Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Exemples étrangers

Pouvoir local et Révolution dans l'Italie jacobine et napoléonienne

Anna-Maria Rao

Texte intégral

1Les études récentes sur l'Italie jacobine et napoléonienne ont décidément privilégié une approche de longue durée, laissant plutôt de côté le thème, qui avait passionné l'historiographie des années 1950 sur la période, du “jacobinisme” italien, abordé dans le temps court du “triennio” 1796-1799. Dans cette approche de longue durée, qui considère globalement la période des années 1780 aux premières décennies du XIXe, c'est incontestablement le problème de l'État qui se pose au centre de l'attention. Cet intérêt n'est pas vraiment une nouveauté ni un hasard dans l'historiographie italienne, qui s'est longtemps occupée du problème de la construction de l'État national unitaire, et du rôle de la période révolutionnaire dans ses origines : on reconnaît généralement que la Révolution fut une étape fondamentale dans l'élaboration des premiers projets d'unification politique italienne, qui échouèrent à cause soit de la politique du Directoire et de Bonaparte, soit de la situation internationale, soit des contrastes existant parmi les patriotes italiens mêmes.

2Mais ce qui sollicite aujourd'hui les études sur l'Italie jacobine et napoléonienne n'est plus tellement la question de l'unité nationale : le souci d'éviter l'anachronisme, et la “régionalisation” des études, ont conduit les chercheurs à respecter les frontières des anciens États italiens, analysant les conditions, les caractères et les limites des processus de centralisation de l'Ancien Régime à l'époque napoléonienne. Plutôt que les conditions politiques et culturelles de la création de l'État national, on étudie la formation, les caractères, et l'évolution de l'appareil administratif et institutionnel de l'État, ses rapports avec les changements sociaux et économiques, et, finalement, avec les “pouvoirs locaux” internes à chacun des anciens États italiens. Si la période “jacobine” apparaît comme l'explosion de la politique (mais elle aussi tenta de mettre en place ses instances de contrôle du territoire), la période napoléonienne, en particulier dans la République Italienne (puis Royaume d'Italie) et dans le Royaume de Naples sous Joseph Bonaparte et Murat, apparaît comme le triomphe de l'État et de son intervention d'en haut, créant une machine administrative centralisée à la place des anciens pouvoirs royaux, féodaux, ecclésiastiques. Un triomphe qui ne manqua pas de soulever des “résistances” mais qui fut aussi soutenu localement, puisque dès les dernières décennies du XVIIIe siècle, le mouvement réformateur avait souhaité une réforme de l'État, et avait même commencé à la réaliser.

3La régionalisation des études, parfois trop renfermées dans les limites des anciens États italiens, souvent incapables de se confronter les unes aux autres, rend difficile de comparer et d'esquisser un tableau général des rapports pouvoirs centraux-pouvoirs locaux (puisque c'est au pluriel qu'il faut en parler) dans l'Italie jacobine et napoléonienne. Elle porte aussi à oublier qu'un des effets fondamentaux de l'époque napoléonienne en Italie fut justement celui d'uniformiser les structures administratives, introduisant partout les lois et le modèle administratif français. On peut quand même essayer un bilan de ces études, qui font du rapport entre réformes du XVIIIe siècle et révolution un des points centraux de leur réflexion.

  • 1 On dispose de quelques bilans récents des études sur l'Italie au XVIII : D. Carpanetto, G. Ricuper (...)
  • 2 Cfr. C. Capra, S. Nutini, “Reflets de la révolution française dans le Milanais”, in L'image de la (...)

4Les États italiens au XVIIIe siècle s'étaient déjà engagés dans un effort de centralisation et de rationalisation de l'appareil administratif, de plus en plus complexe et spécialisé dans ses fonctions, tentant aussi de recruter son personnel sur la base des compétences plutôt que de la naissance : c'est là la première conclusion que l'on peut tirer de ces études. Cette politique avait eu plus ou moins de succès selon les cas : plus efficace en Piémont et dans la Lombardie autrichienne, elle rencontra plus de résistances d'en bas dans le cas de la Toscane, plus de limites et d'ambiguïtés dans le cas du Royaume de Naples1. L'évaluation du cas de la Lombardie autrichienne comme le plus réussi — une véritable “révolution d'en haut” réalisée par Marie Thérèse et Joseph II, qui rendit plus facile par la suite l'application du modèle napoléonien2 – est révélatrice de la tendance à souligner l'efficacité de l'intervention d'en haut, les aspects de contrôle et de contrainte exercés par un pouvoir étranger aux pressions et aux intérêts locaux.

  • 3 P. Villani, “Il decennio francese”, in Storia del Mezzogiorno, cit., vol. IV, t. II, p. 575-639.
  • 4 P. Aimo, “Introduzione”, in L'amministrazione nella storia moderna, vol. II, L'Italia napoleonica  (...)
  • 5 Voir les textes cités par A. Spagnoletti, “Il controllo degli intendenti sulle amministrazioni loc (...)

5La période napoléonienne est considérée comme un vrai tournant dans ce processus de centralisation, plus ou moins marqué dans les différents pays suivant l'efficacité des politiques précédentes : on tend à souligner les aspects de continuité, encore une fois, pour les cas du Piémont et de la Lombardie, et de rupture pour le Royaume de Naples3. La “monarchie administrative” napoléonienne réalisa un système tout à fait nouveau surtout parce qu'elle ne se limita plus à juxtaposer des organes administratifs nouveaux aux anciens, comme l'avaient fait les réformes du XVIIIe siècle, mais réalisait une réforme globale de l'État : élimination du particularisme juridique et administratif, des structures oligarchiques du pouvoir local, substitution d'un système uniforme et hiérarchisé à la multiplicité de pouvoirs préexistants (Église, féodalité, villes, communautés)4. Une politique que quelques chercheurs considèrent comme une politique de contrainte, autoritaire, qui étouffait les formes autonomes de gouvernement local, reprenant ainsi l'idéalisation des anciennes libertés municipales faite dans les premières décennies du XIXe siècle, qui exprimait surtout le regret des anciens pouvoirs des oligarchies et des patriciats locaux5.

  • 6 L. Antonielli, I prefetti dell'Italia napoleonica, Bologna, Il Mulino, 1983, p. 14, 30.
  • 7 A. de Martino, La nascita delle intendenze. Problemi dell'amministrazione periferica nel Regno di (...)

6C'est donc à l'époque napoléonienne, c'est-à-dire entre 1800 (1806 pour le Royaume de Naples) et 1815, qu'en Italie se construit un appareil d'État hiérarchisé qui installe un véritable contrôle sur le territoire. La période jacobine n'avait certes pas ignoré le problème et avait créé les représentants en mission ou les commissaires organisateurs pour assurer les liens entre gouvernement central et provinces : mais il s'agissait d'organes de contrôle politique plutôt qu'administratif. Et, à l'inverse, la primauté des enjeux politiques faisait que les résistances locales au gouvernement central pouvaient s'exprimer par la dénonciation politique, comme il arriva dans la République Cispadane, où les commissaires du pouvoir exécutif furent souvent accusés d'être trop ou trop peu “jacobins”6. Ce n'est qu'avec les préfets, créés le 26 janvier 1802 dans la République italienne, et les intendants, créés le 8 août 1806 dans le Royaume de Naples7, qu'on installe un réseau d'organes centraux de contrôle administratif qui laisse peu de place aux représentations locales.

7Or, faut-il lire ce processus comme une révolution d'en haut, fondé sur la contrainte, et freiné, si non empêché, par des résistances d'en bas ? Certes, les exemples de “résistance” ne manquent pas. Dès 1796-1797, le débat sur le gouvernement à donner aux territoires libérés par les armées françaises fut marqué par le souci de ne pas toucher aux autonomies traditionnelles dont avaient joui, tout en faisant partie de l'État pontifical, des villes comme Bologne ou Modène, qui manifestèrent de fortes hostilités à l'unification dans un État républicain unitaire du Nord qui faisait de Milan sa capitale. Conflits et jalousies qui persistèrent dans la République italienne créée en 1802, explosant dans la révolte de Bologne de la même année. Et même durant le “triennio jacobin” de 1796-99 la défense des autonomies municipales fut parmi les causes des révoltes anti-françaises.

  • 8 A. Saitta, Alle origini delRisorgimento : i testi di uncelebreConcorso (1796), Roma 1964, 3 vo (...)

8Mais le débat de 1796-1797 est, en même temps, révélateur du fait que plutôt que de contrainte d'en haut et de résistances d'en bas, il faudrait parler d'une recherche de nouvelles formes d'intégration dans l'État des pouvoirs préexistants, réalisant une rencontre entre pressions d'en haut et exigences d'en bas dont les rapports n'étaient pas toujours ni nécessairement conflictuels. La plupart des dissertations qui répondirent au concours lancé le 27 septembre 1796 par l'Administration générale de la Lombardie sur la question “De tous les gouvernements libres quel est celui qui convient le mieux à l'Italie ?8, insistaient sur la nécessité d'un gouvernement représentatif : la notion de représentation ne servant pas seulement à résoudre le problème de la participation politique des citoyens mais aussi la question de l'intégration nationale des territoires et de leurs instances locales.

  • 9 Lettre sur le Piémont, ou Réponse aux observations d'un Piémontais, sur la réunion de cette Contré (...)
  • 10 L. Antonielli, op. cit., p. 51.

9Un intérêt particulier est présenté, de ce point de vue par un texte écrit en 1799 où le piémontais Bonafide, partisan de l'union à la France du Piémont, conteste les observations de Felice Bongioanni, qui défendait son indépendance. Le Piémont réuni à la France, écrivait Bongioanni, “ne jouirait que faiblement des avantages dont jouissent les autres départemens. Éloigné […] du Directoire, des deux Conseils, du gouvernement, sa voix n'arriverait à Paris, que fatiguée, et infructueuse”. A celà Bonafide répondait que Nice, Marseille, Bordeaux, Anvers, Bruxelles, étaient “tout autant, ou bien plus éloignées de Paris, que ne l'est le Piémont”, mais que cela n'impliquait pas “une injuste oppression pour tous ces départemens, plus éloignés du centre, que ne le sont les Alpes”. Le respect des lois et de la constitution, les principes républicains et l'“ardeur guerrière” n'y étaient pas assurés par la force d'un gouvernement qui “tient assujettis à des lois, qu'ils détestent, les nombreux mécontens de ces départemens éloignés” mais par l'"excellence de ce nouveau système de gouvernement représentatif : la seule force dont on pouvait parler c'était “la force de ce levier puissant, mis entre les mains du directoire ; force qu'aucune distance ne peut affaiblir ; et qui, du centre, imprime également à toutes les parties de cette vaste machine, le mouvement nécessaire au maintien de son mécanisme9. Le gouvernement représentatif fut donc vu comme moyen d'intégration des instances locales dans la politique nationale. Ce souci de tutèle des pouvoirs territoriaux resta évident dans la République italienne, où la loi du 26 juillet 1802 laissait subsister à côté du préfet l'administration de département, pour garder, comme le disait le vice président Melzi d'Eril, une “représentation départementale”10.

  • 11 Ivi, p. 70.

10L'exemple des préfets de l'Italie du Nord est aussi significatif d'un autre moyen d'intégration des “pouvoirs locaux” dans le nouvel État : la transformation du notable-propriétaire en notable-fonctionnaire. Une transformation qui n'alla pas sans difficultés : les hommes que Melzi voulut choisir parmi les propriétaires modérés, ne voulaient pas au début laisser leurs lieux d'origine et leurs intérêts locaux, comme prévu par la loi qui imposait que le préfet d'un département devait venir d'un autre département11.

  • 12 J. Davis, Conflict and Control. Law and Order in Nineteenth-Century Italy, Houndsmill, London 1988
  • 13 L. Antonielli, op. cit., p. 59, 161-63 ; A. de Martino, op. cit., p. 59-69, 173-77, 218-20.

11Face aux résistances ouvertes ou latentes manifestées envers la mainmise croissante du pouvoir central sur le pouvoir local, on a défini ce processus en termes de “conflit et contrôle”12. Il faudrait peut-être nuancer cette vision qui reste quelque peu manichéenne : il ne s'agit pas seulement ni toujours de conflits et de contrôle, mais d'un processus d'intégration et de compromis continu. La mise en place d'organes administratifs de contrôle du territoire, par exemple, comporta aussi une croissance de la disponibilité d'emplois au service de l'État qui répondait à une demande devenue de plus en plus pressante dès les dernières décennies du XVIIIe siècle, et à laquelle le faible développement de l'appareil administratif des États d'Ancien Régime, et un recrutement fondé surtout sur la cooptation et le privilège de naissance n'offraient pas assez de débouchés. Le phénomène de la transformation des “jacobins” italiens en fonctionnaires napoléoniens, mis en relief par l'historiographie récente, est significatif non seulement d'une évolution politique – de la révolution à la bureaucratie – mais aussi d'une rencontre entre les exigences administratives de l'État et la “course aux emplois” : une rencontre qui n'alla pas, elle aussi, sans compromis, puisque, d'un côté, le souci de ne pas soulever des mécontentements poussa même, au début, à garder dans l'administration napoléonienne plus de personnel qu'il ne le fallait, et de l'autre, les vieux notables de province ne furent pas toujours prêts à se transformer en fonctionnaires13. Encore, la création de la monarchie administrative entraîna des formes inédites de contrôle de l'administration locale, soumettant les conseils municipaux et les maires aux préfets et aux intendants. Mais elle comporta aussi un service administratif plus proche des administrés, par exemple sur le plan judiciaire, comblant là aussi l'exigence depuis longtemps exprimée par les provinces et les communautés d'avoir la justice à leur portée.

  • 14 M. Brœrs, “The Parochial revolution : 1799 and the Counter-Revolution in Italy”, in Renaissance & (...)

12L'époque napoléonienne fut donc un incontestable tournant pour les États italiens, sur le plan des formes juridiques et institutionnelles, réalisant un processus non seulement de contrôle mais d'intégration des pouvoirs locaux – parfois récalcitrants mais souvent aussi solidaires – dans un appareil d'État centralisé et hiérarchisé. Mais, à côté des formes juridiques, il y a des pratiques : des pratiques d'assistance, de patronat, de clientèle, qui se forment autour de familles et de clans familiaux. Or sur le plan des pratiques aussi on assiste à des formes soit de conflit soit d'intégration, suivant les cas et suivant les moments. Le phénomène a été récemment étudié pour le Piémont, soulignant – peut-être trop – la défense de localismes fondés sur les liens familiaux et religieux et l'émergence des rivalités locales contre l'État révolutionnaire comme éléments fondamentaux des révoltes de 1799, qui associaient le loyalisme monarchique à la défense de leurs libertés locales14. Localismes et luttes municipales intéressèrent aussi le Royaume de Naples, en particulier les provinces calabraises, qui furent en 1799 base de recrutement de l'armée sanfédiste et résistèrent par la suite plus longtemps et plus ouvertement au gouvernement napoléonien.

  • 15 A. Placanica, Cassa Sacra e beni della Chiesa nella Calabria del Settecento, Napoli, Università de (...)

13Les Calabres firent l'objet pendant les années 1780-90, à la suite du tremblement de terre de 1783, d'une politique que l'on peut très bien définir comme une tentative de la part de l'Etat de réaffirmer son contrôle sur des provinces trop longtemps confiées à la médiation des forces féodales, ou plutôt aux équilibres locaux entre féodalité, communautés et administrations municipales ; provinces mal desservies par la route, qui le plus souvent ne communiquaient avec la capitale que grâce aux seigneurs féodaux, procureurs, magistrats calabrais vivant à Naples. Le tremblement de terre fut l'occasion d'une tentative de réforme très ambitieuse : limitation des pouvoirs féodaux, à travers le contrôle de leurs titres, limitation des pouvoirs de l'Église et confiscation de ses terres ; tentative de créer une bourgeoisie liée à l'État par la vente des biens ecclésiastiques (opération de ralliement qui fut peut-être la plus réussie). La réalisation de ce plan fut d'abord confiée aux militaires, ce qui est significatif de la recherche de moyens plus efficaces pour l'affirmation du pouvoir central dans les provinces. Mais l'intervention militaire, commandée par le général Francesco Pignatelli en tant que vicaire général du roi, fut vécue comme une véritable invasion, provoquant de très fortes réactions.15

  • 16 A. M. Rao, “Galanti, Simonetti, e la riforma della giustizia nel Regno di Napoli (1795)”, in Archi (...)
  • 17 Bibliothèque des Archives d'État, Naples, suppl. XLC, n. 13/3.

14Les réformes soulevèrent ainsi la même hostilité qui se serait dressée contre la révolution, non seulement parmi les membres de la noblesse et du clergé mais au sein de communautés entières, renforçant les solidarités villageoises et provinciales contre l'État. La vente des biens ecclésiastiques favorisa la concentration de la propriété privée, bourgeoise ou nobiliaire, provoquant des conflits internes sur le front même des propriétaires, tandis que les paysans pauvres perdaient les sources de subsistance assurées par l'usage des terres ecclésiastiques. Cela ne provoqua pas un conflit entre paysannerie pauvre, propriétaires, clergé, mais, au contraire, renforça leur solidarité contre l'État, responsable principal du changement des équilibres anciens. En 1790, Luigi De Medici, envoyé en Calabre par le roi en qualité de “visiteur”, signalait l'état de dissolution totale de la justice royale dans la province : les riches achetaient aux membres du tribunal provincial l'impunité des poursuivis et des bandits, dont ils pouvaient ainsi se servir pour leurs fins, les engageant à leur service. En Calabre il n'y avait presque pas de pouvoir royal, les voleurs, les assassins, les brigands étaient publiquement protégés16. Le 24 juin 1792 le gouverneur de Santa Sofia, Michele Torcia-Carratelli, écrivait au roi un rapport épouvantable sur la situation de Corigliano, Sangiorgio, Terranova, territoires infestés de malfaiteurs et de bandits impunis. Pour frapper les bandits, écrivait-il, il fallait avant tout frapper le réseau de protections dont ils jouissaient auprès des magistrats seigneuriaux et même auprès du personnel subalterne des tribunaux provinciaux17.

  • 18 A. M. Rao, “Esercito e società a Napoli nelle riforme del secondo Settecento”, in Rivista italiana (...)

15La guerre contre la France, dans laquelle l'État napolitain s'engagea en 1793 et en 1798, devint l'occasion de traiter avec le Bourbon, de contracter une autonomie nouvelle, de démontrer que la monarchie avait besoin du clergé et de la noblesse pour se défendre. La noblesse et les notables reproposèrent au roi des formes de fidélité féodale, engageant une noble compétition dans le recrutement de soldats pour les levées extraordinaires de 1794 et 1798. Les nécessités de la guerre et de l'ordre public relancèrent les propositions de confier aux notables locaux le recrutement, au nom de leur capacité de gérer le consensus parmi les communautés. Le patricien de Cosenza, Antonio Epaminonda Ferrari, qui avait été chargé par Francesco Pignatelli en 1782 du recrutement des milices provinciales, en 1793 présentait un plan de recrutement qui devait assurer le sort de la guerre contre l'ennemi et garantir en même temps la sûreté intérieure de la patrie. Les Calabres, écrivait-il, étaient infestées par un nombre extraordinaire de gens sanguinaires, bandits, “fuorusciti”, contumaces (au nombre, disait-il, de 2 500), qui, avec les détenus des prisons pouvaient fournir à l'armée des hommes inégalables dans l'emploi des armes à feu, accoutumés à les manier dès leur enfance, accoutumés au travail, à n'importe quel climat et genre de vie. Ils n'auraient besoin ni d'armes ni di vêtements, ayant déjà chacun son fusil. Mais il fallait confier leur commandement aux membres des principales familles féodales de la région, estimées et vénérées par les calabrais18.

  • 19 Cf. A. M. Rao, “La Repubblica Napoletana del 1799”, in Storia del Mezzogiorno, cit., p. 515-25; J.(...)

16La médiation de nobles et notables revélait ainsi toute son ambiguïté : au moment même où ils se proposaient comme agents de l'État ils agissaient et le faisaient en tant que “patrons” locaux, offrant de mettre au service de l'État leurs liens de famille, et leurs clientèles. Une fois la République créée, en janvier 1799, barons, possédants, magistrats locaux essayèrent avant tout d'assurer la permanence des anciennes administrations et de contrôler les nouvelles municipalités. Mais dès que le cardinal Ruffo débarqua à Reggio ils passèrent dans le camp de la contre-révolution, tandis que conflits et vengeances explosaient entre communes et communes, et entre les factions qui luttaient pour le contrôle du pouvoir local19. Les bandes armées recrutées au service de familles et de clans furent mises au service du roi et de la Santa Fede.

  • 20 J. A. Davis, “The 'Santafede' and the crisis of the ancien régime in southern Italy”, in Society a (...)

17La monarchie restaurée après la chute de la République eut à faire fact : au problème des bandes sanfédistes qui avaient soutenu la reconquête du Royaume : elle aussi résolut le problème encadrant directement les bandes dans l'armée régulière, légitimant ainsi le pouvoir des factions qui avaient soutenu la Santafede20.

  • 21 ANP. FId, IIC 2.

18Mais les royalistes ne furent pas les seuls à recourir à leurs liens de famille et à leurs clientèles, les intégrant au service de l'État. Un mémoire très intéressant sur le plan des mentalités et des pratiques fut envoyé le 12 avril 1806 à Napoléon par un des “jacobins” napolitains réfugiés à Paris depuis 1799, Michele Carnevale, originaire de la Calabre Ultérieure, qui soumettait à l'empereur un plan de répression de la criminalité et du brigandage dans cette province, entièrement fondé sur le réseau de ses “connaissances”, sans besoin de soldats, mais tout simplement par l'aide des amis qu'il avait dans son lieu de naissance : “soixante familles dans les différents villages, avec qui j'ai des liens de parentèle, soutendront mon entreprise, qui connaissent tous les endroits les plus cachés, et tous les fripons qui dérangent21. Parentèle et connaissance étaient donc des moyens plus efficaces de contrôle que le pouvoir de l'État. Mais ce fut justement à la force militaire que l'État napoléonien eut recours contre le brigandage en Calabre et ailleurs dans le Royaume de Naples : ce qui ne fit que rendre endémique le phénomène.

  • 22 J. Davis, “La fin du Royaume de Murat à Naples (1814-1815)”, in La fin de l'Europe napoléonienne. (...)

19L'État napoléonien réalisa donc en Italie des formes soit de contrôle soit d'intégration des pouvoirs locaux. Ce qui ressort d'ailleurs par la comparaison entre la chute des républiques en 1799 et la chute des Français en 1814-15 : en 1799, les notables locaux avaient souvent profité de la situation pour régler leurs comptes entre eux et soulevé les paysans contre les Français et les républicains, et l'écroulement de l'administration ouvrit la voie aux violences et aux vendettas. En 1814, la peur des violences et de l'anarchie populaire les porta à agir plus en fonctionnaires qu'en notables, à éviter un dangereux effondrement des structures administratives, à essayer d'assurer une transition ordonnée de l'État napoléonien à l'État de la Restauration. Ce qui se réalisa presque partout, sauf en Calabre22.

Notes

1 On dispose de quelques bilans récents des études sur l'Italie au XVIII : D. Carpanetto, G. Ricuperatl, L'Italia del Settecento. Crisi trasformazioni lumi, Roma-Bari, Laterza, 1986 ; G. Ricuperatl, “Il Settecento”, in La storiografia italiana degli ultimi vent'anni, édité par Luigi De Rosa, II, Età moderna, Roma-Bari, Laterza, 1989, p. 97-161 ; sur la Toscane, M. Mirri, “Riflessioni su Toscana e Francia, riforme e rivoluzione”, in Annuario dell'Accademia Etrusca di Cortona, XXIV (1990), “Atti del Convegno” 1789 in Toscana. La Rivoluzione francese nel Granducato, Cortona, Calosci, 1990, p. 117-233 ; sur le Piémont, G. Ricuperati, “Il riformismo sabaudo settecentesco e la Sardegna. Appunti pet una discussione”, in Studi storici, 27 (1986), p. 57-92 ; sur la Lombardie, C. Capra, “Il Settecento”, in D. Sella, C. Capra, Il Ducato di Milano dal 1535 al 1796, Storia d'Italia dirigée par Giuseppe Galasso, vol. XI, Torino, Utet, 1984, p. 151-617 ; sur la République de Venise F. Venturi, Settecento riformatore, V, L'Italia dei lumi, t. II, La Repubblica di Venezia (1761-1797), Torino, Einaudi, 1990 ; sur le Royaume de Naples, E. Chiosi, “Il Regno dal 1734 al 1799” in Storia del Mezzogiorno dirigée par Giuseppe Galasso et Rosario Romeo, vol. IV, Il Regno dagli Angioini ai Borboni, Roma, Edizioni del Sole, 1986, t. II, p. 371-467, A. M. Rao, “Il riformismo borbonico a Napoli” in Storia della società italiana, vol. XII, Il secolo dei lumi e delle riforme, Milano, Teti, 1989, p. 215-90, ID., “Temi e tendenze della recente storiografia sul Mezzogiorno nell'età rivoluzionaria e napoleonica”, in Il Mezzogiorno e la Basilicata fra l'età giacobina e il decennio francese, Venosa, Osanna, 1992, p. 41-85 ; P. Villani, “L'età rivoluzionaria e napoleonica in Italia”, in ID., Società rurale e ceti dirigenti (XVIII-XX secolo), Napoli, Morano, 1989, p. 52-108. Sur la période révolutionnaire et napoléonienne, C. Capra, L'età rivoluzionaria e napoleonica in Italia 1796-1815, Torino, Loescher, 1978 ; A. M. Rao, “Nella tormenta rivoluzionaria”, in Storia d'Italia dirigée par Ruggiero Romano, Milano 1989, vol. VII, p. 121-44.

2 Cfr. C. Capra, S. Nutini, “Reflets de la révolution française dans le Milanais”, in L'image de la Révolution française. Congrès Mondial pour le Bicentenaire de la Révolution, Sorbonne, Paris, 6-12 juillet 1989, dirigé par Michel Vovelle, Oxford, Pergamon Press, 1989, p. 598-601.

3 P. Villani, “Il decennio francese”, in Storia del Mezzogiorno, cit., vol. IV, t. II, p. 575-639.

4 P. Aimo, “Introduzione”, in L'amministrazione nella storia moderna, vol. II, L'Italia napoleonica : l'amministrazione come amministrazione dello Sta to, Milano, Giuffré, 1985, p. 541-73.

5 Voir les textes cités par A. Spagnoletti, “Il controllo degli intendenti sulle amministrazioni locali nel Regno di Napoli”, ivi, p. 953 ss.

6 L. Antonielli, I prefetti dell'Italia napoleonica, Bologna, Il Mulino, 1983, p. 14, 30.

7 A. de Martino, La nascita delle intendenze. Problemi dell'amministrazione periferica nel Regno di Napoli 1806-1815, Napoli, Jovene, 1984.

8 A. Saitta, Alle origini delRisorgimento : i testi di uncelebreConcorso (1796), Roma 1964, 3 voll.

9 Lettre sur le Piémont, ou Réponse aux observations d'un Piémontais, sur la réunion de cette Contrée à la République Française, par F. Bonafide, A Paris, de l'Imprimerie de Rabaut le jeune, An VII [Paris, ce 20 Pluviose an 7], p. 10-13.

10 L. Antonielli, op. cit., p. 51.

11 Ivi, p. 70.

12 J. Davis, Conflict and Control. Law and Order in Nineteenth-Century Italy, Houndsmill, London 1988.

13 L. Antonielli, op. cit., p. 59, 161-63 ; A. de Martino, op. cit., p. 59-69, 173-77, 218-20.

14 M. Brœrs, “The Parochial revolution : 1799 and the Counter-Revolution in Italy”, in Renaissance & Modern Studies, 1990, p. 159-74 ; ID., “Revolution as Vendetta : Patriotism in Piedmont, 1794-1821”, in The Historical Journal, 33 (1990), p. 573-97, “Revolution as vendetta : Napoleonic Piedmont 1801-1804”, ivi, p. 787-809.

15 A. Placanica, Cassa Sacra e beni della Chiesa nella Calabria del Settecento, Napoli, Università degli studi, Biblioteca degli “Annali di storia economica e sociale”, 1970 ; ID., Alle origini dell'egemonia borghese in Calabria. La privatizzazione delle terre ecclesiastiche (1784-1815), Salerno-Catanzaro, SEM, 1979 ; A. M. Rao, “La Calabria nel Settecento”, in Storia della Calabria moderna e contemporanea. Il lungo periodo, dirigée par Augusto Placanica, Roma, Gangemi, 1992, p. 303-410.

16 A. M. Rao, “Galanti, Simonetti, e la riforma della giustizia nel Regno di Napoli (1795)”, in Archivio storico per le province napoletane, CII (1984), p. 281-341.

17 Bibliothèque des Archives d'État, Naples, suppl. XLC, n. 13/3.

18 A. M. Rao, “Esercito e società a Napoli nelle riforme del secondo Settecento”, in Rivista italiana di studi napoleonici, XV (1988), p. 155-6.

19 Cf. A. M. Rao, “La Repubblica Napoletana del 1799”, in Storia del Mezzogiorno, cit., p. 515-25; J. Davis, “Les Sanfédistes dans le Royaume de Naples (1799) : guerre sociale ou guerre civile ?”, in Les résistances à la Révolution, Actes du Colloque de Rennes (17-21 septembre 1985), recueillis et présentés par François Lebrun et Roger Dupuy, Paris, Imago, 1987, p. 311-20.

20 J. A. Davis, “The 'Santafede' and the crisis of the ancien régime in southern Italy”, in Society ad politics in the Age of the Risorgimento, Essays in honour of Denis Mack Smith, edited by John A. Davis and P. Ginsborg, Cambridge University Press 1992, p. 21-23.

21 ANP. FId, IIC 2.

22 J. Davis, “La fin du Royaume de Murat à Naples (1814-1815)”, in La fin de l'Europe napoléonienne. 1814 : la vacance du pouvoir, sous la direction de Yves-Marie Bercé, Paris, Henri Veyrier, p. 219-34 ; S. Woolf, “L'Italie en 1814”, ivi, p. 235-42.

Auteur

Dipartimento di Discipline Storiche, Università di Napoli-Federico II

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540