Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles

 | 
Jean Boutier
, 
Sandro Landi
, 
Olivier Rouchon

Première partie. Moments d'une dynamique politique

V. L'État des Habsbourg-Lorraine (1737-1799)

Emmanuelle Chapron

Texte intégral

1L'extinction de la lignée masculine des Médicis, à la mort en juillet 1737 du grand-duc Jean Gaston, marque une rupture profonde dans l'histoire toscane. Habsbourg et Bourbons, dont les zones d'influence respectives en Italie se recomposent entre les guerres de succession d'Espagne (1700-1713) et de Pologne (1733-1738), statuent sur le sort du grand- duché dès avant la disparition de son souverain : la succession médicéenne est attribuée dans un premier temps à don Carlos de Bourbon, puis aux Habsbourg. En janvier 1737, l'empereur Charles VI concède la Toscane à son gendre François-Etienne, époux de Marie-Thérèse, qui a dû remettre son duché de Lorraine à l'ancien roi de Pologne, Stanislas Leczinski. Peu après la mort de Jean Gaston, la cour de Lunéville s'installe donc à Florence.

  • 1 Le mythe léopoldin est encore vivant de nos jours, comme en témoigne la décision de la région tosc (...)

2On s'intéressera ici aux deux premiers souverains habsbourg-lorrains, François-Etienne (1737-1765) et Pierre-Léopold (1765-1790). François-Étienne, empereur en 1745, réside à Vienne et est représenté à Florence par un conseil de Régence. Sous son règne, la situation extérieure longtemps instable et les oppositions politiques internes pèsent sur le cours des réformes entreprises pour renforcer l'autorité souveraine et améliorer le fonctionnement des institutions. Pierre-Léopold, son second fils, lui succède en 1765 et quitte le grand-duché en 1790 pour prendre la tête de l'Empire à la mort de son frère Joseph II. Il met en œuvre un projet complexe de transformation de l'État et de la société, largement ouvert aux suggestions de la réflexion politique et économique européenne. Sur l'instauration du libre-échange saluée par les physiocrates français ou sur le nouveau code pénal de 1786 qui abolit pour la première fois en Europe la peine de mort, se construit dès cette époque le mythe durable du « Salomon du Midi1 ».

  • 2 Pour la Toscane, F. Venturi, ed., Illuministi italiani, III, Riformatori lombardi, piemontesi e to (...)
  • 3 M. Mirri, « Dalla storia dei "Lumi" e delle "riforme" alla storia degli "antichi stati italiani". (...)

3Les axes de lecture de ces deux règnes ont été profondément renouvelés au cours des deux dernières décennies, dans le sillage des grandes inflexions de l'historiographie italienne sur le xviiie siècle. Dans les années 1960, Franco Venturi a fait des réformes le thème central de cette historiographie ; dans les anthologies des Illuministi italiani ou les volumes du Settecento riformatore, il s'est attaché à retracer, plus que leur application, la circulation des idées, la genèse et la discussion des projets de réforme entre les intellectuels, ces Illuministi pleinement insérés dans les Lumières européennes mais qui, à la différence des philosophes français, ont comme fonctionnaires ou proches du pouvoir une capacité concrète d'agir2. Cette référence dominante, qui marque les recherches pendant plusieurs décennies, n'empêche certes pas l'existence d'autres lignes interprétatives, plus sensibles aux divergences perceptibles derrière cette commune « volonté de réforme ». Depuis les années 1980, l'intérêt s'est déplacé de l'histoire des idées vers une histoire plus politique et institutionnelle, attentive aux appareils de gouvernement. Le découpage schématique qui ferait se succéder l'inertie des derniers Médicis, les réformes tâtonnantes et inabouties de la Régence et la vitrine brillamment éclairée du règne léopoldin est alors remis en cause. On s'interroge sur les facteurs qui déterminent la mise en œuvre des réformes, sur les ruptures et les continuités que les nouveaux souverains opèrent avec la Toscane médicéenne ou qui sont à l'œuvre entre les règnes du père et du fils, sur les dynamiques politiques communes dans les États italiens. L'analyse fine de la culture des classes dirigeantes, des luttes politiques et des conflits d'intérêts met à mal un élément clé du mythe léopoldin, l'apparente linéarité et cohérence du processus réformateur3.

La Régence entre continuités et « nœud gordien »

  • 4 J.-C. Waquet, « Tra principato e lumi : lo spazio della Reggenza nella Toscana del Settecento », S (...)

4Le grand-duché tient sous la Régence une place particulière dans l'orbite des Habsbourg. Considéré par François-Étienne comme une possession lorraine, il est juridiquement distinct des territoires de la monarchie autrichienne ; il est administré de Vienne par un Conseil pour les affaires de Toscane dans lequel les Lorrains sont nombreux, et ses finances sont autonomes. D'un point de vue stratégique et militaire, il est pourtant étroitement dépendant de Vienne. C'est en effet une pièce fragile dans les nouveaux équilibres italiens des années 1730, remis en cause dès 1740 par la guerre de succession autrichienne déclenchée à la mort de Charles VI : la menace militaire espagnole, relayée un temps par un actif « parti espagnol » toscan, pèse sur la vie politique florentine jusqu'à la fin des années 1740. Dans ces circonstances, les nouveaux dirigeants se trouvent confrontés à la double exigence, peu conciliable, d'entreprendre des réformes pour affirmer les intérêts politiques et financiers de l'État tout en s'assurant de la fidélité des classes dirigeantes locales. En 1737, alors que de nombreuses charges de la cour médicéenne sont supprimées (autant par souci d'économie et d'efficacité administrative que pour faire de la place au personnel lorrain qui arrive alors à Florence), de grands représentants du patriciat florentin prennent place aux côtés des Lorrains dans le nouveau Conseil d'État. On y trouve en particulier le sénateur Carlo Ginori, figure stratégique car lié à la grande famille des Corsini, celle du pape Clément XII qui soutient le parti des Bourbons4.

  • 5 A. Contini, La reggenza, op. cit., p. 22-41.

5En septembre 1737, Emmanuel de Richecourt, fidèle et efficace serviteur de la dynastie lorraine, rapporte à François-Étienne dans une formule devenue célèbre que « le gouvernement de ce pays est un chaos presque impossible à débrouiller, c'est un mélange d'aristocratie, de démocratie et de monarchie... Le seul expedient pour désmeler ce nœud qu'on peut appeler gordien, sera de le couper et de prendre un nouveau système ». Il condamne l'attitude de la classe dirigeante florentine, les divisions du territoire, la corruption de l'appareil administratif. Dans son Plan des changements à faire en Toscane, il expose la nécessité d'une réorganisation des finances et des magistratures et d'une refonte des lois. Une telle radicalité a souvent incité les historiens à voir dans la rupture dynastique subie par la Toscane, comme par d'autres États italiens dans le premier tiers du xviiie siècle, le facteur principal dans la mise en place des politiques de réformes. Celles-ci s'appuieraient sur la culture politique des nouveaux souverains, sur leur indifférence aux intérêts locaux, sur leur souci de tirer de substantiels revenus de leurs nouveaux États. Les grandes lignes du règne lorrain de François-Étienne (1729-1737), qu'il s'agisse de l'attention sourcilleuse à l'efficacité de l'administration, de la sévère réforme financière, du strict contrôle des privilèges nobiliaires ou de la méfiance envers l'institution ecclésiastique, trouvent en effet un écho dans la politique de son règne toscan. L'habitude de gouverner ses États de loin - il ne réside que quelques années en Lorraine et ne visite qu'une fois Florence, en 1739 —, et dans une perspective large, celle de l'Empire, le dégage des liens territoriaux et sociaux. Il est par ailleurs représenté à Florence par des ministres nourris d'une rigoureuse conception des prérogatives du souverain, ancrée dans l'absolutisme du xviie siècle5.

  • 6 M. Verga, Da « cittadini » a « nobili ». Lottapolitica e riforma delle istituzioni nella Toscana d (...)

6Cette culture politique lorraine apparaît en nette opposition avec le débat sur les fondements institutionnels et politiques du grand-duché que la perspective de l'extinction de la dynastie médicéenne a suscité dans la classe dirigeante florentine, dès le début du xviiie siècle. A ce débat participe le renouvellement de la culture juridique que l'on observe en particulier à l'université de Pise, qui accole à la centralité du droit romain une nouvelle sensibilité aux thèmes du droit naturel et du contrat. La revendication de l'autonomie politique du grand-duché se trouve renforcée par la renaissance du mythe étrusque, et la relecture du principat médicéen, en particulier du tournant de 1532, se fait dans le sens d'un « contrat » passé entre le prince et l'aristocratie florentine. Ces deux axes forts apparaissent comme le substrat d'une veine anti-despotique vivace tout au long de la Régence6.

  • 7 Sur le thème des « pré-réformes » du xviie siècle, M. Verga, « Il Granducato di Toscana tra Sei e (...)

7Mais la seule rupture dynastique n'explique pas toute la dynamique du mouvement réformateur, qui s'enracine aussi dans les mutations économiques et sociales à l'œuvre dans la Toscane des derniers Médicis. La croissance économique des centres urbains mineurs, la poussée des groupes sociaux nouveaux qui en sont issus, le déclin des oligarchies urbaines traditionnelles remettent alors en cause les équilibres institutionnels consolidés entre le xve et le xvie siècle. De manière significative, les adaptations entreprises par le grand-duc Côme III (1670-1723) dans la première phase de son règne concernent avant tout les institutions chargées du contrôle financier et administratif sur les communautés. La dynastie lorraine se trouverait donc face à un problème, celui de la nécessaire adaptation de l'assise politico-institutionnelle aux mutations sociales et culturelles, que l'on a commencé à affronter dès avant son arrivée. Certes, sans grand résultat : mais la participation au processus réformateur engagé par les Lorrains d'une partie de la classe dirigeante florentine, consciente des transformations à mener, semble bien être une condition nécessaire à la réussite de cette politique de réformes7.

Les premières réformes

8En 1739, soucieux de ménager les oppositions à Richecourt, François- Étienne institue trois conseils suprêmes, les conseils de Régence, de Finances et de Guerre. Ceux-ci deviennent le théâtre de la confrontation des milieux dirigeants, opposant le parti des Lorrains autour de Richecourt, décidés à trancher le « nœud gordien », aux Toscans ralliés au nouveau régime, groupés malgré leurs rivalités personnelles autour de Carlo Ginori. Ces derniers ne se présentent pas en défenseurs inconditionnels de l'héritage médicéen, mais en avocats d'une ligne alternative, plus soucieuse des équilibres politiques et sociaux existants et nourrie des débats suscités dans les décennies précédentes par le problème de la succession médicéenne. Les problèmes de la gestion financière du grand-duché, des relations avec l'Église, de la réforme de la législation, mettent rapidement en lumière les oppositions politiques et les conflits d'intérêts.

  • 8 J.-C. Waquet, Le grand-duché de Toscane sous les derniers Médicis. Essai sur le système des financ (...)

9C'est sans doute autant le souci de réforme institutionnelle que les exigences financières du grand-duc et la pression militaire qui poussent à améliorer rapidement l'administration du système financier et fiscal. Après le conseil des Finances établi en 1739 sur le modèle lorrain, sont instituées en 1740 la Ferme générale, chargée des recettes indirectes, et la Chambre grand- ducale, qui remplace une partie des magistratures fiscales8. Loin de n'être qu'un simple expédient ou un obstacle au processus ultérieur des réformes, l'institution de la Ferme est une mesure importante pour la rationalisation du système, l'élimination des abus, la centralisation de l'autorité et, à terme, l'augmentation des revenus. Mais c'est aussi, au moins dans un premier temps, un vecteur efficace de la pénétration des intérêts lorrains en Toscane, dans la mesure où une partie du personnel financier toscan a été remplacée par des fonctionnaires lorrains et que les plus hautes charges, domaine réservédu patriciat florentin, lui échappent presque entièrement : c'est là, plus que dans le principe même de la Ferme, que le bât blesse pour les Florentins.

  • 9 Le giurisdizionalismo (juridictionnalisme) prône l'extension progressive de la juridiction de l'Ét (...)
  • 10 C. Fantappie, Il monachesimo modemo tra ragion di Chiesa e ragion di Stato. Il caso toscano (xvi-x (...)
  • 11 S. Landi, Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscana del Settecento(...)

10La politique d'affirmation des droits de l'État contre les pouvoirs ecclésiastiques, réclamée par Richecourt dès 1737, rencontre, elle, une position toscane analogue, mûrie dans les dernières années du xviie siècle et alimentée par le renouvellement de la culture juridique. Cette position favorable au renforcement du « juridictionnalisme » est représentée par Giulio Rucellai au secrétariat du Regio Diritto, l'organe chargé de la défense de la juridiction du prince contre les prétentions de la curie romaine et des ecclésiastiques9. Dans ce cadre juridique, on cherche à réduire le nombre des ecclésiastiques réguliers, jugés responsables de la restriction du flux des richesses, et on poursuit le processus de laïcisation de l'assistance, engagé par Côme III et Jean Gaston, avec la suppression de plus de cinq cents hôpitaux et hospices ecclésiastiques entre 1741 et 175510. L'important édit sur l'édition et la censure du 28 mars 1743, s'il conserve une double révision, laïque et ecclésiastique, des manuscrits, attribue au conseil de Régence la compétence exclusive de décider in fine de leur publication11. Ces mesures font de la Toscane le précurseur de la grande offensive anti curiale et juridictionnaliste engagée dans les années 1760 par plusieurs États italiens. Loin de s'immiscer dans les questions d'organisation ou de discipline des institutions religieuses, la Régence poursuit l'érosion des privilèges économiques, juridiques et fiscaux des ecclésiastiques à travers des règlements concernant l'intérêt général. La limitation, mais surtout la négation progressive de toute légitimité à ces droits apparaissent comme la condition nécessaire à la modernisation institutionnelle de l'État.

  • 12 Il s'agit du code de Victor Amédée II de Savoie (1723), loué par Muratori dans De' difetti della g (...)
  • 13 M. Verga, Da cittadini a nobili, op. cit., p. 131-167, 206-226.

11Dès 1737, Richecourt avait souligné l'urgence d'une réforme des magistratures et des lois pour la résolution du « nœud gordien ». Après qu'une grande enquête menée en 1744 sur les magistratures judiciaires a mis en lumière les dysfonctionnements de la justice et de l'assise institutionnelle du grand-duché, François-Étienne confie au sénateur Neri Venturi la réforme de l'administration de la justice et à Pompeo Neri, un proche de Ginori, le soin de « travailler à la refonte generale de toutes les loyx [...] pour n'en former qu'un code à l'imitation de celui de Savoye12 ». Les enjeux culturels et politiques de cette réforme, qui occupe alors de nombreux États européens, sont de taille. Aux défenseurs du droit absolu du souverain à la réforme des « défauts de la jurisprudence », Pompeo Neri oppose la rationalité et l'universalité du droit romain, qui doit servir de limite et de garantie contre l'arbitraire législatif du prince. Surtout, il lie la réforme législative à la nécessaire adaptation des institutions héritées du principat médicéen aux nouveaux équilibres sociaux et politiques : il développe ainsi, en opposition à Richecourt, des perspectives de réforme soucieuses des réseaux d'intérêts existants et porteuses de réflexions nouvelles et fécondes, comme la proposition d'attribuer aux propriétaires fonciers un rang de citoyenneté. L'impossibilité de définir dans le climat houleux de la Régence un consensus sur la réforme institutionnelle du grand-duché explique, sans doute autant que les problèmes d'ordre théorique ou pratique, l'abandon de l'entreprise13.

De Richecourt à Botta Adorno

  • 14 On peut rapprocher l'affirmation politique de Richecourt de celle de Pallavicini à Milan, promoteu (...)
  • 15 Muratori publie le texte de la loi sur les fidéicommis dans Della pubblica felicità (1749). Sur la (...)
  • 16 M. Verga, Da cittadini a nobili, op. cit., p. 257-271. J. Boutier, « I libri d'oro del granducato (...)
  • 17 S. Rotta, « Montesquieu nel Settecento italiano », in G. Tarello, ed., Materiali per una storia de (...)

12La fin des années 1740 marque un tournant dans la vie politique toscane. La conclusion de la guerre de succession autrichienne avec la paix d'Aix-la-Chapelle en 1748 lève enfin l'hypothèque espagnole sur la Toscane. L'éloignement de Carlo Ginori (nommé gouverneur de Livourne en 1746) suivi de celui de Pompeo Neri (appelé à Milan en 1749) manifeste le soutien de François-Étienne à la ligne de réformes de Richecourt. Le renforcement politique et administratif du département des finances, dont Richecourt devient président, aux dépens du conseil de Régence, témoigne d'autre part de la centralité des préoccupations économiques14. La politique mise en œuvre après 1747 conjugue ainsi l'affirmation de l'autorité de l'État et le souci du développement économique : la réforme des fidéicommis en 1747, qui réserve désormais cette pratique à la noblesse et pour quatre générations seulement, ou la loi sur la mainmorte de 1751, dont le grand artisan est Giulio Rucellai, relèvent autant du juridictionnalisme que de la préoccupation du pouvoir de favoriser la mobilité des terrains et les investissements de capitaux dans l'agriculture15. La loi sur la noblesse et la citoyenneté (1750), étroitement liée aux réformes précédentes, à la loi sur les fiefs de 1749 et aux réflexions de Neri sur la codification des lois, fait pour la première fois de la noblesse un corps légalement défini. Il ne s'agit pourtant pas seulement, comme dans les autres États européens, de fixer les critères pour la reconnaissance du titre et des privilèges, mais de faire de l'autorité souveraine la source de la légitimité de la noblesse, qui doit présenter ses preuves et se faire enregistrer16. Ces lois qui apparaissent en rupture ouverte avec l'histoire de la noblesse toscane raniment les oppositions et le débat politique et culturel : le ferment anti-despotique se nourrit de la récupération de la tradition machiavélienne et de la lecture de l'Esprit des lois qui, en proposant le modèle d'un gouvernement monarchique non despotique et constitutionnel, représente alors un des principaux terrains de réflexion sur l'État et la souveraineté17.

  • 18 J.-C. Waquet, « La nomina del marchese Botta Adorno a capo del governo toscano (1757) e la posizio (...)

13Mais la grande période de Richecourt est de courte durée : en novembre 1756, malade, il est remplacé par le maréchal Antonio Botta Adorno, militaire de carrière, ancien ministre plénipotentiaire des Pays-Bas autrichiens et habile administrateur. Ce choix n'implique pourtant pas une plus grande intégration de la Toscane dans l'orbite Habsbourg et les grands axes de la politique de François-Étienne demeurent inchangés : l'autonomie institutionnelle du grand-duché est préservée, le souci de l'information et d'une bonne gestion financière est réaffirmé et donne lieu à de grandes enquêtes, sur le port de Livourne ou la Maremme. La modification des équilibres politiques dans le sens d'une radicale « délorrainisation » (dans le personnel financier par exemple), la nomination de nouveaux sénateurs marquent d'autre part une nette volonté de réconciliation avec la classe dirigeante toscane. Cette attention aux réalités politiques et économiques locales doit être doublement interprétée, dans le cadre d'une monarchie Habsbourg stabilisée après des années difficiles et dans l'optique de la préparation de la « secondo géniture », instaurée en 1763 en faveur de Pierre-Léopold, après la renonciation de son aîné Joseph à la succession toscane18 .

Le règne de Pierre-Léopold

  • 19 C. Lebeau, Aristocrates et grands commis à la Cour de Vienne (1748-1791). Le modèle français, Pari (...)

14La perspective, dès 1763, d'un souverain résident, suivie de l'arrivée de Pierre-Léopold à Florence en 1765, est applaudie par des Toscans impatients de n'être plus une « province » de l'Empire et alimente les projets de réformes autour du jeune souverain. Mais en 1766, la faiblesse de Botta Adorno, l'inexpérience du grand-duc en matière de finances et ses velléités d'indépendance poussent Marie-Thérèse à remplacer le maréchal par un homme de confiance, le comte Rosenberg Orsini, chargé de superviser l'action de son fils. C'est un homme expérimenté, pétri de cette « science de l'administration publique » aux références multiples, de la physiocratie au caméralisme, au Polizeistaat et aux Lumières juridiques, commune aux grands commis de l'Empire19. Sous sa houlette, jusqu'en 1771, se construit une collaboration étroite entre le nouveau souverain et les ministres toscans de la Régence, Giulio Rucellai, Pompeo Neri, ou de plus jeunes administrateurs comme Francesco Maria Gianni ou Angelo Tavanti.

  • 20 M. P. Paoli, R. Graglia, « Marco Lastri : aritmetica politica e statistica demografica nella Tosca (...)
  • 21 A. Contini, F. Martelli, « Il censimento del 1767. Una fonte per lo studio della struttura pro- fe (...)
  • 22 M. Mirri, La lotta politica in toscana intorno alle « riforme annonarie » (1764-1775), Pise, 1972  (...)
  • 23 D. Baggiani, « Progresso tecnico e azione politica nella Toscana leopoldina : la camera di com- me (...)
  • 24 Voir les contributions de L. Rombai, C. Creti, P. Vichi, P. Bellucci in Z. Ciuffoletti, L. Rombai, (...)
  • 25 Mirabeau dédie en 1769 ses Économiques à Pierre-Léopold, « Prince qui a voulu faire l'essay de pre (...)
  • 26 M. Mirri, « Per una ricerca sui rapporti fra "economisti" e riformatori toscani. L'abate Niccoli a (...)

15Le début du règne coïncide d'autre part avec l'une des pires famines qui frappent le pays au xviiie siècle. Sous la Régence, partant du constat que le grand-duché n'était plus la puissance manufacturière qu'il avait été, mais une province agricole, des intellectuels et fonctionnaires toscans avaient débattu de la nécessité de libéraliser le commerce et de développer l'agriculture pour conjurer les épisodiques crises de subsistance. Une nouvelle culture économique et financière se développe, alors que les argumentations des physiocrates et l'exemple français fournissent pour une partie du personnel politique des cadres de référence et des instruments d'interprétation privilégiés20. La grande enquête sur l'agriculture, les manufactures et le commerce ordonnée par Pierre-Léopold en 1766 donne une accélération décisive au processus de réformes21. L'intense activité législative, entre 1767 et 1781, est le fruit de débats dans le personnel politique et l'opinion publique sur la structure globale de l'appareil de production du pays, ses assises sociales, le financement de l'État. Comme différents travaux l'ont montré, la législation résulte aussi des difficultés objectives, des conflits d'intérêts sectoriels ou locaux et des oppositions dans les milieux de gouvernement. Les mesures les plus importantes sont la libéralisation du commerce des grains, la suppression des anciennes magistratures de l'Annone, l'abolition des douanes intérieures (1768) qui précède l'élaboration d'un tarif douanier général (1781)22. Les tribunaux, les matricules et les taxes des corporations sont supprimés et en 1770 est créée une Chambre de commerce et d'arts qui réunit les corporations et doit œuvrer pour la libéralisation et le progrès technique23. L'unification économique du territoire est complétée par l'unification des poids et mesures en 1782, la modernisation du réseau routier et des canaux, les travaux de bonification24. Ces réformes sont l'occasion d'échanges étroits entre les économistes français, au premier rang desquels le marquis de Mirabeau, et certains fonctionnaires toscans. Dans ce cadre, l'élaboration d'une image idéale du processus réformateur toscan, progressif et prudent, qui trouve sa cohérence dans une matrice physiocratique, doit participer à la construction d'un consensus public autour de la politique dirigée par Angelo Tavanti25 Ces mesures économiques apparaissent en outre comme le prélude à une transformation profonde des structures administratives du pays : la reconnaissance de la centralité de l'agriculture comme source de richesse dans l'économie toscane (qui n'exclut pas une certaine réflexion sur le secteur manufacturier26) et du rôle des propriétaires fonciers comme interlocuteurs privilégiés du pouvoir rendent nécessaire une réorganisation de l'État, tant des équilibres politiques établis entre le centre et la périphérie que de l'administration fiscale.

  • 27 La ferme avait déjà évolué vers la forme de la régie sous la Régence : J.-C. Waquet, « Les fermes (...)
  • 28 L. Conte, « Il catasto lorenese », in Pompeo Neri, op. cit., p. 377-390 ; M. Mirri, « La fisiocra- (...)

16La réorganisation des finances de l'État est une préoccupation centrale de Rosenberg, qui propose en 1768 un programme à cet effet. Elle s'ordonne autour de deux axes complémentaires, la réduction de la dette publique et la réforme de la fiscalité. Si les réflexions sont encore une fois amorcées dès la fin de la Régence, le débat s'ancre sur une thématique nouvelle, l'utilisation de la fiscalité par l'État comme un instrument pour intervenir dans le développement économique et dans les équilibres sociaux : la Ferme générale est supprimée en 1768 au profit d'une gestion directe27. Dans la commission instaurée en 1769 pour préparer la réforme fiscale, le débat se trouve rapidement lié à celui de l'imposition unique sur la terre, sur le modèle physiocrate, soutenu en particulier par Pompeo Neri. On dispute aussi de la nécessité de la réfection du cadastre pour la rationalisation du système fiscal : le modèle du cadastre lombard, dans lequel Neri a joué un grand rôle entre 1747 et 1759, fait figure de référence. En 1774, la tassa di redenzione (taxe de rachat) se substitue à une série d'impositions directes, mais c'est plus un outil de simplification qu'une réelle réforme de la fiscalité. L'opposition de ministres comme Francesco Maria Gianni, hostile à un unique impôt direct et interprète des préoccupations des grands propriétaires toscans, ainsi que le déclin du « parti physiocrate » après la mort de Neri en 1776 et celle de Tavanti en 1781, font en revanche échouer le projet de cadastre28.

De la réforme des communautés au projet de constitution

  • 29 B. Sordi, L'amministrazione illuminata. Riforma delle comunità eprogetti di costituzione nella Tos (...)
  • 30 Ibid., p. 79-89.

17La réforme des communautés, entre 1772 et 1786, est une entreprise centrale dans le règne léopoldin, car autour d'elle s'ordonne la transformation des structures socio-économiques et institutionnelles du grand- duché29. À l'arrivée des Lorraine, les communautés, dotées de statuts plu- riséculaires d'une grande diversité, sans grande compétence, se trouvent sous le contrôle étroit des magistratures centrales. La Régence avait déjà mis le doigt sur le problème des rapports entre le pouvoir central et les communautés et indiqué la nécessité de leur redéfinition, mais s'était intéressée plus à la professionnalisation des magistratures qu'aux modalités de l'administration. L'attention du nouveau souverain se porte d'abord sur les magistratures centrales de l'administration économique du territoire, jugées redondantes et inefficaces : en 1769, le Magistrato dei Nove conservatori della Giurisdizione e Dominio Fiorentino, clef de voûte des rapports entre le centre et la périphérie, les Uffiziali dei Fiumi et les Capitani di Parte Guelfa sont supprimés et remplacés par la Chambre des communautés, lieux pieux, routes et fleuves. Comme dans la nouvelle Chambre de commerce, les compétences judiciaires et économiques sont séparées, la concentration des pouvoirs et le recrutement professionnel remplacent la traditionnelle gestion collégiale par des citoyens tirés au sort. Mais les rapports entre le centre et la périphérie n'en sortent pas modifiés, et les dysfonctionnements de la Chambre des communautés montrent rapidement les limites de la centralisation et de la rationalisation de l'existant. La reconnaissance de la centralité politique des propriétaires et le principe de l'administration des intéressés par eux-mêmes, que l'on trouvait déjà évoqués dans les mémoires de Pompeo Neri au début des années 1760, se dégagent alors, et dessinent la possibilité d'un nouveau modèle institutionnel30.

LA REFORME DES COMMUNAUTES SOUS PIERRE-LEOPOLD, 1765-1790 : le cas de la province inférieure siennoise

LA REFORME DES COMMUNAUTES SOUS PIERRE-LEOPOLD, 1765-1790 : le cas de la province inférieure siennoise

Cartographie : Alexandra Laclau EHESS

18En 1771, une commission présidée par Pompeo Neri est instituée pour la réforme administrative du grand-duché : les présences étatiques sur le territoire, justice et police, y sont redéfinies (recrutement professionnel, diffusion homogène sur le territoire, délimitation précise des fonctions). La réorganisation de l'administration économique, confiée à Francesco Maria Gianni, doit d'autre part libérer les communautés du contrôle des magistratures florentines et leur déléguer certaines compétences économiques. Les nouveaux règlements municipaux, qui précisent ces compétences et leur mise en œuvre, sont progressivement instaurés : on en vérifie d'abord le bon fonctionnement dans les communautés de Volterra et d'Arezzo entre 1772 et 1774, avant d'édicter en 1774 deux textes normatifs qui fixent les règles générales de la réforme, appliquée peu à peu sur tout le territoire jusqu'en 1786. Les règlements municipaux transforment durablement l'assiette administrative du territoire en la rationalisant par la suppression, l'agrégation ou la redéfinition des confins des communautés ; l'alignement du statut de Florence sur celui des autres municipalités est une rupture profonde dans les équilibres pluriséculaires établis entre la capitale et les aires dominées. Les institutions, souvent héritées de l'époque communale, sont remplacées par le Magistrat de la communauté (composé d'un Gonfalonier et de Prieurs), composé de propriétaires payant un cens minimum, et par un conseil général, constitué par tirage au sort dans une bourse comprenant tous les propriétaires. Les compétences des communautés sont exclusivement économiques : elles doivent gérer les infrastructures, répartir et collecter l'impôt entre les propriétaires. La Chambre des communautés reste l'organe intermédiaire entre les communautés et le pouvoir central ; ce dernier nomme en outre dans les communautés un chancelier chargé de l'application des lois. La réforme rompt donc avec l'esprit paternaliste de la Régence comme avec les mesures extrêmement centralisatrices appliquées par Joseph II dans l'Empire.

  • 31 Ibid., p. 155-185.
  • 32 Voir les exemples de Montecatini (A. Contini, « Ceto di governo locale e riforma comunitativa in V (...)

19La rupture provoquée tant dans les représentations politiques locales que dans les rapports entre le centre et la périphérie doit pourtant être nuancée. D'une part, les équilibres des pouvoirs locaux ne semblent pas bouleversés : dans les villes, le législateur a dû composer avec l'ordre social et les particularismes juridiques en établissant parfois des bourses spécifiques pour les nobles et les citoyens ; dans le règlement de Florence, le Sénat est conservé. Dans sa mise en place, la réforme perd donc de son uniformité et s'éloigne substantiellement du modèle physiocratique dont l'influence est déterminante dans la phase d'élaboration31. D'autre part, la marge de manœuvre des communautés est souvent réduite par l'intervention étatique dans l'aménagement du territoire et par le rôle croissant du chancelier32.

20Le rapport étroit, mais non univoque, entre la réforme des communautés et le projet de constitution qui lui est contemporain a été souligné par Francesco Maria Gianni (Memorie sulla Costituzione, 1805) et par l'historiographie récente. Le projet que Pierre-Léopold ébauche en 1779 dans les Idées sur la formation des États et la nouvelle constitution publique prévoit en effet la reconnaissance de la pleine citoyenneté aux seuls propriétaires, sans aucune distinction interne à ce groupe, et un système pyramidal d'assemblées, constituées sur une base censitaire, qui devront statuer sur un certain nombre d'affaires comme la guerre, les finances, la liberté du commerce ou l'intégrité territoriale. La forme monarchique de l'Etat n'est pas remise en cause, mais la rupture qualitative avec la réforme des communautés n'en est pas moins importante. Les sources d'inspiration semblent multiples, tant du côté du modèle physiocratique, du droit naturel et du contractualisme anglais du xviie siècle, que de la constitution de la Pennsylvanie ou des réformes de Gustave III de Suède. Le projet rédigé sur les indications de Pierre-Léopold par Francesco Maria Gianni et présenté en 1782 suscite l'incompréhension et l'hostilité des collaborateurs du grand-duc. La possibilité d'étendre le modèle de la communauté territoriale, créé pour la gestion économique, à celui d'une assemblée politique est mise en cause, ainsi que l'antinomie éventuelle entre le souverain et les propriétaires dans la définition de l'intérêt public (contestant alors la raison éclairée du prince comme moteur du processus réformateur).

  • 33 M. Verga, « Le istituzioni politiche », op. cit., p. 56-58.

21La portée politique du dessein léopoldin a suscité des controverses historiographiques. Dans sa radicalité, le projet peut apparaître comme l'aboutissement rêvé, utopiste par endroits, de toute la politique des réformes (qu'elle rappelle dans son préambule) et la conclusion de la reconstruction de l'État sur la base de la nouvelle cellule constituée par la communauté des propriétaires33. Le projet est abandonné en 1784 : la perspective d'une nouvelle union étroite de la Toscane à l'Empire, avec l'abandon par les Habsbourg du principe de la « secondo géniture toscane », a certainement joué, de même qu'un contexte toscan moins favorable. En effet, la réforme des communautés montre alors ses failles et la politique économique et fiscale est réorientée dans les années 1780, après la disparition de la première génération de conseillers, dans une sorte de « réforme des réformes » (M. Mirri) : on abandonne les projets de cadastre et d'imposition unique sur la terre et un nouveau tarif douanier commence à être élaboré.

Église, État et société

  • 34 Pierre-Léopold de Habsbourg-Lorraine, Relazioni sulgoverno della Toscana, éd. par A. Salvestrini, (...)

22Les Relations sur le gouvernement de la Toscane que Pierre-Léopold fait rédiger pour son fils en 1790, à la veille de son départ, évoquent dans le domaine des affaires ecclésiastiques un « plan et système » progressivement mis en acte34. En fait, la politique ecclésiastique léopoldine apparaît complexe, marquée par des influences diverses. Les premières mesures se rattachent sans nul doute à l'héritage de la Régence et à l'offensive juridictionnaliste menée dans les années 1760 à Vienne et en Italie : on notera en ce sens l'abolition de l'asile ecclésiastique et la nouvelle loi sur la mainmorte en 1769, la suppression du tribunal du Saint-office en 1782. D'autre part, la condamnation de la dévotion déréglée et des pratiques superstitieuses au profit d'une piété « éclairée », ainsi que la célébration des vertus utiles du christianisme, se nourrissent du réformisme dévotionnel de Muratori et du « catholicisme éclairé » vif dans la monarchie autrichienne.

  • 35 C. Fantappie, Riforme ecclesiastiche e resistenze sociali. La sperimentazione isrituzionale nella (...)
  • 36 M. verga, « Il vescovo e il principe », in M. Verga, B. Bocchini Camaiani, eds, Lettere di Scipion (...)

23La seconde moitié des années 1770 marque un tournant important qui correspond, à quelques années près, à celui que connaît l'Empire de Joseph II après la mort de Marie-Thérèse en 1780. Les réformes s'attaquent alors à la transformation des institutions et des fondements économiques de l'Église toscane et aux pratiques religieuses des sujets. Les argumentations jansénistes, dont l'influence se fait plus sensible dans toute l'Italie, trouvent un accueil favorable auprès de Pierre-Léopold, qui entretient des rapports privilégiés à partir de 1780 avec le nouvel évêque de Pistoia et de Prato, Scipione de' Ricci. La correspondance entre le prince et l'évêque ainsi que les archives de gouvernement ont permis une relecture critique de leurs relations. Certes, Pierre-Léopold partage avec l'évêque des positions doctrinales et s'intéresse de près à son action dans ses diocèses de Pistoia et de Prato, qui deviennent le terrain d'expérimentation d'une ligne de réformes cohérente. L'évêque, dégagé de sa dépendance envers Rome, et le curé de paroisse, mieux formé et libéré du système bénéficiai, doivent devenir les acteurs de la reconversion pastorale de l'Église35. Pourtant, Ricci reste étranger au processus de discussion et d'élaboration de la politique ecclésiastique, et le laboratoire janséniste que sont les diocèses de Pistoia et de Prato demeure une exception dans le grand-duché. L'affrontement entre l'évêque et les ministres, de plus en plus net à partir de 1784, peut se lire comme une opposition entre deux conceptions de la société et de l'État. Contre l'étanchéité idéale entre l'Église et l'État prônée par Ricci, les ministres défendent les prérogatives de l'État et l'existence d'un réseau complexe d'équilibres sociaux et économiques sous-jacents aux structures ecclésiastiques. C'est sur ce terrain de l'« économie publique » qu'est le mieux lisible la distance entre les aspirations jansénistes à la réforme de l'Église et le projet léopoldin de réforme de l'État et de la société36.

  • 37 C. Fantappie, Il monachesimo modemo, op. cit., p. 218-263.
  • 38 D. Toccafondi, « La soppressione leopoldina delle confraternite tra riformismo ecclesiastico e pol (...)
  • 39 C. Fantappié, « Promozione e controllo del clero nell'età leopoldina », in La Toscana dei Lorena, (...)

24Les réformes ecclésiastiques des années 1780 apparaissent en effet étroitement liées à la politique de rénovation économique et sociale du grand- duché. La suppression de la moitié des couvents toscans à partir de 1778 permet la rationalisation des structures des ordres, et leurs activités sont réorientées vers des tâches socialement utiles, instruction ou assistance37. Des Patrimoines ecclésiastiques, chargé de la gestion des biens des diocèses, sont institués en 1784 ; la liquidation d'une partie des grandes propriétés ecclésiastiques devait favoriser la promotion d'une nouvelle couche de cultivateurs, elle profite en fait plus à la petite bourgeoisie urbaine. En 1785, la suppression des confraternités du grand-duché et la création des compagnies de charité dans chaque paroisse s'inscrivent dans les débats en cours sur l'assistance et la pauvreté38. La paroisse devient la microstructure centrale dans la vie des sujets ; dans l'attention portée par Pierre-Léopold aux curés, on retrouve tant les inspirations du jansénisme et de l'Aufklärung catholique que la préoccupation de faire du clergé séculier, dans un réseau de paroisses réorganisé sur tout le territoire, un auxiliaire pour l'ordre social et le bon déroulement des réformes39.

  • 40 Punti ecclesiastici compilati e trasmessi da Sua Altezza Reale a tutti gli Arcivescovi e Vescovi d (...)
  • 41 On note dans cette dernière phase la fermeture du tribunal de la Nonciature et la déclaration de l (...)

25La réunion de synodes diocésains et provinciaux, culminant dans un synode national toscan, aurait dû, pour Pierre-Léopold et les évêques jansénistes, aboutir à la transformation en profondeur les structures de l'Église. Le synode diocésain de Pistoia, qui a lieu en 1786 sous le contrôle étroit de Ricci et de Pierre-Léopold, est salué par les jansénistes européens. Les Cinquante-sept points ecclésiastiques, charte des réformes réalisées et à venir, envoyée à l'épiscopat en 1786, doivent servir de base de discussion pour le synode national. Le texte suscite en fait de vifs conflits dans le groupe de Ricci comme chez les évêques toscans, autour des points de discorde que sont la réforme du système des bénéfices et le principe de l'octroi aux curés du vote délibératif dans les synodes diocésains40. L'assemblée de Florence, préliminaire au synode national, marque ainsi en juin 1787 l'échec des aspirations gallicano-jansénistes du réformisme ecclésiastique, sous les coups d'une opposition diverse mais à cette occasion convergente, et l'ouverture d'une nouvelle phase de mesures d'empreinte plus juridictionnaliste41.

  • 42 L. A. Muratori, Della pubblica felicità oggetto de'buoni principi [Venise] 1749.
  • 43 Sur les réformes des institutions scolaires, T. Calogero, « Scuole e comunità. La riforma dell'ist (...)
  • 44 Parmi une vaste bibliographie : G. Barsanti, V. Becagli, R. Pasta, eds, La politica della scienza. (...)

26L'exemple de la politique ecclésiastique témoigne d'une transformation complexe des rapports entre l'État et la société sous le règne léopoldin. L'exaltation du rôle de l'État comme garant de la « félicité publique », nourrie de la pensée de Muratori, puis des idées des Lumières et de l'utilitarisme anglais dans la deuxième moitié du siècle, a conduit en Toscane comme dans d'autres États italiens à une extension considérable de ses domaines d'intervention42. La « politique de la science », éclairée par plusieurs travaux récents, devient en particulier un élément clé de la pratique du gouvernement, dans le cadre de l'unification et de la valorisation du territoire ou de la laïcisation de l'assistance hospitalière. Plusieurs travaux ont également souligné l'importance des aspects pédagogiques dans une politique attentive à la formation d'une opinion publique éclairée, alors que s'impose la dimension publique de la politique43. La volonté de renouveler les références culturelles toscanes et d'y ancrer la « mobilisation utilitaire de la science » est par exemple soutenue par des traductions ou par la réforme des académies savantes qui doivent participer au débat réformateur et aux choix du gouvernement44.

  • 45 C. Mangio, La polizia toscana. Organizzazione e criteri d'intervento (1765-1808), Milan, 1988 ; A. (...)
  • 46 P.A. Maccioni, « Critiche inglesi all'operato di Pietro Leopoldo in Toscana », in La Leopoldina ne (...)

27Mais ces entreprises témoignent en même temps de l'ambiguïté de la politique léopoldine, objet de récents débats historiographiques. Les aspects « éclairés » y semblent souvent indissociables d'une volonté de contrôle présente dès le début du règne, et plus nettement à partir des années 1780, après le voyage de Pierre-Léopold à Vienne et le tournant janséniste. La rationalisation aux effets souvent sclérosants, les mesures intrusives et disciplinaires témoignent de l'ambition aux accents parfois paternalistes de construire une société réglementée et moralisée. Ainsi, les mesures touchant aux manifestations religieuses oscillent de manière ambiguë entre tutelle de l'ordre public et réforme de la piété, l'activité théâtrale est restreinte et la censure se durcit dans les années 1780. La réforme de la police, en 1777 puis en 1784, en fait un instrument aux pouvoirs étendus, chargé de la surveillance des mœurs, de l'information du prince, de l'administration de la ville, selon de nouvelles règles de gouvernement étrangères aux réseaux citadins et aux anciennes magistratures45. Ces mesures nourrissent un mécontentement diffus aux manifestations non univoques, troubles urbains, réserves des observateurs étrangers, oppositions internes au gouvernement sur la politique ecclésiastique ou économique. On est peut-être au cœur des contradictions et des limites de l'absolutisme éclairé de la fin du siècle, qui libère des dynamiques socio-culturelles fortes, qui agissent ensuite parfois dans un sens différent de l'action de gouvernement et s'avèrent peu contrôlables46.

  • 47 A. Contini, « Concezione della sovranità e vita di corte in età leopoldina (1765-1790) », in A. Be (...)
  • 48 O. Gori, « Progettualità politica e apparati amministrativi nelle Relazioni di Pietro Leopoldo del (...)

28Le renforcement du contrôle de l'Etat sur le territoire et sur la société ainsi que l'évolution des critères de légitimation du pouvoir, marquée par l'idéologie du bien public, s'accompagne de transformations dans le gouvernement et l'administration de l'État. Elevé à Vienne dans une conception très haute de la tâche de souverain, infatigable travailleur, Pierre- Léopold tend à réduire progressivement les rites de la cour au profit de son cabinet de travail ou de sa vie privée. Son règne voit ainsi un glissement significatif vers de nouvelles images de la souveraineté, qui s'échappe du cercle fermé de la cour pour se confronter à la population, rencontrée lors des festivités, des voyages ou des audiences publiques47. Son souci de l'information est constant, en témoignent les longues relations de voyages en Toscane, les notes détaillées prises sur chacun des fonctionnaires, les travaux des commissions ou des rapports d'informateurs moins officiels48.

  • 49 R. B. Lichtfield, Emergence of a Bureaucracy. The Florentine Patricians, 1530-1790, Princeton, 198 (...)

29Alors que la Régence a surimposé les nouvelles administrations aux magistratures héritées de la République ou du principat médicéen, Pierre- Léopold entreprend d'autre part la réorganisation de l'appareil d'État. Celle-ci passe par des transformations structurelles comme la suppression des magistratures redondantes ou devenues inutiles, une meilleure hiérarchisation et spécification des compétences des différents offices, la séparation nette entre le patrimoine du souverain et celui de l'État. Un autre pan de cette réorganisation est la formation d'une bureaucratie efficace et professionnelle. La réforme des institutions culturelles et universitaires, en Toscane comme ailleurs, procède en partie de l'attention plus nette portée à la formation des serviteurs de l'État, en particulier des juristes. Le nombre de fonctionnaires diminue à partir des années 1770 et leur recrutement se transforme, poursuivant des tendances engagées sous la Régence : l'élite patricienne, dont le souverain se méfie, disparaît quasiment au profit de non nobles, classe moyenne florentine mais surtout juristes et notables provinciaux. Les carrières sont normalisées selon le critère du mérite, et la surveillance de la bonne conduite et de l'efficacité des employés est constante49.

  • 50 G. Turi, « Viva Maria ». La reazionealle riforme leopoldine (1790-1799), Florence, Olschki, 1969, (...)

30À son départ en 1790, Pierre-Léopold apparaît comme un souverain au double visage : pour l'Europe, c'est le modèle du prince éclairé qui a reconnu les droits individuels des citoyens dans l'économie, l'administration ou la justice ; pour nombre de ses sujets, c'est un prince autoritaire, voire arbitraire, souvent haï. Dans la dernière décennie du siècle, nombreuses sont les réformes abolies ou modifiées par son successeur et second fils, Ferdinand III. Si la pression populaire et politique a joué un rôle majeur, en particulier dans l'abandon des réformes religieuses et du libéralisme économique, le contexte révolutionnaire a aussi pesé : Pierre-Léopold devenu empereur démantèle lui-même une partie des réformes de son frère Joseph II50.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Ciuffoletti, Zeffiro, Rombai, Leonardo, eds, La Toscana dei Lorena. Riforme, territorio, società, Florence, Olschki, 1989.

Contini, Alessandra, Parri, Maria Grazia, eds, Il Granducato di Toscana e i Lorena nel secolo xviii, Florence, Olschki, 1999.

Contini, Alessandra, La Reggenza lorenese tra Firenze e Vienna : logiche dinastiche, uomini e governo (1737-1766), Florence, Olschki, 2002.

Diaz, Furio, Mascilli MigliorinI, Luigi, Mangio, Carlo, Il Granducato di Toscana. I Lorena dalla Reggenza agli anni rivoluzionari, Turin, UTET, Storia d'Italia, XIII (2), 1997.

Istituzioni e società in Toscana nell'Età moderna, Rome, Ministero per i beni culturali, 1994, 2 vol.

Venturi, Franco, Settecento riformatore, I, Da Muratori a Beccaria, Turin, Einaudi 1969 ; II, La chiesa e la repubblica dentro i loro limiti, 1976 ; III, La prima crisi dell'antico regime, 1768-1776, 1979 ; IV, La caduta dell'antico regime, 1776-1789, 1984 ; V, L 'Italia dei Lumi, 1987-1990.

Verga, Marcello, Da « cittadini » a « nobili ». Lotta politica e riforma delle istituzioni nella Toscana di Francesco Stefano, Milan, Giuffrè, 1990.

Wandruszka, Adam, Léopold II, Munich-Vienne, Herold, 1964 (traduction partielle en italien : Pietro Leopoldo, un grande riformatore, Florence, Vallecchi, 1968).

Notes

1 Le mythe léopoldin est encore vivant de nos jours, comme en témoigne la décision de la région toscane en 2000 de faire du 30 novembre, date anniversaire du code pénal et de la suppression de la peine de mort, la fête de la Toscane.

2 Pour la Toscane, F. Venturi, ed., Illuministi italiani, III, Riformatori lombardi, piemontesi e toscani, Milan-Naples, 1958, et Settecento riformatore, Turin, 1969-1990.

3 M. Mirri, « Dalla storia dei "Lumi" e delle "riforme" alla storia degli "antichi stati italiani". Primi appunti », in A. Fratoianni, M. Verga, eds, Pompeo Neri. Atti del colloquio di studi di Castelfiorentino (6-7 maggio 1988), Castelfiorentino, 1992, p. 401-541 ; S. Landi, « Toscana e riforme. A proposito di alcune recenti pubblicazioni », Società e Storia, XV, 1992, p. 595-634 ; M. Verga, « Le xviiie siècle en Italie : le "Settecento" réformateur ? », Revue d'histoire moderne et contemporaine, XLV, 1998, p. 89-116. Sur la Régence : J.-C. Waquet, « La Toscane après la paix de Vienne (1737-1765) : prépondérance autrichienne ou absolutisme lorrain ? », Revue d'histoire diplomatique, XCIII, 1979, p. 1-21. Pour une comparaison entre la Lombardie et la Toscane : F. Diaz, « Toscana e Lombardia nell'età di Maria Teresa : modelli di sviluppo del riformismo asbur- gico in Italia », Studi settecenteschi, 1981, p. 7-34.

4 J.-C. Waquet, « Tra principato e lumi : lo spazio della Reggenza nella Toscana del Settecento », Società e Storia, VI, 1983, p. 37-48 ; A. Contini, La reggenza lorenese fra Firenze e Vienna. Logiche dinastiche, uomini e governo (1737-1766), Florence, 2002, p. 89-224.

5 A. Contini, La reggenza, op. cit., p. 22-41.

6 M. Verga, Da « cittadini » a « nobili ». Lottapolitica e riforma delle istituzioni nella Toscana di Francesco Stefano, Milan, 1990, p. 16-63.

7 Sur le thème des « pré-réformes » du xviie siècle, M. Verga, « Il Granducato di Toscana tra Sei e Settecento », in A. Contini, M. G. Parri, eds, Il Granducato di Toscana e i Lorena nel secolo xviii, Florence, 1999, p. 3-33, et dans un cadre italien, Id., « Le istituzioni politiche », in G. Greco, M. Rosa, eds, Storia degli antichi stati italiani, Bari, 1996, p. 38-47.

8 J.-C. Waquet, Le grand-duché de Toscane sous les derniers Médicis. Essai sur le système des finances et la stabilité des institutions dans les anciens États italiens, Rome, 1990, p. 533-569 ; Id., « La ferme de Lombart (1741-1749). Pertes et profits d'une compagnie française en Toscane », Revue d'Histoire moderne et contemporaine, XXV, 1978, p. 513-529 et « Les fermes générales dans l'Europe des lumières : le cas toscan », Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge Temps modernes, LXXXIX, 1977, p. 983-1027. On peut noter la concordance significative des rythmes politiques à Florence et à Milan, où Gian Luca Pallavicini propose en 1744 un plan de réformes similaire à celui de Richecourt et institue en 1749 une Ferme générale.

9 Le giurisdizionalismo (juridictionnalisme) prône l'extension progressive de la juridiction de l'État sur des matières auparavant considérées comme relevant de la compétence ecclésiastique : A. Pasquinelli, « Giulio Rucellai, Segretario del Regio Diritto (1734-1778). Alle origini della riforma leopoldina sul clero », Ricerche storiche, XIII, 1983, p. 259-296.

10 C. Fantappie, Il monachesimo modemo tra ragion di Chiesa e ragion di Stato. Il caso toscano (xvi-xix sec.), Florence, 1993, p. 201-218.

11 S. Landi, Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscana del Settecento, Bologne, 2000.

12 Il s'agit du code de Victor Amédée II de Savoie (1723), loué par Muratori dans De' difetti della giurisprudenza, Venise, 1742.

13 M. Verga, Da cittadini a nobili, op. cit., p. 131-167, 206-226.

14 On peut rapprocher l'affirmation politique de Richecourt de celle de Pallavicini à Milan, promoteur d'une ligne intransigeante de réformes.

15 Muratori publie le texte de la loi sur les fidéicommis dans Della pubblica felicità (1749). Sur la loi sur la mainmorte, M. Rosa, « La revisione della legge di ammortizzazione (1751) : il confronto tra Pompeo Neri e Giulio Rucellai », in Pompeo Neri, op. cit., p. 87-102.

16 M. Verga, Da cittadini a nobili, op. cit., p. 257-271. J. Boutier, « I libri d'oro del granducato di Toscana (1750-1860). Alcune considerazioni su una fonte di storia sociale », Società e Storia, XI, 1988, p. 953-966. Voir également ici-même la contribution de J. Boutier.

17 S. Rotta, « Montesquieu nel Settecento italiano », in G. Tarello, ed., Materiali per una storia della cultura giuridica, Bologne, 1971,1, p. 57-209 ; M. Rosa, Dispotismo e libertà nel Settecento. Interpretazioni « repubblicane » di Machiavelli, Bari, 1964.

18 J.-C. Waquet, « La nomina del marchese Botta Adorno a capo del governo toscano (1757) e la posizione istituzionale del Granducato nei conffonti della monarchia asburgica », in II Trentino nel Settecento fra Sacro Romano Impero e antichi stati italiani, Bologne, 1985, p. 263-284 ; A. Contini, La reggenza, op. cit., p. 225-336.

19 C. Lebeau, Aristocrates et grands commis à la Cour de Vienne (1748-1791). Le modèle français, Paris, 1996 ; M. Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne : la théorie du droit public impérial et la science de la police, 1600-1800, Paris, 1998.

20 M. P. Paoli, R. Graglia, « Marco Lastri : aritmetica politica e statistica demografica nella Toscana del 700 », Annali della Fondazione Luigi Einaudi, XII, 1978, p. 120-135 ; M. Mirri, « La fisiocra- zia in Toscana : un tema da riprendere », in Studi di storia medievale e moderna per Ernesto Sestan, Florence, 1978, II, p. 703-760 ; A. Alimento, « La réception des idées physiocratiques à travers les traductions : le cas toscan et vénitien », in B. Delmas, T. demals, P. Steiner, eds, La diffusion internationale de la physiocratie (xviiie-xixe siècles), Grenoble, 1995, p. 297-313.

21 A. Contini, F. Martelli, « Il censimento del 1767. Una fonte per lo studio della struttura pro- fessionale della popolazione di Firenze », Richerche storiche, XXIII, 1993, p. 77-122.

22 M. Mirri, La lotta politica in toscana intorno alle « riforme annonarie » (1764-1775), Pise, 1972 ; V. Becagli, Un unico territorio gabellabile. La riforma doganale leopoldina. Il dibattito politico 1767- 1781, Florence, 1983.

23 D. Baggiani, « Progresso tecnico e azione politica nella Toscana leopoldina : la camera di com- mercio di Firenze (1768-1782) », in G. Barsanti, V. Becagli, R. Pasta, eds, La politica della scienza. Toscana e stati italiani nel tardo Settecento, Florence, 1996, p. 67-99 ; C. Maitte, « Le réformisme éclairé et les corporations : l'abolition des Arts en Toscane », Revue d'Histoire moderne et contemporaine, XLIX, 2002, p. 56-88.

24 Voir les contributions de L. Rombai, C. Creti, P. Vichi, P. Bellucci in Z. Ciuffoletti, L. Rombai, eds, La Toscana dei Lorena. Riforme, territorio, società, Florence, 1989.

25 Mirabeau dédie en 1769 ses Économiques à Pierre-Léopold, « Prince qui a voulu faire l'essay de presque tout ce qu'il a passé depuis vingt ans par la tête des écrivains ». Sur la construction du mythe léopoldin, bâti d'abord autour des thèmes de la physiocratie puis évoluant de manière plus complexe, V. Becagli, « Il Salomon du Midi et l'Ami des hommes. Le riforme leopoldine in alcune let- tere del marchese di Mirabeau al conte di Scheffer », Ricerche storiche, VIII, 1977, p. 137-195 ; M. Mirri, « Riflessioni su Toscana e Francia, Riforme e Rivoluzione », Annuario dell'Accademia etrusca di Cortona, 1990, p. 117-233 ; S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 257-262 ; C. Mangio, « Rivoluzione e riformismo a confronto : la nascita del mito leopoldino in Toscana », Studi storici, XXX, 1989, p. 947-968.

26 M. Mirri, « Per una ricerca sui rapporti fra "economisti" e riformatori toscani. L'abate Niccoli a Parigi », Annali dell'Istituto Giangiacomo Feltrinelli, II, 1959, p. 55-120. Voir aussi ici-même la contribution de C. Maitte.

27 La ferme avait déjà évolué vers la forme de la régie sous la Régence : J.-C. Waquet, « Les fermes générales... », op. cit.

28 L. Conte, « Il catasto lorenese », in Pompeo Neri, op. cit., p. 377-390 ; M. Mirri, « La fisiocra- zia... », op. cit.

29 B. Sordi, L'amministrazione illuminata. Riforma delle comunità eprogetti di costituzione nella Toscana leopoldina, Milan, 1990 ; G. Manetti, La costituzione inattuata. Pietro Leopoldo di Toscana : dalla riforma comunitativa al progetto di costituzione, Florence, 1991.

30 Ibid., p. 79-89.

31 Ibid., p. 155-185.

32 Voir les exemples de Montecatini (A. Contini, « Ceto di governo locale e riforma comunitativa in Val di Nievole », in Una politica per U Terme : Montecarini e la Val di Nievole nelle riforme di Pietro Leopoldo, Sienne, 1985, p. 240-276), de Pescia (F. Martelli, « Cittadini, nobiltà e riforma comunitativa a Pescia », dans le même ouvrage, p. 110-133), de Prato (F. Angiolini, Il ceto dominante a Prato nell'età moderna, Pise, 1984, p. 117-125).

33 M. Verga, « Le istituzioni politiche », op. cit., p. 56-58.

34 Pierre-Léopold de Habsbourg-Lorraine, Relazioni sulgoverno della Toscana, éd. par A. Salvestrini, Florence, 3 vol., 1969 ; M. Rosa, « Politica ecclesiastica e riformismo religioso in Italia alla fine dell'antico regime », in D. Menozzi, La chiesa italiana e la rivoluzione francese, Bologne, 1990, p. 17-45, et « Giurisdizionalismo e riforma religiosa nella Toscana leopoldina », in Riformatori e ribelli nel '700 religioso italiano, Bari, 1969, p. 165-214.

35 C. Fantappie, Riforme ecclesiastiche e resistenze sociali. La sperimentazione isrituzionale nella diocesi di Prato alla fine dell'antico Regime, Bologne, 1986.

36 M. verga, « Il vescovo e il principe », in M. Verga, B. Bocchini Camaiani, eds, Lettere di Scipione de'Ricci a Pietro Leopoldo (1780-1791), Florence, I, 1990, p. 23-39.

37 C. Fantappie, Il monachesimo modemo, op. cit., p. 218-263.

38 D. Toccafondi, « La soppressione leopoldina delle confraternite tra riformismo ecclesiastico e politica sociale », Archivio storico pratese, LXI, 1985, p- 143-172.

39 C. Fantappié, « Promozione e controllo del clero nell'età leopoldina », in La Toscana dei Lorena, op. cit., p. 233-250.

40 Punti ecclesiastici compilati e trasmessi da Sua Altezza Reale a tutti gli Arcivescovi e Vescovi della Toscana e loro rispettive risposte, Florence, éd. par G. Cambiagi, 1787. A. Wandruszka note la convergence entre ce projet léopoldin de « démocratie ecclésiastique » dans les synodes et l'élargissement de l'espace politique en germe dans le projet contemporain de constitution (Léopold II, Munich-Vienne, 1964).

41 On note dans cette dernière phase la fermeture du tribunal de la Nonciature et la déclaration de la pleine autonomie des réguliers par rapport à leurs supérieurs non toscans en 1788.

42 L. A. Muratori, Della pubblica felicità oggetto de'buoni principi [Venise] 1749.

43 Sur les réformes des institutions scolaires, T. Calogero, « Scuole e comunità. La riforma dell'istru- zione pubblica nella Toscane di Pietro Leopoldo », Rassegna storica toscana, XLVI, 2000, p. 3-42. Sur la dimension publique de la politique, nous renvoyons à la contribution de S. Landi.

44 Parmi une vaste bibliographie : G. Barsanti, V. Becagli, R. Pasta, eds, La politica della scienza. Toscana e stati italiani nel tardo Settecento, Florence, 1996 ; R. Pasta, « Isntuzionalizzazione della scienza e controllo del sapere : il contributo di Pompeo Neri alla rinascita dei Fisiocritici », in Pompeo Neri, op. cit., p. 217-238 ; D. Baggiani, « Tecnologia e riforme nella Toscana di Pietro Leopoldo : la traduzione del The Advancement of Arts Manufactures and Commerce di William Bailey », Rivista storica toscana, CV, 1993, p. 515-554 ; G. Prontera, « Medici, medicina e riforme nella Firenze del '700 », Società e storia, VII, 1984, p. 783-820 ; S. Contardi, La casa di Sabmone a Firenze : l'imperiale e reale museo difisica e storia naturale, 1775-1801, Florence, 2002.

45 C. Mangio, La polizia toscana. Organizzazione e criteri d'intervento (1765-1808), Milan, 1988 ; A. Contini, « La città regolata : polizia e amministrazione nella Firenze leopoldina (1777-1782) », in Istituzioni e società in Toscana nell'Età moderna, Rome, 1994, II, p. 426-508. Voir également la contribution de S. Landi.

46 P.A. Maccioni, « Critiche inglesi all'operato di Pietro Leopoldo in Toscana », in La Leopoldina nel diritto e nella giustizia in Toscana, Milan, 1989, p. 561-645 ; I. Tognarini, F. Mineccia, « Tumulti urbani nella Toscana di Pietro Leopoldo », in L. Berlinguer, F. Colao, eds, Criminalità e società in età moderna, Milan, 1991, p. 167-229 ; S. Landi, Il governo delle opinioni, op. cit., p. 315- 344 ; R. Pasta, « Scienza e istituzioni nell'età leopoldina. Riflessioni e comparazioni », in La politica della scienza, op. cit., p. 23-34.

47 A. Contini, « Concezione della sovranità e vita di corte in età leopoldina (1765-1790) », in A. Bellinazzi, A Contini, eds, La Corte di Toscana dai Medici ai Lorena, Rome, 2002.

48 O. Gori, « Progettualità politica e apparati amministrativi nelle Relazioni di Pietro Leopoldo del 1773 », in Istituzioni e società in Toscana, op. cit., I, p. 291-321.

49 R. B. Lichtfield, Emergence of a Bureaucracy. The Florentine Patricians, 1530-1790, Princeton, 1986, p. 313-327 ; C. Capra, « Le fonctionnaire », in M. Vovelle, ed., L'homme des Lumières, Paris, 1996, p. 347-390.

50 G. Turi, « Viva Maria ». La reazionealle riforme leopoldine (1790-1799), Florence, Olschki, 1969, 2e éd., Bologne, 1999.

Table des illustrations

Titre LA REFORME DES COMMUNAUTES SOUS PIERRE-LEOPOLD, 1765-1790 : le cas de la province inférieure siennoise
Légende Cartographie : Alexandra Laclau EHESS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/15781/img-1.png
Fichier image/png, 828k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.