Version classiqueVersion mobile

Les protestants à l’époque moderne

 | 
Olivier Christin
, 
Yves Krumenacker

Deuxième partie. Espace public, espace privé

L’espace domestique des protestants français

Yves Krumenacker

Texte intégral

  • 1  Labrousse É., « Une foi, une loi, un roi ? » La Révocation de l’Édit de Nantes, Genève-Paris, Labo (...)

1L’historiographie protestante a longtemps privilégié les thèmes de la persécution et de la résistance, puis de la coexistence avec les catholiques. Des études sérieuses et approfondies ont également concerné les institutions et le fonctionnement des Églises. Plus récemment, des travaux se sont intéressés à l’univers mental des huguenots et la culture des intellectuels. Mais très peu ont envisagé le cadre matériel de la vie de la majorité du peuple réformé. En ce domaine, faute de recherches suffisantes, on se contente souvent d’évoquer l’austérité protestante, plus précisément calviniste, qui se manifesterait par des vêtements sobres, souvent noirs, des logements dépourvus de luxe, sans décorations superflues. Ces pseudo-évidences sont à revoir. Il importe, dans ce domaine comme dans d’autres, de méditer ces fortes réflexions d’Élisabeth Labrousse : « Les huguenots du xviie siècle – gardons-nous bien de sous-estimer une telle évidence – étaient des Français de leur temps ; leur mentalité et leurs comportements étaient vraisemblablement plus proches de ceux de leurs compatriotes catholiques que de ceux de leurs coreligionnaires de l’étranger1. » Cela signifie qu’il leur est sans doute impossible d’échapper à une société de l’apparence, du paraître, où les vêtements comme les habitations définissent le statut social. S’ils se distinguent des autres Français, des catholiques, ce ne peut être que par des détails.

2C’est à la recherche de cette spécificité huguenote que nous allons nous attacher en nous demandant ce qui, dans les intérieurs protestants, peut être réellement différent de ce que l’on trouve chez les catholiques. Pour cela, nous aurons essentiellement recours aux inventaires après décès, la seule source qui permette de connaître l’espace domestique d’un grand nombre de protestants. Les livres de raison, mémoires, journaux intimes ou autres papiers personnels sont en effet assez peu fréquents, et décrivent rarement le cadre dans lequel vivent leurs auteurs.

Les sources

  • 2  Sur les inventaires après décès, l’ouvrage fondamental est celui de Pardailhé-Galabrun A., La Nais (...)

3Avant de livrer le résultat de ces recherches, il importe de s’interroger sur la représentativité des sources. Les inventaires après décès, on le sait, énumèrent en principe la totalité du patrimoine et des papiers du défunt, y compris les objets les plus banals, pièce par pièce2. Ce sont donc des documents précieux pour savoir ce que possédait le défunt et où ses biens se trouvaient. Rédigés généralement par un notaire, quelquefois un officier du siège royal voire de l’échevinage, ils suivent des règles bien précises, ce qui permet leur analyse quantitative et des comparaisons entre des régions différentes. Des critiques ont cependant été faites à cette source. En effet, elle livre un instantané des biens au moment du décès et concerne par conséquent souvent une personne âgée, qui a pu accumuler beaucoup d’objets devenus inutiles, ou au contraire s’en débarrasser. Un certain nombre d’objets ont pu être donnés avant le décès, saisis en justice, dissimulés, volés ou perdus. D’autre part, la description n’est pas toujours précise : la forme des objets, leur couleur sont quelquefois absents ; le motif des tableaux, estampes, images, n’est pas toujours mentionné ; bien souvent, les titres des livres figurant dans une bibliothèque manquent, surtout si ce sont des livres de peu de valeur ou très usés… ce qui est signe qu’ils ont été beaucoup lus.

  • 3  Garden M., « Les inventaires après décès : source globale de l’histoire sociale lyonnaise ou juxta (...)
  • 4  Rome C., Les Bourgeois protestants de Montauban au xviie siècle. Une élite urbaine face à une mona (...)
  • 5  Benedict P., « Bibliothèques protestantes et catholiques à Metz au xviie siècle », Annales ESC, 19 (...)
  • 6  Les biens des milieux plus humbles peuvent être connus grâce aux dépôts des Monts-de-piété : Ferri (...)

4Plus grave sans doute, les inventaires ne concernent pas toute la population. À Lyon, ils ne sont pas obligatoires et n’apparaissent généralement que lorsqu’il y a nécessité d’une tutelle pour des enfants mineurs, quand il y a des différends entre les héritiers ou quand on craint un déficit dans la succession ; il n’y en a, par conséquent, qu’un sur huit à dix décès, et très peu dans le cas des grosses fortunes3. Il en est de même à Montauban, où seuls les problèmes de succession justifient la rédaction d’un inventaire4. À Metz, un inventaire est systématiquement fait lorsque la succession implique un mineur, ce qui n’empêche pas que les plus riches sont plus nombreux à voir leurs biens inventoriés5. Partout, les couches les plus favorisées de la société sont surreprésentées. Mais partout également, on peut trouver des inventaires concernant chaque catégorie sociale, jusqu’aux simples journaliers6. En revanche, la confession du défunt n’est pas forcément indiquée, ce qui oblige à la retrouver par recoupement avec les registres paroissiaux, catholiques et protestants, ou à la deviner par la possession d’objets ou de papiers caractéristiques ; mais il faut, dans ce dernier cas, être très prudent car la tentation est grande de classer a priori des objets comme spécifiquement protestants alors que, nous le verrons, les choses ne sont pas toujours aussi simples.

5Il n’en reste pas moins qu’ils constituent pratiquement les seuls documents d’archives permettant d’entrer dans l’intimité des foyers de l’ancienne France. Nous les utiliserons par conséquent de manière préférentielle, les autres sources ne servant que pour donner des précisions complémentaires. Plusieurs sites seront privilégiés, en raison essentiellement des travaux déjà existants. Il est à noter que si les inventaires après décès sont, depuis plus d’une vingtaine d’années, largement exploités par les historiens, peu d’études nous sont réellement utiles. En effet, beaucoup portent sur des régions ou des villes où les protestants sont si rares qu’ils n’apparaissent presque pas dans les sources ; c’est le cas, par exemple, de Paris. À cela s’ajoute la difficulté que les auteurs ne tiennent généralement pas compte du facteur confessionnel et ne différencient pas intérieurs catholiques et protestants. Il existe heureusement quelques exceptions, qui vont nous permettre d’essayer d’entrer dans l’espace domestique des huguenots.

  • 7  Cheval A., Artisanat du bois et mobilier domestique à Nîmes au xviie siècle, thèse d’histoire de l (...)
  • 8  Benedict P., « Bibliothèques protestantes… », art. cit ; id., « Toward the Comparative Study of th (...)
  • 9  Notamment Chenevier C., Les négociants protestants lyonnais aux xviie et xviiie siècles, mémoire d (...)

6Dans le « croissant huguenot », trois villes ont fait l’objet d’études approfondies : Nîmes, Montpellier et Montauban7. Plus au Nord, Philip Benedict s’est intéressé aux bibliothèques et aux tableaux des protestants messins8. J’ai effectué moi-même un certain nombre de dépouillements à Lyon, qu’on peut compléter par des travaux d’étudiants9. Ces cinq sites sont-ils représentatifs du protestantisme français ? Il est bien difficile de le dire. C’est pourquoi, le plus souvent possible, nous aurons recours à des exemples complémentaires pris dans d’autres régions, à partir d’autres sources. Bien entendu, à chaque fois, il sera nécessaire de confronter nos résultats avec des inventaires catholiques, de manière à ne pas prendre une caractéristique de l’époque pour un trait spécifiquement réformé.

7Comme on le verra, le xviie siècle sera privilégié dans cette étude. Le siècle précédent livre en effet peu d’informations, faute d’inventaires en nombre suffisant. Quant au xviiie, période privilégiée pour les recherches sur les inventaires, il pose le problème de la définition des protestants : ils sont en effet interdits en France, ce qui fait que ceux qui sont restés fidèles à leur foi sont difficilement repérables et peuvent avoir des pratiques de dissimulation, en possédant par exemple quelques objets de piété catholiques. Nous utiliserons malgré tout les inventaires de protestants avérés du siècle des Lumières, mais en moindre quantité que pour la période qui précède.

L’habitation : impression d’ensemble

  • 10  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 69.
  • 11  De Felice G., Les Protestants d’autrefois, t. 2, Les pasteurs. Vie officielle. Vie privée, Paris, (...)

8Les demeures occupées par les protestants sont évidemment diverses selon leur catégorie sociale. On ne peut comparer les propriétés de grands seigneurs comme Sully ou Lesdiguières, celles de nobles de province comme Dumont de Bostaquet, les maisons bourgeoises des négociants montalbanais ou Lyonnais, les logis des pasteurs, etc. Les logements ont des tailles très différentes selon la fortune de leur occupant. À Montauban, Philippe Andorre, marchand, n’occupe en 1621 que deux salles situées à deux niveaux différents, et il dispose d’une tribune et d’une cave ; Jean Daliès, avocat du roi, habite en 1613 dans une maison à trois étages10. La même diversité existe chez les pasteurs : à Mer, en Beauce, le pasteur Élie Péju dispose en 1652 d’une chambre basse, d’une chambre haute, d’une petite chambre à côté, d’un grenier, d’une cave et d’une soupente, le tout avec des murs blanchis à la chaux, sans tapisserie ; mais son collègue Daniel Jurieu possède, lui, trois maisons contiguës. On peut noter que le curé est encore plus mal logé que Péju11.

Le mobilier

  • 12  Chenevier C., Les négociants protestants lyonnais…, op. cit., p. 51-54 ; Rome C., Les bourgeois pr (...)
  • 13  Cristescu-Boangiu R., Objets d’art et de décoration…, op. cit., p. 79, 181-184 ; Cheval A., « Livr (...)
  • 14  De Felice G., Les Protestants d’autrefois…, op. cit., p. 171-185, 195-204.
  • 15  Gal S., Lesdiguières. Prince des Alpes et connétable de France, Grenoble, PUG, 2007, p. 253.
  • 16  Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet, Paris, Mercure de France, 1968, p. 98-101.

9Il est plus intéressant d’entrer à l’intérieur des logis et d’examiner le mobilier. Il est en grande partie en noyer, avec quelques meubles en sapin et des coffres en chêne. Il est peu abondant au xviie siècle, que ce soit à Lyon ou à Montauban : caisses et coffres dominent, avec des armoires (dites « alimandes » à Montauban), des vaisseliers ; les tables sont parfois recouvertes d’un tapis, les chaises en paille ou recouvertes de tissu sont les sièges les plus nombreux, mais on trouve aussi des pliants et des tabourets. Les lits sont fermés et recouverts d’un surciel en bois ou en tissu, toujours décoré. Des pièces de tissu entourent le lit, avec souvent des franges et des passements en soie12. À Montpellier, les intérieurs richement meublés sont une exception ; l’apothicaire Jehan d’Archies possède néanmoins dès 1615 une grande variété de meubles dans toutes ses pièces, dont de multiples meubles de repos (escabeaux, caquetoires, chaises à l’antique, bancs, lits). À Nîmes, le mobilier est assez sobre même si, nous le verrons, les éléments décoratifs ne manquent pas13. À Mer, Péju possède surtout des coffres et des bahuts ; plus riche, Daniel Jurieu a un beau mobilier de noyer, avec des chaises et des tabourets garnis de tapisserie relevée de soie, un lit avec tour de lit en serge et des passementeries de soie ; le pasteur de Montauban Jean Constans a le même type de meubles assez luxueux14. Il ne faudrait donc pas conclure trop vite à la sobriété ou à l’austérité protestante en matière d’ameublement. Dans le cas particulier de membres de la grande noblesse, on peut même constater des éléments de confort particuliers, comme, chez le duc de Lesdiguières, un grand poêle en faïence acheté en 1603 et disposé dans une pièce spéciale, pour bien répartir la chaleur, ce qui est très rare en France à l’époque (mais plus fréquent en Allemagne)15. Dans ce type de demeures, le mobilier est abondant ; c’est aussi le cas chez les gentilshommes campagnards comme Dumont de Bostaquet16.

  • 17  Pardailhé-Galabrun A., La Naissance de l’intime…, op. cit.
  • 18  Outre les références indiquées plus haut, Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais aux xv (...)
  • 19  Lemétayer G., Les Protestants de Paray-le-Monial. De la cohabitation à la diaspora (1598-1750), th (...)

10Si, presque partout, on note un nombre relativement restreint de meubles, ce n’est pas propre au protestantisme. Toutes les enquêtes faites à partir d’inventaires après décès constatent que ce n’est qu’au xviiie siècle que les meubles se multiplient dans les intérieurs17. D’autre part, les auteurs qui ont pu faire des comparaisons avec des intérieurs catholiques concluent presque tous que, sur ce plan au moins, aucune différence n’est visible : à Lyon, à Nîmes, entre les bourgeois de Montauban et ceux de Toulouse, à Annonay18. La seule exception est la petite cité bourguignonne de Paray-le-Monial où, s’il y a une grande conformité dans le mobilier de la petite bourgeoisie, les intérieurs sont plus cossus dans les milieux aisés catholiques (marchands, juge, grands propriétaires) que protestants19.

  • 20  Bauquier H., « Les meubles à décoration biblique du Languedoc cévenol », BSHPF, 1938, p. 311-314 ; (...)
  • 21  Thirion J., « Meubles français des xvie et xviie siècles à sujets sculptés d’après des motifs de R (...)

11La décoration des armoires pose un problème qui a suscité de nombreux débats parmi les historiens d’art. Les meubles ne sont en effet généralement pas sculptés. Mais, à Nîmes et dans le Languedoc cévenol, ils sont nombreux à bénéficier de figurations mythologiques ou symboliques, ou de personnages équestres. Parmi eux, on trouve des armoires dites « armoires huguenotes », à deux portes, ornées de scènes religieuses sur six panneaux : essentiellement des scènes de l’Ancien Testament (la création du monde, le déluge, histoires d’Adam et Ève, de Salomon, de Jacob, de Moïse, de Joseph, de Suzanne, de Noé et de Jacob), l’enfant prodigue, les évangélistes et les apôtres, des scènes de la vie du Christ et de la Vierge. Ces armoires ont été repérées au moment de la seconde guerre mondiale par Henry Bauquier, qui en a établi l’origine cévenole et en a conclu à une inspiration protestante20. L’origine protestante de ces meubles a été remise en question en 1983 par Jacques Thirion qui, ayant découvert la source des figurations, conclut plutôt à une origine dans des milieux cultivés de la Contre-Réforme21. S’il admet que toutes ces armoires ont été retrouvées dans des localités protestantes des Cévennes, il ajoute qu’on ne sait pas depuis quand elles y sont. Or les thèmes bibliques qui y figurent s’inspirent des peintures de Raphaël pour les 1re et 2e loges du Vatican pour les scènes de la Genèse, de la 3e loge pour l’histoire de Noé, de la 12e pour l’histoire de Salomon. Ces peintures étaient très connues au xviie siècle grâce à la grande diffusion des Sacrae historiae acta a Raphaele Urbin in vaticanis xystis ad pictura miraculum expressa… de Nicolas Chaperon, publiées à Paris et à Rome en 1649. Pour Jacques Thirion, il est impensable que des protestants aient reproduit des scènes figurant au Vatican.

  • 22  Cheval A., Artisanat du bois…, op. cit., p. 239-242.
  • 23  Bauquier H., « Les meubles d’inspiration protestante du Languedoc cévenol », art. cit.

12Dans sa thèse, Alexandre Cheval a découvert l’origine d’autres figurations, notamment l’Enfant prodigue, qui provient de gravures de Pietro Testa22. Mais il ne rejette pas l’origine protestante des meubles. Il relève notamment la présence d’une armoire ornée de l’histoire d’Adam et Ève, avec Dieu représenté par le tétragramme hébraïque, ce qui correspond bien à l’usage réformé. De manière plus générale, on sait que les échanges interconfessionnels en matière artistique sont fréquents, que des artisans et artistes catholiques travaillent pour des protestants et vice versa. Il n’y aurait donc rien d’impossible à ce que des images romaines aient été réutilisées sur des meubles protestants, d’autant que leur localisation semble un argument assez convaincant. Mais, même en dehors de ces cas, il reste ce meuble découvert par Bauquier, sur lequel sont figurés Gustave Adolphe et Maurice de Nassau23. Il semble donc acquis que, au moins en Cévennes, des meubles ornés et sculptés existent dans les logements réformés.

  • 24  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 56-62.
  • 25  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 217-218.
  • 26  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 563-568.
  • 27  Bidot F., « Les intérieurs nîmois… », art. cit.

13La situation est très différente au xviiie siècle. La multiplication du nombre des meubles touche également les protestants. À Lyon apparaissent en grande quantité les tables de jeu, les bureaux, secrétaires ou autres écritoires ; le fauteuil se généralise, les tabourets sont nombreux, on découvre quelques sofas. L’armoire est fréquente dans la première moitié du siècle, puis vient la commode, et il n’y a plus guère de coffres ni de caisses. Les ustensiles de cuisine sont beaucoup plus nombreux qu’auparavant, et en matériaux variés (fer, cuivre, étain, mais aussi faïence, quelquefois porcelaine)24. À Montpellier, Guillaume Castelnau, assortisseur de laine mort en 1713, possède treize chaises et trois tables, plus un lit, dans sa chambre25. À Annonay, le banquier Jean Delacou a chez lui (en 1725) quelques beaux meubles, comme une bibliothèque en marqueterie, une table à toilette ou un clavecin26. Nîmes semble constituer une exception, puisque les meubles, l’argenterie, les objets précieux, les livres ne sont vraiment plus nombreux que chez les magistrats et les officiers du roi ; mais cette étude consacrée aux intérieurs nîmois ne fait pas de différence entre catholiques et protestants, et il est possible que Nîmes constitue un épiphénomène27. De toute manière, à Nîmes comme ailleurs, aucun auteur ne voit de différences confessionnelles dans la possession de meubles. Les protestants semblent, en ce domaine, suivre les modes et participer à la « révolution des objets » avec la multiplication et la diversification des petits meubles. Ils ne se singularisent ni par une sobriété excessive, ni par un luxe ostentatoire. Mais il est nécessaire d’aller plus loin et d’examiner le décor de ces intérieurs.

Les éléments décoratifs

  • 28  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 104.
  • 29  Bourquin P., « Les objets de la vie quotidienne dans la première moitié du xvie siècle à travers c (...)
  • 30  Branchu C., Les objets d’art décoratif dans les intérieurs lyonnais d’après les inventaires après (...)
  • 31  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 75.
  • 32  Gal S., Lesdiguières…, op. cit., p. 255, citant Archives départementales de l’Isère, 11J86/9.

14Là aussi, il faut différencier le xviie et le xviiie siècle, ce dernier étant beaucoup plus riche en objets décoratifs. Mais, dans les deux cas, ce qui frappe le plus, ce sont les couleurs des tapis, des tissus d’ameublement, des murs. À Montauban comme à Lyon, et pour les deux siècles, c’est le vert qui domine : les tapis de table sont généralement de cette couleur, beaucoup de tissus d’ameublement, de tapisseries ou de tissus muraux également. À Montpellier, les tapis et les tapisseries sont surtout verts, mais également rouges et jaunes28. Ce n’est guère original ni spécifiquement protestant : le vert (et le rouge) dominait dans les intérieurs parisiens de la première moitié du xvie siècle29, le vert se retrouve dans la majorité des intérieurs catholiques à Lyon au xviiie siècle, avec néanmoins le blanc pour les rideaux et le cramoisi pour les objets en tissu30. Les bourgeois toulousains vivent également dans le vert, avec néanmoins aussi de l’amarante, du violet, du blanc et du bleu31. Mais les protestants montalbanais apprécient eux aussi l’amarante, le gris, le « feuille morte », avec des sièges recouverts du même tissu que les garnitures de lit. Évidemment, dans la haute noblesse, la recherche d’une variété dans les couleurs est bien plus grande. On peut prendre l’exemple du salon doré à Vizille, qui appartient à Lesdiguières : « La décoration en est riche et tout à fait singulière, les panneaux des boiseries jusqu’à hauteur de six pieds sont de planchettes rouges, bleues et noires peintes en or, les dessins sont des fruits ; au milieu de chaque panneau on voit la représentation de quelques châteaux qui appartenaient au connétable. […] Le plafond est composé de compartiments carrés, enfoncés et séparés par des bandes en saillies. Ces bandes sont ornées d’arabesques dans les goûts de celles de Raphaël. Au milieu est la renommée qui publie les grandes actions du Connétable ; elle est entre deux génies, dont l’un tient la lettre F, l’autre la lettre B, initiales de François de Bonne. » Le cabinet du duc possède un plafond « à la mode de Chine », dans des couleurs très variées, avec des moulures dorées et des mauresques32.

  • 33  Mémoires…, op. cit., p. 98-101.

15Le décor est sans doute moins fastueux chez Dumont de Bostaquet. Mais son château de La Fontelaye, en Normandie, qui brûle le 31 août 1673, a été décoré pendant trois ans par un peintre hollandais et ses murs étaient tous tapissés33.

  • 34  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 73.
  • 35  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 99-103, 216-217.
  • 36  Cheval A., « Livres, tableaux et mobilier… », art. cit., p. 43-44 ; id., Artisanat du bois…, op. c (...)
  • 37  Ibid., p. 75.

16Plus que la couleur, c’est la nature et le nombre des objets décoratifs qui importe. Ils sont peu nombreux à Montauban : un miroir, présent dans quelques inventaires, des tentures chez Paul Constans, conseiller au présidial, une tapisserie de Flandres chez l’avocat Jean Daliès, quelques tapis de sol, des rideaux blancs, mentionnés dans un seul inventaire. Ces intérieurs dénotent une absence remarquable de luxe et d’ostentation qu’on retrouve dans la vaisselle, essentiellement en étain, et des couverts peu nombreux34. Les protestants montpelliérains sont à peine moins austères. Il y a chez eux de nombreux tapis, les tapisseries sont présentes aussi bien chez les riches que dans les foyers modestes, les miroirs se généralisent, mais près d’un tiers des foyers n’ont pas d’autre objet de décoration ni d’objet d’art, alors que ce n’est le cas que de 16 % des catholiques35. À Nîmes, on peut recenser quelques tapisseries, un grand miroir à cadre doré, mais dans l’ensemble les éléments décoratifs sont réduits, avec néanmoins quelques exceptions : le bourgeois Claude Guiraud a, dans son cabinet, des vases, de la vaisselle de Pise, des figures d’albâtre et, dans un autre cabinet, une statue d’antique36. Le contraste est fort avec les logements catholiques de Toulouse, où les miroirs, les tapisseries, les tentures, les rideaux, les devants de cheminée abondent37.

  • 38  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 63-66.
  • 39  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 564.

17Aurait-on, avec ces décors sobres, la marque de l’austérité protestante ? Rien n’est moins sûr. À Lyon, en effet, il n’y a guère de différences entre catholiques et protestants : dans les deux cas on a de nombreux miroirs, tapis, tapisseries, mais presque pas de statues, de bustes, de bibelots, etc.38. À Annonay, Jean Delacou a plusieurs tapisseries, une horloge, un thermomètre, un baromètre, en plus des beaux meubles déjà décrits39. Si l’on veut voir un esprit religieux dans ces logements marqués par l’absence d’ostentation, il faut alors conclure que les deux réformes catholique et protestante, ont eu le même effet ici, alors qu’à Toulouse le luxe (baroque ?) semble davantage dominer.

  • 40  Ibid., p. 67-71.
  • 41  Krumenacker Y., Des Protestants au siècle des Lumières…, op. cit., p. 215.
  • 42  Bidot F., « Les intérieurs nîmois… », art. cit.
  • 43  Schama S., L’Embarras de richesses. La culture hollandaise au siècle d’Or, Pairs, Gallimard, 1991, (...)

18Mais tout change au xviiie siècle à Lyon. S’il n’y a toujours pas de différences significatives avec les intérieurs catholiques, on constate chez les protestants une augmentation quantitative et une plus grande diversité : des miroirs plus luxueux, des trumeaux ; des tapis proportionnellement moins nombreux, mais plus de tapisseries (peintes, dorées, en satin ou en cuir, avec divers motifs) ; des paravents, des portières, des portes-volantes. Les rideaux, rares au xviie, se généralisent. Les pendules et les horloges apparaissent40. On trouve de la porcelaine de Saxe, de la vaisselle d’argent, des violons, des armes de parade, etc.41. Les bourgeois protestants lyonnais partagent la même « culture des apparences » que leurs collègues catholiques. En revanche, les objets à la mode sont beaucoup plus rares à Nîmes ; mais, comme on l’a vu pour les meubles, il y a peut-être une particularité nîmoise42. Faute d’autres études sur ce siècle, il est cependant prématuré de conclure. Il est clair cependant que, si austérité il y a dans certains sites, ce serait plutôt une exception, et cela même à l’échelle européenne ; il n’est qu’à songer au luxe des intérieurs néerlandais, malgré les sermons des pasteurs, pour considérer que les protestants ne répugnent pas à étaler leurs richesses43.

  • 44  Benedict P., « Toward the Comparative Study of the Popular Market for Art : The Ownership of Paint (...)

19Nous n’avons pas tenu compte, pour l’instant, d’un autre élément de décor, les tableaux, gravures et estampes. Une étude approfondie a été faite par Philip Benedict dans le cas de Metz44. Il constate que plus de la moitié des propriétaires (sans doute 58 %) ont des peintures chez eux, à peu près autant chez les catholiques que chez les protestants, même si les premiers en ont un peu plus que les seconds. Ce qui est vraiment significatif, cependant, c’est la différence dans les types de peintures : peu de sujets religieux et peu de portraits chez les protestants (on n’en trouve que dans 27 et 13 % des inventaires), alors qu’ils sont fréquents chez les catholiques (61 et 19 %). Sont donc en proportions relativement importantes les peintures à sujet encyclopédique (20 % : les quatre saisons, les douze mois, les cinq sens, etc.) et les peintures d’histoire ou mythologiques (14 %). Quant aux sujets religieux, ils proviennent majoritairement du Nouveau Testament, mais 37 % sont tirés de l’Ancien (6 % chez les catholiques) ; et on trouve peu de Vierges, de saints, de crucifixions, de dépositions, qui pourraient avoir un usage dévotionnel. Parmi les portraits, on en note quelques-uns de pasteurs.

  • 45  Montias J. M., Artists and Artisans in Delft : A Socio-Economic Study of the Seventeenth-Century, (...)
  • 46  Gal S., Lesdiguières…, op. cit., p. 255-257.
  • 47  Schnapper A., Le Géant, la Licorne, la Tulipe. Collections françaises au xviie siècle, Paris, Flam (...)
  • 48  Mémoires…, op. cit., p. 98-101.
  • 49  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 72.
  • 50  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 99.
  • 51  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 169-171, 219 ; Cheval A., « Livr (...)
  • 52  Christin O., Confesser sa foi. Conflits confessionnels et identités religieuses dans l’Europe mode (...)
  • 53  Benedict P., « Toward the Comparative Study of the Popular Market for Art », art. cit., p. 205.
  • 54  AD Rhône, BP 1937 (Manlich, février 1662).

20Cet exemple peut-il être considéré comme représentatif ? Benedict rappelle que les habitants de Delft ont à peine plus de sujets religieux : 37 % pour la décennie 1610-1619. En revanche, les portraits sont assez nombreux45. Sur ce point précis, les protestants messins semblent particuliers. On trouve en effet chez le duc de Lesdiguières, à Vizille, des portraits de la famille dans le salon doré, de nombreux portraits dans son cabinet ainsi que dans la galerie des batailles46. Philippe de Mornay, à Saumur, possède une suite de cent cinquante portraits rassemblés à partir de 1609, représentant ses parents et amis, la famille royale, les grands réformateurs47. Dumont de Bostaquet possède lui aussi des portraits de membres de sa famille48. À Montauban, on trouve peu de tableaux, mais, dans les rares inventaires où ils sont mentionnés, les portraits sont assez nombreux49. À Lyon, les portraits dominent, chez les protestants, avec les paysages et les scènes d’histoire50. Il y a également des portraits à Montpellier et à Nîmes51. On sait d’ailleurs que la théologie réformée n’interdit pas la production de portraits, du moment qu’ils ne font pas l’objet de culte. Ainsi, Théodore de Bèze possédait une galerie de portraits, de même que l’Anglais Christopher Hales, et les recueils de portraits ne sont pas rares, des Vrais Pourtraits de Bèze (1581) à la Bibliotheca chalcographica de Jean-Jacques Boissard et Théodore de Bry (1652-1669)52. Parmi les portraits trouvés au hasard des inventaires figurent de nombreux portraits de famille, mais aussi d’autres, beaucoup plus confessionnels. Nous avons déjà mentionné ceux des réformateurs chez Lesdiguières ; on peut aussi indiquer à Metz les portraits des pasteurs de la ville, de Clément Marot, de Pierre Du Moulin et de Théodore de Bèze, ainsi que deux vues de Genève53, à Lyon un portrait de Gustave-Adolphe chez Jean-Antoine Manlich54.

  • 55  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 99-102 ; Branchu C., Les objets d’art déco (...)
  • 56  AD Rhône, 3 E 21023 (Brun, 11 avril 1787) ; BP 2304 (Doornik, 24 mars-23 avril 1789).
  • 57  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 565.

21L’exemple messin est davantage représentatif en ce qui concerne les représentations religieuses. On peut le comparer au cas le mieux documenté, celui de Lyon. Il n’y a que 10,5 % de sujets religieux (contre 24,2 % chez les catholiques)55 : vingt-six tableaux au total. Sur ce nombre, huit sont des représentations vétéro-testamentaires (Samson, Abraham, Salomon, etc.), dix proviennent du Nouveau Testament (dont trois cènes). Il y a aussi une image de « Notre Seigneur », mais également deux Vierges, une « Tentation de Saint-Antoine », une « Notre-Dame de Lorette ». Il faut ajouter trois tableaux de piété, au sujet non précisé. On est donc très proche de l’exemple messin. Ces inventaires sont cependant quelquefois surprenants : c’est dans la chambre de Jean-Baptiste Brun, négociant qui est le principal acteur du rétablissement du culte à Lyon au xviiie siècle que se trouvent la « Tentation de Saint-Antoine », une « Notre-Dame de Lorette » : simple plaisir d’esthète ? Quant au Hollandais Jean Doornik, il a dans sa maison de campagne à Saint-Genis « le massacre des Maccabées », « le sacrifice d’Abraham », « la mort de Jésus-Christ », des « piétés », mais aussi une Vierge et une vue de Saint-Pierre de Rome56. Il est vrai que Benedict a noté la présence de quelques représentations de saints chez les réformés messins et que le banquier Delacou, à Annonay, a chez lui une Vierge et un saint Antoine57.

  • 58  AD Rhône, BP 1967 (Agnès, mars 1677).
  • 59  AD Rhône, BP 1928 et 1937 (Guibaut, juillet 1656 ; Manlich, février 1662).
  • 60  Cheval A., Artisanat du bois…, op. cit., p. 286, 297-298 ; id., « Livres, tableaux et mobilier… », (...)

22À Nîmes, plusieurs protestants, au xviie siècle, possèdent des tableaux représentant l’histoire de Suzanne (un thème apparemment très apprécié, qu’on trouve aussi à Lyon chez Françoise Agnès)58. On trouve également un saint Jean-Baptiste chez Catherine de Cheiron, en 1693 ; ce thème se retrouve aussi dans plusieurs intérieurs lyonnais, par exemple chez Jean Guibaut en 1656 ou Jean-Antoine Manlich en 166259, et semble assez fréquent, parmi les scènes du Nouveau Testament. Mais on trouve aussi chez les réformés nîmois des portraits de saints (saint Michel, saint François)60.

  • 61  Erman et Reclam, Mémoires pour servir à l’histoire des réfugiés françois dans les Etats du Roi, Be (...)

23Il est difficile de tirer des conclusions du lieu où se trouvent les tableaux : généralement une chambre, un cabinet. Ils peuvent aussi être en des endroits inattendus : Madame d’Hallard a un portrait de Poltrot, l’assassin du duc de Guise, peint comme Judith ayant tué Holopherne, dans la ruelle de son lit61.

  • 62  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 169-170.
  • 63  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 99 ; Branchu C., Les objets d’art décorati (...)
  • 64  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 72, 74.

24À Metz, les catholiques n’ont qu’un peu plus de tableaux que les protestants. Est-ce une situation générale ? C’est probable, sans être certain. À Montpellier, sur cinquante-cinq inventaires catholiques, entre 1560 et 1685, vingt-huit ont des estampes ou des tableaux (50,1 %), alors que seuls trois inventaires protestants sur dix-neuf sont dans ce cas (15,8 %). Ces chiffres sont à relativiser, car, pour quatre-vingt-deux inventaires, la confession du défunt n’est pas connue ; mais seuls trente-deux d’entre eux ont des estampes ou des tableaux (39 %). La différence entre protestants et catholiques n’est donc peut-être pas si importante, mais elle existe sans doute62. On peut faire la même constatation à Lyon. En moyenne, les catholiques ont 13,5 tableaux par foyer, alors que les protestants n’en ont que 6,263. Aucune comparaison n’est faite pour Montauban, mais il faut constater que Catherine Rome n’a trouvé que deux inventaires protestants (sur vingt-neuf) mentionnant des tableaux alors que dans la très catholique Toulouse, huit inventaires sur dix le font64.

  • 65  Shama S., L’embarras de richesses…, op. cit., p. 430-432.

25Avec les tableaux, nous trouvons donc, pour la première fois, une véritable différence entre catholiques et protestants. Elle n’est pas absolue : certains négociants réformés, à Lyon par exemple, ont des tableaux dont le nombre et le thème sont proches de ce que possèdent leurs confrères catholiques ; et n’oublions pas l’exemple néerlandais, où les tableaux sont très nombreux, même dans les foyers de classe moyenne65. Elle n’est pas non plus uniforme : de Metz à Lyon, Montauban, Nîmes ou Montpellier, des différences sensibles existent. Il n’en reste pas moins que, dans la plupart des cas, les réformés possèdent moins de tableaux, et surtout moins de tableaux à sujet religieux. Quand ils en ont, la part prise par les représentations tirées de l’Ancien Testament est toujours plus importante que chez les catholiques.

Les vêtements

  • 66  Bosquet G., Sur les troubles advenus en la ville de Tolose en 1562, in Recueil de pièces historiqu (...)
  • 67  D’Aubigné A., Les Avantures du Baron de Foeneste (1619), éd. consultée : Cologne, Pierre Marteau, (...)
  • 68  De Raemond F., L’Histoire de la naissance, progrez et decadence de l’heresie de ce siecle, Paris, (...)

26Si l’on délaisse à présent l’ameublement et la décoration des logements pour voir comment sont habillés les protestants qui y vivent, on se heurte à l’image traditionnelle de l’austérité. Janine Garrisson rappelle les plaintes de l’avocat papiste de Toulouse Georges Bosquet, déplorant que les protestantes abandonnent « avec les Heures et Chapelets qu’elles souloient porter à la ceinture, les robes enflées, basquines et habits dissolus, danses et chansons mondaines, comme si elles eussent été poussées du Saint-Esprit66 ». Agrippa d’Aubigné prétend qu’à la Cour des Valois les gentilshommes protestants portent des habits passés de mode, avec « le cul plat & le coulet rabatu », sans couleurs chatoyantes, car, explique-t-il, l’être est supérieur au paraître67. Florimond de Raemond note également que les huguenots se déclaraient ennemis du luxe, que « les femmes à leur port & habit modeste, paroissoient en public comme des Eves dolentes, ou magdelaines repenties68 ». Ces témoignages, pris parmi bien d’autres, correspondent sans doute à une réalité. Mais est-ce affectation d’une minorité militante, ou le refus du luxe vestimentaire est-il vraiment partagé par tous ?

  • 69  Shama S., L’embarras de richesses…, op. cit., p. 413-414.
  • 70  Rublack U., Dressing Up. Cultural Identity in Renaissance Europe, Oxford, Oxford University Press, (...)
  • 71  Krumenacker Y., Calvin au-delà des légendes, Paris, Bayard, 2009, p. 289-291. Les condamnations so (...)

27On sait que les réformateurs, de Luther à Calvin, ont vitupéré contre les vêtements trop voyants, trop chers, et contre les modes. Mais, si les étudiants de Wittenberg portaient le noir, pour que leurs différences sociales n’apparaissent pas, Luther était souvent vêtu en rouge. Les bourgeois luthériens, tels qu’ils apparaissent dans les œuvres de Cranach, évitent les excès de la mode, refusent les mélanges de couleur, mais ils sont habillés richement. Aux Provinces-Unies, les habits noirs et blancs sont en velours, en satin ou en dentelles, et n’empêchent nullement qu’on porte une robe bleue ou une culotte à rayures rouge corail69. Le vêtement doit en effet refléter le statut social : on peut se vêtir sobrement, mais il faut rester convenable, porter ce qui sied à une personne de sa condition70. Des lois somptuaires inspirées par ces exigences religieuses ont été prises en de nombreux lieux, comme Genève. Mais peu de personnes ont été réellement persécutées, à Genève comme ailleurs, pour leurs excentricités vestimentaires, malgré les récriminations de Calvin71.

  • 72  Paresys I., « Paraître et se vêtir au xvie siècle : morales vestimentaires », Viallon M. (dir.), P (...)
  • 73  Aymon, Tous les Synodes nationaux des Églises réformées de France…, La Haye, Charles Delo, 1710, t (...)

28En vérité, ces discours moralisateurs ne sont pas neufs et les réformateurs ne font que reprendre avec véhémence les discours des prédicateurs médiévaux72. C’est un lieu commun, au début du xvie siècle, de dénoncer l’attachement à la mode des Français, toujours à l’affût des nouveautés. On le trouve chez Pierre de l’Estoile, Henri Estienne, Montaigne, etc., et bien entendu chez les réformateurs, catholiques comme protestants. Du côté réformé, on peut rappeler la Chrestienne Instruction touchant la pompe et excez des hommes débordez et femmes dissolües… (1551), anonyme, mais faisant référence au milieu huguenot lyonnais, le Traité de l’estat honneste des chrestiens en leurs accoustremens de Lambert Daneau (1580), et bien sûr les prescriptions des synodes. Le synode national d’Orléans (1562) demande aux fidèles d’avoir de la « modestie » dans leurs habits et d’y retrancher les « superfluités » ; cet article est rappelé au synode de Paris (1565) qui refuse les « embellissements mondains », de Sainte-Foy (1578), qui ajoute que cela vaut aussi pour les cheveux ; celui de La Rochelle (1581) précise que sont visés « les fards, plissures, houpes, lardoires, guiquerolets, seins ouverts, vertugadins », celui de Montauban (1594) demande plus de rigueur contre les femmes et filles « qui se fardent et portent le sein ouvert73 ». Les synodes provinciaux, au xviie siècle, continuent à dénoncer les excès vestimentaires. Pour ne citer que le synode de Bourgogne de 1682, il

  • 74  Archives nationales, TT 246, pièce 66, p. 407.

« ordonne tres expressement de corriger le luxe qui se remarque dans nos habits. Elle defend à toutes sortes de personnes les estoffes d’or et d’argent, le brocard, la guipure, les franges, la broderie, les dentelles, les bracelets, colliers de perles, pendant d’oreille, les tours de cheveux empruntés, les perruques d’une longueur excessive, le ruban que les femmes mettent au dessus du front comm’aussi d’avoir la gorge decouverte74 ».

  • 75  Bezzina E., « The Consistory of Loudun, 1589-1602. Seeking an Equilibrium between Utility, Compass (...)
  • 76  Mentzer R. A., La Construction de l’identité réformée aux xvie et xviie siècles. Le rôle des consi (...)
  • 77  Mémoires de Madame de Mornay, Paris, Veuve Jules Renouard, 1869, t. 2, p. 276-305 ; Rosenthal J., (...)
  • 78  Garrisson J., Les Protestants au xvie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 68-69.

29Des sanctions sont effectivement prises par les consistoires, mais pas toujours en grand nombre : à Loudun, entre 1589 et 1602, le port de vêtements « immodestes » n’est condamné que six fois75. Les censures sont plus nombreuses à Nîmes au xvie siècle (1561-1563 et 1578-1583), avec 38 délits recensés, dont 35 concernant des femmes ; on est cependant très loin des condamnations pour les danses ou les jeux et, à la même époque, on ne relève pas de tels délits dans les communautés plus modestes de Bédarieux ou Saint-Gervais, ni dans celles de la principauté d’Orange, ni en Bourgogne76. L’action du consistoire de Montauban contre les coiffures féminines, dans les années 1580, est bien connue : elle aboutit à l’exclusion de la cène d’un certain nombre de femmes, jusqu’à Charlotte Arbaleste, l’épouse de Du Plessis-Mornay ; mais celle-ci refuse de céder et finit par recevoir la cène à Villemur (mais sans les cheveux relevés)77. À peu près à la même date, le pasteur de Pons, en Saintonge, reproche à Marie de La Porte, femme de Jacques de Pons, marquis de La Caze, de porter un vertugadin, une robe « sein ouvert » et d’avoir la tête découverte78. Ces conflits semblent se concentrer dans les villes d’une certaine importance à la fin du xvie et au début du siècle suivant. Il n’y en a plus guère ensuite. Mais le fait que les synodes rappellent les règles très tardivement, joint à la constatation qu’on ne connaît plus guère de sanctions, par la suite, contre de telles libertés vestimentaires, font qu’on peut se poser la question de l’application de ces mesures.

  • 79  Paresys I., « Paraître et se vêtir au xvie siècle… », art. cit.
  • 80  Fogel M., « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1 (...)

30Il faut aussi se demander si c’est vraiment une particularité protestante. Il n’est en effet pas difficile de trouver des humanistes, à commencer par Érasme, et de nombreux prédicateurs catholiques ayant le même discours, dénonçant la confusion des sexes, l’orgueil et la vanité, les dépenses excessives au détriment de la charité envers les pauvres, et réclamant que le paraître soit le reflet de l’âme79. D’autre part, les lois somptuaires se sont multipliées, réglementant la variété et la qualité des habits en fonction des catégories sociales, et interdisant les excès qui mèneraient le peuple à la ruine : on en trouve dès le xiiie siècle en Italie et il n’y a pas moins de dix-huit édits, déclarations ou ordonnances qui sont publiés en France entre 1485 et 1660. Si, dans un premier temps, il s’agissait surtout de marquer les différences sociales, notamment entre la noblesse et les roturiers, à partir de 1583 on insiste davantage sur les conséquences économiques des dépenses somptuaires (non-circulation des métaux précieux) et on vise tous les sujets du royaume, sans exception80. Dans ces conditions, notamment avec les édits de 1633, 1634 et 1639 qui prohibent les broderies, les passements, les dentelles, etc., il est difficile de différencier une protestante soumise à la Discipline d’une autre respectant les édits ou les consignes de son confesseur.

  • 81  D’Aubigné A., Les Avantures du Baron de Foeneste, op. cit., p. 14.
  • 82  Journal de Pierre de L’Estoile, Paris, Gallimard, 1960, t. 3, p. 15, cité par Gal S., Lesdiguières (...)

31Il est par conséquent préférable de revenir aux inventaires après décès ou aux témoignages de l’époque et de voir à quoi ressemblent les garde-robes des protestants des xvie-xviie siècles. Si La Noue et d’Aubigné font triste mine à la Cour, selon ce dernier81, ce n’est pas le cas de Lesdiguières ni de Sully, selon Pierre de L’Estoile : le 26 janvier 1610, Lesdiguières « était tout habillé de noir, conduit par M. de Vendôme ; avait en son col une chaîne de pierreries fort riche, et une grande enseigne de diamants à son chapeau, qui, avec celle de M. de Sully, donnaient un éclat et un brillant à cette grande chambre dorée depuis un bout jusques à l’autre82 ». Ils sont en noir certes, mais un noir qui est plutôt un écrin pour leurs bijoux, et il est impossible de parler d’austérité à leur propos.

  • 83  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 74.
  • 84  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 76-80.

32On ne trouve évidemment pas de telles tenues dans des milieux sociaux inférieurs. À Lyon, au xviie siècle, les négociants protestants ont généralement une garde-robe assez simple : principalement une paire de bas, une culotte, un justaucorps, une chemise, une casaque ou un manteau, un chapeau, souvent noirs. Mais ce peut être en soie, avec des boutons dorés, et il y a des exceptions : Sébastien Got a un manteau écarlate, une robe de chambre brocardée à fleurs d’argent doublée de taffetas vert, en plus de nombreux vêtements noirs ; comme d’habitude, on ne note pas de différence sensible avec les catholiques83. Montauban paraît plus sombre : les hommes se contentent de deux ou trois habits complets, d’un ou deux manteaux, de justaucorps, de chemises en toile, des caleçons, des bas ; en dehors des chemises qui peuvent être blanches, le reste est en gris ou en noir, de même que les chapeaux. Les femmes portent des vêtements de couleurs plus variées : robes rouges, cotillons jaunes, tissus fleuris ; mais la majorité des robes sont noires, avec cependant quelquefois du satin, du taffetas, du crépon, du brocart. Une Thomase de Solinhac, qui habite un magnifique hôtel sur les bords du Tarn, se singularise en ayant une garde-robe très fournie, avec des robes et des jupes de couleur et des accessoires en étoffes fines84.

  • 85  Rivière J., « Le Mobilier et le costume des Protestants français au xviie siècle », Hudusgenot, Pr (...)
  • 86  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 165.
  • 87  Lemétayer G., Les Protestants de Paray-le-Monial…, op. cit., p. 369-370, 999.
  • 88  De Felice G., Les Protestants d’autrefois…, op. cit., p. 171-185, 195-204.

33Les quelques notations que nous avons pour d’autres lieux montrent une grande diversité. En Poitou, les gentilshommes protestants portent des chapeaux à plumes, d’élégants pourpoints, des justaucorps et des culottes de couleurs vives, des cols et manchettes de mousseline, des perruques à partir de 1660 ; en revanche, quand ils parcourent leurs terres, ils se contentent d’un simple habit vert, de culottes de drap et de bottes ; les paysans sont évidemment habillés plus simplement, avec de grosses chemises de toile, une veste et une culotte de drap du pays, mais le dimanche ils mettent de longues blouses de toile bleue qui leur tombent sur les genoux, et un chapeau de feutre à large bord85. À Annonay, le médecin Laurent a, en 1678, un habit de taffetas, des gants, une casaque, des bas de soie de couleur, une canne avec un bouton d’ivoire, et sa femme porte un collier de perles86. En revanche, Françoise Monneret, épouse d’un médecin de Paray-le-Monial, a une garde-robe bien moins fournie que celle de l’épouse catholique d’un autre médecin du lieu ; là encore, dans cette petite ville de Bourgogne, les différences confessionnelles apparaissent dans l’habillement, mais uniquement dans la bonne bourgeoisie : les artisans, catholiques ou protestants, ont des vêtements très modestes, mais pas forcément noirs : la couturière Françoise Decamp porte à l’occasion un jupon rouge87. À Mer, le pasteur Péju refuse de suivre la mode ; Daniel Jurieu a le même type d’habits que lui (deux paires d’habits et deux manteaux de serge noire et drap d’Espagne), mais de meilleure qualité ; en revanche, leur confrère de L’Île-Bouchard, M. de Contaudière, monte en chaire en 1599 en « habit couleur de zizolin [rouge violacé] ». Quant à Madame Jurieu, elle a une robe d’étamine, un cotillon de satin à fleurs, un autre de taffetas et la femme du pasteur de Montauban Constans possède deux bagues en or, une garnie de cornaline, une d’une turquoise, une d’une émeraude, une d’une agate88.

  • 89  AD Rhône, 3 E 5120 (Evesque, mars 1793).
  • 90  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 77-85.
  • 91  Henryot F., Jalabert L., Martin P. (dir.), Atlas de la vie religieuse en Lorraine à l’époque moder (...)

34Au siècle suivant, à Lyon, justaucorps, casaque et pourpoint disparaissent au profit du gilet, de la veste, de l’habit, de la redingote et du frac ; les garde-robes sont beaucoup plus fournies, avec des vêtements composés de fines et riches étoffes, des couleurs vives et variées, des motifs divers, des ornements précieux ; les négociants adoptent la mode des Lumières, avec beaucoup de chemises, des mouchoirs assortis aux vêtements ; les étoffes et tissus sont riches et variés, les chapeaux, les vestes sont garnis de galons, boutons et broderies de métaux précieux ou de pierres précieuses. Les couleurs vives apparaissent : surtout bleu et vert, mais aussi jaune, rose, cramoisi, écarlate, « diable fort rouge », etc., malgré la dominance du noir. Pour ne prendre qu’un exemple, Étienne Evesque, marchand de soie et banquier décédé en 1793, avait des culottes de drap noir, mais aussi d’autres en camelot violet ou en nankin jaune orangé, des vestes argentées, nankin, violettes, bleues, des habits écarlates, bleus « fleur de pensée », verts, des bas de soie blancs, etc.89. Là encore, on ne note pas de différence avec les catholiques : les uns et les autres sont avant tout des négociants qui sacrifient à la « culture des apparences ». Ils ont également de beaux bijoux, quelquefois de très grande valeur ; la seule singularité protestante est l’absence de croix90. À Metz, les protestantes n’ont elles aussi que rarement des croix, mais elles possèdent des médailles, quelquefois avec des versets bibliques91.

  • 92  Rublack U., Dressing Up…, op. cit., p. 152-159.
  • 93  Pastoureau M., « La Réforme et la couleur », BSHPF, 1992, p. 323-342.

35Que conclure de ces observations ponctuelles ? Tout d’abord, sans doute, que la couleur dominante est le noir. Le patriciat urbain luthérien allemand considère, lui aussi, que de longs vêtements noirs ou bruns, monochromes en tout cas, sont un signe d’honnêteté92. Mais cela n’a rien de spécifiquement protestant. Michel Pastoureau constate, dès la fin du Moyen Âge, un déclin de la polychromie, une coloration plus sobre, par opposition à la richesse ostentatoire de l’or, des couleurs, des images – le « chromoclasme », l’hostilité aux couleurs, étant davantage marqué chez Karlstadt, Melanchthon, Zwingli, Calvin. Cet auteur rappelle le sermon Contra affectationem novitatis in vestitu (1527) de Melanchthon qui recommande le port de vêtements de couleurs sobres, les lois ou recommandations vestimentaires à Zurich, à Genève, à Londres au milieu du xviie siècle, dans l’Allemagne piétiste ou la Pennsylvanie du xviiie siècle. Mais il note également que cela se situe dans le prolongement des morales médiévales de la couleur, reprises notamment par les catholiques qu’on peut situer dans la mouvance janséniste93. En réalité, les humanistes comme Érasme déjà demandaient davantage de sobriété et une grande partie de la Réforme catholique va dans ce sens. Ajoutons qu’à partir des années 1530 la mode espagnole, privilégiant le noir, commence à influencer le reste de l’Europe.

  • 94  Bourquin P., « Les objets de la vie quotidienne… », art. cit., p. 464-475.
  • 95  Roche D., La Culture des apparences, Paris, Fayard, 1989, p. 127-128.
  • 96  Baulant M., « Jalons pour une histoire du costume commun », Histoire & mesure [En ligne], XVI – 1/ (...)

36Le noir protestant n’est donc pas aussi original qu’il n’y paraît. Dès la première moitié du xvie siècle, à Paris, 69 % des habits masculins et 72 % des vêtements féminins sont noirs94. Vers 1700, ce n’est plus le cas que de 33 % des habits de la noblesse, 44 % de ceux des offices et du talent, 29 % de ceux des domestiques ; mais si on ajoute les vêtements gris et bruns, les chiffres sont de 65 %, 67 % et 72 %, même si la garde-robe féminine est un peu plus colorée que la moyenne95. Le noir domine également chez les Amiénois dès les années 1540 et l’emporte définitivement au début du xviie siècle. À Meaux, à la fin du xvie, 75 % des vêtements féminins sont noirs, ainsi que, pour les hommes, tous les chapeaux, trois quarts des manteaux et un peu plus de la moitié des pourpoints, chausses et hauts-de-chausse ; si le noir masculin diminue au siècle suivant, c’est au profit du gris et on ne trouve plus guère de couleurs, en dehors du violet dans les années 1610-1640 ; pour les femmes, le noir reste dominant, mais en diminution, au profit du blanc et des couleurs, notamment du rouge96. À Lyon, nous l’avons vu, les négociants catholiques sont plutôt en noir au xviie, et portent davantage de couleurs au xviiie siècle.

  • 97  Rublack U., Dressing Up…, op. cit., p. 262-263.
  • 98  Shama S., L’embarras de richesses…, op. cit., p. 433.

37Considérer le noir comme un signe de l’austérité protestante serait donc se méprendre grandement. Les couleurs sont d’ailleurs, de manière générale, abondamment présentes, au xvie siècle, dans les territoires passés à la Réforme : de nombreux vêtements rouges ou jaunes à Bâle, rouges et verts à Brunswick, rouges et bleus à Augsbourg et à Nuremberg, des jupons rouges ou violets en Essex97, des robes bleues à Amsterdam98. En France, comme nous l’avons vu, on trouve quelques habits colorés dans la plupart des garde-robes au xviie, et ils deviennent nombreux au siècle suivant ; on peut dès lors se demander si les quelques personnes qui portent des couleurs vives sont aussi excentriques qu’il y paraît. Mais la couleur n’est pas seule en cause. Il faut aussi voir la qualité des tissus et, en ce domaine, les protestants ne diffèrent pas des catholiques, et les divers ornements : dans le cas des bijoux, les différences ne sont pas non plus très sensibles.

  • 99  Sur ce point, Rublack U., Dressing Up…, op. cit., p. 259-285, s’oppose à Roche D., La Culture des (...)
  • 100  Pastoureau M., Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 130-133.

38On ne peut donc pas considérer « l’Ancien Régime vestimentaire » comme un monde en noir et blanc, socialement contrôlé par des lois somptuaires bien respectées99. Il existe bien, dans le cas protestant, des prescriptions rigoureuses et une tentative des ministres et des synodes de les faire respecter, mais qui semble s’arrêter assez rapidement, et surtout ne paraît guère avoir été couronnée de succès. Plus qu’austère, la tenue des protestants pourrait être qualifiée d’appropriée à la dignité qu’implique leur état social, et elle refuse ce qu’il y a de trop exubérant. Mais il en est de même pour les catholiques, que ce soit le fruit des efforts de réforme des mœurs ou le produit de nouvelles normes bourgeoises. Il semble donc difficile de parler, comme le fait Michel Pastoureau, de « vêtement protestant100 ». On peut, bien entendu, trouver des protestants particulièrement austères ; c’est peut-être le cas de certains bourgeois montalbanais ou du pasteur de Mer, Péju ; mais le milieu janséniste en fournirait également. Dans la majorité des cas, il est bien difficile de définir la moindre différence confessionnelle, en dehors de signes discrets, comme le port d’une croix comme bijou.

39Il en est de même, nous l’avons vu, pour le décor intérieur des habitations. Le seul véritable critère discriminant est la présence de peintures à motif religieux, et notamment de la Vierge et des saints. Pour le reste, les comportements sont fort semblables. C’est donc moins l’impression d’ensemble qui importe, que le détail de certaines images.

40Il nous semble nécessaire, au vu de ce constat, de distinguer entre une volonté de réforme des mœurs, dans le domaine du luxe, de l’apparence, très forte chez les calvinistes, mais qu’on trouve également dans la Réforme catholique, et les résultats effectifs qu’elle produit. Alors même que l’institution des consistoires et des anciens, le quadrillage des villes réformées comme Nîmes ou Montauban devraient permettre une surveillance plus forte des fidèles, les transformations dans l’aménagement de l’espace intérieur et dans la tenue vestimentaire ne sont pas plus considérables que dans l’ensemble de la population. Si l’action continue et patiente des responsables des Églises a pu contribuer à forger une « culture protestante », ce n’est sans doute pas dans ce domaine que la réussite a été la plus éclatante. Sur ce point précis, l’austérité protestante, mentionnée par maints auteurs mais avec souvent peu de références précises, me semble relever du domaine du mythe, au moins pour la France et pour l’Ancien Régime, et sans doute aussi pour le reste de l’Europe moderne.

Notes

1  Labrousse É., « Une foi, une loi, un roi ? » La Révocation de l’Édit de Nantes, Genève-Paris, Labor et Fides/Payot, 1985, p. 77.

2  Sur les inventaires après décès, l’ouvrage fondamental est celui de Pardailhé-Galabrun A., La Naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens, xviie-XVIIIe siècles, Paris, Presses universitaires de France, 1988 ; mais il ne fait malheureusement jamais allusion aux protestants. Sur les aspects méthodologiques, voir aussi Roche D., Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1981, p. 59-61, et id., « Inventaires après décès parisiens et culture matérielle au xviiie siècle », Les actes notariés, source de l’histoire sociale, xvie-XIXe siècles, Strasbourg, Istra, 1979, p. 231-240.

3  Garden M., « Les inventaires après décès : source globale de l’histoire sociale lyonnaise ou juxtaposition de monographies familiales ? », Cahiers d’histoire, 1967, p. 153-173.

4  Rome C., Les Bourgeois protestants de Montauban au xviie siècle. Une élite urbaine face à une monarchie autoritaire, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 63.

5  Benedict P., « Bibliothèques protestantes et catholiques à Metz au xviie siècle », Annales ESC, 1985, p. 343-370, ici p. 345.

6  Les biens des milieux plus humbles peuvent être connus grâce aux dépôts des Monts-de-piété : Ferrières M., Le Bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon (1600-1800), Seyssel, Champ Vallon, 2004. Mais trop peu d’études ont été réalisées à partir de cette source (et aucune tenant compte du critère confessionnel) pour qu’on puisse l’utiliser ici.

7  Cheval A., Artisanat du bois et mobilier domestique à Nîmes au xviie siècle, thèse d’histoire de l’art, université Montpellier 3, 2004 ; Bidot F., « Les intérieurs nîmois au temps de Léon Ménard à travers les inventaires après décès (1700-1755) » Liame, 12 (2003), p. 55-81 ; Cristescu-Boangiu R., Objets d’art et de décoration dans les intérieurs domestiques montpelliérains à l’époque des troubles religieux (1560-1685), thèse d’histoire de l’art, université Montpellier 3, 2007 ; Rome C., Les Bourgeois protestants…, op. cit.

8  Benedict P., « Bibliothèques protestantes… », art. cit ; id., « Toward the Comparative Study of the Popular Market for Art : The Ownership of Paintings in Seventeenth-Century Metz », id., The Faith and Fortunes of France’s Huguenots, 1600-85, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 191-207.

9  Notamment Chenevier C., Les négociants protestants lyonnais aux xviie et xviiie siècles, mémoire de master 1, dir. Y. Krumenacker, université Lyon 3, 2007.

10  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 69.

11  De Felice G., Les Protestants d’autrefois, t. 2, Les pasteurs. Vie officielle. Vie privée, Paris, 1898, p. 171-173, 195-196.

12  Chenevier C., Les négociants protestants lyonnais…, op. cit., p. 51-54 ; Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 69-70.

13  Cristescu-Boangiu R., Objets d’art et de décoration…, op. cit., p. 79, 181-184 ; Cheval A., « Livres, tableaux et mobilier à Nîmes au xviie siècle d’après le dépouillement des inventaires après décès », Liame, 12 (2003), p. 39-52.

14  De Felice G., Les Protestants d’autrefois…, op. cit., p. 171-185, 195-204.

15  Gal S., Lesdiguières. Prince des Alpes et connétable de France, Grenoble, PUG, 2007, p. 253.

16  Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet, Paris, Mercure de France, 1968, p. 98-101.

17  Pardailhé-Galabrun A., La Naissance de l’intime…, op. cit.

18  Outre les références indiquées plus haut, Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais aux xviie et xviiie siècles : modes de vie, modes de croire, thèse de doctorat, université Lyon 2, dir. Jean-Pierre Gutton, 2007, p. 164-165.

19  Lemétayer G., Les Protestants de Paray-le-Monial. De la cohabitation à la diaspora (1598-1750), thèse de l’université Clermont-Ferrand 2, 2009, p. 369.

20  Bauquier H., « Les meubles à décoration biblique du Languedoc cévenol », BSHPF, 1938, p. 311-314 ; id., « Les meubles à figuration biblique du Languedoc cévenol », Vieux Nîmes, mai 1938, n° 12, p. 183-190 ; id., « Les armoires sculptées du Languedoc cévenol au xviie siècle », Revue historique et littéraire du Languedoc, 1945, p. 398-408 ; id., « Les sculptures sur meubles languedociens », Cahiers d’histoire et d’archéologie de Nîmes, 1946, p. 1-8 ; id., « Les meubles d’inspiration protestante du Languedoc cévenol », BSHPF, 1947, p. 62-65.

21  Thirion J., « Meubles français des xvie et xviie siècles à sujets sculptés d’après des motifs de Raphaël », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1983, p. 17-27.

22  Cheval A., Artisanat du bois…, op. cit., p. 239-242.

23  Bauquier H., « Les meubles d’inspiration protestante du Languedoc cévenol », art. cit.

24  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 56-62.

25  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 217-218.

26  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 563-568.

27  Bidot F., « Les intérieurs nîmois… », art. cit.

28  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 104.

29  Bourquin P., « Les objets de la vie quotidienne dans la première moitié du xvie siècle à travers cent inventaires après décès parisiens », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1989, p. 464-475.

30  Branchu C., Les objets d’art décoratif dans les intérieurs lyonnais d’après les inventaires après décès du xviiie siècle, mémoire de master 1, dir. Y. Krumenacker, université Lyon 3, 2006.

31  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 75.

32  Gal S., Lesdiguières…, op. cit., p. 255, citant Archives départementales de l’Isère, 11J86/9.

33  Mémoires…, op. cit., p. 98-101.

34  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 73.

35  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 99-103, 216-217.

36  Cheval A., « Livres, tableaux et mobilier… », art. cit., p. 43-44 ; id., Artisanat du bois…, op. cit., p. 300.

37  Ibid., p. 75.

38  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 63-66.

39  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 564.

40  Ibid., p. 67-71.

41  Krumenacker Y., Des Protestants au siècle des Lumières…, op. cit., p. 215.

42  Bidot F., « Les intérieurs nîmois… », art. cit.

43  Schama S., L’Embarras de richesses. La culture hollandaise au siècle d’Or, Pairs, Gallimard, 1991, surtout p. 392-437.

44  Benedict P., « Toward the Comparative Study of the Popular Market for Art : The Ownership of Paintings in Seventeenth-Century Metz », id., The Faith and Fortunes of France’s Huguenots, 1600-1685, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 191-207.

45  Montias J. M., Artists and Artisans in Delft : A Socio-Economic Study of the Seventeenth-Century, Princeton, 1982.

46  Gal S., Lesdiguières…, op. cit., p. 255-257.

47  Schnapper A., Le Géant, la Licorne, la Tulipe. Collections françaises au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988, p. 128.

48  Mémoires…, op. cit., p. 98-101.

49  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 72.

50  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 99.

51  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 169-171, 219 ; Cheval A., « Livres, tableaux et mobilier… », art. cit., p. 43-44.

52  Christin O., Confesser sa foi. Conflits confessionnels et identités religieuses dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 117-144.

53  Benedict P., « Toward the Comparative Study of the Popular Market for Art », art. cit., p. 205.

54  AD Rhône, BP 1937 (Manlich, février 1662).

55  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 99-102 ; Branchu C., Les objets d’art décoratif…, op. cit., p. 47-50. Les chiffres de Chenevier sont à corriger légèrement car il inclut les tableaux se trouvant chez Keller, un Nouveau Catholique du xviiie siècle qui ne semble plus avoir de lien avec le protestantisme.

56  AD Rhône, 3 E 21023 (Brun, 11 avril 1787) ; BP 2304 (Doornik, 24 mars-23 avril 1789).

57  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 565.

58  AD Rhône, BP 1967 (Agnès, mars 1677).

59  AD Rhône, BP 1928 et 1937 (Guibaut, juillet 1656 ; Manlich, février 1662).

60  Cheval A., Artisanat du bois…, op. cit., p. 286, 297-298 ; id., « Livres, tableaux et mobilier… », art. cit., p. 43-44.

61  Erman et Reclam, Mémoires pour servir à l’histoire des réfugiés françois dans les Etats du Roi, Berlin, Jean Jasperd, 1783, t. 2, p. 104.

62  Cristescu-Boangiu R., Objet d’art et de décoration…, op. cit., p. 169-170.

63  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 99 ; Branchu C., Les objets d’art décoratif…, op. cit., p. 47.

64  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 72, 74.

65  Shama S., L’embarras de richesses…, op. cit., p. 430-432.

66  Bosquet G., Sur les troubles advenus en la ville de Tolose en 1562, in Recueil de pièces historiques relatives aux guerres de religion de Toulouse, Paris, Auguste Abadie, 1862, p. 48. Cité de manière inexacte par Garrisson-Estèbe J., L’homme protestant, Paris, Hachette, 1980, p. 106.

67  D’Aubigné A., Les Avantures du Baron de Foeneste (1619), éd. consultée : Cologne, Pierre Marteau, 1729, p. 14, 110-111. Cité par Garrisson-Estèbe J., L’homme protestant, op. cit., p. 107.

68  De Raemond F., L’Histoire de la naissance, progrez et decadence de l’heresie de ce siecle, Paris, Guillaume de La Noue, 1610, p. 864.

69  Shama S., L’embarras de richesses…, op. cit., p. 413-414.

70  Rublack U., Dressing Up. Cultural Identity in Renaissance Europe, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 97-123.

71  Krumenacker Y., Calvin au-delà des légendes, Paris, Bayard, 2009, p. 289-291. Les condamnations sont aussi rares à Leipzig au xviie siècle : Rublack U., Dressing Up…, op. cit., p. 266-267.

72  Paresys I., « Paraître et se vêtir au xvie siècle : morales vestimentaires », Viallon M. (dir.), Paraître et se vêtir au xvie siècle, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2006, p. 11-36.

73  Aymon, Tous les Synodes nationaux des Églises réformées de France…, La Haye, Charles Delo, 1710, t. 1, p. 26, 70, 129, 152, 184.

74  Archives nationales, TT 246, pièce 66, p. 407.

75  Bezzina E., « The Consistory of Loudun, 1589-1602. Seeking an Equilibrium between Utility, Compassion and Social Discipline in Uncertain Times », Mentzer R. A., Moreil F., Chareyre P. (éd.), Dire l’interdit. The Vocabulary of Censure and Exclusion in the Early Modern Reformed Tradition, Leiden/Boston, Brill, 2010, p. 254.

76  Mentzer R. A., La Construction de l’identité réformée aux xvie et xviie siècles. Le rôle des consistoires, Paris, Honoré Champion, p. 42-43, 55-56 ; Moreil F., « Les consistoires de la principauté d’Orange (xvie-xviie siècles) », BSHPF, 2007, p. 505-523 ; Recous N., Les femmes face au consistoire : pouvoirs, identités et négociations dans la province synodale de Bourgogne (1598-1685), mémoire de master 1, dir. Y. Krumenacker, ENS de Lyon, 2011.

77  Mémoires de Madame de Mornay, Paris, Veuve Jules Renouard, 1869, t. 2, p. 276-305 ; Rosenthal J., « L’affaire de la coiffure : l’autorité théologique et l’identité matrimoniale chez Mornay », dans Albinea 18. Servir Dieu, le Roi et l’État, Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623), Niort, 2006, p. 617.

78  Garrisson J., Les Protestants au xvie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 68-69.

79  Paresys I., « Paraître et se vêtir au xvie siècle… », art. cit.

80  Fogel M., « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1660 », Genet J.-P., Le Mené M. (dir.), Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution, Paris, Presses du CNRS, 1987, p. 227-235.

81  D’Aubigné A., Les Avantures du Baron de Foeneste, op. cit., p. 14.

82  Journal de Pierre de L’Estoile, Paris, Gallimard, 1960, t. 3, p. 15, cité par Gal S., Lesdiguières…, op. cit., p. 252.

83  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 74.

84  Rome C., Les bourgeois protestants…, op. cit., p. 76-80.

85  Rivière J., « Le Mobilier et le costume des Protestants français au xviie siècle », Hudusgenot, Pretoria, cité par Groshens M.-C., « Costume et Christianisme », Belmont N., Lautman F. (dir.), Ethnologie des faits religieux en Europe, Paris, Éditions du CTHS, 1993, p. 253-254.

86  Plénet M., Catholiques et protestants en Vivarais…, op. cit., p. 165.

87  Lemétayer G., Les Protestants de Paray-le-Monial…, op. cit., p. 369-370, 999.

88  De Felice G., Les Protestants d’autrefois…, op. cit., p. 171-185, 195-204.

89  AD Rhône, 3 E 5120 (Evesque, mars 1793).

90  Chenevier C., Les négociants protestants…, op. cit., p. 77-85.

91  Henryot F., Jalabert L., Martin P. (dir.), Atlas de la vie religieuse en Lorraine à l’époque moderne, Metz, Éditions Serpenoise, 2011, p. 234-235.

92  Rublack U., Dressing Up…, op. cit., p. 152-159.

93  Pastoureau M., « La Réforme et la couleur », BSHPF, 1992, p. 323-342.

94  Bourquin P., « Les objets de la vie quotidienne… », art. cit., p. 464-475.

95  Roche D., La Culture des apparences, Paris, Fayard, 1989, p. 127-128.

96  Baulant M., « Jalons pour une histoire du costume commun », Histoire & mesure [En ligne], XVI – 1/2, 2001, consulté le 10 octobre 2011 [http://histoiremesure.revues.org/107].

97  Rublack U., Dressing Up…, op. cit., p. 262-263.

98  Shama S., L’embarras de richesses…, op. cit., p. 433.

99  Sur ce point, Rublack U., Dressing Up…, op. cit., p. 259-285, s’oppose à Roche D., La Culture des apparences, op. cit.

100  Pastoureau M., Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 130-133.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search