Version classiqueVersion mobile

Un capital médiatique ?

 | 
Clément Desrumaux
, 
Jérémie Nollet

1. Accumuler du capital médiatique en un temps record : Emmanuel Macron, ministre de l’Économie (août 2014-août 2016)

Pierre Leroux et Philippe Riutort

Texte intégral

  • 1  Excepté un très bref passage, dans sa jeunesse étudiante, au sein du Mouvement des citoyens (MDC) (...)
  • 2  Voir Boelaert Julien, Michon Sébastien et Ollion Étienne, Métier : député. Enquête sur la professi (...)
  • 3  Riutort Philippe, « Importer Berlusconi. Le déchiffrement de l’expérience politique de Bernard Tap (...)

1La responsabilité des médias, et parfois leur complicité, sont volontiers évoquées pour rendre compte de la fulgurante carrière politique d’Emmanuel Macron. Sa nomination, en août 2014, à 37 ans, au poste de ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique au sein du gouvernement Valls II, sans mandats électoraux préalables, ni d’expérience militante probante1, deux ans seulement après avoir été secrétaire général adjoint de l’Élysée, se double d’une visibilité médiatique intense de l’action du ministre et sa personnalité. La nécessité de qualifier le nouvel entrant du jeu politique invite, en rabattant l’inconnu vers le connu, à multiplier les comparaisons avec certains prédécesseurs, d’Henri Emmanuelli à Georges Pompidou, tous deux anciens employés de la banque Rothschild, jusqu’à Édouard Balladur2, ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée et ministre de l’Économie. Les conjonctures politiques et les propriétés, formellement similaires, revêtent pourtant des significations fort différentes d’un contexte à un autre3. L’« explication » du succès politique d’E. Macron procéderait, en outre, de l’accumulation rapide d’un « capital médiatique », palliatif de l’absence d’autres capitaux, mobilisables au cours de la carrière politique. L’instauration d’une position (ministre) et d’une marque politique (de la « singularité » du ministre à celle de son entreprise politique, En Marche !) interrogent sur la contribution réelle des médias à la constitution du crédit politique. L’indéniable singularité de ce cas exemplaire l’érige en objet stimulant pour appréhender la teneur et les limites ordinaires du « capital médiatique » en tant qu’adjuvant de la carrière politique.

Un capital institutionnel en trompe-l’œil

2Bien qu’occupant un poste ministériel convoité, E. Macron ne va cesser de déborder les périmètres institutionnels pour édifier une marque politique propre.

Un capital médiatique institutionnalisé à relativiser

  • 4  Davis Aeron et Seymour Emily, « La production des formes de capital médiatique au sein du camp pol (...)
  • 5  Birnbaum Pierre (dir.), Les élites socialistes au pouvoir, 1981-1985. Les dirigeants socialistes f (...)
  • 6  Voir Endeweld Marc, op. cit., p. 121 et suiv.
  • 7  Ainsi Marc Endeweld, journaliste à Marianne auteur d’une biographie d’E. Macron reçoit les impress (...)

3Si la typologie de la nature des capitaux médiatiques proposée par Davis et Seymour4 était testée ici, ces derniers allieraient d’emblée capital médiatique institutionnalisé et capital médiatique individualisé. La première dimension s’impose à l’évidence. Le rapide parcours d’E. Macron au cœur de l’appareil d’État est sans cesse rappelé dans les divers portraits du ministre (sorti dans la « botte » à l’ENA, membre de l’Inspection générale des finances – IGF), jusqu’à l’action de son mentor, Jean-Pierre Jouyet, dans le déroulement de sa brève carrière administrative et politique. Trois ans seulement après sa sortie de l’ENA, E. Macron est nommé rapporteur, en 2007, de la « commission Attali », puis membre de la deuxième commission en 2010, avant d’intégrer l’Élysée, à partir de 2012. L’accumulation, à partir de l’IGF, d’un « capital social » au sein du champ bureaucratique, déterminant dans la constitution d’une carrière politique5, s’étend rapidement au monde patronal. Sa présence au sein de la « commission Attali » l’amène à côtoyer de nombreux dirigeants d’entreprise de premier plan et lui aurait valu son recrutement, en 2008, par la banque Rothschild & Cie, dont il est promu associé en 2010. Plus que la conversion – devenue banale – de capitaux entre espaces sociaux proches (les grandes entreprises, la haute administration, la politique), c’est la rapidité des « stratégies de reconversion » qui, dans ce cas, renseignerait sur la porosité des sous-espaces du champ du pouvoir. La double accumulation de capitaux au sein de l’appareil d’État et du monde financier favorise, de même, l’accumulation d’un « capital médiatique » originel. Chez Rothschild & Cie, E. Macron a été chargé du projet de vente du Parisien, (abandonné en 2010), puis du dossier « Presstalis », principal distributeur de la presse nationale, en liaison avec le groupe Lagardère6. Arrivé à l’Élysée, E. Macron suit divers dossiers, notamment les aides à la presse et la recapitalisation du quotidien Libération. Le jeune haut fonctionnaire est donc loin d’être dépourvu d’interlocuteurs ou de contacts au sein des groupes de presse, lorsqu’il accède au poste de ministre7.

4Il faut toutefois attendre sa nomination en tant que ministre pour invoquer un « capital médiatique institutionnalisé » au sein de la plus centrale des administrations publiques, le ministère de l’Économie et des Finances. E. Macron a, certes, évolué au sein des institutions prestigieuses de l’État (l’IGF, l’Élysée, Bercy) mais sans y occuper – ne serait-ce qu’en raison de son âge – de positions d’autorité. Il est aussi, en tant que haut-fonctionnaire, fonctionnellement subordonné à son ministre.

  • 8  Nollet Jérémie, « Les investissements “médiatiques”. Capitaux, dispositions et accès aux médias de (...)
  • 9  Christian Eckert, ministre du Budget à propos de l’ISF en juin 2016 ; François Rebsamen, ministre (...)

5Titulaire, à partir d’août 2014, d’un portefeuille majeur dans le débat public – l’Économie –, E. Macron occupe la 11e place sur les 16 postes de ministre du gouvernement Valls 2, loin derrière, le ministre des Finances et des Comptes publics, Michel Sapin, placé au 5e rang protocolaire. Cette hiérarchie est redoublée sur le plan opérationnel par les attributions du ministre et le partage des directions de l’administration. Alors que Michel Sapin exerce la tutelle directe sur les « grandes » directions de Bercy (Budget et Trésor), l’autorité du ministre de l’Économie ne s’exerce, en revanche, et de manière partagée, que sur des directions secondaires, telles que la Direction Générale de la Concurrence. C’est la faiblesse relative du « capital médiatique institutionnalisé » qui caractériserait plutôt la position d’E. Macron. Ainsi, l’accumulation très rapide du capital médiatique du ministre est le fruit d’un contournement de la hiérarchie du champ politique central qui s’appuie sur le flou de ses attributions. Se prévalant d’un domaine central de l’action publique, le ministre va continûment élargir – au moins symboliquement – sa sphère d’intervention, en se heurtant à plusieurs reprises, au périmètre de ses collègues. Il intervient sur des sujets qui excèdent ses attributions – très circonscrites – de ministre : la réforme éventuelle de l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune), les 35 heures, la loi El Khomri, le statut des fonctionnaires. Ces déclarations intempestives, sont celles d’un outsider en pleine ascension8. Elles suscitent, en retour, la polémique dans son « camp9 », ses collègues ministres le rappelant régulièrement à l’ordre par médias interposés. Ces différends sont rapidement mis en exergue par une presse promouvant une voix discordante (L’Express [26 août 2015] : « Le vrai ministre du travail, c’est lui ! »).

Un ministre qui « agit »

6Secrétaire général adjoint de l’Élysée, E. Macron est en contact permanent avec les journalistes politiques et économiques, en tant que « source » :

« E. Macron a tissé dans l’ombre de son bureau à l’Élysée de solides liens dans sa communication off avec les journalistes. Il a briefé les journalistes économiques sur la politique économique de François Hollande, notamment à partir de janvier 2013 avec la politique de l’offre […] Ce qui est certain c’est qu’E. Macron est un grand séducteur, il a rapidement séduit le monde médiatique, avant qu’il soit ministre, il a fait l’objet de portraits dans Le Monde, Le Figaro, il est différent du personnel classique des cabinets : le cabinet de François Hollande est un cabinet gris rempli de hauts-fonctionnaires, aucune tête ne dépasse »
entretien avec Bruno Jeudy, chef du service politique de Paris Match, juillet 2016.

7La relation instaurée entre E. Macron et les médias, dès sa nomination comme ministre, est immédiatement perçue comme peu conventionnelle par les journalistes en raison de la pratique d’un franc-parler qui tranche avec les codes de Bercy (apartés avec des journalistes reçus longuement par le ministre, libres propos tenus sur ses collègues ministres, doutes émis sur la ligne politique du gouvernement…). Au moment de sa nomination, E. Macron possède alors peu de liens avec les journalistes politiques, et notamment les éditorialistes.

  • 10  Le projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (ou « loi Mac (...)

8Loin donc d’être une « stratégie » du ministre, sa communication trouve en grande partie son explication dans le désajustement de sa position. L’absence de contacts réguliers avec les rubricards politiques peut s’avérer un handicap (« Les rubricards politiques traditionnels ont été un peu dépassés par le phénomène Macron. Ils ne l’ont pas vu venir. Finalement la réaction d’hostilité de certains journalistes politiques a été conforme à celle des élus traditionnels », entretien avec M. Endeweld.), mais peut aussi paradoxalement fournir des opportunités. Les relations entretenues avec les journalistes économiques à l’Élysée, se poursuivent, une fois ministre : « À Libé, par exemple, c’est Nathalie Raulin, la cheffe de service « économie » qui le suit et non le service politique, ce qui peut paraître étonnant » (entretien avec M. Endeweld). Ce traitement offre l’avantage au ministre de communiquer quasi exclusivement sur « sa politique », particulièrement lorsque la loi Macron10 entre en discussion. S’adressant à des interlocuteurs davantage intéressés par le « fond » (la réforme du Code du travail, la fiscalité…), il accrédite ainsi l’idée que son activité politique se consacre à la promotion de mesures « concrètes ». Il se déleste, du même coup, des joutes politiques potentiellement périlleuses. Cette contrainte est transmuée en audace :

« Il ne fait quasiment jamais de déjeuners de presse. Cela ne l’intéresse pas. De même, il n’accepte que très peu d’interviews dans les sessions matinales des radios car la plupart du temps, dans ce genre de lieu, les sollicitations sont faites pour que vous commentiez une actualité qui n’est pas la vôtre »
entretien avec A. Descamps, conseillère en communication au sein du ministère de l’Économie, juillet 2016.

  • 11  Sur le travail collectif de la communication d’un ministère voir Eymery-Douzans Jean-Michel, « Le (...)

9Le vote de la loi Macron représente l’acmé de la carrière du ministre. La longueur des débats portant sur la loi, les diverses péripéties qui l’ont émaillée installent sur le devant de la scène médiatique et politique le ministre, premier défenseur du texte. Le service de communication du ministère de l’Économie11, héroïse l’action du ministre, à l’image du compte Twitter qui présente, un E. Macron toujours souriant, décontracté et « efficace » : en France (libéralisation des lignes d’autocar avec les « cars Macron », réforme du fonctionnement des auto-écoles, labellisation étatique des entreprises numériques – French Tech –, développement du Très Haut débit, notamment), comme à l’étranger (les rencontres avec ses homologues et les personnalités du monde économique). L’action de terrain est systématiquement vantée, à l’image des visites récurrentes du ministre auprès des acteurs économiques des secteurs « innovants ». Twitter étant devenu une source d’information régulière pour les journalistes, la médiatisation de la médiatisation conforte la stature du ministre : les interventions dans les médias étrangers sont ainsi systématiquement mentionnées dans la presse française alors que les interventions dans les médias audiovisuels sont annoncées au préalable. Ces interventions médiatiques renforcent la stature du ministre auprès de la presse française (invitation sur CNN, interview en une d’El Pais, pleine page du New York Times) et occasionnent, à leur tour, des sujets sur la « personnalité » du ministre. Le rôle du ministère – qui se doit de concrétiser la promesse « d’inversion de la courbe du chômage » – se conjugue avec la visibilité croissante du ministre au sein du gouvernement.

  • 12  « Un an après, le bilan de la loi Macron reste limité », Le Figaro, 5 août 2016.

10Le « choix » de promouvoir des actions « concrètes » trouve une résonance médiatique avec certaines des mesures de la « loi Macron », (les « cars Macron » ou « l’ouverture des magasins le dimanche »…) dont les effets supposés sur la croissance économique sont commentés par la presse sous la forme de bilans périodiques12. Cette focalisation sur les incidences sur la vie quotidienne des Français (les déplacements au sein du territoire, les actes, les lieux, les moments de consommer et de travailler) amplifie la visibilité d’un ministre dont le principal souci consisterait à agir en s’attaquant aux « blocages » de la société en dépassant des clivages idéologiques hors d’âge.

Une médiatisation « personnelle » valorisant l’affirmation d’une marque politique individuelle

11La faiblesse de la position institutionnelle d’E. Macron, en dépit de l’usage qu’il a pu en faire en tentant d’élaborer une marque personnelle au sein d’un ministère particulièrement « technique », justifie l’importance de la communication du ministre articulée autour de sa personnalité.

Des propriétés dérogatoires savamment mises en exergue

  • 13  Le Bart Christian, L’égo politique. Essai sur l’individualisation du champ politique, Paris, Arman (...)
  • 14  Parodi Jean-Luc, « “Ce que tu es parle si fort qu’on entend plus ce que tu dis.” Réflexion sur l’é (...)

12L’édification d’un « capital médiatique individualisé13 » contribue à l’affirmation d’une identité politique appuyée sur certains « actes politiques lourds14 » facilitant la reconnaissance du professionnel politique.

  • 15  « Quand Emmanuel Macron chante Joe Dassin », Le Figaro, 19 avril 201. Le ministre entonne a capell (...)

13La récente présence du ministre au sein de l’espace politique explique une prise de libertés avec certains codes habituels de la fonction, comme l’illustre sa participation, abondamment commentée, à la séquence de l’humoriste Cyrille Eldin sur Canal +. Pour l’émission le Supplément, il fredonne une chanson populaire et joue de manière apparemment improvisée une scène du Misanthrope avec son interlocuteur15. Pour anecdotiques qu’elles soient, ces séquences tranchent avec celles d’autres responsables politiques, souvent gênés par les intrusions intempestives du chroniqueur.

14Certaines propriétés du ministre (sa jeunesse, son physique « agréable », l’originalité de son couple…) justifient, dès sa nomination, un intérêt majeur de la presse, adepte d’un traitement psychologisant de l’activité politique : « Macron a beaucoup de fraîcheur, tous les autres sont là depuis très longtemps… » (entretien avec Bruno Jeudy, juillet 2016).

  • 16  La boutade de son collègue, ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, interrogé sur la pré (...)
  • 17  « Emmanuel Macron : Le temps de la barbe », Les Échos, 6 janvier 2016 ; Le Figaro, 15 janvier 2016

15La jeunesse d’E. Macron, ministre à 38 ans, si elle peut être relativisée16, se double de l’adoption d’un style vestimentaire et langagier, perçu comme décontracté et direct, qui suscite maints commentaires. Le simple fait de porter une barbe, à la rentrée politique, en janvier 2016, revêtirait une portée politique : « Emmanuel Macron a la barbe d’un sage. Il fait de la pédagogie, rappelle l’état de la France, explique ses fondamentaux » ; « La barbe, qu’il a arborée quelques jours après la trêve des confiseurs, est devenue le symbole affiché de la singularité de Macron17 ».

16C’est aussi l’originalité de son couple avec son ancienne professeure de lycée, son aînée de 24 ans, qui mobilise les médias : « sa vie personnelle intéresse beaucoup les médias étrangers qui ne cessent de nous solliciter pour des interviews sur son couple, son histoire » (entretien avec Anne Descamps). Cet intérêt pour la « personnalité » du ministre conduit ainsi le cabinet à recruter une personne, chargée de répondre aux demandes de la presse internationale. Ce qui se vérifie lors du meeting organisé à Paris, pour le lancement d’En marche en juillet 2016 :

« Il y a avait plus de deux cents journalistes accrédités pour le meeting dont quarante titres de presse étrangère : des médias espagnols, britanniques, japonais. La presse féminine était présente, en pagaille (rires). Il y avait trois personnes rien que pour Elle, Grazia… »
entretien avec Julie de la Sablière, [attachée de presse de En Marche !, juillet 2016].

  • 18  Chenu Alain, « Des sentiers de la gloire aux boulevards de la célébrité. Sociologie des couverture (...)
  • 19  « Les rubriques Politiques et Société occupaient la moitié des couvertures avant 1976, au-delà de (...)

17La médiatisation franchit un seuil lorsque le ministre se transforme en « icône médiatique » : son image est abondamment utilisée par la presse (notamment en couvertures de magazines) et le traitement ne diffère alors plus guère de celui des célébrités issues du monde du divertissement. Les éléments personnels trouvent rapidement leur place aussi bien dans les quotidiens nationaux que dans les articles de la presse grand public ou échotière. Le magazine Paris Match réalise généralement une synthèse entre les deux approches lorsque sa couverture est consacrée à des politiques en activité. Le choix en une du couple Macron s’inscrit dans les topiques du magazine : « l’approche de Paris Match, de plus en plus souvent, consiste à aborder le politique en traitant du comportement privé des personnalités publiques, donc en présentant des femmes et des enfants qui sont les proches des hommes politiques. Mais les responsables politiques ont de longue date constitué avec leur conjoint (c’est-à-dire, presque toujours avec leur épouse) une “équipe en représentation”18 ». Et, bien que les politiques ne soient guère vendeurs19 Paris Match se risque à afficher le couple Macron en couverture, dès avril 2016.

Emmanuel Macron dans Paris Match

  • 20  En parallèle, ont été interrogés le chef du service politique de Paris Match et des membres du cab (...)

18Dans le processus de médiatisation d’« E. Macron ministre », la une de Paris Match, le 14 avril 2016, est déterminante pour la médiatisation à venir. Titrée « Brigitte et Emmanuel Macron. Ensemble sur la route du pouvoir. Elle se confie à Paris Match. Les photos de leur album intime », abondamment commentée et interprétée comme un « coup » du ministre, cette première apparition du « couple Macron » en une offre un exemple des motivations spécifiques et parfois opposées qui réunissent les divers acteurs impliqués par sa réalisation. Si une lecture rétrospective privilégie nécessairement le calcul stratégique dont ferait preuve à la fois le magazine et l’intéressé, le récit des principaux protagonistes20, souligne bien la contingence de la fabrication.

19Bien qu’E. Macron ait, à plusieurs reprises, refusé de répondre aux souhaits du journal (refus de reportage photographique au ministère ou en vacances, réaction préalable négative du ministre à une photo prise pendant ses vacances et publiée par l’hebdomadaire), Brigitte Macron, qui entretient une relation amicale avec une des journalistes de l’hebdomadaire (Caroline Pigozzi), accepte de fournir des photographies personnelles de son couple dans le but de « faire taire les rumeurs » (comme elle le déclarera après-coup dans une interview télévisée) et « de montrer que son couple est un “vrai couple” ». Le principe d’un papier consacré au couple Macron est en préparation avant même le choix de la une. Le magazine avait parallèlement prévu un papier sur le lancement du mouvement En Marche ! (réalisé par Mariana Grepinet, la journaliste du magazine chargée de couvrir le Parti socialiste) : « E. Macron sait que sa femme est en contact avec Paris Match, tout est fait en parfaite connaissance de cause. » E. Macron ne souhaite pas pour autant se livrer à une séance avec un photographe pour illustrer l’article et Brigitte Macron fait parvenir au magazine des photos du couple qui serviront à illustrer la partie « vie privée » qui composent les quatre premières pages de l’article, les deux suivantes étant constituées du volet intime avec l’entretien de Brigitte Macron et de la journaliste Caroline Pigozzi. Finalement, la décision est prise par la direction de l’hebdomadaire de regrouper les volets people et politique (les deux dernières pages de l’article signées de Bruno Jeudy et Mariana Grepinet qui en comportera au final huit), et, en définitive, d’en retarder la parution afin de faire coïncider la une avec le lancement du mouvement En marche ! : « Ça se complique […] à Paris Match on décide de regrouper les deux ce qui n’était pas prévu, Macron n’était pas au courant, et il ne devait pas faire la une. » C’est ce retard qui fera également coïncider le jour de parution du magazine avec une intervention télévisée de François Hollande, programmée le jour de la sortie de l’hebdomadaire, dont la une est interprétée comme un défi adressé au président. La couverture est réalisée à partir d’une photo d’agence ancienne (E. Macron et sa femme posant sur le tapis rouge dans la cour de l’Élysée), et ce coup journalistique demeure de bout en bout un pari. B. Jeudy et le directeur de la rédaction Olivier Royan y sont favorables alors que d’autres membres de la rédaction craignent l’échec du numéro :

« En début d’année 2016 (E. Macron) est devenu populaire (et) est donc devenu éligible dans Match », des doutes demeurent au sein de la rédaction. Au final, « le numéro de Macron est une très bonne vente, c’est une grande surprise […] la politique ne fait pas vendre en général. Les ventes du numéro ont été exceptionnelles pour un politique. Il y a eu peu d’invendus, on a même manqué des ventes. Les ventes de Match varient de 180000 (mort de Mohamed Ali) à 290000 [pour EM], [le numéro avec E. Macron est] à égalité avec la mort de Delpech, et Céline Dion (lors du décès de son mari) une des meilleures ventes de l’année. »

  • 21  Voir Vera Zambrano Sandra, L’emprise du journalisme échotier ?, Paris, Institut universitaire Vare (...)

20Un hebdomadaire comme VSD, qui fait, plus volontiers que Paris Match, figurer des politiques en couverture en leur appliquant un traitement « mi-politique mi-people21 », fournit, un indice de l’intérêt prêté à une personnalité publique. Les politiques peuvent aussi bien y faire la une pour un fait politique, traité dans un langage familier, « Sarko Morano Drôle de divorce » (15 octobre 2015) que pour leur vie personnelle (« Emmanuel Macron et Brigitte, un couple pour l’Élysée », 17 mars 2016). E. Macron y apparait une première fois en couverture fin 2015 (« Emmanuel Macron : le hold-up », 24 décembre 2015), puis, à deux reprises, au premier trimestre 2016. Le choix des unes est bien entendu stratégique pour des titres dont l’essentiel des ventes a lieu en kiosque, et les sujets « vendeurs » sont repris pas les concurrents. Ainsi, à la suite du succès de Paris Match, France Dimanche n’hésite pas à suivre la tendance conformément à sa ligne éditoriale « Brigitte et Emmanuel Macron. Elle se bat pour le garder » (29 avril 2016). La personnalité politique émergente « E. Macron » se retrouve ainsi métamorphosée en personnage immédiatement identifiable par des fractions élargies du public (i. e. ceux qui ne suivent pas régulièrement l’actualité politique) et exploitable par l’ensemble des médias généralistes.

21Grâce à la reproduction en grand format (des abribus aux couloirs du métro), ces couvertures jouent un rôle analogue à celui des campagnes d’affichage des temps d’élection et le jeune ministre en saisit vite l’intérêt. Alors que la première une d’E. Macron pour Paris Match est présentée par l’intéressé comme une « naïveté » de sa femme, la deuxième (11 août 2016), alors qu’il est sur le point de démissionner du gouvernement, est autorisée : elle représente le couple sur la plage de Biarritz, et est complétée par un entretien d’E. Macron où il annonce sa rentrée politique.

Un capital médiatique fortement individualisé

  • 22  Juhem Philippe, « Les “favoris des sondages”. Contribution à une analyse des structures de la popu (...)
  • 23  Le Parisien, Sondage Odoxa, 18 octobre 2014. Il est indiqué que le ministre dispose de 55 % d’opin (...)
  • 24  Le Parisien (29 août 2015), « Sondage : les sympathisants PS préfèrent Macron à Cambadélis ».
  • 25  L’Obs, « Macron, rabatteur de Hollande », 8 avril 2016.

22L’affirmation d’une marque politique requiert la revendication d’un espace politique qui excède l’occupation d’un périmètre ministériel. En ce sens, les médias représentent une opportunité par la visibilité qu’ils confèrent à une entreprise politique, tout particulièrement dans un état du champ politique caractérisé par la reconnaissance d’entreprises individuelles visant à capter des capitaux politiques collectifs. La nomination d’E. Macron au gouvernement l’introduit parmi les responsables politiques dont la popularité est désormais régulièrement testée par les sondages. Une « popularité de position22 » prend rapidement forme : ministre de l’Économie d’un gouvernement classé à gauche et adepte de prises de position en rupture avec son camp, E. Macron agrège des opinions favorables d’électeurs de gauche avec celle d’électeurs de droite qui approuvent certaines de ses déclarations. Cette double logique rend compte de la popularité élevée du ministre, dès sa nomination. En octobre 2014, « E. Macron séduit 58 % des Français23 », selon un sondage, ce qui justifie ensuite d’autres sondages appréhendant le nouveau ministre dans des configurations politiques inédites ou imaginaires : la popularité du premier secrétaire du Parti socialiste est ainsi évaluée au regard de celle du ministre de l’Économie24. La configuration politique évoluant, les commentaires journalistiques se modifient : primitivement défini comme un outsider, E. Macron est successivement, présenté comme le « protégé » du Premier ministre, l’« atout » du président de la République25, le ministre de l’Économie devient dans les sondages (et les commentaires journalistiques qui s’ensuivent) un acteur politique de premier plan et, bientôt, un rival potentiel des deux principales figures de l’exécutif.

  • 26  « Macron : pourquoi pas lui ? », Le Point, 31 décembre 2015.
  • 27  « Baromètre Ipsos-Le Point : Macron efface Valls et Hollande », Le Point, 23 mai 2016.

23Le jeune ministre en vient à faire figure d’alternative crédible – dans les sondages – pour la majorité sortante en raison de l’élimination annoncée du président de la République en exercice, dès le premier tour de l’élection à venir. Le différentiel de popularité enregistré entre les deux responsables de l’exécutif et le ministre de l’Économie justifie alors que ce dernier soit testé pour une éventuelle et – alors – très hypothétique participation à l’élection présidentielle, accréditée par certaines unes de presse26. Le ministre est ainsi métamorphosé en « sauveur » potentiel pour la « gauche de gouvernement », voire pour la gauche tout cours dont l’accès au second tour de l’élection présidentielle ne semblerait alors plus inenvisageable27. La consistance sondagière d’E. Macron fait évoluer les commentaires journalistiques, désormais tenus de prendre au sérieux l’essor de la marque politique qu’il incarne.

  • 28  Desrumaux Clément et Nollet Jérémie (dir.), « Le travail politique par et pour les médias », Résea (...)
  • 29  Bailey Frederick Georges, Les règles du jeu politique, Paris, Presses universitaires de France, 19 (...)
  • 30  Leroux Pierre et Riutort Philippe, « “Passer à la télé.” Analyser la présence des professionnels d (...)

24De même, l’accumulation d’un capital indissociablement médiatique et politique peut difficilement, dans le cas d’E. Macron, être présentée comme le produit d’une pure et simple « stratégie de dominé », particulièrement dans un état du champ politique où le « jeu politique orienté vers les médias28 » s’impose comme une nécessité dans une carrière politique : promouvoir sa candidature à la direction d’une formation politique, revendiquer un statut de présidentiable, se présenter aux primaires… s’apparente à une « règle pragmatique29 » du jeu politique. L’analyse a tout à gagner à se défaire de l’idée (simpliste) d’un objectif obsessionnel d’accès aux médias qui motiverait les responsables politiques, dans la mesure où il résulte, la plupart du temps, d’une transaction établie30 entre les divers protagonistes. La maîtrise du calendrier médiatique du politique résulte des « termes de l’échange » établis entre politiques et journalistes.

25L’engouement se mesure ainsi dans le cas d’E. Macron par le nombre de sollicitations dont il est l’objet par divers médias, demandeurs de portrait ou d’interview : « Nous ne répondons en moyenne qu’à 1 % des sollicitations qui nous sous faites » affirme une de ses collaboratrices (entretien avec Anne Descamps). Et cette surabondante demande autorise le ministre à une sélectivité drastique. Le ministre qui refuse la plupart des entretiens des radios matinales, accepte des formats moins convenus, qui le mettent davantage en valeur, comme lorsque le magazine Le 1 le sollicite pour un entretien – « Macron, un philosophe en politique » (Le 1, no 64, 8 juillet 2015) – ou lorsqu’Europe 1 lui consacre l’ensemble de la matinale (10 novembre 2015).

26C’est bien ce déséquilibre entre l’« offre » et la « demande », structural pour les titulaires des positions politiques les plus élevées, qui peut inciter à conclure à une « subordination » du champ journalistique au champ politique dont les fondements peuvent n’être que contingents, particulièrement dans un état du champ politique où la visibilité médiatique s’impose comme une composante du capital politique.

Le capital médiatique, variante du capital symbolique ?

  • 31  « Le capital symbolique assure des formes de domination qui impliquent la dépendance à l’égard de (...)

27Sous de multiples aspects, le capital médiatique pourrait s’apparenter à une variante du capital symbolique, dans la mesure où ses bénéficiaires se trouvent gratifiés de l’onction d’une reconnaissance qui repose, là comme ailleurs, sur une méconnaissance31. Le patient travail d’accumulation entrepris par les professionnels de la politique, afin de se faire voir et bien voir des médias, demeure, en partie, une action de « coulisses » effectuée à l’insu du public qui se bornerait, dans un second temps, à le ratifier. Ce capital conserverait ainsi un aspect « magique » et, partant, une efficacité symbolique.

  • 32  Champagne Patrick (« Le médiateur entre deux Monde. Transformation du champ médiatique et gestion (...)
  • 33  Gitlin Todd, The Whole World is Watching : Mass Media in the Making and Unmaking of the New Left, (...)

28« Capital » plus labile, moins institutionnalisé que d’autres32, ne serait-ce que parce le champ médiatique ne dispose pas d’instance de consécration unique, le capital médiatique peut, en outre, se prêter à une dépréciation rapide liée justement à l’ampleur de l’exposition médiatique, une sorte d’« effet boomerang33 ». L’intérêt croissant des journalistes les conduit à guetter la « faute ». Et l’impératif de communication fait l’objet de supputations générant des attentes difficiles voire impossibles à satisfaire. C’est certainement sur ce point que les approches de Davis et Seymour sont les plus critiquables, en réduisant les capitaux à des ressources déjà là, appropriables quel que soit contexte, méconnaissant ainsi leur intrinsèque labilité.

  • 34  Notamment les propos tenus sur Europe 1 en septembre 2014 au sujet de la reconversion des salariée (...)
  • 35  À l’image d’une altercation entre E. Macron et un opposant à la « loi El Khomri » : « Vous n’allez (...)

29Il en est ainsi de la macronmania, nommée ainsi par les journalistes politiques, à partir de la fin 2015, mesurable, par exemple, par le nombre croissant de journalistes suivant les déplacements du ministre : « Ils [les journalistes] ont créé de toute pièce la macronmania qu’ils se sont empressés de critiquer tout de suite après, en disant que sa popularité ne reposait pas forcément sur grand-chose. C’est assez marrant » (entretien avec Julie de la Sablière). Après le meeting organisé à la Mutualité, en juillet 2016, E. Macron est pressé de dévoiler un programme, un comité de soutien, démarches qui paraissent, à l’intéressé, prématurées : « Pour l’instant [En Marche !] ce n’est qu’une start-up politique. Les journalistes sont embêtés parce qu’on n’a pas de véritables porte-parole à envoyer sur des plateaux télé, sauf des soutiens de la société civile. On ne va pas leur sortir des propositions, des ralliements comme cela » (entretien avec Julie de la Sablière). En outre, les propos du ministre sont désormais scrutés, disséqués, en raison du statut du locuteur. L’inexpérience dans le maniement de la parole publique34, interprétée originellement comme l’indice d’un franc parler laisse place, à des interrogations sur ses « gaffes » désormais commentées sur les réseaux sociaux35.

30Les déclarations « provocatrices » du ministre suscitent ainsi une vive inquiétude chez ses conseillers :

« Une de ses phrases a créé la polémique. “Les pauvres qui ne peuvent pas voyager, voyageront plus facilement” [à propos de la libéralisation du transport en autocar]. Il n’a fait que reprendre les propos de Laurent Berger (le secrétaire général de la CFDT), prononcés le matin même, mais comme c’est lui qui l’a dit, les médias ont dit qu’il était condescendant […]. Il sait désormais qu’il ne peut plus dire certains mots. Les médias vous caricaturent sur des traits de caractère. Il faut être très vigilant sur ce point »
entretien avec Anne Descamps.

  • 36  Ainsi que le rappellent Clément Desrumaux et Jérémie Nollet (« Présentation », Réseaux, no 187, 20 (...)

31Il paraît également difficile de rejoindre Davis et Seymour lorsqu’ils estiment que le capital médiatique ne serait pas propre à un champ36. Le danger analytique ici paraît double : si les politistes sont évidemment amenés à privilégier l’usage « instrumental » opéré par les professionnels de la politique dans l’obtention d’un capital médiatique, utile exclusivement au déroulement de leur carrière politique, il ne faudrait pas ignorer pour autant l’existence d’un champ médiatique qui possède ses propres règles de conduite (un illusio), une hiérarchie, procure des profits symboliques comme matériels en retour (rédiger des tribunes, devenir chroniqueur, voire animateur d’émissions, être régulièrement convié pour assurer la promotion d’un ouvrage…). Autrement dit, si le champ médiatique existe bel et bien, le professionnel de la politique ne saurait totalement s’exonérer d’investissements en son sein.

  • 37  Couldry Nick, « Media Meta-Capital : Extending the Range of Bourdieu’s Field Theory », Theory and (...)
  • 38  « Entre autres définitions possibles, on pourrait dire que l’État est méta, que c’est un pouvoir a (...)
  • 39  Bourdieu Pierre, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, no 101, (...)

32De même, l’évocation d’un « méta-capital » médiatique, au sens où l’entend Nick Couldry37, en transposant les analyses de Bourdieu sur l’État38, à partir du pouvoir symbolique qu’exerceraient les médias sur les autres champs pose problème. On peut parfaitement s’accorder – à la suite de travaux désormais classiques39 – sur le fait que le « pouvoir des médias » consiste souvent à tenter d’imposer ses logiques de fonctionnement, ses visions du monde à d’autres univers sociaux, quitte à en subvertir les logiques originelles (le sport, la science, l’art, la politique…). Mais assimiler le « pouvoir » des médias à celui de l’État n’a guère de sens, ne serait-ce qu’en raison de sa fragilité intrinsèque. Si le capital médiatique requiert un investissement durable au sein de l’univers médiatique pour s’y faire voir et bien voir, et agir – dans certaines circonstances seulement – comme un palliatif du capital politique, son extrême labilité en fait un capital bien moins institutionnalisé que d’autres. Loin d’être au-dessus des autres espaces, le champ médiatique concourt à sa manière à produire – parfois – des verdicts sur divers univers sociaux, principalement en élargissant le « public » concerné et en édifiant ainsi une légitimité liée à la notoriété et/ou la visibilité, par opposition aux champs de production restreinte (le champ des mathématiques, pour se limiter à un exemple).

  • 40  Leroux Pierre et Riutort Philippe, « Emmanuel Macron, une increvable bulle médiatique et sondagièr (...)

33Fort de ces principes, réduire l’analyse du « cas Emmanuel Macron », à une pure et simple « bulle médiatique40 » s’apparenterait grandement à une vision indigène (les gens de médias accordent spontanément de l’importance aux médias), tant sa position doit à une accumulation exceptionnellement rapide de capitaux logés dans plusieurs univers sociaux disparates mais fortement contigus que la visibilité médiatique a donné à voir au « grand » public.

34L’analyse de la carrière d’E. Macron présente enfin un intérêt majeur pour tenter de saisir les transformations d’accès et déroulement de la carrière politique, dans la mesure où les rapprochements objectifs opérés, dans les dernières décennies, entre les différentes composantes du champ du pouvoir (économique, bureaucratique, politique) favoriserait conversions et reconversions rapides, y compris dans un champ politique dont l’autonomie pourrait avoir décru.

Notes

1  Excepté un très bref passage, dans sa jeunesse étudiante, au sein du Mouvement des citoyens (MDC) de Jean-Pierre Chevènement, à la fin des années 1990 selon Marc Endeweld (L’ambigu Monsieur Macron. Enquête sur un ministre qui dérange, Paris, Flammarion, 2015).

2  Voir Boelaert Julien, Michon Sébastien et Ollion Étienne, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France, Paris, Raisons d’Agir., 2017, p. 88-90.

3  Riutort Philippe, « Importer Berlusconi. Le déchiffrement de l’expérience politique de Bernard Tapie à la lumière du “populisme” italien », Politix, no 77, 2007, p. 153-171.

4  Davis Aeron et Seymour Emily, « La production des formes de capital médiatique au sein du camp politique britannique », Réseaux, no 187, 2014, p. 107-133.

5  Birnbaum Pierre (dir.), Les élites socialistes au pouvoir, 1981-1985. Les dirigeants socialistes face à l’État, Paris, Presses universitaires de France, 1985 ; Eymeri Jean-Michel, La fabrique des énarques, Paris, Economica, 2001.

6  Voir Endeweld Marc, op. cit., p. 121 et suiv.

7  Ainsi Marc Endeweld, journaliste à Marianne auteur d’une biographie d’E. Macron reçoit les impressions du ministre sur son livre par l’intermédiaire du propriétaire de l’hebdomadaire, Yves de Chaisemartin. Entretien avec M. Endeweld, juillet 2016.

8  Nollet Jérémie, « Les investissements “médiatiques”. Capitaux, dispositions et accès aux médias des agents politiques dans la gestion de la crise de la “vache folle” (1988-2002) », in Philippe Juhem et Julie Sedel (dir.), Agir par la parole. Porte-paroles et asymétries de l’espace public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 31-52.

9  Christian Eckert, ministre du Budget à propos de l’ISF en juin 2016 ; François Rebsamen, ministre du Travail au sujet de la réforme du Code du travail en juin 2015, et le chef de l’État, François Hollande en septembre 2015 à propos de « l’inadaptation » du statut des fonctionnaires.

10  Le projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (ou « loi Macron ») est présentée en Conseil des ministres en décembre 2014 et la loi est promulguée en aout 2015.

11  Sur le travail collectif de la communication d’un ministère voir Eymery-Douzans Jean-Michel, « Le ministre n’est plus une personne physique. Sur la collectivisation de la fonction ministérielle », in Jean-Michel Eymery-Douzans, Xavier Bioy et Stéphane Monton (dir.), Le règne des entourages. Cabinets et conseillers de l’exécutif, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

12  « Un an après, le bilan de la loi Macron reste limité », Le Figaro, 5 août 2016.

13  Le Bart Christian, L’égo politique. Essai sur l’individualisation du champ politique, Paris, Armand Colin, 2013.

14  Parodi Jean-Luc, « “Ce que tu es parle si fort qu’on entend plus ce que tu dis.” Réflexion sur l’équilibre réel entre l’action politique et le marketing de l’apparence dans la décision électorale », Hermès, no 4, 1989, p. 223-233.

15  « Quand Emmanuel Macron chante Joe Dassin », Le Figaro, 19 avril 201. Le ministre entonne a capella avec l’animateur le tube du chanteur populaire, « l’été indien » ; Le Supplément, Canal +, 22 mars 2015.

16  La boutade de son collègue, ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, interrogé sur la précocité du parcours d’E. Macron, « À son âge, j’étais Premier ministre » (Le Supplément, Canal +, 25 octobre 2015) suffirait à rappeler que les propriétés sociales ne sauraient valoir en elles-mêmes, ni pour elles-mêmes.

17  « Emmanuel Macron : Le temps de la barbe », Les Échos, 6 janvier 2016 ; Le Figaro, 15 janvier 2016.

18  Chenu Alain, « Des sentiers de la gloire aux boulevards de la célébrité. Sociologie des couvertures de Paris Match, 1949-2005 », Revue Française de Sociologie, no 1, 2008, p. 39.

19  « Les rubriques Politiques et Société occupaient la moitié des couvertures avant 1976, au-delà de cette date leur place est réduite au tiers du total » (Chenu Alain, art. cité, p. 30).

20  En parallèle, ont été interrogés le chef du service politique de Paris Match et des membres du cabinet d’E. Macron ayant suivi l’affaire. Les extraits proviennent de l’entretien avec Bruno Jeudy. Nous remercions chaleureusement tous nos interlocuteurs pour leur disponibilité.

21  Voir Vera Zambrano Sandra, L’emprise du journalisme échotier ?, Paris, Institut universitaire Varenne, 2013.

22  Juhem Philippe, « Les “favoris des sondages”. Contribution à une analyse des structures de la popularité politique mesurée par les baromètres d’opinion », Sociétés Contemporaines, no 106, 2017, p. 108 et suiv.

23  Le Parisien, Sondage Odoxa, 18 octobre 2014. Il est indiqué que le ministre dispose de 55 % d’opinions favorables chez les électeurs de droite et de 62 % chez les électeurs de gauche.

24  Le Parisien (29 août 2015), « Sondage : les sympathisants PS préfèrent Macron à Cambadélis ».

25  L’Obs, « Macron, rabatteur de Hollande », 8 avril 2016.

26  « Macron : pourquoi pas lui ? », Le Point, 31 décembre 2015.

27  « Baromètre Ipsos-Le Point : Macron efface Valls et Hollande », Le Point, 23 mai 2016.

28  Desrumaux Clément et Nollet Jérémie (dir.), « Le travail politique par et pour les médias », Réseaux, no 187, 2014.

29  Bailey Frederick Georges, Les règles du jeu politique, Paris, Presses universitaires de France, 1971 (1969).

30  Leroux Pierre et Riutort Philippe, « “Passer à la télé.” Analyser la présence des professionnels de la politique au sein des émissions conversationnelles », Réseaux, no 187, 2014, p. 51-77.

31  « Le capital symbolique assure des formes de domination qui impliquent la dépendance à l’égard de ceux qu’il permet de dominer : il n’existe, en effet, que dans et par l’estime, la reconnaissance, la croyance, le crédit, la confiance des autres, et il ne peut se perpétuer qu’aussi longtemps qu’il parvient à obtenir la croyance en son existence » (Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 200).

32  Champagne Patrick (« Le médiateur entre deux Monde. Transformation du champ médiatique et gestion du capital journalistique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 131-132, 2000, p. 8-29) a ainsi pu montrer que sous certains rapports la légitimité de l’audience d’une chaîne de télévision grand public pouvait concurrencer dans le champ journalistique celle d’un journal « de référence », autrement dit que les hiérarchies étaient certainement moins établies que dans d’autres espaces sociaux.

33  Gitlin Todd, The Whole World is Watching : Mass Media in the Making and Unmaking of the New Left, Berkeley, University of California Press, 1980.

34  Notamment les propos tenus sur Europe 1 en septembre 2014 au sujet de la reconversion des salariées des abattoirs Gad : « Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. Pour beaucoup on leur explique : “Vous n’avez plus d’avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km.” Ces gens-là n’ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi ? Il faut payer 1500 euros et il faut attendre un an ? Voilà, ce sont des réformes du quotidien. »

35  À l’image d’une altercation entre E. Macron et un opposant à la « loi El Khomri » : « Vous n’allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler. »

36  Ainsi que le rappellent Clément Desrumaux et Jérémie Nollet (« Présentation », Réseaux, no 187, 2014, p. 17) : « c’est une forme particulière de capital politique (ou de tout autre capital spécifique) potentiellement efficient à la fois dans le champ politique et en dehors, et notamment sur le marché électoral ».

37  Couldry Nick, « Media Meta-Capital : Extending the Range of Bourdieu’s Field Theory », Theory and Society, 32, (5-6), 2003, p. 653-677.

38  « Entre autres définitions possibles, on pourrait dire que l’État est méta, que c’est un pouvoir au-dessus des pouvoirs. Analyser l’accumulation des différentes formes de capital, c’est se donner les moyens de comprendre pourquoi l’État est associé à la possession d’un capital qui a pouvoir sur les autres espèces de capital. », Bourdieu Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France. 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 311.

39  Bourdieu Pierre, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, no 101, 1994, p. 3-9 ; Champagne Patrick et Marchetti Dominique, « L’information médicale sous contrainte. À propos du “scandale du sang contaminé” », Actes de la recherche en sciences sociales, no 101, 1994, p. 40-62.

40  Leroux Pierre et Riutort Philippe, « Emmanuel Macron, une increvable bulle médiatique et sondagière », in Bernard Dolez, Julien Fretel et Rémi Lefebvre (dir.), L’entreprise Macron, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2019, p. 53-63.

Auteurs

Professeur en science de l’information et de la communication, Université catholique de l’ouest, professeur associé à l’université du Québec à Trois-Rivières, Arènes (CNRS UMR 6051).
Professeur de chaire supérieure en sciences sociales au lycée Henri IV (Paris) et chercheur associé au laboratoire communication et politique (IRISSO/Dauphine/CNRS). Il a récemment publié Sociologie de la communication politique (La Découverte, 2020, 3e éd.).

© Presses universitaires de Rennes, 2021

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search