Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles

 | 
Jean Boutier
, 
Sandro Landi
, 
Olivier Rouchon

Deuxième partie. Espaces, territoire, ressources

X. Les mutations de l'espace « industriel » : un problème politique (xviie-xixe siècle)

Corine Maitte

Texte intégral

  • 1 P. MALANIMA, « La formazione di una regione economica : la Toscana nei secoli xiii-xv », Società e (...)
  • 2 P. Malanima, « La formazione... », op. cit., p. 231. C. de La Roncière rappelle dans cet ouvrage c (...)
  • 3 P. Malanima, « La formazione... », ibid., p. 268-269.

1Dans un article toujours fondamental, Paolo Malanima analyse la formation concomitante de l'État régional et d'une région économique en Toscane entre xive et xve siècle1. Son hypothèse est que l'établissement de relations de dépendance politique entre des villes et des territoires autrefois autonomes se serait accompagné, à la fin du Moyen Âge, de la constitution d'une véritable économie régionale2. À des économies locales indépendantes, concurrentes et essentiellement tournées vers les marchés extérieurs se serait substituée une économie unifiée, développant des formes de solidarité organique et de division du travail entre les différentes zones. Les limites de cette construction régionale dériveraient « essentiellement de l'écrasante supériorité de la capitale et d'une organisation du territoire orientée vers le soutien et l'accroissement de cette supériorité. Les intentions de la politique économique émanant du gouvernement central tendaient à créer un territoire fonctionnel aux exigences de la capitale ».Mais, conclut-il, « si du xiiie au xve siècle, l'époque fut à la construction unitaire d'une économie sous l'égide florentine, les siècles successifs seraient ceux de la diffusion progressive dans toute la zone des bénéfices dérivant du marché intérieur3 ».

2Il n'est pas dans notre intention ici de discuter du bien-fondé de la relation ainsi strictement établie entre formation de l'État régional et constitution d'une région économique, ni même de la réalité, des limites et des ambiguïtés de cette « économie régionale ». Le but de ce chapitre est plutôt d'essayer de montrer comment les acteurs politiques, au niveau central mais pas seulement, ont pensé les ressources du territoire toscan et comment ils ont mis en œuvre une politique qui tentait d'orienter les développements économiques de la région en fonction de leurs priorités. Ce problème, on le verra, est étroitement lié à la perception des facultés et des dispositions générales de l'espace économique. Il met fondamentalement en jeu les liens établis entre la capitale, les villes soumises, les terre (bourgs) et les campagnes ainsi que les priorités respectivement accordées aux manufactures et à l'agriculture, thèmes qui firent tous l'objet de discussions nombreuses et souvent contradictoires dans la Toscane du xviiie siècle et toujours actuelles au siècle suivant. Nous suivrons ces discussions essentiellement à travers les deux exemples de l'industrie de la laine et de la soie, longtemps prédominantes dans la région. Mais pour comprendre l'enjeu de ces débats, il faut faire rapidement le point sur la politique économique précédemment suivie par les Médicis.

Le primat des manufactures et de la capitale sous les Médicis

  • 4 A. M. Pult Quaglia, « Per provveder ai popoli ». Il sistema annonario nella Toscana dei Medici, Fl (...)

3En prenant le risque de la schématisation, on peut dire que jusqu'au début du xviiie siècle au moins, les caractéristiques de la politique économique restent fondamentalement marquées par le primat accordé aux manufactures, notamment celles de la laine et de la soie, et par la suprématie de Florence. La politique annonaire est alors surtout destinée à favoriser l'afflux des produits agricoles sur le marché florentin4, le système douanier tend à favoriser le flux de biens vers la capitale et à décourager les mouvements contraires, tout comme la politique industrielle vise à soutenir les industries textiles florentines aux dépens de celles éventuellement concurrentes des centres mineurs.

  • 5 S. Tognetti, « Attività industriali e commercio di manufatti nelle città toscane del Tardo Medioev (...)
  • 6 P. Malanima, « Le attività industriali », in F. Braudel, ed., Prato, storia di una città, vol.2 ; (...)

4Dans le cadre de la construction d'une économie régionale, une division hiérarchique du travail s'est en effet mise en place dans les secteurs de la laine et de la soie. Ainsi, à la fin du Moyen Âge, Florence est par excellence le centre lainier, l'une des plus grandes métropoles industrielles de l'Occident. Face à cette suprématie, les autres villes voient disparaître leur propre industrie lainière ou se spécialisent dans des articles de qualité inférieure, non concurrentiels avec les tissus florentins et en général destinés au marché intérieur5. La législation du xvie siècle codifie, stabilise et perpétue cette répartition hiérarchique des rôles qui place au premier plan Florence, avec des produits de haute qualité destinés aux marchés extérieurs, puis Prato, avec des produits de qualité moyenne pour le marché régional et interrégional, enfin les centres « mineurs », avec des produits de qualité grossière pour le marché local6. Règlements de fabrication et tarifs douaniers sont alors les deux principaux instruments de régulation de cette vision organisée et hiérarchique de l'espace productif. C'est en ce sens que l'on peut véritablement parler ici du rôle incitatif et organisateur des règlements.

  • 7 P. Malanima, La decadenza di un'economia cittadina. L'industria di Firenze nei secoli XVI-XVIII, B (...)
  • 8 M. Carmona, « La Toscane face à la crise de l'industrie lainière : techniques et mentalités économ (...)

5La politique de l'innovation répond à des considérations semblables puisque c'est essentiellement pour le bénéfice et le profit des industries lainières de la capitale que le gouvernement grand-ducal cherche, notamment au xviie siècle, à introduire dans l'État de nouveaux produits, de nouvelles techniques, et de nouvelles machines7. Il s'agit alors de revitaliser un secteur lainier profondément en crise dans la capitale mais dont le gouvernement considère pourtant qu'il doit conserver son primat dans la hiérarchie productive régionale. Les règlements et les politiques de l'administration centrale n'accompagnent plus alors la domination économique effective de la capitale8 : ils reflètent la crispation des drapiers florentins sur des privilèges qu'ils défendent d'autant plus vigoureusement qu'ils espèrent conserver grâce à la loi une domination de plus en plus hypothétique ; ils témoignent également de la volonté des élites dirigeantes de ne pas remettre en cause le rôle central de la capitale dans cette industrie autrefois cruciale.

  • 9 P. Malanima, « An Example of Industrial Reconversion : Tuscany in the Sixteenth and Seventeenth Ce (...)

6Le processus est à la fois similaire et différent dans le secteur de la soie. On y retrouve dans les règlements et les tarifs une même vision centralisée et hiérarchique du territoire. À partir de la fin du xvie siècle notamment, tout est fait pour que les ressources régionales soient mises à la disposition de l'industrie de la soie de Florence dont le rôle dominateur est sans partage. Cela va aussi de pair avec l'instauration d'une organisation pyramidale et hiérarchique puisque les politiques grand-ducales assignent à Pise un second rôle spécialisé dans la production de produits de qualité inférieure à ceux de Florence, et par conséquent non compétitifs avec ceux de la capitale. Au fond, Pise est dans la soie le symétrique de Prato dans la laine. Mais, alors que la domination « réelle » de Florence, dès le début du xviie siècle, a fait long feu dans le secteur lainier, elle s'affirme et se renforce dans la soie, objet de la reconversion réussie de l'industrie citadine9.

  • 10 R. Sabbatini, Di bianco lin candida parole : la manifattura della carta in età moderna e il caso t (...)
  • 11 R. Morelli, « Men of Iron : Masters of the Iron Industry in Sixteenth-Century Tuscany », in T. Max (...)
  • 12 Voir ici-même la contribution de S. Fettah.

7Certes, cette organisation territorialement très hiérarchisée est particulièrement affirmée dans les deux secteurs ici privilégiés de la laine et de la soie. Les choses se présentent de façon différente pour des industries qui constituent des ressources importantes, celles du fer, du papier ou du cuir par exemple, mais dont les territoires sont extérieurs à la capitale. Cela ne veut d'ailleurs pas dire que la politique économique ne cherche pas à organiser, et éventuellement à modifier, l'organisation territoriale en fonction de ses objectifs et de ses exigences. Si, en ce qui concerne la fabrication de papier, les mesures gouvernementales eurent surtout pour objectif de seconder et de soutenir la spécialisation dans ce domaine de Colle Val d'Eisa10, dans l'industrie du fer la politique grand-ducale, mise en œuvre à partir de Côme Ier, a provoqué un remodelage des espaces - géographiques et sociaux - de production : « En moins de 30 ans, la zone "ancienne" de l'industrie du fer - la côte sud, la Maremme près de Sienne et le long arc apennin dans la zone de Pistoia - a été modifiée en fonction des besoins de l'intégration territoriale requise par l'aventure industrielle (widespread indus- trial venture) que constituait l'introduction dans le grand-duché de la technologie nouvelle des hauts fourneaux à la bergamasque et à la bresciane11. » Enfin, les Médicis ont créé de toutes pièces le port de Livourne pour servir de débouchés aux produits régionaux et pour créer un entrepôt capable de rivaliser avec les plus grands ports méditerranéens12.

8De ce bref tour d'horizon, on retiendra donc plusieurs choses : l'État grand-ducal a eu le souci, comme cela se passait de façon contemporaine dans de nombreux États européens, de développer une politique économique qui favorise l'indépendance, si ce n'est l'autarcie de la région ; si cette politique visait à développer à la fois l'agriculture et les manufactures, ces dernières étaient néanmoins considérées comme les ressources essentielles qu'il fallait favoriser. Enfin, si l'organisation d'un espace productif diversifié à l'échelle régionale était également un souci important des grands-ducs, Florence était vouée à conserver un rôle prépondérant, spécialement dans les deux secteurs-clé de la laine et de la soie. Tout cela est remis en discussion au xviiie siècle.

  • 13 Pour un panorama d'ensemble des industries toscanes aux xviiie et xixe siècles, L. Dal Pane, Indus (...)

9En effet, les enjeux des nombreux débats — et combats - qui animent les milieux gouvernementaux pendant presque tout le siècle tournent autour d'un certain nombre de grandes questions : quelles sont les ressources majeures de la Toscane ? Se trouvent-elles dans le domaine agricole ou dans le domaine manufacturier ? Quelle politique économique suivre ? Quelle place accorder à la capitale dans la dynamique territoriale régionale ? Ceci à un moment où, justement, les équilibres manufacturiers régionaux connaissent une profonde mutation13.

La Régence (1737-1765) : stimuler l'ensemble du territoire toscan

  • 14 Pour les réformes dans leur ensemble, voir ici-même la contribution d'E. Chapron.
  • 15 D. Preti, « L'arte della lana in Toscana al tempo della Reggenza Lorenese (1737-63) », Studi Stori (...)
  • 16 Dépêche du comte de Richecourt, 1749, cité par D. Preti, op. cit., p. 789.
  • 17 Quarante ans plus tard, G. B., Della legittima libertà del commercio, Florence, 1785, dénoncera en (...)

10Sous la Régence14, si de nombreux problèmes sans doute plus importants mobilisent les énergies de la nouvelle équipe, l'industrie de la laine fait cependant l'objet d'un intérêt renouvelé et les décisions politiques montrent une évolution notable de la perception de l'espace industriel toscan. En effet, le 27 janvier 1739, le conseil de Régence promulgue un « Nouveau Règlement de l’Arte della Lana », pour remédier au déclin du commerce et des arts15. Alors que le gouvernement des Médicis avait choisi de maintenir, voire de renforcer la suprématie légale de Florence dans ce domaine, le nouveau gouvernement de la Régence envisage d'autres solutions. L'espoir reste celui de revivifier l'industrie de la laine, comme l'explique quelques années plus tard le comte de Richecourt, non pour favoriser les exportations, mais pour satisfaire les besoins du marché intérieur16. L'une des solutions proposées par la nouvelle loi est, sinon d'abolir complètement, du moins de réduire considérablement les privilèges industriels dont a continuellement bénéficié la capitale et d'ouvrir son marché aux manufactures des autres villes et bourgs du grand-duché. Cette orientation est alors appréciée par tous ceux qui pensent que Florence a depuis longtemps étouffé les potentialités productrices de la région17. À une vision hiérarchique et pyramidale de l'espace industriel lainier, se substitue ainsi une vision polycentrique et potentiellement plus égalitaire. D'ailleurs, les données de l'enquête préalable commissionnée par le gouvernement de la Régence montrent que les centres lainiers s'étaient en effet déjà multipliés (cf. carte). Mais ils restaient spécialisés dans les articles de basse ou moyenne qualité essentiellement destinés aux marchés locaux et régionaux. Ce que le gouvernement espère alors promouvoir, c'est la diffusion dans ces centres d'une production de qualité supérieure que Florence n'assure plus.

  • 18 Cf. P. Malanima, La decadenza..., op. cit., p. 189-190 ; C. MAITTE, op. cit., chap. I.

11Même si les résultats pratiques de la réforme de 1739 furent modestes18, le sens même de la loi indique cependant que l'industrie est encore considérée comme le principal facteur d'occupation des bras, si ce n'est de richesse, du pays. Cette politique d'inspiration mercantiliste, en grande partie motivée par les problèmes financiers de l'État, obéit encore à l'ancienne certitude de la vocation industrielle de la Toscane. Or cette vision de la Toscane, avant tout industrielle et peu apte à l'agriculture, commence à être remise en cause à la fois par les intellectuels et par les acteurs gouvernementaux en charge de l'élaboration de la politique économique.

D'un territoire à vocation industrielle à un territoire voué à l'agriculture ?

  • 19 Les recherches et les discussions autour de la mezzadria sont trop nombreuses pour être toutes cit (...)
  • 20 G. B. Paolini, op. cit.,p. 240.

12Les rapports entre ressources manufacturières et ressources agricoles ont évolué profondément tout au long de l'époque moderne. Le second xviiie siècle constitue le moment privilégié où la question de leurs relations est de nouveau posée. Pour la bonne compréhension des enjeux, il faut rappeler l'extension tout au long de la période moderne dans la Toscane centrale du contrat de métayage qui a contribué à façonner le paysage agricole et a constitué le moyen d'exploitation privilégié d'un patrimoine foncier largement investi par les capitaux florentins progressivement retirés du commerce et de l'industrie19. Ainsi, alors que les industries citadines sont en crise - ou semblent nettement devancées par leurs concurrentes européennes —, l'agriculture apparaît de plus en plus comme la source de revenus fondamentaux pour une bonne partie du patriciat, florentin en particulier, et toscan en général. D'autant plus qu'au xviiie siècle, le marché international des produits agricoles enregistre une forte expansion, faisant augmenter les prix agricoles alors que la rentabilité du secteur industriel diminue. Désormais, loin de l'ancienne gloire « industrielle » de la Toscane, la vocation agricole de la région est magnifiée par certains intellectuels proches du pouvoir : « Aucun pays ne fut peut-être destiné par la Nature à une culture si multiple et étendue. Oui. La nature a fait de nous une nation agricole. Elle nous a donné un climat tempéré, et un terrain propre à une végétation heureuse et sûre des grands articles d'agriculture20. »

Industrie de la laine dans le grand-duché de toscane, xviie-xviiie siècle

Industrie de la laine dans le grand-duché de toscane, xviie-xviiie siècle

Cartographie : Alexandre Laclau EHESS

  • 21 Notamment dans les Éphémérides du citoyen et la Gazette d'agriculture, commerce, arts et finances. (...)

13C'est le moment où la Toscane fait figure, aux yeux d'une partie de l'élite intellectuelle européenne, de « paradis physiocratique », notamment grâce à la lecture que font le marquis de Mirabeau et ses émules des réformes opérées par l'équipe du nouveau grand-duc. Avec la Suède de Gustave iii et le margraviat de Bade, la Toscane de Pierre-Léopold est en effet constamment proposée par les physiocrates comme modèle d'une politique éclairée suivant les vrais principes de l'ordre naturel tel qu'ils entendent le rétablir21.

  • 22 Governo della Toscana sotto il regno di Sua Maestà il re Leopoldo II, Florence, 1790.
  • 23 Voir la contribution d'E. Chapron.
  • 24 L. Dal Pane, op. cit., i, p. 55-136.
  • 25 G. Sarchiani, Ragionamento sul Commercio Arti e Manifatture della Toscana, Florence, 1781, p. 99.

14Si cette vision est largement le fruit d'une construction opérée par les physiocrates français pour appuyer leurs points de vue, il n'en reste pas moins que le gouvernement de Pierre-Léopold s'interroge de nouveau sur les ressources à privilégier et sur la politique économique à suivre. Le souverain lui-même en témoigne dans le compte rendu de son œuvre : « Les arts et manufactures... semblaient avoir été trop privilégiés par les anciennes lois22. » Le grand-duc insiste sur les effets pervers de cette politique : avilie, l'agriculture a été délaissée, ses productions ont diminué, ses prix augmentés et, paradoxalement, les coûts de production industriels se sont donc alourdis. Même si le but envisagé était juste, les moyens employés étaient erronés. Il entend donc, pour le bien de l'agriculture comme de l'industrie, poser les bases d'une renaissance dont l'élément essentiel doit être le libre commerce des grains23. Cependant, contrairement à ce que veulent croire les physiocrates français, aucun des conseillers de Pierre-Léopold n'est fidèle adepte de la « secte » et, surtout, des avis très différents, voire divergents, se font entendre au sein des réformateurs qui entourent le grand-duc. À partir d'une grande enquête statistique conduite en 1766-1767 sur les activités industrielles du grand-duché, le gouvernement prend pour la première fois la mesure précise du développement manufacturier au-delà de la ville « dominante24 » (cf. carte). Ce qui n'empêchera pas Sarchiani de développer plus tard des arguments appelés à devenir classiques contre l'installation des manufactures aux champs : « On entend proposer presque par tous l'installation des manufactures à la campagne. Il est vrai que la main-d'œuvre doit y coûter moins que dans la ville ; il y a pourtant à craindre qu'en en faisant une loi générale, l'apparence d'une vie moins laborieuse et plus aisée ne convertisse en artisans les hommes nécessaires à la culture des terrains ; conséquence qui serait plus dommageable en Toscane qu'ailleurs à cause des soins majeurs et de la fatigue qu'exigent des terres pas très fertiles comme les nôtres25. »

  • 26 Parmi de nombreux travaux, M. Mirri, La lotta politica in Toscana intorno alle « riforme annonarie(...)
  • 27 Sur ces problèmes, D. Baggiani, « Tecnologia e riforme nella Toscana di Pietro Leopoldo : la tra- (...)
  • 28 F. Diaz, Francesco Maria Gianni dalla burocrazia alla politica sotto Pietro Leopoldo di Toscana, M (...)
  • 29 M. Biffi-Tolomei, Sentimento imparzialeper la Toscana sopra la seta, e la lana tanto come prodotti (...)
  • 30 R. B. Litchfield, « Les investissements commerciaux des patriciens florentins au xviiie siècle », (...)

15Mais la situation toscane ne suscite pas seulement des analyses de ce genre. Le milieu intellectuel et politique est en fait diversifié, comme suffisent à le prouver les discussions parfois animées qu'occasionnent les projets de réforme26. Si la classe dirigeante reconnaît la mutation des temps, elle ne pense pas forcément que les manufactures ne sont qu'un lointain souvenir qu'il convient d'abandonner définitivement à leur décadence. Au contraire, la politique suivie dénote la volonté de les encourager sur de nouvelles bases - la liberté et non plus le privilège -, et en considérant les manufactures comme l'un des éléments possibles de la prospérité de l'État pour lequel il faut surtout recueillir et diffuser, par les traductions, voire les écoles, une information de nature essentiellement technique27. Par ailleurs, certains réformateurs, F. M. Gianni, M. Biffi Tolomei, etc., restent convaincus de la nécessité de continuer à soutenir les manufactures28. Mais, dans la majorité des cas, c'est la manufacture de la soie qui fait l'objet des plus grandes attentions : elle emploie toujours de gros contingents d'ouvriers dans la capitale (12 351 à Florence même selon l'enquête de 1766 contre 900 pour l'industrie de la laine) et contribue encore à l'actif de la « balance commerciale ». La plupart des projets de revitalisation des manufactures visent donc à inciter les propriétaires fonciers à investir leurs capitaux dans les manufactures de soie29. Un effort désormais assez vain, à considérer l'évolution des investissements des nobles florentins, qui ont massivement quitté l'industrie à partir des années 174030.

Vers l'uniformisation juridique de l'espace industriel

  • 31 Je me permets de renvoyer à mon article « Le réformisme éclairé et les corporations : l'abolition (...)
  • 32 Édit publié par L. Dal Pane, Il tramonto delle corporazioni in Italia (secoli xviii e xix), Milan, (...)
  • 33 B. Sordi, L'amministrazione illuminata. Riforma delle comunità e progetti di costituzione nella To (...)
  • 34 Édit publié par R. Ristori, La camera di commercio e la borsa di Firenze, Florence, 1963, p. 135- (...)
  • 35 D. Baggiani, La fortuna delle camere di commercio. Politica degli interessi fra vecchio e nuovo re (...)
  • 36 B. Sordi, op. cit., p. 71.

16La réforme des corporations de la capitale et de l'État constitue l'une des mesures les plus importantes du point de vue de la politique économique du gouvernement de Pierre-Léopold. Elle implique notamment une modification de la conception du territoire économique31. Dans le compte rendu de son œuvre, le souverain se présente en effet en prince éclairé qui a rendu la liberté à ses sujets et leur a restitué la possibilité de choisir librement leur métier : le 3 février 1770, un édit supprime « tous les matricules, taxes, empêchements prescrits anciennement sur qui voulait exercer des Arts » à Florence. Seule subsiste l'obligation de se faire enregistrer comme artisans, mais cette inscription, pour laquelle un droit fort modeste est perçu, est désormais automatique32. Ainsi la Toscane remet en cause avant la France de Turgot tout l'édifice corporatif. Cette réorganisation du monde du travail fait partie, au même titre que la réforme des communautés, d'un « projet plus complexe de dépassement de l'État paternaliste en mesure de prendre en compte en même temps la liberté communautaire, la liberté des grains, la liberté des ouvriers (artefici)33 ». Mais l'édit de février 1770 ne signifie pas l'abolition immédiate des corporations et de leurs règlements : seules les matricules et un certain nombre de taxes des principales corporations florentines sont abolies34. Une « Chambre de commerce et d'arts », créée le 1er février 1770, est chargée de juger les affaires commerciales et d'administrer les patrimoines des corporations « réunies » dont les offices et les magistratures sont abolis. Ses membres, nommés par le souverain parmi ses plus proches conseillers, doivent proposer les modifications à apporter aux règlements35. Cette réforme est une façon de substituer au primat du contentieux, de la collégialité et du recrutement citadin, celui de l'économique, de la monocratie, du recrutement professionnel36 ; une façon également de réaffirmer le rôle des institutions centrales de l'État dans le domaine économique. La réforme des règlements des Arts de la laine et de la soie permet bien de saisir l'évolution de la conception de l'espace industriel qui se produit alors et qui suscite d'ailleurs de vives discussions entre les « réformateurs ».

  • 37 Texte complet in L. Dal Pane, Il tramonto..., op. cit., p. 210-215.

17En ce qui concerne l'Art de la laine, les mesures sont relativement rapides et ne suscitent pas de discussions majeures, signe de l'importance désormais faible de cette industrie dans la capitale. Un Motu Proprio du 18 décembre 1775 abolit presque toutes les anciennes prescriptions de la corporation florentine37. Les drapiers du grand-duché sont dorénavant libres de regrouper leurs activités, de faire des draps de toutes largeurs, longueurs, nombre de fils de chaîne qu'ils désirent, d'y employer les laines et les produits chimiques de leur choix, de payer aux ouvriers les salaires qu'ils réussissent à leur imposer. Entre le « parti réglementaire » et les défenseurs de la liberté totale de fabrication, ces derniers ont remporté la bataille. Ces mesures, initialement limitées au territoire de juridiction de la corporation florentine, sont ensuite graduellement étendues aux villes de province qui conservaient des corporations - en 1773 pour Pise, en 1775 pour Prato, en 1776 pour Arezzo, puis à Sienne à une date incertaine -, parfois contre leur volonté : la loi crée donc un espace totalement unifié et légalement non hiérarchisé dans lequel des nouvelles formes de division du travail se mettent en place.

18Deux remarques doivent cependant être faites : d'une part, la réalité de cette déréglementation est générale dans le contado depuis longtemps, et officiellement depuis 1739. D'autre part, les nouvelles dispositions ne sont pas sans ambiguïté puisque, par exemple, la marque de finition est maintenue pour des raisons d'ordre statistique, « afin d'avoir des informations de la quantité de ces draps ».

  • 38 Bref rappel dans F. Battistini, Gelsi, bozzoli e caldaie. L'industria della seta in Toscana tra ci (...)
  • 39 Indication sommaire des réglemens et loix de son altesse royale l'archiduc Léopold grand duc de To (...)
  • 40 L. Dal Pane, Il tramonto..., op. cit., p. 218-220.

19Les mesures concernant l'Art de la soie sont beaucoup plus graduelles et beaucoup moins consensuelles38. Elles témoignent de la difficulté de remettre radicalement en cause la vision d'un territoire industriel toujours légalement - et réellement — dominé par Florence. Ainsi, dès mai 1770, un décret supprime l'Office de l'Art de la soie, « ainsi que toutes les taxes... et toute obligation de Maîtrise pour les artistes, qui seront tenus seulement de faire inscrire leur nom39 ». Mais les règlements de fabrication et les privilèges de Florence restent pour l'heure inchangés. Il faut attendre 1776 pour que soit aboli l'accès privilégié des manufacturiers de Florence et de Pise à la matière première - la loi de 1655 interdisait de vendre les cocons de soie ailleurs que dans la ville de Florence -, et 1778 pour que la loi de 1580 réservant à Florence et Pise la fabrication de tout drap ou toile de soie et de tout filaticcio, soit remise en cause. Quant aux règlements, ils sont réformés en 1779 — abolition de l'obligation de demander une licence pour la fabrication des draps de soie, liberté d'exercer la profession de Setaiolo grosso accordée à quiconque sans avoir à justifier d'un capital minimum -, et surtout en mars 178040. Ce n'est donc qu'à partir de cette date, comme le précise l'Édit, que les fabricants sont libérés de l'obligation de faire marquer leurs draps ; de même, est alors abolie l'obligation de faire peser les toiles de soie et la taxe qui y est liée ; surtout, les tarifs des manufactures sont également supprimés, afin « qu'il soit de la liberté tant des fabricants que des manufacturiers de convenir à chaque fois du prix des travaux » : le règne du libre contrat de travail individuel commence officiellement.

  • 41 P. Vichi, « Per un'analisi della viabilità toscana in età lorenese (xviii secolo) », in La Toscana (...)
  • 42 Cf. notamment celles de Prato et de Sienne citées par L. Dal Pane, Industria e commercio..., op. c (...)

20Ainsi, difficilement pour le secteur de la soie, rapidement pour la laine, les hiérarchies territoriales légalement instaurées depuis le xvie siècle au moins disparaissent. Cela va de pair avec une politique de développement routier qui a pour but de favoriser les circulations que la réforme douanière doit également faciliter41. Cette réforme fondamentale est en effet menée à bien en 1781, suivant le principe d'unification territoriale et de libéralisation des échanges, une revendication chère aux propriétaires fonciers et également présente dans un certain nombre de réponses à l'enquête industrielle de 176642. La victoire des principes libres-échangistes favorables aux intérêts des grands propriétaires fonciers permet également d'imposer la libre exportation des matières premières industrielles. La victoire est néanmoins de courte durée puisque la mesure est abolie en 1788. Cette abolition témoigne des oppositions et des interprétations divergentes entre réformateurs sur les orientations à suivre et sur le sort à réserver, en particulier, à la politique de protection des manufactures.

  • 43 P. Malanima, La decadenza..., op. cit., p. 196-197.
  • 44 On notera à ce propos qu'en 1788, un motu proprio très favorable aux propriétaires fonciers abolit (...)

21« Doit-on en conclure que les oppositions entre les deux groupes se résolvent par un compromis et une sorte de parité », se demandait Paolo Malanima ? Il lui « semblait plus réaliste d'affirmer que le "parti" de la propriété foncière avait gagné en réussissant à modifier l'ancrage "industrialiste" de la politique économique toscane : l'interdiction d'exportation des produits agricoles en même temps que les règlements tendant à faire affluer la production de la campagne vers la ville43 ». Ainsi, même avec des contradictions et des revirements, la politique économique toscane opère malgré tout une évolution importante et de longue durée en faveur de la mise en valeur des ressources agricoles de la région44.

« Manufacture comme agriculture ? » L'espace industriel méconnu de la Restauration

22Sous le gouvernement restauré de Ferdinand III et de Léopold II, la Toscane a renforcé sa tradition agricole, qui constitue désormais l'axe principal de la politique économique, la référence sociale de base, le terreau principal de la prospérité régionale. L'État ne se donne d'ailleurs plus vraiment les moyens de connaître le mouvement des manufactures : jusqu'à 1850, date d'une grande enquête statistique promue et mise en œuvre par F. Corridi, seules les informations contenues dans les rapports des vicaires indiquent brièvement les évolutions en cours ; rien de comparable aux grandes enquêtes léopoldines et napoléoniennes, d'autant que ces informations ponctuelles et localisées ne sont jamais coordonnées dans leurs exigences et jamais synthétisées dans leurs résultats. Du point de vue de la « statistique industrielle », l'administration toscane du premier xixe siècle apparaît donc nettement en retrait par rapport aux tentatives du xviiie siècle et, bien entendu, à celles de la période française. Cette ignorance en dit long sur le désintérêt de l'État pour ces activités.

  • 45 Cf. G. Mariotti, L'Arte della paglia in Toscana, Florence, 1858 ; A. Pescarolo, G. B. Ravenni, Il (...)
  • 46 C'est ce qu'explique F. Tartini Salvatici à ses collègues en 1831 : « Riflessione sull'attuale sit (...)
  • 47 Cf. A. Dewerpe, L'industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du nord. (1 (...)
  • 48 Les intellectuels de la Restauration ont en général les mêmes craintes que leurs prédécesseurs léo (...)
  • 49 L. Dei Ricci, « Cenni sugli effetu dell'esportazione délia paglia da cappelli », CAAG, XII, 1834.
  • 50 F. Tartini Salvatici, op. cit., p. 63. Mêmes remarques de Giovanni Fabbroni sur les industries min (...)
  • 51 A. Riparbelli, op. cit., notamment p. 188 sq.

23Le milieu intellectuel, fidèle à son orientation agrarienne d'ensemble, fait alors de même. L'académie des Georgofili, créée à Florence en 1753, poursuit son activité divulgatrice en faveur des nouveautés agricoles, et les thèmes chers aux agrariens dominent ses réflexions. Ses membres discutent cependant du développement de certaines industries rurales : la fabrication des fameux chapeaux de paille se répand alors très rapidement et peut difficilement passer inaperçue des analystes contemporains45. Les communications savantes se multiplient à son sujet. Le caractère rural et déconcentré de cette manufacture y est souvent présenté comme une organisation idéale, permettant à la fois d'éviter les grandes concentrations ouvrières et d'amortir le choc des crises46. Cette position, qui était déjà celle du Conseil Général de Département en 1813, identifie dans l'industrie dispersée à la campagne une alternative socialement bénéfique à l'industrie concentrée47. Encore faut-il que cette activité reste limitée et ne détourne pas des bras précieux pour l'activité agricole48. Le maintien du cap libre-échangiste est le principal souci de ces intellectuels qui invitent à se défier des entrepreneurs49 et incitent à éviter à tout prix l'intervention de l'État dans le domaine industriel50. Cet axiome dicte largement l'action gouvernementale, y compris d'ailleurs dans le domaine des mines puisque, malgré des initiatives prises sous la Restauration, le motu proprio du 13 mai 1788 abolissant le principe de la regalia dans les concessions minières ne fut finalement pas réformé, pour le plus grand intérêt des propriétaires fonciers51.

  • 52 G. Bowring, Statistica della Toscana, di Lucca, degli Stati Pontefici e Lombardo-veneti, Londres, (...)

24Pourtant tout n'est pas aussi simple : les années 1830 voient, assez timidement et au départ sous l'impulsion de particuliers, renaître la volonté de connaître de façon plus détaillée les activités industrielles. Si elle ne rejoint pas encore les sphères étatiques, la statistique, désormais fort en vogue en Europe, devient une forme prisée d'exposition des connaissances. Devant la carence de l'État, des particuliers entreprennent de recueillir et de publier les informations : un anglais, E. Bowring, est significativement le premier à faire paraître son ouvrage, bientôt suivi de E. Repetti et de L. Serristori52.

25Sans doute stimulé par ces initiatives, l'État recommence alors à montrer un certain intérêt pour les activités de transformation, comme en témoigne la décision d'instaurer une « Exposition Toscane d'Arts et manufactures » prise en 1839. La Toscane suit ainsi le grand mouvement européen qui voit se multiplier dans de nombreux pays ces initiatives qui culminent, on le sait, lors des expositions universelles de Paris et de Londres. Destinées à se répéter tous les trois ans, les expositions toscanes ont pour ambition d'être une vitrine de l'industrie régionale, de montrer ce qui se produit de mieux et de plus innovateur dans le Grand Duché.

  • 53 A. Giuntini, « Le comunicazioni stradali e ferroviarie », in F. Braudel, ed., Prato, Storia di una (...)
  • 54 Les entrepreneurs des industries papetières de Pescia par exemple, demandent en 1850 l'interdictio (...)
  • 55 Cf. D. Barsanti, « Le ferrovie nella Toscana lorenese : considerazioni a margine di un annoso diba (...)

26Le choix des exposants est cependant significatif de certaines ambiguïtés : alors que du point de vue des statistiques privées, les manufactures textiles de Prato dominent nettement le panorama productif régional — E. Bowring qualifie Prato de « Manchester toscane », selon un stéréotype désormais en vogue en Europe -, elles ne comparaissent cependant que de façon tout à fait marginale dans ces expositions. Ce décalage témoigne bien du relatif désintérêt des organisateurs florentins vis-à-vis de la forme déconcentrée du tissu manufacturier de Prato et des productions de qualité relativement courante qu'elle fabrique. Plus dignes d'intérêt leur semblent être les tentatives de concentration et de mécanisation entreprises ailleurs : ainsi, alors qu'idéologiquement le modèle est refusé, les références n'en sont pas moins les grosses industries concentrées du Nord, italien et européen, qui ont désormais acquis valeur de modèle en matière d'industrie lainière et servent de terme de comparaison. L'absence de Prato est également significative de la faiblesse persistante des relations entre la plupart des entrepreneurs manufacturiers régionaux et les milieux intellectuels et dirigeants de la capitale. Cette relative marginalité explique les nombreuses divergences qui existent entre attentes des entrepreneurs et politique étatique, notamment en matière de politique douanière ou d'équipement ferroviaire53 : incapables de constituer un groupe de pression efficace, les entrepreneurs de Prato, comme ceux d'autres réalités locales de la région54, ne peuvent rien contre la politique libre-échangiste de l'État toscan et, en l'occurrence, ne réussissent pas non plus à imposer la réalisation d'une ligne de chemin de fer passant par la ville55.

  • 56 Cf. par exemple G. Mori, « Un'infanzia durata 150 anni. Formazione dell'industria italiana dagli e (...)
  • 57 G. Mori, « Industrie senza industrializzazione. La penisola italiana dalla fine della dominazione (...)
  • 58 G. Mori, « Dall'unità alla guerra : aggregazione e disaggragazione di un'area regionale », in Id., (...)
  • 59 C. Torti, « Precondizioni possibili del "modello di sviluppo" toscano », Società e Storia, XI, 198 (...)

27Cet exemple témoigne du décalage de plus en plus grand existant entre les ressources manufacturières variées de la région et la politique étatique. Dans l'ensemble, le gouvernement toscan se désintéresse donc largement des réalités, et des potentialités, industrielles de son territoire. Mais celles- ci existaient-elles encore ? Un important débat historiographique s'est développé à ce sujet, notamment autour des travaux de Giorgio Mori56 : évoquant l'ensemble de la péninsule, celui-ci a en effet constamment développé le thème « d'industries sans industrialisation57 » ; dans sa synthèse consacrée à la Toscane58, il a dressé le portrait d'une réalité d'abord et avant tout agricole, dominée par des nobles campagnards oisifs et un pacte métayer écrasant, impliquant une staticité des techniques de culture et de la propriété, un équipement industriel très limité, caractérisé par la forte présence du travail à domicile. De nombreux travaux plus récents ont au contraire insisté sur les capacités d'évolution interne de la mezzadria, sur les liens parfois importants qu'elle entretenait avec les marchés, sur la vivacité d'un tissu artisanal, manufacturier et commercial dans de nombreuses aires de la Toscane, ce qui rend moins surprenant le « modèle de développement » toscan successif59. Mais cette vitalité se manifeste dans l'ensemble hors de, voire malgré, l'action de l'État, toujours principalement attentif aux intérêts agricoles. D'ailleurs, la position des hommes d'État toscans au sein des nouvelles institutions de l'État national unifié est tout à fait révélatrice de ces prises de position : s'il y eut tournant « industrialiste » et protectionniste après l'Unité du pays, ce fut bien contre eux qu'il se fit. La fin de la domination réelle et légale de Florence capitale industrielle signifia donc apparemment la mise en place d'une politique territorialement égalitaire en matière de manufactures ; beaucoup plus prosaïquement, elle signifia le désinvestissement d'un État toujours largement dominé par les intérêts florentins, désormais essentiellement tournés vers les ressources agricoles, vis-à-vis des problèmes industriels.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Biagioli, Giuliana, « Le métayage en Italie centrale : un système agraire à l'épreuve de l'histoire et de l'historiographie », Bulletin du Centre Économique et Social de la Région Lyonnaise, 3, 1990, p. 7-35.

Dal Pane, Luigi, Industria e commercio nel Granducato di Toscana nell'età del Risorgimento, vol. I : Il Settecento-, vol. II : L'Ottocento, Bologne, Patron, 1973.

Maitte Corine, La trame incertaine. Le monde textile de Prato, xviiie-xixe siècles, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.

Malanima, Paolo, La decadenza di un'economia cittadina. L'industria di Firenze nei secoli xvi-xviii, Bologne, Il Mulino, 1982.

Malanima, Paolo, « An Example of Industrial Reconversion : Tuscany in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », in H. Van der Wee, ed., The Rise and Decline of Urban Industries in Italy and in the Low Countries (Late Middle Ages-Early Modern Times), Louvain, Leuven University Press, 1988, p. 63-74.

Mirri, Mario, La lotta politica in Toscana intorno alle « riforme annonarie », Pise, Pacini, 1972.

Mirri, Mario, « Contadini e proprietari nella Toscana moderna », in Contadini e proprietari nella Toscana moderna. Atti del Convegno di studi in onore di Giorgio Giorgetti, Florence, Olschki, I, 1979, p. 9-127.

Mirri, Mario, « La fisiocrazia in Toscana : un tema da riprendere », in Studi medievali e moderni per E. Sestan, Florence, Olschki, 1980, ii, p. 703-60.

Mori, Giorgio, ed., La Toscana, Storia d'Italia. Le regioni dall'Unità a oggi, Turin, Einaudi, 1986.

Notes

1 P. MALANIMA, « La formazione di una regione economica : la Toscana nei secoli xiii-xv », Società e Storia, vi, 1983, p. 231-269 ; voir également Id., « Politica ed economia nella formazione dello stato regionale : il caso toscano », Studi Veneziani, n. s., XI, 1986, p. 61-72. Voir également M. MIRRI, « Formazione di una regione economica. Ipotesi sulla Toscana, sul Veneto, sulla Lombardia », Studi Veneziani, n. s., XI, 1986, p. 47-59 ; pour une discussion récente, P. LANARO, I mercati nella Repubblica Veneta. Economie cittadine e stato territoriale (secoli xv-xviii), Venise, 1999, notamment p. 15-30, et la contribution ici-même de C. de la Ronciere.

2 P. Malanima, « La formazione... », op. cit., p. 231. C. de La Roncière rappelle dans cet ouvrage comment, en 1426, on fait l'inventaire « des industries du Domaine pour aider les spécialisations régionales ».

3 P. Malanima, « La formazione... », ibid., p. 268-269.

4 A. M. Pult Quaglia, « Per provveder ai popoli ». Il sistema annonario nella Toscana dei Medici, Florence, 1990.

5 S. Tognetti, « Attività industriali e commercio di manufatti nelle città toscane del Tardo Medioevo (1250 ca-1530 ca) », Archivio storico italiano, CLIX, 2001, p. 423-479.

6 P. Malanima, « Le attività industriali », in F. Braudel, ed., Prato, storia di una città, vol.2 ; E. Fasano Guarini, ed., Un microcosmo in movimento (dal 1494 al 1815), Florence-Prato, 1986, notamment p. 217 sq.

7 P. Malanima, La decadenza di un'economia cittadina. L'industria di Firenze nei secoli XVI-XVIII, Bologne, 1982, p. 239-42 ; C. Maitte, La trame incertaine. Le monde textile de Prato, xviiie- xixe siècles, Villeneuve d'Ascq, 2001, p. 235 et « Le virtù del "bricolage" : imprenditori e innovazione a Prato tra '700 e '800 », Società e Storia, XIX, 1996, p. 553-595.

8 M. Carmona, « La Toscane face à la crise de l'industrie lainière : techniques et mentalités économiques aux xvie et xviie siècles », in M. Spalianzani, éd., Produzione commercio e consumo dei panni lana (nei secoli xii-xviii), Atti della seconda Settimana di studi dell 'Istituto Internazionale di Storia eco- nomica F. Datini, Florence, 1976, p. 151-168.

9 P. Malanima, « An Example of Industrial Reconversion : Tuscany in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », in H. Van der Wee, ed., The Rise and Decline of Urban Industries in Italy and in the Low Countries (Late Middle Ages-Early Modem Times), Louvain, 1988, p. 63-74 ; voir également J.-C. Waquet, « Quelques considérations sur l'industrie et le commerce de la soie à Florence aux xviie et xviiie siècles », in S. Cavaciocchi, ed., La seta in Europa, sec. xiii-xviii, Atti della venti- quattresima settimana di studi dell'Istituto Intemazionale di Storia economica F. Datini, Florence, 1993, p. 761-770.

10 R. Sabbatini, Di bianco lin candida parole : la manifattura della carta in età moderna e il caso toscano, Milan, 1990.

11 R. Morelli, « Men of Iron : Masters of the Iron Industry in Sixteenth-Century Tuscany », in T. Max Safley, L. N. Rosenband, eds, The Workplace before the Factory. Artisans and Proletarians 1500-1800, Ithaca-Londres, 1993, p. 146-164 ; A. Riparbelli, « I Lorena e la politica mineraria in Toscana », in Z. Ciuffoletti, L. Rombai, eds, La Toscana dei Lorena. Riforme, territorio, società, Florence, 1989, p. 99-122 ; G. Mori, L'industria del ferro in Toscana dalla Restaurazione alla fine del Granducato (1815-1859), Turin, 1966.

12 Voir ici-même la contribution de S. Fettah.

13 Pour un panorama d'ensemble des industries toscanes aux xviiie et xixe siècles, L. Dal Pane, Industria e commercio nel Granducato di Toscana nell'età del Risorgimento, I, Il Settecento-, II, L'Ottocento, Bologne, 1971.

14 Pour les réformes dans leur ensemble, voir ici-même la contribution d'E. Chapron.

15 D. Preti, « L'arte della lana in Toscana al tempo della Reggenza Lorenese (1737-63) », Studi Storici, 1971, p. 784-790.

16 Dépêche du comte de Richecourt, 1749, cité par D. Preti, op. cit., p. 789.

17 Quarante ans plus tard, G. B., Della legittima libertà del commercio, Florence, 1785, dénoncera encore de façon véhémente la soif de suprématie de Florence, laquelle, à peine devenue capitale, « engloutit en son sein toutes les richesses des villes conquises » ; aussi salue-t-il la loi de 1739 qui, « étendant la manufacture des draps fins à tout l'État et enlevant l'odieux monopole de la capitale, fut l'artifice de la renaissance de l'Art ». Un point de vue partagé par de nombreux contemporains, et par un certain nombre d'historiens et d'érudits locaux comme E. Bruzzi, L'arte della lana in Prato, Prato, 1920.

18 Cf. P. Malanima, La decadenza..., op. cit., p. 189-190 ; C. MAITTE, op. cit., chap. I.

19 Les recherches et les discussions autour de la mezzadria sont trop nombreuses pour être toutes citées. Voir G. Giorgetti, Capitalismo e agricoltura in Italia, Rome, 1977 ; M. Mirri, « Contadini e proprietari nella Toscana moderna », in Contadini e proprietari nella Toscana moderna, Atti del Convegno di studi in onore di Giorgio Giorgetti, Florence, 1979, I, p. 9-127 ; G. Biagioli, « Le métayage en Italie centrale : un système agraire à l'épreuve de l'histoire et de l'historiographie », Bulletin du Centre Économique et Sociale de la Région Lyonnaise, 3, 1990, p. 7-35.

20 G. B. Paolini, op. cit.,p. 240.

21 Notamment dans les Éphémérides du citoyen et la Gazette d'agriculture, commerce, arts et finances. Sur ce thème, voir notamment, M. Mirri, « Per una ricerca sui rapporti fra "economisti" e rifor- matori toscani, l'abate Niccoli a Parigi », Annali dell'Istituto Giangiacomo Feltrinelli, ii, 1959, p. 55- 120, et « La fisiocrazia in Toscana : un tema da riprendere », in Studi medievali e moderni per Ernesto Sestan, II, Florence, p. 703-760 ; V. BECAGLI, « Il "Salomon du Midi" e "l'Ami des Hommes". Le riforme leopoldine in alcune lettere di Mirabeau », Ricerche Storiche, VII, 1977, p. 148-149 ; E. Cocharne, « Le riforme leopoldine in Toscana nella corrispondenza degli inviati francesi (1766- 1791) », Rassegna storica del Risorgimento, 1958, p. 199-218 ; voir aussi A. Alimento, « La réception des idées physiocratiques à travers les traductions : le cas toscan et vénitien », in B. Delmas, T. Demals, P. Steiner, eds, La diffusion internationale de la physiocratie (xviiie-xixe siècles), Grenoble, 1995, p. 297-313. Sur la naissance du mythe de Pierre-Léopold en Toscane : C. Mangio « Rivoluzione e riformismo a confronto : la nascita del mito leopoldino in Toscana », Studi Storici, XXX, 1989, p. 947-967.

22 Governo della Toscana sotto il regno di Sua Maestà il re Leopoldo II, Florence, 1790.

23 Voir la contribution d'E. Chapron.

24 L. Dal Pane, op. cit., i, p. 55-136.

25 G. Sarchiani, Ragionamento sul Commercio Arti e Manifatture della Toscana, Florence, 1781, p. 99.

26 Parmi de nombreux travaux, M. Mirri, La lotta politica in Toscana intorno alle « riforme annonarie », Pise, 1972.

27 Sur ces problèmes, D. Baggiani, « Tecnologia e riforme nella Toscana di Pietro Leopoldo : la tra- duzione del The Advancement of Arts, Manufactures and Commerce di W. Bailey », Rivista storica italiana, CV, 1993, p. 515-554 ; R. Pasta, Scienza politica e rivoluzione. L'opera di Giovanni Fabbroni (1752-1822) intellettuale e funzionario al servizio dei Lorena, Firenze, Olschki, 1989, notamment p. 52, p. 165 sq.

28 F. Diaz, Francesco Maria Gianni dalla burocrazia alla politica sotto Pietro Leopoldo di Toscana, Milan-Naples, 1966 ; V. Becagli, « Un proprietario toscano tra libertà e vincoli. Matteo Biffi Tolomei, il Confronto, le Riflessioni », Studi e Ricerche, II, 1983, p. 323-429.

29 M. Biffi-Tolomei, Sentimento imparzialeper la Toscana sopra la seta, e la lana tanto come prodotti che come manifatture, Florence, 1792.

30 R. B. Litchfield, « Les investissements commerciaux des patriciens florentins au xviiie siècle », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, XXIV, 1969, p. 685-721.

31 Je me permets de renvoyer à mon article « Le réformisme éclairé et les corporations : l'abolition des Arts en Toscane », Revue d'Histoire moderne et contemporaine, XLIX, 2002, p. 56-88. Il est évident que l'on aurait pu également insister sur la réforme de la politique douanière et notamment sur la volonté d'unifier de ce point de vue l'espace toscan ; cf. V. Becagli, Un unico territorio gabellabile. La riforma doganale leopoldina. Il dibattito politico 1767-1781, Florence, 1983.

32 Édit publié par L. Dal Pane, Il tramonto delle corporazioni in Italia (secoli xviii e xix), Milan, 1940, p. 203-210.

33 B. Sordi, L'amministrazione illuminata. Riforma delle comunità e progetti di costituzione nella Toscana Leopoldina, Milan, 1991, p. 10.

34 Édit publié par R. Ristori, La camera di commercio e la borsa di Firenze, Florence, 1963, p. 135- 138.

35 D. Baggiani, La fortuna delle camere di commercio. Politica degli interessi fra vecchio e nuovo regime, thèse de doctorat, Institut Universitaire Européen, Florence, ms., 1997 ; « Progresso tecnico e azione politica nella Toscana leopoldina : la camera di commercio di Firenze (1768-1782) », in G. Barsanti, V. Becagli, R. Pasta, eds, La politica della scienza. Toscana e stati italiani nel tardo Settecento, Florence, 1996, p. 67-99.

36 B. Sordi, op. cit., p. 71.

37 Texte complet in L. Dal Pane, Il tramonto..., op. cit., p. 210-215.

38 Bref rappel dans F. Battistini, Gelsi, bozzoli e caldaie. L'industria della seta in Toscana tra città, borghi e campagne (sec. xvi-xviiI), Florence, 1998, p. 78 sq. Le provveditore de l'Art de la soie, F. M. Gianni, s'était en effet fortement opposé à l'idée d'une remise en cause des privilèges de la capitale dans sa réponse, datée d'août 1767, aux questions de l'enquête de 1766 ; au contraire, le provveditore de l'Art de la laine, Filippo Neri, avait suggéré les réformes à faire. Tous deux font partie de l'équipe des « réformateurs ».

39 Indication sommaire des réglemens et loix de son altesse royale l'archiduc Léopold grand duc de Toscane, par ordre chronologique, depuis 1665 jusqu'à la fin de l'année 1778 avec des notes, Bruxelles, 1779, p. 77-78.

40 L. Dal Pane, Il tramonto..., op. cit., p. 218-220.

41 P. Vichi, « Per un'analisi della viabilità toscana in età lorenese (xviii secolo) », in La Toscana dei Lorena..., op. cit., p. 455-75 ; P. Bellucci, « La politica lorenese della viabilità : i valichi stradali transappenninici », in ibid., p. 477-90 ; V. Becagli, Un unico territorio..., op. cit.

42 Cf. notamment celles de Prato et de Sienne citées par L. Dal Pane, Industria e commercio..., op. cit., I, p. 109.

43 P. Malanima, La decadenza..., op. cit., p. 196-197.

44 On notera à ce propos qu'en 1788, un motu proprio très favorable aux propriétaires fonciers abolit dans le domaine minier le principe de la regalia pour la concession du sous-sol, établissant ainsi l'unité de propriété entre sous-sol et superficie, cf. A. Riparbelli, op. cit., p. 109 et S. Vitali « Stato, proprietà fondiaria e industria mineraria in Toscana nella prima metà dell'Ottocento », in La Toscana dei Lorena..., op. cit., p. 137-167.

45 Cf. G. Mariotti, L'Arte della paglia in Toscana, Florence, 1858 ; A. Pescarolo, G. B. Ravenni, Il proletariato invisibile. La manifattura della paglia nella Toscana mezzadrile, Milan, 1991.

46 C'est ce qu'explique F. Tartini Salvatici à ses collègues en 1831 : « Riflessione sull'attuale situa- zione della manifattura dei cappelli di paglia in Toscana », Continuazione degli Atti dell'Accademia dei Georgofili (désormais CAAG), IX, 1831, p. 58.

47 Cf. A. Dewerpe, L'industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du nord. (1800- 1880), Rome, 1985, qui envisage, p. 289 sq., la façon dont la proto-industrie a été un modèle consciemment développé comme alternative à l'industrie concentrée par de nombreux penseurs, administrateurs et « industriels » du xixe siècle italien.

48 Les intellectuels de la Restauration ont en général les mêmes craintes que leurs prédécesseurs léo- poldins. Par exemple, F. Tartini Salvatici exprime la même crainte qu'autrefois Sarchiani, « qu'une telle manufacture n'enlève des bras à la culture des terres » : « Dei progressi delle Scienze, Arti e Manifatture in Toscana, 1817-18 », CAAG, 1819.

49 L. Dei Ricci, « Cenni sugli effetu dell'esportazione délia paglia da cappelli », CAAG, XII, 1834.

50 F. Tartini Salvatici, op. cit., p. 63. Mêmes remarques de Giovanni Fabbroni sur les industries minières : « Notre pays n'est pas adapté pour des entreprises grandioses de ce genre ; il n'y a pas d'argent oisif dans les caisses quand, avec beaucoup d'utilité publique, on l'emploie dans la mine inépuisable du Grain et de l'Huile et de tout autre produit de la terre », cité par A. Riparbelli, op. cit., p. 110. Sur Fabbroni, R. PASTA, op. cit.

51 A. Riparbelli, op. cit., notamment p. 188 sq.

52 G. Bowring, Statistica della Toscana, di Lucca, degli Stati Pontefici e Lombardo-veneti, Londres, 1838 ; E. Repetti, Dizionario geografico fisico storico della Toscana, Florence, 1833-1843, 6 vol. ; L. Serristori, Statistica dell'Italia, Florence, 1842.

53 A. Giuntini, « Le comunicazioni stradali e ferroviarie », in F. Braudel, ed., Prato, Storia di una città, vol. 3 ; G. Mori, ed., Il tempo dell'industria (dal 1815 al 1943), Florence-Prato, 1989, p. 539- 588.

54 Les entrepreneurs des industries papetières de Pescia par exemple, demandent en 1850 l'interdiction d'exportadon des chiffons qui constituent leur matière première ; leur requête est jugée par le gouvernement « totalement extravagante » ; cf. R. Sabbatini, op. cit., p. 366-367.

55 Cf. D. Barsanti, « Le ferrovie nella Toscana lorenese : considerazioni a margine di un annoso dibattito storiografico », in Z. Ciuffoletti, L. Rombai, eds, La Toscana dei Lorena..., op. cit., p. 491-514 ; A. Giuntini, Leopoldo e il treno. Le ferrovie nel Granducato di Toscana, 1824-1861, Naples, 1991.

56 Cf. par exemple G. Mori, « Un'infanzia durata 150 anni. Formazione dell'industria italiana dagli esordi alla fine del secolo xix », Passato e Presente,1, 1982, p. 91-114.

57 G. Mori, « Industrie senza industrializzazione. La penisola italiana dalla fine della dominazione francese all'Unità nazionale (1815-1861) », in Les tentatives d'industrialisation précoce de la périphérie (1800-1870), Genève, 1989.

58 G. Mori, « Dall'unità alla guerra : aggregazione e disaggragazione di un'area regionale », in Id., ed., La Toscana, Turin, 1986, p. 1-342.

59 C. Torti, « Precondizioni possibili del "modello di sviluppo" toscano », Società e Storia, XI, 1988, p. 150-157. On pense évidemment à des réalités « locales » comme Prato, Pescia, S. Marcello Pistoiese, S. Miniato, etc.

Table des illustrations

Titre Industrie de la laine dans le grand-duché de toscane, xviie-xviiie siècle
Légende Cartographie : Alexandre Laclau EHESS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15791/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540