Version classiqueVersion mobile

Les protestants à l’époque moderne

 | 
Olivier Christin
, 
Yves Krumenacker

Quatrième partie. Langues, langage, dispositifs rhétoriques

Introduction

Olivier Christin

Texte intégral

  • 1 Reboul G. de, Les Actes du synode universel de la saincte reformation, tenu à Mompelier le quinzies (...)

1Dans son ouvrage polémique paru en 1600 sous le titre Les Actes du synode universel de la saincte reformation, tenu à Mompelier le quinziesme de May, 1598. Satyre Menippaee, Guillaume Reboul, ancien protestant converti par le Père Coton et devenu ennemi acharné de la Réforme, met en scène sur un mode évidemment comique la réaction outragée de ministres luthériens allemands à qui l’on proposait de signer la confession de foi calviniste. La teneur exacte de leur réponse échappe toutefois aux auditeurs, car l’orateur principal, pris de boisson, avait décidé de s’exprimer « en langue germanique, d’une voix plaine, forte et soroneuse ». Comme les auditeurs lui font alors savoir qu’ils « n’y entendaient que le haut Allemand » et que le modérateur l’invite à s’exprimer en français, l’orateur s’offusque de cette demande et rétorque que « il ne luy serait séant de parler autre langue, quoy que en France, que l’Allemande, pour le respect de l’origine de ladicte Réformation, née en Allemagne1 ». Il ne peut parler de la Réforme que dans la langue de Luther.

2Peu importe que l’épisode soit ou non totalement imaginaire et que Reboul cède ici à la tentation de démasquer les divisions et les contradictions des protestants qui ne peuvent même pas s’accorder sur une langue commune : l’anecdote a le mérite de rappeler que la Réforme fut un événement linguistique, une rupture, immédiatement perçue comme telle par les contemporains, dans les manières de prêcher, de parler, d’écrire ou de prier, et dont on ne saurait minimiser les enjeux et les implications.

3Non que la prédication en vernaculaire fut totalement inconnue au Moyen Âge ou que les livres religieux fussent tous en latin avant les écrits luthériens : on sait qu’il n’en est rien. Mais la Réforme confère bien aux questions de langue, d’accessibilité de la Parole de Dieu, de traduction des Écritures, d’instruction des fidèles ou encore de diffusion des débats et des controverses entre partisans des idées nouvelles et tenants de l’orthodoxie romaine une importance inédite, que la circulation accrue des idées et des hommes ne fait qu’accentuer.

  • 2 Supplication et remonstrance, sur le faict de la chrestiente, et de la reformation de L’Eglise Faic (...)
  • 3 Histoire de la Réformation de l’Eglise d’Angleterre, traduite de l’anglois de M. Burnet, par M. de (...)
  • 4 Rocoles J.-B. de, Histoire véritable du calvinisme, ou Mémoires historiques touchant la réformation (...)
  • 5 Claude J., La Defense de la Reformation contre le livre intitulé préjugez légitimes contre les calv (...)
  • 6 Du Chasteau L., La religion prétendue des provinces Belgiques unies désunie, Christian Ouwerx, 1619 (...)

4 On pourrait multiplier les exemples qui montrent que nombre de contemporains de la Réforme ou de ses premiers historiens ont été convaincus que celle-ci constituait bien un tournant dans l’histoire des usages religieux de la langue. Un ouvrage de Calvin publié anonymement à Genève en 1544 rappelle ainsi que dans l’Église romaine « il estoit interdit de prier autrement qu’en latin » alors que « les paroles de sainct Paul en sont claires, que si elles se font en langue estrange, un idiot ne peut répondre Amen2 ». Près d’un siècle et demi plus tard, une Histoire de la réformation de l’Église d’Angleterre retient des changements du xvie siècle que « l’on fit deux autres changements universels dans les Offices de l’Église. Premièrement, on les traduisit en langue vulgaire, sur ces considérations : […] que St Paul condamne suffisamment ceux, qui dans leur pseaumes, ou dans leurs prières, usent d’une langue que l’on n’entend pas ; qu’Origène, St Basile et les autres Pères […] nous apprennent avec quel soin chacun servoit alors Dieu en sa propre langue3 ». Même analyse dans une Histoire véritable du calvinisme, qui juge que les protestants ont su corriger « l’abus de faire ses prières à Dieu en une langue inconnue4 » ou encore dans une Défense du calvinisme qui estime que dans l’Église catholique le « service public » se faisoit « en une langue barbare et incognue du peuple5 ». Les partisans de Rome ne laissent bien entendu pas sans réponse de telles affirmations, brocardant par exemple la diversité des traductions en vernaculaire de la Bible sous l’influence des idées de la Réforme. Après avoir fait la liste, assez copieuse, des traductions protestantes en français, en allemand, en anglais, Louis du Château, auteur d’une Religion prétendue des provinces belgiques, ironise : « que si vous examinez toutes ces translations et les confrontez, vous n’y trouvez aucun accord6 ».

5Les textes rassemblés ici le montrent amplement : l’irruption de la Réforme vient bouleverser l’économie traditionnelle des échanges linguistiques, modifiant profondément les hiérarchies inhérentes à la diglossie médiévale et au monopole clérical sur la langue légitime des débats théologiques, bouleversant les conditions de la prise de parole publique et de la circulation des textes, jetant sur le marché de nouveaux orateurs dont le capital social et universitaire n’est plus exactement celui des clercs de l’Église médiévale. Fidèles chantant les psaumes en vernaculaire dans les rues, prêtres interrompus, dans les faits ou dans l’imaginaire des pamphlets, par des fidèles capables de démasquer leurs erreurs et leurs mensonges, controverses entre professionnels des biens du Salut sur la légitimité du recours au vernaculaire et aux formes rhétoriques empruntées à l’humanisme dans des situations qui les excluaient théoriquement, subversion des genres et des hiérarchies du discours pour faire entrer dans le débat religieux des manières de dire, de prononcer, d’émouvoir qui étaient par exemple celles de la littérature populaire : les exemples abondent des ajustements et des affrontements que la Réforme fait éclore autour de la question de la langue et de ses usages.

  • 7 Dialogue de l’Ortographe (1550).

6Les enjeux sont loin d’en être bornés à l’opposition entre réformés et catholiques autour du latin. On peut ici en prendre pour preuve le propos – souvent cité – que Jacques Peletier du Mans fait tenir à Théodore de Bèze sur l’orthographe et l’écriture, qui peut également se lire comme un effort de conservation d’une diglossie entre savants et « mécaniques » à l’heure de la progression des langues vernaculaires : « Il faut qu’il y ait quelque différence entre la manière d’écrire des gens doctes et des gens mécaniques… Est-ce raison qu’un Artisan qui ne saura que lire et écrire, encores assez maladroit, et qui n’en entend ni les raisons ni la congruité, soit estimé aussi bien écrire comme nous qui l’avons par étude, par règle et par exercice7. »

7Car si la Réforme est un événement linguistique, cela ne tient pourtant pas à la seule question de la langue ou des langues – en l’occurrence à l’opposition entre latin et vernaculaires. Il faut aussi souligner l’évolution rapide qu’elle imprime aux contextes et aux conditions d’expression, le renouvellement des formes rhétoriques et des situations d’interaction qui brouillent les rapports traditionnels de maître à élève ou de ministre à fidèles, comme dans les disputes et les colloques de religion qui, en théorie, mettent face à face des égaux, ou encore la transformation des modes de mise en page du livre imprimé ou du placard, qui en viennent à imiter les dispositifs oraux de la confrontation par le jeu sur les pages paires et impaires ou l’utilisation de colonnes permettant d’opposer la parole juste et la parole trompeuse. La controverse accélère ainsi l’évolution de la langue parlée comme de l’imprimé, faisant usage de nouveaux dispositifs typographiques, de nouveaux formats, ou encore de nouveaux termes dont la liste résume au fond très bien le temps des guerres confessionnelles : Götzen, Totenfresser, huguenots, bris-images, martiniens, papegots (pris à Rabelais)…

Notes

1 Reboul G. de, Les Actes du synode universel de la saincte reformation, tenu à Mompelier le quinziesme de May, 1598. Satyre Menippaee, chez Le Libertin, 1600, p. 278-279.

2 Supplication et remonstrance, sur le faict de la chrestiente, et de la reformation de L’Eglise Faicte au nom de tous amateurs du Regne de Jesu Christ, p. 68.

3 Histoire de la Réformation de l’Eglise d’Angleterre, traduite de l’anglois de M. Burnet, par M. de Rosemond, 1687, seconde partie, t. 1, p. 177.

4 Rocoles J.-B. de, Histoire véritable du calvinisme, ou Mémoires historiques touchant la réformation, opposés à l’« Histoire du calvinisme » de M. Maimbourg, 1683, p. 233.

5 Claude J., La Defense de la Reformation contre le livre intitulé préjugez légitimes contre les calvinistes, Quevilly, Jean Lucas, 1673, p. 24.

6 Du Chasteau L., La religion prétendue des provinces Belgiques unies désunie, Christian Ouwerx, 1619, p. 92.

7 Dialogue de l’Ortographe (1550).

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search