Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En quête d'Europe

 | 
Dominique Marchetti

Troisième partie. L’Europe, les régions et les terroirs

11. L’Europe en creux

Médias nationaux et territoires contre l’Europe ?

Pierre Leroux et Philippe Teillet

Texte intégral

1Une recherche sur les médias et l’identité européenne invite à problématiser les rapports des deux termes qui composent son intitulé. Le décentrement du regard que nous avons choisi d’opérer conduit à analyser les liens nouveaux que les produits médiatiques entretiennent aujourd’hui avec des formes identitaires infranationales. Inscrite dans le contexte de la prégnance de plus en plus forte du cadre européen (symboliquement ou à travers ses incidences concrètes), la territorialisation des contenus que nous observons interroge les références identitaires au moment où celles-ci semblent en voie de recomposition.

2Ce mouvement paraît aller à contre-courant de la promesse d’unification culturelle et de multiplication des échanges d’informations que les réseaux de communication, alliés aux nouvelles technologies, semblent aujourd’hui en mesure de tenir. De même, il peut paraître contradictoire avec la réalité capitalistique et les processus de concentration auxquels on assiste depuis plusieurs années autour de grands groupes de communication agissant à l’échelle de continents, voire du monde occidental dans son ensemble.

3Cet intérêt nouveau pour l’échelle infranationale – et qui peut prendre des formes multiples – semble à la fois pouvoir se lire comme un phénomène global dépassant les cadres nationaux et, en même temps, se concilier avec la logique de segmentation des marchés de grands groupes de communication. À une question qui pourrait être ainsi formulée : « quelle est la place des médias dans la construction européenne et quelle est leur contribution pour la construction d’une identité européenne ? », l’observation de l’offre télévisuelle montre en effet, toute une série de nouveaux « produits » dont l’objectif consiste moins à ouvrir des collectivités humaines sur de plus vastes communautés supranationales, mais au contraire, à mettre en valeur des territoires de petites dimensions à l’intérieur des espaces nationaux.

  • 1 Comme l’avait démontré Eugen Weber, La Fin des terroirs, Paris, Fayard, 1984, pour la trad. fr.

4De nombreux médias contemporains prêtent désormais une attention soutenue à un « local » à forte résonance identitaire. Cette territorialisation des productions audiovisuelles est non seulement le fait de médias locaux, mais aussi une dimension notable et relativement récente de l’activité de médias nationaux. Ainsi, loin de contribuer à l’ouverture au monde, ou du moins à l’ouverture européenne de leurs audiences, ces médias tendraient à ressusciter des terroirs que des processus d’unification et d’homogénéisation nationales avaient contribué à faire disparaître1.

  • 2 L’analyse du journal de 13 heures de TF1 est basée sur des journaux du mois de février 1998 à part (...)

5Il s’agit dès lors dans cette étude de voir comment le discours d’un certain nombre de produits audiovisuels appartenant à des genres divers (journaux télévisés, émissions de reportage, fictions, etc.) et n’ayant pas une référence explicite à l’Europe, valorise un certain type de construction identitaire européenne (notamment comme une « mosaïque » des terroirs plutôt que des nations), et peut même présenter ces « micro-identités » en opposition ou comme des facteurs de résistance à la construction européenne2.

6Ainsi, le travail des médias, loin d’accompagner ou de favoriser la constitution d’entités politiques régionales (au sens de continentales), serait plutôt soucieux de donner une visibilité nationale à des territoires infranationaux et, du même coup, de contribuer à faire exister – au moins dans l’ordre symbolique – des communautés et des identités locales menacées par les processus d’unification politique et culturelle (mondialisation, globalisation).

7On peut facilement penser que ces produits télévisuels tournant le dos à la construction européenne, ont été conçus pour s’ajuster à un certain « eurosceptimisme » identifié au sein de leurs audiences. L’exaltation du local venant ici signifier une forme de résistance à l’exaltation du supranational propre à une grande partie de la classe politique nationale. Elle peut aussi être perçue comme venant élargir une fracture qui, sur ce sujet, traverse la plupart des forces politiques françaises. Il est d’ailleurs assez fréquent que la valorisation médiatique d’un terroir soit exprimée en des termes qui mettent à la charge de l’Union européenne tout ce qui menacerait sa spécificité et son identité. C’est pourquoi, même sans l’évoquer explicitement, l’unification européenne figure dans ces émissions « en creux » et en négatif, c’est-à-dire implicitement comme le pôle opposé de ce qu’elles mettent en valeur : à l’unification des marchés, l’exaltation des produits du terroir ; à la modernisation économique, la valorisation des traditions et, plus largement, au privilège du « grand », la mythification du « petit ».

8Nous analyserons dans une première partie le « rôle » que les médias peuvent jouer dans les processus de construction identitaire en nous intéressant aux approches médiatiques multiples de la question du terroir et du territoire pour souligner, par-delà les différences, les éléments convergeant dans les contenus. Dans une deuxième partie, nous envisagerons la question de la lecture politique de ces produits. Une analyse sommaire conduit en effet à relier le phénomène médiatique de retour au terroir, d’une part à la multiplicité des mouvements mettant en avant sous des formes très diverses une composante identitaire, d’autre part, à les classer comme une résurgence d’une composante « réactionnaire » (au sens originel du mot) du champ politique. Il semble pourtant que ces apparentements synchroniques et diachroniques doivent être nuancés en raison même de l’instabilité politique de la thématique du terroir et des paradoxes que certaines politiques européennes entretiennent avec l’échelon infranational. Il semble en réalité que de nombreuses contradictions existent entre, d’une part, le travail véritablement politique, les prises de position et les luttes que la question européenne provoque au sein du champ politique et, d’autre part, la logique des médias promouvant les terroirs. Les grilles politiques traditionnelles semblent ici trouver leurs limites et se montrer inadaptées à l’analyse de ces phénomènes.

Médias, identité, proximité

9Notre sujet s’inscrit dans le cadre d’une problématique globale et classique relative au rapport des médias avec leur public. Découlant directement de la question du « pouvoir des médias », celle de leur influence sur les phénomènes de construction et de perception identitaire conduit à croiser différents types d’analyses. Tout d’abord, il convient de rappeler les limites de processus d’influence médiatique qui ne peuvent s’envisager qu’articulés avec la complexité d’autres phénomènes sociaux. C’est alors, ainsi située, que peut être saisie la capacité de ces processus à intervenir dans le cadre de la construction ou de la déclinaison des références identitaires, précisément au travers de la large place laissée par les médias à un imaginaire auquel ils peuvent donner corps.

10Par ailleurs, pour analyser les enjeux de la territorialisation des productions audiovisuelles, il est utile de souligner leur nouveauté dans un pays dont la tradition centralisatrice affirmée a tendu à nier la plupart des éléments de différenciation identitaire et qui a construit son offre médiatique essentiellement au niveau national. Le renouveau des thématiques de proximité prend donc aujourd’hui un sens particulier par-delà la multiplicité de ses approches. S’il reprend à son compte des traits identitaires et les éléments anciens de différenciation, ce renouveau les articule aussi dans un contexte idéologique et symbolique inédit, celui d’une construction européenne dont les incidences concrètes – menaçantes en terme identitaire – semblent de plus en plus perceptibles.

Médias et identité infranationale

  • 3 Pour un exposé des résultats de ces différents travaux : Derville (G.), Le Pouvoir des médias, Gre (...)

11Prendre comme objet d’étude des émissions de médias nationaux valorisant des « terroirs » autour de leur identité spécifique, ne signifie donc pas que l’on prête aux médias une capacité d’agir sur les comportements politiques. Des décennies d’études sur ce point ont plutôt montré que si les médias avaient un certain pouvoir, c’était sur certains publics, dans certaines circonstances et sous certaines conditions spécifiques3, et qu’en aucun cas ce « pouvoir » ne pouvait s’analyser de façon mécaniste.

12Si les médias ne peuvent prétendre pouvoir dire à leurs publics quoi penser, leur capacité semble plus précisément de pouvoir dire à quoi penser. La sélection des informations et des thèmes de réflexion mis à l’agenda médiatique (par les médias eux-mêmes ou d’autres catégories d’acteurs ayant cette possibilité) va constituer l’ensemble des matériaux informationnels d’une boîte à outils conceptuelle à partir de laquelle la plupart des individus peuvent bricoler des prises de positions, des argumentations ou nourrir des discours. Cette influence doit cependant encore être limitée dans la mesure où les informations mises à disposition par l’espace médiatique sont intégrées par les individus en fonction de structures cognitives préexistantes. Les expériences sédimentées et les schèmes intériorisés de perception constituent des formes mentales interprétatives, largement stabilisées, filtrant les informations et les ordonnant de telle façon qu’elles vont le plus souvent renforcer des jugements et des valeurs transmis lors des différentes phases de leur socialisation. C’est pourquoi l’influence des médias dans le cadre de processus identitaires peut plutôt être observée comme un mode de renforcement, de consolidation, d’identités ou du moins de dispositions anciennes, plus que comme la construction d’identités ou de dispositions nouvelles.

13Enfin, cette question renvoie par analogie aux processus étatiques de construction nationale, notamment au rôle des appareils éducatifs dans la diffusion de valeurs et le partage de références communes. Si les États se sont renforcés en contribuant par leurs administrations au renforcement des sentiments d’appartenance nationale, la situation présente propose d’observer les jeux d’alliance ou de contradictions entre administrations d’État et entreprises médiatiques quant à l’émergence d’un sentiment d’appartenance à l’ensemble européen. Enfin, il ne faut jamais oublier que les phénomènes identitaires n’ont pas été mono factoriels (les guerres par exemple ont largement apporté leur contribution à l’unité nationale). Il est donc nécessaire de poser comme un a priori que les phénomènes que nous pourrons observer ne s’épuiseront jamais dans un seul registre explicatif « média centré ».

  • 4 Renan (E.), Œuvres complètes, Calmann-Lévy, 1947, cité dans Thiesse (A.-M.), La Création des ident (...)
  • 5 Anderson (B.), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, (...)

14Ces limites et ces obstacles à la toute puissance médiatique étant rappelés, on peut maintenant s’interroger sur le rapport des médias aux marqueurs identitaires. Il s’agit moins dans ce cas de pointer la capacité des médias à agir sur les esprits ou à construire ex nihilo l’identité, que d’observer leurs capacités à décliner des représentations ajustées à des attentes plus ou moins diffuses. Ainsi, à propos de l’identité nationale, les approches convergent lorsqu’il s’agit de souligner le rôle de l’« imaginaire » dans la perception de l’appartenance à un ensemble national. D’Ernest Renan qui la percevait comme « une âme, un principe spirituel […] la possession en commun d’un riche legs de souvenirs » en y ajoutant « le désir de vivre ensemble4 », à Benedict Anderson qui la définit comme « une communauté politique imaginaire, et imaginée comme intrinsèquement limitée et souveraine5 », l’existence de la nation en tant qu’élément collectif de référence fait largement appel au partage imaginaire de traits distinctifs (l’invention de la symbolique nationale en est un exemple extrême). De fait l’appartenance à une communauté ne peut, dès lors que celle-ci dépasse un cadre de perception individuelle (le village, le quartier), n’exister qu’à travers des éléments de différenciation (les autres) et d’identité (nous) de l’ordre du symbolique. C’est en cela que les médias peuvent, tout en prétendant être des miroirs de l’identité, contribuer à renforcer les éléments de celle-ci en donnant une crédibilité particulière (le sentiment de réalité qui se dégage des documentaires ou de reportages à la télévision) et une traduction concrète (tout ce qu’on voit existe bel et bien) à ce qui relève le plus souvent des stéréotypes identitaires.

Une réalité récente : la territorialisation des productions télévisuelles

15En France, et contrairement à d’autres pays d’Europe, la culture politique centralisatrice a toujours été marquée par l’opposition très forte qu’elle entretenait avec tous les éléments de l’identité locale. De même, à la différence là encore de ce qui s’est passé dans d’autres pays, le processus culturel d’unification nationale s’est, plus qu’ailleurs, donné pour objectif la disparition corrélative des marqueurs identitaires communautaires (langues notamment). E. Weber décrit bien les innombrables bouleversements de la vie quotidienne qu’a introduits le partage forcé de références communes qui constitue un socle identitaire national et en même temps un moyen d’ouverture vers l’extérieur par les possibilités d’échanges (sociaux, économiques notamment) qu’elle permet. On notera également l’importance, dans l’ordre du symbolique, du rôle que la presse écrite nationale a pu jouer, donnant à percevoir comme relevant de l’État-nation des questions et des problèmes qui touchaient très concrètement les populations.

16Si l’emboîtement des identités gigognes (région/nation/Europe) semble pouvoir concilier identité locale et sentiments d’appartenance nationale, il apparaît également, en France, que les grands médias existent principalement en référence à la nation et tendent à décalquer leur organisation pratique et symbolique sur celle de l’État. Qu’il s’agisse dès le XIXe siècle de l’émergence puis de la domination, jusqu’à l’entre-deux-guerres, d’une presse « nationale » (par sa diffusion, en fait parisienne par ses centres d’intérêt) ou plus tard du secteur audiovisuel, dans le cadre du monopole d’État, la structure d’organisation privilégie largement l’échelle nationale.

17Les grands médias nationaux ont toujours contribué par leurs contenus à conforter la vision d’une France « unifiée », relativement peu différenciée par les marqueurs identitaires. L’organisation de la chaîne nationale à vocation régionale (FR3/France 3) calquée sur les régions administratives et le privilège que cette chaîne a toujours accordé aux nouvelles institutionnelles n’a laissé que peu de place aux contenus véritablement identitaires (le découpage organisationnel de la chaîne est souvent calqué sur la région administrative et ses subdivisions). De même, le recueil de l’information pour les médias nationaux est organisé à partir d’un maillage peu serré et avait au départ pour vocation de fournir des illustrations « provinciales » à des questions à portée nationales (TF1, M6, France 3 dans une certaine mesure…), et éventuellement par l’intermédiaire de « décrochages » dans le cas de M6, d’axer son développement sur les grandes métropoles urbaines. On notera enfin que les structures des médias, malgré quelques contre-exemples marginaux (TV Breizh basée à Lorient, Demain ! à Limoges), restent encore extrêmement marquées par la centralisation.

  • 6 Sur la complexité de ces phénomènes, cf. Warnier (J.-P.), La Mondialisation de la culture, Paris, (...)

18Du point de vue des contenus, le retour à l’échelon infranational constitue donc un phénomène nouveau et d’une ampleur sans précédent à un moment où, précisément, le processus d’unification culturelle auxquels participent ces mêmes médias tendait à s’accomplir au-delà des cadres nationaux (« américanisation de la culture », par exemple) dans une logique dictée par l’extension des marchés et dominée par l’industrialisation de la culture6.

  • 7 Le magazine n’est diffusé à un rythme hebdomadaire que depuis 1980.
  • 8 « Il a su résister à toutes les bourrasques audiovisuelles car il a su créer un esprit d’équipe et (...)

19La généalogie de la territorialisation des productions télévisuelles retiendra comme premier produit à fort ancrage territorial, le journal de 13 heures sur TF1 lorsque celui-ci, en 1988, fut reformaté pour en faire un journal « de proximité » en association avec les grands titres de la presse régionale. Auparavant, un magazine dont le succès au fil des ans ne s’est jamais démenti, « Thalassa » sur France 3 (créé en juin 19757), avait ouvert la voie avec cependant une approche plus thématique (la mer) que territoriale mais cependant assez nettement axée sur la valorisation des innombrables « richesses » maritimes de la France8.

20Le succès de cette thématique dans un contexte télévisuel de plus en plus soumis à la concurrence a inspiré de multiples déclinaisons « territoriales » dans différentes fictions télévisuelles : sagas familiales régionalistes (Le Château des Oliviers, Les Maîtres du pain sur TF1 et France 2) ou récents « remakes » de films (Trilogie de Marcel Pagnol), séries se déroulant au sein de communautés et de paysages pittoresques (L’Instit). Mais, au-delà de l’ancrage « régionaliste » de quelques fictions qui peut apparaître comme une forme d’opportunisme, les productions tournées vers la vision du réel (documentaire, reportage, actualités) laissent aujourd’hui une place conséquente aux terroirs. Parmi la multitude des émissions et la diversité des contenus, on retiendra des produits phares tels que le journal de 13 heures de TF1 dont le succès au long des années ne s’est jamais démenti, une émission à vocation pédagogique comme Va Savoir (La Cinquième), le magazine Régions. com de création récente et Faut pas rêver (France 3), la chaîne Demain ! et i > télévision (Canal Plus), ou la création récente de la chaîne TV Breizh (TF1) et, au-delà, de ces contenus identifiables, on retiendra la place plus diffuse que les approches « régionalistes » sont amenées à occuper dans d’autres types de contenus. En dehors de France de nombreuses télévisions de pays européens proposent de plus en plus souvent des contenus à résonance locale et identitaire dans des contextes socio-politiques ayant permis une sensibilité et une expression plus importante aux revendications identitaires.

  • 9 Cf. dans le même esprit le passage consacré aux « miasmes de Babylone » in Thiesse (A.-M.), Écrire (...)
  • 10 Cf. Thiesse (A.-M.), La Construction des identités nationales…, op. cit.

21L’approche monographique de ces productions télévisuelles montre, par-delà la diversité des angles qui leur servent de prétexte, une convergence des contenus. Parmi les constantes, la place qu’y occupe la vision du monde rural comme conservatoire d’un imaginaire « folklorique » porteur d’authenticité est particulièrement forte. Il s’agit ici moins de témoigner de la transformation que la ruralité a subi sous toutes ses formes que de la montrer, au contraire, comme une forme de résistance positive au changement, un lieu enchanté dépositaire de valeurs (sociales, communautaires, etc.) en passe de se déliter. La campagne ainsi décrite est le versant positif de valeurs opposées (montrées en tant que telles ou implicitement perceptibles) : les « provinces » ou les « régions » en opposition à la capitale9, la tradition contre la modernité, les savoir-faire ancestraux contre les produits de l’industrialisation, le technocratique contre le réel et le concret vécu au niveau des micro-communautés et du « terrain ». La campagne est prédisposée à tenir ce rôle si on en croit l’histoire de la construction des identités nationales10.

  • 11 Publié par Eugène Belin en 1877, ce livre de G. Bruno (pseudonyme d’Augustine Guyau) fut l’un des (...)

22Les traits identitaires ainsi mis en valeur ne sont pas à proprement parler nouveaux et se sont parfaitement conciliés avec l’identité française dont ils sont des composantes de base, précisément parce que l’archétype identitaire national français est une glorification de l’unité (nationale) dans la diversité. Diversité des paysages, des coutumes et des particularismes locaux, des « caractères » de ses habitants que la nation transcenderait comme principe supérieur commun. Le Tour de la France par deux enfants11 en donne déjà une version cohérente dans ses attendus comme dans ses principes de construction : « La patrie ne représente pour l’écolier qu’une chose abstraite à laquelle, plus souvent qu’on ne croit, il peut rester étranger […] pour frapper son esprit, il faut lui rendre la patrie visible et vivante […] nous avons voulu montrer comment chacune des fils de la mère commune arrive à tirer profit des richesses de sa contrée » (« Préface »).

  • 12 Le raisonnement de Marcel Mauss (Œuvres, Paris, Minuit, 1969, p. 601, éd. originale 1953-1954) s’a (...)
  • 13 Les expressions telles qu’« autrefois », « dans le temps », très souvent utilisées par les acteurs (...)
  • 14 On trouvera une analyse très fine des paradoxes de ce type de représentation dans Champagne (P.), (...)

23Ce qui est en réalité plus neuf, c’est précisément que cette glorification du terroir prend sens par rapport à tous les périls qui semblent les menacer dans leur identité. Péril de la désertification des campagnes, de la perte d’une authenticité que maintenaient les traditions, périls sociaux diffus découlant de la disparition de tout ce qui faisait l’identité, etc. À la manière des folkloristes du XIXe siècle inventant le folklore en pensant (ou en prétendant) le chercher, les produits télévisuels inventent un patrimoine en prétendant le recenser12. En effet, l’écho donné aux entreprises de patrimonialisation sous toutes les formes invente une authenticité sans histoire13 qui a souvent les traits caricaturaux d’un passé folklorisé14.

  • 15 Le journal de 13 heures de TF1 et la chaîne Demain ! à travers des thématiques très différentes on (...)

24Si l’effet rhétorique utilisé par la télévision est assez classique (conforter son utilité et son rôle en mettant en avant les menaces), c’est l’identification des menaces qui prend un sens nouveau. Alors que le cadre national (français) n’a jamais véritablement aidé au développement (ou à la persistance) des particularismes locaux (autres que folkloriques), celui-ci ne semble jamais identifié comme un ennemi ni même comme un acteur de l’opposition entre le local et le supranational. C’est ce qui explique que dans de nombreuses émissions ces principes de vision sont aisément transposables hors du cadre national15 et peuvent donner le sentiment d’une menace de dissolution de la multitude des identités (locales) dans le vaste ensemble européen, espace politique désincarné et déconnecté de réalités « territoriales » (le plus souvent rurales et traditionnelles). De même, comme en écho, d’autres pays proches peuvent à la fois consommer les produits audiovisuels du « terroir » français et/ou décliner les mêmes thématiques analogues d’un « chez nous » identitaire (cf. infra l’exemple de la Suisse Romande).

  • 16 Ainsi les réactions aux réglementations européennes sont-elles souvent traitées sous l’angle des r (...)

25L’espace européen ne semble pouvoir être représenté que comme le centre décisionnaire d’une élite technocratique coupée du « peuple » De nombreux documents16 laissent ainsi une place importante aux témoignages d’acteurs – gens ordinaires plus que représentants institutionnels – représentant une irremplaçable et unique vérité du lieu auquel ils s’identifient et une forme de résistance à un mouvement de dissolution identitaire. De ce point de vue l’Europe ne se présente pas comme une alternative identitaire – réunion des identités locales – mais une menace pour celles-ci.

Une lecture politique problématique

26Le contenu de ces productions télévisuelles s’offre facilement à des interprétations politiques. Un tel composé de valorisation des traditions et de la ruralité, d’hostilités variées à l’encontre du monde urbain et de l’Europe suggère sans trop d’efforts une lecture conservatrice, voire réactionnaire, et localise assez précisément le « message idéologique » de ces émissions à la droite de l’espace des cultures politiques françaises. Toutefois, les (dis) qualifications qui concluent les interprétations politiques de certaines de ces productions audiovisuelles semblent doublement défaillantes.

27D’une part, il est difficile de considérer les orientations décrites dans la première partie de cette étude comme relevant exclusivement du champ médiatique. Un certain nombre de phénomènes contemporains, hors de ce domaine, présentent en effet un « air de famille ». S’il est difficile de comprendre leur articulation, l’évocation d’un « esprit du temps » permet de se prémunir d’une approche trop média-centrée et de prendre acte d’une valorisation générale des terroirs au sein de laquelle les phénomènes médiatiques précédemment décrits viennent s’inscrire. La parenté de ces faits explique alors tant le succès de certains de ces produits audiovisuels répondant aux dispositions actuelles d’une partie de l’audience télévisuelle, que l’intention de certains responsables de chaînes télévisées de produire des émissions en phase avec ces dispositions.

28D’autre part, les grilles d’analyse mobilisées pour interpréter politiquement certaines de ces émissions renvoient à un état du champ politique et des prises de positions au sein de ce champ qui ne correspond plus – et n’a peut-être jamais tout à fait correspondu – à la réalité et à la complexité des clivages politiques. Il faudra donc interroger cette façon de lire des émissions de télévisions consistant à rapprocher leur contenu des référents idéologiques considérés comme propres à certaines entreprises politiques, contemporaines ou plus anciennes.

Productions télévisuelles et « esprit du temps »

  • 17 Cité par Déloye (Y.), Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, « Repères », 1997, (...)

29Les processus ayant permis l’émergence et le renforcement des États-nations, notamment à travers l’expansion des systèmes scolaires et l’unification de la culture des citoyens peuplant un territoire – de ce fait mieux circonscrit –, ont été observés par différents auteurs. Mais, par-delà les variantes nationales de ces phénomènes, il apparaît aujourd’hui que le concept d’État-nation constitue, selon l’expression d’Otto Bauer17, un « morceau d’histoire figée », c’est-à-dire la prolongation artificielle d’une articulation plus souhaitée que réalisée entre unité politique et unité culturelle.

  • 18 La Nation dans tous ses États, Paris, Flammarion, 2000, p. 192.
  • 19 Ibid, p. 191.
  • 20 Cf. Taylor (C.), Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Aubier, 1994.

30Comme l’observe en effet Alain Dieckhoff, le « principe d’homogénéisation des sociétés est toujours demeuré, dans une large mesure, un idéal et, dans la réalité, la coïncidence culture/politique est restée fort imparfaite18 ». Le pluralisme culturel, qui s’est maintenu malgré les efforts multiples en faveur de l’unification nationale, s’inscrit parmi les forces centrifuges au niveau local et régional19 auxquelles est soumis l’État-nation. Il bénéficie lui-même d’aspirations diverses identifiées ces dernières décennies et rassemblées sous la thématique générale des « différences » et de leur reconnaissance20.

  • 21 Rizzardo (R.), « Identités et politiques culturelles », in Saez (J.-P.) (dir.), Identités, culture (...)

31C’est ainsi que la pérennisation et la transformation continue des questions des identités régionales, des minorités nationales, voire des « nationalismes régionaux », se traduit par l’évocation récurrente d’une diversité culturelle là où semblait régner jusqu’alors le mythe d’une identité culturelle fortement unifiée nationalement. En France plus particulièrement, ce débat autrefois organisé autour de la reconnaissance des identités régionales, s’est rénové à partir des questions posées par les différentes communautés issues de l’immigration. Si le modèle traditionnel d’intégration culturelle a fonctionné, principalement à travers l’appareil scolaire, sur le modèle de l’emboîtement des identités locales au sein de l’identité nationale (modèle des poupées gigognes), il semble aujourd’hui que les pouvoirs publics s’orientent plutôt vers la gestion de la pluralité culturelle et la reconnaissance de la diversité des « identités sociales, ethniques, territoriales et même démographiques21 ».

32C’est dans le cadre de ce mouvement que prennent place désormais, fréquemment sous couvert de politiques « culturelles », des « politiques identitaires » de collectivités territoriales, c’est-à-dire un ensemble d’actions publiques devant contribuer à identifier un territoire et à créer ou fortifier des liens au sein de la population qu’il accueille. Dotées à moyen terme d’objectifs variés (culturels, éducatifs, sociaux, économiques, touristiques), ces interventions favorisent une patrimonialisation généralisée de l’espace et des pratiques par laquelle le nombre d’objets, de coutumes ou de lieux protégés, restaurés ou entretenus ne cesse d’augmenter et de susciter un nombre lui-même croissant de traitements journalistiques engendrant à leur tour, par imitation ou concurrence, de nouvelles initiatives : créations de musées, organisations de manifestations diverses, aménagements de « lieux de mémoire » locaux, etc.

33La légitimation de toutes ces mesures ne s’abreuve pas uniquement au pluralisme culturel. Le développement local et plus précisément les retombées économiques de ces politiques en constituent des fondements plus solides et concrets. Mais à défaut ou en guise de supplément d’âme, l’identité locale et à travers elle la reconnaissance de la diversité culturelle française, contribuent à justifier ou à ennoblir par une montée en généralité, de multiples « projets de territoire » conçus en tout ou partie autour d’un patrimoine matériel ou immatériel. Les nouvelles orientations de l’aménagement du territoire, depuis les lois « Pasqua » (1995), « Chevènement » et « Voynet » (1999), en donnant un contenu rénové aux notions de « pays » et d’« agglomérations », ont d’ailleurs offert un cadre institutionnel à la conjugaison de projets de développement local et de politiques identitaires.

  • 22 Cf. Saez (J.-P.), « Multiculturalisme et politiques culturelles », in Waresquiel (E. de) (dir.), D (...)

34C’est pourquoi, alors que le multiculturalisme semble désormais principalement concerner les populations issues de l’immigration22, la multiplication de ces interventions montre qu’il peut aussi constituer un support idéologique général et un registre de justification favorables à la revitalisation d’identités culturelles régionales ou locales plus que communautaires. Autrement dit, le renouveau d’intérêt en faveur des terroirs français doit pour partie les conditions de son développement actuel à la prise en compte d’une diversité culturelle rendue plus sensible par l’immigration qui a suivi la Seconde Guerre mondiale.

35Simultanément, l’actualité et la réinterprétation de la diversité culturelle s’accompagnent d’inquiétudes plus ou moins sensibles à l’encontre de ce qui pourrait la menacer. En ce sens, la thématique de la « mondialisation » fonctionne, dans l’ordre culturel, comme un stimulant pour produire et légitimer tout ce qui peut être présenté comme contribuant à y résister. La mosaïque des terroirs français devient alors un symbole fort de ce qui s’oppose à (ou de ce qui est menacé par) la mondialisation. Réinterprétée fréquemment comme l’expression de la domination économique et culturelle des États-Unis, la mondialisation suscite en effet tout un ensemble d’inquiétudes, voire de réactions et d’entreprises politiques prenant la forme de revendications différentialistes : exception culturelle (qui concerne principalement la cinématographie française, seule capable de disputer sur son propre territoire l’hégémonie américaine), défense de l’agriculture traditionnelle et de ses produits, mobilisations contre l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), etc.

  • 23 Cf. Duchesne (S.), Citoyenneté à la française, Paris, Presses de Sciences Po, 1997.

36Des recherches empiriques sur la « citoyenneté » ont par ailleurs montré que, de façon ordinaire, elle s’éprouvait rarement comme on la conçoit de façon plus théorique et normative. Plutôt que de désigner une certaine forme d’engagement vis-à-vis de la collectivité politique, elle est vécue comme renvoyant soit à l’humanité dans sa globalité, soit à un héritage, celui d’une identité nationale française spécifique. Cette conception de la citoyenneté est dotée d’une forte dimension patrimoniale et communautaire à rebours d’une citoyenneté plus « intellectuelle », universaliste et désincarnée23. Elle constitue une disposition sur laquelle peuvent s’appuyer toutes les défenses de l’identité culturelle nationale, y compris au travers de la mise en valeur de la diversité des paysages, pratiques et traditions.

37C’est pourquoi aujourd’hui, la valorisation des terroirs ou du moins l’intérêt qu’on leur porte, sans nécessairement constituer une prise de position politique consciente et hostile à la mondialisation, se nourrit en partie de celle-ci et permet à ses déclinaisons diverses (nouvelles formes de tourisme rural, goûts culinaires pour les produits régionaux, nouveaux métiers du développement local ou… productions audiovisuelles…) de rencontrer un succès certain.

  • 24 Il s’agit bien entendu d’« opinions » suscitées et agrégées par sondages et non sans ambiguïtés, l (...)
  • 25 Gautier (C.) et Valluy (J.), « Générations futures et intérêt général », Politix, n° 42, 1998, p. (...)

38Au-delà des succès et échecs des entreprises politiques de l’écologie, la protection de la nature et de l’environnement constituent des valeurs auxquels les Français et les « Européens » se déclarent fortement attachés24. Au sein de l’institution scolaire, le respect dû à l’environnement a désormais le statut d’une norme sociale devant être inculquée aux élèves tant par le discours que par de multiples opérations pratiques de sensibilisation (nettoyages de plages ou de rivières, expositions relatives au tri des déchets, etc.). De son côté, le souci des « générations futures » s’est progressivement déplacé du fléau de la guerre vers celui de la protection de l’environnement et des organisations internationales vers les législations nationales qui, comme en France peu avant la Conférence de Rio (juin 1992), ont alors commencé, souvent de façon symbolique, à évoquer cette préoccupation. « Depuis lors, l’argument des générations futures devient récurrent et apparaît dans tous les discours politiques25 ».

  • 26 Cf. Peterson (R. A), « La fabrication de l’authenticité : la country music », Actes de la Recherch (...)
  • 27 « Inventer des traditions », Enquête, n° 2, 1996, p. 174.

39Le double souci de la nature et de la transmission aux générations futures conduit à porter une attention particulière aux objets ou pratiques considérées comme « authentiques ». Si les multiples références élogieuses faites à l’authenticité ne doivent pas tromper sur le degré d’authenticité réelle de ce qui est présenté comme tel (de nombreux objets artisanaux et passablement exotiques à de non moins nombreux monuments ou expressions culturelles26), la valeur plus ou moins consciemment accordée à cette qualité indique combien le souci du « naturel » est parvenu à s’imposer alors qu’il est de moins en moins probable de se trouver confronté à des objets, des paysages ou des pratiques que la seule « nature » aurait offerts ou préservés. De même, une grande partie de ce qui est valorisé efficacement comme une « tradition » appartient à ce qu’Éric Hobsbawm appelle une « tradition inventée », c’est-à-dire une référence à un passé historique dont « la continuité avec ce passé est largement fictive »27.

  • 28 Sondage IFOP réalisé pour la présidence du Sénat : « Quand les urbains rêvent de redevenir des rur (...)

40Néanmoins, la croyance en la réalité de cette continuité donne toute sa valeur à des « traditions » considérées comme « authentiques ». Elle justifie aussi la conservation et la consécration de pratiques qui, parées de cette double qualité, sont perçues comme plus respectueuses des équilibres et des rythmes « naturels ». C’est pourquoi, bien au-delà des seuls soutiens effectifs accordés aux forces politiques de l’écologie, le souci de la protection de la nature et de la qualité de l’environnement se déploie sous de multiples formes et selon une intensité variable à travers une grande partie du corps social désormais attentif à ces questions. Le journal Le Monde pouvait ainsi remarquer que « les reportages sur les joies de la vie à la campagne et les retours réussis à une existence au grand air sont devenus un must des émissions télévisées. Les sondages témoignent du même mouvement : les Français, dont les parents et les grands-parents ont quitté en masse la campagne tout au long du siècle, veulent faire le chemin inverse : selon un sondage […] 44 % des Français […] déclarent que dans dix ans, ils voudraient vivre dans une petite commune rurale28 ».

41Au reste, le développement de l’écologie politique, les positions institutionnelles occupées par quelques-uns de ses représentants, le relatif succès des thèmes défendus par les organisations de ce secteur (sur la qualité de la vie, de l’environnement, des produits alimentaires, etc.) et un certain nombre d’enjeux politiques récemment apparus (la « crise de la vache folle », les OGM, les chasseurs, les pollutions maritimes ou de l’air, etc.) favorisent le développement de ces dispositions tout en en bénéficiant.

42On ne saurait donc que très artificiellement détacher de ce contexte les productions audiovisuelles valorisant les terroirs et les identités culturelles infranationales. À rebours des analyses médiacentrées, qu’une certaine division du travail propre au champ journalistique tend à favoriser, cette contextualisation éclaire pourtant les conditions du succès de ces productions. En indiquant combien elles sont prises dans le maillage complexe de diverses aspirations contemporaines, ce rappel suggère également toute la difficulté d’une analyse (exclusivement et restrictivement) politique de ces émissions visant à en rapprocher le contenu et l’influence idéologique de l’action présente ou passée de certaines organisations ou personnalités politiques. C’est pourtant ce qui a été proposé au sujet du journal de 13 heures de TF1 qui à la fois, illustre de façon exemplaire ce type de produits télévisuels et, en tant que journal télévisé, suscite plus que d’autres des lectures politiques.

Le 13 heures de TF1, une lecture politique exemplaire ?

  • 29 Bourdon (J.), Haute-fidélité. Pouvoir et télévision. 1934-1994, Paris, Le Seuil, 1994, p. 257.
  • 30 Neveu (E.), « Les émissions politiques à la télévision : les années quatre-vingt ou les impasses d (...)

43Les journaux télévisés français sont longtemps apparus comme le témoignage le plus visible du lien de subordination de la télévision au pouvoir politique. Cette emprise du politique s’est nettement atténuée peu après l’arrivée de la gauche au pouvoir avec la mise en place d’une instance de régulation ainsi que les transformations des rapports entre le champ politique et la télévision29. Ce processus, parfois tortueux, de retrait du politique s’est réalisé au profit d’une information présentée comme objective, répondant à des critères « professionnels » et « autonomes » de choix. Plus généralement, la place de la politique sur les grandes chaînes généralistes sous la forme déjà ancienne d’émissions de débats ou d’entretiens, est devenue problématique dans des grilles de programmes soumises à la concurrence. L’obligation de réaliser un seuil d’audience élevé a obligé les responsables à renouveler les formules et à rechercher des formats ou des dispositifs nouveaux, soit en s’éloignant des formats classiques, soit en soumettant le discours politique à la contrainte des lois du divertissement tout en reportant à des horaires tardifs les émissions aux formules les plus classiques30.

  • 31 Marcelle (P.), Contre la télé, Lagrasse, Verdier, 1998, p. 32.

44C’est dans ce contexte que le journal de mi-journée de TF1, conçu et présenté par Jean-Pierre Pernaut, semble proposer une nouvelle présence du politique à la télévision, si l’on en croit du moins les observateurs des productions télévisuelles (critiques de télévision et universitaires) qui font une lecture politique d’un journal qui semblait pourtant prêter moins d’attention aux formes habituelles et institutionnelles du jeu politique pour privilégier l’évocation d’une France « tranquille » des terroirs et des traditions, essentiellement rurale et détachée de l’actualité, avec ses personnages pittoresques, ces particularismes locaux et son art de vivre. Les interprétations politiques dont il a été l’objet ont généralement dénoncé et stigmatisé une orientation « poujadiste » ou « pétainiste » d’un journal dont le succès depuis son reformatage en 1988 (après le départ d’Yves Mourousi), n’a cessé de croître pour réunir aujourd’hui plus de sept millions de téléspectateurs. « Ainsi le Treize heures de TF1 est-il devenu ce JT RPR-FNSEA, crypto pétainiste, ombilic des champs à destination prioritaire des ruraux goûtant la soupe dans le reflet d’un récepteur posé sur la cheminée comme un chromo d’Angélus de Millet, comme une horloge battant un autre temps – fiction de paix, ersatz de veillée d’antan, rêve de nation îlienne protégée des massacres algériens ou de guerre civile cambodgienne par l’océan tiédasse du verbe de Jean-Pierre Pernaut31… », explique par exemple Pierre Marcelle, chroniqueur télé pendant deux ans à Libération.

  • 32 Bourdieu (P.), Sur la télévision, Paris, Liber Éditions, 1996, p. 58.

45Le journal de 13 heures de TF1 est en effet devenu une cible de choix pour la presse cultivée. Il réactive les oppositions anciennes entre des médias à destination d’un public cultivé et ceux ciblant un public « populaire », exacerbées en France par la domination de plus en plus forte de la télévision sur l’ensemble des autres types de médias32. La chaîne TF1 elle-même est emblématique, par son histoire, des bouleversements que le « paysage audiovisuel français » a subis de façon accélérée lorsque sa privatisation en 1986 a fait passer la première chaîne française (historiquement et par le nombre de téléspectateurs) du statut de chaîne du service public à celui d’entreprise privée dépendante d’un grand groupe industriel (Bouygues). La soumission à la logique commerciale n’est en réalité pas apparue brutalement avec le nouvel actionnaire. Les phénomènes de concurrence existaient auparavant à l’intérieur du service public (et accessoirement avec les premières chaînes privées Canal Plus, La Cinq et TV6) et la part croissante que les ressources publicitaires occupaient dans le financement de l’audiovisuel public relativisait l’indépendance qui leur aurait éventuellement permis de faire face à leurs missions. De plus, et particulièrement dans les dernières années avant la privatisation, sous la présidence d’Hervé Bourges (1983-1987), de nombreuses initiatives au niveau des contenus et de la programmation en général avaient placé TF1 en position dominante dans une logique de conquête d’une audience maximum. Cette approche commerciale devait cependant s’amplifier après la privatisation, pour des raisons évidentes liées à son changement de statut (rentabilité liée à l’accroissement des ressources publicitaires), mais aussi parce que la naissance puis la multiplication des chaînes privées pouvaient porter atteinte à la domination des grandes chaînes généralistes et de TF1 en particulier. Elle devient ainsi un symbole sous la forme d’un repoussoir commode dont se démarquent au moins dans leurs discours certains de ses concurrents (Canal Plus notamment à travers « Les Guignols » a exploité les déboires de la chaîne).

  • 33 Art. cit.
  • 34 Art. cit.

46Le journal de 13 heures de TF1 en raison de l’audience déclinante de la précédente formule a subi en 1988 un reformatage qui symbolise quelques-unes des orientations majeures de la chaîne. À partir d’études des « attentes » du public, il devient, sous la direction d’un présentateur (J.-P. Pernaut) reflétant un public à (re) conquérir, et grâce à des partenariats avec la presse écrite locale, un journal accordant une large place à des reportages « intemporels » issus des terroirs français. Le succès aidant, la séparation relativement nette qui existait au début entre le récit de l’actualité « chaude » et la partie magazine tend à s’estomper et à faire de ce journal télévisé un modèle de réussite par l’adéquation qu’il semble opérer entre des contenus et un public. Renversant de façon ostentatoire des hiérarchies légitimes (le journal commence toujours par un rappel du temps qu’il fait), traitant l’actualité noble (politique, économique ou sociale) très brièvement et sans jamais se situer dans la logique du scoop, passant allègrement du fait au commentaire pour des nouvelles, il est vrai, sans grande portée, construisant son succès en dehors de tous les principes de légitimation du champ journalistique – directs (il n’a jamais été consacré par la profession et selon lui « le seul sondage qui compte c’est l’audience », Libération, 14 octobre 1994) ou indirects (il n’y a jamais d’invité en plateau, pas d’interview de personnalité politique ou culturelle par exemple) –. Créant puis améliorant imperceptiblement les recettes qui ont fait son succès, ce journal et son présentateur représentent le négatif de toutes les valeurs mises en avant par la presse écrite à destination du public cultivé. Ainsi Le Monde (13 novembre 1999) propose de se désinfecter après l’avoir vu, Télérama le surnomme « L’idole du village33 » et Libération34 titre sa chronique télévision sur « l’overdose de Pernaut ».

  • 35 Cf. Thiesse (A.-M.), La Création des identités nationales…, op. cit., spécialement p. 112 et suiv.

47À l'inverse des grands médias de presse écrite parisienne, mais aussi de la plupart des autres chaînes de télévision, le journal de TF1 laisse une place très importante à la vision d’un pays que l’expression « France profonde » permettrait de désigner caricaturalement, autant par son incontestable « authenticité » que par son « arriération » et le peu de prise qu’elle offre à la modernité. Pour autant, le fantasme identitaire décliné dans le journal rejoint à la fois les fondements de l’identité française35 et certaines formes plus modernes de manifestations d’un attachement identitaire local que ce journal présente sous les aspects d’un combat pour la préservation de traditions ou de valeurs qui font l’identité des « régions » (au sens ancien du mot). Le pendant négatif et menaçant de ce pays idyllique est représenté par la bureaucratie étatique (les services fiscaux notamment) ou supranationale (l’Europe économique), Paris et ses élites politico-administratives ainsi que les zones urbaines en général comme lieux propices à la prolifération du désordre social.

48Une telle grille de lecture du réel privilégie le proche plutôt que le lointain, le connu plus que l’inconnu, le concret plutôt que l’abstrait, les explications simples sur les causalités multiples, la vérité du « terrain » et de ses habitants aux points de vue extérieurs. Ainsi, à titre d’illustration, l’instauration du couvre-feu dans certaines villes de Pologne est présentée comme une possible solution à la violence urbaine en France, le témoignage des autochtones vient battre en brèche les analyses chimiques de propreté des eaux effectuées dans le cadre européen, la prime de naissance aux parents « français » décerné par une ville dirigée par le Front National un cadeau « aux heureux parents », la question de la réduction du temps de travail traitée de manière univoque comme une menace pour les entreprises et la réglementation européenne sur la chasse une atteinte aux traditions ; tous ces exemples, relevés ou non par la presse cultivée, sont servis, selon son auteur, par « un style journalistique le plus concret et le plus direct possible » (Libération, 14 octobre 1994).

  • 36 Selon le titre de l’ouvrage d’Éric Conan et Henry Rousso (Paris, Fayard, 1994).

49La mise en cause de ce journal semble se focaliser depuis quelques années sur son idéologie. Critiques que l’on pourrait résumer dans le titre de Télérama (9 décembre 1998) « la vox populiste » signifiant à la fois des connexions politiques avec les actuels représentants politiques de ce courant et des parentés anciennes avec l’idéologie poujadiste et surtout pétainiste. De telles lectures sont souvent ambiguës puisqu’elles réactivent la menace d’un média – volontairement ou non – manipulateur, tantôt agissant sur son public (en proposant un produit politique à la fois séduisant et dangereux), tantôt répondant aux attentes idéologiques d’une France nostalgique. Le régime de Vichy (et son « actualité ») semble ainsi offrir un exemple historique et une traduction concrète des dérives auxquelles conduisent les valeurs idéologiques du journal de TF1. Ce « passé qui ne passe pas36 » constitue en effet un arrière-plan intellectuel offrant aux commentateurs contemporains une grille d’interprétations politiques sur d’éventuelles « résurgences » – le fameux « ventre toujours fécond » – dont la traque vigilante est constitutive d’une position de réflexion en surplomb de l’actualité, y compris médiatique.

50La lecture intellectuelle et stigmatisante d’une telle émission est sans aucun doute réductrice. Ce regard sur le passé, l’attachement au terroir, la peur de l’ouverture et du changement, que l’on peut associer à coup sûr à une certaine forme de « conservatisme » au sens propre du terme, peuvent trouver aujourd’hui comme hier des traductions politiques multiples et contradictoires.

Les sympathies partisanes de TF1

  • 37 Confirmé par les analyses « savantes » des mêmes sondages, cf. Leroux (P.) et Teillet (P.), « Ces (...)
  • 38 Péan (P.) et Nick (C.), TF1 un pouvoir, Paris, Le Seuil, 1997.
  • 39 Mayer (N.), « La mobilisation anti-Front National », in Perrineau (P.) (dir.), L’Engagement politi (...)

51S’il est tentant d’établir une continuité idéologique reliant le militantisme balladurien de la chaîne (lors de l’élection présidentielle de 1995) au traitement spécifique de l’actualité dans le journal de 13 heures, la « balladurisation » de TF1 peut se lire à la fois comme le soutien « légitimiste » au vainqueur alors annoncé dans les sondages37 ou comme le soutien à un candidat dont le programme libéral pouvait favoriser le groupe industriel propriétaire de TF1. La réalité (l’échec d’É. Balladur) a cependant montré les limites du « pouvoir » d’influence de la chaîne38. On peut également penser qu’une allégeance marquée en faveur d’une droite plus radicale, voire extrême, serait stratégiquement risquée pour cette chaîne. D’une part, les conséquences négatives en terme d’image – et à terme pour l’audience d’une chaîne définie comme « généraliste » – d’un tel marquage politique, apparaissent importantes comparativement à la faiblesse de ses retombées positives : les idées de la fraction la plus dure de la droite (et a fortiori celles de l’extrême droite) sont celles qui provoquent le rejet le plus ouvert et le plus violent39. D’autre part, les succès électoraux de l’extrême droite ne sont jamais véritablement parvenus à en faire un potentiel parti de gouvernement suscitant des anticipations stratégiques visant à se rapprocher des titulaires ou futurs titulaires de positions de pouvoir politique.

« Euroscepticisme » ou affinités européennes ?

52S’il est vrai que les forces politiques représentant la droite nationale ont manifesté leur hostilité à l’encontre tant de la construction européenne, que, dans le cadre d’une aversion générale pour la « technocratie », des services de la communauté européenne, ce qu’on désigne aujourd’hui comme l’« euroscepticisme » peut aussi être considéré comme un héritage idéologique du gaullisme et constitue un clivage important traversant la droite modérée. La partie « souverainiste » de cette dernière (rejetant la mise en cause de la souveraineté nationale dont est porteuse l’unification politique de l’Europe) a d’ailleurs fait le meilleur score de la droite lors des dernières élections européennes. Mais des positions également « eurosceptiques » traversent les forces politiques de gauche. Des thématiques comme l’avenir de l’agriculture – alors que la France est la première bénéficiaire de la Politique Agricole Commune –, la chasse, la réintroduction d’animaux sauvages dans certaines régions, les directives relatives à la protection de la nature ou la réforme de l’administration territoriale, sont loin de susciter des positions tranchées et unanimes au sein des forces de gauche attentives aux réactions de leurs électorats traditionnels qui, notamment dans la France du sud-ouest, ont massivement apporté leur soutien aux listes présentées par des chasseurs lors des élections européennes de 1999.

  • 40 Cautrès (B.) et Denni (B.), « Les attitudes des Français à l’égard de l’Union Européenne : les log (...)
  • 41 Ibid., p. 338.

53De façon plus générale, on observe que « le débat européen partage les partis et les électeurs des deux camps40 », de droite et de gauche et que « même les partis les plus européens ne peuvent ignorer qu’une proportion importante de leurs électeurs reste très réservée à l’égard de la construction européenne. La question de l’Europe fait parfois l’unanimité contre elle, mais elle ne fait dans aucun parti l’unanimité pour sa défense. En d’autres termes, elle perturbe les clivages partisans traditionnels41 ». Il est dès lors très imprudent à propos de son « euroscepticisme » plus ou moins latent, de référer le succès de ce journal télévisé à des distinctions politiques traditionnelles alors qu’elles-mêmes sont fortement perturbées par la construction européenne.

  • 42 Ibid., p. 348.
  • 43 Télérama, 9 décembre 1998.

54De même, si le système de valeurs caractéristique des Français les plus hostiles à la construction européenne (combinant des visions autoritaires, ethnocentrée et pessimiste du monde42), peut sembler, au travers d’une sociologie spontanée, correspondre aux dispositions d’un public provincial, rural, âgé, faiblement diplômé et numériquement important parmi l’audience de cette chaîne, notamment de son journal de la mi-journée, l’analyse de celle-ci montre au contraire que J.-P. Pernaut recrute son public au sein de catégories sociales beaucoup plus larges. Ainsi loin d’être l’archétype d’un journal « populiste » répondant aux attentes d’une France populaire (« la France de Pernaut, statistiquement, c’est celle des paysans, des petits commerçants, des retraités. Un peu celle des femmes et des chômeurs43 »), il semble proposer un spectacle particulièrement séduisant pour les consommateurs de télévision de cette tranche horaire. Si la composition de l’audience potentielle d’un journal de la mi-journée donne effectivement une place importante aux individus âgés plutôt qu’aux jeunes et aux inactifs plutôt qu’aux actifs, il faut en revanche constater les parts d’audience importantes que le journal réalise sur l’ensemble des catégories de téléspectateurs. Les parts de marché sont ainsi autour de 50 % des « CSP + », des individus habitant une agglomération de plus de 100 000 habitants, ou dans la tranche d’âge 35-49 ans et chez les actifs, même si ces catégories ne sont effectivement pas les plus nombreuses dans l’audience potentielle.

  • 44 Ministère de la culture et de la communication, Les Financements culturels européens - Mode d’empl (...)

55Enfin, le discours « eurosceptique », tantôt tacite, tantôt explicite, du présentateur, qui oppose à l’unité européenne la diversité française des paysages et des pratiques, peut se trouver en harmonie avec (et parfois même illustrer) certaines réalisations concrètes des politiques de développement local en zone rurale que, de son côté, la communauté européenne encourage. Le guide des financements culturels européens44 mentionne ainsi dans le cadre du programme Leader II et à titre d’exemples, des actions qui pourraient faire l’objet d’un reportage dans l’une ou l’autre de ces productions télévisuelles : soutien à une association d’Ardèche faisant fonctionner un service de cinéma dans neuf localités ; aménagement d’un site vulcanologique en Martinique ; création d’un réseau « Bistrots de pays » à Forcalquier (région PACA) ; création d’une Maison du patrimoine du pays de Soule.

56Le programme Interreg I a pour sa part permis dans le Nord-Pas-de-Calais et en Flandre occidentale la valorisation du patrimoine régional à des fins touristiques, comme en Champagne-Ardenne et en Wallonie. Les Fonds structurels, notamment au titre de l’objectif 2 (« Reconvertir les régions et les zones gravement affectées par le déclin industriel »), ont permis dans la commune de Creysse (Aquitaine) la création de trois espaces consacrés à la culture du vin, la batellerie et l’archéologie. Dans celle de Monflanquin (vallée du Lot), ces moyens financiers ont permis de mener une étude pour la mise en place de parcours culturels.

  • 45 « Les politiques de la subsidiarité : l’“Europe des régions” comme catégorie générique du territoi (...)

57Richard Balme avait souligné que les politiques régionales européennes constituaient un enjeu décisif lors des élargissements dans la mesure où elles apparaissent comme un terrain de concessions mutuelles (entre États) qui en fait un moyen avant qu’un objectif de l’intégration européenne45. Partant, il est possible d’envisager, pour les instances de l’Union européenne autant que pour certains médias nationaux, la territorialisation de leurs activités comme un mode de légitimation. Comme la construction européenne trouve une part de sa légitimité à travers les politiques régionales, certains médias européens se renforceraient non pas à travers l’européanisation de leurs produits mais à travers une prise en considération de la proximité, de la diversité des situations, voire de la résistance des identités culturelles locales et des groupes sociaux qui les construisent en s’en réclamant. Paradoxalement, ils favoriseraient de la sorte une identité européenne réactive. La valorisation du pluralisme culturel (de la diversité des pratiques et des traditions) est opposée à une volonté unificatrice (attribuée quelque peu abusivement aux instances européennes) tout en constituant un intérêt commun (aux dirigeants et aux médias européens, et aux publics de ces derniers). On peut même suggérer que l’Union européenne dispose à travers cet ensemble de produits télévisuels d’une ressource importante pour la valorisation de son action en faveur des équilibres régionaux et ainsi d’un moyen important pour renforcer la légitimité de son organisation même.

Écologisme et régionalisme

  • 46 En 1981, François Mitterrand alors candidat à la présidence de la République avait estimé que « le (...)

58L’écologie comme force politique, le régionalisme comme forme de résistance au centralisme modernisateur des débuts de la Ve République, sont des mouvements qui ont croisé et parfois accompagné les entreprises politiques de gauche46. D’un certain point de vue, le journal de 13 heures de TF1 (en cela emblématique de toute exaltation de la terre, de la ruralité et du particularisme régional) à rebours de sa réputation conservatrice, propose à ceux qui partagent ces préférences politiques (de gauche) des thèmes et des valeurs qui sont aussi les leurs.

59Face à des politiques globales (de l’Europe ou des nations qui la composent) peu lisibles pour le commun des citoyens et dont les résultats sont promis sur le long terme, les relais politiques, économiques et associatifs ont depuis longtemps proposé des actions valorisées par leur aspect de proximité. Les thématiques du développement local, du néo-ruralisme, du télé travail, les nécessités admises d’un aménagement du territoire luttant contre la « désertification » des campagnes, mettant en valeur le patrimoine et les manifestations culturelles locales vont de pair avec un écologisme du quotidien dont le marketing de l’authenticité a su vanter les mérites (« vérité » des produits « bio » originaires des terroirs opposée à la « mal bouffe » industrielle mondiale dont Mac Donald semble être le symbole). C’est ainsi que peuvent se produire des télescopages sans doute étonnants pour les observateurs médiatiques et politiques, mais logiques dans le cadre ces évolutions. Par exemple, alors que tout semble éloigner TF1, chaîne du groupe Bouygues, des militants agricoles du Larzac, le journal de 13 heures a pu, au moment du procès de Millau, diffuser à travers la présentation d’une famille néo-rurale produisant des fromages « comme autrefois », un reportage extrêmement favorable à la cause défendue par José Bové et son organisation.

  • 47 Poirrier (P.), L’État et la culture en France au XXe siècle, Paris, Livre de Poche, 2000, p. 46. V (...)
  • 48 Voir sur ce point le soutien apporté par les gouvernements du Front populaire au mouvement folklor (...)

60Sur un autre registre, si « le folklore – support et forme de l’idéologie de la Révolution nationale – s’inscrit comme un modèle qui fait partie intégrante du pétainisme47 », on ne peut oublier qu’entre les deux guerres, la nostalgie de la vie champêtre (fruit du fléchissement de la population rurale dû à l’exode et à la Guerre de 1914-1918) s’était déclinée de façon multiple et dans toutes les familles politiques. C’est pourquoi, les arts et traditions populaires ont bénéficié du soutien des régimes fascistes et stalinien mais aussi de celui des forces de gauche françaises à travers la volonté de contester les hiérarchies culturelles traditionnelles au bénéfice de formes d’expression considérées comme populaires48.

  • 49 Hervieu (B.) et Viard (J.), Au bonheur des campagnes (et des provinces), La tour d’Aigues, Ed. de (...)

61C’est pourquoi, accompagnant et répondant à des aspirations aux ressorts multiples mais identiquement orientées, le 13 heures de TF1 ne peut s’analyser comme la simple résurgence d’aspirations politiques à la fois traditionnelles et passablement enfouies. Il semble plutôt devoir en partie son succès à l’adéquation de sa plasticité idéologique avec un mouvement protéiforme de valorisation des terroirs49.

  • 50 Cf. Mény (Y.) et Surel (Y.), Par le peuple, pour le peuple. Le populisme et les démocraties, Paris (...)

62Il est toutefois vraisemblable que la succession des alternances depuis 1981 et, corrélativement, la montée des déceptions à l’égard de la représentation politique, ont créé les conditions permettant aux médias d’apparaître comme des porte-parole plus efficaces pour des groupes sociaux aspirant à une prise en considération de leurs difficultés, situations ou identités. Dans ce cadre politique particulier, le journal de la mi-journée peut se présenter comme un lieu d’expression, relativement pasteurisée et scénarisée, d’un certain nombre de tensions sociales (hégémonie de la modernité urbaine, difficultés du monde rural, homogénéisation des pratiques et consommations culturelles, craintes à l’égard de l’européanisation et de la mondialisation, rejet des élites politiques, etc.). Mais, si ces dernières apparaissent à l’analyse comme constitutives du populisme contemporain50, elles ne semblent pas obtenir de réelle traduction politique.

63Si des forces récemment apparues (Chasse, Pêche, Nature et Traditions, les « souverainistes », « Pôle Républicain ») semblaient avoir vocation à exprimer sur la scène politique la sensibilité que flatte quotidiennement ce journal, on observe en vérité que les représentations et constructions idéologiques qu’il diffuse ne contribuent objectivement à aucune mobilisation politique effective.

  • 51 Comme le poujadisme en a montré l’exemple, cf. Collovald (A.), « Les poujadistes ou l’échec en pol (...)

64Le registre de déploration souvent utilisé tend à mettre en scène l’affrontement forcément inégal du pot de fer (étatique national ou supranational, technocratique, etc.) contre le pot de terre (local, individuel, etc.) et les jeux sont, pour ainsi dire, faits. Les enjeux ne se situant plus que dans une conservation nostalgique – que le journal encourage tout en y participant – des témoignages du passé. Une telle attitude ne peut servir de base à une prise de conscience politique et à la mobilisation collective que s’il est, dans des circonstances historiques et politiques particulières, retraduit dans un registre politique et auprès de catégories bien spécifiques de population. Il est d’ailleurs probable qu’un tel projet serait handicapé au final par le succès souvent relatif promis aux actions des groupes sociaux en déclin51.

65En revanche, en restant en deçà d’une politisation explicite, le 13 heures de TF1 qui se cantonne à une déclinaison médiatique récurrente d’un tel fond de valeurs, peut s’accorder aux lectures multiples d’un large public hétérogène dont une grande partie sanctionnerait probablement un produit politiquement trop marqué. Tour à tour ironique (les arnaques, le gaspillage de l’argent public) et fasciné, désenchanté (sur les possibilités d’inverser le mouvement du monde vers le « modernisme ») et enchanté (que ce qui l’enchante n’ait pas tout à fait disparu), le journal se limite donc à un registre peu mobilisateur laissant à la seule initiative individuelle quelque marge de manœuvre.

66La réussite d’une telle émission doit donc s’appréhender moins comme la création d’une disposition politique nouvelle au sein de son public que comme l’ajustement des images et messages émis aux attentes des récepteurs. Mais qu’ont-ils attendu exactement ? Et quels usages en feront-ils ? Il serait en tout cas bien imprudent d’universaliser la lecture idéologique conservatrice que l’analyse savante (ou pseudo-savante) peut y déceler, plus encore, d’en conclure à l’adhésion (consciente ou inconsciente) du public de ce journal télévisé aux préférences politiques supposées de ses concepteurs. Au fond, ce que démontrent involontairement les faiblesses de ces lectures politiques c’est l’inadéquation des grilles d’analyse inventées pour de tout autres entreprises politiques et de toutes autres époques à l’interprétation des produits médiatiques actuels.

Interpréter politiquement la territorialisation des productions audiovisuelles

  • 52 L’horaire du journal de la Télévision Suisse Romande (12 heures 30) ne place pas celui-ci en concu (...)

67L’analyse du succès d’audience de ce journal de 13 heures dans un cadre extra-national permet d’enrichir la mise en cause la lecture politico-idéologique qui peut être proposée des productions audiovisuelles dont il constitue un idéaltype. En Suisse Romande, le journal de TF1 réalise des audiences si fortes qu’elles furent un temps supérieures à celle des programmes de la chaîne au même moment (télé-novelas) entraînant la programmation d’un talk-show très ancré sur le « terroir » romand et ses personnages originaux52. Il continue aujourd’hui de réaliser une audience presque égale face à une émission très centrée sur l’espace romand et s’ajustant à des attentes de programmes qui se présentent comme des miroirs de l’identité suisse (personnalités, traits culturels, traditions, etc.). De même, le succès de l’émission Passe-moi les jumelles produite par la chaîne et définie comme un « Thalassa alpin », ainsi que le recentrage des programmes d’information autour du traitement du « chez nous », se situent, aux dires même des concepteurs et des journalistes que nous avons rencontrés, dans un courant porteur d’audience. Pourtant, cette entité minoritaire (19 % de la population de la Suisse, 63 % pour la Suisse Alémanique) traditionnellement tournée vers la France, est politiquement plus ouverte à l’Europe que le reste du pays (vote majoritaire pour rejoindre la CEE). Un tel succès – transfrontalier – souligne les paradoxes auquel pourrait amener une lecture « politico-centrée » sur les seuls repères politiques nationaux (i. e français).

  • 53 Ce travail en cours fera l’objet d’une publication séparée. Le nombre d’entretiens est trop faible (...)

68En vérité, la lecture idéologique que l’analyse savante est portée à mettre en avant ne doit pas faire oublier que les produits culturels – a fortiori s’ils sont destinés à un public très hétérogène comme c’est le cas pour un journal d’une grande chaîne généraliste – sont par nature disposés à être reçus et interprétés de multiples façons après être passés par le filtre des valeurs culturelles propres aux différentes composantes du public. D’une part, la pluralité des modes de réception marginalise sans doute (là comme ailleurs) l’interprétation « lettrée » (idéologique dans ce cas) au profit d’une consommation statistiquement dominante qui s’effectue sur un mode essentiellement distractif (cette remarque est confirmée par les entretiens que nous avons réalisés auprès de téléspectateurs fidèles du journal de 13 heures53).

  • 54 Libération, 5 décembre 1998.

69D’autre part, la construction intellectuelle qui ferait du public du journal un groupe homogène particulièrement vulnérable à une idéologie populiste rampante, en raison de ses caractéristiques sociales et culturelles propres (« une certaine France : un hexagone réel, fait de petits commerçants inquiets, étriqués, nés de l’esprit d’Autant-Lara » des « petits blancs »54, « sa France immobile passéiste, renfermée sur elle-même, ressemble étonnamment à celle de ces formations politiques regroupant petits commerçants et artisans, qui servent de passerelle entre la droite dure et le Front national »), est difficile à tenir pour plusieurs raisons :

  • tout d’abord, si une lecture intellectuelle peut permettre de repérer des thématiques traitées par les partis d’extrême droite, il est difficile d’admettre que ces « signes » soient aussi facilement décodés par l’ensemble du public ;
  • ensuite, on peut douter du fait que les téléspectateurs ne seraient pas capables – tout en étant des consommateurs fidèles d’un tel produit – d’avoir une capacité de résistance à ce qui leur paraît comme ouvertement idéologique et contraire à leurs propres valeurs. Richard Hoggart55 relevait qu’au « conditionnement » par les médias s’opposait, dans la réalité des pratiques, une réception beaucoup moins porteuse d’effets du point de vue des modifications du comportement (« attention oblique », « adhésion à éclipses ») ;
  • enfin, compte tenu à la fois d’une désaffection pour les discours idéologiques et de la réalité de la manière dont s’organisent les goûts, il y a fort à parier qu’une audience telle que celle du journal de 13 heures ne peut être exclusivement fondée sur un malentendu politique (intérêt pour un contenu idéologique opposé aux convictions idéologiques du public). Mais, si malentendu il y a, il consiste à supposer une lecture politique du journal à propos de contenus attirant précisément par leur absence de contenus politiques. Les « belles images » stigmatisées par la presse pour public cultivé, peuvent être regardées pour elles-mêmes, comme fenêtres ouvertes sur des lieux méconnus du territoire national, des initiatives ou des traditions originales. La France des traditions montrée par le journal de 13 heures est un pays déconflictualisé, pacifique, où les micro-communautés organisent leur vie à leur rythme, où la parole donnée aux « anonymes » sur des sujets terre à terre du quotidien peut donner le sentiment de proposer la vision d’une France plus réelle que celle des représentants du « pouvoir » omniprésents dans la plupart des médias.
  • 56 Selon Télérama, 9 décembre 1998.
  • 57 On nous pardonnera de ne pouvoir développer ici la démonstration montrant que sur ce point la répu (...)

70Les cartes postales des correspondants de province (« huile d’olive bon pain, fête des vieux métiers, concours de la plus grosse citrouille56 ») montrent la France sous forme de chromos tranquilles qui s’opposent autant à la province « officielle » des décideurs politiques régionaux présentés par la chaîne publique à vocation régionale, France 3, qu’aux problèmes internationaux et au microcosme parisien qui « font » l’actualité des journaux de 20 heures. C’est à la fois parce que les médias nationaux sont le reflet d’un État centralisateur et sont très lacunaires sur l’actualité locale qu’une telle représentation peut se faire passer pour de l’information de proximité57.

  • 58 La Distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 518

71Le mérite de ce journal est peut-être de confirmer à travers son succès (comme celui des informations régionales de France 3) le faible intérêt d’une partie du public pour l’information « chaude » et les grands enjeux. Pierre Bourdieu soulignait dans La Distinction que les choix relatifs à la consommation de médias mettaient en jeu la proximité de fractions du public avec les contenus (« l’information sur des gens pareils à soi dont on ressent par procuration le malheur, la misère, ou l’infortune58 »). Une grande partie du public de la télévision, en France, mais aussi au-delà de ses frontières, peut sans doute plus facilement se retrouver dans la France des micro territoires, des micro identités, des micro enjeux et… des micro trottoirs… que dans celle – incertaine – des entités supranationales perçues comme pouvant abolir des spécificités locales.

  • 59 Leroux (P.) et Teillet (P.), « La résurrection médiatique des terroirs », op. cit., p. 45-52.
  • 60 Cf. Hobsbawn (E.), Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard, 1996 ; Anderson (B.), L’ (...)
  • 61 La Création des identités nationales…, op. cit., p. 284.

72Cependant, si la résurrection médiatique des terroirs59 ne peut susciter le développement d’actions politiques conservatrices ou réactionnaires, elle favorise, par l’effet homogénéisant de la concurrence entre médias, la multiplication de productions audiovisuelles dites de « proximité » dont l’horizon récurremment local ne travaille aucunement en faveur de la construction européenne. Cette question renvoie par analogie aux processus étatiques de construction nationale. Si les États se sont renforcés en contribuant par leurs administrations au renforcement des sentiments d’appartenance nationale60, la situation présente propose d’observer les contradictions entre administrations d’État et entreprises médiatiques quant à l’émergence d’un sentiment d’appartenance à l’ensemble européen. A.-M. Thiesse considérait que « l’histoire de nos nations montre bien qu’une identité collective se construit, dans un travail lui-même collectif, qui prend appui sur les nouveaux médias de communication »61. Notre travail suggère plutôt que l’influence des médias dans le cadre de processus identitaires peut être observée comme un mode de renforcement, de consolidation, d’identités ou du moins de dispositions anciennes, plus que comme la construction d’identités ou de dispositions nouvelles.

Notes

1 Comme l’avait démontré Eugen Weber, La Fin des terroirs, Paris, Fayard, 1984, pour la trad. fr.

2 L’analyse du journal de 13 heures de TF1 est basée sur des journaux du mois de février 1998 à partir desquels une étude quantitative de différents types de sujets a été effectuée. Cette analyse a été complétée par l’étude spécifique de 30 sujets « magazines » et « vie quotidienne » des années 2000 et 2001. Les chiffres d’audience sont issus des enquêtes Médiamétrie (en France et en Suisse). Une première version de ce travail a été publiée dans la revue Mots (n° 67, décembre 2001) sous le titre « La politique de l’apolitique ». Sur l’analyse proprement dite des contenus du journal, cf. Leroux (P.) et Teillet (Ph.), « La résurrection médiatique des terroirs », in Régions, Nations, Europe, Centre d’études de l’université de Szeged, 2000. Pour l’analyse d’autres produits télévisuels « territorialisés », voir Leroux (P.), « L’émission Va savoir, une leçon de chose enracinée dans le terroir », in Boutan (P.), Martel (Ph.), Roques (G.) (dir.), Enseigner la Région, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Leroux (P.), « Le journalisme télévisé cible de la dérision : le journal de CANAL international », Hermès, n° 29, 2001.

3 Pour un exposé des résultats de ces différents travaux : Derville (G.), Le Pouvoir des médias, Grenoble, PUG, 1997, p. 88.

4 Renan (E.), Œuvres complètes, Calmann-Lévy, 1947, cité dans Thiesse (A.-M.), La Création des identités nationales. Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999, p. 12.

5 Anderson (B.), L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996, p. 19.

6 Sur la complexité de ces phénomènes, cf. Warnier (J.-P.), La Mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, 1999, p. 44-59.

7 Le magazine n’est diffusé à un rythme hebdomadaire que depuis 1980.

8 « Il a su résister à toutes les bourrasques audiovisuelles car il a su créer un esprit d’équipe et un savoir-faire sans s’enfermer dans le concept étroit du sujet thématique. Ce magazine est tout ce qu’il y a de plus terrestre, car la mer n’est qu’un vecteur. Notre démarche est avant tout journalistique avec une rigueur et une qualité d’images qu’aucun dirigeant n’a jamais pu remettre en cause et qui a surtout séduit les téléspectateurs » selon Le Monde (1er novembre 1998).

9 Cf. dans le même esprit le passage consacré aux « miasmes de Babylone » in Thiesse (A.-M.), Écrire la France. Le mouvement régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991, p. 49 et suiv.

10 Cf. Thiesse (A.-M.), La Construction des identités nationales…, op. cit.

11 Publié par Eugène Belin en 1877, ce livre de G. Bruno (pseudonyme d’Augustine Guyau) fut l’un des plus grands succès de l’édition française. « Chef-d’œuvre de l’enseignement primaire », constamment réédité, on estime qu’il comptabilise en moyenne un tirage de 80 000 exemplaires par an depuis plus de cent ans. Cf. Watrelot (M.), « Aux sources du Tour de la France par deux enfants », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 46, n° 2, 1999, p. 311-324. Voir également : Ozouf (M.) et Ozouf (J.), « Le tour de la France par deux enfants », in Nora (P.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984, tome II, p. 291-337.

12 Le raisonnement de Marcel Mauss (Œuvres, Paris, Minuit, 1969, p. 601, éd. originale 1953-1954) s’applique à toutes les reconstitutions identitaires : « Les musées d’ethnographie, les retours aux arts nationaux, les modes successives qui se sont emparées d’eux, tout cela, c’est le même fait. Alors que c’est la nation qui fait la tradition, on cherche à reconstituer celle-ci autour de la tradition ».

13 Les expressions telles qu’« autrefois », « dans le temps », très souvent utilisées par les acteurs interrogés ou les journalistes, sont révélatrices de l’oubli de l’histoire comme élément de compréhension du passé dans sa complexité. On pourrait l’illustrer cette opposition en citant E. Renan (op. cit.) « l’essence d’une nation est que tous les individus aient des choses en commun, et aussi que tous aient oublié bien des choses », ainsi que la définition que Paul Veyne (Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971, p. 141) donne du devoir de l’historien : « Le premier devoir de l’historien est d’établir la vérité et le second est de faire comprendre l’intrigue : l’histoire a une critique mais elle n’a pas de méthode pour comprendre. Chacun peut donc s’improviser historien, ou plutôt le pourrait, si à défaut de méthode, l’histoire ne supposait qu’on ait une culture ».

14 On trouvera une analyse très fine des paradoxes de ce type de représentation dans Champagne (P.), « La fête au village », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 17/18, 1977, p. 73-84.

15 Le journal de 13 heures de TF1 et la chaîne Demain ! à travers des thématiques très différentes ont l’occasion d’illustrer hors de France leurs thèmes habituels (la tradition pour l’un, la désertification/revivification des campagnes pour l’autre).

16 Ainsi les réactions aux réglementations européennes sont-elles souvent traitées sous l’angle des réactions négatives qu’elles engendrent notamment dans le monde rural. À propos des farines animales le commentaire souligne que « la France va se plier au droit communautaire » et que cela va coûter « 400 milliards de francs à l’État français » et laisse une large place aux réactions hostiles des agriculteurs. « L’Europe déstabilise, tout le monde y perd, l’éleveur et le consommateur » (23 février 1998). Un reportage à propos d’une directive européenne sur la protection des oiseaux migrateurs est centré sur l’hostilité des chasseurs : « c’est chasse commandée par des gens qui n’y connaissent rien du tout » dit l’un d’entre eux, « la chasse est une tradition, elle permet de se dégager du bruit de la ville, il faut défendre la chasse, les valeurs françaises et la qualité de vie à la campagne » déclare un autre (13 février 1998).

17 Cité par Déloye (Y.), Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, « Repères », 1997, p. 57-58.

18 La Nation dans tous ses États, Paris, Flammarion, 2000, p. 192.

19 Ibid, p. 191.

20 Cf. Taylor (C.), Multiculturalisme. Différence et démocratie, Paris, Aubier, 1994.

21 Rizzardo (R.), « Identités et politiques culturelles », in Saez (J.-P.) (dir.), Identités, cultures et territoires, Paris, Desclée de Brouwer, 1995, p. 125.

22 Cf. Saez (J.-P.), « Multiculturalisme et politiques culturelles », in Waresquiel (E. de) (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles, Paris, Larousse/CNRS éditions, 2001.

23 Cf. Duchesne (S.), Citoyenneté à la française, Paris, Presses de Sciences Po, 1997.

24 Il s’agit bien entendu d’« opinions » suscitées et agrégées par sondages et non sans ambiguïtés, l’environnement apparaissant comme une priorité… moins prioritaire que d’autres… Sur ces paradoxes et les diverses formes de mobilisations européennes sur ces questions, voir : Balme (R.), Chabanet (D.), Wright (V.), L’Action collective en Europe, Paris, Presses de Sciences Po, 2002.

25 Gautier (C.) et Valluy (J.), « Générations futures et intérêt général », Politix, n° 42, 1998, p. 7-36.

26 Cf. Peterson (R. A), « La fabrication de l’authenticité : la country music », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 93, juin 1992, p. 3-20.

27 « Inventer des traditions », Enquête, n° 2, 1996, p. 174.

28 Sondage IFOP réalisé pour la présidence du Sénat : « Quand les urbains rêvent de redevenir des ruraux », Le Monde, 7 mai 1999.

29 Bourdon (J.), Haute-fidélité. Pouvoir et télévision. 1934-1994, Paris, Le Seuil, 1994, p. 257.

30 Neveu (E.), « Les émissions politiques à la télévision : les années quatre-vingt ou les impasses du spectacle politique », Hermès, n° 17-18, 1995, p. 145-162.

31 Marcelle (P.), Contre la télé, Lagrasse, Verdier, 1998, p. 32.

32 Bourdieu (P.), Sur la télévision, Paris, Liber Éditions, 1996, p. 58.

33 Art. cit.

34 Art. cit.

35 Cf. Thiesse (A.-M.), La Création des identités nationales…, op. cit., spécialement p. 112 et suiv.

36 Selon le titre de l’ouvrage d’Éric Conan et Henry Rousso (Paris, Fayard, 1994).

37 Confirmé par les analyses « savantes » des mêmes sondages, cf. Leroux (P.) et Teillet (P.), « Ces sondeurs qui nous gouvernent », in La Communication du politique, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 105-148.

38 Péan (P.) et Nick (C.), TF1 un pouvoir, Paris, Le Seuil, 1997.

39 Mayer (N.), « La mobilisation anti-Front National », in Perrineau (P.) (dir.), L’Engagement politique, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994, p. 335-358.

40 Cautrès (B.) et Denni (B.), « Les attitudes des Français à l’égard de l’Union Européenne : les logiques du refus », in Bréchon (P.), Laurent (A.), Perrineau (P.), Les Cultures politiques des Français, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 336.

41 Ibid., p. 338.

42 Ibid., p. 348.

43 Télérama, 9 décembre 1998.

44 Ministère de la culture et de la communication, Les Financements culturels européens - Mode d’emploi, Paris, La Documentation Française, 1997 (2e éd.), p. 61 et 65.

45 « Les politiques de la subsidiarité : l’“Europe des régions” comme catégorie générique du territoire européen », in Balme (R.), Garraud (P.), Hoffmann-Martinot (V.) et Ritaine (E.), Le Territoire pour politiques : variations européennes, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 250-251.

46 En 1981, François Mitterrand alors candidat à la présidence de la République avait estimé que « le temps est venu d’un statut des langues et culture de France qui leur reconnaisse une existence réelle ». L’une de ses 110 propositions déclare que « la promotion des identités régionales sera encouragée, les langues et cultures minoritaires respectées et enseignées ». Le 17 mai 1984, les membres du Parti socialiste déposent une proposition de loi qui vise à la promotion des cultures de France dont l’article 13 affirmait que « l’État garantit l’usage des langues de France dans le domaine juridique, administratif et dans tous les actes de la vie publique ». Cette proposition de loi sera abandonnée dans la crise suscitée par la réforme scolaire. Par la suite les gouvernements socialistes seront conduits à limiter leurs ambitions en ce domaine tant les obstacles juridiques se feront nombreux (de la part de la Cour de cassation et du Conseil constitutionnel). Cf. Emeri (C.) et Bidégaray (C.), La Constitution en France de 1789 à nos jours, Paris, Armand Colin, 1997, p. 204-206.

47 Poirrier (P.), L’État et la culture en France au XXe siècle, Paris, Livre de Poche, 2000, p. 46. Voir également Faure (C.), Le Projet culturel de Vichy. Folklore et révolution nationale. 1940-1944, Paris ; Lyon, Éditions du CNRS/Presses Universitaires de Lyon, 1989.

48 Voir sur ce point le soutien apporté par les gouvernements du Front populaire au mouvement folkloriste français : Ory (P.), La Belle illusion, Paris, Plon, 1994, p. 499-509 ; Thiesse (A.-M.), La Création des identités nationales…, op. cit., p. 257-263. Sur les relations complexes entre ces mouvements et l’investissement de régimes totalitaires en ce domaine : ibid., p. 263-285 ; Velay vallantin (C.), « Le congrès international de Folklore de 1937 », Annales Histoire, Économie, Société, mars-avril 1999, n° 2, p. 481-506.

49 Hervieu (B.) et Viard (J.), Au bonheur des campagnes (et des provinces), La tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 1996.

50 Cf. Mény (Y.) et Surel (Y.), Par le peuple, pour le peuple. Le populisme et les démocraties, Paris, Fayard, 2000, p. 129-175.

51 Comme le poujadisme en a montré l’exemple, cf. Collovald (A.), « Les poujadistes ou l’échec en politique », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 36, n° 1, 1989, p. 113-133.

52 L’horaire du journal de la Télévision Suisse Romande (12 heures 30) ne place pas celui-ci en concurrence directe avec le journal de TF1. Cependant, les journalistes de la TSR soulignaient dans les entretiens que nous avons menés que le traitement de l’information de « proximité » était en augmentation et que l’une des demandes de la hiérarchie était de laisser une place plus grande au « chez nous ». Nous remercions le personnel de la TSR pour son accueil et sa disponibilité et pour nous avoir fourni les études d’audience de la chaîne.

53 Ce travail en cours fera l’objet d’une publication séparée. Le nombre d’entretiens est trop faible et l’échantillon trop peu représentatif pour conclure définitivement sur ce point.

54 Libération, 5 décembre 1998.

55 La Culture du pauvre, Paris, Minuit, 1970.

56 Selon Télérama, 9 décembre 1998.

57 On nous pardonnera de ne pouvoir développer ici la démonstration montrant que sur ce point la réputation de ce journal ne résiste pas en vérité à l’examen.

58 La Distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 518

59 Leroux (P.) et Teillet (P.), « La résurrection médiatique des terroirs », op. cit., p. 45-52.

60 Cf. Hobsbawn (E.), Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard, 1996 ; Anderson (B.), L’Imaginaire national, op. cit. Pour une synthèse sur ces travaux : Déloye (Y.), op. cit.

61 La Création des identités nationales…, op. cit., p. 284.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540