Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Éléments pour un bilan provisoire et discussion finale

Langues et pouvoirs en France de 1780 à 1850 : un problème de définition

Éléments linguistiques pour une histoire de la centralisation

Philippe Blanchet

Texte intégral

1. POURQUOI UNE CONTRIBUTION LINGUISTIQUE À L'HISTOIRE DE LA CENTRALISATION ?

1.1. UN REGARD SOUS INFLUENCE AMBIANTE…

1A écouter les analyses d'historiens dans ce colloque, centralisation et pouvoir local semblent se réduire implicitement au problème de “l'autorité politico-administrative”. Or, si notre problématique pose comme élément fondamental cette intégration nationale qu'a soulignée R. Dupuy en ouvrant nos travaux, il faut s'interroger profondément sur les notions même de centralisation et de pouvoir (local). Le discours dominant en France, même dans l'activité scientifique, semble considérer évidente la notion de centralisation de la France, de deux façons :

  1. On projette une vision nationaliste sur un passé interprété de façon à en réduire la diversité et à y trouver la continuité de la constitution légitime de l'état-nation1 “France”. Ce procédé a été critiqué grâce à des historiens ou des sociologues inscrits en faux contre ce nationalisme centraliste (S. Citron, H. Le Bras et E. Todd, A. Fierro-Domenech, G. Noiriel…). Leurs arguments sont souvent convaincants, et on a l'impression, par ex., que l'histoire de France enseignée est aussi un subtil endoctrinement au nationalisme français “républicain”2. On a pu écrire dans un ouvrage pourtant consacré aux dangers d'une subversion anti-française dans certains mouvements régionalistes qu'il faut admettre que “sans vouloir mettre en cause les mérites de l'enseignement traditionnel (…) [celui-ci] a pu donner l'impression que, dès les origines, la France possédait déjà une espèce d'unité virtuelle organisée autour de la capitale et de sa langue3 et que les particularités régionales étaient purement fortuites et accidentelles” (J-C. Rivière 1984 p. 7-8)4.
  2. On “constate” qu'il est trop tard, que les particularismes régionaux sont morts ou moribonds, que la centralisation de la France est un fait “objectif”, ce qui permet idéologiquement de ne pas remettre en question le principe centraliste sur lequel l'État est fondé (ainsi le droit de l'individu et du groupe à sa langue et sa culture spécifiques est toujours exclu par la France des textes juridiques internationaux qu'elle signe). Mais on se limite à l'apparence politico-administrative. Et si l'on regrette les outrances passées du centralisme, telle la chasse au “patois”, on n'en remet pas pour autant le présent en question. A. Fierro-Domenech, dans un ouvrage pourtant consacré à critiquer une vision centraliste de l'histoire de France, écrit “Aujourd'hui, les différents dialectes d'oc paraissent près de l'extinction” (p. 157) sans citer de source.

2H. Walter constatait dans un article récent que les estimations concernant les locuteurs des langues d'oc varient au moins de 2 à 8 millions (1993, p. 118) ! On imagine le flou et la diversité des critères d'évaluation employés…

3L'existence du présent colloque montre que nous n'en sommes encore (ou enfin ?) qu'à nous interroger sur cette “centralisation”…

1.2. DES PRÉOCCUPATIONS COMPARABLES DANS D'AUTRES CHAMPS SCIENTIFIQUES : PROBLÈMES ET MÉTHODES

4Cette interrogation n'est pas qu'une préoccupation d'historiens. Sociologues, ethnologues, linguistes, d'où mon intervention aujourd'hui, cherchent à reconstruire ce passé, sans céder ni au fantasme unitaire français, ni aux appels d'autres nationalismes souvent aussi fantasmatiques et outranciers, qu'ils soient issus de “régions” françaises ou d'idéologies anti-républicaines (l'anti-centralisme a constitué une part de l'idéologie de l'Action Française – cf. Maurras – ou de Vichy). Il y a toujours idéologie, ce dont la méthodologie doit tenir compte : le “nationalisme” occitaniste de certains (cf. R. Lafont, R. Merle, ou l'ouvrage collectif La question linguistique au Sud au moment de la révolution française), au moins aussi volontariste que la construction de la “nation” française, leur fait considérer comme soumission à la “domination” française des traits constitutifs de l'expression en langues d'oc qui ne s'inscrivent pas dans une démarche nationaliste pan-occitaniste, alors que le concept d'Occitanie n'a été forgé qu'au cours du XIXe, et que d'autres chercheurs voient dans ces traits des marques d'une identité régionale centrifuge (cf. Ph. Blanchet 1992 a). La réflexion sur la méthodologie des enquêtes nous montre en outre qu'il faut se méfier du discours des sources textuelles et des informateurs, car il met en scène des représentations qui ne correspondent pas forcément – consciemment ou non – aux pratiques, et des effets d'accommodation à l'enquêteur et au discours dominant (cf. L-J. Calvet, 1993). Biais difficiles à éviter, d'où la nécessité d'une entraide interdisciplinaire !

5Un indicateur qui nous permettrait d'envisager le taux de centralisation (au sens d'intégration nationale uniformisée) ou de résistance locale à la centralisation est constitué par un ensemble de données ethno et sociolinguistiques : d'une part les marqueurs d'identité française ou régionale/provinciale/locale etc. dans la conscience et la pratique linguistiques (une telle recherche a déjà proposé des résultats significatifs, mais reste récente et limitée – cf. Ph. Blanchet 1992a, Bouvier & Martel 1991, Fourasté/Reiner/Tap 1989, M. Segalen 1989a/b), d'autre part les emplois passés et actuels des langues et parlers en France y compris les stratégies variationnistes, elle aussi récente et trop peu développée quoique mieux affirmée que la précédente (cf. P. Achard 1993, Ph. Blanchet 1992a, Boutet et Vermes 1987, J.-C. Bouvier 1991, P. Bourdieu 1982, L.-J. Calvet 1993, G. Vermes 1988, H. Walter 1993 etc.).

1.3. PERTINENCE DES INDICES SOCIOLINGUISTIQUES ET ETHNOLINGUISTIQUES

6La pertinence de tels indices mérite ici quelques justifications. D'une manière générale, l'identité nationale ou ethnique d'un peuple, élément crucial du fondement d'un état, est presque toujours définie notamment par son identité linguistique (cf. R. Breton 1988, A. Muchielli 1986) : la centralisation de la France a notamment été bâtie après la révolution de 1789 sur l'enjeu linguistique avec pour objectif de construire une nation française unifiée, c'est-à-dire une identité nationale, culturelle, française, en corollaire à la constitution d'un état central, pour aboutir à cette adéquation supposée que l'on a appelé “état-nation” (cf. G. Gosselin 1989, J. de Munck 1992). De ce point de vue, l'école a joué tout à fait explicitement le rôle de “bâtisseur de la nation.” par la diffusion du français contre l'emploi des parlers locaux (la politique linguistique révolutionnaire et républicaine a été abondamment étudiée), ainsi que par la diffusion de l'histoire mythifiée signalée ci-dessus, ou des valeurs et lois républicaines. La langue française est de la sorte devenue une institution fondatrice de l'état français, l'un de ses piliers (cf. A. Chervel 1977, J.-C. Chevalier 1992, M. Fumaroli 1992). L'institution langue est aujourd'hui encore sacrée : voir le contenu des polémiques à propos d'éventuelles rectifications de l'orthographe, l'inscription du français comme “langue de la république” à l'article 2 de la Constitution en 1992 (les autres langues de France étant davantage privées de statut légal et rejetées dans un prétendu obscurantisme archaïque anti-républicain comme en 1789), le discours normatif ambiant sur le “bon” français, etc.

7Les pratiques linguistiques sont bien des indicateurs de l'état des processus de production d'identités en France, pour peu qu'on les envisage avec la relativité méthodologique indispensable, et notamment dans la perspective de l'analyse du processus de centralisation et des contre-pouvoirs qui s'y opposent sur le plan fondamental de l'identité culturelle. Or, si le développement du monolinguisme français et l'éradication des idiomes locaux, c'est-à-dire la réduction drastique de la diversité linguistique et culturelle en France, fait l'objet d'un discours triomphaliste des tenants de ce centralisme, il reste à en vérifier la vérité. Inversement, la pratique de parlers divers, base et témoin d'une diversité culturelle de fond, reste mal connue hors de quelques travaux spécialisés et partiels (cf. supra).

8C'est que du point de vue théorico-méthodologique, la recherche socio et ethnolinguistique distingue le discours sur les pratiques (les représentations fonctionnelles) et les pratiques elles-mêmes, ce qui ne simplifie pas les enquêtes mais apparaît indispensable comme nous allons le voir. D'où également une distinction entre politique linguistiqueensemble de choix conscients concernant une langue (de la part d'une autorité instituée, en général)” et planification linguistiquemodification des pratiques linguistiques par la mise en pratique de ces choix, et l'effet d'autres facteurs sociaux” (L.-J. Calvet 1993).

2. QUELQUES PISTES : DE LA LÉGISLATION LINGUISTIQUE D'ANCIEN RÉGIME À LA POLITIQUE LINGUISTIQUE RÉVOLUTIONNAIRE ET POST-RÉVOLUTIONNAIRE

9C'est dans le domaine juridico-législatif des ressources normatives que politique et planification linguistiques sont opérées au premier chef par l'État. Le panorama juridique le plus complet concernant les langues en France est l'œuvre d'un Maître des Requêtes au Conseil d'état (D. Latournerie 1983). Cet article est déjà un peu ancien, puisqu'entre temps, par ex., un ajout aussi important que celui de la mention du français “langue de la République” à la Constitution actuelle est intervenu. De plus, il n'envisage pas les pratiques linguistiques, s'en tenant aux textes légaux. Mais l'auteur y analyse notamment les décisions de justice et les interprétations des textes ou de leur absence par les tribunaux compétents (jurisprudence qui constitue une planification et donc une politique implicite). C'est un document précieux trop peu connu.

10Je donnerai quelques pistes pour montrer la complexité des phénomènes à traiter, notamment si l'on essaye de confronter les actes de pouvoir politique et les pratiques.

2.1. L'ancien rÉgime : une centralisation sectorielle

11Du point de vue de l'extension du français dans les usages administratifs et juridiques, D. Latournerie insiste sur la continuité d'un effort de centralisation linguistique depuis l'ordonnance “sur la réformation de la justice” prise par Louis XII en juin 1510 jusqu'aux textes révolutionnaires et postrévolutionnaires, en passant bien sûr par l'édit de Villers-Cotterêts enregistré au Parlement de Paris le 6 septembre 1539. L'ordonnance de 1510 substituait dans un soucis démocratique le “vulgaire et langage du païs” au latin, sous peine de nullité, et non le français. Il en était de même de l'édit d'Is-sur-Tille, en 1536, qui ordonnait pour la Provence l'emploi du français ou au moins du provençal. En signant la “Constitution provençale” en 1486, le roi de France acceptait du reste un système politique non-centralisé.

12Dans les pratiques, les articles 110 et 111 de l'édit de Villers-Cotterêts, qui portaient sur la substitution au latin d'une langue connue des administrés, ont été interprétés de façon ambiguë : les mots “en langage maternel français” n'ont pas toujours été compris comme signifiant “en langue française”, mais également “dans la langue maternelle des sujets du Roi de France concernés”, soit en parler local. L'usage administratif du provençal a par conséquent duré par endroits jusqu'à la fin du XVIe (A. Brun 1923, Ph. Blanchet 1992), faute d'un appareil d'état suffisamment centralisé et efficace pour publier des textes interprétatifs et vérifier leur application, comme c'est le cas aujourd'hui. De plus, c'est significatif, aucune sanction n'était prévue pour appuyer cette obligation, contrairement à 1510 (acte frappé de nullité) et qui ne sera rétabli qu'avec la loi du 2 thermidor an II. On a montré a contrario que la puissance politique et culturelle française avait induit l'emploi du français à l'écrit dès avant 1539, même en Provence, pourtant pays le plus tardif à passer au français, et dans le Comtat-Venaissin indépendant (A. Brun, 1923) ! En zone d'oïl, où la proximité de la langue locale et du français a pu faire passer celle-là comme une variété de celui-ci (y compris encore aujourd'hui pour de nombreux linguistes), l'usage du français à l'écrit a pu être généralisé plus rapidement. Mais on manque d'enquêtes à ce sujet. Ce qu'on appelle souvent la littérature en “ancien français” est constitué en grande part de textes en picard, normand, anglo-normand, champenois etc. et non en français (encore du centralisme rétroactif !).

  • 5 Édit de Roussillon 1565, de création du Parlement de Pau 1620, ordre de rendre justice en français (...)

13Sur l'ensemble des territoires concernés d'une manière ou d'une autre par l'autorité du Roi de France, on assiste à une série de décisions juridiques d'une portée plutôt limitée (le domaine juridique dans une province) qui, dans un premier temps prises contre le latin et favorisant le “roman” ou “vulgaire” laissent une place aux “vulgaires” locaux autres que le français, sont ensuite prises en faveur du français contre toutes les langues autres5. On a une planification linguistique sectorielle progressive. S'ajoute le prestige culturel de Paris qui étend le choix du français comme langue artistique et philosophique un peu partout en Europe, sans action étatique concertée autre que la création de l'Académie française en 1635 et du reste de l'Institut en 1664, 1666, jusqu'en 1832. Les effets sociologiques du prestige culturel (et donc social) du français, prestige certes lié à la puissance politique, mais n'étant pas la conséquence directe d'une planification linguistique, sont sans doute plus importants que ceux, administratifs, de la décision politique de planifier l'usage du français dans les cours de justice, où il n'était pour beaucoup qu'un autre latin. En revanche les parlers locaux restèrent parlés par tous, et seuls parlés par l'immense majorité de la population, le petit peuple, notamment rural. Dans les zones excentrées, de langue et de culture nettement différenciées par rapport au français, même l'élite sociale (aristocratie, haute-bourgeoisie) pratiquait peu et mal le français : c'était le cas en Provence (A. Brun 1927). Le taux de scolarisation et d'alphabétisation était bas. Le latin restait un concurrent sérieux dans le domaine philosophique et scientifique, et l'activité littéraire en langue “locale” restait vivante (en Provence, on écrivait plus en provençal qu'en français) (Ph. Blanchet 1992).

14Que ce soit par mépris du peuple ou dans le but de “diviser pour régner”, les gouvernements d'ancien régime n'ont semble-t-il pas cherché à franciser l'ensemble de leurs sujets, et n'en avaient pas les moyens. L'aristocratie locale et les services administratifs seuls étaient enclins et engagés à respecter le roi en tant que de France (et donc d'établir des actes dans sa langue). De nombreux textes attestent jusqu'au XVIIIe en Provence une distinction claire entre être “Français” et être “Provençal” (cf. Ph. Blanchet 1992, F-X. Emmanuelli 1977). Il y a donc eu centralisation linguistique et culturelle sous l'ancien régime, mais seulement au niveau de la sphère étatique (classes supérieures et administration), et encore d'une façon fluctuante où le sociologique et le politique se mêlent. Il n'y a de fait pas eu de centralisation identitaire des populations relevant de l'autorité du pouvoir politique central, puisque des relais locaux permettaient la traduction auprès du peuple, dans le système linguistique et culturel local, d'une autorité politique limitée. Au contraire, la fonction sélective du langage était du coup très efficace : l'accès au pouvoir était fermé à tout individu ne maîtrisant pas le français et son écriture, maîtrise que seules les familles de milieux sociaux élevés pouvaient assurer à leurs enfants (par leur propre pratique et par une onéreuse scolarisation). La normativisation croissante du français sur le modèle des usages “des parties saines de la Cour”, de Malherbe et Boileau, de Féraud à Vaugelas, jusqu'à la mise en place d'une institution d'état à cet effet avec l'Académie, en témoignent. Le sociologique et l'ethnologique s'additionnent pour relativiser un système d'application limitée.

2.2. PÉRIODE RÉVOLUTIONNAIRE ET Époque MODERNE : DES ACTES À LA PAROLE…

15Les textes révolutionnaires manifestent à la fois une franche volonté politique de centralisation linguistique, culturelle et identitaire (cf. les célèbres discours de Barrère et de l'abbé Grégoire) – c'est là qu'est la rupture avec l'ancien régime ou au moins l'infléchissement violent de sa politique linguistique –,et une incapacité à la concrétiser directement par les moyens du pouvoir d'État. Le décret “relatif à l'organisation des écoles” des 5, 7, 9 brumaire an II (26, 27, 28/10/1793) stipulant que (art. 7) : “Dans toutes les parties de la République l'instruction se fait en langue française” est modifié un an plus tard par le décret Lakanal du 27 brumaire an III (17/11/1794) qui stipule (art. 3) : “L'idiome du pays ne pourra être employé [dans l'enseignement] que comme moyen auxiliaire”. Il pourra être employé dans une marge qui reste très vague ! Et le décret du 2 thermidor an II (20/7/1794) imposant l'emploi du français dans tout acte public, même sous seing privé, sous peine de condamnation, est suspendu quelques semaines après (le 16 fructidor an II) jusqu'à ce qu'un nouveau rapport sur cette matière ait été présenté au législateur. Le rapport n'ayant jamais existé, le fameux décret ne fait plus partie du droit positif (D. Latournerie p. 91). Le seul texte opératoire restant date du Consulat (24 prairial an XI, 13/6/1803) et prescrit, sans sanction soutenant l'obligation, l'usage du français dans les actes publics des départements conquis sur la Belgique, l'Allemagne, et l'Italie du nord, autorisant l'ajout de la version en langue du pays sur ces actes, et la langue locale dans les actes sous seing privé. La Corse jouissait d'une surséance à l'application de ce décret au bénéfice des agents alors en exercice sur l'île (décret du 19 ventôse an XIII). Ce texte a été interprété comme s'appliquant au territoire français par la Cour de cassation au XIXe. D'autres jurisprudences iront jusqu'à s'appuyer sur les décrets d'ancien régime en principe abrogés en 1789, où même sur le décret du 2 thermidor en principe suspendu ! Il n'y aura plus aucun texte jusqu'en 1966 et 1975, sauf l'arrêté de 1919 déclarant le français “langue judiciaire” de l'Alsace-Lorraine, et la loi Deixonne introduisant l'enseignement des langues dites “régionales” en 1951.

16Dans les faits, le provençal était couramment employé sous la révolution dans les clubs patriotiques jacobins ( !) et jusqu'à l'Assemblée nationale (A. Brun 1927, Mauron et Emmanuelli 1986) ; la Constitution de 1791 fut traduite officiellement dans divers idiomes de France (C. Mauron 1989) ; la Constitution de 1793 fut placardée à Marseille en provençal, alors que la municipalité interdisait le théâtre en provençal soupçonné d'être réactionnaire malgré les pièces serviles d'un Pélabon !

17On a montré à quel point l'organisation de l'enseignement était lamentable jusqu'à la Loi Guizot de 1833, à quel point il était difficile de trouver un instituteur francophone pour chaque village de Provence jusqu'à cette date (A. Brun 1927). Paradoxalement, ce sont des dispositions d'ordre général qui ont aidé à répandre le français, à franciser la France en la modernisant, mais plus tardivement, au tournant du XXe, comme l'a montré E. Weber. On connaît le rôle des “hussards de la république” et de l'école d'état de J. Ferry, de la presse et du suffrage universel, du Code civil et de l'administration omnipotente dès Napoléon, mais on connaît moins des faits plus indirects et pourtant actifs. L'abolition du droit d'aînesse a par ex. suscité en Provence l'obligation de dédommager le cadet qui aurait pu se plaindre en justice d'être dépouillé de l'héritage par une pratique traditionnelle de toute façon continuée (encore aujourd'hui… !). Un dédommagement financier étant souvent impossible, c'est par la scolarisation qu'on rachetait la part du cadet, ainsi francisé et détaché du terroir. D'où la proportion plus importante de francophones en Haute-Provence plus pauvre qu'en Provence méridionale au cours du XIXe (Ph. Blanchet 1992). Les études sociolinguistiques ont montré qu'alors qu'elles étaient exclues de la vie nationale puisqu'elles n'avaient pas le droit de vote, et de la promotion sociale prestigieuse (les emplois de haut rang étaient tenus par des hommes), ce sont les femmes, soucieuses de leur rôle éducatif et peut-être d'une certaine esthétique à la mode, mais aussi sociologiquement contraintes à la docilité, qui ont contribué le plus à franciser leurs enfants, (P. Achard 1993, Ρ Bourdieu 1982, A. Brun 1927, L.-J. Calvet 1993). Par contre on constate que les hommes maintiennent la langue locale dans les activités de sociabilité traditionnelle (chasse, café, jeux) et tardivement dans les réunions politiques (cf. Ethnologie française [collectif] 1973, Ph. Blanchet 1992).

18Toutes les sources, y compris les textes littéraires en langues “locales”, attestent deux choses : 1) la continuité de l'emploi général des langues locales désormais désignées sous le nom péjoratif de “patois”, à l'oral, par la population de condition modeste des campagnes et mêmes des grandes villes jusqu'après la guerre de 1914-18, 2) la puissance du français comme langue de l'ascension sociale moderne, accompagnée par le rejet grandissant du “patois” – au moins dans l'idée – par une bonne partie des populations, certains milieux élevés cherchant à l'abandonner totalement (alors qu'auparavant ils restaient bilingues). Elles attestent aussi le sursaut identitaire que l'imposition brutale du français et de la “francité” a engendré dans les régions, et dont au XIXe le barzaz Breiz et lou Felibrige sont les figures de proue, avec le Prix Nobel de F. Mistral en 1904 (A. Brun 1927, E. Ripert 1918).

19Pour terminer, j'insisterai sur le fait que la centralisation linguistique moderne fonctionne, certes, et s'attaque même à la parole quotidienne de chacun, mais beaucoup moins qu'on pourrait le penser, et surtout, entre 1789 et 1850, en prenant des chemins indirects, qui ne sont pas organisés sciemment par le pouvoir central, peu efficace si l'on en juge au décalage entre politique et planification linguistiques. La planification de la centralisation linguistique française est bien davantage le fruit de facteurs sociologiques indirectement induits par l'idéologie politique d'État et par des dispositions visant d'autres domaines (juridique, financier, social) que par une éventuelle mise en pratique de cette politique linguistique.

2.3. RUPTURE OU CONTINUITÉ ?

20Les faits sont complexes et l'on manque d'informations sur l'attitude des pouvoirs locaux institués. On peut pourtant constater qu'il y a simultanément rupture et continuité d'avant à après la Révolution. Rupture parce qu'on change de conception de l'État et des rapports État/population. La situation linguistique effective de la France est stable sous l'ancien régime : le français s'installe comme langue (écrite) du pouvoir politique, les parlers locaux occupent tout le reste du marché linguistique. La diversité culturelle est acceptée dans un état au fond non centralisé. L'inflexion totalitaire que la Révolution voudra donner à cette politique apparaît de la sorte comme une véritable rupture. Continuité parce qu'on observe à long terme (jusqu'après 1850) une progression lente du français “par le haut” de la hiérarchie sociale, et sous l'effet de phénomènes sociologiques indirects mais actifs.

3. ÉVALUER LE PRÉSENT POUR ÉVALUER LE PASSÉ

21Où en est la centralisation linguistique et culturelle française aujourd'hui, c'est-à-dire quels sont les effets réels produits par cette histoire ? Commencer à répondre à cette question permettra sans doute de mieux mesurer, sélectivement, l'importance des faits du passé.

3.1. LES FRANÇAIS ET LEURS LANGUES AUJOURD'HUI

22Les enquêtes à ce sujet sont rares, mais toutes contredisent le discours dominant et les apparences : les langues locales de France sont encore largement parlées, les identités culturelles locales et régionales perdurent avec une résistance surprenante. Certes, il n'y a plus ou presque de Français non francophones. L'instauration d'un bilinguisme complexé est le résultat marquant de la centralisation. Certes les évaluations pointent une baisse importante des pratiques “patoisantes” depuis 1950. Mais les chiffres tournent autour de 50 % de la population dans les zones rurales et les petites villes (avec des pics en creux à 30 % et en pointe à 100 %). Apparemment, la majorité des Français nés avant 1960 dans ces zones sont bilingues, ceux nés avant 1945 le sont presque tous. Et ceci d'une façon de plus en plus sûre si l'on s'éloigne de Paris (H. Walter 1993). Même en Ile-de-France, comme le dit M.-R. Simoni, responsable de l'Atlas Linguistique et Ethnographique de cette région, “on parle encore patois en vue de la Tour Eiffel”. En Bretagne romane, je l'ai constaté, le parler local reste usuel dans les familles rurales, même pour une partie des enfants. A cela il convient d'ajouter ce que les sociolinguistes appellent “les locuteurs passifs”, c'est-à-dire ceux qui savent la langue régionale, la comprennent, mais disent ne pas la parler. Et là les chiffres montent considérablement. Dans la plupart des communautés rurales, on atteint presque les 100 % ! Il n'y a que dans les grandes villes où l'on manque d'informations, mais où la pratique des parlers locaux semble – soyons prudents ! – beaucoup plus réduite.

23Il faut se méfier des évaluations. Les langues locales sont, peut-être moins depuis peu, des langues honteuses. On les cache, on ne les parle qu'entre initiés, et on prétend ne pas les connaître, attitude connue des linguistes et des ethnologues. On la retrouve par ex. à propos de croyances populaires comme la sorcellerie (cf. M. Segalen 1989a). Il faut à l'enquêteur, en général plus ou moins membre de la communauté en question, une grande persévérance pour percer cette “stratégie de dissimulation” attestée dans diverses situations jusque chez les Amérindiens (L. Aubague 1986). Je connais des gens qui vivent en Provence depuis 30 ans et n'ont jamais entendu parler provençal, alors que je sais que les Provençaux que leurs voisins le parlent quotidiennement entre eux (Ph. Blanchet 1992a) ! Et puis les enquêtes montrent un attachement identitaire symbolique profond à la langue locale, même chez ceux qui ne la savent pas : le  % des enquêtés favorables à sa promotion, et notamment à son enseignement atteint les 80 à 90 %, bien plus que le nombre de locuteurs déclarés. Les estimations sont régulièrement revues et pas à la baisse comme on pourrait s'y attendre : certains criaient à la fin des “patois” au début du XIXe (discours enthousiastes de révolutionnaires ou façade dissimulatrice d'un écrivain de langue provençale comme V. Gelu). On a ensuite déclaré que le tournant se situait entre 1880 et 1914 (E. Weber, A. Brun). Puis on s'est rendu compte que les parlers locaux étaient bien vivants jusque vers 1930 (P. Roux pour la Provence, par ex.). On en est aujourd'hui à considérer que le tournant se situe vers les années 1950 ! Peut-être le situera-t-on vers 2010 en 2050 ? Les plus récents travaux essayant d'établir une typologie prospective de la “mort” d'une langue ou d'une culture, ou de sa vitalité, restent prudents et n'aboutissent qu'à envisager quelques indices non décisifs (cf. C. Clairis, G. Mounin, N. Dorian, P. Prado pour la “mort” ; L.-J. Calvet, M.-P. Gruenais pour la vitalité). A contrario, une étude comme celle de P. Boissel (1991) montre qu'il est téméraire de déclarer qu'une pratique linguistique locale a disparu, même dans une population jeune où elle semble abandonnée.

24Par ailleurs, la revendication linguistique, culturelle et identitaire “régionale” reste forte dans les régions excentrées. On n'exagère pas en disant que la France connaît un débat anti-centraliste permanent depuis la Révolution et, au cours du XXe, des quasi-guérillas en divers lieux : Corse, Pays Basque, Bretagne, Languedoc, Guadeloupe, Nouvelle Calédonie… Il y a aujourd'hui des citoyens Français, dont on ignore le nombre, qui réfutent encore symboliquement la nationalité française pour une identité régionale, et une majorité de Français qui affirment une identité régionale (primordiale ou secondaire) conjointe à leur citoyenneté française. Les pouvoirs locaux prennent de plus en plus de mesures destinées à promouvoir l'identité régionale. C'est nettement le cas en Provence ou en Bretagne, par exemple, du Conseil régional jusqu'à nombre de Conseils municipaux (Ph. Blanchet 1992).

25Non seulement les langues locales vivent, mais la diversité linguistique et culturelle se perpétue et se renouvelle même en français, car si l'on n'envisage que la pratique du français, il faut corriger notre optique et parler de la pratiques des variétés de français. Sur le plan ethnolinguistique, il ne faut pas négliger l'importance du fait qu'au contact de la langue locale, le français s'est partout régionalisé. La langue et la culture locales y survivent en l'imbibant profondément, sur le plan de la prononciation, du vocabulaire, et de la grammaire. En domaine d'Oïl, on assiste au fonctionnement d'un continuum sans limite claire depuis le parler le plus local jusqu'au français le moins local en passant par un “patois francisé” et un “français patois” difficiles à distinguer. Un tel continuum est parfaitement comparable aux situations créolophones à base française dont la spécificité culturelle dans l'état français est généralement admise. Des études ont montré que les régionalismes en français pouvaient être des marqueurs identitaires locaux puissants (Bouvier et Martel 1991, L-J. Calvet 1993 p. 67 et 82).

26Pour vivre quotidiennement le contact interculturel dont témoignent les variétés de français, étant Provençal en Bretagne, je peux dire que c'est presque à chaque prise de parole que la différence se manifeste. Que ce soit par la prononciation, qui varie largement d'une région à l'autre (H. Walter 1982), l'emploi de mots spécifiques, ou de mots communs dans des structures spécifiques, et au delà la façon de s'alimenter, de se soigner, de rencontrer autrui, de concevoir son lieu de vie etc., la vie avec ma femme, originaire de la région nantaise, est une rencontre permanente d'une différence passionnante où les traditions culturelles locales affleurent à tout instant !

27L'échec de l'imposition de la norme du français académique, malgré les gros moyens mis à contribution par l'État qui y a visé une homogénéisation politique et identitaire, est à cet égard un indicateur puissant (Cf. A. Chervel 1977).

28Bref, c'est la diversité vitale, indispensable, qui l'emporte toujours dans les fonctionnements sociaux (B. Poche 1989).

  • 6 Quoique l'étude de D. Latournerie révèle là aussi des faits importants et méconnus.

29De ce point de vue, comme d'un point de vue ethnologique général, la centralisation est une réussite récente et superficielle, mais un échec de fond. Les mesures prises par les pouvoirs publics (ce n'est pas ici le lieu de faire ne serait-ce que le long descriptif de ces mesures postérieures à 1850, et bien connues6, comme la mise en place du monopole d'état de l'éducation légitime ou le développement de la règlementation administrative et du droit rationnel -cf. Dayries 1986, J. de Munck 1992) se sont heurtées à des contre-pouvoirs anthropologiques très profonds et très solides.

4. PERSPECTIVES POUR L'HISTOIRE DE LA CENTRALISATION

30Pour conclure, deux choses : 1) la centralisation effective (“planification”) ne provient pas nécessairement directement de décisions politiques précises dans un champ donné. Alors que la Révolution est citée comme l'époque de la naissance d'une véritable centralisation linguistique, on se rend compte que dans ce domaine, le pouvoir étatique fut particulièrement inefficace, que c'est par d'autres voies, conséquences indirectes d'autres actions étatiques, et plus tardivement, que la population fut plus ou moins contrainte de se franciser, en continuation élargie d'un phénomène sociologique existant sous l'ancien-régime, lequel n'avait en matière de planification linguistique que des ambitions limitées.

312) Il faut s'entendre sur ce que l'on appelle “centralisation”. On voit bien qu'avec l'homogénéisation publique superficielle et la diversité ethnologique subsistant dans les pratiques privées, il y a deux niveaux. Que le pouvoir politico-administratif, la vie publique, soient centralisés, cela n'empêche pas les comportements profonds de rester diversifiés. Beaucoup de communications à ce colloque l'ont montré, à propos du fonctionnement effectif des instances administratives (états d'ancien-régime, syndics, municipalités…). Les Français restent au fond attachés à certaines pratiques régionales et locales identitaires diverses (linguistiques, culturelles, etc.), mais se comportent d'une façon approchant et respectant la “norme” idéale nationale dans la vie publique. Le point essentiel est à mes yeux l'articulation entre les deux niveaux. Car le barrage que le centralisme instaure produit une tension grave entre les structures étatiques et les structures anthropologiques. Grave parce que la nécessaire dialectique entre ces deux niveaux fonctionnels, entre l'Un canalisateur et le pluriel dynamique, est empêchée au seul soutien du un étatique ce qui produit une fragilisation du tissu social, maintes fois dénoncée par les ethnologues, en appuyant une identité voulue homogène et exclusive, mais superficielle, en accentuant les inégalités-puisque le traitement égalitaire de situations différentes est une forme d'inégalité qui renforce l'inégalité (B. Poche 1989, G. Gosselin 1989). Tant qu'on n'envisage qu'un bout de la chaîne, un certain nombre de faits historiques ou sociaux paraissent incohérents. Je ne cherche pas à minimiser les réalités de la centralisation, mais à souligner, au contraire, ses modalités sélectives de réalisation, son incapacité à mettre en pratique l'ensemble des fonctionnements démocratiques et sociétaux vitaux. On comprend que le modèle fédératif, souvent présenté comme l'alternative à l'ornière centraliste sans tomber dans celle des enfermements ethnico-nationalistes ou anti-démocratiques (J. de Munck 1992), ait été régulièrement et dès la Révolution proposé en France. On comprend aussi que la France n'ait pas pu éviter une certaine décentralisation administrative (Dayries 1986).

32Mon exposé, je l'espère, aura apporté aux historiens un éclairage utile, et peut-être réussi à montrer l'intérêt éthique, théorique et méthodologique d'une rencontre interdisciplinaire au moins pour la question qui nous occupe ici. C'est qu'elle touche au fond à l'une des questions-clé pour l'ensemble des sciences de l'homme, la dialectique de l'identité et de l'altérité (cf. G. Jucquois 1991). Il y a là, je crois, des perspectives pour avancer dans la définition, l'histoire et l'analyse de ce phénomène majeur qu'est la centralisation en France, et, au-delà, de l'aménagement politique des sociétés.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Achard P., La sociologie du langage, Paris, PUF, 1993.

Alvarez-Pereire F., Ethnolinguistique, Paris, Selaf, 1982.

Aubague L., “Les stratégies de résistance des langues précolombiennes au Mexique” in Glottopolitique, Langages n° 83, Paris, Larousse, 1986, p. 111-116.

Balibar R., L'institution du français, Paris, PUF, 1985.

Balibar R. & Laporte D., Le français national. Politique et pratiques de la langue nationale sous la révolution française, Paris, PUF, 1974.

Blanchet Ph., Le provençal, essai de description sociolinguistique et différentielle, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1992a ; Diversité linguistique, idéologie, et pluralisme démocratique, CILL n° 18 1-2, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1992b ; Nos langues et l'unité de l'Europe, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1992c.

Boissel P., “Peut-on dire qu'une pratique dialectale est terminée dans un milieu donné ?” in Les Français et leurs langues, (Dir. Bouvier J.-C.),op. cit., p. 21-25.

Bourdieu P., Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Boutet J. & Vermes G. (Dir.), France, pays multilingue, Paris, L'Harmattan, 1987.

Bouvier J.-C. (Dir),Les Français et leurs langues, Université de Provence, Aix, 1991.

Bouvier J.-C. & Martel C., “Conscience et utilisation de l'outil linguistique : régionalismes du français dans les Alpilles” in Les Français et leurs langues, (Dir. Bouvier J.-C.), op. cit., p. 481-493.

Breton R., Les ethnies, Paris, PUF, 1981.

Brun α., Recherches historiques sur l'introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, Champion, 1923 ; La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige, Marseille, Institut Historique de Provence, 1927.

Calvet L.-J., La sociolinguistique, Paris, PUF, 1993 ; La guerre des langues, Paris, Payot, 1987.

Catach N., L'orthographe, Paris, PUF, 1978.

Chevalier J.-C., “L'histoire de la langue française de F. Brunot” in P. Nora (Dir.) Les lieux de mémoire, III Les France, t. 2 traditions, Paris, Gallimard, 1992.

Clairis C., “Le processus de disparition des langues” in La linguistique, vol. 27, 2/1991, p. 3-13.

COLLECTIFS

Pluralité des parlers en France, revue Ethnologie française, n° 3-4, 1973.

Rapport sur l'occitan, Montpellier, Média-Pluriel, 1992.

Sondage sur le breton, Conseil général du Finistère, in TMO-Ouest n° 1872, Rennes, 1992.

Bilinguisme en Alsace et en Moselle, sondage ISERCO, in Land un Sproch n° 101-102, Strasbourg, 1991-92.

La question linguistique au Sud au moment de la révolution française, revue Lengas n° 18, 1985.

Certeau M., Julia D. & Revel J., Une politique de la langue, la Révolution française et les patois, Paris, NRF, 1975.

Chervel α.,…et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français (histoire de la grammaire scolaire), Paris, Payot, 1977.

Dayries J.-J. & M., La régionalisation, Paris, PUF, 1986.

Dorian ν., Language Death, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1981.

Duchene R., Et la Provence devint française, Paris, Mazarine, 1982.

Emmanuelli F.-X., “De la conscience politique à la naissance du provençalisme dans la généralité d'Aix à la fin du XVIIIe siècle”, Actes du colloquerégions et régionalisme en France du XVIIIe siècle à nos jours”, Paris, 1977.

Fierro-Domenech α., Le pré carré, Paris, Hachette, 1986.

Fourasté R.-F., Reinert M., & Tap M.-R, “Identité collective et identité du Pyrénéen : à propos d'une l'analyse lexicale et comparative du discours des Pyrénéens dans les Pyrénées centrales et le Pays Basque français” in Anthropologie sociale et ethnologie de la France, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1989, p. 551-558.

Fumaroli M., “Le génie de la langue française” in Ρ Nora (Dir.) Les lieux de mémoire, III Les France, t. 3 De l'archive à l'emblème, Paris, Gallimard, 1992.

Gosselin G., “Sommes-nous des romantiques allemands ?” in Anthropologie sociale et ethnologie de la France, op. cit., p. 559-566.

Gruenais M.-P. (Dir.), États de langue, Paris, Fayard, 1986.

Jucquois G., “La diversité linguistique européenne, données politiques et économiques d'un aménagement linguistique” in La linguistique, vol. 27, 1/1991, p. 29-58. (repris et développé in Ph. Blanchet (éd.) 1992)

Lapierre J.-W., Le pouvoir politique et les langues, Paris, PUF, 1988.

Latournerie D., “Le droit de la langue française” in Études et documents du Conseil d'État, 1982-83, p. 89-119.

Maurais J., Politique et aménagement linguistique, Paris, Robert, 1987.

Mauron C., “La traduction provençale de la constitution française” in Prouvènço 2000, n° 7, 1989, pp 26-37.

Mauron C. & Emmanuelli F.-X., Textes politiques de l'époque révolutionnaire en langue provençale, St Rémy-de-Provence, C.R.E.M, 1986.

Merle R., Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise de la pré-Révolution à la seconde république, La Seyne, GRAICHS/SEHTD, 1986 ; L'écriture du provençal de 1775 à 1840, Béziers, CIDO, 1990.

Mounin G., “Sur la mort des langues” in La linguistique, vol. 28, 2/1992, p. 149-158.

Mucchielli Α., L'identité, Paris, PUF, 1986.

Munck (de) J., “Les minorités en Europe” in L'Europe au soir du siècle, identité et démocratie, Paris, Esprit-philosophie/Seuil, 1992, p. 137-161.

Poche B., “L'identité et la coupure : sous-ensembles autonomes ou fragmentation du corps social” in Anthropologie sociale et ethnologie de la France, op. cit. p. 613-620.

Prado P., “Pour une ethnologie de la disparition” in Anthropologie sociale et ethnologie de la France, op. cit., p. 773-778.

Ripert E., La renaissance provençale, Paris, Champion, 1918.

Riviere J.-C., La subversion et les langues régionales, Paris, UNI, 1984.

Segalen M. (Dir.), Anthropologie sociale et ethnologie de la France, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1989a ; L'Autre et le Semblable, Paris, CNRS, 1989b.

Sivers (de) F., Questions d'identité, Paris-Louvain, Peeters, 1989.

Veltman C. & Denis M.-N., “L'ethnologue face à la politique linguistique régionale” Anthropologie sociale et ethnologie de la France, op. cit. p. 845-850.

Vermes G. (Dir.), Vingt-cinq communauté linguistique de la France, Paris, L'Harmattan, 1988.

Walter H., “L'attachement au parler vernaculaire dans une commune limousine” in La linguistique, vol. 29/1, 1993, p. 113-128 ; Enquêtes phonologiques et variétés régionales du français, Paris, PUF, 1982.

Weber E., La fin des terroirs, Paris, Fayard Recherche, 1983.

Winther A.(Éd.), Problèmes de glottopolitique, Cahiers de Linguistique Sociale n° 7, Université de Rouen, 1985.

Notes

1 Il faudrait également s'interroger sur la notion de nation…

2 Je me demande ainsi pourquoi l'intégration de la Provence à la France est partout présentée comme une “union” remontant à 1481, alors qu'il semble bien qu'il s'agisse d'une annexion réalisée en 1789, la Provence étant restée statutairement (le critère est-il pertinent ?) un état autonome jusque là (cf. R. Duchêne 1982).

3 C'est moi qui souligne.

4 Les références des ouvrages cités sont données en bibliographie finale. Je renvoie aux propos dans leur globalité, et, afin d'alléger mon texte, ne donne une pagination que lorsque je cite précisément un passage.

5 Édit de Roussillon 1565, de création du Parlement de Pau 1620, ordre de rendre justice en français à Dunkerque 1663, en Alsace 1657, édit de 1683 pour les Flandres, 1685 pour l'Alsace, de 1700 pour le Roussillon, de 1754 pour la Cerdagne.

6 Quoique l'étude de D. Latournerie révèle là aussi des faits importants et méconnus.

Auteur

Maître de Conférences en Linguistique française Université de Haute Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540