Version classiqueVersion mobile

Les saints face aux barbares au haut Moyen Âge

 | 
Edina Bozoky

Le saint de la frontière barbare : Séverin de Norique

Marianne Saghy

Texte intégral

  • 1 Cf. l’intéressante hypothèse de Friederich Lotter qui a tenté d’identifier notre personnage avec un (...)
  • 2 R. Zinnhobler, Der heilige Severin. Sein Leben und seine Verehrung, Linz, Duschl, 2002.
  • 3 Severin – zwischen Römerzeit und Völkerwanderung, D. Straub (éd.), Linz, Amt d. Oberösterr. Landesr (...)

1Aucun autre saint n’a entretenu, avec les barbares, de contacts aussi intenses, aussi soutenus et aussi riches en conséquences pour l’avenir que saint Séverin de Norique. Les récits de son hagiographe Eugippe – notre unique source narrative sur saint Séverin – permettent de l’affirmer, malgré le fait que les vues qu’Eugippe lui-même entretint des barbares n’étaient en rien flatteuses. La recherche moderne s’est beaucoup préoccupée de l’identification du personnage de Séverin, Romain au milieu des barbares ou Barbare parmi les Romains1, comme aussi du discernement de l’élément fictif dans le récit hagiographique d’Eugippe2. Les relations du saint avec des barbares de la frontière danubienne ont reçu, dans cette optique, moins d’attention savante3. Notre étude vise à élucider ces rapports et à les analyser selon plusieurs points de vue, en présentant les hypothèses déjà avancées et en articulant quelques nouvelles propositions.

La Vie de saint Séverin : objectifs et problèmes

  • 4 Eugippe, Vie de saint Séverin, Ph. Regerat (éd.), Paris, Cerf, 1991 (Sources Chrétiennes 374) (cité (...)
  • 5 Province romaine qui correspond à peu près à l’Autriche d’aujourd’hui.

2Tout ce que nous savons de saint Séverin nous est raconté par Eugippe dans son ouvrage intitulé le Commonitorium (« Mémoire »)4. L’auteur, abbé du monastère de Lucullanum près de Naples écrivant vers 511, raconte la vie et les actions du saint (actif entre 453 et 482) qu’il devait avoir connu personnellement. L’image de saint Séverin qui émerge de son récit est celle du protecteur et du guide spirituel des communautés romaines du Norique5 menacées de destruction par les barbares, et inspirateur de leur exode en Italie en 486. Cette fresque hagiographique, une des plus remarquables de ce genre, est unique à plusieurs titres : elle nous offre le portrait d’un personnage extraordinaire, tout en étant la seule source narrative sur la fin de la domination romaine dans les provinces danubiennes après la chute de l’empire d’Attila.

  • 6 Cf. Lettre d’Eugippe à Paschase, 7-10, dans Vie de saint Séverin (Sources Chrétiennes n° 374), Ph. (...)
  • 7 VS 1.1, Régerat, p. 175.
  • 8 Loquela – cf. Lettre d’Eugippe à Paschase, 10, dans Ph. Regerat (éd.), Vie de saint Séverin, p. 154

3Séverin (né vers 410-mort le 8 janvier 482 à Favianae, aujourd’hui Mautern près de Krems) est le plus grand inconnu de l’historiographie de la période des invasions barbares. On ne connaît pratiquement rien de sa jeunesse et de ses origines. Son biographe Eugippe professe – sans cacher l’étonnement – son ignorance totale quant à ses racines6. Le récit d’Eugippe commence in medias res par les activités de Séverin à l’époque suivant la mort d’Attila en 453. D’après Eugippe, Séverin était arrivé dans le Norique à cette époque en venant d’Orient7. Pourtant, son nom, tout comme sa « manière de parler8 », étaient parfaitement romains : est-ce indice de l’origine ? Cela pourrait peut-être expliquer la confiance dont Séverin jouissait parmi les colons romains de Norique, mais comment alors expliquer son ascendance sur les barbares ?

  • 9 P. Brown, « The Rise and Function of the Holy Man in Late Antiquity », Journal of Roman Studies, 61 (...)

4Le portrait qu’Eugippe dresse de son héros correspond largement à la définition de « holy man » élaborée par Peter Brown : un saint qui vient de nulle part et qui résout les problèmes et les tensions de la communauté9. Cependant, dans le modèle proposé par Brown pour la Syrie, c’est souvent la communauté elle-même qui cherche les services de l’homme saint. En revanche, la population romaine du Norique se méfie de Séverin : le saint homme doit agir en vrai prophète pour établir son autorité dans les bourgs le long du Danube. Séverin apparaît sur la scène dans un moment où les structures administratives du Bas-Empire dans les provinces frontalières commencent à se désintégrer, laissant leurs habitants en proie au chaos des grandes invasions. Après avoir parcouru les villes romaines du Danube, Séverin fonde son premier monastère à Favianae. Dans la détresse ambiante, il sait jouer de ses qualités de dévouement et de compassion pour autrui. Il se prononce pour le rétablissement d’un état de droit et remet sur pied l’approvisionnement des villages en vivres et en vêtements. En 469-470 il obtient du roi alaman Gibuld de Boiotro (près de Passau) la libération de soldats romains faits prisonniers.

  • 10 VS 19.2-3.

« [I]l parla au roi avec une telle fermeté que celui-ci se mit à trembler de tous ses membres en sa présence et qu’il se retira avec son armée… il accorda au serviteur de Dieu la faveur de demander ce qu’il voulait et ce maître si pieux le pria, dans son intérêt à lui, d’empêcher son peuple de dévaster le territoire romain et de relâcher spontanément les prisonniers que ses hommes tenaient en leur pouvoir10. »

5Il fait évacuer les avant-postes du Haut-Danube, menacés par l’avancée germanique.

6Les Alamans une fois vaincus et mis en fuite dans le combat, l’homme de Dieu adresse aux vainqueurs ces paroles :

  • 11 VS 27.2.

« Mes fils, n’imputez pas à vos propres forces la palme remportée en ce présent combat : vous savez que, si vous avez été aujourd’hui délivrés avec l’aide de Dieu, c’est pour que vous abandonniez ces lieux en profitant de ce court laps de temps comme d’un répit qui vous serait accordé. Descendez donc tous avec moi jusqu’à Lauriacum11. »

7Il recommande aux colons romains évacués de s’établir plutôt à Favianae, sous la protection des Ruges : selon Eugippe, Séverin entretint des liens étroits avec la famille royale de ce peuple. Enfin, compte tenu de la précarité de la situation, il prédit l’évacuation de la population romaine du Norique vers l’Italie :

  • 12 VS 40.4.

« Sachez, mes frères, que, tout comme les fils d’Israël furent arrachés du pays d’Égypte, toute la population de ce pays sera, elle aussi, libérée de l’injuste domination des Barbares. Et tous émigreront de ces villes avec leurs biens pour rejoindre une province romaine sans le moindre risque12… »

  • 13 W. Goffart, « Does the Vita S. Severini have an Underside ? », dans Eugippius und Severin. Der Auto (...)

8La peinture qu’Eugippe fait de la vie de saint Séverin ressemble quelque peu à un film hollywoodien : l’hagiographe ne mentionne, en association avec saint Séverin, que des personnages politiques de tout premier plan. Attila, Odoacre, Oreste (le père de Romulus Augustule), Barbaria (probablement la mère de Romulus Augustule) et de nombreux rois barbares sont autant des « newspaper headlines13 » qui se laissent difficilement raccommoder avec l’image de l’humble ermite du Danube.

  • 14 I. Bóna, « Severi (ni) ana », Acta Antiqua Scientiarum Hungariae (1973), p. 281-331.

9Cependant, ce contraste se laisse interpréter dans le contexte de l’imaginaire du « holy man » de la fin de l’Antiquité. D’autre part, il est possible d’évoquer ici l’hypothèse d’István Bóna qui identifie Séverin avec un dignitaire de l’entourage d’Attila14. Cette identification pourrait en effet expliquer l’autorité que saint Séverin exerçait sur les barbares et les Romains à la fois. Cette hypothèse semble plausible dans le contexte historique de l’effondrement du pouvoir : la chute d’un empire, que ce soit celui de Napoléon, de Staline ou d’Attila, laisse après soi un vide de pouvoir qui se remplit pour la plupart par les vieux cadres de ce même empire. Ainsi, il n’y a rien d’improbable à ce que Séverin, tout comme Oreste avec qui il semble avoir entretenu des contacts, devait sa position exceptionnelle à une ancienne association politique avec Attila.

10Séverin mourut en Norique en 482. Lorsque les Romains furent contraints d’abandonner la région définitivement, en 488, ils ramenèrent avec eux à Lucullanum près de Naples ses reliques conservées auparavant au monastère de Favianae. Ces reliques sont aujourd’hui encore préservées dans une châsse à l’église de Frattamaggiore (Campanie).

  • 15 VS, 40.4.
  • 16 VS 44.5-7.
  • 17 VS 40.5, 44.5.

11Dans la Vita Severini, Eugippe utilise des modèles hagiographiques bien connus. La typologie biblique y joue un rôle prépondérant : le saint est présenté comme le continuateur du lignage des prophètes et des thaumaturges de l’Ancien Testament. La ressemblance avec ces modèles est renforcée par le parallèle sous-jacent avec l’Exode : les Romains quittent le Norique tout comme les Juifs ont quitté l’Égypte15 ; ils emportent avec eux les reliques de saint Séverin16, tout comme les Juifs ont autrefois emporté les dépouilles de Joseph (Ex. 13, 19 ; Josué 24, 32)17.

  • 18 VS 44.5.

12Dans ce contexte, le traitement accordé aux barbares est susceptible de s’inspirer des topoi narratifs fermement ancrés dans l’imaginaire vétérotes-tamentaire. Eugippe n’a pas beaucoup d’empathie pour les barbares : leurs « déprédations quotidiennes » – cotidianae barbarie frequentissime depredationes – faisaient que le retour des colons en Italie leur parût comme une « délivrance de la maison de servitude d’Égypte18». Cependant, malgré le prisme de l’Ancien Testament qui orientait sa perception de barbares – ennemis de la religion et de la civilisation au sens le plus large, avatars des ennemis du peuple élu d’autrefois – les barbares reçoivent, chez Eugippe, un éclairage étonnamment nuancé.

Un prophète protecteur

13Il n’y a rien d’étonnant à ce que la fonction principale du saint de la frontière, tel que nous le peint Eugippe, soit la protection des siens. La réputation de Séverin parmi les colons romains a été fermement établie grâce à sa capacité de prédire les attaques barbares. La Vita Severini s’ouvre par le récit de la prédication du saint dans la ville d’Asturae. Face à l’endurcissement du peuple Séverin annonce sa destruction (1.3) :

« il retourna à la maison des hôtes où l’avait accueilli le gardien de l’église et révéla le jour et l’heure de la catastrophe imminente : “Je me hâte”, dit-il, “de quitter cette ville rebelle, vouée à une fin prochaine” ».

14Le contexte des invasions barbares redonnait à la prophétie sa fonction de source des renseignements stratégico-militaires, fonction déjà présente dans les modèles vétérotestamentaires. Dans la ville de Lauriacum, la population est prévenue par Séverin de se cacher derrière les murs contre un raid barbare :

  • 19 VS 30.1-5.

« Les citoyens de la ville de Lauriacum et les réfugiés des bourgs situés en amont avaient envoyé des éclaireurs dans les lieux suspects pour se prémunir, autant qu’ils le pouvaient avec les ressources de la sollicitude humaine, contre les ennemis. Le serviteur de Dieu, mû par une inspiration divine, les préparait avec son esprit prophétique à mettre en sûreté derrière les murs de la ville tout ce qui suffirait à leur pauvre existence : ainsi, l’ennemi, ne trouvant au cours de son équipée sauvage rien de ce qu’il faut à l’homme pour subsister, serait bientôt contraint de renoncer aux entreprises monstrueuses de sa cruauté19. »

  • 20 Cf. le cas de la ville de Ioviacum (24.1-4), où la tendance des habitants à obéir au conseil du sai (...)

15Dans la suite, le saint insiste encore pour que l’on monte la garde sur les murs par une nuit particulière ; les habitants vacillent, se croyant déjà en sûreté, mais finalement acceptent son conseil. Le résultat ne se laisse pas attendre : l’ennemi décampe, la vérité de toutes les prédictions de Séverin trouve une parfaite illustration20.

  • 21 VS 5.1,3.

16Il est intéressant de remarquer ici que les barbares bénéficient aussi parfois des prophéties de Séverin. Son don de prévoyance ne sert pas l’intérêt des Romains en exclusivité : Eugippe rapporte les cas où le saint prodigue des avertissements aux barbares, notamment au roi des Ruges flacciteus qu’il sauve d’une embuscade21, et surtout à Odoacre à qui il prédit un grand avenir :

  • 22 VS 7.

« alors misérablement vêtu, c’était un jeune homme de haute taille. Il se courba pour ne pas heurter de la tête le toit de la très humble cellule et apprit de la bouche de l’homme de Dieu qu’il connaîtrait un jour la gloire22 ».

  • 23 VS 9.1.
  • 24 VS 8.2.
  • 25 VS 19.3.

17Mis à part son utilité publique en tant que baromètre des invasions, Séverin se distingue aussi par un « zèle particulier » pour la délivrance des captifs romains tombés dans les mains de barbares23. Nous le voyons négocier avec succès leur délivrance avec Feva, le roi des Ruges24, ou avec Gibuld, le roi des Alamans25. Il est intéressant, dans ce contexte, de lire que Séverin déconseillait aussi aux Romains de garder les barbares prisonniers :

  • 26 VS 4.4.

« Ils furent ligotés et ramenés au seviteur de Dieu, comme il le leur avait demandé. Celui-ci fit ôter leurs liens, leur fit servir à manger et à boire et leur adressa ces quelques paroles : “Allez et dites à vos complices de ne plus se risquer dans les environs à la recherche d’un butin, sinon ils seront aussitôt punis par un décret de la justice divine, car Dieu combat pour ses serviteurs26.” »

18Ces rapports nous conduisent au noyau de notre questionnement sur la position du saint vis-à-vis des barbares : quelle était donc sa véritable attitude ? Avant de tenter une réponse, il est nécessaire de considérer quelques autres aspects du ministère de Séverin.

Un saint civilisateur

  • 27 VS 8.1.

19Les actes de Séverin, dans ses rapports avec des barbares, ont souvent une visée que l’on aurait dite « civilisatrice ». Relisons par exemple le récit des mésaventures de Giso, femme du roi des Ruges Feva : elle essaye d’abord de forcer la conversion des chrétiens catholiques en une forme d’arianisme peu spécifiée – tentative qui fut avortée par saint Séverin grâce à son crédit auprès de Feva27. Par la suite, la même reine se met à s’asservir les captifs romains ; la demande du saint de les libérer reçoit une réponse irrévérente. Un miracle punitif (le fils de Feva et de la reine est pris en otage par les esclaves rebelles) et l’intercession de Séverin rétablissent le statu quo au visage humain :

  • 28 VS 8.4-5, Régerat, p. 200-203.

« [La reine] dépêcha sur l’heure des cavaliers pour demander son pardon [à Séverin], renvoya les Romains qu’elle avait fait enlever le jour même… quant aux orfèvres [les rebelles en cause], ils reçurent sans tarder une promesse sous serment, libérèrent l’enfant et furent aussi libérés du même coup… Telle fut l’œuvre du Seigneur dans sa toute-puissance : une femme qui, dans sa cruauté, avait réduit les hommes libres en servitude, fut contrainte de rendre les serviteurs à la liberté28. »

  • 29 VS 44.2.

20Un autre miracle punitif à la visée nettement « civilisatrice » advient après le trépas du saint. Un chef des Ruges, Ferderuchus, projette de piller le monastère de Favianae pour s’en approprier à la fois des objets du culte et des biens destinés aux pauvres. Avitianus, le soldat invité à commettre ce sacrilège, est saisi de tremblements mystérieux, se convertit et « change de milice » en se faisant moine29. Ferderuchus, peu impressionné, persiste à réaliser son projet : il est bientôt tué par son propre neveu Frédéric. La guerre d’Odoacre contre les Ruges qui s’ensuivit est présentée par Eugippe comme représailles pour ce même pillage :

  • 30 VS 44.3-4.

« Mais le châtiment annoncé ne tarda pas à s’abattre sur lui [Ferderuchus] : car, un mois après, il fut tué par Frédéric, le fils de son frère, perdant en même temps son butin et sa vie. C’est pour cette raison que le roi Odoacre partit en guerre contre les Ruges30. »

21L’exemple le plus saillant de l’influence civilisatrice de Séverin est le cas d’Odoacre. À en croire Eugippe, ce fut saint Séverin qui orienta le jeune Odoacre – encore « misérablement vêtu » – vers l’Italie.

« Quand [Odoacre] prit congé, Séverin lui dit : Va en Italie, va, aujourd’hui tu es couvert de misérables peaux de bêtes, mais bientôt tu répandras des largesses dont beaucoup profiteront (7.1). »

22Parvenu au sommet de sa carrière, Odoacre se souvenait du serviteur de Dieu : sa reconnaissance s’étendit, selon Eugippe, jusqu’à l’offre quelque peu fabuleuse de réaliser un souhait quelconque.

  • 31 VS 32.1.

« Odoacre devenu roi envoya à saint Séverin une lettre amicale où il le suppliait de choisir le souhait qu’il lui plairait de formuler ; il se souvenait en effet qu’il lui avait annoncé autrefois par une prophétie qu’il régnerait un jour31. »

  • 32 VS 32.1.
  • 33 VS 44.4.

23Le saint profite de l’occasion pour exercer encore la charité : il obtient le rappel de l’exil d’un certain Ambroise32. Après la mort de Séverin, c’est toujours Odoacre qui fait punir les Ruges du pillage de son monastère33.

24L’importance d’Odoacre pour l’histoire de saint Séverin, telle qu’elle a été conçue par Eugippe, dépasse l’intérêt épisodique. En « lançant » Odoacre, en début de son parcours, Séverin jette ainsi les fondations du futur exode des Romains du Norique, ordonné par le même Odoacre en 487. Cette conclusion – qu’Eugippe ne formule pourtant pas de cette manière – semble comme sous-jacente à la trame narrative du Commonitorium. Très habilement, le récit d’Eugippe suggère au lecteur la notion de l’impact du saint (voire de la Providence) sur les événements historiques de grande envergure.

Guérisseur et conseiller des barbares

25La fonction de guérisseur et la sainteté étant étroitement liées dans la religion chrétienne, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’Eugippe n’omette pas de faire parader un nombre de guérisons qui prouvent la sainteté de son héros. Dans quelques cas, l’identité des miraculés n’est pas explicite (p. ex. § 14) ; cependant, on rencontre bien des indices qu’il s’agissait souvent des guérisons de barbares (le paralytique ruge, fils d’une veuve : § 6 ; le fils d’un notable du roi Feva : § 33 ; un lépreux du nom de Teio : § 34 ; Bonosus, « moine d’origine barbare » : § 35). Remarquons que dans deux cas au moins (§ 6 et 33) il s’agissait des Ruges, alors que dans les autres cas l’identité de bénéficiaires de miracles reste opaque.

26Nous avons déjà évoqué de nombreux cas de conseils et de prédictions donnés par le saint aux barbares. Qu’il s’agisse de la santé ou de la sécurité, Séverin ne cachait pas sa lumière sous la boussole. Un trait intéressant qui unit ces deux types d’intervention est le fait que, chez Séverin, les miracles n’étaient pas conditionnels. En effet, nous ne trouvons aucun indice qu’une guérison ou un conseil utile quelconque proférés aux barbares soit lié à une tentative de conversion. Sa retenue devient explicite dans le conseil que le saint donne au roi des Ruges flacciteus au sujet de la menace goth :

  • 34 VS 5.2

« Si nous étions unis par la même foi catholique, tu aurais dû plutôt me consulter sur la question de la vie éternelle, mais puisque tu es uniquement préoccupé par ton salut présent… écoute ce que j’ai à te dire34. »

  • 35 W. Herwig, History of the Goths, Berkeley, University of California Press, 1988 ; J. N. Hillgarth, (...)

27Cette indifférence vis-à-vis de la religion des barbares est une constante qui traverse tout le récit d’Eugippe. On peut expliquer ce phénomène d’abord par le fait que l’Église ancienne n’était pas une Église missionnaire, comme que nous la voyons – ou souhaiterions la voir – aujourd’hui. La première mission d’évangélisation dans le sens moderne du mot fut lancée à la fin du vie siècle par Grégoire le Grand lorsqu’il expédia le moine Augustin à Cantorbéry en Grande-Bretagne, en 596. Auparavant, le salut des tribus barbares germaniques au nord du limes n’était point une priorité pour l’Église : la conversion était plutôt une condition politique requise par l’état romain, comme dans le cas des Wisigoths en 37635.

  • 36 Régerat, p. 192, n. 2.

28D’autre part, l’on peut évoquer la difficile conjoncture politique dans laquelle se déroulait le ministère de Séverin : porte-parole d’un groupe minoritaire, en voie d’extinction, il n’avait peut-être pas de marge pour un prosélytisme extensif, susceptible de bouleverser le statu quo, déjà très volatile. L’éditeur du Commonitorium, Philippe Régerat, évoque à cette occasion le « réalisme politique » du saint36.

  • 37 VS 35.1.
  • 38 VS 8.1.
  • 39 La manière dont Eugippe introduit le roi flaccitheus (l’épisode du conseil évoqué plus haut, 5.1-4) (...)

29Remarquons pour finir qu’une partie des barbares que côtoyait Séverin était probablement déjà christianisée, même si l’on ignore le type de christianisme auquel ils adhéraient. Ainsi, parmi les moines de saint Séverin, nous découvrons un certain Bonosus, moine « d’origine barbare, qui était très attaché à l’enseignement du saint37 ». Nous lisons aussi, chez Eugippe, que la méchante femme du roi des Ruges Feva, Giso « entre autres inventions de son iniquité… alla jusqu’à essayer de rebaptiser les catholiques38 » – démarche qui prouve son allégeance à l’arianisme. Cet arianisme n’était vraisemblablement pas bien enraciné : l’influence de saint Séverin a suffi pour détourner Feva de ces pratiques. Cependant, la présence de diverses formes du christianisme chez un certain nombre de barbares est évidente39.

Saint Séverin et les barbares

30Malgré le peu d’intérêt qu’Eugippe porte aux barbares, son récit laisse transparaître des différences qui subsistaient entre les diverses ethnies et qui se reflétaient dans les rapports de saint Séverin avec leurs représentants.

  • 40 VS 27.2.
  • 41 VS 31.6.

31Le peuple avec lequel Séverin entretenait les meilleures relations est indubitablement les Ruges. Les malades ruges ont été guéris par le saint ; plusieurs chefs de ce peuple fréquentent Séverin et profitent de ses conseils (flacciteus, Feva, Ferderuchus) ; enfin c’est la protection des Ruges que Séverin négocie pour la population romaine de Lauriacum (composée aussi des habitants de Quintanae et de Bataua que Séverin y conduisit auparavant40) répartie désormais en plusieurs bourgs en « bonne intelligence » avec les Ruges41.

  • 42 VS 19, 25, 26.
  • 43 VS 27.3.
  • 44 VS 24.3.
  • 45 VS 31.4.

32D’autres peuples, tels que les Alamans42, les Thuringiens43 ou les Hérules44 ne reçoivent pas, dans le Commonitorium, de si bonnes notes, figurant uniformément comme pillards et assassins. D’après Eugippe, les Ruges partageaient cette attitude négative vis-à-vis des autres barbares : le roi flacciteus consulte Séverin parce qu’il a peur des Goths ; lors des pourparlers de Séverin avec le roi des Ruges Feva au sujet des habitants de Lauriacum ce dernier proteste qu’il ne laissera pas les Romains être victimes des Alamans et des Thuringiens, « pillés au cours de sauvages razzias, passés au fil de l’épée ou réduits en esclavage45 ».

33Il est évident que l’image des barbares, dans le « Mémoire » d’Eugippe, variait en fonction du degré de menace qu’ils représentaient : ceux qui vivaient dans le voisinage semblaient nécessairement moins dangereux que les inconnus qui venaient de loin.

  • 46 VS 6.5.

34Le cas d’Odoacre est encore un cas à part qui constitue une intéressante exception à cette règle. Eugippe n’indique pas son appartenance tribale – il était probablement Skire – et raconte que la renommée de Séverin était telle que « certains barbares qui faisaient route vers l’Italie firent un détour pour le voir et obtenir sa bénédiction46 ». Le jeune Odoacre était de leur nombre.

Les barbares et saint Séverin

35La question demeure de savoir quel intérêt poussait les barbares à chercher la fréquentation du saint. Notre seule source, le Commonitorium, n’a pas été écrite par les barbares, ni pour les barbares : c’est en vain qu’on chercherait à y découvrir le « point de vue » barbare. Ce qui transparaît clairement des récits d’Eugippe est que les barbares, leurs chefs y compris, recherchaient le contact de Séverin. Dans l’absence de conversions, cet empressement peut étonner. Certes, la visée hagiographique du récit offre une explication selon laquelle l’extraordinaire d’un personnage comme saint Séverin déplace en quelque sorte les bornes habituelles. On peut se demander cependant si les démarcations dont Eugippe se sert pour décrire son univers – Romain, Barbare, Chrétien – n’empiétaient pas plus qu’il ne veuille faire croire.

36Ainsi, l’épisode du pillage du monastère de Favianae par Ferderuchus, un des chefs des Ruges, peut être considéré dans une tout autre lumière :

  • 47 VS 44.

« Quand Ferderuchus eut appris la mort du bienheureux Séverin, cet homme pauvre en son impiété, toujours plus porté à la démesure par une barbare cupidité, crut pouvoir s’emparer des vêtements destinés aux pauvres et d’autres biens encore. Et aujoutant à ce crime le sacrilège, il donna l’ordre de s’emparer du calice d’argent et de tous les autres objets du culte. Ceomme ces objets étaient placés sur des autels consacrés et que l’intendant mandé pour cela n’osait prêter la main à un tel forfait, il obligea un soldat du nom d’Avitianus à rafler les objets en question. Celui-ci a beau n’avoir exécuté les ordres qu’à contrecœur, il est bientôt agité d’un tremblement irrépressible de tous les membres et le voilà en plus saisi par le démon47. »

37Eugippe n’attribue à Ferderuchus que les motifs les plus bas : marauder les objets de valeur, que ce soit des calices destinés au culte ou des vêtements collectés pour les pauvres. Pourtant, Séverin, avant de mourir, lui avait prédit ce qu’il allait faire en prodiguant ce conseil :

  • 48 VS 42.

« Tu sais que je vais bientôt m’en retourner vers le Seigneur ; aussi, je tiens à t’avertir, prends garde après ma mort de présumer de ce qui m’a été confié en dépôt et de toucher au bien des pauvres et des captifs, sinon pour le prix d’une telle témérité tu ressentiras, le ciel t’en préserve, les effets de la colère divine48. »

38L’auteur du Commonitorium interprète cette conversation comme un avertissement contre le futur pillage, autre occurrence de l’esprit prophétique du saint. Mais saint Séverin, sur le lit de mort, aurait-il admonesté simplement un voleur sans scrupule ? Ce questionnement peut nous conduire vers une image plus nuancée et plus riche de la religion des barbares voisins du Norique.

  • 49 Gildas Le Sage, De Excidio Britanniae. Décadence de la Bretagne, trad. Ch. M. J. Kerboul-Vilhon, Éd (...)

39En effet, la réalité des rapports de Séverin avec des barbares, dont le reflet nous est parvenu par les récits d’Eugippe, est bien compliquée. On peut, d’ailleurs, se demander à quel degré Eugippe lui-même était conscient de cette complexité. Car en fin de compte, c’est grâce aux bonnes relations avec les barbares que saint Séverin parvenait à préserver son troupeau noricien. Qui plus est, c’est grâce à la connexion de Séverin avec Odoacre que les noriciens finirent par être évacués sains et saufs en Italie du Sud. Comparé avec la Grande-Bretagne, dont la population romaine fut abandonnée à ses propres ressources et dont on connaît les malheurs grâce à Gildas le Sage49, le sort du Norique fut infiniment plus clément. La vision de saint Séverin qui avait permis leur exode, qu’elle soit entendue dans le sens politique ou prophétique, se nourrissait assurément d’une expérience personnelle et d’une bonne connaissance de l’univers barbare.

Notes

1 Cf. l’intéressante hypothèse de Friederich Lotter qui a tenté d’identifier notre personnage avec un sénateur romain connu par les inscriptions : Fr. Lotter, Severinus von Noricum. Legende und historische Wirklichkeit. Untersuchungen zur Phase des Übergangs von Spätantiken zu mittelalterlichen Denk- und Lebensformen, Stuttgart, Hiersemann, 1976 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters 12).

2 R. Zinnhobler, Der heilige Severin. Sein Leben und seine Verehrung, Linz, Duschl, 2002.

3 Severin – zwischen Römerzeit und Völkerwanderung, D. Straub (éd.), Linz, Amt d. Oberösterr. Landesregierung, 1982.

4 Eugippe, Vie de saint Séverin, Ph. Regerat (éd.), Paris, Cerf, 1991 (Sources Chrétiennes 374) (cité comme VS).

5 Province romaine qui correspond à peu près à l’Autriche d’aujourd’hui.

6 Cf. Lettre d’Eugippe à Paschase, 7-10, dans Vie de saint Séverin (Sources Chrétiennes n° 374), Ph. Regerat (éd.), Paris, Cerf, 1991, p. 152-155.

7 VS 1.1, Régerat, p. 175.

8 Loquela – cf. Lettre d’Eugippe à Paschase, 10, dans Ph. Regerat (éd.), Vie de saint Séverin, p. 154.

9 P. Brown, « The Rise and Function of the Holy Man in Late Antiquity », Journal of Roman Studies, 61 (1971), p. 80-101.

10 VS 19.2-3.

11 VS 27.2.

12 VS 40.4.

13 W. Goffart, « Does the Vita S. Severini have an Underside ? », dans Eugippius und Severin. Der Autor, der Text und der Heilige, W. Pohl, M. Diesenberger (éd.), Vienne, Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2001 (Österreischische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Denkschriften 297, Forschungen zur Geschichte des Mittelalters 2), p. 34.

14 I. Bóna, « Severi (ni) ana », Acta Antiqua Scientiarum Hungariae (1973), p. 281-331.

15 VS, 40.4.

16 VS 44.5-7.

17 VS 40.5, 44.5.

18 VS 44.5.

19 VS 30.1-5.

20 Cf. le cas de la ville de Ioviacum (24.1-4), où la tendance des habitants à obéir au conseil du saint conduisit à leur destruction par la main des barbares.

21 VS 5.1,3.

22 VS 7.

23 VS 9.1.

24 VS 8.2.

25 VS 19.3.

26 VS 4.4.

27 VS 8.1.

28 VS 8.4-5, Régerat, p. 200-203.

29 VS 44.2.

30 VS 44.3-4.

31 VS 32.1.

32 VS 32.1.

33 VS 44.4.

34 VS 5.2

35 W. Herwig, History of the Goths, Berkeley, University of California Press, 1988 ; J. N. Hillgarth, The Visigoths in History and Legend, Turnhout, Brepols, 2010 ; S. Hagith, « On Foederati, Hospitalitas, and the Settlement of the Goths in A. D. 418 », American Journal of Philology, 108 (1987), p. 759-772.

36 Régerat, p. 192, n. 2.

37 VS 35.1.

38 VS 8.1.

39 La manière dont Eugippe introduit le roi flaccitheus (l’épisode du conseil évoqué plus haut, 5.1-4) comme exemple pour illustrer le respect que les « hérétiques, ennemis de l’Église » payaient au saint laisse entendre quasiment un signe d’équation entre les hérétiques et les Ruges, cf. 4.12-5.1. Mais sa formulation ne permet pas de l’affirmer définitivement.

40 VS 27.2.

41 VS 31.6.

42 VS 19, 25, 26.

43 VS 27.3.

44 VS 24.3.

45 VS 31.4.

46 VS 6.5.

47 VS 44.

48 VS 42.

49 Gildas Le Sage, De Excidio Britanniae. Décadence de la Bretagne, trad. Ch. M. J. Kerboul-Vilhon, Éditions du Pontic, 1996.

Auteur

Professeur, Central European University, Budapest

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search