Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En quête d'Europe

 | 
Dominique Marchetti

Première partie. L’Europe, un cadre d’analyse pertinent ?

2. La production et la circulation des images « européennes »

L’exemple des échanges des sujets d’actualité de l’Union européenne de radio-télévision (UER)

Éric Darras et Dominique Marchetti

Texte intégral

  • 1 Elle représentait en 2000 par son poids économique (252 personnes employées, un chiffre d’affaires (...)
  • 2 De 1950 à 1992, le sigle UER (EBU, European Broadcasting Union en anglais) signifiait Union Europé (...)
  • 3 Cf. chapitre 4.
  • 4 Cette étude résulte d’un travail de recherches documentaires sur l’UER et s’appuie sur des entreti (...)
  • 5 Les guillemets visent ici à signaler que ce qu’on appelle information « internationale » ou « euro (...)
  • 6 Il n’existe pas véritablement de chiffres précis en la matière. Un document du Service Juridique e (...)
  • 7 Appelés Eurovision News Exchange en anglais et Eurovision news en français (EVN), ils intègrent de (...)
  • 8 On pourra se reporter utilement aux deux recherches suivantes : Cohen (A. A.), Levy (M. R.), Roeh (...)

1Formant une des plus importantes associations professionnelles de radiodiffuseurs nationaux1 dans le monde, l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER)2, est certainement comme Euronews l’un des meilleurs « laboratoires » pour étudier la construction de l’« Europe » des médias audiovisuels et notamment la production de l’information en Europe. Cette organisation transnationale rassemblait, en 2003, 117 télévisions dans 52 pays d’Europe, d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient – la plupart sont des chaînes de service public auxquelles s’ajoutent des télévisions privées ayant un réseau national, par exemple - TF1 en France ou Channel 4 en Grande-Bretagne – et dans 29 pays d’autres régions du monde. Si l’organisation est plus connue sous le nom de l’Eurovision en raison du célèbre Concours de la chanson3 et de son signal, qui annonçait autrefois un grand événement en direct, l’essentiel de ses activités est ailleurs. Une partie est liée à son statut de représentant des intérêts de nombreux radiodiffuseurs européens auprès de différentes institutions, tout particulièrement parce qu’elle négocie les contrats de retransmission d’événements sportifs internationaux. L’UER a également un rôle important d’assistance, de coopération juridique et surtout technique. Elle dispose par exemple d’un réseau permanent de canaux numériques et contribue régulièrement à la mise en place d’innovations technologiques dans les médias audiovisuels. Outre ces deux premières dimensions, les activités de l’Union concernent la coproduction, la retransmission de programmes de télévision et de radios, puis surtout – c’est sur ce domaine que nous avons focalisé notre travail4 – ce qui est appelé « les échanges d’actualités » qui fournissent une grande part des images de l’information dite « internationale5 » des chaînes de télévisions diffusées en Europe6. L’UER organise en effet quotidiennement une quinzaine d’échanges de séquences d’actualités (les EVN7) entre ses membres : en 2000, 30 000 sujets-images environ avaient ainsi été retransmis sur les canaux télévisés de l’organisation. En dépit de son importance, la coordination Actualités de l’UER, responsable de la collecte et de la diffusion des sujets-images d’actualité, a rarement fait l’objet de recherches et les travaux existants ne privilégient pas une approche visant à saisir les conditions de production et de circulation de l’information8.

2Avant de détailler le fonctionnement des EVN, une rapide mise en perspective historique de l’UER est apparue nécessaire pour replacer les échanges d’actualité dans l’ensemble des activités de l’organisation, mettant du même coup en évidence les contraintes politiques et nationales qui ont pesé sur la mise en place et le développement de la coopération européenne entre les chaînes de télévisions nationales de service public. Ainsi on comprend mieux pourquoi le projet fondateur de coopération audiovisuelle s’est progressivement transformé de telle sorte que l’UER s’est concentrée sur les activités les plus rentables et, d’une certaine manière, les moins conflictuelles. Ensuite, l’analyse spécifique du fonctionnement des échanges d’actualités montre comment celui-ci est moins régi par des logiques politiques comme c’était le cas autrefois que par des logiques commerciales et professionnelles. L’intensification de la concurrence économique sur le marché des images internationales avec les deux principales agences audiovisuelles privées (Reuters TV ou APTN) et la transformation de la structure des champs journalistiques nationaux, du fait du développement des chaînes commerciales, se sont en effet accompagnées d’un profond changement des conditions de production et de circulation des sujets-images dits européens.

La difficile construction de l’Europe télévisuelle

3L’histoire de la collaboration des radios puis des télévisions en Europe et dans le Bassin méditerranéen peut être analysée comme le produit des logiques des champs politique et journalistique nationaux et de leurs relations. Elle vient ainsi rappeler une forme parfois directe de dépendance aux États des médias audiovisuels nationaux. Bien qu’au sein de chaque pays l’espace journalistique ait conquis à des degrés divers depuis 1945 une relative autonomie à l’égard de l’espace politique, il n’en demeure pas moins que certains organismes de radio-diffusion, y compris dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix sont restés (et restent encore) relativement dépendants des États, dans la mesure où ils sont considérés comme un instrument étatique dans les luttes économico-politiques internationales, les gouvernements percevant l’information audiovisuelle « européenne » ou « internationale » comme un support essentiel au développement de leurs intérêts diplomatiques et commerciaux.

Les ambitions « européennes » du projet fondateur

  • 9 Il faudrait ici pour être plus précis faire une recherche sur les biographies de ces fondateurs de (...)

4Au moment de la création de l’UER en 1950, les idéaux des fondateurs9 s’inscrivent dans un phénomène d’engouement de certaines élites européennes pour l’avènement des États-Unis d’Europe. Au même titre que d’autres institutions naissantes, l’organisation est souvent présentée comme un instrument au service de la construction européenne. Complément de l’Union économique, voire politique pour quelques-uns, la télévision européenne quasi exclusivement de service public devait favoriser la paix, la prospérité et l’éducation des « citoyens » européens.

  • 10 Degenhardt (W.), Erdmann (D.), Reichold (C.) et Strautz (E.), Diffusion, numéro spécial, 1997, p. (...)
  • 11 Ibid., p. 54.

Les objectifs des fondateurs apparaissent clairement dans les justifications avancées par Marcel Bezençon, directeur général de la Société suisse de radiodiffusion (SSR) : « Qui sait si l’on ne reprochera pas encore à l’UER d’utiliser un réseau de miraculeuse portée pour des choses sans portée. L’Eurovision ne doit pas être un jouet seulement, mais un outil aussi. Un outil pour construire quoi ? L’Europe, par exemple. On l’a entendu dire. Déjà, l’Eurovision s’y est appliquée quelquefois10 ». La thématique de la toute-puissance politique de la radio et de la télévision, dans l’immédiat après-guerre compte invariablement parmi les ressorts de justification du projet de l’UER. Ainsi, le même Marcel Bezençon estime que, grâce à l’Eurovision, le téléspectateur « voit de ses propres yeux une réalisation de cette union européenne dont on parle tant ; elle a prise sur sa conscience mieux qu’un beau et lointain discours11 ». Il l’explique à l’aide d’une formulation qui associe symboliquement l’Eurovision à l’ancien Occident chrétien : « Est-ce à dire que l’Eurovision n’a pas d’autres préoccupations spirituelles et culturelles, qu’elle se contenterait donc d’éclairer l’esprit par quelque incidence seulement d’un de ses rayons lumineux ? Non. Le petit écran [notamment, via l’Eurovision] se mue souvent en un autel, une église, une cathédrale, en un lieu de communion spirituelle ; Pâques et Noël, entre autres, y deviennent européens ; et tandis que chantent les chœurs, le cameraman illumine les symboles chrétiens sculptés dans la pierre des voussures. L’Eurovision est présente au grand festival de musique, elle inscrit dans son cadrage les scènes d’opéra, il lui arrive de promener ses millions de téléspectateurs dans les ruines de villes anciennes, elle suit du regard les images d’Épinal des rois qui se marient ou que l’on couronne ; elles tentent d’être partout où l’homme, en se sublimant, fait un spectacle de ses desseins généreux ».

5Les initiateurs du projet d’une Communauté européenne de la télévision partagent en effet plus largement un véritable enthousiasme pour l’Europe. Carel Enkelaar, ancien rédacteur en chef aux informations de la chaîne néerlandaise NTS et premier coordinateur des échanges d’actualités de l’UER, en témoigne rétrospectivement :

  • 12 Ibid., p. 34.

« Nous en avions déjà parlé à l’époque et nous avions conclu entre rédacteurs que, déjà en ce temps-là, en 1958, il aurait dû y avoir une agence d’information de l’Eurovision. À Bruxelles […] Nous formions un cercle d’amis et nous voulions nous enthousiasmer : “Ça marche !” Nous avions réfléchi et nous faisions simplement à Bruxelles ce qui s’appelle aujourd’hui Euronews. Mais les chefs ne voyaient pas cela d’un bon œil, peut-être était-ce trop cher. Il y avait aussi beaucoup de chauvinisme. Et si nous faisions ça, qui sera responsable ? Faut-il que ce soit encore un Suisse, un Allemand ou un Français ? Tout cela était très compliqué. Mais techniquement, c’était déjà possible à l’époque12 ».

  • 13 Ibid., p. 46.

6En 1962, Edouard Haas, le directeur des programmes suisses, formule effectivement le projet explicite d’un programme télévisé commun pour toute l’Europe13. Pourtant, jamais le grand projet de réalisation d’un programme propre pour les Européens ne sera réalisé sur une durée importante avant les lancements à l’initiative de l’UER des deux chaînes paneuropéennes Eurosport et d’Euronews à la fin des années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix.

Les obstacles au développement d’une coopération audiovisuelle

  • 14 Dans la mesure où les ondes hertziennes ne s’arrêtent pas naturellement aux frontières, il apparaî (...)
  • 15 Prot (R.), Dictionnaire de la radio, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble-INA, 1997, p. 59 (...)

7Mais ce projet fondateur visant une réelle coopération entre les médias audiovisuels en Europe s’est rapidement heurté à plusieurs obstacles qui recoupent en grande partie ceux qui ont jalonné l’histoire d’Euronews. L’un des premiers tient au caractère hautement stratégique que revêt la maîtrise des moyens techniques de communication aussi puissants que ceux de l’UER. Le principe même d’une diffusion européenne transgresse cette prérogative essentielle sur les moyens de communications dits « de masse » que se réservent les autorités politiques nationales. Dès l’avènement des médias audiovisuels, les États-nations ont prétendu au monopole de l’attribution des fréquences hertziennes couvrant leur territoire, l’espace audiovisuel devant se superposer à l’espace politique national14. Le poids de ces logiques politiques dans la coopération internationale des organismes de radiodiffusion ne date bien évidemment pas de la création de l’UER en 1950. Fondée en 1925 pour « résoudre les problèmes techniques et politiques internationaux posés par la radiodiffusion15 », l’organisation qui l’a précédée, c’est-à-dire l’Union Internationale de Radiodiffusion (UIR), a été la première à révéler les difficultés d’une telle entreprise et elle fut discréditée par sa collaboration avec le pouvoir nazi. En juin 1946, l’Organisation internationale de radiodiffusion (OIR), qui lui succède, est également directement sous l’emprise politique de l’Union soviétique. C’est pour cette raison que l’UER est mise en place le 12 février 1950 par 23 pays d’Europe mais aussi la Turquie, la Syrie, Israël, la Jordanie, l’Égypte, la Libye, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc. L’existence de deux organisations distinctes (l’OIR installée à Prague, devenue l’OIRT en 1960 et l’UER installée à Genève) est la traduction directe des oppositions géopolitiques entre les deux blocs.

8Le découpage de l’Europe audiovisuelle apparaît donc, dès la création de l’UER, très différent de celui de l’Europe « géographique » puisque la nouvelle organisation couvre l’ouest du continent européen (à l’exception de l’Allemagne de l’Ouest qui a été considérée comme « indésirable » à l’UER jusqu’à la fin des années cinquante), mais aussi le Bassin méditerranéen. L’intégration d’une partie du Moyen-Orient et du Maghreb préserve les intérêts britanniques et français. Plus tard, le 1er janvier 1993, les changements politiques en Europe de l’Est permettront aux pays membres de l’OIRT de rejoindre l’UER.

  • 16 Degenhardt (W.), Erdmann (D.), Reichold (C.) et Strautz (E.), « Le temps des pionniers. L’UER et l (...)
  • 17 Par exemple, les cas de l’ORTF, très contrôlé par le pouvoir d’État, et encore plus de la RTVE sou (...)

9Outre ces oppositions géopolitiques, la création et le développement de l’UER cristallisent, comme dans d’autres domaines (banque centrale, monnaie, parlement, etc.), des enjeux politiques entre les États, et tout particulièrement dans les années cinquante entre les dirigeants politiques français et britanniques. Les responsables de la BBC ont ainsi joué un rôle moteur dans la construction d’une union européenne des radios, puis des télévisions en raison de l’importance de leurs financements, de leur avance technologique mais aussi d’une compétence et d’une motivation qu’ils étaient sans doute les seuls en mesure de mobiliser16. Pour éviter des paralysies nées des confrontations politiques, certains dirigeants des sociétés de radiodiffusion ont, au fil du temps, cherché à conquérir une autonomie à l’égard des États (l’organisation est définie comme « non commerciale » et « non gouvernementale »), qui avaient (et ont encore) des conceptions différentes des médias de service public17.

10Un second obstacle, fortement lié au premier, à l’instauration d’une réelle coopération entre les chaînes de télévisions membres de l’UER tient aux différences existantes entre les propriétés des champs médiatiques nationaux. L’organisation géographique, économique et politique du marché audiovisuel national varie ainsi fortement d’un pays à l’autre. En 1952, seuls la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, puis les Pays-Bas et le Danemark disposent d’une maîtrise technologique permettant de diffuser des programmes de télévision nationaux. La télévision s’invente alors avec des normes propres et selon une organisation administrative et politique spécifique elle-même liée à l’histoire politique et sociale du pays.

En Allemagne, les pays vainqueurs ayant imposé une interdiction générale d’émettre pour toutes les sociétés audiovisuelles installées sur le territoire, c’est le modèle de la constitution fédérale de l’État qui s’est imposé avec une télévision progressivement réunie à l’échelle nationale (ARD) mais dont les fondations et les productions restent régionales. En Angleterre, le modèle d’une structuration très régionale de l’organisme privé de radio-télévision (ITV) s’impose rapidement à partir de 1955, au contraire de la France où les organismes audiovisuels doivent diffuser depuis Paris vers les autres régions. La télévision « nationale » assimilée à une télévision produite par des Parisiens s’est imposée contre d’autres conceptions possibles de la radiodiffusion, qui se développeront plus tard (avec la création des chaînes régionales et locales de FR3, puis France 3 ainsi que des « locales » de Radio France). Qu’il s’agisse des intérêts d’un pouvoir soucieux d’instaurer une télévision régionale capable de faire contrepoids à la presse quotidienne régionale jugée hostile ou encore, plus récemment, d’intérêts plus étroitement économiques de sociétés qui croient en l’existence d’un marché de la télévision locale. La Suisse est une autre illustration révélatrice dans la mesure où le modèle commercial du financement par la publicité et celui d’un financement par l’État fédéral sont écartés. Le financement (au moins à ses débuts) est ici assuré par un prélèvement sur les recettes d’éditions. Aux Pays-Bas, la configuration est encore différente puisqu’elle repose sur la volonté de donner la possibilité de s’exprimer publiquement à tous les groupes et institutions sociales d’une importance suffisante. Aussi, depuis les années 1920 pour la radio, la NTS, la radio-télévision néerlandaise, est une organisation qui s’attache prioritairement à gérer la répartition des temps d’antenne. Elle fut d’ailleurs fondée par quatre grands organismes de radiodiffusion d’obédience laïque, catholique, évangélique et socialiste. Le temps d’antenne de ces différents organismes était fonction du nombre d’abonnés à la revue de l’association. Enfin, dans les pays du sud de l’Europe, faute de moyens économiques, la zone de diffusion des chaînes dépasse difficilement les alentours des grandes villes jusqu’à la fin des années 1960. En l’absence d’une télévision qui soit au moins « nationale », la participation à l’Eurovision demeure relativement marginale. Dernière illustration : la Yougoslavie, affiliée à l’UER dès 1958 (et non à l’OIR puis l’OIRT, la Finlande restant le seul pays affilié à l’Est comme à l’Ouest), crée plusieurs studios émetteurs régionaux pour une représentation équitable de ses quatre ethnies.

  • 18 Sauf mentions contraires, les extraits d’entretiens avec le personnel de l’UER qui sont cités ont (...)

11Les différences entre les champs médiatiques nationaux se manifestent aussi dans les contenus mêmes, c’est-à-dire ici à travers ce qui est appelé information « internationale » ou « européenne ». Comme le montre l’ana lyse des échanges des sujets-images d’actualité, les intérêts portés à ce type d’actualité varient fortement selon les territoires : « C’est sûr que pour satisfaire les besoins des gens en Libye, des gens en Norvège et à Moscou, enfin en Russie, c’est très différent… », note un news producer de l’UER18. L’information internationale renvoie aussi souvent à des intérêts géopolitiques anciens ou à des conceptions différentes de l’information d’un pays ou d’une chaîne à l’autre.

« Franchement, je peux vous dire à la lecture d’une offre si ça va intéresser, pas intéresser, qui va être intéressé par cette offre. D’abord, c’est géographique, si ça se passe en Hollande, c’est sûr que les Belges vont être intéressés, c’est sûr que les Allemands vont être intéressés […]. Ça c’est la première évidence. Et puis je sais que […] la BBC n’utilise jamais des sujets un peu légers, que l’Espagne les utilise beaucoup […] Ils sont très institutionnels les Nordiques, les Scandinaves et puis ils s’intéressent beaucoup à ce qu’il se passe chez eux […]. Alors évidemment, Clinton qui voyage machin, c’est important ou l’affaire Lewinski, c’est important » (entretien, news editor).

12C’est ce qui explique qu’au-delà des échanges « généralistes », des échanges par zones géographiques ont été créés : entre les pays du Bassin méditerranéen, entre les pays de l’Europe de l’est et entre les pays nordiques.

« On a créé l’ERNE, qui est un échange des pays de l’Est […]. Mais finalement, eux, ils ont aussi tout un tas […] d’intérêts pour des sujets qui n’intéressaient pas le news editor mais qui, pour eux, étaient capitaux. Et puis ils étaient plus soucieux, ils couvraient plus ce genre de choses même si c’est le ministre lituanien qui va en Slovaquie, la Tchéquie peut-être le montrait aussi, et puis la Hongrie […]. Chaque jour, il existe un échange nordique […] qui est très populaire, ils ont des intérêts communs je veux dire, c’est en général les glaciers, les baleines, les trucs, c’est sûr que c’est des choses qui les intéressent et qui n’intéressent quasiment pas les autres » (entretien, news producer).

13Les échanges ont donc été en partie segmentés au fil des années afin de satisfaire les intérêts des membres. Il ne s’agissait pas, comme dans le cas d’Euronews, de trouver un « point de vue européen » sur l’actualité ou de sélectionner une « actualité européenne ». Une news producer l’explique clairement : « On n’est pas là pour glorifier l’image de l’Europe. Et d’ailleurs nous, on est European Broadcasting Union mais il y a très peu d’Européens chez nous […] puisque notre Europe à nous va de Tripoli à Reykjavik, à Moscou […] au plus bas, c’est Tripoli, le plus à l’est, c’est Moscou et le plus au nord ce serait Reykjavik probablement et les Suédois, les Finlandais ».

  • 19 Sur ce sujet, on renvoie à différentes contributions, notamment aux chapitres 1, 3 et 6.

14Par-delà ces différences entre les espaces médiatiques nationaux, bien d’autres obstacles pourraient être évoqués pour saisir les difficultés à créer une véritable coopération entre les télévisions européennes et faire aboutir un projet de « chaîne européenne », qu’il s’agisse des définitions différentes de ce qui est appelé l’« information », des oppositions politiques entre États mais aussi des contraintes « culturelles » : diversité des langues européennes, variété des manières de faire de la télévision, difficulté à cerner les « sujets européens », à concilier les légslations, etc.19.

Les redéfinitions des priorités de l’UER

15Cette série de contraintes politiques et nationales permet de mieux saisir les redéfinitions successives des priorités de l’UER. L’organisation fait l’objet dès ses débuts d’enjeux sur les standards techniques, particulièrement le nombre de lignes sur l’écran, qui opposent alors les industries française, allemande et britannique, ce qui rend difficile la conversion pour les échanges, y compris à l’échelle européenne. Mais une relative harmonisation des standards s’est progressivement réalisée, les professionnels acquérant, à partir des années soixante, un savoir-faire technique dans les transmissions de haut niveau qui continue d’ailleurs à faire le succès commercial de l’institution appelée, pour des opérations extérieures (tout particulièrement sur les grands conflits), à assister les équipes de journalistes dans le monde entier.

  • 20 La retransmission en direct du couronnement d’Elisabeth II fut l’acte de naissance concret de l’UE (...)

16Ensuite, l’activité initiale de l’UER portant sur les contenus va se redéfinir. Dans une première phase, il s’agit essentiellement de retransmettre en direct des événements jugés suffisamment fédérateurs. Le couronnement d’Elisabeth II est censé être le point de départ d’une prise de conscience de l’impact de la constitution d’un réseau transfrontières, particulièrement chez certains dirigeants politiques en Europe20. Mais il faut alors trouver une fonction et des contenus pour ce nouvel outil. La lecture des débats de la Commission de préparation des programmes de l’Eurovision en 1953-1954 donne à voir les difficultés à trouver des thèmes susceptibles d’intéresser les ressortissants des huit pays européens reliés par le réseau de l’UER à cette époque. Si les « grands événements européens » sont un des socles de l’organisation (les couronnements, les mariages princiers et les obsèques de grands dirigeants politiques, etc.), la mise en place des programmes culturels se heurte, elle, à de nombreuses difficultés.

Les membres de la Commission des programmes s’accordent à l’époque assez facilement sur les œuvres théâtrales, musicales, culturelles qui méritent une diffusion en Eurovision parce qu’ils partagent probablement par-delà les spécificités nationales un idéal d’un service public au service des échanges culturels. Ils partagent aussi probablement une même culture qui intègre les auteurs incontournables du répertoire. La réalisation de ces programmes ne va pas sans poser des difficultés avec les fractions des milieux artistiques concernés, les responsables de l’UER se plaignant de l’incapacité à maîtriser les délais et les budgets. Tout au long des années cinquante, les revendications des artistes nationaux réclamant une augmentation de leurs revenus proportionnée à l’accroissement de l’audience par la retransmission à l’échelle européenne freinent, voire empêchent la diffusion en Eurovision.

  • 21 La coproduction télévisuelle de programmes de divertissement populaires (jeux, fictions et notamme (...)
  • 22 Par exemple, Jean d’Arcy, responsable du programme français, explique rétrospectivement que dans l (...)
  • 23 Ibid., p. 29.

17Dans un second temps, les dirigeants de l’Eurovision se tournent vers la création des programmes plus « populaires », qui connaîtront des succès d’audience avec la diffusion croissante de la télévision : le Grand Prix Eurovision de la chanson en 1956 et, neuf ans plus tard, les Jeux sans frontières. Longtemps, l’Union n’a pas voulu se contenter des simples échanges de programmes initialement prévus pour un marché national quelconque mais a souhaité promouvoir des programmes fait par et pour l’Europe21, c’est-à-dire d’emblée pour un « public européen22 ». Comme le note justement le magazine Diffusion, « les organismes de télévision européens avaient créé un instrument avec lequel ils pouvaient parler à l’Europe et, à présent, ils ne savaient que lui dire23 ». Mais c’est surtout dans le domaine sportif que le réseau de l’Eurovision développe ses réalisations, qu’il s’agisse de la coupe du monde de football en Suisse en 1954 ou des Jeux olympiques d’hiver de Cortina d’Ampezzo, qui ont lieu deux ans plus tard. En 1959, les émissions sportives représentent déjà plus de 70 % des programmes de l’Eurovision. Autrement dit, cette genèse de l’UER permet non seulement de comprendre comment, sous l’effet des transformations des chaînes de service public, l’UER a glissé d’une programmation originelle incarnant la culture légitime à des programmes plus populaires et surtout à l’échange de sujets d’actualités et de sport, qui sont à la fois des activités rentables et peu conflictuelles.

L’UER, une banque d’images entre les télévisions « européennes »

18L’exemple du développement des échanges d’actualité appelés Eurovision news en français (EVN), qui ont constitué d’emblée une des principales activités de l’UER, illustre précisément la manière dont le projet fondateur s’est progressivement redéfini quand ce système de coopération entre des chaînes de service public a dû affronter la concurrence des chaînes commerciales et l’internationalisation croissante du marché des images « internationales ». C’est à partir de 1958 que les télévisions de service public belge, anglaise, française et néerlandaise – les Allemands de l’ARD s’étant désistés avec d’autres en raison du coût jugé exorbitant – entament une phase expérimentale du réseau de télécommunications de l’Eurovision, la diffusion de sujets d’actualité produits dans un pays d’Europe à destination d’un ou plusieurs autres pays étant alors une occasion de faire fonctionner plus systématiquement ce nouvel outil. L’échange quotidien entre les chaînes (EVN-1) débute véritablement en 1961 grâce à l’installation du circuit de la conférence entre les pays intéressés indispensable à la tenue des réunions de coordination entre le siège et les différents représentants des chaînes membres. Les échanges se développent avec la mise sur pied d’une conférence du matin en 1966, d’une seconde transmission (EVN-2) en 1968. En 1974, il existe trois échanges quotidiens à 12 h 00, 17 h 00 et 18 h 45 pour 22 pays d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et ils n’ont cessé d’augmenter depuis. À titre indicatif, les échanges avaient, au moment de notre enquête en 2000, une durée maximale comprise entre 15 et 45 minutes et étaient composés de sujets courts (deux minutes en moyenne selon la plupart de nos interlocuteurs).

L’organisation des EVN

  • 24 L’ABU (Asia Pacific Broadcasting Union), la NABA (North American Broadcasters’ Association), l’URT (...)

19Les principes régissant le fonctionnement des échanges présentent deux séries de caractéristiques. La première tient à leur économie même. En effet, cette banque d’images est, depuis le début, basée sur la « réciprocité » et la « solidarité » pour reprendre les expressions de l’organisation elle-même, c’est-à-dire que les échanges s’effectuent sans but lucratif : les membres offrent des sujets-images en « son international » – c’est-à-dire normalement sans commentaires – sur les événements qui se sont déroulés sur leur territoire national, voire même parfois en dehors ; à l’inverse, ils ont le droit d’utiliser les contributions des autres membres. De même, les coûts de transmission sont partagés. Outre ces principes d’échange, une seconde caractéristique de cette bourse d’échange est sa dimension internationale et non pas seulement européenne. Les sujets portent sur les pays membres, qui ne sont pas comme on l’a vu exclusivement européens, et couvrent aussi d’autres parties du monde, notamment l’Amérique du Nord et l’Asie grâce aux bureaux à l’étranger et aux Unions sœurs24.

  • 25 Nous n’avons pas pu nous procurer des chiffres précis permettant de savoir les contributions pays (...)
  • 26 Ce constat est ancien, Karl Deutsch (« The Propensity to International Transactions », Political S (...)
  • 27 Voir l’étude de François Heinderycks portant sur une analyse de contenu les éditions du soir de jo (...)

20La troisième propriété spécifique de ce fonctionnement tient au fait qu’il s’agit d’une sorte de coopérative au sens où elle ne produit pas directement ses sujets et que les producteurs sont par là même aussi des « clients ». Cependant les membres de l’UER sont des « clients » particuliers dans la mesure où, d’une part, ils n’ont pas le même poids les uns par rapport aux autres et, d’autre part, leurs usages des échanges sont très différenciés. En effet, le budget global de l’UER est alimenté pour une grande part par la cotisation de ses membres. Même si la multiplication des membres a probablement contribué à répartir les charges financières, les cotisations des membres pour l’achat des droits, les coûts de production et l’utilisation des circuits sont très inégaux puisqu’elles correspondent à une quote-part calculée en fonction du nombre de foyers qui les regardent25. C’est pourquoi les chaînes des « grands pays » (l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne notamment) sont bien représentées au sein des instances de direction et exercent une influence sur les décisions. Et tout laisse à penser que le poids politique des différents membres tend en grande partie à se mesurer à leurs contributions financières. Mieux dotées financièrement que leurs équivalents des « petits pays », les chaînes des « grands pays » sont les principaux producteurs de sujets pour les EVN : leur classement en 1999 faisait apparaître aux deux premières positions les agences privées (Reuters et APTN), puis la RAI, la chaîne associée américaine CBS, quelques pays de moindre importance politique dans lesquels s’étaient déroulés des événements importants cette année-là (la Turquie ou l’Autriche par exemple), et ensuite les grandes chaînes publiques allemandes (ARD/ZDF), espagnole (TVE), anglaise (BBC). Inversement, les pays de petite taille sous le rapport de la population et de la superficie contribuent faiblement aux échanges, sauf événement (s) très important (s), et font davantage de requêtes que d’offres. Dès la création et le développement de cette bourse d’échanges, les « petits pays » (Suisse, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, etc. et récemment les pays autrefois affiliés à l’OIRT) traditionnellement plus tournés vers l’extérieur26 ont été les principaux bénéficiaires des EVN. Mais pour être plus précis, il faudrait pouvoir comparer la part accordée à l’actualité internationale dans les chaînes nationales. Une étude statistique réalisée au début des années quatre-vingt-dix27 montre que les journaux du soir des principales chaînes des « petits » pays (Pays-Bas, Belgique, etc.) mais également des grandes chaînes allemande et anglaise accordent un temps d’antenne plus important à l’information internationale que la France, l’Italie ou l’Espagne.

« Les petits pays sont plus tournés vers ce qu’il se passe vers un truc international, on sent qu’ils ont une diaspora de leurs athlètes, donc toujours à la recherche… Je trouve que l’Allemagne est aussi très tournée vers l’étranger, elle est très en recherche d’exotisme souvent, le surf en Indonésie que j’ai là, je le prendrai rien que pour les Allemands, ça va leur faire plaisir » (entretien, sport news producer).

  • 28 Entretien, news producer.

21Une seconde série de propriétés de la banque d’échanges de l’UER renvoie à la division des tâches entre les personnels en charge de la gestion quotidienne des échanges. Si on met à part les services techniques et les deux chefs de service (deputy head of news), la plupart d’entre eux ont le titre de news producers. Leur rôle consiste à collecter des données écrites sur les différents sujets-images diffusés qui sont consultables par les abonnés sur une base Internet, à coordonner, à superviser pratiquement les échanges et à actualiser certaines informations, voire à prévoir le planning des futurs échanges. Par exemple, les news producers annoncent le thème des sujets lors de la diffusion des échanges, livrent des informations sur la disponibilité des images sur tel événement. Ils peuvent aussi au besoin, à la suite d’un « direct », monté un court sujet résumé pour le diffuser aux membres. Situés en position basse dans la hiérarchie des postes de la coordination, les news producers sont souvent perçus (et se perçoivent quelquefois) comme les « petites mains » qui travaillent dans « l’ombre »28.

  • 29 Il faudrait bien évidemment faire passer un questionnaire ou réaliser des entretiens sur ce sujet (...)
  • 30 Ces éléments rejoignent l’enquête d’une équipe de chercheurs américains et israéliens (Cohen [A. A (...)

Les news producers ont des trajectoires scolaires et professionnelles très différentes les uns des autres non seulement parce qu’il est toujours difficile de comparer les systèmes nationaux de formations ou les carrières professionnelles mais aussi parce les contenus de leurs cursus sont très disparates29. Peu ont suivi des études de journalisme et même ont exercé des fonctions de journalistes dans une rédaction30. Une partie a travaillé préalablement comme correspondant EVN dans l’une des chaînes membres de l’Union ou de chaînes appartenant à la défunte OIRT : « On est donc une union, donc tous les membres ont le droit à la parole au niveau des décisions et ils peuvent d’ailleurs dire : nous, on voudrait que tous les gens qui sont recrutés ici proviennent de nos membres », explique une news producer. En revanche, au moment de notre enquête, les deux dernières recrues, plus jeunes, occupaient précédemment un poste de journaliste rédacteur dans des chaînes d’information en continu, l’une venant de BBC et l’autre d’Euronews, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas été, semble-t-il, embauchées selon la procédure habituelle qui veut donc que les membres choisissent parmi leurs personnels.

22En effet, les postes les plus prestigieux sont occupés par les news editors, qui gèrent la coordination des échanges sur le « circuit » (News Coordination Circuit dans le jargon de l’UER), un « quatre fils », appareil constitué d’un micro, d’un boîtier avec quelques boutons qui permet l’émission et la réception du son entre les différents intervenants. Ils sont en grande partie responsables à la fois de l’organisation et du contenu des échanges. Ce sont les news editor qui sollicitent les membres pour disposer des images sur les événements du jour même s’ils n’ont pas de réel pouvoir hiérarchique sur les journalistes-correspondants des différentes chaînes membres. Un des aspects majeurs du poste est la coordination des conférences qui sont réalisées via le circuit. Au-delà des conférences prévues à des heures fixes, ce système permet un dia logue interne permanent essentiellement entre les membres, les agences audiovisuelles, les trois bureaux de l’UER, qui alimentent les échanges, et la « rédaction » de Genève.

Le news editor organise avec les news producers une « outlook conference » vers 9 h 15 pour faire le point des sujets importants de la journée au cours de laquelle il étudie notamment les offres faites par les deux principales agences audiovisuelles privées, Reuters Television et APTN. Lors de la première conférence (« editorial conference ») de 11 h 00, la plus importante, le news editor est en contact avec les agences, les bureaux à l’étranger et les différents membres, qui ont chacun au moins un correspondant EVN (dans le jargon de l’institution, ils sont appelés « les services »). À l’occasion des conférences, le news editor fait le point sur sa sélection de sujets jugés importants et demande aux membres, aux bureaux de formuler leurs offres (en proposant des images d’actualités portant généralement sur leurs territoires respectifs) et leurs requêtes (en demandant des images sur tel ou tel événement). Les membres réagissent aux offres des autres membres et elles sont retenues suivant l’intérêt exprimé via le circuit. C’est à l’issue de cette conférence que le contenu de l’un des échanges les plus importants de la journée diffusé à midi – il sert aux journaux de la mi-journée des télévisions abonnées – est décidé. Une autre conférence a lieu dans le milieu de l’après-midi qui permet de déterminer les échanges de la fin de l’après-midi et de la soirée, notamment un autre échange primordial prévu à 17 h 00 en prévision des journaux télévisés du soir.

Les transformations des champs journalistiques nationaux et des agences internationales

  • 31 Conseil supérieur DE LAudiovisuel, La Télévision publique en Europe. Allemagne, Espagne, France, (...)
  • 32 Pour des développements sur ce sujet, voir Baisnée (O.) et Marchetti (D.), « L’économie de l’infor (...)
  • 33 Il existe à notre connaissance seulement deux ouvrages en français entièrement consacrés aux média (...)
  • 34 Le Monde, 22 mars 1990.
  • 35 Sur ce sujet, on pourra se reporter à deux articles : Chalaby (J.), « Transnational Television in (...)

23Le marché international des images de télévision, qui concernait quasi-exclusivement des chaînes de service public environ jusqu’aux années 1970, a été longtemps dominé, au moins dans la zone de diffusion de l’UER, par ce système de coopération sans but commercial. Mais cette position dominante des EVN et, du même coup, des logiques de la télévision de service public31 ont, tout d’abord, été remises en cause par les transformations des espaces médiatiques nationaux. Si elles ont pris des formes variables selon les pays, elle présente une série de traits communs. Le plus évident et le plus important a été la multiplication des chaînes commerciales, qu’elles soient diffusées par voie hertzienne ou bien par le câble et le satellite, et l’imposition de plus en plus forte des contraintes commerciales. Ce sont probablement les nouvelles télévisions d’information en continu qui ont eu le plus d’effets sur la production de l’information internationale32 et donc sur les échanges d’actualités de l’UER. La médiatisation « en direct » de la guerre du Golfe, notamment la place prise par CNN (de très nombreuses télévisions nationales généralistes reprenaient souvent des images de la chaîne américaine), a fortement contribué à la consécration de ce nouveau modèle professionnel et économique33. En effet, le développement des chaînes tout info a introduit une concurrence économique (les chaînes tout info de la BBC contre Sky News en Angleterre, i > télévision face à LCI en France, etc.) entre quelques grands groupes de communication. Depuis la seconde moitié des années quatre-vingt, les chaînes de service public tendent à occuper désormais des positions dominées dans le domaine de l’information et plus encore du sport dans leurs espaces médiatiques nationaux respectifs même si elles ont réagi à la concurrence des chaînes commerciales. La création de deux chaînes paneuropéennes Eurosport International (1989) et Euronews (1993) initiée par l’UER s’explique aussi et surtout par ces raisons économiques. Pour rentabiliser ses investissements, l’Union souhaitait trouver des débouchés plus larges à ses échanges d’images d’actualité, qui ne sont pas toutes utilisées, loin s’en faut, par les chaînes partenaires. Gérard Decq, l’un des Français alors responsable du projet à FR3, expliquait ainsi en 1990 : « Aujourd’hui la visite de Gorbatchev en RFA ou celle d’Arafat à Genève est filmée mais non diffusée en direct par les télévisions européennes. Leurs images sont d’abord retransmises sur… CNN34 ! ». Cependant, ces concurrences n’obéissent pas uniquement à des principes économiques mais aussi parfois à des principes politiques comme le montre l’exemple d’Euronews créé pour lutter contre à la domination américaine dans le domaine de l’information. Les préoccupations de l’UER rejoignaient alors aussi les projets politiques des institutions européennes de créer des chaînes paneuropéennes ou transnationales35.

24Le second trait dominant des transformations des champs médiatiques nationaux, qui est directement lié au développement des chaînes d’information en continu et, plus largement, au poids croissant des logiques économiques dans la production de l’information audiovisuelle, a été la réduction des coûts affectés aux services « International » ou « Étranger » des télévisions. Parce que celles-ci n’ont pas en effet les moyens d’avoir des journalistes pour couvrir l’ensemble du globe, elles recourent plus fortement, depuis les années 1980, aux grandes entreprises productrices d’images autour desquelles se structure ce marché des images dans la zone de diffusion de l’UER : deux agences audiovisuelles mondiales (Reuters Television et APTN) et les EVN. Bien qu’il existe des différences, de moyens financiers notamment, entre les chaînes, une grande partie des images « internationales » diffusées dans les journaux télévisés des chaînes nationales et internationales ne sont pas produites par ces chaînes mais sont achetées à ces grossistes. Peu de chaînes occidentales, à l’exception notamment des télévisions américaines Fox et CNN ou de la chaîne publique anglaise BBC, ont suffisamment de ressources pour produire elles-mêmes, régulièrement, des informations internationales. Outre la réduction des coûts, c’est la visibilité même de l’information internationale dans les chaînes généralistes, c’est-à-dire auprès du grand public, qui a diminué fortement pour des raisons économiques.

  • 36 En France, l’exemple du Monde – son titre est explicite – est assez révélateur comme l’indique par (...)
  • 37 Tous les témoignages et les données existantes aux États-Unis convergent : cf. deux articles de S.(...)

La part de l’actualité internationale dans les journaux des chaînes généralistes (mais aussi dans la presse écrite36) semble avoir globalement baissé dans de nombreux grands pays d’Europe ou aux États-Unis même si les variations nationales peuvent être très importantes. Du même coup, hormis lors des grands événements, les chaînes nationales généralistes traitent de moins en moins ce type d’informations parce qu’il n’intéresse, selon les audiences, qu’un public restreint37. Les images des EVN sont beaucoup plus utilisées par les nouvelles chaînes d’information en continu, tout particulièrement bien évidemment celles qui ont une diffusion internationale comme CNN International, la BBC ou Euronews.

  • 38 Il existe très peu de travaux sur les productions audiovisuelles des agences d’information interna (...)
  • 39 Schudson (M.), Discovering the News. A Social History of American Newspapers, New York, Basic Book (...)
  • 40 White (P.), Le Village CNN. La crise des agences de presse, Montréal, Presses de l’Université de M (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 Baudelot (P.), op. cit., p. 48-49.
  • 43 Le Monde, 30 septembre 1993.
  • 44 Paterson (C.), « Global Battlefields », in Boyd-Barrett (O.) et Rantanen (T.) (éds), The Globaliza (...)

25Les transformations de la production des informations dites inter nationales dans les journaux télévisés en Europe et aux États-Unis essentiellement renvoient non seulement aux changements des espaces médiatiques nationaux mais doivent être aussi et surtout pensées à l’échelle internationale en analysant le développement des agences audiovisuelles privées. Avec la multiplication des nouvelles chaînes de télévision surtout depuis les années quatre-vingt, des agences de presse écrite ont investi dans la production des images38. Selon le modèle de leurs prédécesseurs, comme Associated Press en 184839, nées de l’union de journaux, les premières agences audiovisuelles internationales s’étaient développées essentiellement sur la base d’alliances entre télévisions40. C’était le cas de Visnews dont la BBC et NBC étaient actionnaires ou de WTN (Worldwide Television News)41, possédée par le network américain ABC et directement liée à des chaînes comme ITN en Grande-Bretagne ou Nine Network en Australie. Elles offraient à leurs abonnés non seulement des images brutes mais aussi parfois diverses prestations : location de moyens de transmission ou fourniture d’équipes de tournage par exemple42. Mais comme le résumait un rédacteur en chef de Reuters Television43, « les grandes alliances sont du passé ». Du fait notamment de l’importance des investissements nécessaires, ce marché est devenu de facto oligopolistique44 et dominé par deux agences traditionnelles Reuters Television et APTN (Associated Press Television News), lancée en 1994 par AP.

  • 45 Les chiffres sont empruntés, pour la période 1964-1994, à l’ouvrage sur les EVN de Cohen (A. A.) e (...)
  • 46 . Paterson (C.), « Global News Service », in Sreberny-mohammadi (A.), Winseck (D.), MC Kenna (J.) e (...)
  • 47 Cohen (A. A.) et al., Global Newsrooms…, op. cit., « Avant-propos », p. 6.
  • 48 Cf. Marchetti (D.), « L’internationale des images », art. cit.

26L’UER a dû d’ailleurs elle-même prendre en compte l’intensification de la concurrence sur le marché des images internationales en intégrant de manière importante les images d’agences dans ces échanges d’actualité. Certes, ces liens avec les agences sont historiques puisque, dès 1959, l’UER a décidé d’associer des agences de presse non liées à des intérêts gouvernementaux à sa banque d’images, motivant sa décision par la nécessité de parvenir à une information suffisamment « objective ». Mais si les sujets d’agences représentaient 10 % du total des échanges en 1964, cette proportion s’est stabilisée autour de 50 % dans les années 1970-1980 et autour de 40-50 % dans la première moitié des années 1990 (50,3 % en 1974, 45,7 % en 1984 et 48,3 % en 1994). Elle a diminué depuis, puisqu’elle s’élevait en 2000 à 35 % contre 49 % pour les membres et 16 % pour les autres contributeurs45. Mais ces chiffres globaux occultent le poids beaucoup plus important, semble-t-il, des images d’agences quand il s’agit de breaking news (guerres, accidents, etc.) et d’informations portant sur les pays en développement, c’est-à-dire des lieux où la présence permanente des chaînes étrangères reste faible46. L’UER et les agences de télévision sont donc dans des positions que l’on pourrait qualifier d’associés-rivaux : la première concurrence les secondes parce qu’elle mutualise des images produites par ses membres mais elle est aussi un des principaux clients d’APTN et Reuters Television. Tony Naets, le responsable actuel de la coordination Actualités résume bien cette situation paradoxale de l’organisation : « des liens ambigus ont été noués avec les agences de télévision avec lesquelles on coopère mais on est aussi en compétition47 ». Compte tenu de la temporalité et des moyens que nécessite la production de l’information internationale aujourd’hui, l’UER est très largement dominée par l’« efficacité » professionnelle et économique des agences48.

  • 49 Les deux principaux cas de refus des sujets d’agence que nous avons pu observer sont les suivants  (...)
  • 50 Palmer (M.), « L’information agencée, fin de siècle. Visions du monde et discours en fragment », R (...)
  • 51 Entretien.

L’UER est un client privilégié pour Reuters Television et APTN au sens où ces deux agences sont quotidiennement en concurrence pour que leurs sujets soient intégrés aux EVN. Comme on l’a mentionné, elles diffusent leurs offres à différents responsables de la coordination et au news editor de service qui décide s’il les accepte ou non49. Si les échanges d’actualités représentent un marché stratégique pour les agences, c’est tout d’abord parce que la diffusion de leurs sujets via le circuit leur permet d’éviter de payer certaines coûteuses transmissions par satellite à destination de leurs abonnés membres de l’UER, qui sont aussi pour une grande part des clients à Reuters et APTN. C’est seulement à cette condition que les chaînes abonnées peuvent utiliser des reportages diffusés sur le circuit des EVN mais produits par les agences. Le second intérêt des échanges tient au fait qu’ils constituent une sorte de publicité gratuite pour une partie de leurs produits, ceux qui ont été acceptés. Les « reprises » ensuite par les abonnés et, plus particulièrement les chaînes d’information en continu, qui peuvent être elles aussi (CNN essentiellement) tout à la fois concurrents et abonnés50, participent de ce même processus. Enfin, parce qu’ils peuvent écouter les échanges permanents entre les membres de l’UER et le siège sur le circuit des EVN, ils peuvent ainsi connaître très précisément les attentes des rédactions des différents abonnés comme l’explique une news editor : « Pour les agences, comprenez bien que ce système est formidable parce que comme ça touche tout le monde, ils entendent, ils arrivent à cadrer un peu […] les demandes et les besoins de leurs clients51 ».

Les effets sur les conditions de production de l’information

  • 52 Source : UER.

27La prédominance des logiques économiques au détriment des logiques politiques ou des logiques des chaînes de télévision de service public dans la production de l’information internationale a eu des effets importants sur les conditions de production au sein de la bourse d’échanges de l’UER. Tout d’abord, la multiplication des « membres actifs » (intégration des télévisions des pays du Moyen-Orient dans les années soixante-dix, des nouvelles chaînes publiques dans les années quatre-vingt et des chaînes appartenant à l’OIRT en 1993), des participants ainsi que les progrès technologiques des transmissions (satellite, développement du numérique, etc.) ont fortement contribué à augmenter le nombre d’échanges d’actualités, tout particulièrement depuis les années quatre-vingt : de 1134 en 1964 (21 membres actifs), ils sont passés à plus de 10 000 en 1988, au-dessus de 20 000 en 1993, puis à 22 383 en 1994 (62 membres actifs) et 25 000 sujets environ en 1998 (69 membres actifs)52. L’expression de « robinet à images » employée par une journaliste interviewée traduit bien ce changement d’échelle. Pour satisfaire un nombre croissant de membres dont les besoins sont de plus en plus différents, l’UER a multiplié le nombre de ses rendez-vous quotidiens d’échanges « généralistes », a développé les échanges avec les Unions sœurs, les « directs » au point de créer un second canal de transmission, a créé des échanges spécifiques par zones géographiques, par type de chaînes (un échange concerne spécialement les chaînes d’information en continu) ou par thème (le sport, les « jeunes »). Si les principales transmissions sont réalisées à des horaires fixes, des flashs spéciaux peuvent être organisés à tout moment en cas de breaking news. Bref, l’UER tend à adopter le rythme des agences en multipliant les diffusions.

28Outre l’augmentation de l’information en volume, c’est en effet aussi et surtout l’augmentation du rythme de production de l’information qui a marqué les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. L’accroissement de la demande et la nécessité de transmettre les images de plus en plus vite, particulièrement pour les chaînes d’informations qui doivent alimenter leur antenne en permanence, correspondent à un surcroît de travail en amont.

« Il y a notamment les chaînes d’actualité en continu qui sont insatiables, ils voudraient des images en continu tout le temps dès qu’il y a quelque chose qui se passe […] [elles] aimeraient des flashs, des trucs tout le temps, des ci et des ça parce qu’ils doivent remplir, c’est la hot news […]. Maintenant, la donne a changé avec cet appétit féroce de toutes les chaînes qui sont prêtes des fois effectivement à montrer tout et n’importe quoi, juste parce que c’est en direct même si ça a peu d’intérêt ou non » (entretien, news producer UER).

  • 53 Voir Baisnée (O.) et Marchetti (D.), « L’économie de l’information en continu… », art. cit., p. 19 (...)

29Les logiques commerciales s’imposent donc via l’internationalisation du marché et débouchent sur une redéfinition des formes de l’excellence journalistique53. Avec l’arrivée des chaînes « tout info », qui réactualisent constamment leurs éditions des journaux, la temporalité du journalisme audiovisuel « international » a changé : diffuser les images d’un événement en primeur, ou mieux, être « en direct », contribue à fonder les réputations professionnelles. Ainsi, les « news flashes » dans les échanges d’actualités de l’UER tendent à se multiplier du fait de cet intérêt professionnel et commercial pour les breaking news.

« Le peak time c’est l’EVN-0 qui est avant les bulletins de 13 h 00, là encore les bulletins de 13 h 00, ce n’est pas partout 13 h 00 donc il y en a… Mais (sourire) en gros, on sait que l’Espagne a un bulletin plus tard, donc ils ont une autre priorité et nous notre échange du début d’après-midi, éventuellement ça coïncide avec leur journal alors ils aimeraient bien certains sujets un peu avant leur truc. L’idée, c’est que si on a les images, il ne faut pas les retenir. Au lieu d’attendre l’échange suivant, s’il y en a qui le veulent, on le donne, on le flashe. Pour nous, c’est une contrainte administrative, c’est beaucoup plus de boulot mais […] c’est ça le but du jeu […]. On donne tout de suite. On ne le faisait pas avant parce que c’était contraignant et il n’y avait pas le besoin de ça. Mais la guerre du Golfe a changé tout ça » (entretien, news producer UER).

  • 54 Entretien.

30Cette augmentation du volume et du rythme de travail a entraîné une « rationalisation » économique de la division du travail au sein de la coordination Actualités. Comme le dit un responsable, l’organisation est plus que jamais une « société de service » à la disposition de ses membres : « S’il y a un service qui veut un sujet, il a le droit de l’avoir et tout le monde va tout faire pour l’avoir », explique une news producer54. C’est ce qui justifie la réorganisation complète de l’organisation du travail de production de la coordination Actualités dans le sens d’une plus grande centralisation de l’activité au siège, qui correspond au « modèle » des deux principales agences de presse internationales basées à Londres.

31Ce mouvement de « rationalisation » se manifeste en premier lieu par une réduction des coûts qui se traduit dans les échanges mais aussi dans toutes les activités de l’UER.

« Du personnel plus jeune a été recruté et la productivité a augmenté de 40 % au cours des dix dernières années […]. Tout en restant une association professionnelle, qui attache une grande importance à la solidarité et au soutien d’une radiodiffusion de service public indépendante, l’Union applique les méthodes de gestion d’une société efficace. Les coûts ont diminué et des centres de profits ont été créés » (Jean-Bernard MÜNCH, secrétaire général de l’UER, Annuaire de l’UER 2000).

  • 55 Entretien.

32Il est très visible quand on observe l’organisation du travail mise en place. Si on enlève le personnel technique, la gestion pratique des échanges unilatéraux et multilatéraux est réalisée par un petit groupe de personnes dans une salle de rédaction aux dimensions réduites. Il est significatif qu’une jeune journaliste nous ait expliqué sa surprise quand elle est arrivée à la coordination : « Comment dix personnes peuvent gérer tout ça55 ? ». L’organisation du travail de la coordination Actualités ressemble à celle des chaînes d’information en continu et de certaines entreprises travaillant en flux tendu 24 heures sur 24, c’est-à-dire un travail posté (les personnels ne sortent de la rédaction essentiellement pour se restaurer et surtout boire des cafés et fumer) où l’outillage technique est prépondérant, des tâches très routinisées et un rythme de travail élevé. C’est ce qui fait dire au siège de l’UER comme dans des chaînes d’information en continu que c’est en quelque sorte l’« usine ».

  • 56 Les chiffres du personnel n’ont qu’une valeur indicative car notre enquête au siège intervenait en (...)

33Les progrès technologiques et le poids croissant des contraintes économiques ont contribué à modifier tout à la fois les métiers, les pratiques et les représentations professionnelles. L’équipe travaillant à Genève – il existe par ailleurs quatre bureaux à l’étranger (Moscou, Washington, New-York et Singapour) qui participent aux conférences et alimentent le circuit – a été renforcée en 2000 pour passer à un travail 24 heures sur 24 puisque sept personnes travaillaient au moment de notre enquête pour les transmissions multilatérales, qui constituent la bourse des échanges d’images d’actualités et de sport entre tous les membres de l’UER56. Six autres travaillaient sur les transmissions unilatérales, c’est-à-dire géraient les échanges d’une chaîne à une autre chaîne ou à plusieurs autres dans le cadre d’accords unilatéraux. Mais le service des unilatérales est surtout en charge des « opérations spéciales », le travail consistant à installer des points de transmission par satellite et à offrir différents moyens logistiques (bancs de montages, etc.) sur les événements jugés importants permettant aussi aux journalistes des chaînes présents sur place d’envoyer leurs reportages.

34La « rationalisation » de l’organisation du travail se manifeste en second lieu dans les transformations de la fonction relativement stratégique de news editor. Pendant longtemps, ce poste était occupé selon un principe de rotation et par des journalistes de chaînes membres, qui s’étaient portés volontaires et étaient installés dans leurs rédactions.

Martine Hinet est au moment de notre enquête news editor pour l’UER rattachée à la chaîne française France 2. La petite pièce dans laquelle elle travaille est située au sein de la rédaction. Quand elle est la news editor de service, elle commence tôt le matin vers 9 h 00 et finit en début de soirée. Hormis à l’heure du repas, elle reste la plupart du temps dans cette pièce et a peu de contacts avec la rédaction si ce n’est avec ses collègues de la coordination de la chaîne qui travaillent dans une pièce située en face de la sienne. C’est souvent pour leur demander des informations. Sur son bureau, elle dispose de trois instruments de travail essentiels : un ordinateur, le boîtier « quatre fils » de l’UER et un téléphone. Si sa journée comprend des « temps morts » dont elle profite pour nous décrire ses activités, son rythme de travail est élevé même si ce jour-là l’« actualité » est relativement « faible ». Elle est obligée de réaliser des tâches différentes en même temps, ce qui explique que ses contacts extérieurs ont en général une durée assez courte. Il faut traiter puis rediffuser un flux permanent d’informations. Son travail est très routinisé. Martine Hinet passe la majeure partie de son temps à joindre par téléphone les chaînes de télévision abonnées, les agences ou des personnels au siège à Genève. Elle est aussi en contact permanent par son « quatre fils » avec les news producers au siège de l’UER. Ils échangent des informations toute la journée. Elle utilise aussi ce boîtier pour animer les conférences, donner ou recevoir des informations de la part des abonnés. Une autre partie importante de son travail consiste à traiter les offres des agences qu’elle reçoit sur son courrier électronique et par fax pour Reuters Television ou de services spécialisés d’organisations internationales (les Nations Unies, le Parlement européen, la Commission européenne par exemple). Elle regarde ponctuellement un des quatre postes de télévisions situés en face d’elle, qui diffusent ce jour-là la chaîne française d’information en continu i > télévision, les EVN, les transmissions des agences Reuters Television et APTN.

  • 57 Cohen (A. A.) et al., Global Newsrooms…, op. cit., « Avant-propos », p. 6.

35Le nombre de news editor est passé de douze en 1987 à seize en 199457. À partir de 1997, l’effectif a été restreint mais les titulaires de cette fonction l’exercent désormais à temps plein. Au moment de notre enquête au premier semestre 2000, ils étaient au nombre de quatre : deux travaillaient au siège de leur chaîne (France 2 en France et NRK en Norvège) et deux à la coordination à Genève. Depuis la fin 2000, les news editor font leur travail depuis le siège de l’Union à Genève.

36La montée du nombre d’échanges, de sujets diffusés, l’accroissement du rythme de production et le fait que le critère le plus important tend à devenir le nombre de sujets transmis pour satisfaire les demandes des membres sont autant d’éléments qui ont modifié le contenu de l’activité des news editors. Ils semblent avoir moins qu’auparavant un travail de sélection des images que de recueil et de transmission des images. Une grande partie de leur tâche, réalisée avec les news producers, consiste à agir en amont : recherche d’images (auprès des membres et accessoirement des agences audiovisuelles) ou de renseignements sur tel ou tel événement (est-ce que ça va être couvert ? À quelle heure les images seront-elles disponibles ? À quelle heure commence le direct de la télévision X repris sur le circuit, etc. ?), voire, dans certains cas, négociation des droits de diffuser certaines images.

37Cette réorganisation des tâches provoque des résistances chez certains news editors pour lesquels ce poste ne correspond plus à leur définition du métier de journaliste, c’est-à-dire un travail éditorial de présélection de l’information même si, au final, ce sont toujours les rédactions des chaînes abonnées qui opèrent des choix dans la diffusion des sujets. Les échanges contiennent des reportages très divers destinés à satisfaire la totalité des attentes très différentes parfois des abonnés.

« Moi, j’estime ne pas du tout être dans un environnement journalistique entre guillemets et je ne veux pas en faire trop favorable. C’est un bureau, ça pourrait être l’OMC [Organisation mondiale du commerce], ça pourrait être la Sécurité sociale. Autour de vous, il n’y a pas de journalistes […]. Est-ce que des gens qui n’ont pas de production, qui n’ont jamais fait de production, qui ne savent pas ce que c’est que construire un journal télévisé, etc. sont en mesure de faire des choix qui sont déterminants pour les chaînes qui vont les recevoir ? C’est un débat. X… [un responsable de l’UER], il dit, les editors, c’est rien d’autres que des flics, la circulation, il régule la circulation des… […]. Aujourd’hui, ce n’est plus un boulot de chef d’édition, c’est un boulot de secrétariat » (entretien, news editor).

38Dans la lignée du travail sur Euronews, cette enquête confirme donc que l’espace européen, qu’il soit géographique ou politique, n’est pas pertinent dans l’analyse de la production de l’information. Parler d’information « européenne » ou d’« espace public européen » n’a en effet guère de sens tant l’information peut être soit relativement « locale » au sens strict ou au sens large, soit au contraire internationale et non pas limitée aux frontières de l’espace européen. C’est ce qui explique que l’enquête d’origine qui devait porter sur les éventuelles logiques d’« européanisation » des médias s’est déplacée vers une analyse des processus d’internationalisation de la production et de la circulation des images entre les chaînes de télévision membres de l’UER. À travers cet exemple, on voit finalement comment cette internationalisation croissante de la circulation des images de l’actualité télévisée signifie surtout une imposition croissante des logiques économiques dans le domaine de l’information.

Notes

1 Elle représentait en 2000 par son poids économique (252 personnes employées, un chiffre d’affaires qui atteignait à la fin des années quatre-vingt-dix 3,41 millions d’euros, les deux tiers concernant les droits et les événements sportifs) un concurrent des grands groupes privés de médias européens et des agences audiovisuelles internationales.

2 De 1950 à 1992, le sigle UER (EBU, European Broadcasting Union en anglais) signifiait Union Européenne de Radio-diffusion. À partir du 3 juillet 1992, l’UER est devenue l’Union européenne de Radio-télévision.

3 Cf. chapitre 4.

4 Cette étude résulte d’un travail de recherches documentaires sur l’UER et s’appuie sur des entretiens menés auprès de personnels travaillant au siège de l’UER à Genève où se réalisent les échanges d’images d’actualité. Nous avons également été autorisés à suivre pendant deux jours le travail de la coordination Actualités. Les relations entre l’Union et les chaînes paneuropéennes ont pu enfin être appréhendées par des entretiens et des observations aux sièges d’Euronews, d’Eurosport International, de France 2 et de TV5. Nous adressons nos remerciements à tous ceux qui nous ont accordé un peu de leur temps et de leur confiance. Cette enquête a été menée avec la collaboration de Jean Chalaby qui a réalisé plusieurs entretiens avec nous.

5 Les guillemets visent ici à signaler que ce qu’on appelle information « internationale » ou « européenne » est le résultat d’un travail de construction journalistique et est un enjeu de luttes internes aux rédactions. Pour faciliter la lecture de ce texte, nous les avons enlevés ensuite.

6 Il n’existe pas véritablement de chiffres précis en la matière. Un document du Service Juridique et Technique de l’Information avance que les EVN fournissent 80 % des images internationales diffusées par les chaînes françaises : Baudelot (P.), Les Agences de presse en France, Paris, SJTI-La documentation française, 1991, p. 49.

7 Appelés Eurovision News Exchange en anglais et Eurovision news en français (EVN), ils intègrent des échanges sur des sujets images d’information générale (news).

8 On pourra se reporter utilement aux deux recherches suivantes : Cohen (A. A.), Levy (M. R.), Roeh (I.) et Gurevitch (M.), Global Newsrooms, Local Audiences : A Study of the Eurovision News Exchange, London/Paris/Rome, John Libbey, 1996 ; Hjarvard (S.), « TV News Exchange », in Boyd-Barrett (O.) et Rantanen (T.) (éds), The Globalization of News, London, Sage, 1998, p. 202-226.

9 Il faudrait ici pour être plus précis faire une recherche sur les biographies de ces fondateurs de l’UER : le Français Jean d’Arcy, le Suisse Marcel Bezençon, etc.

10 Degenhardt (W.), Erdmann (D.), Reichold (C.) et Strautz (E.), Diffusion, numéro spécial, 1997, p. 54.

11 Ibid., p. 54.

12 Ibid., p. 34.

13 Ibid., p. 46.

14 Dans la mesure où les ondes hertziennes ne s’arrêtent pas naturellement aux frontières, il apparaît indispensable, dès 1925 lorsque la radio se diffuse en Europe, de créer une Union Internationale de Radiodiffusion, pour que les États s’accordent et respectent une répartition conventionnelle des fréquences et des puissances d’émissions. Un des débats essentiels portait alors en effet sur la modulation de la puissance émetteurs frontaliers de telle sorte que le spectre hertzien national épouse aussi strictement que possible les dimensions du territoire national, respectant ainsi les frontières « historiques ».

15 Prot (R.), Dictionnaire de la radio, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble-INA, 1997, p. 597.

16 Degenhardt (W.), Erdmann (D.), Reichold (C.) et Strautz (E.), « Le temps des pionniers. L’UER et l’Eurovision de 1950 à 1970 », Diffusion, numéro spécial, mai 1999, p. 9. Voir surtout le texte originel : « De l’Eurovision aux échanges de programmes d’actualité », in Bussière (M. de) et al., Radios et télévision au temps des événements d’Algérie. 1954-1962, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 253-258.

17 Par exemple, les cas de l’ORTF, très contrôlé par le pouvoir d’État, et encore plus de la RTVE sous le régime franquiste s’opposaient au modèle plus autonome de la BBC.

18 Sauf mentions contraires, les extraits d’entretiens avec le personnel de l’UER qui sont cités ont été réalisés en 2000.

19 Sur ce sujet, on renvoie à différentes contributions, notamment aux chapitres 1, 3 et 6.

20 La retransmission en direct du couronnement d’Elisabeth II fut l’acte de naissance concret de l’UER. L’événement a été diffusé en direct en Belgique, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. D’un point de vue technique et logistique, l’entreprise s’avère réussie malgré les interruptions et altérations de l’image et du son. Les installations de la BBC et de la RTF n’ont pas été démontées pour permettre ainsi la constitution du réseau permanent par l’UER.

21 La coproduction télévisuelle de programmes de divertissement populaires (jeux, fictions et notamment les séries télévisées) demeure cependant sans commune mesure avec celle des États-Unis qui détiennent un quasi-monopole dans ce domaine. Ce n’est que récemment que, du fait du caractère stratégique des programmes de cinéma, de la fiction TV pour les chaînes et de l’intensification de la compétition internationale, l’UER et ses membres ont engagé une réflexion pour aboutir à la mise en place d’initiatives communes dans ces domaines.

22 Par exemple, Jean d’Arcy, responsable du programme français, explique rétrospectivement que dans les années cinquante « ce n’était plus simplement une idée d’échanges qui nous animait, mais un besoin de mise en commun, de coproductions. L’Eurovision, avec le réseau européen de télévision ainsi constitué, ce n’est pas simplement des échanges de programmes, formule dépassée, mais une coproduction réelle » (W. Degenhardt et al., op. cit., p. 29).

23 Ibid., p. 29.

24 L’ABU (Asia Pacific Broadcasting Union), la NABA (North American Broadcasters’ Association), l’URTNA (Union des Radios et Télévisons Nationales d’Afrique), l’ASBU (Arab States Broadcasting Union) et l’OIT (Organización de la Televisión Iberoamericana). Sur certains de ces échanges régionaux, on peut se reporter au travail de Stig Hjarvard, « TV News Exchange », art. cit.

25 Nous n’avons pas pu nous procurer des chiffres précis permettant de savoir les contributions pays par pays.

26 Ce constat est ancien, Karl Deutsch (« The Propensity to International Transactions », Political Studies, vol. 8, n° 2, 1960, p. 147-155) ayant bien montré que l’orientation internationale des pays dans différents types de transactions est inverse à leur taille. Johan Heilbron (« Échanges culturels transnationaux et mondialisation : quelques réflexions », Regards sociologiques, n° 22, 2001, p. 150-154) a avancé quatre raisons majeures pour expliquer ces décalages : les groupes sont d’autant plus intéressés aux échanges qu’ils sont petits ; les différences d’échelle défavorisent les « petits » pays ; leur population est dépendante de nombreux marchandises et services parce qu’ils ne sont pas produits sur le territoire national ; les élites des « petits » pays se définissent largement par rapport à celles des « grands » pays.

27 Voir l’étude de François Heinderycks portant sur une analyse de contenu les éditions du soir de journaux télévisés diffusés entre le 15 novembre et le 12 décembre 1991 : L’Europe des médias, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1998, p. 168 et suiv.

28 Entretien, news producer.

29 Il faudrait bien évidemment faire passer un questionnaire ou réaliser des entretiens sur ce sujet pour être plus précis. Il ne s’agit là que de grandes tendances.

30 Ces éléments rejoignent l’enquête d’une équipe de chercheurs américains et israéliens (Cohen [A. A.], Levy [M. R.], Roeh [I.] et Gurevitch [M.], Global Newsrooms, Local Audiences : A Study of the Eurovision News Exchange, op. cit., p. 7-8) sur les news editors et les news contacts (les correspondants EVN dans les chaînes) qui montrent que sur les quarante répondants, huit avaient une formation en journalisme ou en télévision, 18 avaient suivi des cursus de langues ou de littérature et 14 des études de sciences sociales.

31 Conseil supérieur DE LAudiovisuel, La Télévision publique en Europe. Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume Uni, op. cit., p. 29-35.

32 Pour des développements sur ce sujet, voir Baisnée (O.) et Marchetti (D.), « L’économie de l’information en continu. À propos des conditions de production dans les chaînes d’information en général et à Euronews en particulier », art. cit.

33 Il existe à notre connaissance seulement deux ouvrages en français entièrement consacrés aux médias d’information en continu mais les analyses normatives d’Andréa Semprini (L’Information en continu. France Info et CNN, Paris, INA-Nathan, 1997 ; CNN et la mondialisation de l’imaginaire, Paris, Presses du CNRS, 2000) ne s’appuient pas sur une enquête de type sociologique et ne traitent pas des conditions de production de l’information dans ce type de médias.

34 Le Monde, 22 mars 1990.

35 Sur ce sujet, on pourra se reporter à deux articles : Chalaby (J.), « Transnational Television in Europe. The Role of Pan-European Channels », art. cit. ; Esser (A.), « The Transnationalization of European Television », art. cit., p. 13-29.

36 En France, l’exemple du Monde – son titre est explicite – est assez révélateur comme l’indique par exemple la disparition à la « une » du « bulletin de l’étranger » ou la baisse des « unes » et des pages consacrées à l’étranger.

37 Tous les témoignages et les données existantes aux États-Unis convergent : cf. deux articles de S. Halimi dans Le Monde Diplomatique (« Les médias américains délaissent le monde », août 1994 et « Un journalisme de racolage », août 1998). En France, non seulement il n’existe pas d’études chiffrées sur le sujet sur une longue période – en raison des propriétés de la conjoncture (une guerre par exemple), la part de l’actualité « internationale » peut varier fortement d’une année à l’autre – mais il resterait à définir aussi précisément ce que recouvre la catégorie « information internationale ». Cependant, les entretiens avec des journalistes en France, l’UER et à Euronews confirment cette tendance au déclin de ce type d’actualité dans les médias généralistes grand public. En 2002, un journaliste d’une chaîne publique française nous rapportait ainsi avec humour les propos significatifs d’un de ses confrères qui allait être nommé à la présentation du journal de 20 heures : « quand je serai présentateur du journal, il n’y aura pas de sujets étranger avant 20 h 20 ». Pour un témoignage, on se reportera à l’ouvrage d’un ancien correspondant de TF1 : Chaillou (A.), La Lésion étrangère, Paris, Alias etc., 2002.

38 Il existe très peu de travaux sur les productions audiovisuelles des agences d’information internationales. Un livre publié dans la collection « Que sais-je ? » (Conso [C.] et Mathien [M.], Les Agences de presse internationales, Paris, PUF, 1997) des Presses universitaires de France portant précisément sur ces agences ne fait qu’évoquer cette part pourtant importante de la production. On trouvera des développements plus précis dans l’ouvrage suivant : Boyd-Barrett (O.) et Rantanen (T.) (éds), The Globalization of News, op. cit.

39 Schudson (M.), Discovering the News. A Social History of American Newspapers, New York, Basic Books, 1978, p. 4-5.

40 White (P.), Le Village CNN. La crise des agences de presse, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1997, p. 144 et suiv.

41 Ibid.

42 Baudelot (P.), op. cit., p. 48-49.

43 Le Monde, 30 septembre 1993.

44 Paterson (C.), « Global Battlefields », in Boyd-Barrett (O.) et Rantanen (T.) (éds), The Globalization of News, op. cit., chapitre VI.

45 Les chiffres sont empruntés, pour la période 1964-1994, à l’ouvrage sur les EVN de Cohen (A. A.) et al., Global Newsrooms…, op. cit., p. 4 et, pour la période ultérieure, à l’Annuaire 2001 de l’UER.

46 . Paterson (C.), « Global News Service », in Sreberny-mohammadi (A.), Winseck (D.), MC Kenna (J.) et Boyd-Barrett (O.), Media in Global Context. A Reader, Londres, Arnold, 1997, p. 148 et suiv.

47 Cohen (A. A.) et al., Global Newsrooms…, op. cit., « Avant-propos », p. 6.

48 Cf. Marchetti (D.), « L’internationale des images », art. cit.

49 Les deux principaux cas de refus des sujets d’agence que nous avons pu observer sont les suivants : les images proposées sont relativement similaires à celles précédemment diffusées dans les EVN ou les sujets des membres sont jugés plus complets.

50 Palmer (M.), « L’information agencée, fin de siècle. Visions du monde et discours en fragment », Réseaux, n° 75, 1996, p. 106.

51 Entretien.

52 Source : UER.

53 Voir Baisnée (O.) et Marchetti (D.), « L’économie de l’information en continu… », art. cit., p. 191-193.

54 Entretien.

55 Entretien.

56 Les chiffres du personnel n’ont qu’une valeur indicative car notre enquête au siège intervenait en pleine phase de réorganisation de la coordination Actualités.

57 Cohen (A. A.) et al., Global Newsrooms…, op. cit., « Avant-propos », p. 6.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540