Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles

 | 
Jean Boutier
, 
Sandro Landi
, 
Olivier Rouchon

Deuxième partie. Espaces, territoire, ressources

IX. Livourne : cité du Prince, cité marchande (xvie-xixe siècle)

Samuel Fettah

Texte intégral

1Livourne médiévale n'est qu'une modeste extension portuaire de Pise. Elle devient une ville au xvie siècle, par décision des grands-ducs Médicis. Sa croissance est rapide : dès le milieu du xviie siècle, elle est la seconde ville et le principal port de Toscane. Elle est aussi la vitrine de la politique urbanistique des Médicis. Il y a plus : dès cette époque, le port de Livourne prend une dimension internationale, devenant en quelques décennies un des principaux ports de la Méditerranée.

2Livourne se constitue ainsi autour de deux dimensions fortes, la dimension régionale et la dimension internationale. Elle est à la fois cité du Prince et cité marchande cosmopolite, pièce maîtresse dans l'ordonnancement territorial de l'État régional, mais aussi espace à la marge, morceau de cosmopolitisme méditerranéen et marchand aux limites de la Toscane princière.

3L'histoire de Livourne au temps du grand-duché de Toscane, si on la compare à celle d'autres cités italiennes de l'époque, est donc tout à fait singulière. Mais elle est aussi exemplaire, en ce qu'elle met en évidence les progrès, les contradictions et les difficultés de l'État régional toscan jusqu'à son intégration dans l'État national italien.

Livourne et la politique de renforcement de l'État régional toscan (xvie-xviie siècle)

4Jusqu'à la fin du xive siècle, Livourne, dénommée Porto Pisano, est un modeste bourg fortifié situé au nord de l'actuel centre urbain, que Pise utilise comme débouché maritime. À la différence d'autres cités toscanes absorbées par l'État florentin, elle n'a pas de glorieux passé citadin ni d'histoire autonome à faire valoir. Pour les Médicis, c'est un avantage : elle peut sans inconvénient être refondée et érigée en cité nouvelle. Livourne, création volontariste, permet au Prince de réaliser son programme et de fonder sa puissance dans la pierre.

5Les premiers jalons sont posés après 1421, date à laquelle Livourne devient propriété de la république florentine. Dès lors, sa transformation et sa croissance sont étroitement liées à l'ascension politique de la famille des Médicis et à la construction de l'État régional toscan. Il n'est donc pas étonnant de constater que la fondation de Livourne et la transformation de la Toscane en grand-duché interviennent dans la même période : en 1569, les Médicis obtiennent du pape Pie V le titre grand-ducal et quelques années plus tard, en 1575, le grand-duc François Ier confie à l'architecte Bernardo Buontalenti la mise au point d'un projet de ville nouvelle sur l'emplacement de l'ancien bourg fortifié. La mise en place de Livourne, grand projet urbanistique de la dynastie, est ainsi l'un des moyens privilégiés de son affirmation territoriale.

6La ville s'organise en fonction du port médicéen, dont la création correspond aux objectifs politiques et militaires des princes.

  • 1 L. Frattarelli Fischer, « Dai documenti al modello in scala. Livorno alla metà del Settecento », S (...)

7La fonction militaire est essentielle dans la définition initiale de l'espace urbain. Le projet de Buontalenti, qui s'inspire largement de l'architecture militaire du temps, inscrit l'espace urbain à l'intérieur d'un pentagone fortifié entouré d'un fossé, qui contient la ville jusqu'au milieu du xviiie siècle. À cela s'ajoute un ensemble d'ouvrages qui donnent à Livourne l'aspect d'un port et d'une ville fortifiés (les deux forteresses, Vecchia et Nuova, qui commandent l'accès au port médicéen, les forts de la Porta Murata et de San Pietro, aux limites sud et nord de la ville, la tour littorale du Marzocco...). Au total, l'ensemble des fortifications occupe une aire plus vaste que le reste de l'aire urbanisée1. Livourne est la pièce centrale d'un dispositif littoral de défense constitué par plusieurs dizaines de tours et quatre-vingt-une localités fortifiées, par lequel s'épaissit le contrôle régalien sur la frange maritime de l'État. D'ailleurs, le gouverneur civil et militaire de Livourne, qui représente le grand-duc dans la cité, est « commandant suprême du littoral toscan et de la souveraine marine de guerre ». À ce titre, il a la haute main sur l'ensemble des fortifications littorales et sur la marine de guerre toscane. Comme il s'agit d'enrayer le développement de la piraterie barbaresque, Livourne est pensée comme une place forte et un port militaire.

8Fonction portuaire et fonction militaire sont donc liées. Le port médicéen, mis en place entre 1591 et 1611, est fréquenté par les escadres et les corsaires anglais opérant en Méditerranée. Il est aussi la principale base d'opération des galères de l'ordre toscan de Saint-Étienne, créé en 1562 par Côme Ier. Sa construction est une des grandes affaires des règnes de Ferdinand Ier et de Côme II, qui supervisent eux-mêmes les travaux. Bastions, forteresses et lazarets marquent l'emprise initiale du pouvoir grand-ducal sur l'espace urbain. En outre, les servitudes militaires déterminent les limites de la ville : jusqu'en 1776, l'interdiction grand-ducale de construire dans le périmètre des fortifications et dans un rayon d'un kilomètre au-delà corsette Livourne dans une enveloppe d'environ cinq kilomètres de circonférence et la différencie fortement du territoire hors les murs. Ainsi, les contours de l'espace urbain dépendent étroitement du Prince et des impératifs de sa politique militaire.

9À l'intérieur de la ville, plusieurs édifices rappellent ces impératifs. C'est le cas du grand bagne des forçats, destiné à accueillir les centaines d'esclaves ramenés comme prise de guerre et qui est installé en plein cœur de l'espace urbain. Doté de ses propres lieux de cultes, tant pour les chrétiens que pour les musulmans, il fournit la main-d'œuvre nécessaire aux grands travaux d'édification de la cité et à l'entretien de ses rues. Dans la Biscotteria, un édifice annexe au bagne, est fabriqué le biscuit des équipages des galères grand-ducales et une partie du pain destiné à la consommation urbaine. L'arsenal militaire, dans le prolongement du môle médicéen, est destiné à la réparation des navires de l'ordre de Saint-Étienne. Le déplacement quotidien des bagnards enchaînés, la présence des galères de l'ordre de Saint- Étienne, l'activité de la Biscotteria et des boutiques qui en dépendent ainsi que les mouvements de troupes dans la cité rythment la vie de Livourne grand-ducale.

10L'importance des fonctions de défense littorale de Livourne repose aussi sur l'essor de la réglementation et des installations sanitaires : la ville compte jusqu'à trois lazarets en activité, construits aux limites de la ville et dont les formes massives s'inspirent elles aussi de l'architecture militaire. La santé maritime, contrôlée par le pouvoir régalien, constitue un autre vecteur par lequel le grand-duc affirme son autorité sur la ville et le port.

11La mise en place de Livourne participe ainsi d'un programme visant au renforcement de l'État régional, tout comme elle illustre la capacité du Prince à produire un urbanisme puissant et rationnel jusqu'aux limites maritimes de ses États.

12C'est à Livourne que les Médicis ont pu remanier à leur guise l'espace urbain. Les grands travaux pilotés par la dynastie placent le port tyrrhénien dans la série des villes nouvelles princières qui, de Versailles à Saint-Pétersbourg, jalonnent l'histoire de l'Europe monarchique et témoignent de l'interventionnisme croissant des États dans l'organisation de l'espace urbain. Ils mettent d'emblée Livourne dans le sillage des Médicis. Ce lien est sanctionné en 1606, lorsque le grand-duc Ferdinand Ier élève Livourne, jusqu'alors simple castello, au rang de città dotée d'institutions municipales. L'urbanité de Livourne, plus qu'un héritage historique, procède ainsi d'une sanction princière.

  • 2 M.-L. Conforto, L. Frattarelli Fischer, « II "prospetto delle case" di Livorno alla meta del 700 » (...)

13Jusqu'aux réformes du règne de Pierre-Léopold, Livourne est véritablement une città statale, une ville créée par l'État, tant l'emprise de la couronne sur les contours de l'espace urbain reste forte. Tous les travaux édilitaires dépendent de l'Ufficio della Fabbrica, composé d'officiers nommés par le Prince. À partir des indications venues de la cour, cette administration assure l'exécution des projets d'urbanisme formulés par les architectes du grand-duc, dont le financement est inscrit au budget de l'État. Cette emprise se mesure aussi en terme de propriété. Malgré les aliénations et les progrès rapides de la propriété privée, la couronne est encore, au milieu du xviiie siècle, le principal propriétaire immobilier de la commune, car elle détient encore les principaux édifices publics, les fortifications et les installations portuaires2. Les autres institutions font pâle figure. La propriété ecclésiastique, souvent forte dans les autres cités toscanes, est faible à Livourne. L'Église encadre la population catholique, mais le Prince fait la ville.

14Le programme d'urbanisme réalisé à Livourne est moyen de propagande. Il exprime la puissance de la dynastie, la ville constituant une métaphore de la gloire princière et un spectacle de sa puissance. Lorsque le grand-duc se déplace à Livourne, la fête urbaine qui célèbre sa venue est pour lui et le cortège qui l'accompagne l'occasion de sillonner la ville et le port, selon un parcours qui renouvelle l'unité de Livourne et marque son intégration dans le grand-duché. La régularité et la fonctionnalité du plan de Livourne, ses rues tracées au cordeau à l'intérieur d'un pentagone fortifié expriment ordre et rigueur. Livourne est ville modèle, reflet de la rationalité princière. Ville accomplie et close, elle projette dans l'espace la supériorité du Prince et la pérennité dynastique, et signifie la fin du modèle médiéval de cité-État.

La ville cosmopolite au xviie siècle et au début du xviiie siècle

  • 3 E. Fasano Guarini, « La popolazione », in Livomo e Pisa : due città e un territorio nella politica (...)

15L'essor rapide de la fonction commerciale de Livourne est encouragé par les Médicis. Aux yeux des princes, croissance des trafics portuaires et progrès de l'État princier sont liés. Cette mise en relation du commerce portuaire et de la puissance régalienne est encouragée par les progrès des idées mercantilistes. Le mercantilisme, qui met le commerce au service de la puissance monarchique, doit permettre d'augmenter la grandeur et le rayonnement de la dynastie médicéenne. Assurer la croissance des trafics du port de Livourne participe ainsi d'un usage politique de la fonction portuaire. Cette orientation a aussi un volet territorial, car économie et organisation du territoire régional sont liées. La création du port de Livourne est affaire de politique du territoire et ne peut être pleinement comprise qu'insérée dans une perspective régionale3. Elle correspond à un processus de territorialisation de l'État princier, par ailleurs perceptible dans la plupart des États régionaux italiens des xvie et xviie siècles.

16Auparavant débouché maritime de Pise, Livourne devient le port de la vallée inférieure de l'Arno. La mise en place du canal des Navicelli concrétise cette volonté. Construit entre 1563 et 1575, relié au port par les canaux qui traversent la ville, il connecte Livourne à l'Arno. Le port devient ainsi le principal débouché maritime de cette Toscane du fleuve qui est désormais l'épine dorsale économique du grand-duché. Loin d'être une ville étrangère à l'arrière-pays, Livourne, dès ses débuts, entretient avec lui des relations multiples, marquées par les mouvements de personnes, de biens et de capitaux.

17Ainsi, bâtir ne pouvait suffire pour assurer la réussite de Livourne. Il fallait l'animer et la peupler, en suscitant la venue d'individus à même de faire vivre l'activité portuaire. Livourne a besoin de calfats, de marins, de portefaix... et, surtout, des compétences et des moyens du capitalisme marchand. Mais cela, la Toscane ne le possède plus qu'imparfaitement. Désormais davantage tournées vers la terre, les anciennes familles marchandes ne peuvent fournir les forces nécessaires à l'animation du port. C'est pourquoi le Prince s'emploie à attirer les négociants étrangers.

18Entre la fin du xvie siècle et la fin du xviie siècle, une série de textes (essentiellement les Livornine de 1590-1593, la déclaration de neutralité du port de 1646 et l'édit de port franc de 1676) facilitent l'orientation vers Livourne du grand négoce méditerranéen. Les Livornine sont la pièce maîtresse de ce dispositif législatif. Il s'agit d'un ensemble de mesures mêlant privilèges fiscaux, garanties de culte et libre circulation des hommes et des biens dans les États du grand-duc.

  • 4 F. Braudel, R. Romano, Navires et marchandises à l'entrée du port de Livourne (1547-1611), Paris, (...)

19Prises isolément, ces mesures n'ont rien d'original. On les retrouve dans d'autres ports méditerranéens du temps, pratiquées par d'autres États, parfois avant les Médicis. Mais ces derniers ont eu la vertu d'être constants. Les privilèges et exemptions octroyés sont régulièrement renouvelés et confirmés. Les grands-ducs jouent durablement le jeu des libertés et des franchises portuaires. Se constitue ainsi un dispositif durable et cohérent favorable à l'expansion du port de Livourne. Sur ce climat de liberté, rare dans l'Italie de l'époque, se greffent deux éléments favorables : les négociants juifs séfarades sont disponibles, à la recherche d'un point d'appui à leur activité de médiation marchande entre l'Europe du Nord et les pays méditerranéens ; l'Angleterre, devenue la première puissance maritime en Méditerranée, cherche une base commerciale et maritime dans cette mer : Livourne devient la plaque tournante de son commerce avec l'Italie et le Levant, ainsi que sa principale base d'activité corsaire4.

20L'urbanisme princier facilite l'installation du négoce international. Entre 1680 et 1710, une partie des terrains militaires du nord de la ville, augmentée de terrains conquis sur la mer, est transformée par l'Ufficio délla Fabbrica en quartier portuaire. La Nuova Venezia, ainsi nommée parce qu'elle est entourée et traversée de canaux, devient ainsi le quartier du négoce, le cœur économique de la cité.

21Livourne vit de la mer et du négoce, d'abord. Et ce sont des négociants allogènes, nordiques ou issus des diasporas méditerranéennes, qui animent l'économie portuaire et sont au sommet de la fortune locale. La croissance est rapide, et d'autant plus spectaculaire que les autres grands ports italiens, comme Venise et Gênes, sont en déclin. Dès les années 1620, Livourne est le premier port italien. Elle le reste pendant tout le xviie siècle, profitant de la réorganisation des échanges en Méditerranée.

22L'essor des trafics portuaires dynamise la cité : entre 1590 et 1650, Livourne passe de 700 à 12 000 habitants ! Cette croissance démographique, sans être linéaire, s'inscrit dans la durée. Livourne compte 25 000 habitants au début du xviiie siècle, 50 000 à la fin de ce siècle. Elle est devenue la seconde ville du grand-duché.

  • 5 E. Fasano Guarini, « Esenzioni e immigrazioni a Livorno tra sedicesimo e diciassettesimo secolo », (...)
  • 6 J.-P. Filippini, « Les nations à Livourne (xviie-xviiie siècles) », in S. Cavaciocchi, ed., I port (...)

23La population livournaise est issue de la migration. Régionale avant tout5, venant d'Italie centrale et du bassin thyrrénien (Ligurie, Corse, Provence surtout). Internationale aussi, et plus directement liée au négoce, venant du Levant et de l'Europe du Nord-Ouest. Ainsi, la population livournaise est composée, dans ses strates les plus populaires, d'une majorité catholique venue d'horizons proches, à laquelle s'adjoint un ensemble de minorités religieuses qui animent le commerce portuaire (environ 10 % de la population au milieu du xviie siècle) et bénéficient d'une reconnaissance, d'un statut et d'une protection accordés par le grand-duc. Ainsi reconnues et structurées, ces communautés forment des « nations » qui peuvent exercer librement leur culte6. Ces communautés allogènes, prises une à une, ne constituent pas des groupes numériquement importants, mis à part la communauté juive, qui compte près de 5000 membres à la fin du xviiie et se concentre dans le quartier derrière la cathédrale. Mais, plus que le nombre, c'est leur place dans l'espace urbain et l'activité qu'elles génèrent entre ville et port qui fait leur importance.

24La fonction portuaire et commerciale va ainsi affirmer ses logiques et ses dynamiques dans l'espace urbain défini par le Prince. L'espace bâti se modifie, se densifie. Dans une ville prévue pour 12 000 habitants, les constructions se multiplient, à l'initiative des personnes privées surtout. La pression démographique et la densification du bâti provoquent une élévation des immeubles et de multiples avancées sur la chaussée. Se met aussi en place une ville du sous-sol, à hauteur des canaux qui relient la ville et le port. Caves et entrepôts souterrains se multiplient afin d'accueillir les nombreuses marchandises stockées. Ainsi, la géométrie du plan princier est-elle débordée par la vivacité d'une ville populeuse et industrieuse.

25La propriété immobilière privée se développe mais n'est pas concentrée. Les immeubles sont fréquemment divisés, la copropriété est la norme. Par ailleurs, la ville se possède elle-même : au milieu du xviiie siècle, les trois- quarts du domaine immobilier privé sont aux mains de personnes domiciliées à Livourne, sans pour autant que le négoce constitue une oligarchie immobilière, si l'on excepte les familles de négociants séfarades, qui dominent la propriété dans le quartier juif. Ainsi, la vitalité de la propriété privée ne doit pas masquer que les fortunes locales sont toujours largement basées sur la richesse mobilière. D'ailleurs, celle-ci ne peut être vraiment séparée de la rente immobilière : si les revenus immobiliers sont élevés, c'est non seulement parce que l'enfermement de l'espace urbanisé dans les limites fortifiées est favorable aux propriétaires, mais aussi parce que la vitalité du port nourrit la demande.

26Malgré les réglementations et la croissance de la bureaucratie toscane, l'activité économique échappe en partie au contrôle du Prince. Une importante contrebande avec l'arrière-pays se développe, Livourne devenant la plaque tournante d'importants trafics informels qui traversent l'ensemble de l'Italie centrale. Dans le port, sur les navires, vit et circule toute une population de gens de mer, structurée par des règles et des solidarités tout à la fois familiales et communautaires. Les franchises portuaires, l'attachement du négoce à sa liberté d'action, la structure transnationale des réseaux du commerce favorisent l'émergence d'une ville ouverte, marquée par la fluidité du négoce et de la mer, par le mouvement continu des migrants et des gens de passage, venus pour leurs affaires, visiter des parents ou chercher fortune.

27Le Prince n'est plus totalement maître du jeu urbain. Certes, la ville du début du xviiie siècle reste cité du grand-duc de Toscane et place forte princière. Mais elle est aussi ville des « nations », grand port d'entrepôt cosmopolite, espace urbain en mouvement. Livourne est le produit de ces deux réalités, des conflits et des compromis qui se nouent entre deux polarités, celles de la ville ouverte des échanges et celles de la ville close et achevée de l'ordre princier.

L'intégration du port franc dans la Toscane des réformes (1737-1790)

28Avec l'arrivée au pouvoir de la dynastie des Lorraine, cette dualité fait problème. C'est que la perception que la cour florentine a de Livourne devient plus critique. Pendant la Régence, la ville franche est considérée comme une source de difficulté, l'activité du port est reconsidérée, et cela sur fonds de réformisme étatique et de mise en place d'une monarchie plus absolutiste.

  • 7 F. Mineccia, « Economia e società a Livorno durante la guerra dei Sette Anni attraverso alcune ann (...)
  • 8 J.-P. Filippini, « Il movimento del porto di Livorno durante il primo periodo lorenese (1737-1801) (...)

29Pourtant, la fin de la période médicéenne a été marquée par les progrès des relations entre économie livournaise et économie du grand-duché. Mais déplorer l'altérité du port et de la société livournaise devient sous les premiers Lorraine un thème récurrent de la littérature réformatrice et gouvernementale. Livourne, dont l'économie reste dominée par le commerce d'entrepôt et les négociants étrangers, serait en marge de l'économie toscane7. Vue de Florence, elle est une enclave qu'il faut davantage intégrer au grand-duché. Par ailleurs, Livourne apparaît comme un élément de désordre, dans un contexte de remise en cause de l'héritage politique des Médicis et d'installation de la nouvelle dynastie. Cette dépréciation est renforcée par les difficultés que rencontre le port d'entrepôt dans le second tiers du xviiie siècle8. La baisse des trafics, la montée des concurrences, les incertitudes liées aux guerres de la période (guerre de Succession d'Autriche, guerre de Sept Ans) font prendre conscience que l'âge d'or du port franc s'achève. Dans l'esprit des nouveaux dirigeants toscans, décadence de l'ancienne dynastie et décadence du port de Livourne sont liées.

30Et cela d'autant plus que les progrès de l'approche physiocratique s'accompagnent d'une critique croissante de l'orientation mercantiliste des Médicis. En matière d'économie urbaine, plus que l'accumulation de richesses, c'est désormais l'apport des villes au développement de tout le pays que les réformateurs toscans mettent en avant. L'adéquation entre la cité et le reste du territoire devient ainsi une préoccupation majeure. De fait, les Lorraine ne veulent plus se contenter de faciliter la présence des négociants dans le port de Livourne. Ils tentent d'intégrer l'économie livournaise dans leur politique de mise en valeur du territoire toscan.

31La remise en ordre économique et fiscale de la Toscane passe par une réorganisation de son principal port. Livourne doit devenir le centre d'un essor des manufactures, de la marine marchande et du commerce toscans. En 1747, est créé un conseil de commerce installé à Livourne et chargé de veiller aux progrès du commerce toscan et livournais. En 1748, l'édit de marine et de navigation cherche à réserver l'usage du pavillon de marine toscan aux nationaux et encourage l'essor d'une marine marchande autochtone. La même année, la couronne pilote la construction d'un faubourg au-delà de la limite sud de la ville, à San Jacopo, destiné à accueillir tous ceux qui doivent animer les nouvelles activités manufacturières. Tous ceux qui viennent s'installer et faire bâtir à San Jacopo bénéficient d'exemptions fiscales et sont naturalisés toscans (édits de 1751 et de 1758).

  • 9 C. Ciano, « Pietro Leopoldo e il problema del porto di Livorno », in La Toscana dei Lorena..., ibi (...)

32La portée de ces mesures n'est pourtant pas à la hauteur des espérances florentines. Et de façon plus générale, la politique commerciale de la Régence n'a pas été en mesure de favoriser la mise en place d'une véritable alternative au port d'entrepôt, dont l'activité est relancée après 1766 et qu'il faut de toute façon ménager, car il constitue une source non négligeable de rentrées fiscales. C'est ce que sanctionnent plusieurs mesures prises sous le règne de Pierre-Léopold, toutes favorables au commerce de transit de Livourne : traités en faveur de la sécurité de la navigation passés avec les Régences et le Maroc (1778), réaffirmation du caractère neutre et franc du port (1778), édification d'un troisième lazaret (1780)9.

33Pour autant, la politique livournaise de Pierre-Léopold ne consiste pas à revenir purement et simplement en arrière. Elle s'inscrit plutôt dans une orientation d'ensemble plus ambitieuse, dans laquelle le port de Livourne développe une poly fonctionnalité associant dimension régionale et dimension internationale. Il en va ainsi du commerce céréalier, qui devient l'un des trafics majeurs de Livourne. L'hinterland toscan participe à cet essor : plus qu'avant, une partie des blés qui transitent par le port vient de Toscane ou y entre. À partir du règne de Pierre-Léopold, les produits bruts et semi finis toscans s'intègrent davantage dans les échanges internationaux, un phénomène qui va en se développant au xixe siècle. Livourne devient ainsi un élément déterminant dans le processus d'intégration de la Toscane aux nouveaux courants d'échange européens.

34Autour de la politique de libre-échange voulue par Pierre-Léopold et ses successeurs, se noue alors une convergence d'intérêts entre la dynastie et le négoce livournais, d'autant plus solide que la dynastie ne remet plus en cause les franchises.

35Cette participation de Livourne aux dynamiques toscanes doit beaucoup aux progrès de la viabilité régionale, qui intègrent davantage le port à l'espace toscan. Elle tient aussi à l'attrait qu'exerce désormais la mise en valeur agricole auprès des élites livournaises, qui soutiennent l'orientation physiocratique de la dynastie et n'hésitent plus à investir dans la terre. À Livourne, la deuxième moitié du xviiie siècle est marquée par les progrès de la mise en valeur agricole du territoire hors les murs et par les progrès concomitants de la propriété négociante à la campagne. Cette constitution d'un terroir livournais est permise par les efforts de bonification entrepris par les Lorraine et encouragée par une politique fiscale favorable aux propriétaires campagnards. En outre, grâce à l'autorisation d'acquérir des propriétés hors les murs concédée par la couronne à la « nation » juive en 1780, les notables de cette communauté ont pu jouer un rôle majeur dans la colonisation et la constitution d'un véritable agro livornese.

36Si le règne de Pierre-Léopold n'est pas marqué par un important effort d'urbanisme princier à Livourne, il constitue cependant un tournant majeur dans la définition de l'espace urbain. Outre la colonisation du terroir et la fin des servitudes militaires, le démantèlement d'une partie des fortifications entraîne l'essor de l'espace urbain hors les murs. L'ampleur des aliénations de terrains publics consenties aux intervenants privés stimule une expansion du bâti qui change la morphologie de la cité. Cela ne signifie pas que l'État se dégage du territoire livournais. Bien au contraire, il cherche à mieux le connaître et à mieux le contrôler, en lançant la mise en place d'un cadastre livournais, en réorganisant le cadre paroissial, en développant les recensements de population et en étoffant la législation sur l'hygiène et la circulation urbaine. Il s'agit donc tout à la fois d'encourager l'initiative privée et de mieux encadrer les flux citadins.

37Ces choix reflètent bien les grandes orientations de la politique locale léopoldine. Conscient qu'une politique de réforme efficace passe par une réorganisation territoriale, le pouvoir central « éclairé » cherche tout à la fois à rendre plus effective son emprise sur l'espace local mais aussi à s'appuyer davantage sur des formes représentatives des intérêts locaux.

  • 10 B. Sordi, L'amministrazione illuminata. Riforma delle comunità eprogetti di costituzione nella Tos (...)

38C'est pourquoi la réorganisation des administrations locales (1771-1786), une des pièces maîtresses des réformes léopoldines, est impulsée par le centre mais fait aussi objet de négociations avec les élites locales10. À Livourne, la redéfinition du pouvoir local et la négociation avec les élites se heurte à une organisation originale du pouvoir local, mise en place sous les Médicis et marquée par la juxtaposition des instances communautaires (gouvernement des « nations ») et municipales (ainsi, lors des fêtes urbaines, édiles et représentants des « nations » défilent séparément).

39Les responsables des « nations », pour la plupart issus du grand négoce, exercent un pouvoir sur les membres de leur communauté et ne rendent pas de comptes à la municipalité. Dans le cas de la communauté juive, les responsables, dénommés massari, ont directement affaire au gouverneur et au grand-duc. Outre l'administration de la communauté, ils jugent les affaires civiles et pénales entre Juifs, peuvent lever des taxes pour les besoins de la « nation » et coopter les nouveaux arrivants dans la communauté. L'administration florentine passe par les massari aussi bien pour la répartition des taxes que pour les opérations de recensement. Ce lien direct entre le Prince et les « nations » ne valorise pas la municipalité. Et cela d'autant plus que les notables communautaires sont très peu intégrés à l'oligarchie municipale.

40Pour accéder à celle-ci, il faut avoir le droit de bourgeoisie, réservé aux catholiques. L'oligarchie municipale, composée de familles de propriétaires catholiques locaux, tire elle aussi son pouvoir du lien entretenu avec le Prince, dans la mesure où elle cumule souvent charges municipales et charges dans l'administration locale et parce qu'elle compense son infériorité matérielle (les négociants des « nations » sont au sommet de la fortune locale) par la détention de ressources l'intégrant aux groupes dominants toscans (titres et attributs de la culture savante, participation à l'ordre de Saint-Étienne, à partir de 1750 intégration dans une noblesse municipale). Néanmoins, cette oligarchie municipale ne fait pas partie de l'aristocratie toscane et ses horizons vont rarement au-delà de Livourne et de Pise.

41Comme dans les autres communes toscanes, l'administration princière considère surtout la municipalité comme un des rouages nécessaires au gouvernement de la ville. C'est encore plus vrai à Livourne, où le contrôle princier est sans doute plus direct qu'ailleurs. La municipalité, dirigée par les gonfaloniers, n'a pas autorité au-delà des limites de l'espace franc. Aucun texte ne définit clairement ses compétences. Ses initiatives dépendent largement du gouverneur civil et militaire nommé par le Prince, doté de larges pouvoirs sur la cité. Le port est sous le contrôle de deux administrations puissantes, la santé maritime et les douanes.

42Le pouvoir local, divisé, tire sa légitimité du Prince et ne trouve sa cohérence qu'au sein du dispositif administratif qui régit la cité. Outre les responsables toscans qu'il nomme à Livourne, le Prince s'appuie sur une élite locale elle-même divisée en notables communautaires d'origine allogène, issue du grand négoce, et en notables municipaux catholiques essentiellement propriétaires. C'est autour de la figure du souverain que s'agrègent les différentes composantes de la ville.

43En instituant une véritable municipalité basée sur l'élite, élargie, de la propriété, le règlement du 20 mars 1780 change partiellement la donne. En premier lieu, l'espace communal est étendu à l'agro livornese, ce qui revient à reconnaître l'effort de mise en valeur et l'extension de la propriété locale hors les murs. Ensuite, les compétences de la commune sont clairement définies. Elles concernent essentiellement la voirie, l'éducation, la santé et la bienfaisance. En outre, toute construction ou modification d'une construction opérée dans le territoire communal doit être avalisée au préalable par la municipalité. La municipalité est composée de seize conseillers, de huit prieurs et d'un gonfalonier, tous tirés au sort parmi les propriétaires de la commune dotés du modeste cens requis, soit quatre écus florentins. L'élargissement est considérable : le nombre de noms aptes à entrer dans la représentation municipale passe de quelques dizaines de familles nobles à plusieurs centaines d'individus ou personnes morales.

44Néanmoins, Pierre-Léopold a dû composer avec l'oligarchie civique, dont les contours avaient été précisés avec l'institution d'une noblesse livournaise (1750). Le premier compromis concerne le conseil des prieurs (Magistrato), principal organe du pouvoir municipal. Les prieurs sont tirés au sort dans trois listes ou « bourses » différentes de propriétaires, la moitié d'entre eux devant obligatoirement provenir de la noblesse livournaise (deux possidenti nobili) ou avoir le droit de bourgeoisie (deux possidenti cittadini, issus de familles qui sont sur le chemin de la noblesse locale). Ce dispositif, qui reconnaît des distinctions de statut au sein de la propriété, permet à l'oligarchie civique, malgré l'ouverture, de garder une large part du pouvoir municipal.

45L'autre compromis concerne les « nations » et en particulier la « nation » juive, qui détient une large part de la propriété locale. Pierre-Léopold est favorable à son intégration totale dans le corps civique. Il se heurte cependant aux résistances des notables catholiques, qui craignent une trop forte présence des notables juifs dans les organes municipaux, et aux préjugés de la population catholique de la ville, par ailleurs échaudée par les réformes religieuses du souverain. Le règlement municipal prévoit que les non catholiques, bien qu'inscrits dans le corps civique, ne pourront faire partie ni du conseil municipal ni du conseil des prieurs. Néanmoins, la « nation » juive a la faculté d'établir chaque année une liste de notables parmi lesquels le grand-duc choisira un représentant habilité à siéger au conseil des prieurs. Les notables de la « nation » acceptent d'autant mieux ce compromis qu'il leur permet tout à la fois de défendre leurs intérêts de propriétaires dans la municipalité et de conserver leur spécificité communautaire.

46Au total, la réforme jette les bases d'une nouvelle élite locale basée sur la figure sociale du propriétaire rentier, mais elle ne supprime pas la frontière communautaire et la dualité des élites livournaises. Par ailleurs, l'activité de la municipalité reste fortement encadrée par les directives et les représentants du pouvoir central (chancelier municipal, gouverneur et administrations locales qui en dépendent).

  • 11 S. Fettah, « Les émeutes de Santa Giulia à Livourne. Conflits locaux et résistances au despotisme (...)

47En 1790, le départ du souverain pour Vienne est suivi des émeutes de Santa Giulia, à la fois manifestation locale d'un ample mouvement régional de rejet des réformes, mais aussi affirmation spécifique d'un front local en faveur des équilibres fondamentaux de la cité : en s'attaquant prioritairement à la communauté juive, les émeutiers marquent clairement le maintien de la frontière communautaire dans la cité et leur volonté de préserver ses équilibres fondateurs11.

Entre État régional et État national (1790-1859)

48Durant cette période, Livourne reste un grand port méditerranéen. Certes, elle perd des positions, en particulier vis-à-vis de ports concurrents comme Marseille, Gênes ou Trieste. Mais l'activité d'entrepôt, encore dominante, a su s'adapter, surtout en captant davantage le commerce international des céréales de la Mer Noire.

49Trois traits majeurs marquent l'évolution de Livourne entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle : poursuite d'une forte croissance urbaine, qui n'a pas d'équivalent en Toscane et se traduit par l'émergence précoce des faubourgs, au-delà des limites du port franc ; resserrement des liens avec l'hinterland, en particulier par le biais des relations économiques et des intérêts communs entre élite livournaise et élite florentine (autour de l'exploitation et de la commercialisation des matières premières toscanes, tant minières qu'agricoles, ou encore par le biais des premières lignes de chemin de fer toscanes) ; affirmation du milieu négociant, dont le poids social tend à dépasser le strict cadre du commerce et des « nations ».

  • 12 S. Marzagalli, Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le Blocus continental, 1806-1813 (...)

50Si les années de présence et d'occupation française (1796-1814) sont très difficiles pour l'économie portuaire, elles accélèrent cependant l'enracinement local du milieu négociant12. La mise en place d'une chambre de commerce (1801), les acquisitions de biens fonciers et immobiliers sous forme de biens nationaux et la participation aux nouvelles institutions municipales favorisent par ailleurs la consolidation du négoce en tant que groupe social. Les années françaises font aussi avancer de façon décisive le rapprochement du négoce livournais avec les élites florentines, non seulement par le biais de spéculations financières, mais aussi par le développement de proximités intellectuelles et politiques, qui s'affirmeront après la Restauration avec le modérantisme toscan.

51Si le retour des Habsbourg-Lorraine en Toscane rétablit l'ancien système politique, l'annulation des réformes de la période française est sélective, car elle s'opère avant tout par rapport à l'œuvre réformatrice de Pierre- Léopold. On peut donc insister sur une certaine continuité des politiques menées entre le milieu du xviiie siècle et le milieu du xixe siècle. La politique menée par les souverains toscans du xixe siècle, en particulier par Léopold II, est un mélange de réformisme, de paternalisme et d'autoritarisme étatique, qui vise à étendre les capacités d'intervention du souverain et à rendre son action plus efficicace. Livourne, comme le reste de la Toscane, est gouvernée selon les normes de la monarchie administrative, qui du reste concernent d'autres États de la péninsule, comme le Piémont ou le Royaume de Naples.

52Pour gouverner la ville, l'État cherche à s'appuyer sur les élites locales, structurées dans les corps représentatifs de la propriété et du commerce (la municipalité et la chambre de commerce). Cela n'entraîne pas la suppression des « nations » et de la frontière communautaire, ni même des franchises portuaires, tant il est vrai que l'État cherche surtout à contrôler et intégrer la ville tout en conservant le système livournais. Ainsi, localement, le réformisme de Léopold II se présente avant tout comme une tentative de régulation du système urbain.

53Cette approche trouve sa traduction concrète dans les tentatives de remise en ordre de l'espace urbain, qui sont particulièrement nettes dans les années 1830-1840. En 1834, le souverain décide de créer une nouvelle enceinte, plus large, intégrant les faubourgs dans l'espace urbain. Mais cette enceinte fait aussi office de nouvelle limite des franchises portuaires. L'unification de l'espace urbain s'inscrit donc dans l'ancien système économique livournais. Par ailleurs, la tentative princière visant à mettre en place un nouvel espace central de référence, vers l'Est, à l'intérieur (place du Voltone, 1844), échoue face aux tendances concurrentes d'expansion urbaine portées par la propriété locale, tournée surtout vers le Sud, le long du littoral. Le poids des intérêts locaux, tant de la propriété que du négoce, tout comme le désir de remise en ordre partagé par les notables et l'administration centrale, dans une ville jugée particulièrement dangereuse (contrebande, mouvements fréquents et importants de population, circulation d'écrits et d'idées politiques prohibés...) ont poussé vers cette orientation, qui tend finalement à réformer pour mieux conserver.

54L'autre front est celui de la régulation sociale, dans une ville populeuse où l'économie portuaire d'entrepôt reste centrale mais ne suffit plus à assurer correctement, directement ou indirectement, les besoins de toute la population. L'essor des bains de mer, les progrès des échanges régionaux et l'expansion urbaine fournissent des solutions, mais il apparaît à une bonne partie de l'élite locale que la ville doit évoluer pour garder son importance et résoudre ses problèmes, en particulier le paupérisme.

  • 13 D. LoRomer, Merchants and Reform in Livorno, 1814-1868, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1987.

55Cette prise de conscience accompagne la constitution d'une opinion et d'une intelligentsia locale, réformatrice, au sein de laquelle se côtoient des négociants, des professions libérales et des propriétaires, et qui se forme au sein des multiples associations qui éclosent dans les années 1830. Si certaines de ces associations sont caritatives ou de loisir, d'autres sont éducatives. Car pour la plupart des réformateurs locaux, tout à la fois libéraux et paternalistes, le changement passe d'abord par l'amélioration morale du peuple livournais, un peuple dont il convient de garder le contrôle13.

56Cette volonté réformatrice est d'autant plus tolérée par Florence qu'elle est politiquement prudente — ce qui n'empêche pas ces associations d'être un élément structurant de l'opinion politique locale - et qu'elle rejoint les préoccupations de contrôle et de régulation étatique. En terme d'identité urbaine, elle a deux effets simultanés. D'une part, elle facilite l'essor d'un civisme local, qui se traduit par une valorisation culturelle de la patria livournaise. D'autre part, elle rapproche davantage l'intelligentsia locale des élites éclairées toscanes, et cela d'autant plus que Livourne constitue une plaque tournante en ce qui concerne la diffusion des idées nouvelles en Toscane. Les Livournais participent tout à la fois à la constitution d'une nouvelle élite régionale et au renforcement de l'identité locale, alors même que l'idée nationale progresse dans la cité.

  • 14 N. Badaloni, Democratici e socialisti livomesi nell'Ottocento, Rome, 1966.

57Comme dans l'ensemble de la Toscane, le Quarantotto livournais est d'abord dominé par les libéraux modérés (septembre 1847-septembre 1848), un courant dans lequel se retrouve l'essentiel du grand négoce livournais. Puis, le pouvoir passe aux mains des radicaux, qui s'appuient sur la plèbe locale et sont surtout issus de la petite bourgeoisie et des professions libérales. Livourne devient le centre du mouvement révolutionnaire et patriotique toscan14. C'est à partir d'elle que Guerrazzi et les éléments les plus révolutionnaires s'emparent du pouvoir à Florence (octobre 1848-avril 1849). Le soulèvement anti-radical et anti-livournais de Florence (avril 1849) est vite suivi par le ralliement de presque toutes les autres cités toscanes au grand-duc Léopold ii, soutenu par l'armée autrichienne. Seule Livourne résiste et ne tombe qu'un mois plus tard, après le dur siège que lui imposent les Autrichiens.

58La révolution de 1848 marque une rupture. C'est une rupture entre l'élite modérée livournaise et les autres forces sociales de la cité, politiquement plus radicales, rupture qui recouvre une divergence mise au jour entre deux conceptions de la nation : celle, exclusive, en voie d'affirmation, de l'État-nation, et celle, plus souple, plus polysémique et plus ancienne, des « nations » du négoce. 1848 marque le temps des choix, en traçant une frontière définitive entre Toscans - puis Italiens - et étrangers, obligeant chacun à choisir plus nettement son appartenance. C'est aussi une rupture entre Livourne et Florence, sur fond de lutte pour l'hégémonie régionale, puis d'occupation de la ville par les Autrichiens et les troupes du grand-duc.

59Le dynamisme livournais des années 1830 est désormais cassé. Tandis que la peur de la révolution et la remise au pas de la ville mettent sous le boisseau tout projet local de réforme, le grand négoce se consacre essentiellement à ses affaires et déserte le terrain social. N'étant plus fédérée par un projet local, l'élite locale se délite, les forces centrifuges qui la travaillent l'emportent. Une partie du négoce s'oriente plus résolument vers la finance toscane, puis italienne après l'Unité, sans que la ville en tire réellement profit.

60Si Livourne, dans la deuxième moitié du xixe siècle, ne connaît pas le destin de grandes villes portuaires comme Marseille ou Barcelone, c'est sans doute qu'elle n'a pu voir se constituer une grande bourgeoisie locale porteuse d'un projet pour la cité. Ce manque d'autonomie et de cohésion n'a pas seulement des causes endogènes : il tient aussi à l'attitude du pouvoir central, Florence imposant à la ville portuaire un ordre qui limite son essor. Livourne entre donc dans l'État national italien dans de mauvaises conditions. La fin du port franc (1868), son reclassement économique au niveau d'un port d'envergure plus modeste, sans obtenir en échange d'autres avantages significatifs (politiques, administratifs), accroissent les difficultés économiques et sociales qui frappent la cité dans le quart de siècle qui suit l'unification. La fin de la ville des franchises n'étant pas compensée par une solide position régionale, c'est surtout du pouvoir central italien que vient la relance de la cité, à partir d'un projet industriel national qui ne s'affirme vraiment qu'à partir des années 1880.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Fettah, Samuel, Les limites de la cité. Espaces, pouvoir et société à Livourne au temps du port franc (xviie-xixe siècle), Paris, Maisonneuve et Larose, 2004.

Filippini, Jean-Pierre, Il porto di Livorno e la Toscana, 1676-1814, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1998, 3 vol.

LoRomer, David, Merchants and Reform in Livorno, 1814-1868, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 1987.

Mangio, Carlo, Politica toscana e rivoluzione. Momenti di storia livomese, 1790-1801, Pise, Pacini, 1974.

Notes

1 L. Frattarelli Fischer, « Dai documenti al modello in scala. Livorno alla metà del Settecento », Storia urbana, 52, 1980, p. 42.

2 M.-L. Conforto, L. Frattarelli Fischer, « II "prospetto delle case" di Livorno alla meta del 700 », Storia urbana, 21, 1982, p. 34-41.

3 E. Fasano Guarini, « La popolazione », in Livomo e Pisa : due città e un territorio nella politica dei Medici, Pise, 1990, p. 199-215.

4 F. Braudel, R. Romano, Navires et marchandises à l'entrée du port de Livourne (1547-1611), Paris, 1951 ; G. Pagano de Divitis, Mercanti inglesi nell'Italia del Seicento, Venise, 1990.

5 E. Fasano Guarini, « Esenzioni e immigrazioni a Livorno tra sedicesimo e diciassettesimo secolo », in Livorno e il Mediterraneo nell'età medicea, Livourne, 1978, p. 56-76.

6 J.-P. Filippini, « Les nations à Livourne (xviie-xviiie siècles) », in S. Cavaciocchi, ed., I porti come impresa economica, Prato, 1988, p. 581-594.

7 F. Mineccia, « Economia e società a Livorno durante la guerra dei Sette Anni attraverso alcune annotazioni inedite di Stefano Bertolini », Ricerche storiche, XIII, 1983, p. 205-232.

8 J.-P. Filippini, « Il movimento del porto di Livorno durante il primo periodo lorenese (1737-1801) », in Z. Ciuffoletti, L. Rombai, eds, La Toscana dei Lorena. Riforme, territorio, società, Florence, 1989, p. 49-80.

9 C. Ciano, « Pietro Leopoldo e il problema del porto di Livorno », in La Toscana dei Lorena..., ibid., p. 81-91.

10 B. Sordi, L'amministrazione illuminata. Riforma delle comunità eprogetti di costituzione nella Toscana Leopoldina, Milan, 1986.

11 S. Fettah, « Les émeutes de Santa Giulia à Livourne. Conflits locaux et résistances au despotisme éclairé dans l'Italie de la fin du xviiie siècle », Provence historique, L, 2000, p. 459-470.

12 S. Marzagalli, Les boulevards de la fraude. Le négoce maritime et le Blocus continental, 1806-1813 : Bordeaux, Hambourg, Livourne, Villeneuve-d'Ascq, 1999.

13 D. LoRomer, Merchants and Reform in Livorno, 1814-1868, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1987.

14 N. Badaloni, Democratici e socialisti livomesi nell'Ottocento, Rome, 1966.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.