Version classiqueVersion mobile

Pierre Sudreau

 | 
Claire Andrieu
, 
Michel Margairaz

Deuxième partie. Le politique

Le préfet et le notable. Un centriste en région Centre

Pierre Allorant

Texte intégral

  • 1  J.O. Assemblée nationale, 2e séance du 25 avril 1972, p. 1017.
  • 2  « On n’arrive pas souvent à faire travailler les fonctionnaires le jour. Mais le club Jean Moulin (...)
  • 3  Sylvie Guillaume, « Les ministres non gaullistes dans les gouvernements de Gaulle et Debré (juin 1 (...)
  • 4  Pierre Sudreau, Sans se départir de soi. Entretiens avec François George, Paris, Tirésias, 2004.

1« Nous ne voulons ni du désert français, ni du démembrement de l’État1. » Reprenant à son compte en 1972 cette formule du club Jean Moulin2, Pierre Sudreau illustre sa position singulière dans le débat sur la décentralisation en France. Grand commis de l’État, préfet puis ministre, il a été à même d’apprécier l’efficacité et les limites des interventions de la puissance publique. La continuité de la pensée de Pierre Sudreau et de son action en matière d’administration territoriale est frappante : sous-préfet, préfet, ministre3, député, maire, président du conseil régional, ce qui frappe dans l’itinéraire de Pierre Sudreau, c’est l’unité d’un homme, l’intangibilité d’une conviction régionaliste au service de l’intérêt général. Alors que ses quarante ans de carrière ressemblent à celles d’un notable classique, ses positions sont presque toujours iconoclastes et déterminées en faveur de son territoire d’élection, ce « Centre-Loire » dont il contribue, « sans se départir de soi4 », à l’émergence, assuré de son identité puisée dans son histoire, de Chambord à la renaissance contemporaine de ses universités.

L’apprentissage préfectoral sous la Quatrième : bâtir et illuminer le val

Construire

  • 5  La Nouvelle République, 5 février 1976.
  • 6  Cité par Christiane Rimbaud, Pierre Sudreau, Paris, Le Cherche Midi, 2004, p. 96.
  • 7  « Blois m’a déjà porté bonheur. Je choisis Blois ! », Christiane Rimbaud, Pierre Sudreau : un homm (...)

2« J’ai toujours été régionaliste. Même à l’époque où j’exerçais les fonctions de préfet, il y a vingt ans. Il fallait alors du courage. Nous étions peu nombreux à partager cette conviction et nous étions très critiqués5. » Suivant les vœux du général de Gaulle qui au retour de déportation de Pierre Sudreau avait affirmé : « Il faut qu’il serve l’État, comme Jean Moulin6 ! », il est nommé plus jeune préfet de France à trente-deux ans ; il obtient d’Henri Queuille le Loir-et-Cher7, revenant sur les lieux de sa mission aérienne durant la Résistance. Là, le préfet Sudreau mène tambour battant le chantier de la Reconstruction, de la lutte contre les taudis et la pénurie de logement, et lance l’opération touristique pionnière du spectacle son et lumière.

  • 8  Lettre de Jacques Rigaud au préfet de Loir-et-Cher le 1er octobre 1954. Archives privées Pierre Su (...)

3Un des stagiaires de l’ENA qui se sont succédé alors pour l’épauler, le jeune mendésiste Jacques Rigaud, parti peu après servir en Algérie, lui écrit sa hâte de reprendre sous sa direction ses activités administratives : « J’ai hâte de savoir où en est votre entreprise. Il me semble que vous êtes un des rares hauts-fonctionnaires français à pouvoir construire, dans tous les sens du mot8. » Pour construire, effectivement le préfet Sudreau construit, à la fois de l’habitat collectif et des logements individuels « simples, confortables et pratiques » portés par la société coopérative de HLM, en premier lieu dans les chefs-lieux d’arrondissement, mais aussi de cantons ruraux. Ainsi la presse locale salue-t-elle les réalisations du préfet qui après avoir inauguré une première tranche de maisons construites et habitées depuis peu lance immédiatement une seconde tranche de vingt pavillons en posant la première pierre à Saint-Aignan, petite ville qu’il sort de la torpeur avec une volonté d’œuvre sociale et familiale explicite. Le préfet, entouré des notables locaux, se félicite du dépassement des objectifs initiaux, du succès de l’accession à la propriété et de la qualité des maisons, pierre apportée à la diminution de la crise du logement et au recul des taudis.

Réveiller le « département du week-end9 » : illuminer les « Champs-Élysées de la France »

  • 9  Expression attribuée au préfet Sudreau par le docteur Gamard, président de l’union des syndicats d (...)

4Inaugurées en grande pompe le 5 juillet 1952 par Vincent Auriol, les soirées de Chambord voient le jour grâce à la ténacité d’une équipe soudée autour du jeune préfet qui vient d’être nommé à Blois, avec le petit-fils du magicien Robert-Houdin, architecte des Monuments historiques et conservateur du château de Chambord, l’archiviste en chef du département Jean Martin-Demézil, le compositeur Maurice Jarre, des inventeurs s’inspirant de pionniers de l’entre-deux-guerres et du club d’essai de la RTF.

  • 10  Lettre du préfet Sudreau au ministre plénipotentiaire de La Chauvinière, chef du Protocole au mini (...)
  • 11  Val de Loire, pays des Châteaux de Lumière, 1957, AD Loir-et-Cher, tv/1493.

5Reprenant l’expérience du premier Tour de France de la Lumière de 1937 le long des châteaux de la Loire, d’Amboise à Langeais, Pierre Sudreau annonce en avril 1952 sa volonté de mettre en œuvre un grand projet d’illumination des châteaux du val de Loire à destination des touristes étrangers10. Le préfet dirige personnellement les opérations et la promotion, au moment où le ministère encourage la création d’organisations départementales du tourisme. Pierre Sudreau n’envisage ces projets que soutenus par une intense publicité, coordonnée avec ses collègues de Tours, d’Orléans et d’Angers à travers un dépliant touristique commun, ainsi que des affiches et des invitations adressées aux attachés culturels11.

  • 12  Lettre du préfet Sudreau le 16 novembre 1951 au secrétaire d’État aux Beaux-Arts, direction de l’A (...)
  • 13  Éric Monin, « La naissance des premiers spectacles son et lumière : Les très riches heures de Cham (...)

6Le choix de Chambord se fait lors d’une réunion du 20 octobre 1951 entre Sudreau et Paul Robert-Houdin qui emportent la conviction du secrétariat d’État aux Beaux-Arts en soulignant que « la situation de Chambord, à moins de deux heures de Paris, la disposition matérielle de ce superbe domaine enclos de murs (ce qui facilite la perception d’un droit de péage aux portes les jours d’illumination), le désignent particulièrement pour jouer, après Versailles, un premier rôle dans l’équipement touristique de notre pays12 ». Le rapport insiste sur l’originalité du projet, « véritable spectacle de féeries où les jeux de lumière pourront, avec harmonie, se livrer à toutes les fantaisies permises par la technique moderne » portée par l’équipe Saulnier-Duval-Mazda, le « dialogue vivant de la parole, de la musique et de l’éclairage » reposant sur un véritable scénario. La notion de « fantaisies » irrite le chartiste Martin-Demézil, soucieux de rigueur historique, mais elle ouvre la voie à la coopération originale d’auteurs, d’acteurs, de compositeurs, et c’est cette « vérité poétique » qui enchante les 120000 spectateurs entraînés dans l’histoire de Chambord dès cette année 1952, le projet étant mené à bien par Sudreau en six mois. L’ossature du spectacle, qui évite l’écueil du cours d’histoire, est centrée sur le lieu, le site, le monument. L’idée est résumée par le début du synopsis du film : « La Loire, voie royale, ouvre à ses visiteurs les portes de l’Histoire. » Ce premier spectacle son et lumière transforme les « pratiques touristiques nationales en plaçant les monuments historiques au centre d’un grand projet d’animation culturelle13 ».

  • 14  La Nouvelle République du 24 juin 1952.

7Pragmatique face au déferlement des louanges de la presse internationale, le préfet Sudreau rappelle que « le tourisme n’est pas un prétexte de luxe et de facilité. Il doit être économiquement rentable et socialement utile14 ». Aussi annonce-t-il à Selles-sur-Cher que grâce à « l’énorme succès de Chambord », aux 25000 visiteurs nocturnes en trois semaines, une somme d’un million va « être distribuée pour soulager les misères dans le département », en plus du remboursement de l’avance sur recettes et des millions versés aux Beaux-Arts pour l’entretien des châteaux. Le préfet insiste sur le fait que Chambord n’est pas un haut lieu touristique isolé, qu’il s’inscrit dans un circuit régional.

  • 15  Un cadre commercial retraité, ancien élève aspirant de réserve ; le directeur adjoint du service d (...)
  • 16  Préfet de la région Centre, résistant, déporté à Buchenwald (23 décembre 1943-mai 1945). Il finit (...)
  • 17  « Nous avons la chance d’avoir en la personne de M. Dufay un grand préfet qui, j’en suis sûr, assu (...)

8Élu député en 1967 puis maire de Blois en 1971, Pierre Sudreau se comporte en apparence en notable classique dans le choix de ses adjoints15 ou dans l’hommage rendu à son prédécesseur. Mais son lien avec le préfet Marcel Blanc16 est particulier, d’autant qu’il partage avec lui son épreuve de la déportation et son expérience des directions ministérielles, et il dresse un tableau peu commun des mérites respectifs du préfet de Loir-et-Cher et de son prédécesseur, occasion de brosser un portrait-type très personnel de la coopération optimale à établir entre la municipalité du chef-lieu et la tutelle administrative préfectorale avec pour objectif l’expansion urbaine et la satisfaction des besoins des habitants17. Centriste critique sur la pratique référendaire gaullienne, mais ayant refusé de prendre la direction d’un camp antigaulliste, il se place sous le signe de l’ouverture, état d’esprit qu’il étend aux relations avec « les deux grandes villes dont l’expansion risque de modifier complètement l’équilibre du val de Loire – Orléans et Tours », bien que sa ville de Blois soit entravée dans son développement, prise en tenaille par la montée en puissance démographique, économique et universitaire de ses voisines équidistantes. Devenu député-maire, Pierre Sudreau entend bien rester au centre du dispositif du système territorial français, en dirigeant la « ville moyenne d’équilibre » de la région Centre, au cœur de la « métropole jardin » et de la nouvelle académie d’Orléans-Tours à laquelle s’offre une renaissance, « ici même dans cette région [où] pour la première fois au monde, les grandes fenêtres ont été ouvertes à la lumière et sur la vie ». Afin de dépasser l’étroite gestion communale, il propose de « jeter les bases de méthodes modernes d’administration des grandes villes » par « la collaboration au stade régional ». De ce fait, les fonctions de président de région que Sudreau va exercer à la fin de cette décennie ne sont en rien un passage ou un tremplin, mais la conviction que le bien commun des populations suppose désormais d’agir en utilisant comme vecteurs privilégiés des réseaux d’associations de villes et l’établissement régional.

Un régionaliste réformateur

Un ministre à la manœuvre : Paris et la Renaissance du « Centre-Loire » français

  • 18  « L’organisation de notre région. Les maires des chefs-lieux de sept départements du “Centre-Loire (...)
  • 19  Intervention de Jean-François Gravier à la réunion du 3 octobre 1960 à l’hôtel de ville d’Orléans, (...)
  • 20  Procès-verbal de la réunion du comité Centre-Loire du 28 novembre 1960 à Bourges, adressé au préfe (...)
  • 21  Le 15 septembre 1962. Antoine Prost, « La renaissance de l’université d’Orléans. 1958-1976 », in L (...)

9À l’initiative de Roger Secrétain, maire d’Orléans, et de Raymond Boisdé, député-maire de Bourges, Sudreau suit de près et encourage la formation d’une région centrée sur Orléans18. Il participe même en tant que ministre de la Construction, aux travaux du comité qui se veut « d’action et d’efficacité », composé des maires des sept chefs-lieux et des présidents des chambres de commerce (Nièvre comprise), présidé et piloté avec méthode par le « pionnier de la décentralisation en France », le « propagandiste infatigable de la décentralisation de Paris », son ami du Conseil économique et du Plan, Jean-François Gravier, pour « une décentralisation intelligente et un regain d’activité économique ». Les réunions se transforment en dialogue entre le ministre Sudreau et les notables : leurs porte-parole successifs lui présentent un cahier des charges et de revendications sur les crédits de logement HLM, l’équipement des services municipaux, la substitution de « lignes de force » au « stupide saupoudrage actuel » et surtout l’avancée vers la renaissance universitaire. L’objectif à court terme est de faire sauter les blocages sur la déconcentration des services, et en premier lieu de mettre fin à « l’extension démesurée de l’académie de Paris, l’impérialisme de l’université parisienne faisant qu’il existe au sud de la capitale un grand vide universitaire et scientifique d’un rayon de 300 km […] au cœur de la France, de la boucle de la Loire19 ». L’expansion de la région Centre doit contribuer à la décongestion parisienne : appelant le CNRS à essaimer en province pour irriguer la décentralisation universitaire, Sudreau y associe les laboratoires de recherche privés, refusant à la direction de Saint-Gobain une extension en région parisienne en lui retournant l’argument de proximité : « D’Orléans, vous irez plus vite à Orly que de Gennevilliers ! » Et de saluer le « désintéressement extrême » manifesté par Orléans, car en l’absence de coordination régionale, elle aurait spontanément recueilli le gros des implantations. Le but est tracé : faire du Centre-Loire le « grand foyer d’immigration des cadres » venus de Paris, en mettant en avant l’attractivité de la douceur de vivre ligérienne. « Bénie des dieux », la région rendrait un service à la nation tout entière… à condition de recevoir les crédits de logement, d’infrastructures et d’équipement nécessaires, d’où le rôle décisif de Sudreau, du ministère de la Construction à celui de l’Éducation. Gravier ne s’y trompe pas, incitant les notables à désigner un bureau de chefs de file sectoriels apte à dialoguer avec « M. Sudreau et ses directeurs20 ». Sur le plan universitaire, Pierre Sudreau appuie la renaissance de l’université d’Orléans portée par le recteur Gérald Antoine et le maire Roger Secrétain, convaincus de la nécessité de rendre à la province l’énergie que la congestion parisienne lui a prise. Visitant le campus solognot, Sudreau déclare : « Nous allons construire à La Source l’Oxford français, le premier campus universitaire européen », renouant avec la prestigieuse faculté de droit médiévale21.

La région, pour quoi faire ? Réformer l’entreprise de décentralisation

  • 22  J. O. Assemblée nationale, 2e séance du 25 avril 1972, p. 1017.

10Le débat parlementaire d’avril 1972 offre au député-maire de Blois une tribune pour préciser sa conception de la régionalisation et déplorer l’excès de modestie et de timidité de l’établissement public régional « croupion » hérité du rejet du référendum d’avril 1969. Sudreau évoque avec humour les aspirations représentatives locales de l’historien libéral et autre « grand Blésois » Augustin Thierry, et le précédent régionaliste du programme de Nancy de 1865 qui fait alors sourire en écho au vibrionnant député réformateur de Meurthe-et-Moselle, Jean-Jacques Servan-Schreiber. Rappelant que le mouvement régionaliste n’a jamais été l’apanage d’un seul parti, il constate que l’idée a été « meurtrie » par son application détestable par Vichy, et en conséquence introduite en catimini dans la vie administrative de la IVe République. S’il salue l’officialisation pragmatique opérée par le projet de loi, c’est par souci d’efficacité, le maintien du morcellement en 95 départements étant justifié par la proximité démocratique et par la crainte de féodalités régionales frondeuses. En revanche, il déplore le manque d’ambition : « À naviguer trop près des côtes, on ne conquiert jamais les océans », on ne soulève même pas la chape de plomb centralisatrice. Suscite ses critiques les plus vives le maintien du nombre de régions hérité de l’arrêté de 1956, auquel il a contribué auprès d’Edgar Faure, et qui ne repose pas sur de réelles solidarités économiques : il en appelle à structurer la France autour des grands métropoles régionales, en harmonisant le travail du commissariat au plan et l’organisation de tous les ministères22. Il se montre encore bien plus sévère sur le manque de moyens concédés aux services régionaux, dans la continuité du dénuement des CODER. Mais à l’inverse de la gauche, qui avec Maurice Faure stigmatise l’autoritarisme du corps préfectoral, Sudreau défend l’administration déconcentrée pour mieux fustiger « le mépris des grandes administrations parisiennes à l’égard des responsables locaux, hauts fonctionnaires ou élus ». Le cœur du problème français est là : le pouvoir des grands corps parisiens, l’absence d’équilibre avec de puissants états-majors administratifs régionaux aptes à recueillir de vastes transferts de compétences. Enfin, Pierre Sudreau pointe l’incohérence qui consiste à créer, avec ces établissements publics régionaux, des « CODER bis » sans personnalité juridique, alors qu’il faudrait les doter de ressources financières indispensables à l’autonomie et, à terme, d’un exécutif élu. Il évoque pour conclure la proposition Charles Beauquier de 1902 exigeant le non-cumul de mandats régionaux et parlementaires et craint qu’une adoption dans une « morne résignation » ne vaille à cette assemblée le reproche encouru par les parlementaires de l’entre-deux-guerres d’avoir été « sans imagination dans nos desseins, irrésolus dans nos esprits, et en définitive, incapables de nous affranchir des servitudes du passé ».

  • 23  Présidence de la région Centre. Archives privées Pierre Sudreau, Archives nationales, 91AJ/38.
  • 24  Le Monde des 20-21 février 1976, p. 27.

11À l’occasion de son accession à la présidence de la région Centre en 197623, Pierre Sudreau affirme dans Le Monde l’irréversibilité de la régionalisation, tant il est « impossible de gérer le pays depuis Paris24 ». Il dresse le parallèle entre les critiques sur le découpage départemental depuis la Révolution et les doutes sur le fait et l’identité des régions, qui « vont naître avec des tâtonnements et, peut-être même des erreurs », comme celle de multiplier les échelons administratifs. Sa conviction régionaliste s’accompagne d’une volonté de limiter « très sérieusement » le cumul des mandats. Livrant son sentiment que « la France n’a pas de politique administrative digne de ce nom », il se montre sévère sur le fonctionnement des conseils régionaux.

  • 25  André Chandernagor, Un Parlement, pour quoi faire ?, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1967.

12Afin de mener une réflexion prospective sur le rôle des régions dans le développement économique, pour l’emploi et l’aménagement du territoire, Sudreau réunit un séminaire des bureaux élargis de l’assemblée régionale au château de Chambord qui emprunte le titre et la démarche d’André Chandernagor : « La région, pour quoi faire25 ? » Loin des envolées de Jean-Jacques Servan.-Schreiber, il tente un bilan des premières années d’application de la loi de 1972, à partir des compétences prioritaires dévolues à l’établissement public : la répartition des crédits de l’État, l’aménagement du territoire et le développement économique. Il déplore que la plupart des ministères, Intérieur et Santé exceptés, aient peu tenu compte des priorités régionales, alors même que la perspective de contrats pluriannuels était la plus prometteuse. Il se montre encore plus sévère sur l’aménagement du territoire, inchangé depuis 1963 alors que la crise aurait réclamé la mobilisation de primes régionales sur les « poches de chômage ». Enfin, sur la mission essentielle de développement économique, il dénonce l’ignorance, voire le sabotage des missions d’alerte, d’information, d’aide et de formation définies dans son rapport sur la réforme de l’entreprise : refus de l’ANPE d’ouvrir ses fichiers ; absence de toute coordination des services de l’État, de la Banque de France à l’URSAFF ou à l’inspection du travail, là où une simple circulaire aurait suffi ; blocage bureaucratique et inefficacité des dispositifs d’aides aux PME en difficultés, émiettés dans des services départementaux étrangers au monde de l’entreprise ; gaspillages et doubles emplois dans la formation professionnelle et technologique par refus de prendre en compte le seul bassin pertinent, la région, d’où une remontée systématique en thrombose vers Paris. Pire que cette accumulation d’incompétence, le développement économique est saboté par l’absence de financement des agences régionales, prônées par le rapport Guichard, et des sociétés de développement régional. Enfin, le fonds de garantie des entreprises proposé par la région Centre et mis en place par le décret du 27 juillet 1977 reste inefficace, la décision revenant à Paris. Quant aux primes régionales sur les créations d’entreprises, elles souffrent d’une rigidité paralysante faute de modularité en fonction des pays et des secteurs d’activité.

  • 26  6 janvier 1978, interview à Centre actualités, archives INA.

13À l’aube de l’année 1978, « personnellement obsédé par le problème de l’emploi » surtout des jeunes, il affirme vouloir « foncer et accélérer. Il faut voir au-delà des élections26 » et de l’excessive instabilité des préfets. Ouvrant le 21 septembre 1978 la séance du conseil régional, Sudreau salue l’arrivée de nouveaux préfets départementaux et du préfet de région, mais pour mieux regretter « la frénésie des mutations préfectorales » ; les préfets doivent « disposer du temps nécessaire pour réaliser un travail sérieux. La responsabilité va de pair avec la continuité ». Saluant l’arrivée du préfet de région, Marcel Blanc, « administrateur compétent, précis, exigeant », Sudreau dresse le portrait d’un grand commis de l’État qui lui ressemble fort, y compris son passé de déporté, gage de ténacité pour l’avenir : « Il est rare de rencontrer dans l’administration française un homme dont l’expérience est aussi grande et aussi complète », en province et dans les ministères, en qualité de directeur de cabinet du ministre de l’Équipement, de directeur général de la protection de la nature et de l’environnement, puis de directeur général des collectivités locales place Beauvau.

14Toutefois, Sudreau justifie son intention de ne pas solliciter le renouvellement de son mandat par la difficulté de cumuler les fonctions de maire d’une ville moyenne, de député et de président de région, et par le fait que « les responsabilités qu’assume un président de région n’ont aucune commune mesure avec les moyens dont il dispose ».

  • 27  21 septembre 1978, séance d’ouverture du conseil régional et interview à Centre actualités, archiv (...)

15S’il se félicite alors que la région Centre ait été pionnière sur l’aménagement rural et l’emploi, avec une coopération entre tous les niveaux de collectivités, en « perpétuel insatisfait », il regrette le manque d’efficacité de l’articulation État-régions. Il exprime le souhait que la DATAR, conçue dans une période d’expansion, devienne « l’état-major des politiques régionales ». Et il projette d’organiser avant la fin de l’année un « conclave » avec les fonctionnaires préfectoraux avant tout destiné à déterminer comment relancer le plus efficacement possible l’activité économique de la région Centre27.

  • 28  Il reçoit alors le soutien de son collègue Olivier Guichard dans son combat contre les réticences (...)
  • 29  « Opérations municipales : Blois un an après », France 3 Orléans, journal télévisé du le 23 mars 1 (...)

16Le 18 juin 1981, en une date anniversaire riche de sens pour ces deux camarades de la Résistance, Pierre Sudreau vient apporter son soutien à son vieil ami Gaston Defferre, ministre de l’Intérieur, dans son entreprise de décentralisation. Il lui adresse le compte-rendu de son intervention d’avril 1972 lors du débat sur la création des régions par le gouvernement Chaban-Delmas, dans le souci de l’aider à surmonter les craintes et les critiques traditionnelles de la haute administration et des élus départementaux ; étant « en harmonie » avec son projet, il lui laisse liberté d’en user « à sa guise ». Gaston Defferre lui répond le 1er juillet : « Une fois de plus, tu as montré la voie. Ton intervention de 1972 est d’une totale actualité. » Le 10 juillet 1981, il appuie publiquement le projet dans une tribune que Le Monde lui demande, intitulée « La décentralisation sans malédiction ». Il l’adresse au ministre de l’Intérieur quatre jours à l’avance en espérant qu’elle l’« aidera à faire évoluer les esprits ». L’article commence par rappeler le caractère courageux de son ancien compagnon de la Résistance. Il estime qu’entre le département et la région, la querelle est dépassée, tant la proximité gestionnaire exercée par le conseil général est aisément séparable de l’administration de mission réservée aux conseils régionaux. Il signe sa tribune en rappelant qu’il a défendu les mêmes positions lors du débat de 1972, et qu’il a démissionné de la présidence du conseil régional du Centre pour protester contre l’absence de liberté de fixer le budget de l’établissement public et le taux d’imposition28. Cependant, entamant son dernier mandat municipal, il fait le point sur les innovations et les conséquences de la décentralisation, l’une d’entre elles, et pas la moindre, étant le désengagement financier de l’État, qui aboutit selon lui à un paradoxal « centralisme extraordinaire » secrété par les dotations et contraire à la loi de décentralisation29.

*

  • 30  Pierre Sudreau, De l’inertie politique, Paris, Stock, 1985.
  • 31  Pierre Grémion, « Le préfet et ses notables », Sociologie du travail, juillet-septembre 1966, p. 2 (...)

17En hommage à un itinéraire loin « de l’inertie politique30 », François Mitterrand le fait Grand Croix en octobre 1992, saluant un « homme droit, qui est toujours resté actif et dans sa ligne », à grande vitesse bien sûr. Dans son dernier livre, Au-delà de toutes les frontières, Pierre Sudreau fustige l’hémiplégie de la vie politique hexagonale induite par l’élection directe du président de la République au suffrage universel et sa « corrida électoraliste ». Favorable au septennat unique, aux majorités d’idées, à une Europe revitalisée, homme libre face à l’avenir des territoires français et à la réforme de leur administration dans l’efficacité du service public, le préfet bâtisseur de la Reconstruction puis l’élu « Progrès et démocratie moderne » est en cela bien notre contemporain. Grand commis innovant, farouche partisan d’une régionalisation apte à dépasser le système du notable local négociant avec le préfet dans le cadre départemental31, Pierre Sudreau, à travers chaque rôle qu’il a pleinement exercé, incarne aussi un moment particulier de l’administration territoriale française, les trente années qui séparent le premier gouvernement Pinay des lois Defferre : la redynamisation de la province et la modernisation de sa gestion par l’idée d’une « régionalisation de mission », avant le triomphe des nouveaux notables.

Notes

1  J.O. Assemblée nationale, 2e séance du 25 avril 1972, p. 1017.

2  « On n’arrive pas souvent à faire travailler les fonctionnaires le jour. Mais le club Jean Moulin réussit à les faire travailler la nuit. » Le général de Gaulle cité par Alain Peyrefitte, Le Mal français, Paris, Fayard, 1976.

3  Sylvie Guillaume, « Les ministres non gaullistes dans les gouvernements de Gaulle et Debré (juin 1958-avril 1962) : techniciens et politiques », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 12, septembre-décembre 2010.

4  Pierre Sudreau, Sans se départir de soi. Entretiens avec François George, Paris, Tirésias, 2004.

5  La Nouvelle République, 5 février 1976.

6  Cité par Christiane Rimbaud, Pierre Sudreau, Paris, Le Cherche Midi, 2004, p. 96.

7  « Blois m’a déjà porté bonheur. Je choisis Blois ! », Christiane Rimbaud, Pierre Sudreau : un homme libre, Paris, Le Cherche Midi, 2004, p. 103.

8  Lettre de Jacques Rigaud au préfet de Loir-et-Cher le 1er octobre 1954. Archives privées Pierre Sudreau, Archives nationales, 91AJ/17.

9  Expression attribuée au préfet Sudreau par le docteur Gamard, président de l’union des syndicats d’initiative de la vallée du Loir, lettre à M. Charbonnier du 29 novembre 1957, AD Loir-et-Cher, SC/135/1.

10  Lettre du préfet Sudreau au ministre plénipotentiaire de La Chauvinière, chef du Protocole au ministère des Affaires étrangères, le 15 avril 1952. AD Loir-et-Cher, SC/58/1.

11  Val de Loire, pays des Châteaux de Lumière, 1957, AD Loir-et-Cher, tv/1493.

12  Lettre du préfet Sudreau le 16 novembre 1951 au secrétaire d’État aux Beaux-Arts, direction de l’Architecture, bureau des travaux et Classements. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. 0081/041/0025.

13  Éric Monin, « La naissance des premiers spectacles son et lumière : Les très riches heures de Chambord », in Robert Carvais, André Guillerme, Valérie Nègre et Joël Sakarovitch, Édifice et artifice. Histoires constructives, Paris, Picard, 2010, p. 855-864.

14  La Nouvelle République du 24 juin 1952.

15  Un cadre commercial retraité, ancien élève aspirant de réserve ; le directeur adjoint du service départemental d’électrification rurale ; un sous-directeur honoraire de la caisse de sécurité sociale ; un maréchal des logis retraité ; un chef de service commercial ; un directeur d’école honoraire, gestionnaire de la caisse des écoles publiques. AD Loir-et-Cher, 1087 W 108.

16  Préfet de la région Centre, résistant, déporté à Buchenwald (23 décembre 1943-mai 1945). Il finit sa carrière de 1986 à 1990 en tant que directeur général de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets. Septembre 1870-Mai 1982, Paris, Archives nationales 1994, p. 94.

17  « Nous avons la chance d’avoir en la personne de M. Dufay un grand préfet qui, j’en suis sûr, assumera ses responsabilités de tuteur avec le maximum de compréhension. […] Tous ses collaborateurs de la préfecture seront pour nous des conseillers et j’oserai même dire, des amis, plutôt que des tuteurs au sens traditionnel du mot. Je ne pense pas que M. Louis Pétré ait toujours bénéficié de la même bienveillance. Le prédécesseur de M. Dufay a sur certains dossiers appliqué disons une conception de la tutelle avec beaucoup de routine », archives municipales de Blois, 1 D 1 46, délibérations municipales du 20 mars 1971, Dufay CAC 930584/26.

18  « L’organisation de notre région. Les maires des chefs-lieux de sept départements du “Centre-Loire” se sont réunis hier à Tours », La République du Centre, 22 février 1961.

19  Intervention de Jean-François Gravier à la réunion du 3 octobre 1960 à l’hôtel de ville d’Orléans, AD Loiret, 163 W 29023, région Centre création.

20  Procès-verbal de la réunion du comité Centre-Loire du 28 novembre 1960 à Bourges, adressé au préfet du Loiret par Roger Secrétain le 9 décembre 1960, AD Loiret, 163 W 29023, région Centre création.

21  Le 15 septembre 1962. Antoine Prost, « La renaissance de l’université d’Orléans. 1958-1976 », in L’université d’Orléans 1306-2006. Regards croisés sur une histoire singulière, Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 2008, p. 108.

22  J. O. Assemblée nationale, 2e séance du 25 avril 1972, p. 1017.

23  Présidence de la région Centre. Archives privées Pierre Sudreau, Archives nationales, 91AJ/38.

24  Le Monde des 20-21 février 1976, p. 27.

25  André Chandernagor, Un Parlement, pour quoi faire ?, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1967.

26  6 janvier 1978, interview à Centre actualités, archives INA.

27  21 septembre 1978, séance d’ouverture du conseil régional et interview à Centre actualités, archives INA.

28  Il reçoit alors le soutien de son collègue Olivier Guichard dans son combat contre les réticences de l’État à s’appuyer sur un véritable « pouvoir régional », facteur essentiel d’une décentralisation efficace. La Nouvelle République, 29 novembre 1978.

29  « Opérations municipales : Blois un an après », France 3 Orléans, journal télévisé du le 23 mars 1984.

30  Pierre Sudreau, De l’inertie politique, Paris, Stock, 1985.

31  Pierre Grémion, « Le préfet et ses notables », Sociologie du travail, juillet-septembre 1966, p. 249-277 ; « Autour du périphérique. Entretien avec Pierre Grémion », Politix, 1989, vol. 2, n° 7-8, p. 21-24.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search