérine le mouvement social. Le décret Bérard offre « aux jeunes filles qui le désirent un enseignement identique à l'enseignement secondaire masculin ». Dès lors, « il ne semble pas que le "bachot" ait été moins âprement disputé que chez les garçons13 ». Le nombre de bachelières va donc croissant : 4 % des diplômés en 1914, 12 % en 1920, 36 % en 1938, 45 % en 1958, plus de la moitié en 196914. Par ricochets, le nombre des étudiantes suit une progression identique15. La course aux formations du supérieur est même depuis 1899 plus féminine que masculine16. De même que les femmes n'ont pas commencé à travailler dans les années 1960, les filles ont effectué une course de fond qui en un siècle et demi, les a hissées au niveau des garçons puis leur a permis de les surpasser.

  • 17 Voir, entre autres, Rose-Marie Lagrave, « Une émancipation sous tutelle », Histoire des femmes, t. (...)
  • 18 La phrase est de M. Duru-Bellat, réservée, cependant, sur un déterminisme aussi implacable. Op. ci (...)
  • 19 J.-P. Terrail, « Destins scolaires de sexe, une perspective historique et quelques arguments », Po (...)

8Certaines sociologues ont souligné à juste titre l'inachèvement et les limites des succès féminins. De fait, les filles restent victimes d'une double ségrégation : « ségrégation horizontale », entre filières scientifiques ou techniques à dominante masculine et filières littéraires ou tertiaires à dominante féminine, et « ségrégation verticale » qui conduirait par sélection ou retrait volontaire à l'exclusion des cursus d'excellence. Quelques travaux minimisent même leur réussite : celle-ci serait mise au compte de leur plus grande docilité qui les conduirait à se plier plus facilement à la culture scolaire et aux réquisits des enseignants. La définition de la féminité entrant plus facilement en adéquation avec les attentes de l'institution, les succès féminins refléteraient en fait l'intériorisation de la domination masculine17. Les carrières scolaires des filles s'expliqueraient donc principalement « par la situation des femmes sur le marché de l'emploi, qui elle-même reflète la division du travail dans la famille, cette dernière étant à son tour entretenue par l'infériorité des femmes sur le marché de l'emploi et de la formation18 ». D'autres sociologues récusent ce « raisonnement circulaire ». Christian Baudelot et Roger Establet s'avouent ainsi impressionnés par la « subversion de la reproduction sociale », l'effet de l'origine sociale étant « beaucoup moins accentué chez les filles que chez les garçons ». Jean-Pierre Terrail refuse, quant à lui, d'imputer à « l'intériorisation d'une domination masculine improbable » la réussite féminine, celle-ci découlant tout bonnement des performances scolaires des filles, toujours supérieures à celles des garçons. Il insiste, par ailleurs, sur leur « forte mobilisation ». Leur surscolarisation traduirait en fait leur désir de conquérir « l'indépendance économique et sociale19 ». La mise en perspective historique confirme cette approche optimiste.

  • 20 Sur le rôle des mères dans la réussite scolaire dès le xixe siècle, voir Chrysalides, op. cit., ch (...)
  • 21 Ouvriers des deux mondes, 2e série, tome V, Chrysalides, op. cit., p. 345.

9Elle nous informe tout d'abord sur l'investissement scolaire des parents vis-à-vis des filles et des garçons. Des « parents », précisons-le, présentés comme un bloc dans les archives ou les écrits de l'époque, qui ignorent le défunt pater familias20. L'engagement parental est ancien, en effet. Il se construit entre 1833 et 1870, date à laquelle les milieux populaires sont convaincus qu'un enfant bien élevé est, quel que soit son sexe, un enfant scolarisé. Prévenir le vagabondage, combattre par l'étude l'oisiveté, mère de tous les vices, épargner à leurs enfants un analphabétisme qui les a pénalisés, tels sont alors les objectifs des « parents d'élèves » naissants. Ils vont ensuite affiner leurs ambitions, se rengorger des succès de leurs enfants et s'inquiéter de leurs piètres performances, manier la carotte et le bâton pour stimuler leur bonne volonté. Dès 1900, certains n'hésitent plus à engager « des dépenses importantes », « des frais assez onéreux », bref à « faire des sacrifices » comme on le dit à partir l'entre-deux-guerres dans les familles modestes, pour assurer aux enfants des deux sexes l'éducation la plus poussée. L'investissement parental croissant s'explique par leur instruction elle- même croissante ainsi que par leur malthusianisme. « La paire », idéal des Français, voire l'entant unique du Sud-Ouest ou de la Normandie, conduisent les parents à choyer et à « pousser » leurs enfants sans considération de sexe, à l'exemple de ce serrurier parisien et de sa femme qui limitent leur descendance à une fille pour « assurer à leur héritière une position supérieure à la leur21 ». Par orgueil de géniteurs, ils considèrent également que les filles ont droit aux mêmes études et surtout aux mêmes diplômes que les garçons. Ils ne veulent donc pas pour elles d'une scolarité au rabais.

  • 22 Menée dans le Nord, elle porte sur 37012 élèves des deux sexes de neuf à onze ans. Voir L. Clark, (...)
  • 23 Sur le discrédit des disciplines féminines dans les années 1960, voir Age tendre, op. cit., chapit (...)

10Les filles, par ailleurs, sont actrices de leur parcours scolaire et ce dès le xixe siècle. L'intérêt pour le savoir et la connaissance désintéressée auquel Jean-Pierre Terrail impute l'excellence féminine, est précoce. Une enquête de 1899 sur les matières préférées des élèves à l'école primaire confirme ces préoccupations, similaires, de plus, pour les deux sexes : 24 % des garçons et des filles placent au premier rang l'histoire et 14 % les mathématiques cependant que « l'économie domestique » rassemble 1 % des suffrages féminins, à comparer au 1,5 % que recueillent les travaux manuels chez les garçons22. Dès la Belle Époque, les filles, toutes jeunes déjà, jugent secondaires, si ce n'est méprisables, les matières « féminines » et les garçons les disciplines qui les préparent à leur rôle masculin. Arguer des cours d'enseignement ménager ou de puériculture pour conclure à la soumission à leur avenir domestique revient à méconnaître le recul critique, voire le refus des élèves même si celui-ci ne s'est pas exprimé publiquement avant les années 19623.

  • 24 On passe de 2403 à 11 249 élèves. En moyenne, deux tiers des garçons sont inscrits dans les sectio (...)
  • 25 11, 5 % en 1905, point de départ de la statistique, 36,7 % en 1922, stabilité jusqu'en 1938 avec e (...)
  • 26 Avec 57,3 % des élèves en 1935 et 63,5 % en 1939.
  • 27 Voir sur ce point Catherine Omnes, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires profe (...)
  • 28 L'école des Chartes a été ouverte aux filles en 1907. Voir Olivier Dumoulin, « Archives au féminin (...)
  • 29 Les femmes constituent 7 % des cadres en 1954, 14 % en 1968, 21 % en 1982. Elles représentent la m (...)

11Les filles ont eu également leur mot à dire sur leurs études, les parents les consultant dès le xixe siècle sur leurs aspirations professionnelles. Les sociologues expliquent le plus souvent leur « course aux diplômes » par la faiblesse de l'enseignement professionnel féminin et des stratégies familiales différentes selon le sexe. Il est vrai que les parents des milieux populaires privilégient pour leurs fils les emplois industriels et ces derniers ont intériorisé ce choix puisqu'en 1966 encore, 31 % visent un CAP ou un BEP contre 9 % des filles. Nul ne s'est, cependant, jamais interrogé sur la violence faite aux garçons sommés de se conformer à un avenir peu exaltant. Par ailleurs, à s'en tenir aux statistiques, les filles ne sont pas exclues de l'enseignement professionnel. Certes, leur place dans les ECPI est faible, oscillant de 1905 à 1939 entre 20 % et 24 % des effectifs mais leur nombre est multiplié par cinq et, par ailleurs, la proportion des filles inscrites dans les sections industrielles l'emporte toujours sur les élèves des sections commerciales24. Leur poids, en revanche, ne cesse de se renforcer dans les sections industrielles des EPS, la scolarité à quatorze ans leur étant particulièrement bénéfique25. De même et d'emblée, les filles sont majoritaires dans les écoles professionnelles de la ville de Paris26. Dans les années 1950 et 1960 enfin, plus de 40 % des élèves dans les centres d'apprentissage sont des filles. Certes, l'offre de CAP industriels y est restreinte et souvent inadaptée au marché de l'emploi mais le problème est analogue pour les garçons et, dès les années 1950, les ajusteurs ne sont pas mieux lotis que les culot- tières27. Les filles ont donc pu accéder à un enseignement industriel quoique moins souvent que les garçons. Il est vrai, toutefois, qu'elles l'emportent dans les écoles commerciales. C'est là affaire d'offre pour une part mais aussi choix mûrement réfléchi. Dès le xixe siècle, les jeunes filles fuient la ferme ou l'usine. Elles veulent, comme on le dit à Minot, « travailler dans le propre », fût-ce pour des salaires aussi modiques que ceux des demoiselles de magasin. Elles sont appuyées, qui plus est, sans réserve par leurs parents. Pour être plus récente, encore que dès 1931 les filles soient majoritaires à l'école des Chartes28, la percée féminine dans des professions prestigieuses et longtemps réservées aux hommes comme le droit, la médecine, l'encadrement commercial, voire le métier d'ingénieur, confirme cette « mobilisation des filles29 ».

  • 30 Sur ce point, voir Chrysalides, chapitre V.

12Les effets de cette réussite scolaire sur les relations entre les sexes sont, cependant, difficiles à cerner, les intéressés s'exprimant rarement sur la question, au mieux, au détour d'une phrase. Dès la Troisième République, les femmes peuvent être plus éduquées que leur mari. Cet état de choses a-t-il entraîné dans le couple une redistribution des responsabilités, à défaut des tâches ménagères ou de l'éducation des enfants ? Le savoir conduit-il au pouvoir ? Sans doute comme le montre le poids des mères dans les choix scolaires et éducatifs. Il peut même mener à la rébellion contre les normes sexuelles ainsi que l'atteste la pratique du divorce puisque dès 1884 les demanderesses sont majoritaires, qu'elles n'hésitent pas à solliciter l'assistance judiciaire et à peaufiner leur argumentation devant le juge. En revanche, on ignore tout de la façon dont les hommes ont vécu l'inversion du capital scolaire. On ne sait pas non plus la place que joue son niveau d'instruction dans le choix de la future. Pendant la Troisième République, un quart des ouvrières et 18 % des domestiques se marient au-dessus de leur classe contre 5 % des ouvriers, preuve là aussi de la subversion de la reproduction sociale mais est-ce par la mise en valeur de leurs atouts physiques ou grâce à l'effacement de la macule populaire par le polissage scolaire ? Ce sont là des pistes de recherche à approfondir30. À partir des années 1960, la confrontation entre filles et garçons devient directe avec la mixité. Pour la première fois, les élèves des deux sexes comparent quotidiennement leurs performances et les garçons sont loin d'être toujours gagnants. Nous ne disposons, cependant, que de signes ténus sur la façon dont ce bouleversement a été vécu. On pressent néanmoins le malaise de certains jeunes hommes moins diplômés que leur fiancée et humiliés à l'idée de gagner moins qu'elle. On voit également percer la satisfaction ostentatoire des bonnes élèves, voire le mépris dans lequel elles tiennent leurs camarades moins doués.

13En revanche, le monde du travail est à la traîne, façonné qu'il est par une division rigide des emplois et du pouvoir. Les femmes y restent victimes de leur sexe, sans doute parce que le travail comme la politique est fortement constitutif de l'identité masculine et que c'est donc dans là que les résistances sont les plus fortes.

Crises de la masculinité et « swingback »

  • 31 Voir Annelise Maugue, L'identité féminine en crise au tournant du siècle, Marseille, Rivages, 1987 (...)
  • 32 La citation est tirée de l'introduction de Behind the Lines and the two World Wars, publié par M. (...)
  • 33 Histoire des femmes, rééd., p. 57. Voir aussi La femme pendant la guerre de 1914, Paris, Stock, 19 (...)
  • 34 Penny Summerfield, Wornen Workers in the second World War. Production and Patriarchy, Londres, 198 (...)

14Ces résistances sont récurrentes depuis la Belle Époque comme l'attestent les travaux pionniers d'Annelise Maugue et de Jacques Le Rider31. Elles ont surtout été mises en relief par la nouvelle approche de l'histoire des femmes sur les conflits du xxe siècle. Là où les contemporains puis les historiens des années 1970 décelaient une étape décisive dans l'émancipation féminine, elle souligne désormais moins les progrès que « les régressions paradoxales qui caractérisent le statut et les représentations des femmes pendant les deux guerres mondiales ». Formulée par Margaret et Patrice Higonnet, la métaphore de la « double hélice », avancées limitées dans le temps puis retour à la case départ, voire « swing back », fait rapidement figure d'évidence32. Françoise Thébaud qui dans son premier ouvrage sur la Grande Guerre, adhérait, malgré quelques réserves, à la thèse émancipatrice du conflit, souligne désormais « les limites des changements et les effets antiféministes de la Grande Guerre » et elle ajoute que « la Seconde Guerre, du moins dans les formes qu'elle a prises en France, a des effets encore plus ambivalents et qu'elle est sur certains points plus conservatrice encore en matière de rapports entre les sexes malgré les acquis juridiques de la Libération33 ». Penny Summerfield partage la même interprétation et considère que la politique du gouvernement anglais durant la Seconde Guerre mondiale « a peu changé la position des femmes dans la société et a même plutôt renforcé les inégalités ». « La libération n'accéléra pas le processus d'émancipation des femmes, au contraire », renchérit Luc Capdevila. Bref, « plus ça change, moins ça change34 ».

  • 35 « La France sera virile ou morte » écrit par exemple la Renaissance républicaine du Gard le 30 aoû (...)
  • 36 Titre d'un chapitre du livre de N. Burch et G. Sellier, La drôle de guerre des sexes du cinéma fra (...)
  • 37 Luc Capdevila, op. cit. Voir Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin, Paris, Seuil, 1996
  • 38 Voir pour la propagande par la carte postale, mais pour les deux sexes, M. Huss, « Natalisma durin (...)
  • 39 E. Gubin, « Les femmes d'une guerre à l'autre. Réalité et représentations, 1918-1940 », Cahiers du (...)
  • 40 En Allemagne, deux projets de loi, proposés sous l'empire en 1918 et votées sous la République de (...)
  • 41 Penny Summerfield, « Research on Women in Britain in the Second World War. An historio- graphical (...)
  • 42 Françoise Thébaud, « Deuxième guerre. Femmes et rapports de sexe. Essai historiographique », Cahie (...)

15Ces historien(ne)s, de plus, sont unanimes pour souligner la réaffirmation de la masculinité dans les deux après guerres. Le héros des années 1920 est le poilu figé dans la pierre des monuments aux morts. À la Libération, la reconstruction de l'identité nationale blessée par la défaite passe en France par l'exaltation du Résistant les armes à la main35. Représentations et discours militent alors pour un retour aux modèles sexuels traditionnels. Le cinéma se met au service d'une « remise en ordre patriarcale36 ». Les affiches politiques valorisent « l'hypervirilité » d'hommes musclés dans un pays sous-alimenté et aux poitrines creuses. Et avec la réactivation du « mythe de l'éternel masculin », les femmes sont renvoyées à « l'éternel féminin », à la maternité et au foyer37. Née de la défaite de 1870 et relancée après la Grande Guerre, l'antienne populationniste est en France fort ancienne, en raison de son malthusianisme précoce38. Mais elle gagne également la Belgique et l'Allemagne39. En France et en Allemagne, de plus, mesures incitatives d'ordre financier et dispositions répressives sont votées afin de passer des injonctions à la réalité40. La campagne maternaliste reprend de plus belle à la Libération. La Grande-Bretagne elle-même y succombe. Dès novembre 1944, les parlementaires conseillent aux femmes de se consacrer désormais à leur famille, au « retour du soldat » et à « son confort41 ». La mode elle-même conforterait cette entreprise idéologique et le new look signifierait que « la page est tournée » et qu'on retourne « aux relations antérieures entre les sexes42 ».

  • 43 Mais, inversement, le Sex Disqualification Removal Act lève les barrières légales opposées à l'ent (...)
  • 44 La « dilution » permettait de remplacer les travailleurs qualifiés (skilled) par des travailleurs (...)
  • 45 Ces violences ont été étudiées par Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la (...)
  • 46 Luc Capdevila, Les Bretons, op. cit.

16Tout n'est pas affaire que de représentations. Les décisions prises, les gestes et réactions saisies sur le vif nous informent également sur les attentes d'une partie de la société comme l'atteste après la Première Guerre mondiale, la démobilisation brutale des femmes en Allemagne et en Grande-Bretagne. En Allemagne, les femmes employées dans les usines de guerre et mises à pied n'ont pas droit aux allocations chômage. En Angleterre, elles bénéficient d'une « donation » annulée si elles refusent de réintégrer les emplois dits féminins comme le service domestique cependant que les crèches, organisées pendant la guerre pour que les femmes assument de front travail et éducation, sont démantelées43. Ces mesures signifient explicitement aux femmes qu'elles ont été seulement des remplaçantes, des « diluters », et qu'il convient de laisser la place aux ayants droit naturels, les hommes44. Vingt ans après, la transition entre économie de guerre et de paix s'effectue en douceur pour les deux sexes, en particulier aux Etats-Unis. En revanche, la reprise en main des femmes se traduit dans toute l'Europe par des violences spécifiques et spectaculaires : les tontes45. En réprimant la « collaboration sentimentale » et en excluant les coupables du corps social, la France veut se régénérer, oublier la défaite et se « reviriliser ». Mais la tonte permet aussi d'exercer un contrôle collectif sur la sexualité de femmes qui s'étaient affranchies de « l'autorité masculine conventionnelle46 ».

  • 47 On passe ainsi en France de 15 550 demandes en 1910 à un pic de 37 550 en 1920 avant que les chiff (...)
  • 48 Voir Anne-Marie Sohn, Chrysalides, op. cit. et C. Usborne, The Upheaval, op. cit.
  • 49 Françoise Thébaud, Histoire des femmes, rééd., p. 56.
  • 50 Les familles sans enfants passe de 20 % pour la génération 1892-1916 à 10 % pour la génération 193 (...)
  • 51 En 1948, les allocations familiales et l'allocation de salaire unique équivalent pour une famille (...)

17Ces travaux novateurs concluent donc au « swingback » et à la consolidation de la domination masculine. Il convient de s'interroger, toutefois, sur cette historiographie fondée pour l'essentiel sur les représentations et le court terme. Je rappellerai, tout d'abord, qu'en matière de libération sexuelle et de percée scolaire des filles, les guerres n'ont en rien altéré les processus de longue durée à l'œuvre. Certes, la poussée des divorces consécutive aux deux guerres peut traduire un ressentiment masculin mais le problème est limité dans le temps et comme le dit Sarah Fishmann, « 90 % des couples ont réussi à continuer à vivre ensemble47 ». Il faut également se méfier de la propagande nataliste qui a échoué en France comme en Allemagne où les natalistes « se sont battus pour une cause perdue d'avance », dès avant 191448. Reste, il est vrai, le baby boom qui, preuve de « leur confiance dans l'avenir », serait également, selon Françoise Thébaud, « un signe de consentement des Françaises aux modèles proposés49 ». Il faut, toutefois, bien analyser le phénomène. Le gonflement des naissances ne vient pas de la poussée des familles nombreuses qui restent stables ni même de l'augmentation, faible, des familles de trois enfants. Il tient essentiellement au déclin des familles sans enfant50 Surtout, baby boom et retrait des femmes du marché du travail ne vont pas de pair. Le taux d'activité des femmes de 25 à 39 ans évolue peu. Quant à l'effet incontestable de l'allocation de salaire unique, il résulte moins d'un acquiescement silencieux au modèle de la femme au foyer que d'un calcul économique rationnel des mères des milieux populaires qui jugent moins fatigant d'élever leurs enfants que de travailler pour un gain identique51.

  • 52 Ute Daniel, « Women's Work in Industry and Family, Germany », The Upheaval, op. cit. et The War fr (...)
  • 53 En Allemagne, la progression de la main-d'œuvre féminine est de 17,4 % en moyenne mais de 746 % da (...)
  • 54 La déqualifîcation des métiers tertiaires et leur basculement du masculin au féminin sont amorcés (...)
  • 55 En 1906, elles forment en France 4,2 % de la main-d'œuvre, 25 % en 1918 mais 9,2 % en 1921 et 12,8 (...)
  • 56 Voir Anne-Marie Sohn, « Les femmes dans la société industrielle », Histoire sociale de l'Europe, t (...)
  • 57 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux xxe e (...)
  • 58 50 % des femmes actives sont mariées en 1920, 55 % en 1936, 52 % en 1970 sans oublier les veuves e (...)
  • 59 De 1921 à 1933, les femmes passent de 29,5 % à 30 % de la population active. Sur la crise de la ma (...)
  • 60 Voir Hannah Diamond, « Women's aspirations, 1943-1948 : an oral enquiry in Toulouse », in H. T. Ke (...)
  • 61 Sur les graves difficultés quotidiennes durant la guerre de 1914, voir U. Daniel, The War from wit (...)

18Les bouleversements professionnels consécutifs aux deux guerres mondiales ont été également révisés à la baisse. La remarque d'Ute Daniel pour l'Allemagne vaut pour tous les pays européens : « nous devrions abandonner une fois pour toutes l'image de hordes de femmes qui seraient apparues sur le marché du travail entre 1914 et 191852 ». De fait, l'afflux des salariées est circonscrit aux industries métallurgiques, chimiques et électriques. Il repose moins sur l'embauche de novices que sur un déplacement de la main-d'œuvre féminine des branches traditionnelles en crise et à bas salaires vers les branches rémunératrices et liées à l'effort de guerre53. Mais surtout, ces avancées ne survivraient pas à l'armistice. Le court terme, toutefois et là encore, est trompeur. D'une part, la percée des femmes dans les emplois de bureau ne fait que croître et embellir54. D'autre part, leur exclusion n'est pas durable. Pour prendre l'exemple de la métallurgie en France et en Angleterre, les femmes y reviennent dès 1921 et y confortent leur place durant l'entre-deux-guerres55. À cela rien d'étonnant. Le marché du travail obéit à des logiques propres où la recherche du profit l'emporte sur toute autre considération. Les entreprises ont découvert à la faveur de la Grande Guerre que les femmes étaient une main-d'œuvre rentable, sous- payée et adaptée aux tâches répétitives. Elles ne se sont donc pas privé de leur travail, une fois la paix revenue. Le conflit s'inscrit dans un long processus de déqualification du travail ouvrier à l'œuvre depuis les années 1880. Si le patronat a exploité « l'éternel féminin » pour sexuer les emplois, il en a profité également pour refuser le retour aux privilèges masculins d'avant- guerre56 Il ne faut pas non plus interpréter la baisse d'activité féminine qui suit en France la Première Guerre mondiale, comme une réassignation des femmes à la sphère privée : « il ne s'agit en rien ici d'un retour à la maison mais d'une crise agricole, doublée de restructurations industrielles et d'un rétrécissement de la pyramide des âges des actives57 ». Le noyau dur des actifs se concentre alors pour les deux sexes sur les 25-55 ans, le pourcentage de femmes au travail restant dans cette tranche d'âge remarquablement stable et les actives mariées ou mères de famille majoritaires58. La situation anglaise est en tout point comparable. La crise des industries traditionnelles et le chômage structurel y sont même plus graves ce qui n'empêche pas une stabilisation de l'emploi féminin alors que l'emploi masculin est durement frappé d'où une crise de la masculinité chez les ouvriers dont l'identité repose sur le travail59 bout du compte s'il y a retour du bâton, il est également « à durée limitée ». Enfin et bien que certaines femmes aient refusé après la guerre de revenir au statu quo ante, il ne faut pas non plus surinterpréter le retour à un partage traditionnel des rôles pour les mères de famille qui ont travaillé par nécessité plus que pour s'émanciper60. En Allemagne où le rationnement impose pendant la Première Guerre mondiale un alourdissement considérable des tâches domestiques, en sus du travail productif, les femmes souhaitent souffler. Il en est de même pour les paysannes qui partout, durant les deux guerres, ont dû assurer la production avec pour toute aide des vieillards et des adolescents61.

*

  • 62 Le mouvement Jeunes femmes et la création du Planning familial en témoignent pour les années 1950 (...)
  • 63 Chrysalides, op. cit. p. 1013.
  • 64 E. Gubin, op. cit.
  • 65 Séance de clôture du séminaire « Identités de genre et guerre au xxe siècle », ihtp, juin 2002. So (...)

19Les relations entre les sexes sont in fine moins affectées par les événements de court terme que par les mouvements de longue durée, souterrains et souvent ignorés des acteurs sociaux. Les représentations et réactions violentes contre les femmes, en particulier lors des guerres qui réactivent la division sexuelle, attestent bien l'aspiration de certains hommes, mais pas forcément de tous, à une domination sans partage. Elles révèlent leur nostalgie d'un monde « perdu » et leur angoisse face au déclin de la société patriarcale. Pour autant, ont-ils réussi à imposer leurs vues aux femmes ? Rien dans les archives ne permet de déceler un raidissement masculin dans les années 1920. En ce qui concerne les années 1940 et 1950, la recherche reste à faire. On pressent, en revanche, le malaise des mères au foyer qui prépare la voie à une franche contestation des assignations domestiques dans les années 196062. Face aux injonctions, les femmes ont, en effet, une démarche « sélective », faite de « surdité » et de refus « des discours non conformes à leur vision individuelle du monde63 ». Ces discours qui « n'ont pas atteint le but qu'ils s'étaient fixé » sont pernicieux, néanmoins, car ils « ont occulté d'importants changements dans la condition féminine64 ». Peut-on alors parler de « crises de la masculinité » ? L'angoisse fin de siècle des écrivains reflète surtout le trouble face à la modernité d'une fraction minoritaire de la bourgeoisie que ce soit à Paris ou à Vienne. Les partisans du retour à l'ordre sexuel après la Grande Guerre se recrutent eux aussi principalement parmi les tenants de l'ordre social en France comme en Belgique ou en Allemagne. Il est même possible que l'identité féminine soit moins chahutée par les ruptures du xxe siècle que l'identité masculine. En vingt ans, en effet, les hommes ont dû affronter, des tranchées à la défaite, des traumatismes sans précédent et dont les effets sont encore mal mesurés. Ils ont dû porter une assignation sexuelle plus lourde encore que les rôles proposés aux femmes. L'anthropologue Elisabeth Campagna avance même qu'à l'opposé des fausses évidences, « l'identité masculine blessée aurait glissé vers le féminin65 ».

Notes

1 L'histoire des femmes est-elle possible ? sous la direction de Michelle Perrot, Marseille, Rivages, 1984.

2 Je renvoie, pour plus de détails, à mes travaux : Chrysalides. Femmes dans la nie privée (xixe-xxe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996 ; Du premier baiser à l'alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), Paris, Aubier, 1996 ; Age tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001 ; « La sexualité », La France d'un siècle à l'autre, sous la direction de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, Paris, Hachette, 1999.

3 A.-M. Shon, « Marcelle Ségal et Menie Grégoire, les nouvelles médiatrices médiatiques du couple », colloque, « Il terzo commodo », Fiesole, 5-6 mars 2002, à paraître.

4 Claude Baudelot et Roger Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1991.

5 Les chiffres sont tirés de J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, P. Hughet, J.-N. Luc, A. Prost, L'enseignement primaire et ses extensions. 19e-20e siècles. Annuaire statistique, Paris, inrp et Economica, 1987. c'est seulement avec l'ordonnance de 1836 que le même recensement des effectifs est imposé aux écoles de filles comme aux écoles de garçons et que les données sont dès lors plus fiables.

6 En 1850, elles représentent 46,5 % des élèves. Les effectifs, par ailleurs, croissent rapidement en valeur absolue : 734 909 filles en 1832, 1 110147 en 1837, 1 525756 en 1850. En 1888-1889, 2 244 245 filles sont scolarisées soit 49,93 % des élèves.

7 Le tout sur fond de croissance des effectifs. En 1877, 10 780 filles obtiennent le diplôme, 38 000 en 1882, 1 00 310 en 1906 (et 46 % des diplômés) et 156610 en 1934, soit 48,4 % des diplômés. Voir L. Clark, Schooling the Daughters of Marianne, Albany, State University of New York Press, 1984.

8 La statistique s'interrompt entre 1912 et 1925. En 1925, les filles représentent 54,5 % des élèves des cours complémentaires publics et 64,6 % si l'on ajoute les cours privés, soit 23972 élèves. À cette date, 51 692 filles et 28 344 garçons sont scolarisés dans les cours complémentaires publics et privés.

9 À la différence des cours complémentaires, l'effectif des EPS privées est quasi négligeable après 1897 et élève de peu le pourcentage des filles avant cette date, de 22,2 % à 25 % par exemple pour 1882.

10 Un seul exemple parisien cité par A. Prost : en 1855, on compte 356 candidates dans l'Académie de Paris, 1 356 en 1875, 3 164 en 1881.

11 Françoise Mayeur, L'éducation des femmes en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1979, p. 168.

12 Les jeunes filles n'ayant pas de cours de latin et de grec étaient pénalisées mais les femmes pouvaient, cependant, présenter l'examen. La première bachelière est Julie Daubié en 1861. En 1881, on compte 88 bachelières sur 6000 lauréats. En 1902, la création d'une nouvelle section latin-langues accélère le mouvement, les jeunes filles étant bien préparées à ce baccalauréat d'autant que désormais des cours facultatifs de latin et grec peuvent être organisés dans les lycées. Voir C. Lecuyer, « Les premières étudiantes de l'Université de Paris », Travail, genre et sociétés, 2000, 4.

13 Françoise Mayeur, L'enseignement secondaire des jeunes filles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 426.

14 Le tout là encore sur fond d'envol des diplômés : 3956 bachelières pour 11 024 garçons en 1933, 7384 et 16863 en 1938, 14900 et 19600 en 1952, 22 100 et 26800 en 1968.

15 Ces dernières passent ainsi de 3,3 % des effectifs universitaires en 1900 à 10 % en 1914, 25 % en 1930, 44 % en 1968, 55 % en 1993. Voir Catherine Marry, « Les scolarités féminines supérieures en France dans les années 1980 : un bilan contrasté », La place des femmes. Les enjeux de l'identité sociale et de l'égalité au regard des sciences sociales, Paris, La Découverte, 1995.

16 L'accroissement annuel des effectifs dans l'enseignement supérieur est de 9,5 % pour les filles de 1899 à 1939 contre 1,5 % pour les garçons, puis de 7 % de 1949 à 1983 contre 4 % pour les garçons. Voir C. Baudelot et R. Establet, op. cit.

17 Voir, entre autres, Rose-Marie Lagrave, « Une émancipation sous tutelle », Histoire des femmes, t. V, Paris, Plon, 1992 ; N. Mosconi, Femme et savoir. La société, l'école, la division des savoirs, Paris, L'Harmattan, 1994 ; Marie Duru-Bellat, L'école des filles. Quelles formations pour quels rôles sociaux ?, Paris, L'Harmattan, 1990.

18 La phrase est de M. Duru-Bellat, réservée, cependant, sur un déterminisme aussi implacable. Op. cit., p. 195.

19 J.-P. Terrail, « Destins scolaires de sexe, une perspective historique et quelques arguments », Population, 1992, n° 3 et « Réussite scolaire : la mobilisation des filles », Sociétés contemporaines, « Regards sur l'éducation », octobre-décembre 1992.

20 Sur le rôle des mères dans la réussite scolaire dès le xixe siècle, voir Chrysalides, op. cit., chapitre V.

21 Ouvriers des deux mondes, 2e série, tome V, Chrysalides, op. cit., p. 345.

22 Menée dans le Nord, elle porte sur 37012 élèves des deux sexes de neuf à onze ans. Voir L. Clark, Schooling the Daughters of Marianne, op. cit. Une enquête de 1894 portant sur quatre écoles lyonnaises aboutit au même résultat mais la morale l'emporte sur le français, l'histoire et les mathématiques.

23 Sur le discrédit des disciplines féminines dans les années 1960, voir Age tendre, op. cit., chapitre I.

24 On passe de 2403 à 11 249 élèves. En moyenne, deux tiers des garçons sont inscrits dans les sections industrielles des ecpi et un tiers dans les sections commerciales. En 1910, on compte 2 144 filles et 1 170 garçons dans les écoles commerciales, 3400 et 2 172 en 1952, selon Patrice Pelpel et Vincent Troger, Histoire de l'enseignement technique, Paris, L'Harmattan, 2001.

25 11, 5 % en 1905, point de départ de la statistique, 36,7 % en 1922, stabilité jusqu'en 1938 avec environ 7 000 garçons et 4 000 filles scolarisés dans ces sections.

26 Avec 57,3 % des élèves en 1935 et 63,5 % en 1939.

27 Voir sur ce point Catherine Omnes, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au 20e siècle, Paris, ehess, 1997 et M. Guilbert, Les fonctions des femmes dans l'industrie, Paris-La Haye, Mouton, 1966. Rappelons que le cap devient un instrument de promotion professionnelle en 1936 lorsqu'il devient la référence pour être classé op.

28 L'école des Chartes a été ouverte aux filles en 1907. Voir Olivier Dumoulin, « Archives au féminin, histoire au masculin. Les historiennes professionnelles en France, 1920-1965 », Une histoire sans les femmes est-elle possible ?, Anne-Marie Sohn et Françoise Thelamon (dir.), Paris, Perrin, 1998.

29 Les femmes constituent 7 % des cadres en 1954, 14 % en 1968, 21 % en 1982. Elles représentent la majorité des étudiantes en droit et à l'école de la magistrature, en médecine, dans les écoles commerciales (13 % des élèves en 1968, 50 % en 1990). Et si leur place dans les écoles d'ingénieurs est faible, elle n'en est pas moins passé de 5 % des effectifs en 1968 à 20 % en 1990. Voir J.-P. Terrail, op. cit.

30 Sur ce point, voir Chrysalides, chapitre V.

31 Voir Annelise Maugue, L'identité féminine en crise au tournant du siècle, Marseille, Rivages, 1987 ; Jacques Le Rider, Otto Weininger, Racines de l'antiféminisme et de l'antisémitisme, Paris, PUF, 1982 et Modernité viennoise et crise de l'identité, Paris, PUF, 1990. Ces deux auteurs utilisent un corpus principalement littéraire.

32 La citation est tirée de l'introduction de Behind the Lines and the two World Wars, publié par M. R. Higonnet, J. Jenson, S. Micher et M. Collins Weitz, Newhaven, Yale University Press, 1987. Voir aussi The Upheaval of War. Family, Work and Welfare in Europe, 1914-1918, R. Wale et J. Winter (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1988. Je renvoie pour une bibliographie plus complète sur la question à la réédition de l'Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 2002, et en particulier à la nouvelle introduction de F. Thébaud.

33 Histoire des femmes, rééd., p. 57. Voir aussi La femme pendant la guerre de 1914, Paris, Stock, 1986. Le chapitre qu'elle a consacré à « La grande guerre. Le triomphe de la division sexuelle », dans la première édition en 1992 de l'Histoire des femmes, est déjà beaucoup plus pessimiste.

34 Penny Summerfield, Wornen Workers in the second World War. Production and Patriarchy, Londres, 1984, Croom Helm, p. 185 ; Luc Capdevila, « Le mythe du guerrier et la construction sociale d'un “éternel masculin” après la guerre », Revue française de psychanalyse, 1998-2 et M. Higonnet, op. cit., p. 31. M. Darrow, French Women and the first World War, Oxford, Berg, 2000, partage également ces positions, considérant que la guerre pousse au durcissement des rôles sexués.

35 « La France sera virile ou morte » écrit par exemple la Renaissance républicaine du Gard le 30 août 1944 dans un article intitulé « La loi virile ». Cité par F. Virgili, « Les tontes de la Libération en France », Identités féminines et violences politiques. 1936-1946, François Rouquet et Danièle Voldman (dir.), Cahiers de l'ihtp, octobre 1995.

36 Titre d'un chapitre du livre de N. Burch et G. Sellier, La drôle de guerre des sexes du cinéma français, 1930-1956, Paris, Nathan, 1995.

37 Luc Capdevila, op. cit. Voir Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin, Paris, Seuil, 1996.

38 Voir pour la propagande par la carte postale, mais pour les deux sexes, M. Huss, « Natalisma during the War in France and the Postcard », The Upheaval of War, op. cit.

39 E. Gubin, « Les femmes d'une guerre à l'autre. Réalité et représentations, 1918-1940 », Cahiers du temps présent, op. cit. et C. Usborne, « Natalism in Germany during the first World War », The Upheaval of War, op. cit.

40 En Allemagne, deux projets de loi, proposés sous l'empire en 1918 et votées sous la République de Weimar, répriment la vente et la publicité de contraceptifs, l'avortement et la stérilisation. Ils font pendants aux lois « scélérates » de 1920 et 1923 en France.

41 Penny Summerfield, « Research on Women in Britain in the Second World War. An historio- graphical Essay », Cahiers d'histoire du temps présent, op. cit.

42 Françoise Thébaud, « Deuxième guerre. Femmes et rapports de sexe. Essai historiographique », Cahiers du temps présent, op. cit. Dans cet article, F. Thébaud s'interroge et ne tranche pas. Quant à moi, il me semble que l'engouement pour le new look tient moins à la soumission des femmes au modèle d'une féminité traditionnelle qu'à l'ivresse d'une consommation de tissu retrouvée après sept ans de rationnement et jupes courtes.

43 Mais, inversement, le Sex Disqualification Removal Act lève les barrières légales opposées à l'entrée des femmes dans de nombreuses professions principalement tertiaires.

44 La « dilution » permettait de remplacer les travailleurs qualifiés (skilled) par des travailleurs semi qualifiés ou non qualifiés et rompait avec l'âpre défense syndicale des qualifications d'avant-guerre. La « substitution » se limitait à remplacer un travailleur non qualifié ou semi qualifié, dans ce cas le plus souvent par une femme.

45 Ces violences ont été étudiées par Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000, ainsi que pour la Bretagne, par Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l'occupation. Imaginaire et comportement d'une sortie de guerre, 1944-1945, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999.

46 Luc Capdevila, Les Bretons, op. cit.

47 On passe ainsi en France de 15 550 demandes en 1910 à un pic de 37 550 en 1920 avant que les chiffres se stabilisent entre 25000 et 28000 puis une nouvelle poussée dès 1945 (voir S. Ledermann, « Les divorces et les séparations de corps en France », Population, avril-juin 1948). 50000 prisonniers de guerre se sont ainsi séparés de leur femmes en 1945-1948, soit 6 % des intéressés (Sarah Fishmann, Femmes de prisonniers de guerre, Paris, L'Harmattan. 1996, p. 209). En Allemagne, on passe de 23,6 divorces pour 100 000 habitants en 1913 à 59,1 en 1920 (voir B. Kundrus, Kriegerfrauen. Familienpolitik und Geschlechterverhältnisse im ersten und zweiten Weltkrieg, Hambourg, Christians, 1995).

48 Voir Anne-Marie Sohn, Chrysalides, op. cit. et C. Usborne, The Upheaval, op. cit.

49 Françoise Thébaud, Histoire des femmes, rééd., p. 56.

50 Les familles sans enfants passe de 20 % pour la génération 1892-1916 à 10 % pour la génération 1930-1934. Les familles de deux enfants passent de 25 % à 18 % et les familles de trois enfants de 15 % à 20 %. Voir Histoire de la population française, t. IV, Jacques Dupâquier (dir.), Paris, puf, 1988.

51 En 1948, les allocations familiales et l'allocation de salaire unique équivalent pour une famille de deux enfants au salaire d'une ouvrière. Voir c. Duchen, Women 's Rights and Women 's Lives in France, 1944-1968, Londres, Routledge, 1994.

52 Ute Daniel, « Women's Work in Industry and Family, Germany », The Upheaval, op. cit. et The War from within. German working-class women in the First World War, Munich, Berg, 1997.

53 En Allemagne, la progression de la main-d'œuvre féminine est de 17,4 % en moyenne mais de 746 % dans la métallurgie, de 3420 % dans la mécanique, de 713 % dans l'industrie électrique ; par ailleurs, en Bavière par exemple, 6 % seulement des nouvelles embauchées n'ont jamais travaillé. En France, les femmes passent de 5 % à 25 % de la main-d'œuvre employée dans la métallurgie. En Angleterre, la part des femmes dans la population active progresse de 26,5 % à 46,9 %, les industries de guerre aux salaires deux fois supérieurs à ceux du textile, attirant beaucoup d'ouvrières expérimentées. Voir U. Daniel, op. cit., D. Tom, « Women and Work in Wartime Britain » et Jean- Louis Robert, « Femme et travail en France pendant la Première Guerre », The Upheval, op. cit.

54 La déqualifîcation des métiers tertiaires et leur basculement du masculin au féminin sont amorcés dès avant 1914 et obéissent à des logiques indépendantes des conflits. Voir Delphine Gardey, La dactylographe et l'expéditionnaire. Histoire des employés de bureau, 1880-1930, Paris, Belin, 2001.

55 En 1906, elles forment en France 4,2 % de la main-d'œuvre, 25 % en 1918 mais 9,2 % en 1921 et 12,8 % en 1937, 19 % en 1962. En Grande-Bretagne, elles passent de 5,8 % des effectifs en 1910 à 9,6 % en 1921 et 14,5 % en 1931. Voir L. Downs, L'inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l'industrie métallurgique en France et en Angleterre, Paris, Albin Michel, 2002.

56 Voir Anne-Marie Sohn, « Les femmes dans la société industrielle », Histoire sociale de l'Europe, textes réunis par F. Guedj et S. Arslan, Paris, Seli Arslan, 1997.

57 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux xxe et xxe siècles, Paris, 2002, O. Jacob, p. 82. Voir aussi C. Omnes, op. cit. et S. Zerner, « De la couture aux presses : l'emploi féminin entre les deux guerres », Le mouvement social, « Métiers de femmes », juillet-septembre 1987. Après l'apogée de 1921 où la main-d'œuvre féminine représente 42 % des actifs, les chiffres oscillent jusqu'en 1962 entre 36 % et 38 % selon S. Zerner et entre 34,3 % et 33,6 % selon S. Schweitzer. L'hémorragie des emplois est considérable dans certains secteurs comme le travail des étoffes, les ouvrières tombant de 1 471000 en 1921 à 887 500 en 1931 et elle est plus forte encore pour les isolées qui passent de 907 500 à 429 500.

58 50 % des femmes actives sont mariées en 1920, 55 % en 1936, 52 % en 1970 sans oublier les veuves et divorcées soit 13,5 % des effectifs féminins dans l'entre-deux-guerres.

59 De 1921 à 1933, les femmes passent de 29,5 % à 30 % de la population active. Sur la crise de la masculinité chez les ouvriers, voir J. Rourke, Working class culture in Britain (1890-1960). Gender, class and technicity, Londres-New York, Routledge, 1994.

60 Voir Hannah Diamond, « Women's aspirations, 1943-1948 : an oral enquiry in Toulouse », in H. T. Kedward et N. Wood, The Liberation of France. Image and Event, Londres-Washington, Berg, 1995. Elle résume dans cet article sa thèse soutenue en 1992 et souligne que certaines femmes, comme le dit un témoin, « n'ont pas accepté de redevenir brutalement quantité négligeable dans leur couple ».

61 Sur les graves difficultés quotidiennes durant la guerre de 1914, voir U. Daniel, The War from within, op. cit.

62 Le mouvement Jeunes femmes et la création du Planning familial en témoignent pour les années 1950 et les lettres à Menie Grégoire pour la décennie suivante. Voir Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, Paris, Fayard, 2000 et Anne-Marie Sohn, « Les individus-femmes entre négation du moi et narcissisme. Les auditrices de Menie Grégoire (1967-1968) », Les années 68. Le temps de la contestation, sous la direction de G. Dreyfus-Armand, R. Franck, M.-F. Lévy, M. Zancarini- Fournel, Bruxelles, Complexe, 2000.

63 Chrysalides, op. cit. p. 1013.

64 E. Gubin, op. cit.

65 Séance de clôture du séminaire « Identités de genre et guerre au xxe siècle », ihtp, juin 2002. Songeons aux crises d'hystérie et aux troubles nerveux des soldats pendant la guerre de 1914.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540