Version classiqueVersion mobile

Selfies & stars

 | 
François Hourmant
, 
Mireille Lalancette
, 
Pierre Leroux

Troisième partie. Visibilité et célébrité numérique

7. Construire la célébrité en politique : la « pré-campagne » d’Emmanuel Macron

Pierre Leroux et Philippe Riutort

Texte intégral

« La société manifeste son existence
par les phénomènes dont l’individu est le théâtre sans en être, dirait un philosophe, la raison suffisante.
La coupe de la redingote de notre homme du monde comme le tour de ses pensées, ce n’est pas lui, mais bien plutôt le “monde” qui en décide. »
Bouglé, 1907 : 6-7

  • 1  Comme le montre, au long de la Ve République, l’échec de nombreuses tentatives solitaires ou de pe (...)

1Si certaines conduites individuelles d’acteurs politiques s’inscrivent dans un mouvement général, et depuis longtemps amorcé, d’exhibition de soi, voire de narcissisme (Courtine, 1990 : 152-154 ; Haroche, 1993 : 51-58), elles ne prennent un sens social qu’au sein d’un espace d’activité et de relations (le champ politique) où les places, les hiérarchies, et l’accumulation de capitaux utiles sont largement articulées à des collectifs et à des institutions qui savent se rappeler à ceux qui voudraient s’en affranchir1. Ainsi, ce qu’on désigne d’ordinaire sous le terme de « popularité », même certifiée par des sondages, ne saurait en rien garantir, loin de là, le succès d’une entreprise politique individuelle qui ne disposerait que de maigres soutiens institutionnels.

L’originalité apparente d’une personnalité politique très médiatisée

  • 2  Pour les éléments méthodologiques voir annexe 1.

2Le cas d’Emmanuel Macron que nous allons analyser ici2, semble pourtant contredire en bien des points ce que la sociologie politique considérait comme des acquis. Son entreprise politique se présente à la fois comme dégagée des cadres structurants de la politique (soutiens, parti), et largement liée à un intense travail de communication, notamment en direction des médias, qu’on pourrait rapprocher de ce point de vue de celui de personnalités telles que Barak Obama aux États-Unis ou Justin Trudeau au Canada.

3La courte et fulgurante trajectoire politique d’Emmanuel Macron (de l’appartenance aux cercles des conseillers de la campagne de François Hollande pour la présidentielle de 2012, à sa propre élection comme président de la République en 2017 à l’âge de 39 ans) s’est en effet accompagnée d’une mise en visibilité médiatique et d’une construction d’une personnalité publique qui trouvent des parentés avec celles des personnalités de la culture du divertissement et s’avère particulièrement originale dans l’espace politique. Elle ne résulte pas de la construction patiente d’une notoriété liée au cumul (dans l’espace ou dans le temps) de multiples postes politiques médiatiquement exposés, pas plus que de la construction progressive d’un crédit qui renverrait à une capacité personnelle (due à l’expérience accumulée) à prendre en charge et à résoudre, comme dirigeant politique, les affaires publiques. Elle ne s’appuie pas non plus sur l’incarnation d’un collectif (parti, courant politique plus large, ou d’une des polarités de la vie politique française, la droite ou la gauche), ni au sein d’un collectif (une organisation partisane) bien au contraire. La visibilité d’Emmanuel Macron s’est construite à travers une exposition médiatique intense, variée et très individualisée qui débute bien avant que cette entreprise politique (qui s’organisera ensuite dans le but de participer à l’élection présidentielle) soit visible et officialisée.

4Ces éléments de construction de la personnalité publique ont pu jouer un rôle important dans le fait qu’Emmanuel Macron ait réussi à devenir, partant de rien ou presque du point de vue de la reconnaissance publique (dans lequel les médias jouent aujourd’hui le premier rôle) et en un temps très limité, un personnage central de la médiatisation de la politique avant d’être considéré comme un acteur important de la configuration politique qui s’agença pour la présidentielle. Cette contribution se propose d’analyser, à travers ce cas, le mécanisme de la célébrité qui a précédé la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron proprement dite, résultat de mécanismes globalement convergents, non réductibles à la somme des opérations de communication effectivement menées par les journalistes, les acteurs des médias, et Emmanuel Macron et ses équipes.

Caractéristiques et limites ordinaires de la célébrité en politique

  • 3  Pour une approche historique (Lilti, 2014).

5Il semble indispensable, dans la perspective d’une ascension politique de mener aujourd’hui conjointement un travail interne au sein des institutions et appareils partisans, dans lequel l’« individualisation » (i. e. les éléments visant à l’exploitation des éléments personnels de singularité), si elle constitue désormais un des aspects majeurs du métier politique (Le Bart, 2013 ; Stanyer, 2012) compte moins pour asseoir une carrière que les éléments traditionnels du capital politique, qu’ils se nomment réseaux, courants, parrainages, etc. Et, bien que des analyses (Réseaux, 2014) aient récemment souligné que les appréciations positives portées par les médias sur le travail de personnalisation ne sont pas sans effet à l’intérieur de l’espace politique lui-même, il ne semble pas que l’on puisse rapprocher ce travail de ce qu’on entend communément sous le terme de « célébrité » dans son acception moderne (dans les deux sens du terme : le phénomène ainsi nommé – la célébrité – et l’individu mis en valeur, devenu ainsi « une célébrité »), comme capacité à construire une position de premier plan dans une fraction de l’espace social en faisant parler de soi par médias interposés. Aujourd’hui distincte de la « gloire » qui permettait éventuellement une reconnaissance dans les médias (Braudy, 1997), la célébrité contemporaine ne fait plus référence à des mérites antérieurs3 (liés à une œuvre, un ensemble d’actions exceptionnelles, une conduite particulièrement remarquable…), et le concours des médias est désormais indispensable (Heinich, 2012 : 37), que ceux-ci soient institutionnels ou non. Enfin, la rapidité à laquelle on peut désormais y accéder grâce à la circulation des informations sur Internet, a démultiplié son étendue et ses conséquences. Mais elle ne saurait pour autant résulter de la seule volonté des personnalités elles-mêmes (bien qu’elles y apportent le plus souvent leur participation), pas plus que du seul engouement des médias. Il faut donc considérer de notre point de vue la célébrité contemporaine, comme le produit d’opérations collectives de mise en circulation grâce aux médias de toute nature, de représentations multiples et multiformes ayant pour objet une « personnalité » publique construite à partir d’éléments en rapport direct ou non avec l’activité spécifique de cette personnalité (au sein de l’univers artistique ou politique par exemple).

  • 4  Sur le cas français (Chenu, 2008).

6En France, si on en juge par la place qu’elles occupent dans les productions médiatiques, les personnalités politiques françaises n’atteignent jamais un niveau de célébrité et de « popularité » (selon le terme utilisé dans les sondages de mesure des jugements positifs) équivalent à celui des célébrités appartenant à l’univers du divertissement et des industries culturelles en général, à l’exception de quelques occupants des postes les plus prestigieux qui suscitent parfois sur le tard – voire après leur mort – un niveau élevé d’intérêt médiatique4. Dans les palmarès des personnalités – comme, en France, celui de l’IFOP régulièrement réalisé pour Le Journal du Dimanche – les politiques obtiennent des indices de popularité souvent inférieurs de moitié aux occupants des premières places. L’occupation d’un poste politique de premier plan amène pourtant souvent une attention médiatique à la personne et la personnalité politique qui peut parfois aller jusqu’à la mise en scène et la mise en valeur des éléments constituant une « intimité publique » (Dakhlia, 2008 ; Delporte, 2010).

  • 5  Le comportement de Nicolas Sarkozy s’inspirant trop nettement du modèle d’exposition publique de l (...)

7Mais les conduites de valorisation individuelle ne sauraient exister pour les pairs que comme un élément secondaire d’appréciation renvoyant plus largement à un savoir-faire utile dans la relation avec les médias (dont l’objet ne peut être réductible à la capacité à faire croître son propre capital personnel de notoriété et de « popularité »). Et pour les citoyens-électeurs, si les traits publics d’une « personnalité politique » peuvent valoir reconnaissance, distinction, attachement et fidélité ils prennent place au sein des multiples indices contribuant à construire une capacité à incarner le pouvoir, occuper le poste et endosser toutes les dimensions du « rôle », bref à « représenter », dans tous les sens du mot. Là encore, ces conduites ne sauraient trop s’écarter des cadres normatifs propres à l’univers politique sous peine de faire l’objet – notamment de la part des médias – de rappel à l’ordre5 et de courir le risque, dans l’espace politique comme ailleurs, de nuire à la reconnaissance par les pairs (Lilti, 2014).

8La mise en valeur individuelle demeure donc encore largement liée à l’activité politique sous ses formes plus classiques (dans le cadre des fonctions officielles notamment), et reste appréciée au regard de critères proprement politiques (poids dans le champ politique en grande partie lié, à des degrés variable selon les pays, à la place dans la hiérarchie des postes et des fonctions, ancienneté de la carrière, cumul de fonctions prestigieuses, etc., allant souvent de pair avec une nécessaire relation avec les médias). L’articulation obligée de ces dimensions internes (les pairs) et externes (les citoyens/électeurs) du travail politique rend donc problématique – ou pour le moins peu profitable – un rapport aux médias ayant pour seul fondement l’acquisition et/ou l’entretien de la célébrité, affranchis de lien avec un positionnement et un discours (au sens large) proposant des biens politiques.

Le cas d’Emmanuel Macron : une position propice à la mise en célébrité

  • 6  Qui commence dès lors que les principaux candidats sont au moins formellement connus, c’est-à-dire (...)
  • 7  Journal du dimanche, 12 février 2017.
  • 8  Marc Vignaud, « “Révolution” : la troisième voie d’Emmanuel Macron », Le Point, 24 novembre 2016.

9Dans la période qui précède la campagne présidentielle proprement dite6, Emmanuel Macron n’a pas été, comme ses concurrents, soumis à un contrôle de la conformité de ses prises de positions au lourd catalogue référentiel politique d’un camp ou d’un parti. Il a pu se laisser porter par l’intérêt positif des médias sans le contrarier et éventuellement en l’exploitant. Il n’a – presque – rien inscrit sur la page blanche politique qui précède d’ordinaire une entrée en campagne, ce qu’il a d’ailleurs revendiqué en fin de campagne comme un choix stratégique, déclarant que « c’est une erreur de penser que le programme est le cœur » d’une campagne électorale7. Comme l’ont remarqué bon nombre de commentateurs son positionnement politique a été construit autour d’un certain nombre de symboles qu’il a lui-même instrumentalisés, et lié à un projet attrape-tout qui donnait peu de prise à une contre-argumentation. Il n’a par exemple jamais revendiqué clairement un libéralisme économique qui renvoyait pourtant au thatchérisme à la française du Chirac des années 1986-1988, pas même dans son ouvrage Révolution (Macron, 2016) qui, aux yeux d’un éditorialiste traçait « un chemin social-libéral enthousiasmant mais encore trop flou8 ».

  • 9  Ce dont témoigne à chaque élection les thématiques du « troisième homme » ou du « retour » d’un ca (...)

10Emmanuel Macron s’était en effet imposé auparavant dans la vie publique, lors d’une ascension indissociablement politique et médiatique, en devenant au fil du temps le support des attentes d’un marché médiatique traditionnellement – et de plus en plus précocement – fortement mobilisé dans la longue période qui précède l’élection présidentielle9 ; bien avant donc la séquence enchaînant en avril 2016 la création de son mouvement En marche !, sa décision en juillet de démissionner du gouvernement (annoncée fin août) et le premier grand meeting de son mouvement à La Mutualité à Paris, qui s’est conclu par sa déclaration officielle de candidature en décembre 2016. Son personnage public et la place qu’il a acquise dans la compétition politique relèvent d’un ensemble de représentations projetées sur lui, en premier lieu par les médias. Celles-ci ont conduit à en faire un sujet central valorisé essentiellement par la mise en avant et en valeur de « singularités » alors que les indices sondagiers ne soulignaient pas encore une très forte « popularité » (voir annexe 2). Il apparaît ainsi rapidement comme une personnalité dotée de points d’intérêts multiples (comme autant d’angles de traitement journalistiques potentiels), mais aussi – différentiellement par rapport à ses concurrents – comme le symbole d’un renouveau, tant générationnel, que par les manières de « faire » de la politique.

Chef d’orchestre clandestin ou candidat des médias ?

  • 10  Entretien avec Julie de la Sablière, (attachée de presse de En Marche), juillet 2016.
  • 11  Dont l’une des caractéristiques semble être de bénéficier d’un intérêt exceptionnel des médias à l (...)
  • 12  Selon plusieurs de nos interlocuteurs journalistes il semble que la présence (ou l’absence) de Bri (...)

11Emmanuel Macron a suscité très tôt une attention journalistique bien supérieure à ce que des éléments comparables (actes, faits, biographies ou informations personnelles) auraient pu provoquer chez ses concurrents. Le fait a été noté au sein même de l’équipe d’Emmanuel Macron comme un phénomène dépassant les attentes et comportant sa part de magie. Ainsi, le premier grand meeting organisé à la Mutualité le 12 juillet 2016, pour le lancement du mouvement En marche ! témoigne d’un succès inespéré à la fois du point de vue de la mobilisation militante qu’il donne ainsi à voir mais aussi de la garantie d’une couverture très large par les médias, promesse du retentissement de cette manifestation. Il réunit, déclare l’attachée de presse du mouvement, « plus de deux cents journalistes accrédités […] dont quarante titres de presse étrangère : des médias espagnols, britanniques, japonais. La presse féminine était présente, en pagaille (rires), il y avait trois personnes rien que pour Elle, Grazia10… » Pour étonnante qu’elle paraisse, la présence de ces magazines « féminins » – ordinairement absents à ce type d’événements – tout comme de correspondants de grands titres des médias étrangers – montre bien à ce moment qu’au-delà de la lecture politique de cet « événement » construit pour la presse, une partie des médias s’était déjà accoutumée à traiter de l’actualité d’une célébrité du monde politique. Emmanuel Macron – comme d’autres célébrités contemporaines avant lui11 – pouvait déjà être considérée pour une partie des médias comme étant potentiellement digne d’intérêt quoiqu’il entreprenne. Les à-côtés du lancement de son mouvement politique (comme la présence ou non de son épouse par exemple) pouvaient déjà donner lieu à des articles ou des reportages12.

12Cet intérêt hors norme – très généralement positif – accompagne Emmanuel Macron tout au long d’une trajectoire politique ascendante. Il est cependant largement supérieur à ce que l’évaluation de ses atouts, de son poids politique ou des « chances » objectives de réussite de son entreprise politique (sans parler de figurer en tête du premier tour de la présidentielle), pouvait lui permettre d’espérer.

  • 13  Ainsi M (supplément du journal Le Monde du 20 mai 2017) qui publie un article de 7 pages sur ce th (...)
  • 14  Pour des éléments factuels très précis sur ces liens (Bénilde, 2017 : 7) et dans les biographies ( (...)
  • 15  Comme lorsqu’une vidéo montre sur Youtube le check saluant une célèbre journaliste de BFM TV avec (...)
  • 16  Notamment lorsqu’est parue l’enquête Dans l’enfer de Bercy (Says et L’Hour, 2017) : « dans le prem (...)

13Deux formes d’explications contradictoires ont été proposées… dans les médias. L’une considérant que l’entreprise politique d’Emmanuel Macron relevait d’une « bulle médiatique » à l’image de ces titres boursiers dont la côte est gonflée par des mécanismes artificiels « d’auto-validation », qui résultait d’une instrumentalisation particulièrement habile de la communication politique par Emmanuel Macron et ses équipes qui aurait permis d’imposer aux médias ce nouveau « produit » parfaitement « marketé13 ». L’autre que des complicités puissamment agissantes au plus haut niveau de l’espace médiatique – les dirigeants et propriétaires de groupes de médias et de télécommunication « amis » d’Emmanuel Macron – auxquels se serait ajouté l’appui plus ou moins conscient des journalistes politiques dominants des médias les plus influents, articulé à des liens puissants au sein de l’espace du pouvoir14, œuvraient silencieusement au succès de son entreprise politique. Les « preuves » n’ont d’ailleurs pas manqué, soulignant photos, vidéos15 ou analyses de ses « réseaux » à l’appui16, la « proximité », la convergence des intérêts et/ou « l’amitié » liant Emmanuel Macron à certains patrons, journalistes en vue ou membres politiques influents agissant dans l’ombre pour le promouvoir.

  • 17  Ainsi en est-il de l’interprétation de la parution du numéro de Paris Match (cf. infra) qui résult (...)
  • 18  Voir également sur ce point notre analyse dans l’article à paraître sur le capital médiatique.

14Ainsi, l’ensemble de ces actions concertées ou non, devenait le levier d’une ascension vers les sommets du pouvoir, avec le concours volontaire ou instrumentalisé d’une grande partie des médias. Le décryptage de pratiques souterraines, voire invisibles et la mise à jour des ressorts cachés, a pu ainsi apporter une contribution à la construction d’un crédit politique, fut-il en l’espèce, manipulatoire (par le mécanisme de la prophétie autocréatrice), à mesure que l’ascension médiatique et politique d’Emmanuel Macron prenait forme. L’analyse des opérations de communication tendaient en effet à profiter à celui auquel on accordait le plus grand crédit, quand bien même les « coups » de communication relevaient de circonstances et d’acteurs échappant à son contrôle17 ou s’expliquaient autant sinon plus par les propriétés et la position d’outsider d’Emmanuel Macron dans l’univers politique que par son sens de l’anticipation ou du positionnement18.

  • 19  Sur ce sujet (Lemieux, 2010).
  • 20  Bien que son équipe soit constituée d’individus plutôt plus jeunes et moins expérimentés que celle (...)

15Ce n’est pourtant pas la première fois, que ce type de discours revient lors d’une campagne présidentielle19, et il est bien entendu désormais objectivement acquis que l’instrumentalisation des médias demeure au cours d’une campagne l’un des objectifs primordiaux des équipes chargées de la communication politique des candidats (Réseaux, 2014 ; Gerstlé, 2004 ; Gerstlé et Magni Berton, 2014, Maarek, 2013). Mais la question de l’efficacité limitée de ce travail se pose cependant dès lors que les équipes concurrentes ont toutes agi dans ce sens, celles d’Emmanuel Macron comme les autres (ce qu’ont confirmé nos interlocuteurs journalistes nous donnant des exemples de pressions directes ou par l’intermédiaire de leur hiérarchie). Celui-ci n’étant évidemment pas le seul à s’être entouré de spécialistes « chevronnés20 » de la communication politique. Tous mettant au service de leur candidat des réseaux et des relais à l’intérieur des médias, et cherchant à peser de multiples façons sur les journalistes pour que les représentations médiatiques de leur candidat soient positives. Rien ne dit donc qu’Emmanuel Macron ait bénéficié dans ce domaine d’un avantage qui aurait résulté spécifiquement du travail de ses équipes.

  • 21  Voir le communiqué de la Société des journalistes du magazine Challenge publié en mars 2017 sous l (...)
  • 22  Cette ambivalence est constitutive de la mécanique médiatique de la célébrité. Le Monde peut ainsi (...)

16Par ailleurs, si Emmanuel Macron a effectivement bénéficié d’une couverture extrêmement importante celle-ci ne s’est pas réalisée sans que les médias n’aient livré à leurs lecteurs des mises en perspective critiques et questionné explicitement ou à travers des remarques ironiques ce prisme médiatique qui aurait provoqué une éventuelle perte de distance et de « neutralité » dans leur couverture de la campagne d’Emmanuel Macron, voire éventuellement protesté publiquement contre l’instrumentalisation de leur journal au service du candidat21. Des propos se présentant comme réflexifs et distanciés – voire très critiques – par rapport à leurs propres pratiques journalistiques ou celles de leurs concurrents, sur leur propre participation au « phénomène Macron » (parfois nommé Macronmania ce qui comme pour d’autres personnalités tend à en souligner l’irrationalité), mais aussi la récurrente interrogation sur la date à laquelle « crèverait » cette bulle (annonciatrice d’une chute dans les sondages) ont eu une place dans de très nombreux médias. Les médias alternatifs et les citoyens (au travers des médias socionumériques notamment) ont tout autant interrogé et souvent mis en accusation ce qui semblait relever soit d’une fascination journalistique soit – l’un n’excluant pas l’autre – d’une opération concertée au service du candidat. Les médias institutionnalisés ont pu répondre à ces critiques en rappelant que leurs propos n’étaient pas univoques, qu’ils n’allaient pas tous dans le sens de la promotion du candidat Macron, et qu’ils comportaient de nombreuses réserves sur la campagne du candidat, le « flou » de ses propositions proprement politiques (souvent souligné, notamment à la parution du livre Révolution), les coulisses de sa campagne (qui révélaient une attention particulière au contrôle des relations avec les médias), les limites de la construction d’une figure présidentielle plus people que politique, etc. Le médiateur du quotidien Le Monde (11 mars 2017) s’est ainsi interrogé rétrospectivement, alors que la campagne est quasiment achevée dans une longue tribune intitulée « “Le Monde” roule-t-il pour Macron ? », sur son propre rapport à la campagne du candidat, ayant eu à faire face comme d’autres médias à ces soupçons (notamment parce que le trio d’actionnaires majoritaires du Monde était proche du candidat et le soutenait). S’il met en balance rhétoriquement des accusations contraires (les lecteurs accusant le journal selon le médiateur – et sans qu’on sache dans quelles proportions – de faire la campagne du candidat, ou de le dénigrer injustement) selon le principe qu’il utilise habituellement pour neutraliser les points de vue, le médiateur désamorce également les accusations de perte de neutralité (et/ou de manque de prise de distance). Il passe en revue plusieurs des arguments circulant généralement à l’encontre de la presse dans son ensemble pour les contrer : le suivi de la campagne d’Emmanuel Macron est selon lui identique à celui des autres candidats, Le Monde comporte de façon distincte des espaces pour des points de vue de chroniqueurs exprimant des opinions et des analyses variés, les prises de position publiques de ses actionnaires (l’article cite le cas de Pierre Bergé, et d’autres grands propriétaires de médias) n’influant en rien sur sa ligne rédactionnelle, et le journal restant quoi qu’il arrive indépendant et rigoureux. La revue de presse exhaustive que nous avons menée montre, tout compte fait, que ce n’est sans doute pas ce qu’ont dit les médias de la campagne d’Emmanuel Macron qui aurait totalement manqué de nuances ou de réserves et lui aurait donné un avantage décisif au cours de la campagne. C’est plutôt le fait qu’il ait pu devenir avant celle-ci, et de façon ambivalente22 un point d’intérêt médiatique aussi central au regard du faible potentiel de succès de son entreprise politique.

La mécanique de la célébrité

  • 23  Emmanuel Macron ne pouvait, comme Nicolas Sarkozy pour sa campagne de la présidentielle de 2007, s (...)

17Quand bien même les éventuels « effets » des médias auraient eu, pour cette élection, un poids univoque et/ou décisif (ce dont on peut légitimement douter), un décentrement du questionnement sur l’influence s’avère utile pour comprendre les mécanismes de construction de ce qui apparaît rétrospectivement comme la contribution de la presse à la construction d’une forme de charisme original par rapport à ce qui avait pu se pratiquer auparavant23.

  • 24  Marie Bénilde (article cité) fait notamment référence à une étude Datsu-consulting soulignant la p (...)

18On peut ainsi comprendre que cette construction d’une position incontestablement dominante dans les médias (si on se réfère au nombre d’articles et à l’intérêt qu’Emmanuel Macron a suscité24) découlerait de logiques de fonctionnement qui lient indissociablement un espace d’activité (le champ politique) et le champ médiatique au sens large (incluant désormais les réseaux socionumériques c’est-à-dire pour une part des espaces non exclusivement dominés par des professionnels de la production d’information) dans la configuration particulière d’une pré-campagne menée par un nouveau venu en politique.

« Être original sans être un original » : les habits neufs des vieux brevets de légitimation du personnel politique en France

19Une rapide étude du volume d’articles de presse révèle que l’accroissement de la présence d’Emmanuel Macron est logiquement corrélé à l’accroissement de son rôle politique et au potentiel politique qui lui est prêté par les journalistes politiques – dont il est au quotidien un interlocuteur – à mesure qu’il apparaît comme un conseiller économique écouté par François Hollande. Quelques mois après sa nomination en mai 2012 comme Secrétaire général adjoint de l’Élysée, son influence « libérale » apparaît déterminante dans la politique économique menée par François Hollande : il est le « cerveau droit de Hollande » pour Le Figaro Magazine (14 décembre 2012), et le label « Macron économie » va servir à désigner ses préconisations dans ce domaine. Légitimé par un parcours relativement classique de « l’élite » politique « à la française » (Khâgne, science po, Ena), il suscite aussi par les traits de sa personnalité un intérêt médiatique particulier. Les premiers éléments de la construction publique de sa singularité conjuguent en effet sa conformité à l’univers de la politique avec la valorisation de traits distinctifs assumés et en partie désajustés, suscitant souvent l’empathie des journalistes qui le côtoient.

20L’intégration du cabinet de François Hollande conduit à la parution de courtes notices biographiques le présentant comme un des membres – parmi d’autres – de ce cabinet (4 articles entre mai et juillet 2012). À l’image du Figaro Magazine (16 mai 2012, p. 8) dans la rubrique politique avec un article intitulé « Hollande dévoile son cabinet », qui contient huit notices individuelles. Les deux tiers de cet article sont consacrés aux portraits des deux personnalités les plus en vue et déjà connues des journalistes (Pierre-René Lemas le Secrétaire général de l’Élysée et Aquilino Morelle, l’auteur des discours de F. Hollande), et le reste à six autres membres du cabinet (parmi lesquels Emmanuel Macron). Le Monde, probablement à partir des mêmes éléments officiels (livrés par l’Élysée), publie dans la rubrique « Présidentielle 2012 » une série intitulée Autour de François Hollande, quelques jeunes et des conseillers expérimentés – PROFIL, avec le titre « Emmanuel Macron, un banquier d’affaires nommé secrétaire général adjoint de l’Élysée ». L’article fait une présentation biographique (études, parcours professionnel) et conclut par quelques lignes positives sur sa personnalité : « Ouvert et accessible, plus sensible aux compétences des personnes avec lesquelles il travaille qu’à leur corps d’origine, M. Macron est un haut fonctionnaire qui sait faire confiance et déléguer. C’est du moins ce qu’en dit Sandrine Duchêne, qui travaille depuis des mois avec lui. » (Le Monde, 17 mai 2012).

  • 25  Conseiller de Lionel Jospin, lorsque celui-ci était Premier ministre, de 1997 à 2002.

21Cet intérêt journalistique va cependant rapidement dépasser le traitement réservé d’ordinaire à l’occupant d’un poste de niveau équivalent (voir les données dans le tableau de l’annexe 4). Une forte personnalisation intervient après la rentrée politique avec les premiers portraits croisant fonction, rôles politiques et traits individuels. L’hebdomadaire Le Point (18 octobre 2012) fait un portrait comparatif avec Aquilino Morelle qui le place symboliquement au même niveau que ce conseiller confirmé pourtant beaucoup plus ancien que lui en politique25. Libération (18 octobre 2012) sous le titre « l’Élysée décroche le poupon » lui consacre un portrait en page politique illustré par une photo présentant Emmanuel Macron de façon originale (par rapport à son poste et au fait qu’il s’agisse d’une de ses premières apparitions de ce type dans la presse) : fixant tout sourire l’objectif, en cravate et chemise, assis en tailleur, Emmanuel Macron a ainsi rompu avec le costume à rayures et la raideur du « banquier » de ses apparitions antérieures dans la presse (voir illustrations A et B en annexe 2). L’image est légendée Emmanuel Macron à l’Élysée, vendredi. Si le ton du portrait du quotidien est, comme le veut le genre, introduit par des éléments saillants de la biographie, complété par le témoignage des entourages (professionnels et privés), il est aussi la mise en relation d’éléments factuels (parcours scolaire et professionnel) avec des appréciations subjectives que l’auteur de l’article reprend, non sans une ironie distante :

« C’est l’histoire de l’affolante ascension d’un jeune homme pressé. Celle d’un Julien Sorel d’un siècle où la haute finance est devenue l’antichambre du pouvoir politique. À 34 ans, Emmanuel Macron a déjà eu trois vies […] Belle gueule de garçon propre sur lui, il est d’un commerce délicieux. En toutes circonstances et avec tout le monde. Sans distinction de classe et avec un naturel désarmant. C’en est presque louche. » (Libération, 18 octobre 2012)

22Dix jours plus tard (29 octobre 2012) Le Monde lui consacre un portrait sous le titre « Monsieur superlatif », et il apparaît dans la rubrique « En vue » des Échos (illustrée par une caricature). Enfin, Le Figaro Magazine (14 décembre 2012) fait lui aussi un portrait sous le titre « Emmanuel Macron le cerveau droit de Hollande », qui part déjà de la vision qu’en a donnée la presse auparavant pour souligner les limites de sa possible influence politique. Le Figaro annexe ainsi politiquement Emmanuel Macron (comme partisan d’une économie « libérale »), mais il souligne que son influence, considérée par le journal conservateur comme « positive », ne saurait qu’être limitée au sein d’un gouvernement de gauche.

Récit biographique et mise en énigme de l’avenir politique

23La singularité du personnage public d’Emmanuel Macron se construit à partir d’éléments témoignant d’écarts – modérés – à la norme (romance au lycée d’Amiens avec sa professeur de français de 24 ans plus âgée pendant l’activité théâtrale au lycée, formation en philosophie, qui fera de lui « l’assistant » du philosophe Paul Ricœur, mémoires sur Machiavel et Hegel, prix de piano du conservatoire d’Amiens, notamment), souvent traités par la presse comme des oxymores. Banquier/philosophe, fortuné/simple, énarque/accessible, artiste (théâtre et piano)/financier, provincial/parisien… seront les éléments d’un récit sans cesse revisité, et souvent interrogés par les médias, pour leur donner un sens politique à mesure que la configuration politique va venir donner consistance à l’énigme que constitue l’avenir politique d’Emmanuel Macron.

  • 26  Un de nos interlocuteurs, jeune journaliste au service politique de Marianne se souvient ainsi du (...)
  • 27  Entretien, juillet 2016.

24La séduction qu’Emmanuel Macron exerce sur les auteurs des articles est souvent mentionnée : la « qualité » de la relation (chaleur, simplicité, cordialité, courtoisie) apparaît aussi comme un trait distinctif comparativement à la plupart des membres du personnel politique que fréquentent au quotidien les journalistes spécialisés26. Emmanuel Macron, selon Bruno Jeudy27, responsable du service politique de Paris Match, tranchait dès ses premiers pas auprès de François Hollande, dans l’univers d’ordinaire « gris » et « compassé » des hauts-fonctionnaires et des conseillers du pouvoir. Il était déjà ainsi une « personnalité » intéressant la presse, même si sa fonction limitait alors son déploiement médiatique.

25La représentation photographique d’Emmanuel Macron fruit de la co-construction de la presse et du sujet photographié renforce en général l’ambiance générale de ces papiers. Pour reprendre la formule de Goblot, Emmanuel Macron sait « être original sans être un original » pour en tirer des profits distinctifs : les éléments de décontraction (sourire, pause relâchée), donnent à lire une certaine modernité par le détachement affiché à l’égard des codes dominants en la matière dans les cercles du pouvoir. Emmanuel Macron est plus proche de la figure stéréotypée du dirigeant ou du cadre « dynamique » d’une direction de grande entreprise que du serviteur de l’État à l’ancienne. Cette figure servira d’ailleurs, lorsque ses ambitions politiques se feront plus explicites, à se métamorphoser en entrepreneur d’un mouvement politique dépeint par un artifice de présentation forgé par son équipe – et souvent repris par la presse – non comme un archaïque parti mais comme une start-up, structure souple de l’innovation et de la modernité de l’économie numérique.

  • 28  En raison notamment de « l’inversion de la courbe du chômage » (l’amorce d’une baisse du nombre de (...)
  • 29  Ainsi, ni ses prédécesseurs (Pierre Moscovici), ni son collègue (au budget, Michel Sapin, personna (...)

26Le poste de ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique (qu’il occupe à partir du 26 août 2014) expose inévitablement plus à l’attention des médias, cependant l’attention envers Emmanuel Macron dépasse celle qui résulterait de l’exercice ordinaire du pouvoir à la tête d’un ministère certes en première ligne à ce moment de l’action politique28, mais d’ordinaire modérément exposé à l’intérêt des médias en dehors des rubriques spécialisées ou des magazines traitant de l’économie29. Temporellement également, l’originalité de la médiatisation d’Emmanuel Macron réside plus dans le fait qu’il soit rapidement un sujet d’intérêt particulier pour les médias que dans le fait que ceux-ci auraient senti précocement qu’il serait promis à un avenir politique de premier plan : les questionnements rhétoriques sur les ambitions politiques et le potentiel d’évolution de sa carrière font, pour lui comme pour d’autres jeunes personnalités émergentes, désormais partie de la routine des portraits de toutes les personnalités politiques considérés comme « prometteuses ». La presse prend ainsi date en quelque sorte, mais pour des échéances lointaines.

Devenir une « icône » médiatique

  • 30  Par opposition avec la « vielle économie » que voulait revivifier son prédécesseur Arnaud Montebou (...)
  • 31  Le ministre « influent » devient à l’époque un rival – médiatique au moins – du Premier ministre M (...)

27Ce qui différencie la médiatisation d’Emmanuel Macron de celle de ses concurrents dans l’espace politique c’est que celle-ci va progressivement s’étendre à un large spectre de publications traitant aussi bien de sa personnalité à travers la politique que de la politique à travers sa personnalité, pour enfin accéder à une célébrité de premier plan qui en fait un objet d’intérêt médiatique général. Le poste de ministre va permettre à Emmanuel Macron et ses équipes de le positionner symboliquement lui et son « action » en l’associant personnellement (notamment dans les images postées sur les réseaux socionumériques) aux secteurs considérés comme les plus « prometteurs », « innovants » et « dynamiques » de la « nouvelle économie » (celle de l’inventivité et de la création30), métaphore de l’image de lui-même qu’il déclinera ensuite en campagne. L’écho qu’il donne par ailleurs à sa propre médiatisation (sur Facebook ou Twitter) dans les médias étrangers ou les grands médias audiovisuels (les passages sur CNN, une interview en une du quotidien espagnol El Pais ou une pleine page du New York Times), deviennent à leur tour sujets et objets de commentaires de la part des médias français. Son action plus directement politique (notamment lors de la préparation puis la discussion de la Loi Macron) et les incertitudes qui pèsent sur la compétition présidentielle s’auto-confortent pour lui donner une position de plus en plus importante dans le jeu politique (du moins à travers la représentation qu’en donnent les médias et les sondages31).

28Pendant ce temps passé au ministère Emmanuel Macron va aussi franchir un palier de la médiatisation rare en politique : il devient au sens propre une icône médiatique. Son image, symbole instrumentalisé de plus en plus régulièrement par la presse (notamment à travers les couvertures de magazines de toute sorte), acquiert un statut comparable à celles de personnalités de premier plan – beaucoup plus anciennement établies dans la vie politique –, et s’installe dans les couvertures de la presse d’information comme des magazines généralistes ou spécialisés. La couverture de l’hebdomadaire Paris Match (le 14 avril 2014) annonce le franchissement d’une nouvelle étape. La photo pleine page du couple titrée « Ensemble sur la route du pouvoir. Brigitte et Emmanuel Macron » annonce les huit pages intérieures dédiées aux principaux aspects du personnage public : une photo en double page du couple sur le tapis rouge de l’Élysée (prise à l’occasion de la venue pour un dîner officiel, titrée « prêts pour tous les défis »), est suivie des « photos de leur album intime » (2 pages), de l’interview de Brigitte Macron (2 pages), pour terminer par une analyse qui interroge le potentiel politique d’Emmanuel Macron (2 pages). Cette première couverture de ce magazine très « grand public », qui mêle pages politiques, actualités de la culture du divertissement et mise en scène de l’intimité des « stars » marque d’ordinaire, pour une personnalité politique, un basculement du personnage public fonctionnellement connu et ayant accumulé un degré élevé de notoriété (au fil des ans, et au fil des postes) au personnage célèbre dont toutes les dimensions – notamment personnelles – méritant l’intérêt y compris dans la banalité de leur quotidien, et valant comme on le dit pour les médias socionumériques « d’être suivi » (en vacances, en famille, etc.). Cette parution inaugure une longue série de couvertures, qu’il s’agisse de décliner à nouveau les aspects de sa personnalité « privée » et « publique », de rendre compte de son activité de ministre, de questionner son poids et son potentiel politique, son programme, sa communication, et en retour, sa médiatisation.

La célébrité : une relation asymétrique à la médiatisation

  • 32  Entretien avec Anne Descamps.

29La caractéristique principale de la célébrité est d’instaurer une relation asymétrique avec les médias dans laquelle la demande des médias excède toujours l’offre faite par la personnalité. Le contrôle de la diffusion des messages en fonction d’objectifs assignés par les équipes de conseils en communication à la construction publique de la personnalité, et le travail de positionnement/repositionnement s’est trouvé, dans le cas d’Emmanuel Macron en grande partie facilité par cette situation déséquilibrée où l’ensemble des sollicitations médiatiques s’avère impossible à satisfaire du fait de leur nombre, de leur diversité mais aussi parfois, comme pour toutes les célébrités, de leur incongruité. Ainsi, l’attrait médiatique du personnage amène-t-il rapidement à une situation où comme le dit un membre de son équipe : « Nous ne répondons en moyenne qu’à 1 % des sollicitations qui nous sont faites32 », beaucoup de celles-ci débordant largement le seul cadre de la politique. C’est donc moins de l’efficacité du contrôle ou des pressions exercées sur les médias par ses équipes (ou ses relations) que résulte l’originalité d’une communication de plus en plus « maîtrisée » voire « verrouillée » pointée par de nombreux commentateurs lorsque se précise véritablement la campagne, que des possibilités de choix et d’instrumentalisation offertes par ce déséquilibre entre offre et demande qui s’est construit auparavant.

  • 33  Emmanuel Macron a utilisé comme beaucoup de personnalités politiques, les moyens dédiés à la valor (...)
  • 34  « Que pense vraiment Macron », Le 1, no 121, 14 septembre 2016, « Grand entretien avec Emmanuel Ma (...)
  • 35  Comme lorsqu’il rencontre Michel Houellebecq, « rédacteur en chef » invité de l’hebdomadaire Les I (...)
  • 36  Selon M, supplément du magazine Le Monde (art. cité). Il s’agit du reportage « Emmanuel Macron : l (...)

30Une telle situation rend possible une relative raréfaction des interventions médiatiques dès lors que les médias donnent par eux-mêmes un écho important à Emmanuel Macron et construisent la place qu’il aurait pour ambition d’occuper dans le jeu politique. Ce dernier pourra pour sa campagne être à l’initiative ou en position de choisir (voire d’inventer comme dans le cas de rendez-vous en direct sur les réseaux socionumériques33), un type d’exposition médiatique répondant globalement aux attentes de la presse, mais peaufinant en même temps les singularités de son individualisation publique (la précocité, la passion pour le théâtre et la romance avec sa professeure de français, le philosophe), tout autant que d’aller à la rencontre des attentes plus « politiques » des revues spécialisées pour quelques « grands entretiens » avec des journalistes amis34, ou encore choisir de répondre positivement à une demande atypique35 ou à la proposition « risquée36 » la mieux à même de proposer une vision « transparente » de sa campagne (i. e. en fait sans point de vue critique), en prenant le pari qu’elle contribuera le mieux à le valoriser.

31Dans le même ordre d’idées, et partant de ce déséquilibre, le contrôle de la production et de la diffusion d’images a pu faire l’objet pour la campagne d’une habile division du travail. Une photographe officielle (reprenant le modèle qui semblait avoir réussi à Barack Obama) a produit le récit imagé des « coulisses » de l’ascension vers le pouvoir. Une agence d’actualité médiatique (Bestimage) et ses équipes ont eu pour tâche de répondre plus particulièrement aux demandes directement liées à la peopolisation, copiant ainsi – phénomène rare et rarement officialisée dans le domaine politique – les modalités de gestion de l’image publique des célébrités de l’univers de la culture de divertissement. Il s’agissait alors d’approvisionner le marché avec des produits contrôlés tout en évitant de parasiter le travail politique de terrain (lorsque par exemple un trop grand nombre de photographes sont à l’affût pendant la campagne pour suivre le couple ou qu’ils perturbent des rencontres voulues comme des tête-à-tête), et en réservant aussi au candidat et à son entourage des moments de relâchement du contrôle hors de la vue de témoins susceptibles de les utiliser de façon défavorable.

  • 37  Pour une analyse d’un brusque changement d’image d’une personnalité politique une fois désignée ca (...)
  • 38  Succès remarquable pour un candidat sans passé politique mais relatif sur le plan du nombre de suf (...)
  • 39  En dernier lieu, par ce qui a été diffusé à la suite des macronleaks authentifiés par les acteurs (...)

32Ce serait sans doute succomber à la fascination d’un récit de campagne réécrit a posteriori comme un parcours « sans faute » ou une success story politique que de déduire de notre analyse les ressorts de l’efficacité d’une « campagne ». Pas plus qu’il ne faut voir dans l’ensemble des « arrangements », agencements fortuits ou « choix » effectués une cohérence linéaire et continue qui aurait mené Emmanuel Macron à la présidence de la République37. Il est bien évidemment tentant mais illusoire de réécrire l’histoire d’une victoire38 en commençant par la fin en considérant que l’important travail de communication du candidat, largement documenté39 est l’explication majeure du triomphe d’une entreprise politique inédite sous la Ve République. Ce serait héroïser un peu plus la figure d’Emmanuel Macron et succomber aux multiples composantes de la « célébrité » qu’il a contribué à construire. Cette construction reste une opération complexe relevant de multiples acteurs, et ne saurait se traduire de façon mécanique en assise solide et durable pour une entreprise politique et encore moins en vote. Forcément perçue de l’extérieur par les citoyens et consommateurs de médias de manière ambivalente, la célébrité et les retombées politiques positives qui en découleraient restent fragiles comme le montrent à leur manière les fortes variations des côtes et baromètres de popularité.

  • 40  Il annonce sa candidature le 16 novembre 2016, peu avant le 1er décembre date à laquelle le présid (...)

33En fin de compte, nul ne sait quand a commencé la campagne d’Emmanuel Macron, et bien que savamment pensée par des équipes de communicants politiques, elle s’est aussi inventée à la faveur des ouvertures laissées par les appareils partisans et des rebondissements imprévisibles dans leurs temporalités mais participant comme à chaque campagne de l’animation de la compétition. Les « révélations », « fuites », « scandales », « affaires », dénigrements, retournements des sondages, promotion et disqualification médiatique, sont l’essence même de la compétition politique. Tout au plus la multiplicité des médias et l’accélération de la circulation de l’information a amplifié ce phénomène. Comme le montre notre analyse, initialement, pour Emmanuel Macron, les chances de jouer un rôle politique important étaient très faibles à court ou moyen terme et la plus grande partie du travail de mise en visibilité dont il a été l’objet a répondu à des logiques extérieures à sa personne et à son travail proprement politique. Mais elle lui a permis aussi d’être positionné largement en dehors des cadres cognitifs habituellement utilisés dans la médiatisation des acteurs politiques. Il a su par la suite tirer parti de ce positionnement lorsque les opportunités politiques qui le conduisirent à se présenter à l’élection présidentielle40 se sont plus nettement amorcées. Cette mise en visibilité initiale l’a aidé à acquérir en peu de temps un statut médiatique de premier plan qui lui a permis d’entamer dans un second temps une campagne plus classique avec la fondation de son mouvement (En Marche !), la constitution de ses équipes, de ses soutiens politiques où financiers, et le recrutement de militants (les « marcheurs »). Cette dynamique de la célébrité l’a précocement autorisé à valoriser des singularités personnelles en devenant, tout au long de son ascension politique, l’objet d’un d’intérêt grandissant de la part des médias.

34La mécanique de la célébrité, instrumentalisée ou subie, a donc bien été une des composantes, originale de l’élection présidentielle française de 2017. Au-delà de ce cas, elle sera sans doute désormais de plus en plus nettement intégrée aux différentes dimensions d’une campagne sur un mode instrumental, bien qu’elle ne puisse être maîtrisée dans toutes ses dimensions. La célébrité s’appuie autant sur la production des traits positifs d’individualisation que sur la forte mobilisation de la subjectivité journalistique. Celle-ci est toujours susceptible de retournements, et souvent productrice de désajustements entre les différents « corps » publics (voir sur ce point la contribution de François Hourmant, dans cet ouvrage) : le personnage populaire vs la figure du responsable politique, l’incarnation du « rôle » et de la fonction et les figures plus triviales du people.

Bibliographie

Bibliographie

Besson Philippe, 2017, Un personnage de roman, Paris, Julliard.

Bourmaud François-Xavier, 2016, Emmanuel Macron. Le banquier qui voulait être roi, Paris, L’Archipel.

Endeweld Marc, 2015, L’ambigu Monsieur Macron, Paris, Flammarion.

Fulda Anne, 2017, Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait, Paris, Plon.

Autres références

Benilde Marie, 2017, « Emmanuel Macron, fabriqué pour servir. Le candidat des médias », Le Monde diplomatique, no 758, mai, p. 7.

Bouglé Célestin, 1907, Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Alcan.

Braudy Leo, 1997, The Frenzy of Renown : Fame and Its History, New York, Vintage, 1997.

Chenu Alain, 2008, « Des sentiers de la gloire aux boulevards de la célébrité. Sociologie des couvertures de Paris-Match, 1949-2005 », Revue Française de Sociologie, p. 3-52.

Courtine Jean-Jacques, 1990, « Les glissements du spectacle politique », Esprit, no 164, p. 152-164.

Dakhlia Jamil, 2008, Politique People, Paris, Bréal.

Delporte Christian, 2008, « Quand la peopolisation des hommes politiques a-t-elle commencé ? Le cas français », Le temps des médias, p. 27-52.

Gerstlé Jacques et Magni Berton Raul (dir.), 2014, 2012, La campagne présidentielle, Paris, L’Harmattan.

Gerstlé Jacques, 2004, La communication politique, Paris, Armand Colin.

Haroche Claudine, 1993, « Se gouverner, gouverner les autres », Communications, no 56, p. 51-68.

Heinich Nathalie, 2012, De la singularité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard.

Lagroye Jacques, 1997, « On ne subit pas son rôle. Entretien avec Jacques Lagroye », Politix, no 38, vol. 10, p. 7-17.

Le Bart Christian, 2013, L’Ego-politique, Paris, Armand Colin.

Lefebvre Rémi, 2010, Introduction à la science politique, Paris, Ellipses.

Lemieux Cyril, 2010, Un président élu par les médias. Regard sociologique sur la présidentielle de 2007, Paris, Presses des Mines.

Leroux Pierre et Teillet Philippe, 2006, « Second marché médiatique et carrière politique », in Antonin Cohen, Bernard Lacroix et Philippe Riutort (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique. xviiie-xxe siècles, Paris, Presses universitaires de France, p. 439-456.

Lilti Antoine, 2014, Figures publiques. L’invention de la célébrité. 1750-1850, Paris, Fayard.

Maarek Philippe, 2013, Présidentielle 2012, une communication politique bien singulière, Paris, L’Harmattan.

Macron Emmanuel, 2016, Révolution, Paris, XO.

Matonti Frédérique, 2017, Matonti, Le genre présidentiel. Enquête sur l’ordre des sexes en politique, Paris, La Découverte.

Réseaux, 2014, « Le travail politique par et pour les médias », Dossier dirigé par Clément Desrumeaux et Jérémie Nollet, octobre-novembre.

Says Frédéric et L’Hour Marion, 2017, Dans l’enfer de Bercy, Paris, JC Lattès.

Stanyer James, 2012, Intimate Politics : Publicity, Privacy and the Personal Lives of Politicians in Media Saturated Democracies, Cambridge, Polity Press.

Annexes

Annexe 1. Éléments sur la méthodologie et les références utilisées

Ce travail d’analyse s’appuie en premier lieu sur une analyse de la presse (écrite et audiovisuelle) menée à partir de la base de données Europresse qui répertorie plus de 4300 publications en France et à l’étranger, toutes catégories de médias confondus – donc digital compris, de l’apparition d’Emmanuel Macron dans la presse à la fin du premier semestre 2016 (voir l’explication et les chiffres en annexe 4). Ce sont ces résultats qui sont utilisés pour le tableau de l’annexe 4. Pour des raisons pratiques (doublons presse papier et site internet notamment, lisibilité des données proposées), nous ne présentons que quelques indicateurs chiffrés, limités à la presse nationale (après avoir effectué de nombreux recoupement sur différents types de médias à partir de la base Europresse). Tous les articles importants par leur volume ont été consultés (plus de 250). La base de données Factiva a permis de recenser les mentions d’Emmanuel Macron dans les sondages, des premières mentions à son entrée au gouvernement. Des entretiens approfondis ont été menés avec Marc Endeweld (auteur d’une des premières biographies d’Emmanuel Macron), Bruno Jeudy (chef du service politique de Paris Match) ainsi que des entretiens plus brefs avec plusieurs journalistes membres de rédaction ayant eu à écrire des articles sur Emmanuel Macron (qu’ils soient tous ici chaleureusement remerciés pour le temps qu’ils nous ont accordé et les éclairages qu’ils nous ont fournis). Des entretiens ont été menés également avec les membres de l’équipe de communication d’Emmanuel Macron et son entourage professionnel (les noms de nos interlocuteurs sont mentionnés dans le texte). Enfin, la grande majorité des ouvrages parus à ce jour sur la campagne ont été lus, la bibliographie ne reprend que les références citées dans le texte.

Annexe 2. La popularité d’Emmanuel Macron dans le baromètre IPSOS-Le Point

Parmi les divers baromètres celui d’IPSOS-Le Point livre les données suivantes (cf. figure 8, cahier couleur). Intégré en novembre 2014, Emmanuel Macron est encore peu connu : le pourcentage des personnes qui ne se prononcent pas à son sujet vont débuter à 58 % en septembre 2014 pour diminuer progressivement au fil des sondages pour atteindre 15 % en octobre 2015 (chiffre sensiblement comparable dans le même baromètre à celui d’autres personnalités de premier plan et depuis très longtemps dans la vie politique, dont on peut supposer que les NSP relève moins sur une méconnaissance de leur personne que sur une absence de jugement ou une volonté de ne pas se prononcer).

Les avis favorables démarrent à 17 %, pour atteindre un premier pic de 39 % en décembre 2014, puis de 43 % en mars 2015 et enfin de 45 % en février 2016. Les avis défavorables débutent à 25 % en avril 2015 pour atteindre 46 % en juin 2015 et 50 % en juin 2016 (voir graphique ci-dessous). En septembre 2015 il est classé cinquième des personnalités politiques préférées des Français (sondage You Gov), et un sondage CSA le place en deuxième position derrière Alain Juppé. Le 15 décembre 2014 Le Point (sondage IPSOS) le voit passer de la 20e à la 8e place. Ce n’est qu’en décembre 2016 qu’il occupe la première place dans le « baromètre » Odoxa, première place acquise à la faveur de la baisse de popularité d’Alain Juppé et François Fillon.

Annexe 3. De la raideur du jeune « Banquier » à la décontraction du secrétaire général adjoint de François Hollande (cf. figures 9 et 10 du cahier central)

Annexe 4. La présence d’Emmanuel Macron dans la presse

Dans ce tableau, les années sont découpées en deux semestres (ex. 2013 1, 2013 2). Nous nous limitons à la période qui va de ses premières apparitions dans la presse en 2012 à la fin du premier semestre 2016 (son mouvement, En Marche ! qui vient pallier l’absence de soutien d’un parti, est créé en avril 2016). Le comptage n’a plus de sens par la suite, puisque s’amorce la dynamique de la préparation de la campagne présidentielle avec ses différentes étapes par nature fortement médiatisées.

a. L’express, Marianne, L’Obs, Le Point, Valeurs actuelles, uniquement parution papier.

a. L’express, Marianne, L’Obs, Le Point, Valeurs actuelles, uniquement parution papier.

Notes

1  Comme le montre, au long de la Ve République, l’échec de nombreuses tentatives solitaires ou de petits groupes de sortir du rang en s’appuyant sur les médias sans disposer de soutiens puissants au sein des appareils. Au rang des formulations explicites de rappels à l’ordre on se remémorera la formule de Laurent Fabius adressée à Ségolène Royal qui se « dévoilait » dans la presse populaire : « Ségolène Royal, ce n’est pas “voici mon programme”, mais “mon programme c’est Voici”. » Voir aussi l’analyse d’un exemple qui montre que les interventions médiatiques apparemment affranchies de l’appareil partisan peuvent en réalité être commanditées et s’inscrire dans des stratégies de démarcation jugées utiles par l’organisation partisane (Leroux et Teillet, 2006).

2  Pour les éléments méthodologiques voir annexe 1.

3  Pour une approche historique (Lilti, 2014).

4  Sur le cas français (Chenu, 2008).

5  Le comportement de Nicolas Sarkozy s’inspirant trop nettement du modèle d’exposition publique de la « vedette » populaire et des valeurs de l’univers du show-business a été très largement stigmatisé parce qu’il ne s’accordait pas, sur bien des points, à ce qui définissait la fonction qu’il occupait, (Lefebvre, 2010 : 48-49). Comparativement, on pourrait dire qu’Emmanuel Macron n’a pas adopté le comportement d’une « vedette » mais qu’il est devenu une « vedette ».

6  Qui commence dès lors que les principaux candidats sont au moins formellement connus, c’est-à-dire labellisés par leur parti.

7  Journal du dimanche, 12 février 2017.

8  Marc Vignaud, « “Révolution” : la troisième voie d’Emmanuel Macron », Le Point, 24 novembre 2016.

9  Ce dont témoigne à chaque élection les thématiques du « troisième homme » ou du « retour » d’un candidat, les supputations sur les « surprises » que pourrait réserver l’élection, les « tests » par les sondages de configurations multiples et hypothétiques aux variables infinies (vainqueurs des primaires, premiers tours, mise en compétition de divers vainqueurs du premier tour pour le deuxième, etc.).

10  Entretien avec Julie de la Sablière, (attachée de presse de En Marche), juillet 2016.

11  Dont l’une des caractéristiques semble être de bénéficier d’un intérêt exceptionnel des médias à l’image de l’héritière Paris Hilton dans les années 2000 ou de la vedette de la télé-réalité Kim Kardashian un peu plus tard.

12  Selon plusieurs de nos interlocuteurs journalistes il semble que la présence (ou l’absence) de Brigitte Macron donne lieu de façon récurrente à des supputations de la part des journalistes comme du public attendant la venue d’Emmanuel Macron, comme par exemple lors des séances de dédicace de son livre.

13  Ainsi M (supplément du journal Le Monde du 20 mai 2017) qui publie un article de 7 pages sur ce thème qualifie la communication d’Emmanuel Macron de « parfaitement huilée, scénarisée et cadenassée » avec – hommage paradoxal – « aux manettes une petite bande qui s’est connue en soutenant naguère Dominique Strauss-Kahn ». Si le journal revient ici sur la campagne proprement dite, le début de l’article souligne les liens tissés lors de cette précédente campagne avortée et les « leçons » qui en auraient été tirées.

14  Pour des éléments factuels très précis sur ces liens (Bénilde, 2017 : 7) et dans les biographies (Endeweld, 2015 ; Bourmaud, 2016).

15  Comme lorsqu’une vidéo montre sur Youtube le check saluant une célèbre journaliste de BFM TV avec un inconnu placé hors du champ de la caméra, rapidement suspecté – à tort semble-t-il – d’être Emmanuel Macron lui-même.

16  Notamment lorsqu’est parue l’enquête Dans l’enfer de Bercy (Says et L’Hour, 2017) : « dans le premier chapitre de cette enquête de 400 pages, couvrant l’activité du ministère de l’économie et des finances à Bercy dans son ensemble, les deux journalistes de Radio France affirment qu’Emmanuel Macron aurait dépensé sur les huit premiers mois de l’année 2016, jusqu’à sa démission, 80 % des 150000 € d’enveloppe annuelle dédiée aux frais de représentation de son ministère, soit 120000 € » (La Croix, 26 janvier 2017).

17  Ainsi en est-il de l’interprétation de la parution du numéro de Paris Match (cf. infra) qui résulte d’un concours de circonstances (voir notre récit dans un article à paraître) dans lequel aucun des agents intervenants dans cette médiatisation n’a jamais véritablement anticipé le résultat.

18  Voir également sur ce point notre analyse dans l’article à paraître sur le capital médiatique.

19  Sur ce sujet (Lemieux, 2010).

20  Bien que son équipe soit constituée d’individus plutôt plus jeunes et moins expérimentés que celles de ses principaux concurrents et qu’il ait plutôt moins dépensé officiellement que François Fillon dans le conseil en communication : 509000 euros pour ce dernier contre 219000 euros pour Emmanuel Macron dont la campagne fut la plus coûteuse (16,7 millions d’euros) devant Benoît Hamon (Parti socialiste) 15,072 millions d’euros, François Fillon (Les Républicains), 13,784 millions d’euros, Marine Le Pen (Front national) 12,416 millions d’euros et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) 10,676 millions d’euros.

21  Voir le communiqué de la Société des journalistes du magazine Challenge publié en mars 2017 sous le site de l’association Acrimed [http://www.acrimed.org/La-presidentielle-a-Challenges-les-observations], cf. aussi infra au sujet de l’interview d’Emmanuel Macron dans ce même magazine.

22  Cette ambivalence est constitutive de la mécanique médiatique de la célébrité. Le Monde peut ainsi à la fois reprendre, l’élection présidentielle passée, le thème d’Emmanuel Macron philosophe (« Emmanuel Macron, une philosophie du pouvoir », Le Monde, 27 mai 2017), après avoir mis en avant à de nombreuses reprises, cette singularité d’Emmanuel Macron, mais en lui ayant aussi dénié cette prétention « philosophique » (« Emmanuel Macron, un intellectuel en politique ? », 1er septembre 2016) avec ce chapeau « La mise en scène de sa formation philosophique et de sa proximité avec Paul Ricœur est critiquée par certains universitaires » après que l’hebdomadaire Le 1 a titré « Macron : un philosophe en politique » (no 64, 8 juillet 2015).

23  Emmanuel Macron ne pouvait, comme Nicolas Sarkozy pour sa campagne de la présidentielle de 2007, s’appuyer sur un bilan significatif (même au plan symbolique). Ce dernier entendait en effet montrer que « l’énergie » et le « volontarisme » dont il avait fait preuve au ministère de l’Intérieur, allait être mis au service du pays, s’il occupait le poste de président de la République.

24  Marie Bénilde (article cité) fait notamment référence à une étude Datsu-consulting soulignant la place majeure d’Emmanuel Macron dans les médias entre avril et septembre 2016, cf. également nos propres données en annexe 4.

25  Conseiller de Lionel Jospin, lorsque celui-ci était Premier ministre, de 1997 à 2002.

26  Un de nos interlocuteurs, jeune journaliste au service politique de Marianne se souvient ainsi du premier article qu’il avait lu dans L’Obs sur Emmanuel Macron et qui lui avait paru « inhabituellement dithyrambique ».

27  Entretien, juillet 2016.

28  En raison notamment de « l’inversion de la courbe du chômage » (l’amorce d’une baisse du nombre de chômeurs) promise par François Hollande, et des mesures de libéralisation de certains secteurs de l’économie (qui pris le nom de Loi Macron) qui en fait l’un des possibles artisans d’une éventuelle « réussite » économique et politique du quinquennat.

29  Ainsi, ni ses prédécesseurs (Pierre Moscovici), ni son collègue (au budget, Michel Sapin, personnalité moins prédisposée à occuper le devant de la scène médiatique) n’ont été l’objet d’une médiatisation aussi étendue et aussi variée quels que soient par ailleurs l’objet de leur action et leur potentialité médiatique. La relation de Pierre Moscovici avec sa jeune compagne a, elle aussi, fait l’objet d’une médiatisation dans la presse populaire, mais celle-ci ne s’est pas développée par la suite. Arnaud Montebourg, a été quant à lui très médiatisé à l’occasion de sa relation avec diverses femmes journaliste, actrice ou ministre, mais ses repositionnements politiques nombreux et plus difficiles à décrypter ne se sont pas traduits par la construction d’une position politiquement claire. Dans son cas et selon ses propres dires, le people a parasité le politique et le desservait.

30  Par opposition avec la « vielle économie » que voulait revivifier son prédécesseur Arnaud Montebourg.

31  Le ministre « influent » devient à l’époque un rival – médiatique au moins – du Premier ministre Manuel Valls dans le gouvernement, un concurrent de ce dernier pour la présidentielle (si François Hollande ne se représentait pas) et un probable concurrent du président si celui-ci se représente.

32  Entretien avec Anne Descamps.

33  Emmanuel Macron a utilisé comme beaucoup de personnalités politiques, les moyens dédiés à la valorisation et l’exposition de soi (Facebook, Twitter, Instagram, etc.) qui en plus d’apparaître « modernes » paraissent particulièrement bien adaptés à une représentation autonomisée (ne dépendant plus d’intermédiaires tels que les journalistes) et coordonnées à des stratégies d’exposition médiatiques limitées dans leur audience directe mais relativement efficaces du fait de l’attention que leur portent les médias traditionnels. Cette modernité semble pourtant moins le fait d’un individu inscrit dans les usages de son époque qu’une annexion instrumentale d’un outil pour sa campagne puisqu’Emmanuel Macron n’utilisait ni Facebook ni Twitter avant sa nomination comme ministre (Fulda, 2017 : 177).

34  « Que pense vraiment Macron », Le 1, no 121, 14 septembre 2016, « Grand entretien avec Emmanuel Macron », Challenges, le 16 octobre 2016 (consulté sur le site du journal), qui livrera la conception « jupitérienne » de la présidence, largement commentée et analysée ensuite.

35  Comme lorsqu’il rencontre Michel Houellebecq, « rédacteur en chef » invité de l’hebdomadaire Les Inrockuptibles (21 juin 2016), pour un entretien qui commence en soulignant significativement l’égalité des statuts des deux « vedettes » : « (EM) Tu m’interviewes ou je t’interviewe ? Michel Houellebecq – Un peu les deux. »

36  Selon M, supplément du magazine Le Monde (art. cité). Il s’agit du reportage « Emmanuel Macron : les coulisses d’une victoire » réalisé par Yann L’Hénoret, préférée à d’autres propositions : « les conseillers l’admettent volontiers, il n’était pas question d’accepter celles émanant de journalistes politiques – trop classiques, trop curieux, c’est assommant ».

37  Pour une analyse d’un brusque changement d’image d’une personnalité politique une fois désignée candidate « Représentations, rumeurs et romance. La campagne de Ségolène Royal » (Matonti, 2017 : 55-73).

38  Succès remarquable pour un candidat sans passé politique mais relatif sur le plan du nombre de suffrages comme du pourcentage de voix par rapport à ses concurrents. Au premier tour Emmanuel Macron a obtenu 24,01 % des suffrages, devant M. Le Pen 21 %, F. Fillon 20 % et J.-L. Mélenchon 19 %.

39  En dernier lieu, par ce qui a été diffusé à la suite des macronleaks authentifiés par les acteurs eux-mêmes, en dehors des quelques faux ne portant d’ailleurs pas sur la campagne. Parmi les articles les plus complets sur ce sujet, voir notamment Le Monde, Le Point ainsi que Libération et sur l’entreprise politique l’analyse du groupe Jean-Pierre Vernant [http://www.groupejeanpierrevernant].

40  Il annonce sa candidature le 16 novembre 2016, peu avant le 1er décembre date à laquelle le président François Hollande, annonce qu’il ne se représentera pas.

Table des illustrations

Titre a. L’express, Marianne, L’Obs, Le Point, Valeurs actuelles, uniquement parution papier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/146325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Presses universitaires de Rennes, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search