Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles

 | 
Jean Boutier
, 
Sandro Landi
, 
Olivier Rouchon

Première partie. Moments d'une dynamique politique

II. Le système politique florentin au xve siècle

Ilaria Taddei

Texte intégral

1Avec le gouvernement oligarchique des Albizzi puis l'avènement des Médicis, le monde politique florentin se transforma profondément. Les institutions communales furent progressivement vidées de leur sens, le pouvoir se concentra entre les mains d'une faction. Mais, au-delà des changements politico-institutionnels, ce qui demeura constant tout au long du Quattrocento fut l'attachement des Florentins à la tradition républicaine, jamais véritablement remise en question bien qu'éloignée de ses principes fondateurs. C'était précisément la principale caractéristique de Florence : alors qu'à la fin du siècle duchés, principautés et royaumes dominaient le reste de la péninsule, elle demeurait fidèle à la forme républicaine que les Florentins revendiquaient avec beaucoup d'orgueil. Ainsi, ce système politique atypique, jouant à la fois de la continuité et de l'innovation, faisait de la cité toscane un cas exceptionnel face aux autres villes italiennes et européennes.

Les cadres politiques d'une cité-État

  • 1 V. Arrighi, ed., Ordinamenti di giustizia fiorentini. Studi in occasione del VII centenario, Floren (...)

2Les institutions florentines de la fin du xive siècle se présentaient comme un système complexe, puisant ses origines dans l'histoire communale de la ville. Cette structure républicaine était le fruit du nouveau régime populaire (dit parfois Secondo Popolo) lié au pouvoir des corporations qui, à la fin du xiiie siècle, s'était fondé sur le Priorat des Arts et sur la législation contre les magnats, promue par les ordonnances de justice (1293-1295)1.

3À la base du pouvoir politique se trouvaient le conseil du podestat et celui du Capitaine du peuple, auxquels participaient des centaines de citoyens choisis selon une procédure mixte d'élection et de tirage au sort. Ces organes parallèles se réunissaient périodiquement et délibéraient sur toutes les dispositions législatives de la Commune. Cependant, ils n'avaient pas véritablement un rôle central dans la vie politique, confié à la Seigneurie. Celle-ci était composée de huit prieurs, deux pour chaque quartier de la ville, et du chef du gouvernement civil, le gonfalonier de justice, élu à tour de rôle au sein des quatre quartiers de Florence. Les huit prieurs avaient un pouvoir vaste mais limité dans le temps : selon le principe d'une rotation rapide des institutions centrales de la Commune, les prieurs, comme le gonfalonier de justice, étaient constamment renouvelés, tous les deux mois. La Seigneurie était l'institution suprême de la ville. Aidée par deux commissions plus restreintes les seize gonfaloniers de compagnies du popolo (quatre gonfaloniers pour chaque quartier de la ville) et les douze Bonshommes (Dodici Buonomini) -, elle s'occupait des affaires les plus importantes du gouvernement. Ses compétences étaient en effet nombreuses : elle élaborait les projets législatifs, intervenait dans les principales questions de politique intérieure et extérieure ainsi qu'en matière pénale, et délibérait également sur les finances de la commune.

4À ces institutions ordinaires se superposaient des commissions extraordinaires, telles que les balìe, agissant en dehors des mécanismes électoraux normaux. La convocation d'un Parlamento (Parlement) réunissant tous les citoyens adultes sur la place publique instituait des conseils législatifs provisoires ad hoc avec des pouvoirs exceptionnels (les balìe).

  • 2 Le quota des représentants des Arts Majeurs, des Arts Moyens et des Arts Mineurs dans les offices (...)

5L'élection aux offices politiques était réglée par différentes normes, telles que l'inscription à part entière à une corporation, l'appartenance à l'un des quatre quartiers de la ville, l'alternance rapide des offices, l'interdiction personnelle et familiale de reprendre immédiatement une charge, l'exclusion des débiteurs et des non-guelfes. À ces différents critères d'élection s'ajoutaient les règles concernant les procédures du scrutin et du tirage au sort. Les principales magistratures urbaines préparaient à des échéances fixes (généralement tous les cinq ans) des listes très longues de citoyens éligibles, c'est-à-dire capables d'exercer une charge publique : il s'agissait d'hommes d'âge adulte inscrits régulièrement parmi les contribuables de la ville. Cette procédure, appelée le squittinio (scrutin), retenait les noms des candidats sélectionnés que, par la suite, les accoppiatori (scrutateurs) distribuaient dans des bourses distinctes destinées aux différentes charges dans une proportion identique parmi les quatre quartiers de la ville. Ce critère territorial se doublait de l'élément professionnel. L'inscription à part entière à un Art était en effet une condition nécessaire pour la participation au gouvernement florentin et, pour chaque office, une proportion précise de représentants des Arts Majeurs, des Arts Moyens et des Arts Mineurs était fixée à l'avance2.

6Lorsque le gouvernement avait besoin de nouveaux officiers - en ce qui concerne les prieurs, tous les deux mois -, avait lieu la procédure de la tratta (tirage au sort). Mais cette opération n'amenait pas nécessairement à l'attribution du poste. Ceux qui avaient été tirés au sort, appelés veduti (« vus » c'est-à-dire éligibles), pouvaient en effet se trouver à ce moment-là à l'étranger, en exil, ou être décédés ou ne pas avoir l'âge requis ou occuper déjà une autre charge. Dans tous ces cas, leurs noms étaient réintégrés dans les bourses ou éliminés. Si, en revanche, aucun obstacle ne se présentait, le citoyen était alors seduto (« assis », c'est-à-dire élu), et l'on pouvait dès lors procéder à sa nomination officielle.

7Deux remarques découlent de ce tableau très général du système communal. Tout d'abord, le cadre politique qui gouvernait la ville était conçu comme une reproduction en miniature de la ville elle-même : la représentation politique florentine, fondée sur la rotation rapide des charges, devait être l'expression de l'ensemble de la ville dans toutes ses principales composantes - territoriales et professionnelles. En deuxième lieu, il faut remarquer que tous les officiers publics de la République florentine n'étaient que de simples citoyens, sans formation professionnelle précise, tirés au sort pour assurer une charge temporaire.

8Cette structure politico-institutionnelle à l'origine de la Commune demeura l'ossature de la République florentine tout au long du xve siècle. Malgré les ajustements institutionnels introduits par le régime oligarchique des Albizzi, puis par les Médicis, ses lignes principales constituèrent toujours les fondements de la tradition républicaine à laquelle les Florentins étaient attachés. C'est dans ce cadre institutionnel républicain que s'insère l'évolution oligarchique du régime politique.

La crise de la « République des Arts »et le renforcement oligarchique des Albizzi (1382-1434)

  • 3 S. Bertelli, « Ceti dirigenti e dinamica del potere nel dibattito contemporaneo », in I ceti dirig (...)
  • 4 A. Molho, « Politics and the Ruling Class in Early Renaissance Florence », Nuova Rivista Storica, (...)
  • 5 G. A. Brucker, The Civic World of Early Renaissance Florence, Princeton, 1977, p. 39-59

9L'idée d'une fermeture progressive de l'oligarchie florentine à partir de la fin du « régime des Arts » en 1382, au lendemain du tumulte des Ciompi (1378) - les travailleurs dépendant de l'Art de la Laine, soumis à sa juridiction et pourtant privés de tous les droits corporatifs et politiques - est une question qui a animé par le passé de nombreux débats parmi les historiens qui continuent de s'affronter à ce sujet3. Bien que cette question demeure toujours ouverte, l'historiographie courante tend aujourd'hui à nuancer la position traditionnelle d'un prétendu resserrement de la classe dirigeante à partir de cette date4. Sans rentrer dans le vif de ces discussions, il est néanmoins possible d'admettre avec certitude que, sous le régime oligarchique (1382-1434), furent promulguées une série de dispositions législatives qui tendaient à conférer des rôles politiques prééminents à des hommes de plus en plus détachés du monde des artifices5. Les Arts mineurs furent en effet progressivement exclus des trois offices majeurs et les trois nouvelles corporations créées après la révolte - la corporation des teinturiers, celle des tondeurs de draps et des confectionneurs et celle des Ciompi - furent abolies.

  • 6 Selon le chroniqueur Filippo Villani, des adolescents, des enfants et même des nouveau-nés partici (...)

10Ainsi, en 1387, le nombre des représentants des Arts majeurs dans les trois magistratures majeures s'éleva aux trois quarts des sièges, et les procédures de qualification aux élections furent aussi modifiées : on institua la magistrature des accoppiatori, à savoir des scrutateurs chargés de l'insertion dans les bourses des personnes éligibles à la Seigneurie, et une nouvelle bourse plus restreinte (appelée aussi borsellino) fut créée pour l'élection de deux des huit prieurs. Cette bourse devait contenir les candidats des plus fidèles partisans du régime, choisis par le gonfalonier et par quatre autres citoyens. Dans le même sens, une nouvelle disposition favorisa ultérieurement les grandes familles de l'oligarchie : afin de leur donner plus de chances dans le tirage au sort, il fut décidé de négliger les limites d'âge6.

11Parmi ces familles, la faction des Albizzi, profondément opposée au parti plus « démocratique » des Alberti, réunit les principaux auteurs de ces changements institutionnels. En 1387, les Alberti, comme plus tard d'autres familles puissantes telles que les Strozzi et les Médicis, furent victimes de la nouvelle procédure de l'avertissement (ammonizione) et ainsi contraints de s'exiler. Entre la fin du xive siècle et le premier tiers du xve siècle, les Albizzi (Maso, puis, à partir de 1417, son fils Rinaldo), avec le soutien d'autres grandes familles de l'oligarchie marchande, réussirent à rendre plus sélectif le système d'élection à la Seigneurie et, par là, à renforcer leur pouvoir politique à travers un contrôle serré des offices.

12Pour réaliser ce projet, la faction des Albizzi procéda à la réduction des conseils législatifs où la participation des Arts était importante et eut souvent recours aux balie. C'est précisément à travers ces commissions ad hoc, en dehors de mécanismes électoraux normaux, que les plus importantes réformes de ces années purent se réaliser. Ainsi, sous le prétexte d'une conspiration contre le gouvernement organisée par des alliés de la famille Alberti, en octobre-novembre 1393, l'élection à la Seigneurie fut-elle effectuée par une nomination « à la main », c'est-à-dire avec un nombre restreint de candidats, limitant ainsi le choix des personnes éligibles. La même année fut en outre créé un conseil spécial, celui des Quatre-Vingt-Un, appelé à se prononcer en matière fiscale, pour la politique extérieure et à procéder à l'élection directe d'autres offices importants, tel celui des Dieci di Balìa, une magistrature chargée des affaires militaires.

13En 1411, la faction des Albizzi fit remplacer le conseil des Quatre-Vingt-Un par l'institution de deux nouveaux conseils, celui des Cent-Trente-et- Un et celui des Deux-Cents, destinés à remplir les fonctions législatives des anciennes assemblées d'origine communale (le conseil du podestat et celui du capitaine du Peuple). Ces deux conseils de tradition communale demeurèrent formellement à la base du pouvoir politique et continuèrent à se réunir périodiquement, délibérant toujours sur toutes les lois de la Commune. Cependant, à partir de 1396, leur convocation ne fut plus du ressort des recteurs communaux portant leur nom mais de la Seigneurie. Plus généralement, ces assemblées à large participation citadine furent privées de leur contenu originel confié, dès lors, aux Deux-Cents. Ce nouveau conseil, constitué en grande majorité de partisans du régime était destiné à acquérir un rôle fondamental dans la vie florentine : il délibérait sur la guerre, sur la paix, sur les dépenses publiques, sur les impôts et sur d'autres matières délicates, et sélectionnait les personnes éligibles au priorat. Cette magistrature devait en fait œuvrer comme une sorte de filtre dans le processus d'approbation des plus importantes délibérations communales et ainsi freiner les instances réformatrices des adversaires. Par l'importance de ses fonctions, ce conseil fut donc réservé à ceux qui avaient été habilités aux offices majeurs après 1382, assurant ainsi aux Albizzi la participation presque exclusive de leurs fidèles. De fait, le conseil des Deux-Cents institutionnalisa ce que les Florentins appelaient le reggimento, c'est-à-dire la partie de la société florentine destinée à participer au gouvernement.

  • 7 . P. Viti, R. M. Zaccaria, « Sistemi di elezione e di nomina per le magistrature florentine nei se (...)

14Entre la fin du xive siècle et le début du siècle suivant, la distribution des trois offices majeurs connut donc une évolution allant dans le sens d'un resserrement politique, à travers une série d'ajustements institutionnels qui ne transformèrent pas cependant de façon radicale l'organisation communale et ne déterminèrent pas non plus une fermeture oligarchique totale. Il faut en effet remarquer que le nombre de personnes répondant aux critères d'éligibilité à ces trois collèges majeurs n'était pas négligeable, s'élevant autour de 2 000 citoyens7. La vraie élite politique s'exprimait en fait dans le cadre plus sélectif des Consulte et des Pratiche, des assemblées semi- informelles qui se réunissaient presque tous les jours pour discuter des questions les plus délicates du gouvernement. Elles n'étaient ouvertes qu'à un groupe restreint des plus puissants citoyens florentins (environ 50-60 personnes).

15Les Albizzi développèrent donc un processus de concentration du pouvoir politique entre leurs mains. De ce point de vue, leur gouvernement marqua un pas décisif dans l'évolution oligarchique des régimes politiques internes dont la stabilité correspondait désormais à la suprématie d'une faction sur les autres. Cela dit, l'expérience politique des Albizzi et de leurs partisans (1393-1434) souligna aussi l'attachement des Florentins à la tradition communale qui, malgré les ajustements institutionnels, ne fut pas véritablement remise en cause. Il faut rappeler les résistances opposées par les citoyens à la volonté des Albizzi de procéder à la révision des Statuts en 1409, qui firent échouer ce projet législatif audacieux avant même son approbation par le nouveau conseil des Quatre-Vingt-Un. En sens contraire, quelques années plus tard, en 1415, l'ensemble des statuts urbains fut réorganisé et publié par les instances communales. Cet événement souligne avec force la volonté citadine de s'aligner sur les principes traditionnels de la souveraineté de la loi communale.

L'« alchimie politique » du gouvernement des Médicis

  • 8 D. Kent, Cosimo de' Medici and the Florentine Renaissance. The patrons oeuvre, New Haven- Londres, (...)

16Aux yeux des Florentins, Côme l'Ancien qui, exilé en 1433, rentra à Florence dès 1434 grâce à une Seigneurie favorable, représentait mieux cette tradition républicaine. Son régime fut en effet accueilli comme le triomphe de la communitas sur la tyrannie. En ce sens, ses origines « populaires », ne lui permettant pas de se prévaloir d'un lignage d'ancienne noblesse comparable à celui de nombreuses familles de l'oligarchie urbaine, furent plutôt un élément de force que de faiblesse. Cet aspect confortait en effet l'image « démocratique » de cette famille qui s'était distinguée par son adhésion au parti des Ciompi, d'où le mythe d'un clan favorable aux intérêts du peuple. Comme Dale Kent l'a bien illustré, Côme s'attacha tout particulièrement à gagner le consensus populaire et, pour cela, utilisa son image de simple citadin8.

  • 9 R. De Roover, The Rise and Decline of the Medici Bank, Cambridge, 1963. Grâce aux profits du Banco(...)

17Les Médicis - Giovanni di Bicci d'abord, puis Côme l'Ancien — surent en effet construire leur ascension au pouvoir politique par un jeu patient et habile. Leur puissance financière et la structure même de leur société bancaire, avec des filiales disséminées dans les principaux centres économiques italiens et européens, placèrent les Médicis au centre d'un noyau de relations avec d'autres hommes d'affaires qui, en tant qu'associés ou clients, pouvaient facilement devenir leurs alliés politiques9. La trame d'un réseau de liens d'intérêts tissés à l'étranger et dans leur patrie joua en effet un rôle primordial pour accéder au gouvernement politique. Les rapports privilégiés avec la papauté, dont les Médicis devinrent les banquiers, et les liens avec d'autres seigneurs puissants, tels que les Manfredi, les Malatesta et les Gonzague, leur permirent de trouver les soutiens nécessaires pour s'opposer fermement aux Albizzi. Même pendant son exil à Venise, en 1433, Côme ne fut en effet pas traité par le doge en exilé, mais en égal, comme un ami bien connu et respecté pour ses activités bancaires exercées dans la ville.

  • 10 Le chroniqueur Luca Landucci affirmait que Côme l'Ancien était appelé par tout le monde el grande (...)

18Côme sut tirer profit de ses richesses et de ses réseaux de clientèles pour remplacer la faction adverse à la tête du régime oligarchique. En fait, les Médicis bénéficièrent de l'expérience politique des Albizzi, aussi bien de leurs succès que de leurs erreurs, pour poursuivre le processus de concentration du pouvoir et ainsi le perfectionner. L'héritage politique fut fondamental : le système gouvernemental adopté par Côme et par ses alliés ne se distingua en effet que très peu du régime précédent, en se modelant sur les méthodes et les techniques de gouvernement mises en œuvre par les Albizzi. C'est au niveau des pratiques du pouvoir que Côme se démarqua de ses prédécesseurs, faisant preuve d'une grande capacité à obtenir un véritable consensus politique. Dans ce domaine, Côme réussit, mieux que les Albizzi, à manipuler le système électoral dans le respect apparent des institutions républicaines. Ainsi, après 1434, quoique traité partout à l'étranger comme un prince, Côme continua à se présenter en public comme le marchand prudent qu'il avait été jusque-là10. Il gouverna la ville sans faire appel à des moyens spectaculaires, évitant de se mettre en avant dans les magistratures politiques et respectant apparemment plus que les Albizzi les institutions communales.

  • 11 Sur cette magistrature, A. Zorzi, L'amministrazione della giustizia penale nella repubblicafioren- (...)
  • 12 Sur la politique des Médicis, cf. N. Rubinstein, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), (...)

19De fait, Côme fit fondamentalement appel aux pratiques déjà expérimentées par les Albizzi pour s'emparer du contrôle des principales magistratures de la ville, tels que la Seigneurie, les Collèges et les Otto di Guardia, une sorte de police politique créée en 137811. Ses principales mesures politiques consistèrent, comme sous le gouvernement des Albizzi, à recourir aux balìe et aux manipulations du système électoral. Les Médicis perfectionnèrent ces instruments qui devinrent le pivot du système de contrôle des procédures électorales. Le nouveau régime nécessitait en fait un renouvellement de la classe dirigeante qui devait constituer un groupe sélectionné de fidèles des Médicis12. Le contrôle étroit du système électoral à travers la procédure de l'habilitation aux offices majeurs et la gestion directe de l'élection à certaines magistratures - clé constituèrent donc les principaux moyens de cette politique.

  • 13 Ibid., p. 47.

20Tout d'abord, les Médicis accordèrent, comme Nicolai Rubinstein l'a bien montré, un pouvoir grandissant aux accoppiatori. Ce collège, qui à l'origine n'avait qu'un pouvoir exécutif, eut pour des périodes de plus en plus longues le rôle décisif de choisir « à la main » les noms des personnes éligibles et de les associer (accoppiare) aux différentes charges. Cette pratique conférait aux accoppiatori le pouvoir de tenere bursas ad manus, c'est- à-dire de sélectionner par un choix préalable les noms des candidats insérés dans des bourses ad hoc13. Or, d'un point de vue formel, cette nouvelle méthode d'imborsazione ne modifiait pas la procédure électorale qui maintenait ses phases traditionnelles du scrutin et du tirage au sort. Cependant, la réalité s'éloignait profondément de la pratique originelle fondée sur le système des bourses contenant les candidats sélectionnés uniquement par scrutin. Par là, les accoppiatori contrôlaient une phase centrale du processus électoral ; c'étaient eux qui décidaient pour chaque bourse les noms et le nombre des candidats, augmentant ou diminuant ainsi les chances d'élection de certains citoyens. Leur marge de manœuvre était assez ample par le fait qu'aucun contrôle ne s'exerçait sur leur action.

21Ainsi les accoppiatori ne furent-ils plus simplement un organe électif mais une institution essentielle du régime médicéen, réservée à un groupe restreint de fidèles, tels que les Pitti, les Bartolini, les Davanzati, les Donati, les Neroni et les Serristori. Ils constituèrent le filtre des cooptations du reggimento et sa principale instance d'élection. Leur action associée à celle desbatte détermina un cercle presque parfait. Ces commissions extraordinaires, légitimées par le Parlamento ou par les conseils généraux, eurent en effet pleine autorité pour légiférer sur des questions fondamentales et tout particulièrement en matière électorale. Les Médicis obtinrent par là l'autorisation formelle de remplacer les procédures d'élection ordinaires par une gestion exceptionnelle des élections « à la main ».

  • 14 Sur la notion de reggimento, cf. la contribution de C. Klapisch-Zuber.

22Ainsi, dès la fin de 1434, une balìa décréta le renouvellement du reggimento14 : les scrutins préparés par les Albizzi l'année précédente furent annulés, leurs bourses brûlées et les accoppiatori procédèrent à un nouveau scrutin « à la main ». Pendant cinq ans, jusqu'en octobre 1438, ceux-ci eurent le contrôle des bourses et élurent « à la main » la Seigneurie. Par ces mesures, accompagnées de la pratique de l'avertissement et donc de l'exil de leurs ennemis, les Médicis et leur consorteria purent se libérer des membres de l'opposition et favoriser l'accès de leurs partisans aux charges politiques.

23Cependant, la prolongation de l'élection « à la main » de la Seigneurie finit par engendrer l'opposition des conseils du Peuple et de la Commune. Face à cette réaction, Côme et ses collaborateurs décidèrent en 1438 d'attribuer les prérogatives des accoppiatori à une nouvelle balìa — le conseil Majeur - appelée à tenir un nouveau scrutin pour les élections de 1440 et à fixer les modalités de vote de la Seigneurie. Cette balìa, destinée à rester en charge pendant trois ans, décréta que de nouveaux accoppiatori devaient organiser les scrutins de 1440 et que, jusqu'à leur fermeture, les pratiques d'élection de la Seigneurie ne pouvaient pas être transformées. La procédure électorale ordinaire ne fut restaurée qu'en 1441 et pour une période limitée. Une nouvelle balìa renouvela en 1444 l'exil des Albizzi et de certains membres de leur faction et resta en vigueur pendant cinq ans. Il faut donc remarquer que les balìe de la période des Médicis, à la différence de celles du régime des Albizzi, s'établirent dans la durée.

24Dans le processus d'identification du parti des Médicis avec le reggimento, un pas décisif fut accompli par l'introduction des réformes institutionnelles de 1458, qui furent une réponse à des années de crise du gouvernement. Le recours continu aux mesures exceptionnelles des balìe avait progressivement usé le groupe au pouvoir. De plus, une opposition grandissante se manifesta parmi les couches les plus riches de la population en raison de la réforme du système fiscal. L'approbation de la loi du 15 avril 1458 contre l'abus du recours aux balìe représentait en effet la première victoire réelle de l'opposition. Le régime risquait donc de perdre l'une des bases de sa stabilité. Cette crainte amena Côme et ses collaborateurs à agir avec détermination. Ayant fait prisonniers ou exilé leurs principaux ennemis, en août 1458, les Médicis convoquèrent un Parlamento : les citoyens, réunis sur la place des Prieurs, approuvèrent une nouvelle balìa qui restitua aux accoppiatori le pouvoir d'élire « à la main » la Seigneurie et les Otto di Guardia et institua un nouveau conseil permanent, celui des Cent. Cette assemblée, destinée à remplacer le conseil des Deux-Cents, ne fut initialement composée que par ceux qui avaient occupé l'office de gonfalonier de justice depuis 1434. Ce groupe restreint de citoyens fut appelé à délibérer en première instance sur toutes les propositions de lois les plus importantes, en matière d'élections, de taxes et d'armée. La même balìa décida aussi la modification du nom porté par les prieurs. À partir de cette date, les membres de la Seigneurie ne devaient plus s'appeler Prieurs des Arts, mais Prieurs de la Liberté, en rupture avec l'histoire florentine fondée sur le système corporatif. Ce titre apparaissait désormais inadéquat autant pour les membres de la Seigneurie que pour les ambassadeurs florentins qui n'entendaient plus apparaître comme les représentants d'une communauté de simples artisans.

25De ce bref tableau du gouvernement de Côme l'Ancien, on peut conclure que les Médicis, malgré l'emploi des magistratures extraordinaires et la création de nouvelles assemblées délibératives, n'eurent jamais le contrôle absolu du reggimento et furent toujours confrontés à la concurrence et aux rivalités des autres grandes familles de l'oligarchie florentine. À la différence des autres princes de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, les Médicis conservèrent sciemment une position de primi inter pares : ils ne s'emparèrent pas directement des plus hautes magistratures de la ville (Côme ne fut que trois fois gonfalonier de justice, pour deux mois chaque fois) et ne procédèrent pas non plus à une nomination directe des officiers. C'est en manipulant à leur profit le système électoral, dans le respect apparent des institutions républicaines, que les Médicis purent atteindre une position de prédominance qu'aucun clan de l'oligarchie florentine n'avait obtenue jusque-là.

  • 15 Parmi les nombreux travaux faisant appel à la catégorie du « patronage » ou du clientélisme : F. W (...)

26Cette forme de gouvernement non officiel mis en place par les Médicis nécessitait donc sans cesse la construction subtile d'un réseau de rapports personnels, familiaux et diplomatiques qui devait leur assurer l'appui politique des familles les plus influentes de l'oligarchie. Pour dominer cette situation complexe et toujours fragile, Côme eut recours à un ensemble efficace de liens de patronage personnel, politique, économique et artistique, qui structuraient en clientèle des groupes d'intérêt fondés sur la fameuse trilogie florentine, « parents, voisins, amis »15. En ce qui concerne le premier lien - la parenté -, modèle pour tous les autres types de relations, Côme put compter à son avènement au pouvoir sur une trentaine de ménages faisant partie du même lignage. Bien que leur richesse et leur influence politique ne fussent pas homogènes, ces ménages constituaient dans leur ensemble une vaste clientèle pour les leaders du clan. Aux liens de parenté, s'ajoutaient les rapports de voisinage qui apparaissaient comme une extension naturelle du monde parental. Ils étaient renforcés par une politique habile de concessions de prêts et de donations aux familles du patriciat et aux artisans qui habitaient dans la partie de la ville où se concentraient la plupart des maisons des Médicis. Il s'agissait du quartier de Saint-Jean et plus précisément du gonfalon du Lion d'Or où Côme exerça une forte influence politique. C'était en effet dans le cadre du gonfalon, comme nous l'avons vu, que le processus de nomination aux offices politiques de la ville débutait et c'était toujours dans ce district que s'organisait l'administration des taxes communales réparties entre les habitants. Du coup, les officiers du gonfalon étaient soumis aux pressions personnelles de leurs voisins. Les citoyens surveillaient attentivement les nominations aux postes clefs de l'administration financière ou électorale et espéraient des faveurs de leurs voisins officiers, notamment pour la réduction des impositions fiscales.

  • 16 D. V. Kent, F. W. Kent, op. cit.

27C'était donc dans le gonfalon du Lion d'Or et dans le quartier de Saint-Jean que se concentraient de tout temps les principaux alliés des Médicis. Dans cet espace familial et politique à la fois, les Médicis firent construire leur palais Via Larga par l'architecte Michelozzo, la nouvelle église paroissiale de San Lorenzo, confiée par Côme à Brunelleschi, et patronnèrent le couvent dominicain de San Marco auquel ils accordèrent beaucoup de faveurs. Ces interventions urbanistiques commencées par Côme et poursuivies par ses successeurs aboutirent à la création d'une zone de résidence privilégiée dans la partie Nord de la ville, destinée à acquérir un rôle central dans la vie culturelle, religieuse et politique de Florence. Tout en cultivant assidûment les relations avec leurs voisins dans le gonfalon du Lion d'Or, les Médicis ne limitèrent pas pour autant leurs clientèles à cette aire géographique et l'étendirent à d'autres quartiers, tout particulièrement à celui de Santa Maria Novella dans le gonfalon du Lion Rouge16.

  • 17 Sur ce sujet, cf. J. Henderson, « Le confraternite religiose nella Firenze del tardo medioevo : pa (...)

28Enfin, les Médicis, conscients du mécontentement que leur prééminence pouvait facilement susciter dans la République florentine, tentèrent de s'attacher un très large groupe d'amis, prêts à appuyer la position politique de leur famille. Dans ce but, ils recherchèrent l'amitié de citoyens influents, compétents et actifs dans la sphère politique. Ces réseaux d'amis fonctionnèrent d'abord comme des associations d'assistance mutuelle : les Médicis favorisaient la carrière politique et les intérêts personnels de leurs alliés en leur offrant des offices publics, des bénéfices ecclésiastiques, des déductions fiscales et en échange attendaient d'eux gratitude et soutien. Mais les termes du patronage n'étant pas forcément ceux de la famille, du voisinage et de l'amitié, ils s'exprimaient aussi dans d'autres contextes. L'un des moyens que les Médicis utilisèrent pour accroître le soutien dans toutes les couches de la population fut celui des confréries. À Florence, comme dans d'autres villes de l'Italie de la fin du Moyen Âge, ces associations laïques concernaient maints aspects de la vie citadine, à la fois publics et privés, religieux et civiques et étaient ouvertes à toutes les catégories de la population. Leurs fonctions n'étaient en effet pas exclusivement dévotionnelles, mais elles exerçaient un rôle éducatif fondamental, assuraient des activités d'assistance religieuse et sociale, et contribuaient aussi à la pacification de la société florentine à travers l'intégration de différentes couches de la population dans un état de concorde, de solidarité et d'harmonie idéales. Les Médicis comprirent rapidement la valeur civique et politique des confréries laïques qui, par leurs réunions fréquentes, pouvaient fournir de nombreuses occasions pour consolider les anciens rapports personnels et familiaux et tisser de nouvelles relations17. Les confréries florentines qui reconstituaient une sorte de famille artificielle réunissant le haut et le bas de la pyramide sociale, leur fournissaient le cadre idéal pour instaurer des rapports de patronage avec des citoyens de condition inférieure. Les Médicis, qui dans les moments de difficulté de leur régime imposèrent la fermeture de ces associations, fréquentèrent en fait eux-mêmes assidûment les confréries et les utilisèrent aussi dans ce but.

29Enfin, dans la construction du consensus politique, il faut aussi considérer le rôle du patronage exercé par Côme vis-à-vis des artistes, des intellectuels et des établissements religieux. Côme fut l'ami et le protecteur du philosophe Marsile Ficin, du sculpteur Donatello, de l'architecte Brunelleschi qui dessina la nouvelle église familiale de San Lorenzo. Côme donna beaucoup d'argent gagné dans ses affaires pour encourager les études et financer des œuvres d'art : il fut le principal patron de l'art figuratif florentin de la première moitié du xve siècle. Il constitua de grandes bibliothèques, dont la future Bibliothèque Laurentienne. Dans son palais somptueux de la Via Larga, qui évoquait à la fois la tradition de l'antiquité romaine et la tradition civique florentine, furent accueillis des hommes de lettres, et tout particulièrement les maîtres grecs, des empereurs, comme l'Allemand Frédéric iii et le Byzantin Jean viii Paléologue, et les ambassadeurs des princes les plus puissants.

30Le rôle de patron exercé par Côme se manifesta aussi vis-à-vis des établissements religieux. Les Médicis, comme d'autres familles de l'oligarchie florentine, furent de grands constructeurs d'églises et de monastères. Ils entendaient consolider leur prestige et leur notoriété par les liens avec les communautés religieuses. Côme fut donc responsable de trois fondations religieuses majeures : celles de San Lorenzo, de la Badia de Fiesole et de San Marco. Ce couvent dominicain, situé près du palais des Médicis de la Via Larga, fut en effet reconstruit grâce à l'argent donné par Côme l'Ancien. Les Médicis gardèrent toujours un lien privilégié avec ce couvent qui portait l'emblème de leur famille dans plusieurs lieux de l'église et des bâtiments conventuels.

31Pour Côme, le mécénat était un investissement politique qui exaltait la figure du mécène et celle de toute sa famille, mobilisait des forces intellectuelles et économiques et créait des dettes de reconnaissance morale. Ainsi, aux yeux des Florentins, Côme se présenta toujours comme le grand marchand, comme le mécène qui promut la culture et les arts, comme le confrère charitable venant en aide aux pauvres, comme le protecteur d'églises et de couvents. Tous ces rôles lui attirèrent un prestige considérable et un large soutien populaire, contribuant à renforcer l'assise du consensus politique ; ce qui lui valut le titre de pater patriae inscrit par décret de la Commune sur son tombeau.

32Les Médicis surent ainsi s'attacher la fidélité des Florentins, tant de l'oligarchie florentine que des couches populaires, en recourant aux liens fondamentaux de la sociabilité urbaine - la parenté, le voisinage et l'amitié - et aussi aux confréries laïques. En effet, les structures confraternelles ouvertes aux hommes, aux femmes et aux enfants de tous les quartiers et de toutes conditions sociales dépassaient largement les rapports classiques de la solidarité traditionnelle. Les Médicis constituèrent donc le plus ample et le plus puissant réseau de clients, et ils réussirent, par là, à l'emporter dans la compétition avec les autres familles puissantes de l'oligarchie florentine qui rivalisaient avec eux pour le contrôle des avantages politiques.

  • 18 F. W. Kent, « Palaces, Politics and Society in Fifteenth-Century Florence », I Tatti Studies, 2, 1 (...)

33Mais ce système fondé sur le patronage ne mit pas les Médicis eux- mêmes à l'abri de toute opposition. Les réseaux de clients et d'amis pouvaient en effet, surtout en temps de crise, se transformer en factions d'opposants qui se coalisaient en un front uni contre l'édifice fragile construit par les Médicis18. Ce fut ce qui leur arriva en 1466, à la suite d'une série de grosses faillites financières, après la mort de Côme l'Ancien, le 1er août 1464, et avec la succession de son fils Pierre, dit le Goutteux. L'avènement de ce dernier rompit en fait l'équilibre politique que Côme avait construit avec ses partisans. Pierre commit tout de suite la grande erreur de demander aux débiteurs de son père la restitution des prêts reçus, compromettant d'un coup les relations de clientèle des Médicis. Ainsi, en 1466, des citoyens influents, tels que Agnolo Acciaiuoli, Luca Pitti, Niccolò Soderini et Dietisalvi Neroni, qui avaient collaboré étroitement avec le gouvernement des Médicis, se coalisèrent pour une tentative de coup de force : ils voulaient le retour à l'organisation républicaine de l'État d'avant les transformations des Médicis, et surtout la restauration de la pratique des élections par tirage au sort. Les palais de ces groupes rivaux, centres de regroupement de leurs clientèles, devinrent les quartiers généraux de véritables factions armées, tel celui de Luca Pitti où se réunirent à cette occasion plusieurs centaines d'hommes armés. Mais leurs tentatives échouèrent à cause d'une Seigneurie favorable à Pierre le Goutteux, élue par tirage au sort le 28 août 1466. Cette élection, dont le résultat contrasta avec les visées de ses instigateurs, décida Luca Pitti à changer à nouveau de camp et à se réconcilier avec le parti des Médicis.

34La crise de 1466, comme auparavant celle de 1458, fournit aux Médicis l'occasion de renforcer leur gouvernement. Ils obtinrent l'approbation d'un Parlamento, qui s'exprima en leur faveur : une balìa toute puissante en place pour quatre mois décréta l'exil de leurs adversaires politiques et cautionna leurs choix politiques. Ainsi, cette balìa rétablit les systèmes antérieurs de contrôle politique et judiciaire et confia à nouveau les bourses électorales de la Seigneurie aux mains des accoppiatori. Jusqu'à la fin du régime des Médicis, en 1494, les tirages au sort réguliers n'eurent plus lieu.

35C'est dans ce contexte de renforcement du pouvoir des Médicis que Laurent le Magnifique, succéda à son père en 1469.

36Laurent reprit les grandes lignes de la politique de ses prédécesseurs qu'il développa cependant dans un cadre plus clairement princier. En effet, sous Laurent, le pouvoir des Médicis changea de nature : la gestion du Banco et l'image marchande de la famille passèrent au second plan. Laurent s'éloigna de fait des affaires financières, que son grand-père avait gérées et multipliées. Si Côme avait freiné son désir d'ostentation des richesses et du pouvoir pour garder l'image de premier citoyen, son petit-fils se présenta plutôt comme le « proto-prince » de Florence.

37En effet, lorsqu'à l'âge de 20 ans, Laurent prit le pouvoir, il apparut tout de suite, de par ses goûts et ses qualités, sous les traits d'un prince. Son choix de prendre pour épouse une romaine de la plus ancienne noblesse, Clarisse Orsini (1469) marqua la volonté d'acquérir par le mariage le rang élevé que ses origines familiales bourgeoises ne lui avaient pas garanti. Sa propension au faste, sa passion pour les jeux chevaleresques, ses capacités politiques et diplomatiques, sa prodigalité en faveur des humanistes, son amour de la philosophie, sa grande culture, ses talents de poète et d'écrivain en firent l'idéal même du prince de la Renaissance et, plus tard, une figure mythique de la Renaissance italienne.

  • 19 A. Chastel, Art et humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique, Paris, 1982 (1re éd. 19 (...)

38Dans les premières années de son gouvernement, Laurent utilisa le langage courtois et chevaleresque pour célébrer son pouvoir. Il s'efforça d'accroître son prestige par le patronage des fêtes urbaines (essentiellement celles du saint patron de la ville, saint Jean-Baptiste, et celles du Carnaval), de la culture et des arts. En tant que mécène, il encouragea le cénacle néoplatonicien de Careggi qui, autour de Marsile Ficin, attira un grand nombre d'humanistes. À la cour de Laurent se formèrent aussi de nombreux artistes comme le peintre Sandro Botticelli, qui furent ses « amis » et dont la présence contribua à nourrir le mythe de l'âge d'or laurentien19.

39L'image de Laurent fut essentiellement double : son bilan fut certes négatif en tant qu'homme d'affaires ; mais il demeurait un extraordinaire génie dans le domaine de la persuasion, ce qui lui permit d'acquérir, aussi bien à l'étranger qu'à l'intérieur, le prestige nécessaire pour gouverner Florence comme l'aurait fait un prince légitimé par Dieu.

  • 20 N. Rubinstein, op. cit., p. 240.

40Parallèlement à cette politique d'ostentation du pouvoir, et encore plus fermement que Côme, Laurent fit appel aux moyens directs pour renforcer son contrôle des mécanismes du pouvoir. Il assuma davantage que son père et que son grand-père les charges majeures de la République et, à partir de 1471, adopta un programme de réformes qui tendaient au renforcement de l'autonomie des accoppiatori et de la Seigneurie, à la sélection des membres du Consiglio del Cento (conseil des Cent) et à l'élargissement des compétences de cette assemblée. Ainsi, l'élection des accoppiatori fut-elle soustraite au Consiglio del Cento et, dès 1471, confiée pour les cinq années suivantes aux accoppiatori déjà en fonction. Ces mesures témoignaient d'une évidente fermeture oligarchique : le choix des accoppiatori, électeurs de la Seigneurie, demeurait à l'intérieur de leur corps. De plus, une réforme du Consiglio del Cento renforça ses fonctions en matière financière, politique et militaire. Ces mesures consolidèrent la présence des clients des Médicis dans le reggimento. Il aurait été difficile de réaliser, dans le cadre institutionnel républicain, une centralisation plus efficace du système électoral20.

  • 21 BNCF, ms., II, II, 127, « Memorie di ser Giusto d'Anghiari dall'anno 1437 al 1481 », f° 105v.

41Dans le processus de concentration du pouvoir entre les mains des Médicis, un autre moment clé fut, en 1478, la conjuration des Pazzi, épilogue de longues rivalités. Trois acteurs y jouèrent un rôle central : la famille florentine des Pazzi, concurrents des Médicis dans les affaires du Banco et donc pénalisés par la politique étrangère de Laurent ; le pape Sixte IV qui s'était vu refuser par les Médicis l'aide financière demandée pour appuyer les projets d'expansion de son neveu Girolamo Riario dans l'Italie centrale ; le roi de Naples, Ferdinand Ier d'Aragon, allié du pape et hostile à l'alliance de 1474 entre Florence, Milan et Venise. Le 28 avril 1478, durant l'office religieux qui se déroulait dans la cathédrale de Florence, Francesco de' Pazzi et trois de ses complices assassinèrent Julien de Médicis et blessèrent son frère Laurent. La conjuration échoua sur tous les fronts : le protégé du pape, Francesco Salviati, archevêque de Pise, avec d'autres conjurés, n'arriva pas à s'emparer de la Seigneurie et Jacopo de Pazzi ne réussit pas non plus à soulever le peuple. Il s'ensuivit une très dure répression et l'exécution sommaire de nombreux membres de la famille Pazzi ainsi que de l'archevêque Francesco Salviati. Les chroniques de l'époque témoignent de la violente réaction populaire contre les conjurés et relatent que les enfants se déchaînèrent contre les corps inanimés des conspirateurs qui furent jetés dans l'Arno21. Or, l'attentat contre les Médicis et le large soutien manifesté par les Florentins lors de ce complot donnèrent à Laurent une autorité nouvelle qu'il sut habilement utiliser aussi bien à l'intérieur de la ville qu'à l'extérieur.

42En matière de diplomatie, Laurent réalisa en 1479 un véritable coup de théâtre. Face à l'alliance entre le pape Sixte iv et Ferdinand Ier d'Aragon, il décida d'intervenir personnellement auprès du souverain de Naples. Celui-ci, préoccupé d'une éventuelle intervention du roi de France dans le contexte italien, accepta la demande de paix formulée par Laurent et cet accord fut immédiatement suivi par la paix avec le pape. Cette manœuvre diplomatique redéfinit le jeu des alliances dans la péninsule : d'un côté le pape se rapprocha de Venise, de l'autre la République florentine, le duché de Milan et le royaume de Naples constituèrent une coalition opposée. Le succès de cette mission, qui avait évité à la péninsule une guerre imminente, conféra à Laurent le rôle de médiateur dans les jeux de la politique italienne et le fit apparaître, aux yeux de ses concitoyens, comme artifex de la paix, comme celui qui avait privilégié le bien commun aux risques personnels d'une mission auprès de l'ennemi.

43Ce triomphe diplomatique lui conféra donc le prestige nécessaire pour renforcer sa position dans le gouvernement de la République et ainsi réaliser des réformes institutionnelles à cet effet. En 1480, Laurent créa un conseil plus restreint, celui des Soixante-Dix (Consiglio dei Settanta), qui devait devenir l'organe suprême de la politique gouvernementale et, par là, priver le conseil des Cent de son autorité politique. À cette ancienne assemblée furent en revanche attribuées d'importantes fonctions dans le domaine financier. Le nouveau conseil des Soixante-Dix se substitua aux accoppiatori pour élire la Seigneurie et les Otto di Guardia ; il approuvait aussi toutes les propositions législatives importantes avant qu'elles soient soumises à la Seigneurie. Cette assemblée, composée de trente membres élus par la balìa et de quarante citoyens cooptés par les premiers, garantit à Laurent le contrôle absolu de la procédure électorale, assuré aussi par l'élection à vie de ses membres. Ceci allait à l'encontre du principe de la rotation rapide des charges.

44Par ce nouveau conseil permanent, Laurent pouvait dominer de facto tous les secteurs importants du gouvernement et de son administration. La concentration du pouvoir autour de la famille Médicis, amorcée par Côme, parvint ainsi à son apogée. Alors que les conseils du Peuple et de la Commune étaient désormais vidés de tout contenu, les nouveaux organes institués et manipulés par les Médicis acquirent l'essentiel du pouvoir. En 1490, Laurent constitua un conseil encore plus étroit et encore plus docile, composé par dix-sept personnes et appelé à élire la Seigneurie. Pour mieux contrôler les rouages de la politique, il se fit enfin élire membre de ces Dix-Sept.

45Cette mainmise sur les organes citadins n'aboutit pourtant pas à une remise en cause des bases constitutionnelles de l'ancienne Commune que Laurent n'abolit pas formellement mais qu'il vida de fait de leur pouvoir effectif, concentré désormais entre ses mains et celles de ses fidèles. Cependant, l'absence de légitimité formelle de la seigneurie des Médicis plaça toujours Laurent dans une position fragile qui à tout moment, comme nous l'avons vu, pouvait être contestée par les familles rivales de l'oligarchie florentine. D'où l'importance pour lui de s'appuyer sur un large consensus aussi bien à l'intérieur de la ville que dans le cadre plus ample des puissances étrangères. Grâce à un jeu diplomatique très habile, Laurent réussit en effet à tisser des relations étroites avec les autres puissances de la péninsule.

46Tout ceci était le résultat de la méthode laurentienne pour traiter les affaires étrangères, méthode fondée sur un rapport direct et personnel, parfois alimenté aussi par des gestes de prodigalité et munificence, entre le Magnifique et les autres puissances de la péninsule. Il s'agissait, certes, d'une grande œuvre politique, étroitement liée à la personnalité de son créateur. C'était là l'atout de cette politique, mais aussi sa limite, au sens où la trame élaborée par Laurent risquait de se désagréger avec sa disparition de la scène politique. Ce fut précisément ce qui passa à sa mort, son fils Pierre n'ayant pas les mêmes capacités pour poursuivre ce travail personnel. Pierre, dit le Malchanceux, ne sut en fait pas gérer la situation politique internationale ni affronter le nouveau roi de France, Charles VIII de Valois. Alors que l'armée française entrait triomphalement à Florence, le 17 novembre 1494, Pierre s'était déjà enfui de la ville.

La République de Savonarole (1494-1498)

  • 22 D. Weinstein, Savonarole et Florence. Prophétie et patriotisme à la Renaissance, Paris, 1973 ; A. (...)

47La fin de la domination des Médicis anima inévitablement de nouvelles discussions sur les différentes formes de gouvernement possible et enflamma l'esprit républicain. De ce débat deux courants opposés émergèrent : comme dans le passé une tendance à un système oligarchique « étroit » s'opposait à une forme de gouvernement plus large. À cela s'ajouta un nouvel élément de nature religieuse. Il s'agissait précisément de la volonté de concilier la tradition civique florentine avec les aspirations millénaristes et apocalyptiques de la fin du Quattrocento, et d'élever ainsi Florence au rang de cité élue de Dieu. L'auteur de ce projet fut Jérôme Savonarole, dominicain de Ferrare qui avait été lecteur à San Marco et qui, depuis 1491, était prieur de ce couvent22. C'était Laurent lui-même qui l'avait fait venir à San Marco pour sa doctrine et sa piété. Ses prédications très vives, caractérisées par un ton prophétique et très austère, eurent un fort impact sur les hommes de lettres, les philosophes, les artistes comme Pic de la Mirandole et Sandro Botticelli, ainsi que sur de nombreux fidèles. Mais jusqu'à la fin du gouvernement des Médicis les prédications du frère dominicain ne débordèrent pas du cadre religieux.

48Ce ne fut qu'après l'arrivée du roi de France et la perte de Pise que les Florentins commencèrent à le considérer comme une référence non seulement morale et religieuse mais aussi civile et politique. Il réussit à persuader le roi Charles viii de restituer, en échange d'une grosse somme d'argent, les territoires cédés par Pierre de Médicis. À partir de ce moment, Savonarole affirma que Dieu avait épargné Florence grâce à son intercession : la ville avait ainsi évité le châtiment céleste qui devait toucher toute l'Italie et était choisie pour réaliser un projet divin. Dans cette optique, Florence devait être la nouvelle Jérusalem et ses habitants étaient chargés de régénérer la chrétienté tout entière. Savonarole transféra donc sur un plan universel l'ambition très ancienne des Florentins qui voulaient pour leur ville un destin exceptionnel. La prédication et les prophéties de Savonarole, inspirées par le mythe de la mission providentielle de Florence, donnèrent une justification religieuse à la reconquête de la liberté républicaine et aux requêtes politiques de tous ceux qui étaient exclus de l'exercice du pouvoir. Ainsi les Florentins devaient-ils se préparer à accomplir une renovatio à la fois spirituelle et temporelle.

49D'un point de vue politique, la réforme du frère dominicain se traduisit par une organisation constitutionnelle originale, axée à la fois sur la continuité et sur l'innovation. Si cette réforme fut à l'origine animée par la volonté de ramener le gouvernement florentin à la situation antérieure à la suprématie des Médicis, elle garda en réalité aussi des aspects de leurs innovations politiques.

50Grâce au compromis que ce frère charismatique réalisa avec l'oligarchie et le parti populaire, il obtint l'abolition des deux conseils créés par les Médicis (les conseils des Cent et des Soixante-Dix), qui furent remplacés par deux nouvelles assemblées : le Consiglio Maggiore (Grand Conseil) auquel fut conférée une autorité absolue et celui des Quatre-Vingts, élu par le premier. Alors que le conseil des Quatre-Vingts représentait les intérêts des optimates et répondait donc aux exigences des zélateurs d'un gouvernement étroit, l'autre appliquait le principe du Grand Conseil populaire, considéré comme la base du nouveau gouvernement. Cette institution, érigée par Savonarole en symbole de la liberté républicaine, aurait dû assurer une répartition plus équitable des charges publiques et devenir un modèle de référence pour toutes les nations de la terre.

51La nouvelle assemblée, à l'imitation du modèle vénitien du Grand Conseil, élargit en effet la participation politique des citoyens. Y furent admis tous les Florentins âgés de plus de vingt-neuf ans dont les ancêtres avaient été élus ou avaient été considérés comme éligibles à l'une des trois magistratures principales ou eux-mêmes élus pour ces offices. Ceux-ci étaient appelés beneficiati, c'est-à-dire habilités à occuper les offices suprêmes. De plus, tous les trois ans, soixante jeunes de 24 à 29 ans, sans aucune tradition politique familiale, vinrent s'y ajouter. Dans cette nouvelle assemblée, des éléments de la constitution vénitienne, tel que le principe de conseil large, se mêlèrent à la tradition florentine. L'habilitation aux Trois conseils (beneficio) est un exemple significatif : en tant que critère héréditaire, elle reprenait le privilège du Grand Conseil vénitien mais, comme qualification personnelle, se fondait sur la pratique politique traditionnelle du système florentin des veduti et des seduti.

  • 23 N. Rubinstein, « I primi anni del Consiglio Maggiore di Firenze », Archivio storico italiano, CXII (...)

52La création du Consiglio Maggiore, qui constitua la nouveauté la plus importante de la réforme politique de Savonarole, nécessita plusieurs années de travail et de longues discussions qui ne se terminèrent qu'en 1499, après la mort du frère23. Ces débats portèrent essentiellement sur le système d'élection qui, depuis le xive siècle, constituait l'un des aspects cruciaux de la constitution florentine, et sur la composition des membres du conseil, dont le problème de l'élargissement était fondamental. En ce qui concerne le premier point, la réforme de 1494 se fonda sur un compromis entre le principe électif et celui du tirage au sort : alors que les charges les plus importantes étaient soumises à l'élection par les membres du Grand Conseil, les offices mineurs étaient attribués par tirage au sort.

  • 24 Ibid., p. 329-331.

53De fait, cette réforme, qui conférait au Consiglio Maggiore des compétences électorales essentielles, allait à l'encontre des aspirations des partisans de la République qui s'étaient opposés à la suprématie des Médicis. Malgré le renforcement du système de la tratta dans les années suivantes, le pouvoir politique se concentra toujours entre les mains de ce conseil. Une délibération du 30 décembre 1495 décréta que les bourses électorales relatives à un nombre important d'offices ne devaient contenir que les noms des membres du Grand Conseil24. Tous ceux qui n'en faisaient pas partie furent dès lors exclus des droits politiques. Cette mesure vida donc la procédure du scrutin de sa substance et renforça la concentration du pouvoir.

  • 25 Selon les calculs de Nicolai Rubinstein, en 1494, le nombre des habilités ne devait pas dépasser c (...)

54La composition large du conseil engendra aussi maints problèmes concernant l'organisation pratique de ses réunions et, encore plus, le nombre effectif de ses participants élus à vie. Pour gérer cette assemblée beaucoup plus ample que les traditionnelles, on procéda au début à la division du conseil en deux ou trois sections dont chacune ne devait pas dépasser les sept cents membres. Ensuite, une nouvelle salle (le Salon du Cinquecento), fut créée exprès à l'intérieur du palazzo Vecchio pour accueillir le Grand Conseil qui, à partir de 1496, fut réuni en une seule section. Cette décision découlait du nombre relativement bas de ses participants. En effet, entre l'ensemble des beneficiati et le nombre effectif des participants il y avait un écart considérable. Deux obstacles essentiels empêchaient les habilités de prendre part au Grand Conseil : la non-résidence à Florence et l'inscription au Specchio, liste des débiteurs de la Commune25. À cela s'ajoutait le fait que pour les citoyens la participation aux séances de cette assemblée représentait une charge considérable. Il arrivait donc qu'ils décident volontairement de s'en absenter. Afin d'assurer une participation plus importante, de nombreuses mesures furent prises entre 1495 et 1498 : l'assemblée s'ouvrit davantage aux jeunes, des jours fixes furent retenus à l'avance pour ces séances (en hiver le jeudi, en été le dimanche), l'absence non justifiée fut punie par des sanctions plus dures, les conditions d'inscription au Specchio devinrent moins sévères et le quorum légal des participants fut doublé, rendant ainsi possible une séance unique du conseil.

  • 26 N. Rubinstein, « Oligarchy and Democracy in Fifteenth-Century Florence », in S. Bertelli, N. Rubin (...)

55Si la multiplication de ces dispositions témoigne de la difficulté à les appliquer, elle montre aussi la résolution du gouvernement de garantir à cette assemblée un nombre élevé de membres. C'était en effet sur ce principe que se fondait la nouvelle foi politique prônée par Savonarole dans ses prédications. Mais l'élargissement de la participation au conseil ne fut pas un réel instrument de « démocratisation » puisque les réformes du système électoral empêchèrent de fait la mobilité sociale26.

  • 27 O. Niccoli, I bambini del Savonarola, in G. Garfagnini, ed., op. cit., p. 279-288 ; « I fanciulli (...)

56Ces transformations institutionnelles s'accompagnèrent d'une action moralisatrice très rigide, destinée à combattre le luxe, les jeux, les fêtes profanes. Le frère dominicain confia le renouvellement des mœurs des Florentins aux enfants, considérés comme les anges de la nouvelle Jérusalem qui devrait bientôt triompher de la Florence-Babylone27. Les réformes gouvernementales et l'exaltation mystique de Savonarole entraînèrent, de 1495 à 1498, une sorte de théocratie qui engendra une forte opposition dans la ville. Tous ceux qui voulaient restaurer les instances oligarchiques ainsi que les partisans des Médicis, encore très nombreux, se retrouvèrent dans la faction des Compagnacci ou Arrabbiati (enragés), qui s'opposa aux fervents disciples de Savonarole, les Piagnoni (pleurnicheurs).

  • 28 Cf. B. Cerretani, Ricordi, éd. par G. Berti, Florence, 1993, p. 283.

57Les violentes prédications contre le pape, contre le luxe et les mœurs de la cour pontificale déterminèrent la fin de l'expérience théocratique de Savonarole. En 1497 le pape Alexandre VI lui interdit de prêcher et l'excommunia ; Savonarole, de son côté, continua sa prédication et considéra son excommunication comme lettre morte. Mais le frère dominicain n'était plus soutenu par les autorités ecclésiastiques de la ville et la violation du décret papal créa une profonde inquiétude chez les Florentins. Les ennemis du frère redoublèrent ainsi leurs actions violentes contre les Piagnoni. La menace d'excommunication renouvelée par le pape, en février 1498, envers ceux qui assistaient aux prédications de Savonarole et, encore plus, un mois plus tard, celle de confisquer les biens des Florentins dans les territoires pontificaux, décidèrent la Seigneurie à se prononcer pour une solution de compromis : si Savonarole arrêtait de prêcher, il ne serait pas remis aux autorités pontificales. Mais Savonarole continua à célébrer la messe et deux de ses frères les plus proches, Domenico da Pescia et Silvestro Maruffi, prêchèrent à sa place. Cela entraîna de fortes oppositions entre les partisans de Savonarole et ses ennemis. Afin de rétablir la paix entre les deux camps, on décida de soumettre Savonarole et les deux frères à l'épreuve du feu qui aurait dû prouver la bonne foi de leur doctrine et formuler ainsi un jugement divin sans équivoque. Mais ce défi décrété le 7 avril 1498 ne put pas avoir lieu en raison d'une forte pluie. Cela provoqua de violentes réactions populaires et Savonarole, abandonné par la plupart de ses partisans, fut alors arrêté sur ordre de la Seigneurie passée aux mains des Enragés. Après avoir été soumis à la torture, il fut jugé hérétique avec ses deux disciples et livré au bras séculier. Le 28 mai 1498, les trois frères furent pendus et brûlés sur la place de la Seigneurie. Les enfants eux- mêmes, qui avaient été les principaux auteurs de la réforme morale organisée par Savonarole, lapidèrent le corps inanimé du frère dominicain et ses cendres furent dispersées dans l'Arno28. Ainsi, la ville se libéra-t-elle, sur le plan matériel comme symbolique, de l'ex-prieur de Saint-Marc.

Vers la fin de la République

  • 29 Sur l'institution du gonfalonier à vie et sur la figure de Piero Soderini, cf. S. Bertelli, « Pier (...)

58Après la mort de Savonarole, la position des partisans d'un gouvernement étroit se renforça et l'oligarchie au pouvoir tenta de donner plus de stabilité à son assise institutionnelle. En 1502, la création du gonfalonier à vie, en la personne de Piero Soderini, marqua une étape dans la transformation de la République florentine29. Cette institution, à l'image de celle du doge de Venise, altéra la physionomie traditionnelle du système communal florentin, fondé sur l'alternance des charges politiques. Il s'agissait certes d'un projet envisagé auparavant par Laurent le Magnifique et aussi par Savonarole, mais ni l'un ni l'autre n'avaient pu le réaliser. Parallèlement, la dernière magistrature de tradition communale, celle du Podestat, fut abolie et ses compétences judiciaires furent transférées à un nouveau tribunal collégial, appelé la Rota, constituée de cinq juristes de profession. Des réformes furent aussi réalisées dans le domaine fiscal et dans le secteur militaire où, à l'initiative de Nicolas Machiavel, alors secrétaire de la Chancellerie florentine, les mercenaires furent remplacés par une armée stable recrutée parmi les citoyens et les paysans.

59Le bilan d'une décennie de ce système républicain fut plutôt positif. Vis-à-vis de l'extérieur, Florence adopta une politique de neutralité et n'intervint dans les luttes entre puissances européennes que par le biais de la diplomatie, où oeuvrèrent notamment Machiavel et Guichardin. Grâce au lien renforcé avec la France, Florence réussit à mettre fin à la rébellion d'Arezzo (1501-1503), à reconquérir Pise en 1509 et à freiner le projet de César Borgia, fils d'Alexandre vi, qui voulait fonder un État en Italie centrale. Mais, quelques années plus tard, son allié traditionnel l'entraîna dans la guerre contre la Sainte Ligue (Espagne, Angleterre et Venise), dirigée par le pape Jules ii. Ce régime ne survécut pas au conflit que ce dernier avait déclenché pour briser l'hégémonie de la France en Italie. La milice florentine organisée par Machiavel ne put résister aux troupes espagnoles et, après le sac de Prato, Florence capitula le 31 août 1512. Le même jour, Piero Soderini s'enfuit et le pape imposa aux Florentins le retour des Médicis.

60L'institution du gonfalonier à vie a marqué une étape décisive : c'était là l'aboutissement d'une tendance des régimes oligarchiques à se doter d'une configuration plus stable et plus forte, tendance inaugurée par Laurent le Magnifique et poursuivie par Savonarole lorsqu'il conféra une durée à vie aux fonctions de membres du Grand Conseil.

61Les changements des institutions communales tout au long du Quattrocento et dans les premières années du siècle suivant n'épuisèrent pas l'attachement républicain des Florentins ni leur perception d'un destin exceptionnel réservé à Florence. Cependant, le régime oligarchique des Albizzi puis le gouvernement des Médicis portèrent atteinte à la forme même de la République telle que l'exaltaient, naguère, les premiers humanistes, Coluccio Salutati ou Leonardo Bruni. La « République » florentine nouvelle n'illustrait plus les valeurs traditionnelles de la libertas, fondée sur la défense du bien commun, sur l'indépendance à l'égard de toute intervention extérieure et sur le partage des responsabilités politiques. De même, la réforme politico-institutionnelle de Savonarole, affirmant sa fidélité aux valeurs de la res publica à travers l'institution du Grand Conseil, manifesta le décalage entre le discours politique exaltant toujours l'ancienne libertas républicaine et une pratique allant dans le sens d'une concentration du pouvoir. Ce double discours se poursuit sousle gonfaloniérat de Piero Soderini, nanti d'une charge désormais à vie : c'est cependant à ce moment que le David colossal de Michel-Ange fut placé à la porte du palais de la Seigneurie comme symbole chrétien de la victoire du peuple en lutte pour la liberté ; de même, le grand Salon du Cinquecento fut décoré par les fresques de Léonard de Vinci et de Michel-Ange représentant les batailles par lesquelles Florence avait su préserver sa liberté. Ainsi, idéalement, l'ancienne image de la ville demeurait-elle intacte par-delà les aléas de l'histoire.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Arrighi, Vana, ed., Ordinamenti di giustizia fiorentini. Studi in occasione del VII cen- tenario, Florence, EDIFIR, 1995.

Brucker, Gene A., The Civic World of Early Renaissance Florence, Princeton, Princeton University Press, 1977.

Cardini, Franco, Breve storia di Firenze. Dalle origini al 1860, Pise, Pacini, 2000 (1re éd., 1990).

Florence and Venise : Comparaison and Relations. Acts of two conferences at Villa I Tatti in 1976-1977, ed. par S. Bertelli, N. Rubinstein, C. H. Smyth, vol. I, Il Quattrocento, Florence, La Nuova Italia, 1979.

Fontes, Anna, Fournel Jean-Louis, Plaisance Michel, eds, Savonarole. Enjeux, débats, questions, Actes du colloque International (25-27 janvier 1996, Paris), Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1997.

Franceschi, Franco, « Introduzione », in La Repubblica di Firenze 1434-1531, Milan, Franco Maria Ricci, 2002, p. 13-43.

Fubini, Ricardo, Italia quattrocentesca. Politica e diplomazia al tempo di Lorenzo il Magnifico, Pise, Pacini, 1996.

Garfagnini, Gian Carlo, ed., Studi savonaroliani. Verso il v centenario, Florence, SIS- MEL Edizioni del Galluzzo, 1996.

Guidi, Guido, Il governo della città-repubblica di Firenze del primo Quattrocento, 3 vol., Florence, Olschki, 1981.

I ceti dirigenti nella Toscana del Quattrocento. Atti del v e vi Convegno, Firenze, 10-11 dicembre 1982 ; 2-3 dicembre 1983, Florence, Papafava, 1987.

I ceti dirigenti in Firenze dalgonfalonierato di giustizia a vita all'avvento del ducato. Atti del vii convegno sulla storia dei ceti dirigenti in Toscana, Firenze, 19-20 settembre 1997, Lecce, Conte, 1999.

Kent, Dale, Cosimo de ' Medici and the Florentine Renaissance. The Patron 's Œuvre, New Haven-Londres, Yale University Press, 2000.

Morelli Timpanaro, Maria Augusta, Manno Tolu Rosalia, Viti Paolo, eds, Consorterie politiche e mutamenti istituzionali in età laurenziana, Milan, Silvana Editoriale, 1992.

Rubinstein, Nicolai, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), éd. par G. Ciappelli, Florence, La Nuova Italia, 1999 (1er éd., Oxford, Clarendon Press, 1966 ; 2e éd., 1997).

Weinstein, Donald, Savonarole et Florence. Prophétie et patriotisme à la Renaissance, Paris, Calmann-Lévy, 1973, (1re éd., Princeton, Princeton University Press, 1970)

Notes

1 V. Arrighi, ed., Ordinamenti di giustizia fiorentini. Studi in occasione del VII centenario, Florence, 1995.

2 Le quota des représentants des Arts Majeurs, des Arts Moyens et des Arts Mineurs dans les offices gouvernementaux ne fut pas établi une fois pour toutes, mais il varia selon les contextes politiques et demeura longtemps une source de conflits. Cela dit, les Arts Majeurs détinrent toujours la majorité absolue des charges, à l'exception seulement de la période entre 1343 et 1382 où la proportion des différents Arts fut plus équilibrée ; cf. G. Guidi, Il governo della città-repubblica di Firenze del primo Quattrocento, Florence, 1981, ii, p. 84-90 ; F. Franceshi, « La parabola delle Corporazioni nella Firenze del tardo Medioevo », in F. Franceshi, G. Fossi, eds, Arti fiorentine. La Grande sto- ria dell'Arigianato, I, Il Medioevo, Florence, 1988, p. 77-101.

3 S. Bertelli, « Ceti dirigenti e dinamica del potere nel dibattito contemporaneo », in I ceti dirigenti nella Toscana del Quattrocento. Atti del v e vi Convegno, Firenze, 10-11 dicembre 1982 ; 2-3 dicembre 1983, Florence, 1987, p. 1-48.

4 A. Molho, « Politics and the Ruling Class in Early Renaissance Florence », Nuova Rivista Storica, lii, 1968, p. 401-420 ; Id., « The Florentine Oligarchy and the 'Balìe' of the Late Trecento », Speculum, xliii, 1968, p. 23-51 ; S. Bertelli, Il potere oligarchico nella città-stato medievale, Florence, 1978, p. 109 ; G. Guidi, op. cit., vol. 1, p. 238-239 : J. M. Najemy, Corporatism and Consensus in Florentine Electoral Politics, 1280-1400, Chapel Hill, 1982. Cf. également ici-même la contribution de C. Klapisch-Zuber.

5 G. A. Brucker, The Civic World of Early Renaissance Florence, Princeton, 1977, p. 39-59

6 Selon le chroniqueur Filippo Villani, des adolescents, des enfants et même des nouveau-nés participèrent à ce scrutin, cf. Cronica con la continuazione di Filippo Villani, éd. par G. Porta, Parme, 1995, II, p. 668.

7 . P. Viti, R. M. Zaccaria, « Sistemi di elezione e di nomina per le magistrature florentine nei secoli xiii-xviii », in P. Viti, R. M. Zaccaria, eds, Archivio di Stato di Firenze, Archivio delle Tratte, Rome, 1989, p. 31.

8 D. Kent, Cosimo de' Medici and the Florentine Renaissance. The patrons oeuvre, New Haven- Londres, 2000.

9 R. De Roover, The Rise and Decline of the Medici Bank, Cambridge, 1963. Grâce aux profits du Banco, Giovanni di Bicci accumula, selon le cadastre de 1427, la deuxième fortune de la ville, après celle de la famille Strozzi ; cf. C. Klapisch-Zuber, D. Herlihy, Les Toscans et leurs familles. Une analyse du catasto florentin de 1427, Paris, 1978, p. 34-35.

10 Le chroniqueur Luca Landucci affirmait que Côme l'Ancien était appelé par tout le monde el grande mercante, cf. L. Landucci, Diario fiorentino dal 1450 al 1516, continuato da un anonimo fino al 1542, Florence, 1985, p. 3 (réimpression anastatique de l'éd. originale, Florence 1883).

11 Sur cette magistrature, A. Zorzi, L'amministrazione della giustizia penale nella repubblicafioren- tina. Aspetti eproblemi, Florence, 1988.

12 Sur la politique des Médicis, cf. N. Rubinstein, Il governo di Firenze sotto i Medici (1434-1494), éd. par G. Ciappelli Florence, 1999, p. 240.

13 Ibid., p. 47.

14 Sur la notion de reggimento, cf. la contribution de C. Klapisch-Zuber.

15 Parmi les nombreux travaux faisant appel à la catégorie du « patronage » ou du clientélisme : F. W. Kent, Household and Lineage in Renaissance Florence. The Family Life of the Capponi, Ginori and Rucellai, Princeton, 1971 ; D. V. Kent, The Rise of the Medici. Faction in Florence, 1426-1434, Oxford, 1978 ; D. V. Kent, F. W. Kent, Neighbours and Neighbourhood in Renaissance Florence. The District of the Red Lion in the Fifteenth Century, New York, 1982 ; P. C. Clarke, The Soderiniand the Medici. Power and Patronage in Fifteenth Century Florence, Oxford, 1991 ; C. Klapisch- Zuber, « Compérage et clientélisme à Florence (1360-1520) », Ricerche storiche, xv, 1985, p. 61- 76 ; A. Molho, « Cosimo de' Medici : pater patriae or padrino ? », Stanford Italian Review, I, 1979, p. 5-33. Sur la notion de clientélisme, cf. aussi A. Boltanski, Les Nevers : une maison noble et ses clientèles dans la trame de l'État royal (vers 1550-vers 1620), thèse de doctorat, Université Paris I, 2001 (à paraître).

16 D. V. Kent, F. W. Kent, op. cit.

17 Sur ce sujet, cf. J. Henderson, « Le confraternite religiose nella Firenze del tardo medioevo : patroni spirituali e anche politici », Ricerche storiche, xv, 1985, p. 77-94 ; Id., Piety and Charity in Late Medieval Florence, Oxford, 1994 ; L. Sebregondi, « La partecipazione dei ceti dirigenti alla realtà confraternale fiorentina », in I ceti dirigenti in Firenze dal gonfalonierato di giustizia a vita all'avvento del ducato. Atti del VII convegno sulla storia dei ceti dirigenti in Toscana, Firenze, 19-20 settembre 1997, Lecce, 1999, p. 189-202 ; R. F. E. Weissman, Ritual Brotherhood in Renaissance Florence, New York, 1982 ; Id., « Lorenzo de' Medici and the Confraternity of San Paolo », in B. Toscani, ed., Lorenzo de' Medici. New Perspectives, New York, 1993, p. 315-329 ; I. Taddei, Fanciulli e giovani. Crescere a Firenze nel Rinascimento, Florence, 2001, p. 121-313.

18 F. W. Kent, « Palaces, Politics and Society in Fifteenth-Century Florence », I Tatti Studies, 2, 1987, p. 41-70.

19 A. Chastel, Art et humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique, Paris, 1982 (1re éd. 1959). Sur le cercle de Ficin, J. Hankis, « The Myth of the Platonic Academy of Florence », Renaissance Quarterly, XLIV, 1991, p. 429-475, et Id., « The Invention of the Platonic Academy of Florence », Rinascimento, XLI, 2001, p. 3-39.

20 N. Rubinstein, op. cit., p. 240.

21 BNCF, ms., II, II, 127, « Memorie di ser Giusto d'Anghiari dall'anno 1437 al 1481 », f° 105v.

22 D. Weinstein, Savonarole et Florence. Prophétie et patriotisme à la Renaissance, Paris, 1973 ; A. Fontes, J.-L. Fournel, M. Plaisance, eds, Savonarole. Enjeux, débats, questions. Actes du colloque International (25-27 janvier 1996, Paris), Paris, 1997 ; L. Polizzotto, The Elected Nation. The Savonarolan Movement in Florence 1494-1545, Oxford, 1994 ; G. Garfagnini, ed., Studi savonaroliani. Verso il V centenario, Florence, 1996

23 N. Rubinstein, « I primi anni del Consiglio Maggiore di Firenze », Archivio storico italiano, CXII, 1954, p. 151-229, 321-347.

24 Ibid., p. 329-331.

25 Selon les calculs de Nicolai Rubinstein, en 1494, le nombre des habilités ne devait pas dépasser celui de 2250 citoyens. Parmi ceux-ci, plus d'un tiers étaient débiteurs de la Commune, cf. ibid., p. 160-165.

26 N. Rubinstein, « Oligarchy and Democracy in Fifteenth-Century Florence », in S. Bertelli, N. Rubinstein, C. H. Smyth, Florence and Venise : Comparaison and Relations. Acts of two Conferences at Villa I Tatti in 1976-1977, vol. I, Il Quattrocento, Florence, 1979, p. 107-110.

27 O. Niccoli, I bambini del Savonarola, in G. Garfagnini, ed., op. cit., p. 279-288 ; « I fanciulli del Savonarola : usi religiosi e politici dell'infanzia nell'Italia del Rinascimento », in A. Fontes, J. L. Fournel, M. Plaisance, op. cit., p. 105-120 ; I. Taddei, op. cit.

28 Cf. B. Cerretani, Ricordi, éd. par G. Berti, Florence, 1993, p. 283.

29 Sur l'institution du gonfalonier à vie et sur la figure de Piero Soderini, cf. S. Bertelli, « Pier Soderini Vexillifer Perpetuus Reipublicae Florentinae 1502-1512 », in A. Molho, J. A., Tedeschi, eds, Renaissance Studies in Honor of Hans Baron, Florence, 1971, p. 333-359 ; Id., « Uno magistrato per a tempo lungho o uno dogie », in Studi di storia medievale e moderna fer Ernesto Sestan, Florence, 1980, p. 451-494.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540