Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Éléments pour un bilan provisoire et discussion finale

Débat

Texte intégral

Vendredi matin et après-midi

1Cette ultime journée du colloque a été particulièrement dense (10 communications), de sorte que les débats ont été réduits a minima et ont surtout concerné les communications de Kare Tønnesson, B. Gainot, et A.-M. Rao.

2Commentant la communication de K. Tønnesson, G. Fournier explique la relative efficacité de l'administration cantonale dans les Pyrénées-Orientales, par son caractère centralisée et du coup, le vrai problème c'est celui de la coupure entre municipalité de canton et anciennes communes ; et, si l'on en revient, en l'an VIII, aux anciennes municipalités, n'est-ce pas que les Municipalités directoriales n'ont pas donné pleinement satisfaction ?

3Pour ce qui est des néo-jacobins de B. Gainot en Languedoc ils se manifestent essentiellement lors de la préparation des élections, constituant alors de véritables comités électoraux..

4D. Ligou est persuadé que les problèmes linguistiques ont dû contribuer à compliquer l'action des municipalités de canton dans les Pyrénées-Orientales. Pour la Saône-et-Loire, ne faut-il pas faire état d'une coloration réactionnaire prononcée de certains cantons ? S. Bianchi se demande si la confiscation de la vie politique officielle par les municipalités de canton n'aboutit pas à un déficit de participation démocratique et si les communautés traditionnelles, c'est-à-dire les communes de 1790, ne continuent pas à délibérer malgré tout ?

5K. Tønnesson confirme le surcroît de difficulté lié aux particularismes linguistiques et à une maîtrise insuffisante du Français par les communautés de base. Il y a bien des réunions illicites des anciennes municipalités des communes pour évoquer les problèmes de voirie, de pâture, de gestion forestière etc… Il ajoute que son exposé, faute de temps, a gommé l'insécurité permanente dénoncée par toutes les administrations : des émigrés rentrés attaquent les voitures publiques, menacent et pillent les acheteurs de biens nationaux. Les autorités apparaissent impuissantes, sans prise effective sur les populations et si cette administration perdure malgré son inefficacité, c'est qu'il n'y a pas possibilité de remplacer ces maires et commissaires cantonaux, si médiocres soient-ils !

6B. Gainot confirme la transformation des cercles néo-jacobins en comités électoraux tout en soulignant leurs effectifs souvent significatifs dans des petites villes et qui témoignent d'une influence politique non négligeable. Quant à la coloration massivement réactionnaire du haut Charolais, cela reste à démontrer. Les “blancs” véritables ne bougent guère et la confrontation politique oppose plutôt des républicains modérés à des néo-jacobins qui accusent leurs ennemis de royalisme alors qu'il s'agit d'un affrontement entre républicains. Il y a indubitablement déficit de démocratie délibérative si l'on compare, sur le plan local, la période directoriale aux années de la Constituante. Enfin pour contester le Jugement de K. Tønnesson, tous les commissaires cantonaux n'ont pas été des incapables et stop souvent on a pris pour argent comptant le discours de la période consulaires qui les a systématiquement dénigrés. En fait, ils doivent assumer un tel travail que peu d'individu en ont été véritablement capables.

7C. Lucas s'interroge sur les rapports entre pouvoir local et Sanfédisme dans le Royaume de Naples : peut-on y voir seulement l'occasion pour la noblesse locale de reconquérir prérogatives et autorité ? A.-M. Rao insiste sur la différence entre petite noblesse locale favorable aux sanfédistes et grande noblesse non-résidente plutôt favorable aux idées libérales et donc à la République Napolitaine par hostilité à l'absolutisme borné qui prévalait jusque là. Mais localement, le rôle essentiel a été joué par les représentants du pouvoir royal, en Calabre ou dans les Pouilles, ces juges-administrateurs des Audiences sont restés en place pendant l'épisode républicain et ont facilité l'entreprise du cardinal Ruffo. Plutôt que de guerre civile, il faudrait parler d'une reprise en main du pouvoir par l'administration royale.

8R. Dupuy remercie G. Fournier pour son ample synthèse sur le Languedoc et pour les conclusions et interrogations qui en découlent et qui peuvent servir de conclusion momentanée à un colloque dont l'intérêt a connu une sorte de crescendo continu lié à la permanence thématique des questionnements depuis le premier jour. Se confirme ainsi l'existence d'une interrogation nécessaire, par delà les péripéties de la conjoncture révolutionnaire, sur la capacité de résistances des communautés locales à la volonté centralisatrice de l'État, quel qu'il soit, et sur les rapports ambigus entre “saniors pars”, centralisme et démocratisation. Pour ce qui est de la conclusion définitive, on pourrait imaginer un bilan polyphonique combinant les réflexions de J.-P. Jessenne pour l'Ancien Régime et la Révolution à celles de J. George sur la période ultérieure de façon à éviter la myopie réductrice ou le lyrisme obsessionnel du soliloque habituel.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540