Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La forêt du bois de Vincennes : une frange paysagère dans l’agglomération parisienne comme marge de manœuvre pour les SDF ?

p. 47-58


Texte intégral

1En deux décennies, le bois de Vincennes a vu croître une population de sans domicile fixe que notre étude de terrain a évalué à environ deux cents personnes pendant l’été 2010. Cette appellation masque une grande variété d’individus aux trajectoires de vie, aux pratiques, aux représentations très différentes (Lion, 2014) et il convient de rappeler la fragilité des termes utilisés pour les désigner. Alors que le nombre de SDF dans le bois varie beaucoup d’une année à l’autre et d’un jour à l’autre, il est intéressant de noter la forte fixation de ceux qui choisissent la partie forestière comme site de campement (Grésillon, Amat et Tibaut, 2014).

2Si la recherche des motifs des choix territoriaux pour l’installation des campements se révèle être une aide à l’analyse des liens entre paysages, gestion et usages des sans-abri, l’utilisation de ces motifs peut être un facteur de stigmatisation (Mathieu, 1997). L’usage d’une appellation unique est propice à des préjugés car les situations, les parcours de vie des sans-domiciles sont aussi nombreux et différents que le nombre d’individus à la rue. Nous avons retenu l’expression de « sans domicile fixe » qui connote à la problématique du logement, à la différence de celle de « clochard » qui évoque plutôt la marginalisation (Damon, 2002). Dans leur discours même, les sans-domiciles privilégient le sigle « SDF » pour qualifier leur état. Ils proscrivent l’image du clochard (Damon, 2002), alcoolique sale qui choisit de demeurer dans la misère, alors que le « SDF » subit les affres socio-économiques du système et veut s’en sortir (Girola, 2014). De plus, le sans-domicile se fait l’héritier de l’image populaire ancienne du vagabond (Zeneidi-Henry et Fleuret, 2007). Selon l’Insee, « une personne est qualifiée de sans-domicile un jour donné si la nuit précédente elle a eu recours à un service d’hébergement ou si elle a dormi dans un lieu non prévu pour l’habitation (rue, abri de fortune)1 ». Cette définition désigne bien la place du SDF dans le bois, la fragilité des toiles de tente qui l’abrite, comme la précarité de son statut.

3Très tôt, l’enjeu économique, approvisionnement en bois de construction, en bois de chauffage des hommes et des biens, réserve de chasse, incita les rois à protéger le bois de Vincennes par l’édification d’une enceinte (Philippe Auguste) et par la restriction des droits d’usage (Louis XI, Henri II, Louis XV). Le bois se trouva jusqu’à la Révolution à la frange de Paris et son utilisation par les habitants témoigne de cette situation d’entre deux, qui répond à la fois aux besoins de la ville et à ceux des ruraux limitrophes (Derex, 1997). Au xixe siècle, le bois devint une frange intra-urbaine, entre la capitale dense et les villes de la petite couronne plus aérées. Les orientations pour l’aménagement durable des bois de Vincennes et de Boulogne, votées par le conseil municipal de Paris en 2002, insistent sur ce statut d’entre deux de Vincennes, qui doit être un « compromis réussi entre un espace urbain et une forêt périurbaine2 » (conseil municipal, juillet 2002).

4Le présent propos étudie en quoi cette situation de marge offre aux SDF des possibilités de trouver dans cette forêt de l’agglomération parisienne un refuge à la fois proche de la capitale et loin pour la liberté qu’elle offre. Nous montrerons d’abord que les SDF sont en marge des dispositifs institutionnels et des politiques urbaines ; puis nous expliciterons la notion de potentiel d’habitabilité3 que leur donnent les paysages de marge du bois.

Les SDF : une population en marge

Les SDF en marge de la recherche et des dispositifs institutionnels

5La prise en compte par les chercheurs du thème du « sans-abrisme » est récente. Dans les années 1930, l’École de Chicago élabora des théories sur le rapport entre les espaces de la ville et les identités sociales des populations (Mathieu, 1997). Alexandre Vexliard, dont la thèse, Le clochard, qui portait sur l’analyse psychologique des marginaux parut en 1957, fait figure de précurseur. Ce n’est qu’à partir des années 1970 que les questions de pauvreté et d’exclusion devinrent un enjeu politique. Dans le même temps, les appellatifs pour désigner les SDF évoluaient et, dans les années 1990, au terme de « précarité » s’ajouta celui d’« exclusion ». Le plan urbain de 1991 engendra de nouvelles études sociologiques sur la place des sans-domiciles dans l’espace public, comme en témoigne la belle recension qu’en proposait, en 1993, le livre dirigé par Pierre Bourdieu, La Misère du Monde. Ce n’est qu’à partir de 1995, pour l’INED, et de 2001, pour l’Insee, que furent conduits de véritables recensements nationaux visant à étudier les SDF.

6Une enquête de l’Insee de 2012 estime à 141 500 le nombre de sans-domicile en France métropolitaine (Insee, 2012). Elle s’ajoute à une autre de 2006, moins précise, portant sur l’agglomération parisienne, dont les relevés comportaient des omissions ou des doublons (les SDF étant mobiles, ils sont accessibles). Cette enquête se limitait à la population sans-abri fréquentant les centres d’hébergement et de distribution de repas chauds dans les agglomérations françaises de plus de 20 000 habitants sur des individus francophones ou parlant une des langues prévues par le questionnaire (Apur, 2011a). Ces recensements sont loin de fournir des résultats exhaustifs car, comme l’affirme Patrick Gaboriau, « ce n’est pas une frange qui est laissée de côté mais, au contraire, la population même qui vit à la rue et ne fréquente pas les institutions caritatives » (Gaboriau, 2004, p. 116). Cependant, la dernière décennie fit naître, en France et en Europe, des progrès dans les méthodes de recensement des sans-domiciles (Damon, 2012).

7L’État n’est pas resté inactif sur la question des SDF. Il prit d’abord des mesures financières (aides sociales et d’hébergement) puis incita les collectivités à prendre en charge les sans-abri. Ainsi, en 2009, chaque département ouvrait des services intégrés de l’Accueil et de l’Orientation pour les SDF. La ville de Paris, elle, faisait figurer dans le programme local de l’habitat de Paris (PLH) un objectif de prévention des expulsions locatives et de l’insalubrité pour que les familles conservent leur logement (Apur, 2011a). Si l’État est garant de l’égalité entre les individus et de leurs accès aux droits, la recherche de l’équité territoriale est une approche plus adéquate, dont les collectivités locales sont l’échelon d’action. Mais la répartition des responsabilités entre État central et pouvoir local est complexe car « la notion de territoire, souvent utilisée lorsque la lutte contre l’exclusion est évoquée, reste aussi une notion floue » (Autes, 2001, p. 102). Aussi existe-t-il des conflits entre l’État et les intérêts locaux. Le fait que certaines communes ne reconnaissent pas les SDF comme habitant leurs territoires s’ils ne peuvent le justifier par un logement, induit une « frontière pour l’accès aux bénéfices sociaux » dont le gouvernement se porte garant (Girola, 2014, p. 23).

8À Paris, une pluralité d’acteurs aide et soutient les sans-domiciles : le Samu Social, la BAPSA (Brigade d’assistance aux personnes sans-abri) accompagnée de la préfecture de Police, la DPP (direction de la Prévention et de la Protection) et les maraudes d’associations telles que la Croix-Rouge, la Protection civile, les Restos du cœur et Emmaüs dans le bois de Vincennes, etc. L’enquête de l’Apur lancée par la ville de Paris en 2009, ci-dessus évoquée, tentait d’identifier les actions et de promouvoir une cohérence entre les services de l’État, les associations et la ville (Apur, 2011a). En réponse à cet objectif, la ville, l’État et les communes limitrophes du bois de Vincennes ont mis en place en 2008 une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) confiée à Emmaüs. Cette pluralité d’acteur tente d’intégrer la diversité typologique des espaces de marge qu’occupent les SDF.

Les SDF en marge de la ville

9D’après Claudia Girola les sans-domiciles semblent davantage chercher des attaches dans la ville en créant des liens car « s’inscrire en un lieu, c’est entrer dans une logique collective, avoir enfin une identité dicible, un territoire partageable » (Girola, 2014, p. 60). La mendicité, la recherche de travail, les lieux d’assistance et d’aide sociale sont autant d’« espaces-ressources » (Girola, 2014, p. 28) dans la ville, qui marquent leur lien à un territoire local, de proximité auquel ils appartiennent ; « l’occupation très localisée des espaces dans la ville permet une stabilité dans l’instabilité inhérente à la situation socio-économique extrême des sans-abri » (Girola, 2014, p. 44). À ces appartenances spatiales s’ajoutent, en s’intriquant, les appartenances sociales car « le lieu, comme le corps […], est un support social » (Girola, 2014, p. 48).

10Cependant, par une action discrète et néanmoins puissante, les politiques urbaines chassent de l’espace public, de manière intentionnelle ou non, les SDF avec des mesures qui rendent la « ville impossible » (Terrolle, 2004, p. 145). Dès les années 1990, afin de les rendre impropres au coucher, les bancs publics sont enlevés, modifiés ou remplacés : on installe des tasseaux entre les sièges. La RATP modifie aussi les assises sur les quais jusqu’à mettre en place des appuis ischiatiques. Le sur-arrosage des pelouses, la plantation de buissons épineux, la mise en place de fines scies métalliques pour neutraliser les accès aux façades en retrait sont autant de mesures qui limitent, voire suppriment, l’habitabilité de la ville. De même, digicodes et barrières accentuent la séparation entre espaces public et privé. La ville sous contrôle et la réduction des espaces résiduels annihilent toute possibilité d’appropriation. Anne-Claire Vallet montre que « la volonté d’éradiquer [dans les friches de la ville] les installations spontanées [provoque] un entretien ponctuel et radical dans la réalisation d’un aménagement paysager repoussoir non programmé » (Vallet, 2011, p. 140).

11La ville met en place un double jeu de surveillance. D’une part, la vidéosurveillance ; Daniel Terrolle montre que la présence marquée des caméras dans l’espace public entrave les libertés individuelles des SDF (Terrolle, 2004). Les sans-domiciles se doivent d’être vigilants pour éviter que leurs installations (abris sommaires) soient démasquées. De ce fait, SDF et citadins entretiennent une ambivalence relationnelle qui oscille entre le pôle de l’indifférence, « ni les occupants du terrain ni ceux de la rue ne faisaient mine de remarquer la présence de l’autre » (Vallet, 2011, p. 143), et celui de la surveillance mutuelle. Il est donc difficile de rencontrer ces personnes, peu reconnaissables extérieurement et très discrètes lorsqu’elles rentrent chez elles, sans se rendre à leur habitation.

12Les relevés des équipes mobiles distinguent deux grands types spatiaux de la présence des sans-domiciles à Paris : les sites fréquentés et les sites de marge, où la présence de l’homme est moins marquée. La première situation serait propice à la mendicité (facilitée par la quantité des passages) et à la socialisation, la seconde serait favorable au calme et au repos. Dans le premier cas, les relevés démontrent la présence des SDF dans les gares, les quartiers centraux tels que le 1er arrondissement près des Halles, ou encore vers Saint-Germain-des-Prés. Le second cas comprend des lieux moins fréquentés où l’on compte plus de végétation et moins de piétons, tels que les abords du boulevard périphérique, de la porte de Bagnolet à la porte des Lilas (Apur, 2011a), et du bois de Vincennes. Les SDF se positionnent donc dans l’espace en fonction de leurs aspirations, de leurs besoins et selon la qualité de l’espace lui-même.

Les paysages forestiers en « gestion durable » : une marge de manœuvre pour les SDF

L’espace forestier, marge de manœuvre pour les SDF

13Contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, le bois de Vincennes n’est forestier que pour moins de la moitié de sa surface (450 de ses 995 hectares). Cette forêt comprend deux entités (voir cahier couleur, illustration 4, p. ii). La plus vaste, près de 300 hectares au centre du bois, abrite des peuplements restaurés après le départ de l’armée (suppression des champs de manœuvre) et de l’université Paris Vincennes en 1980. L’autre couvre 150 hectares au nord-est autour du lac des Minimes. Le reste du bois est occupé par des prairies ou des surfaces jardinées gérées par des jardiniers de la DEVE4 et de la DJS5, par des concessions publiques (terrain de tennis de Vincennes, Parc floral, INSP6) et des concessions privées (USPA7). Le bois de Vincennes constitue ainsi un espace hétérogène mariant des pratiques variées (course de chevaux, cycliste, randonnée, contemplation…).

Illustration 4 : Les SDF et les massifs forestiers.

Image

Source : Grésillon.

14La mairie de Paris doit ainsi gérer une diversité de paysages et d’usage dans un espace très fréquenté (9 millions de visiteurs par an8). D’après l’Apur (2009), les visiteurs viennent pour l’espace naturel (60 %), pour les concessions (8 %) ou pour les deux (32 %). La fréquentation fluctue fortement dans l’espace et le temps. Dans le cycle annuel, la haute saison court de mai à novembre ; le cycle hebdomadaire est marqué, lui, par les pics de week-end. La répartition est très inégale. La fréquentation se concentre autour des lacs Daumesnil, de Saint-Mandé et des Minimes, et près des stations de métro (porte Dorée, Saint-Mandé). Le massif forestier central est bien moins fréquenté (Apur, 2011b).

15Les SDF se sont installés dans les parties forestières de ce tissu composite (voir cahier couleur, illustration 4, p. ii). Le massif forestier central abrite plus des trois-quarts des sans-abri. Le massif forestier oriental concentre la seconde densité importante de tentes. En revanche, les espaces gérés en parc urbain n’accueillent pas de SDF. Cette opposition entre un espace exempt de SDF et l’autre abritant de fortes concentrations valide l’importance du paysage dans l’implantation des SDF dans le bois de Vincennes.

16Pour plusieurs aspects, les paysages forestiers offrent aux SDF une marge de manœuvre. La première repose sur la fermeture du paysage par le couvert forestier. La verticalité des troncs et l’enchevêtrement des branches oblitèrent le champ du regard et masquent les tentes (ou en fragmentent les images) [voir cahier couleur, illustration 5, p. iii]. À partir des chemins balisés, les toiles, les bâches vertes ne sont presque pas visibles (photo 5C). Il est ainsi possible d’aménager un chez soi de substitution avec peu d’objets, quelques chaises, une table (photo 5B).

17Les arbres limitent fortement l’accès aux autres usagers du bois. Dans les sous-bois, les branches (photo 5D), les chemins tortueux (photo 5D) rendent difficiles la course, le cyclisme, la pratique du cheval, les activités de sports collectifs. Ces parties ne permettent ainsi que des usages immobiles (contemplation, lecture, pique-nique).

Illustration 5 : Campements au travers des massifs forestiers.

Image

Source : Grésillon et Tibaut.

18Les usagers de ces espaces sont rares. Traitant un questionnaire distribué à 100 visiteurs, Léa Vincent-Royol a montré que l’espace forestier est moins fréquenté que les autres espaces du bois. Par ailleurs, 32 % des personnes interrogées jugent infréquentables les massifs forestiers (Vincent-Royol, 2012). Ils rebutent les personnes seules, les gens âgés et les femmes.

19La partie forestière du bois de Vincennes est ainsi devenue un espace en marge, avec moins d’usages et moins d’usagers. À l’abri du regard des urbains, les SDF font leur toilette, mangent tranquillement, dorment sans être dérangés.

La préservation de la biodiversité, autre marge de manœuvre

20Depuis la fin du xxe siècle, la DEVE dresse les inventaires des espèces végétales et animales présentes dans le bois. Les gestionnaires prennent petit à petit en compte cette biodiversité dans les politiques de gestion sylvicole et dans la gestion des usages. Les écosystèmes forestiers et prairiaux du bois de Vincennes abritent d’intéressantes biodiversités ordinaires et patrimoniales. En 2009, les relevés effectués en partenariat entre la DEVE, l’Office national des forêts, la ligue pour la protection des oiseaux Île-de-France, le MNHN, le centre ornithologique de la région Île-de-France, ont permis d’identifier 5 espèces de chauves-souris, 12 espèces patrimoniales d’insectes, 13 espèces de mammifères, 144 espèces d’oiseaux, 407 espèces de champignons et 465 taxons chlorophylliens (Apur, 2009 ; 2011b).

21Par ailleurs, plus de 40 % des massifs forestiers furent touchés par les deux tempêtes de 1999. L’ampleur des dégâts, dont un grand nombre de chablis, choqua fortement les gestionnaires, qui remirent en cause les principes sylvicoles suivis jusque-là. La tempête a conduit « à un nouveau regard sur les bois, perçus comme vulnérables » (Apur, 2011b, p. 4).

22Pour renforcer la résistance des peuplements forestiers aux aléas climatiques et parasitaires (le bois a connu plusieurs attaques, comme la graphiose ou la mineuse du marronnier), les gestionnaires décidèrent de renforcer la régénération naturelle qui « permet de conserver le patrimoine génétique local » (Apur, 2011b, p. 8). Les essences ligneuses rustiques sont privilégiées car « adaptées au climat actuel ou à un éventuel réchauffement » (Apur, 2011b, p. 8) et réputées plus résistantes aux attaques parasitaires. Pour diminuer la prise au vent de peuplements équiennes, les gestionnaires ont introduit la gestion irrégulière. Sur les parcelles les plus touchées par la tempête, les chandelles de chablis et les branches tombées furent laissées au sol. De jeunes tiges spontanées ont été sélectionnées, quelques plantations d’espèces indigènes (hêtre, chêne) ont été faites, en parallèle de tentatives d’éradication d’espèces invasives (ailante, robinier). Pour favoriser la régénération naturelle et éviter le piétinement, des parcelles ont été engrillagées. Une réserve ornithologique a été créée et des parcelles témoins de la régénération naturelle, identifiées.

23L’émergence d’un jeune taillis accentue la fermeture visuelle des paysages (photo 5C). Après 15 ans de gestion irrégulière et d’intervention sylvicole minime, les strates de végétation ferment les vues : au sol (photo 5A), à hauteur des buissons (5D), des arbustes (5C) et des arbres (5B). Des parcelles se trouvent, sur quelques centaines de mètres carrés, à l’abri des regards des passants. Les SDF ont privilégié ces espaces pour y installer leurs campements (voir cahier couleur, illustration 6, p. iii).

Illustration 6 : Les SDF et les deux tempêtes de 1999.

Image

Source : Grésillon.

24Le schéma régional de cohérence écologique de la région Île-de-France, signé le 26 décembre 2013, fait des deux espaces forestiers du bois des réservoirs de biodiversité inclus dans la trame verte et bleue régionale. La faune et la flore9 doivent y être préservées du dérangement induit par la fréquentation. Cette politique conforte le gestionnaire dans sa volonté de créer des îlots de paysages spontanés valorisés au détriment des paysages domestiqués.

25La dynamique spontanée participe à l’édification de barrières végétales. Les chablis, les ronces, les orties, les jeunes ligneux construisent des clôtures végétales infranchissables (photos 5A, 5B, 5C) auprès desquelles peu de promeneurs s’aventurent. Afin de renforcer la spontanéité de ces espaces, les gestionnaires n’y pénètrent que pour de rares contrôles sylvicoles et des opérations de balivage. Les espèces réintroduites, plus rustiques, « supportent l’absence d’arrosage » (Apur, 2011b). Avec la prééminence des fonctions écologiques, les secteurs forestiers du bois échappent peu à peu à la gestion sylvicole et connaissent, en retour, un net reflux des visiteurs.

26À la fin des années 1970, l’Apur proposa de requalifier certaines des routes qui traversent le bois afin de créer « un grand massif forestier d’un seul tenant, un espace de calme et de silence » (Apur, 2011b, p. 3). La tempête de 1999 permit de fermer de nouvelles voies à l’automobile. Puis le schéma d’aménagement du bois (Apur, 2009) préconisa la réduction de la fréquentation afin d’alléger la pression sur les écosystèmes. Pour éviter le stationnement, pour contraindre les promeneurs à circuler, bancs et tables de pique-nique sont enlevés. Ces actions cristallisent des espaces de tranquillité pour les SDF. Peu dérangés, ils trouvent là, ne fût-ce que de manière temporaire, le calme indispensable au repos et au sommeil, un semblant d’intimité.

27Dans une agglomération marquée par un cadre normatif et un contrôle social sans cesse durcis, les politiques environnementales de préservation des écosystèmes donnent aux SDF l’opportunité de constituer des territoires à l’abri des regards, sans dérangement, propices au façonnement d’un « chez soi » (Girola, 2014, p. 56) favorable au maintien, voire à la reconstruction, d’une identité malmenée. Nonobstant leur instabilité, ces campements permettent aux SDF de se recueillir à l’écart de l’agitation urbaine. L’agencement et le mobilier sont des outils d’appropriation de cet espace protecteur (figure 1). La surélévation de la tente par des palettes protège du froid et de l’humidité du sol. Une table au centre du campement, lieu souvent plus ensoleillé, accompagnée de chaises ou de bancs, focalise le foyer. Les campements les plus pérennes ménagent des espaces spécifiques pour la toilette et des lieux d’aisances (feuillées). Comme l’a expérimenté C. Girola, « leur moi imprègne les murs, parfois les tôles, où ils s’abritent » (Girola, 2014, p. 57). Chaque campement exprime des personnalités ; certains SDF ont un vélo, d’autres, un petit potager, d’autres, un espace pour les chiens.

Figure 1 : Représentation simplifiée d’un campement.

Image

Source : Grésillon.

Conclusion

28En marge de l’agglomération parisienne, de ses normes, de ses brutalités et du poids de son contrôle social, les secteurs forestiers du bois de Vincennes offrent aux SDF un espace de respiration et de liberté. Par une modification minime du cadre de ces paysages de frange (figure 1), les SDF s’aménagent un « chez soi » dans, et par, lequel ils assurent les actes primordiaux de la survie (repas, toilette, sommeil). Le massif forestier est un environnement résilient.

29En offrant aux SDF du silence, un écran végétal et la présence allégée des visiteurs et des gestionnaires, les politiques de gestion écologique (régénération naturelle, enclos de tranquillité) augmentent l’habitabilité du bois. Il est concevable d’affirmer que laisser libre jeu à la dynamique spontanée naturelle marginalise le massif forestier et ouvre des possibilités pour ces populations humaines vivant en marge.

30Les SDF trouvent aussi dans la profondeur du bois le moyen de se soustraire à la pression des acteurs de la réinsertion ; ils y sont les seuls acteurs de leur propre survie. Le campement est un espace personnalisé qui valorise les capacités créatives d’adaptation de ses occupants, en porte l’identité dans le choix du mobilier, dans l’agencement de l’espace. Dans le bois, les gestionnaires ne choisissent pas les activités des SDF ; ils réagissent plutôt aux choix de ceux-ci. L’analyse des agents, des flux et des interactions à l’œuvre dans cette unité de vie pourrait conduire à une politique de réinsertion assise sur l’observation fine de la genèse et du fonctionnement des paysages des campements. Ce serait une manière de considérer le SDF comme initiateur de sa propre (ré)insertion.

31Ces thèmes incitent à repenser les relations entre espace privé et espace public. Si nous associons le premier à la chaleur d’un foyer dans lequel s’épanouit l’individu, la forêt publique est, à l’opposé, construite et pensée pour des intérêts collectifs. Du fait qu’ils habitent la forêt publique, urbaine ou périurbaine, les SDF ont engendré un univers (se rapprochant, toutes choses égales par ailleurs, de celui de maintes forêts dans les siècles passés) qui modifie la frontière entre les deux notions et donne à l’espace public un sens nouveau où s’intriquent les usages individuels et collectifs. La construction d’un campement modifie le territoire, au même titre que les modes de vie changent, et les espaces publics deviennent des lieux habités, des lieux de vie (Penzim et Araujo, 2004). Ce changement accompagne celui de la vision de la nature urbaine, passée du statut de mobilier urbain (espace vert) à celui de cadre de vie de la biodiversité. En portant attention aux habitats des plantes et des animaux, la société a, d’une certaine façon, légitimé l’existence d’espaces de survie des marginaux. L’ouverture à l’expression de l’autre écologique a conduit à porter attention à l’autre social (SDF).

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Apur, 2009, Proposition pour le schéma directeur du bois de Vincennes, Paris, Apur, [http://www.apur.org/sites/default/files/documents/265.pdf].

Apur, 2011, Sans-abri à Paris : la présence des sans-abri sur le territoire parisien et l’action de la collectivité pour aider à leur réinsertion, Paris, Apur.

Apur, 2011, Situation et perspectives de la place de la nature à Paris, 5e atelier – Les bois de Vincennes et de Boulogne, [http://www.apur.org/sites/default/files/documents/APAPU241_05_0.pdf].

Autes Michel, 2001, « Les représentations de la pauvreté et de l’exclusion dans la sphère politique et administrative », in ONPES, Les Travaux, Paris, La Documentation française, p. 85-103.

Bourdieu Pierre (dir.), 1993, La misère du monde, Paris, Le Seuil.

Damon Julien, 2002, « Les “SDF”, de qui parle-t-on ? Une étude à partir des dépêches AFP », Population, no 3, p. 569-582.

10.3917/puf.damon.2010.01.0015 :

Damon Julien, 2012, « Avant-propos de la deuxième édition », in Julien Damon, La Question SDF, Paris, Presses universitaires de France, p. 1-31, 2e édition.

Derex Jean-Michel, 1997, Histoire du bois de Vincennes. La forêt du roi et le bois du peuple de Paris, Paris, L’Harmattan.

Dumartin Sylvie, Gilles Christel, Le Minez Sylvie et Loisy Christian, 2001, « Conjoncture et évolution de la pauvreté : une approche pluridimensionnelle », in ONPES, Les Travaux, Paris, La Documentation française, p. 21-39.

Gaboriau Patrick, 2004, « Mettre les questions à la question », travail de terrain et raisonnement sur les « sans-logis », Espace et sociétés, no 116-117, p. 111-123.

Gaboriau Patrick et Terrolle Daniel, 2007, SDF : critique du prêt-à-penser, Toulouse, éditions Privat.

Girola Claudia, 2014, Vivre sans abri : De la mémoire des lieux à l’affirmation de soi, Paris, éditions Rue d’Ulm.

10.3917/ulm.girol.2011.01 :

Grésillon Étienne, Amat Jean-Paul et Tibaut Aurélie, 2014, « Les sans domicile fixe du bois de Vincennes : une précarité dans des espaces de durabilité », Géocarrefour, 89, 4, p. 261-269, [http://geocarrefour.revues.org/9569].

10.4000/geocarrefour.9569 :

Insee, 2012, L’hébergement des sans-domiciles en 2012 : des modes d’hébergement différents selon les structures familiales, [http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?red_id=ip1455].

Lion Gaspard, 2014, « En quête de chez-soi. Le bois de Vincennes, un espace habitable ? », Annales de géographie, no 697, p. 956-981.

Maresca Bruno, 2000, La fréquentation des forêts publiques en Île-de-France caractéristiques des sorties et flux de visites des Franciliens, Paris, CREDOC.

Mathieu Nicole, 2005 (1997), « Pour une nouvelle approche spatiale de l’exclusion sociale », Strates, no 9, 1997, mis en ligne le 19 octobre 2005, [http://strates.revues.org/612], consulté le 26 février 2016.

10.4000/strates.612 :

Morelle Marie et Fournet-Guérin Catherine, 2006, « Les nuits tananariviennes : citadinités et marginalités en construction », Cybergeo : European Journal of Geography, no 342, [https://journals.openedition.org/cybergeo/2560].

10.4000/cybergeo.2560 :

Penzim Adriana Maria Brendão et Araújo (de) Wania Maria, 2004, « Formes d’habiter et styles de vie, Étude de trois groupes de sans-logis à Belo Horizonte (Brésil) », Espaces et sociétés, no 116-117, p. 63-78.

Terrolle Daniel, 2004, « La ville dissuasive : l’envers de la solidarité avec les SDF », Espaces et sociétés, no 116-117, p. 143-157.

10.3917/esp.116.0143 :

Vallet Anne-Claire, 2011, « Dans les friches de la ville », in Michel Agier, Florence Bouillon, Claudia Girola et Sabrina Kassa (dir.), Refuge : Habiter les interstices, Paris, éditions du Croquant.

Vexliard Alexandre, 1957, Le clochard. Étude de psychologie sociale, Paris, Desclée de Brouwer.

Vincent-Royol Léa, 2012, Représentation et pratiques de la nature dans une tache d’habitat : le bois de Vincennes, mémoire de master 1, université Paris-Diderot.

Zeneidi-Henry Djemila et Fleuret Sébastien, 2007, « Fixes sans domicile, réflexion autour de la mobilité des SDF », L’Espace géographique, t. 36, no 1, p. 1-14.

Notes de bas de page

1 D’après l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), « Définitions : sans-domicile », [http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/sans-domicile.htm], consulté le 26 février 2015.

2 [http://a06.apps.paris.fr/a06/jsp/site/Portal.jsp?page=ods-solr.display_document&id_document=8047&items_per_page=20&sort_name=&sort_order=&terms=Chef%20de%20Parc&query=Chef%20de%20Parc].

3 Est défini comme habitable un territoire qui permet de produire une forme de vie quotidienne satisfaisante aux yeux des personnes concernées.

4 Direction des Espaces verts et de l’Environnement.

5 Direction de la Jeunesse et des Sports.

6 Institut national du sport, de l’expertise et de la performance.

7 Union nationale des centres sportifs de plein air.

8 Selon une étude du CREDOC de Bruno Maresca (2000).

9 [http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/SRCE2013_21oct2013_T3e-cartes-PPC_cle0c978e.pdf].

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.