Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles

 | 
Jean Boutier
, 
Sandro Landi
, 
Olivier Rouchon

Épilogue

XXI. La Toscane hors de Toscane : le regard politique des voyageurs (xvie-xviiie siècle)

Gilles Bertrand

Texte intégral

  • 1 R. Stopani, La via Francigena in Toscana. Storia di una strada medievale, Florence, 1984 (2e éd.). (...)
  • 2 C. Willemijn Fock, « Les orfèvres-joailliers étrangers à la cour des Médicis », in Firenze e la To (...)

1Il serait légitime que dans le cadre d'une réflexion sur la mise en place et l'évolution de l'État toscan l'étude du regard politique des voyageurs aborde l'ensemble de la période que ce volume se propose d'éclairer. Des étrangers parcourent les routes de la Toscane dès le xive siècle, à commencer par les pèlerins qui depuis longtemps empruntent la via Francigena pour se rendre à Rome, provenant de l'Emilie puis de Sarzana et faisant à Lucques l'étape rituelle devant le Volto Santo qui a rendu célèbre le crucifix de la cathédrale avant de passer ensuite par Sienne1. Nombreux sont au début de l'époque moderne les princes et les hommes de cour, les diplomates, les militaires, les clercs et les gens de lettres, les jeunes nobles destinés à remplir de hautes fonctions, les artistes, les artisans ou les marchands qui, s'ajoutant aux Italiens en mouvement dans la péninsule, affluent de toute l'Europe et accomplissent dans la Toscane des Médicis une halte qui parfois se prolonge et joue un rôle déterminant dans leur carrière. Évidemment très loin d'être isolées sont les expériences des orfèvres joailliers venus d'Allemagne ou des Pays-Bas avec l'espoir de vendre leurs œuvres ou de parfaire leur apprentissage dans la riche Florence de la seconde moitié du xvie siècle, ou encore celle du musicien anglais John Dowland qui, lors d'une mission d'espionnage en 1595, bénéficie à Florence plus que partout ailleurs en Italie de contacts qui semblent avoir été déterminants pour sa formation musicale2. Ces exemples illustrent le rayonnement de l'État florentin et de ses princes. Beaucoup d'autres pourraient témoigner de l'attrait qu'exercent encore à la fin du xviie siècle à travers toute l'Europe les milieux artistiques, littéraires et savants qui gravitaient autour de la maison des Médicis.

Un corpus foisonnant et disparate

  • 3 J. Le Goff, « L'Italia fuori d'Italia. L'Italia nello specchio del Medioevo », in R. Romano, C. Vi (...)

2Les voyageurs ont-ils pour autant formulé tout au long de l'époque moderne leurs impressions sur l'organisation politique de la Toscane, sur son histoire intégrant celle des résistances face à l'emprise des Médicis et donc sur l'affirmation de l'État florentin autant que sur les anciennes républiques peu à peu soumises à sa domination ? Rien ne permet de douter qu'avant le siècle des Lumières ait existé une approche politique de la Toscane par les autres Européens, au même titre qu'il y eut plus généralement une « Italie des autres », dans le sens fort extensible des diverses contributions de la Storia d'Italia publiée par Einaudi3 ? On se souviendra que ces études se sont appliquées à dégager la forme imaginaire et mentale qu'acquit la péninsule au terme d'un long travail de façonnement par le regard des autres nations et peuples européens, qui aurait à certains moments doublé la représentation que les Italiens avaient d'eux-mêmes, et qu'elles se sont interrogées sur une identité construite à la faveur d'un croisement entre la conscience de soi et celle renvoyée par les autres. Il n'est pourtant guère aisé de se livrer à un exercice comparable pour la Toscane. Choisissant de nous concentrer sur ce qui fut écrit à la faveur de visites accomplies dans cette région, à l'exclusion des sources diplomatiques et des textes élaborés dans la quiétude des cabinets, y compris par d'anciens voyageurs, il nous faut reconnaître que le projet de restituer une longue durée de l'observation des réalités politiques de la Toscane se heurte à une série d'obstacles.

  • 4 La situation est un peu différente avec les Anglais, comme le montrent les nombreuses instructions (...)
  • 5 Cf. les volumes d'A. Brilli sur les voyageurs étrangers à Arezzo (1985), à Sienne (1986), à Corton (...)
  • 6 Ainsi dans B. Moloney, « English Tourists in Florence », in Id., Florence and England : Essays on (...)
  • 7 Citons en particulier les récits de Thomas Hoby (1549), Audebert (1576), Montaigne (1580-1581), Fy (...)

3Le premier tient moins au repérage des sources disponibles qu'au risque que nous courrions à vouloir les traiter de façon homogène sur un arc de temps aussi étendu. Tandis que les réformes entreprises par le gouvernement de Pierre-Léopold (1765-1790) suscitent l'admiration de nombreux voyageurs dans la seconde moitié du xviiie siècle, leurs prédécesseurs - en particulier les Français - portent relativement peu de jugements sur l'action de gouvernement des princes4. De plus aucune synthèse ou tentative de reconstitution d'une communauté des regards n'existe sur le voyage dans cette partie de l'Italie entre le xve et le xviie siècle. L'histoire des relations entre la Toscane et d'autres pays n'accorde qu'une faible place aux comptes rendus des voyageurs du début de l'époque moderne et cette saison du voyage n'est en général commentée qu'au sein de monographies sur le regard des étrangers dans les différentes villes au fil des siècles5 ou en ouverture à certaines études sur la Toscane des Lumières6. Bien que les principales villes toscanes et la fonction de capitale de Florence soient évoquées dans divers récits de voyage en Italie antérieurs au xviiie siècle, l'attention de la critique s'est concentrée pour le xvie et le xviie siècle sur les épisodes de séjours toscans ou florentins narrés dans les journaux ou les lettres de quelques individus d'exception, tels que Montaigne en 1580-1581, Milton en 1638-1639 ou Leibniz en 1689. Un tableau un tant soit peu complet de la vision politique des voyageurs ayant consigné leurs souvenirs exigerait de plonger dans une masse plus importante d'écrits, en essayant d'y constituer des séries représentatives et en circulant dans le vaste champ des études consacrées au voyage en Italie. L'entreprise est d'autant plus nécessaire que, sous réserve de vérifications ultérieures, il semble que les voyageurs d'avant le siècle des Lumières ne s'étendent pas de manière systématique sur les modalités de gestion des affaires publiques par les Médicis et n'entrent pas dans le détail des rouages politiques des anciennes républiques7. C'est que le voyage d'Italie est alors conçu, au moins pour les Français, comme une quête spirituelle où tout en n'excluant pas la prise en compte de certaines réalités contemporaines la découverte de soi passe d'abord par celle de l'héritage antique et de monuments religieux ou civils qui constituent la série des mirabilia. Dans la majorité des relations qui nous sont parvenues (une analyse plus fine devrait toutefois distinguer entre les motivations des voyageurs), les traces du passé et la rencontre avec les gens de lettres semblent intéresser davantage les voyageurs que les informations glanées dans l'entourage des princes et de leurs ministres.

  • 8 J. Lipse, De Ratione cum fructu peregrinandi, 1578, trad. d'Anthoine Brun, Lyon, 1619, reprod. in (...)
  • 9 Un peu trompeuse est à cet égard l'observation de C. De Seta, qui relève l'écart considérable du n (...)
  • 10 Cf. Florence et la France. Rapports sous la révolution et l'Empire, Florence-Paris, 1979.
  • 11 Sur l'histoire des relations entre la Toscane et les Anglais, cf. B. Moloney, op. cit. ; O. Hamilt (...)

4La Toscane d'avant le siècle des lumières fut en outre une étape souvent modeste et négligeable sur le chemin de Rome et de Naples. Elle n'est proposée que comme un supplément éventuel dans la lettre sur « l'art de voyager avec fruit », que Juste Lipse destine à son jeune élève en 1578 : « Mais si tu dois t'arrester plus long temps, en Italie, retourne vers les Toscans, fréquente les à cause de la langue, de l'air, & des mœurs, là tout y est net, et que si tu t'enserches aussi de la ville, j'agree Florence ou Sienne, & plustost Sienne8 » Traversée plus que visitée, il lui arrive de faire l'objet d'une halte à l'aller et au retour de Rome, mais le temps que les voyageurs lui consacrent est en général réduit. Montaigne passe à Florence trois jours en novembre 1580 avant de séjourner quatre mois et demi à Rome, puis à nouveau une nuit en mai et dix jours à la fin de juin 1581. Encore au xviiie siècle, la Toscane est rarement le but d'un voyage. Signe d'un intérêt croissant, le nombre des pages sur Florence grossit dans les guides publiés en langue française entre celui de Misson, dont la première édition date de 1691, et ceux de l'époque napoléonienne, mais cette évolution est elle-même relative9 et l'on sait bien qu'encore pour Goethe, Berkeley ou Brydone, la Toscane de la fin de l'époque des Lumières attire beaucoup moins que Rome ou le Sud de l'Italie. Jusqu'au Tableau de l'agriculture toscane de Sismondi, paru à Genève en 1801, quelques années après que la Toscane fut devenue le refuge de peintres ayant été chassés de Rome en 179310, le public francophone ne disposa d'ailleurs jamais de guide, d'essai ou de récit de voyage en français traitant uniquement de cet espace ou de sa capitale, à la différence de ce qui se passait pour Rome, Venise, la région de Naples ou les Alpes. Bien qu'il faille nuancer entre les provenances nationales de voyageurs et ne pas négliger les liens traditionnellement plus forts entre la Toscane et les Anglais, qui volontiers s'installent dans cet État comme Robert Dudley au début du xviie siècle, voire certains Slaves11, ce n'est qu'à partir du début du xixe siècle que Florence et la Toscane acquièrent une place prééminente dans le voyage d'Italie.

5Le fait que le voyageur habituel passe peu de temps dans cette région ne permet certes pas d'opposer le xviiie siècle aux siècles précédents, et rien ne nous autorise non plus à affirmer que les contacts se seraient progressivement accrus au cours de l'époque moderne entre les voyageurs et le personnel politique. Il importe par conséquent de manier avec prudence une historiographie qui a tendu à privilégier la représentation que les étrangers ont eue du pouvoir politique en Toscane sous le règne de Pierre-Léopold, en la considérant comme une sorte de modèle de l'observation des réalités institutionnelles, sociales et économiques de l'État par ceux qui venaient de l'extérieur et comme un paradigme de l'effet qu'eurent des notes de voyages pour une réflexion sur le réformisme. Nous devons plutôt faire l'hypothèse que le discours change de nature, en relation avec un plus grand souci des Lumières de prendre en compte l'actualité et surtout parce que cette actualité se met à rencontrer d'une part l'idée de l'amélioration possible des sociétés, d'autre part l'objectif d'examen des mœurs, des coutumes et du génie des autres nations que Jaucourt place au cœur de sa définition du mot « Voyage » dans l'Encyclopédie en 1765. Même si une plus grande facilité d'accès aux textes du xviiie siècle nous conduit à privilégier l'époque des derniers Médicis et des Lorraine, il nous faut évoquer, fut-ce de façon partielle, les modèles d'interprétation du politique qui furent propres aux récits de la fin du xvie siècle et du xviie siècle. On ne saurait en effet croire que l'énergie dont la civilisation florentine a fait preuve à l'époque de la république puis sous le principat médicéen et les premiers grands-ducs ait pu amener les étrangers à recevoir les images mises au point par le pouvoir florentin sans chercher à en rendre compte ou à en faire l'objet d'une réflexion. Le rayonnement des fêtes données par les Médicis dément une telle hypothèse. Par-delà la réalité de séjours souvent brefs, c'est surtout le genre des écrits de voyageurs à notre disposition qui crée les conditions d'une apparente minceur des propos consacrés aux aspects politiques de la Toscane des débuts de l'époque moderne. De cette absence de longues dissertations, on se gardera de déduire que la politique ne les intéressait pas.

Les visiteurs sous les premiers grands-ducs

  • 12 Cités dans L. Pertile, « Un umanista francese in Italia. Il Voyage d'Italie (1574-1578) di Nicolas (...)

6Les pages de Nicolas Audebert rédigées en 1576, lors de son long voyage en Italie entre 1574 et 1578, offrent de premières indications sur la manière dont était perçue cette région à l'époque du second grand-duc, François de Médicis. Plantant le décor de la multiplicité des anciens centres politiques, le jeune humaniste relève à Pise les traces des guerres séculaires avec les Florentins et déplore les dévastations commises par ces derniers. À l'instar de la plupart des voyageurs pendant trois siècles, il décrit brièvement à Lucques l'organisation d'une république demeurée indépendante. Il caractérise en outre les habitants de chaque ville, les définissant comme « haultains [...] et peu courtoys » à Pise, « advisez » à Lucques, « un peu grossiers » à Pistoia, « avaritieux », « superbe[s] » et d'une « subtilité grande » à Florence, dotés à Sienne de la plus belle langue qui soit en Italie. Si la description d'Audebert révèle une pratique du stéréotype qui est alors monnaie courante et ne caractérise aucunement la Toscane, elle traduit aussi le recours à une grille qui valorise la liberté tantôt perdue (Pise ou Sienne), tantôt maintenue (Lucques), tantôt fortement contrôlée (Florence), dont jouissent ou ne jouissent plus les Toscans. L'idée de la perte de la liberté politique oriente par exemple l'impression de l'observateur à Sienne, où règne « un tel silence comme melancolique, qu'il semble que et la ville et les maisons se resentent taciturnement de leur subjection ». À l' inverse, les Florentins ont un si grand désir de liberté que le grand-duc recourt aux Espagnols pour mieux les dominer: « Et ce pour servir de bride à refrainner le desir des Florentins qui ne cherchent que à se remettre en liberté de laquelle ilz se sont tousjours monstrez fort desireux par sur toute aultre Republique12 ».

  • 13 G. Ricci, « Cataloghi di città, stereotipi etnici e gerarchie urbane nell'Italia di antico regime  (...)
  • 14 F. Deseine, Nouveau Voyage d'Italie, Lyon, 1699, t. 2, p. 88.
  • 15 C'est ainsi qu'il laisse à certains acteurs de l'histoire la responsabilité de leurs jugements : l (...)
  • 16 Côme l'Ancien, « huomo magnifico, prudente, liberale & affabile nella sua conversauone. Governò co (...)

7Les remarques des voyageurs qui sur le chemin de Rome et Naples font halte dans la Toscane de la seconde moitié du xvie et au cours du siècle suivant paraissent s'organiser selon deux lignes directrices. À un premier niveau elles véhiculent des jugements tirés de certaines lectures. Un réservoir de représentations sur la Toscane et sur ses villes peut ainsi être récupéré grâce aux compilations historiques et cosmographiques, aux guides et aux traités dont les voyageurs se nourrissaient. Les brèves filastrocche ou comptines poétiques, mises au point au début du xvie siècle, décrivent pendant deux siècles la hiérarchie des villes de la péninsule en faisant de « Florence la belle » l'une des six principales capitales d'Italie13. Nous en retrouvons encore un écho dans le guide de Deseine paru en 1699, pour lequel Florence « est la plus belle ville d'Italie, & par conséquent celle qui mérite plus particulièrement d'être vue14 ». Un modèle d'interprétation politique est d'autre part esquissé dans la Descrittione di tutta Italia du Bolonais Leandro Alberti, parue en 1551, sous Côme Ier, dont on peut supposer qu'il exerça une certaine influence sur la vision des voyageurs venus de toute l'Europe puisqu'à côté de l'Italia illustrata de Flavio Biondo, écrite un siècle plus tôt, l'ouvrage d'Alberti figure dans les bibliothèques d'un grand nombre d'entre eux jusqu'au xviiie siècle. Après avoir présenté dans sa description de Florence les débats sur l'origine controversée de la ville, évoqué les attaques dont elle a été la victime puis les luttes intestines qui ont jalonné son histoire, Alberti rappelle les épisodes par lesquels elle a assujetti de nombreuses villes et décrit ses gouvernements successifs, sans toutefois prendre des positions marquées sur l'attitude de la famille des Médicis15. Négligeant de démonter les mécanismes du pouvoir, il fait l'éloge de Côme l'Ancien (1389-1464) et met en valeur à cette occasion les qualités de modestie, d'habileté et de prudence qui seraient nécessaires au prince idéal: de celles-ci ont été dépourvus certains membres de la famille Médicis, comme Pierre, fils de Laurent le Magnifique, qui se comporta en despote et ne sut pas suivre « les traces de son père, ni celles de Pierre Ier, et pas même celles de Côme », tandis que d'autres Florentins ayant exercé en Toscane ou à l'étranger, comme Piero Soderini, Niccolô Acciaiuoli ou Francesco Guicciardini, en auraient en revanche été dotés. Lecteur de Machiavel, et partageant sans doute son admiration à la fois réelle et ambiguë à l'égard des Médicis, Alberti cherche surtout à montrer que Florence, vrai et seul sujet de la description, a produit de nombreux hommes « graves, matures et prudents » et que l'astuce des Médicis fut au moins dans un premier temps de ne pas se poser en prince et de continuer à se comporter en citoyens privés, pratiquant leur métier de marchands tout en édifiant, comme Côme l'Ancien, des palais dignes d'un roi16.

  • 17 J. Lipse, op. cit.
  • 18 L'Italie en 1671. Relation d'un voyage du marquis de Seignelay, suivie de lettres inédites (...), (...)

8En dépit du caractère répétitif qu'offrent les descriptions des voyageurs, calquées entre autres sur le schéma albertien qui fait se succéder pour chaque ville l'évocation de l'origine, du site, de l'histoire, des monuments, des hommes ou femmes célèbres et enfin du territoire qui l'entoure, celles- ci fournissent à un second niveau le compte rendu d'une expérience concrète, résultat de conversations ou de contacts physiques, notamment visuels, avec les lieux visités. Cette fonction du discours correspond à la fois au projet introspectif d'un Montaigne et aux formes de guidage mises au point par les arts de voyager de la seconde moitié du xvie siècle. Quand Juste Lipse conseille en 1578 à son élève de placer le voyage en Italie sous le signe d'un triple apprentissage de la prudence (Prudentiae), de la sagesse (Scientiae) et des mœurs (Morum)17, il dresse le cadre dans lequel se situaient les attentes des jeunes gens de la noblesse allant de cour en cour en vue de mieux connaître les rouages politiques et par là de mieux exercer leur futur métier de serviteur de l'État. Un siècle plus tard, en 1671, Colbert va dans le même sens en remettant à son fils, le marquis de Seignelay, une instruction l'enjoignant de se comporter dans son voyage en Italie avec diligence « pour se mettre promptement en état de venir servir auprès du roi » et avec application « pour tirer du profit de ce voyage et s'en servir avantageusement pour prendre la connoissance des différentes cours des princes et États qui dominent dans une partie du monde aussi considérable qu'est l'Italie, ensemble des différens gouvernemens, coutumes et usages qui s'y rencontrent ». L'instruction de Colbert suggère ainsi qu'« après avoir vu l'État de Gênes, il passera dans celui de Florence, dans lequel il verra Livourne, Pise, et s'instruira de cet État, suivant ce qu'il est dit de celui de Gênes, en observant la différence qu'en celui-ci il y a un prince souverain18 ».

  • 19 J. Boutier, « L'institution politique du gentilhomme. Le 'Grand Tour' des jeunes nobles florentins (...)
  • 20 A. Brilli, Viaggiatori stranieri in terra di Lucca, op. cit., p. 27-33.
  • 21 J.-C. Margolin, « Montaigne à Florence », Studi francesi, 76, 1982, p. 12.

9Il serait bien sûr hâtif d'inférer de ces conseils à un regard appuyé sur les institutions politiques de la Toscane de la part de l'ensemble des voyageurs. Situées sur un registre différent de celui des jeunes nobles envoyés en Italie, ou des jeunes nobles toscans qui de leur côté se lançaient aux xviie et xviiie siècles dans le « Grand Tour » d'Europe en vue de parfaire leurs apprentissages politique, militaire et mondain19, les observations du journal de voyage de Montaigne traduisent cependant des choix dont on peut imaginer qu'en dépit de leur ton personnel ils pouvaient être partagés par ses contemporains. Or ceux-ci nous révèlent une certaine attention à la chose politique. À Lucques, tout comme Audebert à Florence, Montaigne remarque le labeur de l'ensemble du peuple, son esprit d'entreprise et l'activité de marchands qui n'épargne pas même les nobles et les hommes d'armes ; il est aussi frappé par le succès d'une économie mercantile qui intègre la ville et la campagne20. Le motif de la liberté affleure dans les passages sur Pistoia, ville s'accommodant mal de la domination florentine. Le journal ne se transforme pas pour autant en cours de philosophie politique. Loin de proposer des développements moraux ou politiques, Montaigne, qui à la différence de Rome ou de Lorette n'a pas particulièrement prévu son étape florentine, en novembre 1580 et surtout en mai-juin 1581, observe les jardins de Castello ou de Pratolino, les ménageries ducales, les statues aux formes inattendues, les convives d'un dîner chez le grand-duc François et les cortèges « où la puissance politique du souverain apparaît sans le moindre doute et sans le moindre fard, [l'État ayant] besoin, pour se sentir exister pleinement et en imposer aux cours italiennes et européennes, de ces défilés, de ces jeux et de la complicité apparente du peuple21 ». « Miroir de l'Italie médicéenne », le texte de Montaigne se fait l'écho d'un émerveillement face à l'extraordinaire capacité d'invention déployée par les Médicis pour charmer leur existence, surprendre leurs invités et assurer à la dynastie une gloire durable.

  • 22 P. Rebora, « Milton a Firenze », in Il Sei-Settecento, Florence, 1956, p. 249-270.
  • 23 A. robinet, G. W. Leibniz. Iter italicum (mars 1689-mars 1690), La dynamique de la République des (...)

10Différente est l'image que nous renvoie Milton, qui séjourne dans la capitale de Ferdinand II à deux reprises, en août-septembre 1638 puis en mars-avril 1639. Il la juge en poète et n'est d'ailleurs pas même reçu par le grand-duc. Mais en raison de son destin politique, notamment auprès de Cromwell, il est intéressant de remarquer que la Florence du milieu du xviie siècle, où il fréquente avant tout les sociétés littéraires, est pour Milton le principal centre d'attraction en Italie et se charge d'un prestige qui traduit sans doute la continuité des liens affectifs et psychologiques entre les Anglais et les Florentins22. De son côté, Leibniz, chargé d'une mission généalogique pour le duc de Hanovre, trouva au cours des cinq semaines passées à la fin de 1689 à Florence de multiples opportunités de contact non seulement avec une trentaine de gens de lettres, dont Magliabechi, Cosimo della Rena, Vincenzo Viviani et Bodenhausen, précepteur de la famille ducale, mais encore avec les deux fils du grand-duc Côme III, Ferdinand et Jean Gaston, appelés à faire dès lors partie de son réseau de la république des lettres, surtout l'aîné, que sa curiosité pour les sciences et les lettres amena à entrer en correspondance pour plusieurs années avec le célèbre philosophe. L'attention à la politique se fixe moins ici sur la personne du souverain, que Leibniz juge « extrêmement changé » sous l'influence d'une dévotion excessive, que sur Florence, considérée comme centre de gravité d'une république des lettres italienne dont il renforce la trame au gré de son parcours à travers une dizaine d'étapes entre Venise et Naples23.

  • 24 J.-B. Saint-Just, Description géographique de toute l'Europe ; et des curiosités qui se trouvent e (...)
  • 25 Voyage d'Italie (1606), op. cit., p. 71. Cf. aussi Voyage de Provence et d'Italie..., op. cit., p. (...)

11Si on doit bien sûr se garder d'extrapoler à partir d'un nombre réduit de témoins, le survol rapide d'autres récits de la fin du xvie siècle et du xviie siècle permet au moins de définir une sorte de grille de lecture du modèle politique toscan antérieur à celui des Lumières. La Toscane y est d'abord perçue comme un Etat dont les voyageurs indiquent les limites, décrivent les territoires - ainsi une description française de 1682, que purent entre beaucoup d'autres utiliser des voyageurs, distingue-t-elle classiquement dans les États du grand-duc les villes du Florentin, du Pisan, du Siennois, de la côte de Gênes et de l'île d'Elbe24 - et évaluent les forces militaires et financières. La domination du grand-duc, « appellé tel pour la grandeur, beauté, force et puissance de son estât plus que d'aucun autre prince d'Italie25 », oriente tous les commentaires sur l'État et ses ressources: appartenance de telle ville au grand-duc, indication que ce dernier y possède un palais ou entretient une garnison dans la citadelle, rappel du fait qu'il batte monnaie pour l'ensemble du duché, montant des rentes et subsides qu'il tire de chacune de ses possessions. De cet État sont rarement indiquées les tribulations diplomatiques.

  • 26 Voyage de Provence et d'Italie..., ibid., p. 57.
  • 27 G. Imbert, « Gl'Italiani e i Fiorentini del Seicento, giudicati da' francesi », Nuova Antologia, m (...)
  • 28 Voyage d'Italie (1606), op. cit., p. 61.

12En revanche sont régulièrement suggérés la violence séculaire des relations entre les villes et surtout le rapport de forces entre Florence et les cités assujetties, qui tentent de garder des traces de leur liberté passée: un voyageur anonyme se plaît à remarquer au printemps 1589 que le mot de Libertas est inscrit sur la porte de la ville et le palais de Sienne non moins que sur la porte de la ville et le palais de la seigneurie de Lucques, même s'il ajoute qu'à la différence de la première, qui verse un lourd tribut, « Lucques ne paie rien et n'est aucunement subjecte au duc de Florence n y à personne26 ». De la Toscane se dégage ainsi une seconde image, celle de la volonté de conservation d'une mémoire des libertés passées face à une hégémonie florentine mal supportée par les autres villes toscanes. Le caractère superbe que les voyageurs attribuent fréquemment aux Florentins, en mettant en valeur de multiples aspects contradictoires (économes dans la vie intime mais magnifiques dans les fêtes publiques, incivils à force de politesse, ingénieux et vifs d'esprits mais volages et vaniteux27), semble par là procéder autant de la vision des autres Toscans que de celle des étrangers. Enfin l'expérience personnelle du voyageur l'amène le plus souvent à percevoir les expressions du pouvoir politique comme une succession de spectacles offerts à son regard par la maison de Médicis, « mere nourrice des bons esprits28 », qu'il s'agisse des statues et des places, des palais, des jardins, des fêtes princières ou populaires, voire de la figure même du souverain.

Vers un regard critique

  • 29 Misson, Nouveau voyage d'Italie, Utrecht, 1722, t. 2, p. 338 (1er éd., 1691) ; Rogissart et Havard(...)
  • 30 Caylus, Voyage d'Italie [oct.] 1714-[oct.] 1715, Paris, 1914 (la Toscane est sur la route du retou (...)

13Le changement de nature du regard politique porté sur la Toscane ne s'impose que lentement dans les premières décennies du xviiie siècle. L'examen des « récits-guides » publiés en français à la fin du xviie siècle et au début du siècle suivant, ceux de Misson (1691), de Deseine (1699) et de Rogissart (1706), suggère tout à la fois la persistance d'une attention à ce qu'il reste des anciennes traditions républicaines, notamment à Lucques et Sienne, et l'absence de tout positionnement critique vis-à-vis du pouvoir médicéen: « J'ai observé un grand silence, prévient d'ailleurs Misson au début de son ouvrage, sur tout ce qui regarde la politique et le gouvernement des états. » Un discours de l'émerveillement continue de transparaître dans l'évocation des lieux, des statues et des autres images de la famille Médicis, auquel le huguenot Misson ne se soustrait pas lorsqu'il observe l'image de Côme Ier agenouillé devant le pape ou la chapelle de l'église Saint-Laurent « où l'on travaille incessamment depuis si longtemps » et qui « sera la plus belle du monde ». Dans les Délices du très catholique Rogissart, les Médicis sont présentés comme les héros d'une épopée où aux statues en marbre blanc des papes Léon X et Clément VII, « tres-belles & [qui] meritent d'être regardées, de même que celle du grand-duc Ferdinand », répondent dans la même grande salle du palazzo Vecchio les exploits de Côme Ier peints sur les murs. Rogissart parle aussi du « grand Cosme » et du « grand Ferdinand ». Plus réservé, malgré son admiration pour la chapelle de Saint-Laurent, Addison n'est pas le seul à prévoir « qu'il n'est pas impossible que la famille des Médicis soit éteinte avant que leur mausolée soit parfait29 ». Mais c'est surtout en examinant les journaux rédigés par une série de voyageurs français des années 1715-1740, Caylus, Montesquieu, Guyot, Silhouette et de Brosses30, que nous cueillons tout à la fois la persistance d'un discours hérité et l'émergence d'une analyse plus critique au moment même où se pose puis se dénoue la grande question de la succession de la famille Médicis au trône de Toscane.

  • 31 F. Weil, « Voyages et curiosités politiques avant l'Encyclopédie. Le voyage en Italie de Montesqui (...)
  • 32 F. Tongiorgi, « La Toscana dei viaggiatori : una tappa nel Grand Tour », in L. Tongiorgi Tomasi, A (...)

14Le discours général sur la Toscane s'écarte peu dans cette phase de celui tenu jusqu'alors: chemins bien tenus dans les terres du grand-duc par contraste avec les Etats pontificaux (Caylus), habileté des Florentins et des Lucquois dans la culture des terres, richesse des souverains et constat que si Lucques et Sarzana s'ajoutaient au Florentin, au Pisan et au Siennois le « grand-duc pourrait être roi » (Guyot), éloge de la maison de Médicis à travers l'évocation de Côme, « ce citoyen qui mérita si justement le nom de grand » (Silhouette) et reconnaissance de l'heureux maintien par cette famille régnante de la compatibilité entre le commerce et la politique, entêtement des Florentins à croire dans l'excellence de leur patrie (Guyot), dépeuplement et tristesse de la ville de Pise qui « se sent d'avoir esté la victoire des Médicis » (Caylus) et a « senti plus amèrement qu'aucune autre Ville le joug de la servitude » (Silhouette), maintien à Sienne des anciennes formes de gouvernement par souci de garder la fiction de ce qui fut « autrefois une République assez puissante  » (Silhouette), sans parler de l'indépendance de Lucques, qui ne tient que par la protection de l'Empire (Caylus) mais dont les fortifications sont bonnes et les revenus abondants, même s'il convient de n'en pas exagérer l'ampleur (Montesquieu). Sans aller jusqu'à décrire des constitutions, des lois et des formes de gouvernement31, les observations de ces parlementaires, receveur des tailles ou gens de lettres expriment cependant des curiosités politiques à travers leurs remarques sur l'état de la population, sur l'économie, sur la situation morale et financière de la noblesse. Surtout l'actualité transparaît dans ce qu'ils disent des deux derniers souverains de la famille des Médicis. Il est vrai que Montaigne brossait déjà le portrait du grand-duc François, avec sa « contenance pleine de courtoisie ». Les images renvoyées dans la première moitié du xviiie siècle remplissent toutefois une fonction nouvelle dans la mesure où elles sont un moyen d'évoquer les vicissitudes politiques du moment sans pour autant s'y attarder. Ainsi que l'a montré F. Tongiorgi, « il y a peu d'échos sur les événements complexes et embrouillés qui caractérisent ces années dans les écrits des voyageurs: généralement prudents sur les affaires politiques, ces derniers préfèrent s'attarder à décrire la personne des souverains et à rapporter les humeurs des Toscans à leur égard32 ».

15Ni de Côme III, ni de Jean Gaston ne ressort assurément une image aussi positive que celle qui par-delà Côme l'Ancien, maître d'un réseau de deux ou trois cents personnes employées à travers l'Europe (Montesquieu), est appliquée successivement à Côme Ier et Ferdinand Ier en raison de la fondation du port de Livourne, puis à Ferdinand II du fait de son amour pour la peinture et les beaux-arts. Malgré les importantes dépenses destinées à payer des États étrangers pour éviter la guerre ainsi qu'à satisfaire « les Jésuites » et les « Bigots ou Colli-torti » qui gravitaient autour de lui (les mots sont rapportés par Guyot), Côme III trouve grâce aux yeux de Caylus et même de Guyot de Merville, qui le créditent d'une cour magnifique et d'une bonté d'âme compensant sa prodigalité et la pression fiscale à laquelle il a soumis les Florentins. Favorablement impressionné par la politique de rupture que Jean Gaston opère en réduisant de 6 % à 3,5 % les intérêts de la dette et en abolissant les impôts impopulaires que la « bigoterie » de son père l'aurait amené à créer, Montesquieu nous présente en décembre 1728 un tableau contrasté mais somme toute positif du dernier grand-duc, dont il apprécie qu'il se soit défait « des importunités de la prêtraille et de la moinerie ». Il en relève « la domination assez douce », le fait qu'il ait de l'esprit et soit « le meilleur homme du monde », jugeant qu'il s'agit d'un « bon prince » en dépit de son extrême paresse, de son indétermination et de son goût immodéré pour les liqueurs. Le futur contrôleur général Silhouette est l'année suivante plus sévère sur la nonchalance du souverain, qui vit « toujours retiré dans le fond de son palais, où il est inaccessible à tout le monde ». Pour qu'il évoque aussi ouvertement les mauvaises habitudes contractées par Jean Gaston dans ses voyages de jeunesse en Allemagne, et cite une anecdote sur son ivresse, il fallait bien qu'on en parlât dans tout Florence. Son long commentaire sur la succession confirme le sentiment de vide que ressentait le voyageur face à une cour ayant perdu une grande partie de son éclat et à un État dont les finances paraissaient, fût-ce à tort, en moins bonne santé qu'auparavant.

  • 33 De Brosses, op. cit., t. 1, p. 332.
  • 34 Lalande, Voyage en Italie fait dans les années 1765 & 1766, Venise-Paris, 1769, t. 2, p. 177.
  • 35 - Gorani, Mémoires secrets et critiques des cours, des gouvernemens, et des mœurs des principaux é (...)

16L'intérêt de ces lignes écrites souvent à chaud et, si l'on excepte Guyot, sans intention de publication immédiate, paraît d'autant plus grand que l'arrivée de François-Étienne de Lorraine en 1737 ne comble pas l'impression de vacance du pouvoir ressentie par certains étrangers. Déjà de Brosses, en achevant en 1745 la rédaction définitive de ses lettres sur Florence et la Toscane, exprimait son regret de la disparition des Médicis. L'antipathie qu'il prête aux Toscans vis-à-vis des Lorrains, résultat à ses yeux d'une préférence pour la maison d'Espagne ou les Français, est surtout attribuée par le parlementaire dijonnais à l'éloignement de François- Etienne, gouvernant depuis Vienne par personne interposée, notamment par l'intermédiaire de Richecourt dont « on assure qu'il fait peu de cas des ménagements qui font goûter une domination nouvelle. On dirait que les Lorrains regardent la Toscane comme une terre de passage [...] Pour un pays qui a eu ses souverains propres, distribuant les grâces et les dignités, et dépensant dans l'État même les revenus de l'État, il n'y a rien de si dur que de devenir une province étrangère33 ». Malgré la faveur dont le second grand-duc de la maison de Lorraine, Pierre-Léopold, fut rapidement environné dès son arrivée à Florence en 1765, les traces de ce jugement négatif perdurent. Ainsi l'astronome français Lalande estime-t-il dans son Voyage en Italie (1769) qu'en dépit des multiples qualités du jeune prince, rempli de connaissances et de mérite, « la Toscane se plaint », le grand-duc étant « environné d'Allemands que les Florentins haïssent, qu'ils trouvent intéressés, méfians, peu attachés au bien de l'État34 ». Par contraste avec les éloges d'une kyrielle d'observateurs, dont Duclos, Sade et Dupaty, le Milanais Gorani juge encore en 1793 que ses édits et ses lois n'ont pas empêché Pierre-Léopold de rester « inférieur aux autres souverains qui n'ont pas affiché, comme lui, la prétention de savoir35 ».

L'âge des Lumières toscanes

  • 36 De Brosses, op. cit., t. 1, p. 331.
  • 37 Abbé Richard, Description historique et critique de l'Italie ou Nouveaux mémoires sur l'état actue (...)
  • 38 De brosses, op. cit., t. 1, p. 355. Et d'ajouter : « En un mot, ce port et toute cette ville doive (...)
  • 39 Montesquieu, op. cit., t.1, p. 643.
  • 40 Cf. ici-même la contribution de S. Fettah.

17Cette distance vis-à-vis de la maison de Lorraine laisse le champ libre après la mort de Jean Gaston au développement d'un regard sur la maison des Médicis qui, tout en relevant d'un registre différent, ne fut pas sans incidence sur la propagation d'une image favorable de la Toscane de Pierre- Léopold. Famille « bien recommandable, à mon sens, par son amour pour les bonnes choses36 », les Médicis continuèrent à bénéficier d'un capital de sympathie d'autant plus durable que les visiteurs venus de toute l'Europe découvraient dans la galerie des Offices et au palais Pitti, « résidence du souverain37 », le nombre considérable d'œuvres d'art accumulées au cours des siècles précédents, complété entre autres par les tombeaux des Médicis dans la chapelle de Saint-Laurent et relayé par les statues de Côme Ier sur la place du palazzo Vecchio et du grand-duc Ferdinand Ier par Jean de Bologne place de l'Annunziata. Dans d'autres villes de Toscane, le pouvoir offrait des images que relevaient régulièrement les voyageurs, à commencer par les statues de Ferdinand mentionnées lors des visites de Pise ou de l'arsenal de Livourne. Ce port fondé par le troisième grand-duc - mais Côme Ier y avait déjà fait construire une jetée - constituait de son côté une vitrine du pouvoir toscan depuis le xviie siècle. Qualifié par de Brosses de « petite ville de poche toute neuve, jolie à mettre dans une tabatière38 », il lui arrache les mêmes cris d'enthousiasme que dix années plus tôt à Montesquieu: « Il est impossible de voir cette ville, écrivait ce dernier, sans concevoir une bonne idée du gouvernement des Grands-Ducs, qui ont fait là de si grands et de si beaux ouvrages, et qui ont fait là une ville florissante et un beau port, malgré la mer, l'air et la nature39 » Rendue possible par l'assainissement des marécages voisins, la création de Livourne témoigne de la victoire remportée par le souverain, et à travers lui par les Toscans, sur une nature hostile qui ne demandait, à l'instar de la montagne percée par le duc de Savoie Charles-Emmanuel II aux Echelles en 1670 pour y construire la route entre Lyon et Chambéry, qu'à être domestiquée par l'homme. Il constitue la réussite urbanistique et politique des Médicis40.

  • 41 Lalande, op. cit., t. 2, p. 165.

18D'autres exemples pourraient illustrer la fascination qu'exercent les Médicis sur un grand nombre de voyageurs de l'époque des Lumières, au point que certains d'entre eux parviennent à dépasser le stéréotype de ville dépeuplée et en déclin dont est accablée Pise, y relevant les efforts des grands-ducs qui déjà y avaient établi sous Côme Ier une université et l'ordre des chevaliers de Saint-Étienne, puis des chantiers navals et un palais où la cour du reste continue de résider l'hiver sous les Lorraine. Il est vrai que l'intérêt pour les Médicis amène surtout à tenter d'interpréter un passé révolu plutôt qu'à examiner la Toscane contemporaine: « Il est difficile de voyager à Florence, répète Lalande, & d'en examiner les monumens, sans s'intéresser à la maison de Médicis, dont la grandeur éclate de toutes parts41 » Dans la généalogie de la famille des Médicis qu'esquisse l'auteur de ce guide en huit volumes qui, rappelons-le, fut lu par de nombreux voyageurs français de la fin du xviiie siècle et eut aussi des émules en Allemagne, le but affiché est toutefois de laisser la parole aux historiens plus qu'aux panégyristes. Tout comme chez l'historien anglais Gibbon, passé à son tour en Toscane avant de publier plus tard son Histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain (1776), une place de choix revient dans le Voyage en Italie à Côme l'Ancien en raison de son rôle décisif dans la Renaissance florentine. La période entre Laurent le Magnifique et Côme Ier est en revanche presque escamotée. Après avoir dressé un tableau amer des malheurs qui affectèrent Côme Ier, puis rapidement glissé sur sa postérité jusqu'au début du xviiie siècle, le récit de Lalande débouche sur Jean Gaston, « devenu incapable par ses débauches d'avoir jamais des successeurs ». Mais c'est ailleurs, dans les pages qu'il consacre aux plaines, aux vallons et aux collines de Toscane, désormais aussi appréciés que la plaine de Lombardie, et plus encore dans la réédition du Voyage en Italie en 1786 et dans les récits de voyage de Dupaty, d'Arthur Young et de Duclos, parus entre 1785 et 1792, qu'il est question d'une Toscane contemporaine offrant au voyageur des objets de méditation sur les réformes à mener dans le reste de l'Europe.

  • 42 B. Moloney, op. cit., p. 8-9 ; P. Silvestri, « Teatro, spettacoli e società nella Firenze settecen (...)
  • 43 L. Mascilli Migliorini, « Naissance d'une tradition », in Id., L'Italia dell'Italia. Coscienza e m (...)
  • 44 Sur le regard « éclairé » de ce dernier voyageur, cf. B. Bilinski, « Francesco Bielinski. Un viagg (...)

19Tandis que le nombre des étrangers de passage à Florence croît depuis les années 1740 de manière notable, au point que la tentative de dresser à partir de 1760 dans la Gazzetta Toscana la liste des Anglais qui arrivaient dans la capitale grand-ducale fut interrompue dès 176742, l'Europe se met à regarder la Toscane d'un œil nouveau, donnant naissance au fameux mythe du réformisme de Pierre-Léopold. Tout se passe comme si au cours des années 1770 s'opérait une forme de basculement entre l'image d'une Toscane associée aux Médicis, partageant le sort de l'Italie en tant qu'immense musée suspendu dans le temps, et celle d'un État qui serait en train de vivre, par l'effet d'une série de règlements et de lois, une mutation de son ordre économique et politique. Les relations de voyage parues dans les années 1760 et au début des années 1770 - celles de Grosley, de l'abbé Richard, de Lalande ou de l'abbé Coyer gardent encore largement de la Toscane une image héritée, dans laquelle le sort réservé à Livourne, la ville vivante face aux villes mortes que sont Pise et Sienne, témoigne d'une sorte d'utopie réalisée antérieurement à Pierre-Léopold. Mais tout en se présentant en quelque sorte comme extérieure au destin historique et artistique de la région, Livourne peut avoir constitué le point de départ d'une réappropriation des paysages et de la civilisation toscans par les voyageurs étrangers43 Une fois surmontée la disette de 1765-1766, le terrain semble prêt pour que se dessine sous la plume de Lalande lui-même, mais aussi de Charles Pinot Duclos, de Meyer, de Symonds, de Dupaty, d'Arthur Young ou du Polonais Bielinski44, l'image d'un « laboratoire des Lumières » où un souverain bienfaiteur, entouré de son peuple reconnaissant, saurait en dépit de son origine étrangère donner une nouvelle signification à l'héritage recueilli. Florence est alors reconnue dans son rôle de médiatrice entre l'antiquité et le monde présent, et placée au cœur d'un idéal d'équilibre qui réconcilierait l'homme avec la nature.

  • 45 Cf. M. Mirri, « Riflessioni su Toscana e Francia, riforme e Rivoluzione », in 1789 in Toscana. La (...)
  • 46 Abbé G.-F. Coyer, Voyage d'Italie, Paris, 1776,2 vol. (voyage en 1763-1764) ; C. Pinot Duclos, Voy (...)

20Le mythe d'une Toscane éclairée, réinscrite dans le courant de l'histoire en train de se faire, n'est assurément pas le produit du seul regard des voyageurs. Les récits de ces derniers sont les relais d'une pensée dont les racines se trouvent en dehors d'eux tout en ne se limitant plus aux cosmographies et aux descriptions classiques. Ainsi se révèle la puissance de l'action de propagande des physiocrates. Lancée par le marquis de Mirabeau en 1769, relayée par des publications en France et par tout un réseau de correspondants souvent hauts placés dans les différentes cours européennes, l'entreprise de mise en valeur de la politique de Pierre- Léopold sur le double versant des réformes économiques - notamment dans le sens de la liberté du commerce des grains — et pénales fut l'un des instruments les plus décisifs d'une bataille politique qui, dans les années 1770 et au début des années 1780, fit du modèle toscan une arme du parti réformateur45. De même que Coyer et Duclos songent toujours à la France quand ils observent la Toscane46, de même le parlementaire bordelais Dupaty se rend sur place en Italie en 1784 à la demande du garde des sceaux pour étudier la réforme de la législation criminelle. Il en rapporte les Lettres sur l'Italie en 1785 qui, à peine publiées en 1788, connurent un immense succès et contribuèrent à véhiculer auprès d'autres voyageurs une image de la Toscane qui s'appuyait assurément sur des réalisations concrètes (baisse des impôts, suppression des usages de la cour et de divers jours chômés, développement des manufactures, non-application de la peine de mort), mais qui devint également une sorte de refuge, de territoire idéal pour certaines élites cultivées européennes, sans que l'observation ait nécessairement reposé sur une complète prise en compte du fonctionnement de ces réformes et de leur réception par l'ensemble de la population toscane.

21Un autre fil peut être suivi pour mieux comprendre la manière dont fut « guidé » le regard politique des voyageurs à l'aube du xixe siècle. La source se trouve ici dans la perception de la Toscane comme terre de libertés jalousement cultivées au cours de l'histoire. Pour ancienne qu'elle soit, puisqu'elle traverse comme on l'a vu les trois siècles de l'époque moderne, cette idée de liberté amène Sismondi, futur auteur de l' Histoire des Républiques italiennes (1807-1818), à présenter dans le Tableau de l'agriculture toscane (1801) les Italiens comme ayant précédé de plusieurs siècles les autres peuples « dans la route des beaux-arts, des sciences, de l'industrie et des richesses ». L'ouvrage n'est pas vraiment le fruit d'un voyage, car cet économiste genevois a séjourné cinq années à Pescia, de 1795 à 1800. Il nous aide toutefois à cueillir le possible passage à une vision de la Toscane comme espace idéal d'une réflexion sur l'idée même de la civilisation, celle-ci devenant une terre où la campagne n'est pas en retrait par rapport aux villes, où se déploie un éventail varié d'activités humaines et où une relation de circularité unit les institutions collectives, les énergies individuelles et la création artistique. De cette image, propre à inventer une « toscanité » de la Toscane, le xixe siècle allait peut-être tirer sa lecture d'un microcosme autrement plus efficace et rayonnant — mais moins politique — que celui de la République de Lucques: celui de la fameuse « Italie de l'Italie ».

22Il est difficile d'offrir une image dans la longue durée de ce que fut le regard politique sur la Toscane de voyageurs aux motivations très diverses. Sans aucun doute les représentations qu'ils se firent de l'État des Médicis puis des Lorraine ne sauraient être comprises qu'à l'intérieur d'un puzzle composé de multiples autres pièces, où interviennent des modèles transmis par leurs lectures non moins que l'effet du mouvement des idées à la mode dans certains cercles de pensée. On a ainsi l'impression que de Montesquieu aux parlementaires français de la seconde moitié du xviiie siècle l'observation des manières de gouverner la Toscane s'affine sous l'effet d'une plus grande sensibilité à l'analyse des modes d'intervention de l'homme pour améliorer le gouvernement des États et de leurs habitants. Dans ce climat intellectuel qui fait du voyage même un instrument de la réflexion politique, il se peut que la Toscane ait effectivement joué un rôle d'éveilleur. Nous aurions cependant tort d'oublier que jusqu'à la fin du xviiie siècle la pratique du voyage demeure très largement livresque, qu'on se déplace pour vérifier des idées que l'on a déjà avant le voyage. Vu sous cet angle, le mythe de la Toscane de Pierre-Léopold peut être réduit, au point qu'il ne serait pas incongru de ne l'appréhender que comme un épisode à l'intérieur d'une histoire des voyages où nous frapperait plutôt, à l'échelle de trois siècles, et avant les bouleversements du xixe siècle, une étonnante continuité.

Notes

1 R. Stopani, La via Francigena in Toscana. Storia di una strada medievale, Florence, 1984 (2e éd.). Voir aussi I. Moretti, « La via Francigena in Toscana », Ricerche storiche, VII, 1977, p. 383-406 ; A. Brilli, Viaggiatori stranieri in terra di Lucca, Lucques-Cinisello Balsamo, 1996, p. 17-26.

2 C. Willemijn Fock, « Les orfèvres-joailliers étrangers à la cour des Médicis », in Firenze e la Toscana dei Medici nell'Europa del '500, Florence, vol. 3, 1983, p. 831-859 ; P. Petrobelli, « John Dowland e la musica a Firenze alla fine del '500 », in ibid., vol. 2, p. 539-548. Ce sont dans les actes de ce colloque les deux seules contributions consacrées à des voyageurs.

3 J. Le Goff, « L'Italia fuori d'Italia. L'Italia nello specchio del Medioevo », in R. Romano, C. Vivanti, eds, Storia d'Italia, vol. 2, Dalla caduta dell'Impero romano al secolo xviii, t. 2, Turin, 1974, p. 1933-2088 ; F. Braudel, « L'Italia fuori d'Italia. Due secoli e tre Italie », in ibid., p. 2089- 2248 (éd. française, Le Modèle italien, Paris, 1989) ; F. Venturi, « L'Italia fuori d'Italia », in R. Romano, C. Vivanti, eds, Storia d'Italia, vol. 3, Dal primo Settecento all'Unità, Turin, 1973, p. 985-1481.

4 La situation est un peu différente avec les Anglais, comme le montrent les nombreuses instructions écrites entre 1570 et 1620 pour encourager l'observation politique : cf. G. B. Parks, « Travel as Education », in R. F. Jones, éd., The Seventeenth Century. Studies in the History of English Thought and Literature from Bacon to Pope, Londres-Stanford, 1951, p. 264-290. Les remarques de Dallington, dans son Survey of the Great Dukes State of Tuscany, déclenchèrent entre autres une vive protestation de Ferdinand Ier : E. Chaney, « Robert Dallington's Survey of Tuscany (1605) : A British View of Medicean Florence », in Id., The Evolution of the Grand Tour, Londres, 1998, p. 147.

5 Cf. les volumes d'A. Brilli sur les voyageurs étrangers à Arezzo (1985), à Sienne (1986), à Cortona (1986) et à Lucques (1996), ainsi que celui dirigé par F. Paloscia sur Firenze dei grandi viaggiatori (1993).

6 Ainsi dans B. Moloney, « English Tourists in Florence », in Id., Florence and England : Essays on Cultural Relations in the Second Half of the Eighteenth Century, Florence, 1969, p. 5-33.

7 Citons en particulier les récits de Thomas Hoby (1549), Audebert (1576), Montaigne (1580-1581), Fynes Morrison (1594), Robert Dallington (1596), John Evelyn (1644), Robert Lassels (1650) et John Ray (1663), auxquels peuvent être ajoutés des écrits anonymes publiés par le Centre interuniversitaire de recherche sur le voyage en Italie (CIRVI) en collaboration avec l'éditeur Slatkine : Discours viatiques de Paris à Rome et de Rome cl Naples et Sicile [anon. de 1588], éd. par L. Monga, 1983 ; Voyage de Provence et d'Italie (ms fr. 5550-BN Paris) [anon. de 1588-1589], éd. par L. Monga, 1994 ; Voyage d'Italie (1606), éd. par M. Bideaux, 1982 ; Travels through France and Italy (1647-1649), éd. par L. Monga, 1987.

8 J. Lipse, De Ratione cum fructu peregrinandi, 1578, trad. d'Anthoine Brun, Lyon, 1619, reprod. in N. Doiron, L'Art de voyager. Le Déplacement à l'époque classique, Laval-Paris, 1995, p. 217.

9 Un peu trompeuse est à cet égard l'observation de C. De Seta, qui relève l'écart considérable du nombre de pages sur Florence entre le Nouveau Voyage d'Italie de Misson paru en 1691 et le Voyage de Lalande en 1769 (« L'Italia nello specchio del 'Grand Tour' », in Storia d'Italia. Annali V. Il paesaggio, Turin, 1982, p. 225-226). En pourcentages par rapport au nombre total de pages, le guide de Deseine, qui est presque contemporain de celui de Misson, consacre 12,3 % à Florence, contre les 2,1 % de Misson, 12,5 % de Cochin en 1758, 7,1 % de Lalande, 10,2 % de Dutens en 1775 et 3,3 % de l'Itinéraire de Vallardi maintes fois réédité sous le consulat et l'Empire.

10 Cf. Florence et la France. Rapports sous la révolution et l'Empire, Florence-Paris, 1979.

11 Sur l'histoire des relations entre la Toscane et les Anglais, cf. B. Moloney, op. cit. ; O. Hamilton, Paradise of Exiles. Tuscany and the British, Londres, 1974, et le catalogue de l'exposition Firenze e l'Inghilterra : rapporti artistici e culturali dal xvi al xx secolo, Florence, 1970. Pour les rapports entre les Russes et la Toscane : A. M. Crino, « Rapporti culturali, diplomatici e commerciali degli zar di Russia coi granduchi di Toscana e Venezia nel Seicento », Annali della Facoltà di Economia e Commercio in Verona, serie II, vol. 1, 1966 ; R. Risaliti, « Russi a Firenze fra il Quattrocento e il Settecento », « I rapporti commerciali fra la Russia e la Toscana (Livorno) » et « I Pistoiesi e gli Slavi », in Id., Gli Slavi e l'Italia. Viaggi e rapporti dal Quattrocento al Novecento, Moncalieri-Genève, 1996, p. 19-23, 25-39, 195-214.

12 Cités dans L. Pertile, « Un umanista francese in Italia. Il Voyage d'Italie (1574-1578) di Nicolas Audebert », Studi mediolatini e volgari, 1973, p. 143-150.

13 G. Ricci, « Cataloghi di città, stereotipi etnici e gerarchie urbane nell'Italia di antico regime », Storia urbana, 18, 1982, p. 3-33 ; voir aussi L. Nuti, « Alle origini del Grand Tour : immagini e cultura della città italiana negli adanti e nelle cosmografie del secolo xvi », Storia urbana, 27, 1984, p. 3-54.

14 F. Deseine, Nouveau Voyage d'Italie, Lyon, 1699, t. 2, p. 88.

15 C'est ainsi qu'il laisse à certains acteurs de l'histoire la responsabilité de leurs jugements : le duc Alexandre, écrit Alberti, fut en 1537 de la main de Lorenzo « miseramente ucciso [...] (corne lui diceva) per liberare la Patria, & restituirla alla libertà » (Descrittione di tutta Italia, Venise, 1551, p. 38 v).

16 Côme l'Ancien, « huomo magnifico, prudente, liberale & affabile nella sua conversauone. Governò con gran dolcezza, & prudenda Fiorenza [...] Edificò lo superbo Palagio suo (opera certamente da re, & non da privato Cittadino) con altri nobili edifici ». Après sa mort « governò la Republica molto umanamente [son fils] Pietro dimostrandosi piuttosto privato Cittadino che Prencipe della Città » (Alberti, op. cit., p. 40 r-40 v).

17 J. Lipse, op. cit.

18 L'Italie en 1671. Relation d'un voyage du marquis de Seignelay, suivie de lettres inédites (...), éd. par P. Clément, Paris, 1867, p. 95-103.

19 J. Boutier, « L'institution politique du gentilhomme. Le 'Grand Tour' des jeunes nobles florentins en Europe, xviie-xviiie siècles », in Istituzioni e società in Toscana nell'età moderna, Rome, 1994, I, p. 257-290.

20 A. Brilli, Viaggiatori stranieri in terra di Lucca, op. cit., p. 27-33.

21 J.-C. Margolin, « Montaigne à Florence », Studi francesi, 76, 1982, p. 12.

22 P. Rebora, « Milton a Firenze », in Il Sei-Settecento, Florence, 1956, p. 249-270.

23 A. robinet, G. W. Leibniz. Iter italicum (mars 1689-mars 1690), La dynamique de la République des Lettres. Nombreux textes inédits, Florence, 1988, p. 193-294.

24 J.-B. Saint-Just, Description géographique de toute l'Europe ; et des curiosités qui se trouvent en chaque province, Lyon, 1682, p. 159-164.

25 Voyage d'Italie (1606), op. cit., p. 71. Cf. aussi Voyage de Provence et d'Italie..., op. cit., p. 55.

26 Voyage de Provence et d'Italie..., ibid., p. 57.

27 G. Imbert, « Gl'Italiani e i Fiorentini del Seicento, giudicati da' francesi », Nuova Antologia, mars 1905, p. 132-135.

28 Voyage d'Italie (1606), op. cit., p. 61.

29 Misson, Nouveau voyage d'Italie, Utrecht, 1722, t. 2, p. 338 (1er éd., 1691) ; Rogissart et Havard, Les Délices de l'Italie, Amsterdam, 1743 (1re éd., 1706), t. 1, p. 243 et 256 ; Addison, Remarques sur divers endroits de l'Italie, in Misson, op. cit., t. 4, p. 269.

30 Caylus, Voyage d'Italie [oct.] 1714-[oct.] 1715, Paris, 1914 (la Toscane est sur la route du retour) ; M. Guyot De Merville, Voyage historique d'Italie, La Haye, 1729, 2 t. (les lettres de Florence sont datées de février-avril 1719) ; Montesquieu, « Voyage de Gratz à La Haye », in Œuvres complètes, Paris, 1949, t. 1, p. 544-874 (voyage en 1728-1729, dont Florence en déc. 1728) ; E. de Silhouette, Voyages de France, d'Espagne, de Portugal et d'Italie, Paris, 1770, t. 2 (voyage d'avril 1729 à février 1730) ; C. de Brosses, Lettres d'Italie, Paris, 1986, 2 t. (voyage en 1739-1740).

31 F. Weil, « Voyages et curiosités politiques avant l'Encyclopédie. Le voyage en Italie de Montesquieu et de Brosses », in Modèles et moyens de la réflexion politique au xviiie siècle, Villeneuve d'Ascq, 1977, t. 1, p. 153-173.

32 F. Tongiorgi, « La Toscana dei viaggiatori : una tappa nel Grand Tour », in L. Tongiorgi Tomasi, A. Tosi, F. Tongiorgi, La Toscana descritta. Incisori e viaggiatori del '700, Pise, 1990,

33 De Brosses, op. cit., t. 1, p. 332.

34 Lalande, Voyage en Italie fait dans les années 1765 & 1766, Venise-Paris, 1769, t. 2, p. 177.

35 - Gorani, Mémoires secrets et critiques des cours, des gouvernemens, et des mœurs des principaux états de l'Italie, Paris, 1793, t. 3, p. 97.

36 De Brosses, op. cit., t. 1, p. 331.

37 Abbé Richard, Description historique et critique de l'Italie ou Nouveaux mémoires sur l'état actuel de son gouvernement, des sciences, des arts, du commerce, de la population et de l'histoire actuelle, Dijon, 1766, t. 3, p. 20. Cette présence du grand-duc, rappelée dans les guides de la fin du xviiie siècle (« où demeure le Grand Duc »), rendit plus difficile la visite du palais Pitti à partir de septembre 1765 (F. Borroni Salvadori, « Artisti e viaggiatori agli Uffizi nel Settecento », Lahyrinthos, 7/8, p. 3-72).

38 De brosses, op. cit., t. 1, p. 355. Et d'ajouter : « En un mot, ce port et toute cette ville doivent avoir coûté des sommes immenses. Je ne m'étonne pas si les Toscans regrettent si fort leurs Médicis ; on trouve à chaque pas des monuments de leur magnificence ; mais, d'avoir fait cette ville comme elle est, depuis la première pierre, c'est sans contredit le plus grand de tous et celui qui pourrait faire honneur aux plus puissants souverains ; aussi c'est un cri général en leur faveur par tout l'État, chose singulière pour une famille qui a ruiné la liberté de ses compatriotes ! » (p. 357).

39 Montesquieu, op. cit., t.1, p. 643.

40 Cf. ici-même la contribution de S. Fettah.

41 Lalande, op. cit., t. 2, p. 165.

42 B. Moloney, op. cit., p. 8-9 ; P. Silvestri, « Teatro, spettacoli e società nella Firenze settecentesca : impressioni di viaggiatori francesi e inglesi », Quaderni di teatro, 7, 1980, p. 243.

43 L. Mascilli Migliorini, « Naissance d'une tradition », in Id., L'Italia dell'Italia. Coscienza e mito della Toscana da Montesquieu a Berenson, Florence, 1995, p. 35-61.

44 Sur le regard « éclairé » de ce dernier voyageur, cf. B. Bilinski, « Francesco Bielinski. Un viaggiatore illuminista polacco tra Firenze e Roma (1788-1789) », in E. Kanceff, R. Lewanski, eds, Viaggiatori polacchi in Italia, Genève-Moncalieri, 1988, p. 216-238. Sur le regard politique de Coyer, Duclos et Dupaty, voir R. Mortier, « Les voyageurs français en Italie et le débat sur les institutions au xviiie siècle », in Modèles et moyens de la réflexion politique..., op. cit., I, p. 117-136.

45 Cf. M. Mirri, « Riflessioni su Toscana e Francia, riforme e Rivoluzione », in 1789 in Toscana. La Rivoluzione francese nel Granducato, dans Annuario dell'Accademia Etrusca di Cortona, XXIV, 1990,p. 117-233.

46 Abbé G.-F. Coyer, Voyage d'Italie, Paris, 1776,2 vol. (voyage en 1763-1764) ; C. Pinot Duclos, Voyage en Italie, ou Considérations sur l'Italie, Paris, 1791 (voyage en 1766-1767). Si ces deux voyages furent accomplis avant que Mirabeau ne lance l'offensive de propagande des physiocrates, celle-ci était déjà largement engagée lors de la parution de leurs récits.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540