Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Permanences

L'église, l'école et la mairie : les enjeux du pouvoir local dans le pays de Caux des années 1840

Pierre Ardaillou

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Choses vues, 30juillet 1848, Édition Gallimard-Folio, 1972, p. 351.
  • 2 Raymond Huard, Le suffrage universel en France, 1848-1946, Aubier, 1991, p. 30-38.
  • 3 André-Jean Tudesq, “Institutions locales et histoire sociale : la loi municipale de 1831 et ses pr (...)
  • 4 Sur la théorie du citoyen capacitaire, Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Gallimard, 1985, p. 9 (...)

1Fin juillet 1848, la France connaît une innovation majeure : pour la première fois, plus de neuf millions d'électeurs sont appelés à choisir leurs conseillers municipaux, qui dans le courant du mois d'août éliront à leur tour les maires et adjoints. L'événement a pourtant laissé peu de trace chez les contemporains. A lire les mémoires de l'époque, le fait marquant de la fin du mois de juillet est bien plus le discours de Proudhon à l'Assemblée, “écouté avec anxiété”1, que l'adoption du suffrage universel pour le choix des édiles locaux. La presse locale préfère, elle, rendre compte de la réponse d'Adolphe Thiers, vigoureux plaidoyer pour la défense de la propriété, qu'analyser les résultats du scrutin. Cette relative indifférence peut s'expliquer de bien des manières. Depuis avril 1848, le suffrage universel n'est plus une nouveauté : la victoire des républicains modérés et l'élection de nombreux “républicains du lendemain”, anciens députés censitaires, ont montré qu'il ne conduisait pas forcément à un ébranlement des élites politiques traditionnelles2. Surtout, l'élection des conseillers municipaux n'est pas chose nouvelle : la loi du 21 mars 1831 avait déjà permis à trois millions de Français d'y participer3. Contrairement aux élections nationales, ouvertes à une petite minorité, les élections locales devaient permettre l'apprentissage de la vie politique, en élargissant le droit de vote aux ruraux les plus imposés, mais aussi aux capacités locales4.

  • 5 Pour les résultats de cette enquête en Seine-Inférieure, ADSM (Archives Départementales de la Sein (...)

2Si l'opinion publique ne s'est pas passionnée pour ces élections des 30 et 31 juillet 1848, elles n'ont par contre pas laissé indifférentes les autorités préfectorales. Un double enjeu existait. Ici et là, les commissaires du gouvernement, désignés après février par Ledru-Rollin, avaient changé les administrations en place, révoquant maires et adjoints et introduisant dans les conseils de nouveaux membres, souvent issus des milieux populaires. Les élections municipales permettaient de confirmer ou d'infirmer ces choix. Une autre question resurgit deux ans plus tard, quand fut préparée la loi du 31 mai 1850 restreignant le suffrage universel : élargir le nombre d'électeurs conduisit-il à la subversion, au renversement des élites traditionnelles ? Les préfets furent chargés d'enquêter et de vérifier combien des maires et adjoints de la Monarchie de Juillet avaient franchi indemnes l'épreuve électorale5.

  • 6 Sur ce débat : “Les paysans et la politique 1750-1850”, Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest (...)
  • 7 Eugen Weber, Ma France, Paris, Fayard, 1991, p.184.
  • 8 Sur ces formes de domination, Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois 1760- (...)

3Ces questions nous voudrions les reposer. Loin d'être anodines, elles participent à un débat que les contemporains avaient déjà pressenti, celui de la politisation des ruraux au cours du XIXe siècle et des formes qu'elle a pu revêtir6. Par politisation, les historiens entendent, en général, l'apparition d'un intérêt pour les affaires du pays tout entier. Ainsi Eugen Weber la définit comme “la prise de conscience que les affaires de la Nation concernaient les individus et la localité autant - et même plus - que celles de la communauté locale”7. Une telle définition offre une grille de lecture indéniable pour l'interprétation d'élections nationales ou de soulèvements, comme ceux de décembre 1851. Elle laisse un peu sur sa faim, en ce qui concerne des élections locales, qui ne portent pas a priori sur des thèmes nationaux. En conclure à l'absence de toute politisation de telles élections est discutable : le pouvoir de l'époque fut le premier à s'inquiéter des résultats de l'élection des conseillers municipaux, maires et adjoints, qui lui semblait capable de favoriser la subversion. Pour prendre en compte ces appréhensions, il nous semble préférable de revenir à une définition plus large du processus de politisation : dans une première phase, ne consiste-t-il pas, tout simplement, en l'apparition d'un débat public dans les campagnes à propos de la gestion locale des communautés et de la défense de leurs intérêts face aux autres pouvoirs (château, cure ou État) ? Là où les communautés rurales étaient dominées par quelques familles se transmettant, sans débat, de père en fils les places au conseil municipal et les fonctions de maires et adjoints8, l'adoption du suffrage universel a-t-elle permis la possibilité d'un choix entre candidats représentant des attitudes différentes face au noble ou grand propriétaire local, au curé ou aux représentants de l'État ?

  • 9 J. Sion, Les paysans de la Normandie orientale, Paris, 1909 (nouv. édition Brionne, 1981). Sur la (...)
  • 10 André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest, Paris, 1913, p. 243-247.

4Pour mener à bien cette étude, nous avons choisi les communes rurales de l'arrondissement du Havre, c'est à dire l'ouest du Pays de Caux. Le nombre de communes y est importante : plus de 110. Pays de grandes cultures, d'habitat éclaté en clos-masures isolés par leur rideau d'arbres, à la structure sociale inégalitaire9. le Pays de Caux semble à première vue le lieu de tous les conservatismes. On y chercherait en vain trace de cette “République des Jacques”, apparue ici et là durant la Seconde République. André Siegfried analysera plus tard avec brio, cette attitude d'acceptation des régimes successifs, au nom de la primauté des intérêts électoraux, et dressera un portrait du paysan cauchois indifférent aux débats politiques et méfiant à l'égard de toutes les idéologies10. L'occasion est toute trouvée de chercher à vérifier et comprendre cette impression d'immobilisme à la lumière de l'année 1848 et, plus particulièrement, de la vie des municipalités. Celles-ci sont-elles restées spectatrices des événements nationaux ou ont-elles connu aussi, à leur échelle, une révolution ?

LES DÉBUTS DE LA RÉPUBLIQUE AU VILLAGE

  • 11 Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire. Du négoce à l'industrie, 1800-1914. La vie politiq (...)
  • 12 DSM, 3 M 581.
  • 13 Rappelons que le Gouvernement provisoire avait décidé, le 25 février, le rétablissement du drapeau (...)

5Avant d'en venir aux résultats du scrutin de la fin juillet 1848, quelques mots sur les changements intervenus de février à avril. Connue dès le 25 février au Havre11 et à Fécamp, l'annonce de la proclamation de la République n'atteignit que peu à peu les villages cauchois. La reconnaissance du nouveau régime fut encore plus lente. Alors que la municipalité du Havre avait annoncé son ralliement à la République dès le 26, à la date du 4 mars, seules les villes, comme Fécamp et Montivilliers, avaient emboîté le pas. Nommé commissaire de la République par Ledru-Rollin, Frédéric Deschamps jugea bon à cette date de provoquer cette reconnaissance par une circulaire aux maires12. Ceux-ci étaient invités à réunir au plus vite la population, en présence de la garde nationale et des fonctionnaires locaux, afin de hisser le nouveau drapeau aux couleurs nationales inversées (“le bleu à la hampe, le rouge au milieu et le blanc flottant”)13. La fraternité, désormais inscrite sur le fronton des mairies, devait trouver une application immédiate : chaque conseil était invité à délibérer sur la gratuité de l'instruction pour les plus pauvres, sur l'ouverture de salles d'asile et la mise en place d'ateliers municipaux pour les ouvriers sans travail.

  • 14 Délibération du 17 mars 1848 du conseil municipal de Gonneville, ADSM 1 M 165.
  • 15 Délibération du 5 mars 1848 du conseil municipal de La Poterie, ADSM 1 M 165.
  • 16 Adresse du conseil municipal de Sainte-Marie-au-Bosc, 10 mats 1848, ADSM 1 M 165.
  • 17 ADSM, 3 M 1171, Élections municipales, Norville, 1815-1934.
  • 18 ADSM, 3 U 2/1318, Tribunal correctionnel du Havre, Dossiers de procédure, janvier-mars 1847.

6Les réponses des maires ont été conservées et donnent un aperçu de la réaction des municipalités aux événements. Dans la majorité des cas, on s'est contenté de réunir la garde nationale pour hisser le drapeau et proclamer l'avènement du nouveau régime. Les critiques contre la Monarchie de Juillet sont rares et convenues : au mieux le maire a salué la disparition d'un “régime de corruption”14, vague allusion aux scandales qui ont marqué les dernières années du régime. La République est définie en peu de mots comme le règne de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Ce dernier principe n'a pas le même contenu que pour les nouveaux administrateurs départementaux : les conseillers municipaux réunis par le maire ont le plus souvent jugé l'ouverture d'une salle d'asile impossible, vus les revenus de la commune. Quant aux ouvriers sans travail, soit ils n'existent pas, affirme-t-on, soit la charité publique suffit déjà à leur venir en aide. Ainsi le conseil municipal de Houquetot, après avoir jugé inutile la création d'un atelier de travail, en appelle au système traditionnel d'assistance : “Il [le conseil municipal] délibère en outre que les mendiants recevront des secours des habitants de la commune comme par le passé et les mendiants invalides des secours à domicile”. Quelques communes seulement s'engagent à occuper à la réfection des chemins les habitants sans ressource. La méfiance, vis à vis de cette institution quarante-huitarde domine. Le nouveau régime est accepté à condition de ne rien changer et d'être synonyme d'ordre. Ce souci transparaît dans certaines réponses : à La Poterie, le maire s'empresse d'annoncer à la population que “les temples restent ouverts et la religion respectée15 ; à Sainte-Marie-au-Bosc, il remercie la République d'avoir écrasé “l'anarchie qui nous menaçait16 ; à Norville, la garde nationale réclame quatre-vingt (sic) fusils, compte tenu de “notre position peu éloignée des manufactures17, c'est à dire de la vallée du Commerce, avec les deux centres industriels de Bolbec et Lillebonne, où le prix du pain créait depuis plus d'un an une situation tendue. En février 1847, on avait frôlé l'émeute, à Bolbec, lors de rassemblements hostiles au syndic des boulangers18 Loin de l'unanimisme fraternel de Paris, les campagnes cauchoises montrent dès mars leur crainte d'un monde ouvrier, jugé prompt à la révolte. Seules quelques communes font preuve d'un républicanisme enthousiaste : à Saint-Sauveur-d'Emalleville, une cravate rouge est nouée au dessous du coq national, saluant ainsi la venue aux affaires du peuple. Un tel geste reste isolé dans un Pays de Caux, attentiste, soucieux de juger sur pièces le régime imposé par la capitale.

7Cet immobilisme s'avéra vite inacceptable pour les nouveaux dirigeants du département. Prévues initialement pour le 9 avril, les élections à la Constituante faisaient dépendre l'avenir de la Révolution du vote rural. Le choix du scrutin de liste et le vote au chef lieu de canton ne suffisaient pas à éloigner la peur de l'influence des notables locaux, et au premier rang des maires et adjoints, sur des électeurs au faible niveau d'instruction. La nécessité s'imposa de changer les administrations. Dans l'arrondissement du Havre, ces modifications ne concernèrent qu'une minorité de communes (28, soit 24,14 %). Vingt-huit maires et quatorze adjoints provisoires furent nommés. Parallèlement, une refonte ou un élargissement du conseil municipal toucha quinze communes sur un total de cent seize, soit 12,9 %.

  • 19 Bihebdomadaire, fondé par Paul Vasselin en 1841, ce journal ne disparut qu'en 1851, victi-me du co (...)
  • 20 Maurice Agulhon, “Madame Bovary : une lecture historique”, in Études normandes, 1992, n° l, p. 7-1 (...)
  • 21 Gustave Flaubert, Madame Bovary, Éd. Le Livre de Poche, Paris, 1972, p. 83.
  • 22 ADSM, 3 M 723, Élections municipales, Beaurepaire, 1815-1934.

8Le peu d'ampleur des changements est attribuable à deux facteurs : Frédéric Deschamps eut du mal à trouver un représentant au Havre – deux commissaires, Berthelot, puis Goudchaux, se succédèrent entre fin février et avril, avec des périodes d'intérim – ; surtout l'absence d'un véritable réseau de correspondants républicains dans les campagnes rendit difficile le choix de nouveaux édiles. Les archives ont gardé la trace des interventions pour introduire ici et là des municipalités républicaines. Une impression d'improvisation se dégage de la lecture de la correspondance entre Deschamps et ses amis du Havre ou de Fécamp. Parfois, faute d'une connaissance minimale de la carte des communes, l'arrêté a confondu des communes au nom proche ou s'est perdu dans un autre arrondissement. Surtout, l'administration préfectorale semble donner raison à la première plainte reçue contre tel ou tel maire, le révoquant sans enquête, quitte à se déjuger quand arrive une protestation des républicains locaux, réclamant le retour d'un maire injustement calomnié et franchement rallié à la République. Le brouillon des arrêtés permet cependant de retrouver la source de nombreuses décisions : l'indication dans la marge du nom de Paul Vasselin, directeur-gérant du journal radical le Progressif cauchois19, montre l'existence autour des abonnés de ce titre d'un réseau républicain. C'est là qu'on est allé chercher les nouveaux maires et adjoints. L'étude socioprofessionnelle de ces derniers éclaire sur les intentions qui ont prévalues. A côté des cultivateurs et propriétaires, vivier traditionnel des maires, ont été nommés quelques représentants des élites intellectuelles locales, trois notaires et huissiers, trois médecins et pharmaciens et, même, un instituteur. Dans un article invitant à une lecture historique de Madame Bovary20, Maurice Agulhon a attiré l'attention sur le rôle de ces élites locales, personnifiées par Homais, qui représenteraient “cette mince, mais nouvelle catégorie de bourgeoisphilosophes”, qui depuis 1830, se lancent avec ardeur dans les multiples voies qu'ouvre le libéralisme et constituent ainsi le premier avatar du Militant du Progrès”. Si Yonville-l'Abbaye est localisé par Flaubert “aux confins de la Normandie, de la Picardie et de l'Ile-de-France21, c'est à dire à l'est du Pays de Caux, et si le roman prend fin trop tôt pour connaître l'attitude de Homais en 1848, ce personnage, libre-penseur et homme de progrès, est le reflet de la perception, qu'un Rouennais avait des balbutiements d'une vie politique dans les bourgs environnants, sous la Monarchie de Juillet. Ce sont ces hommes, qu'ici et là, le nouveau régime essaya de mettre à la tête des municipalités. Leur choix se fit par le seul réseau républicain existant, celui des abonnés de la presse républicaine. Ainsi, à Beaurepaire, l'instituteur Lecanu. Dans une lettre à Deschamps, il se présente comme républicain depuis plus de cinquante ans : “Républicain sous l'Empire, républicain de 1830, abonné du journal le National, depuis son origine, ayant toujours contribué pour ma part à acquiter (sic) les amendes résultant des jugements prononcés contre cet organe du républicanisme22.

  • 23 Pour deux communes, nous n'avons pas retrouvé les listes électorales de 1846. Pour les autres, on (...)
  • 24 ADSM, 3 M 1171, Élections municipales, Norville, 1815-1934.

9L'étude des nouveaux conseillers municipaux indique, elle, une autre volonté, celle d'ouvrir l'assemblée communale à ceux que la loi de 1831 maintenait en dehors des affaires publiques. En tout, ce sont 114 nouveaux conseillers municipaux qui furent nommés. Le souci de mieux respecter la représentation des diverses couches de la société cauchoise est évidente. Seuls 55 % étaient déjà électeurs en 184623. On est donc allé chercher parmi ceux que la fortune tenait éloignés de la vie municipale. Un coup d'œil sur les professions confirme cette impression : à côté d'un tiers de propriétaires et cultivateurs, on trouve 32 % d'artisans et commerçants, 4 % de cafetiers et aubergistes et 6 % de journaliers et tisserands. Ce dernier chiffre peut sembler encore bien timide, quand on sait qu'ils représentent partout la majorité de la population des villages, mais c'est surtout le symbole qui compte. Le nouveau pouvoir tient à introduire à la campagne cette union des classes si représentative de l'esprit quarante-huitard. Les contemporains ne s'y trompèrent point, tel ce cultivateur écrivant pour faire part de sa stupeur de voir siéger au conseil municipal de Norville des gens ne sachant “ni lire, ni écrire”24. Les personnes visées n'appartenaient évidemment pas à la liste électorale de 1846.

10Au total, ces changements donnent une impression d'inachèvement faute de temps : dès fin avril, Frédéric Deschamps, vaincu aux élections à la Constituante et mis en cause par la bourgeoisie rouennaise pour son attitude lors des émeutes, qui éclatèrent à l'annonce des résultats, dut démissionner et son remplaçant Hippolyte Dussard, républicain modéré, gela toute modification des municipalités, s'en remettant au suffrage universel pour fixer leur composition. Les 30 et 31 juillet, les électeurs purent se prononcer.

LES ÉLECTIONS DE JUILLET

  • 25 On appelle ainsi en cauchois le centre de la commune, où sont localisées l'église, la mairie et l' (...)

11La participation fut loin d'être négligeable. Les procès-verbaux omettent, en général, d'indiquer le nombre d'inscrits, ce qui rend tout calcul d'un pourcentage de participation difficile, d'autant que les listes électorales n'ont, le plus souvent, pas été conservées. Plus intéressante est la comparaison avec les élections de 1846. Nous avons effectué un sondage pour seize communes : en moyenne, le nombre de votants augmente de 296 %, soit une multiplication par quatre. Selon les communes, le pourcentage d'accroissement oscille entre 152 et 558 %. La possibilité offerte à de nouvelles catégories sociales de devenir électeurs a été saisie : partout, c'est un corps électoral très élargi qui a participé au vote. Pour connaître l'atmosphère de cette journée, on peut jeter un regard sur les procès-verbaux, où on s'est efforcé de retranscrire minutieusement le déroulement des opérations. Ouverts durant trois heures, les bureaux de vote ont vu défiler la population masculine. En général, on a procédé à un appel nominatif des électeurs, puis les retardataires ont été attendus. La tenue d'un second tour, ici et là, prouve l'existence d'une véritable compétition entre candidats. Ce second scrutin a eu lieu soit l'après-midi, soit le lendemain. La participation est en très nette baisse, preuve de lassitude ou d'incompréhension devant la signification du ballottage. L'éclatement de l'habitat a sans doute sa part de responsabilité : rentré chez lui, l'électeur n'a pu qu'hésiter à retourner au carreau25, pour un deuxième vote.

  • 26 Les résultats des élections municipales sont conservés pour tout le XIXe siècle, commune par commu (...)
  • 27 Élections municipales, Norville, 1815-1934, ADSM, 3 M 1171.
  • 28 Le recensement de 1851 décompte 21 propriétaires cultivateurs pour 70 fermiers. Cf. ADSM, 6 M 89, (...)

12Le premier enjeu était de savoir si la disparition du système censitaire serait visible dans la composition des conseils. Là aussi, nous avons procédé par échantillon, retenant les trente communes, qui avaient été touchées par les remaniements mis en place par Deschamps, remaniements souvent demandés par quelques républicains locaux. Atteintes en mars et avril par la vague révolutionnaire, ces communes pouvaient sembler a priori favorables à des changements à l'occasion des élections municipales. L'absence de liste électorale pour 1846 pour trois d'entre elles en a réduit le nombre à vingt-sept26. Les 30 et 31 juillet, c'est un total de 332 conseillers qui y ont été élus. Parmi eux, 52, soit 15,66 %, n'étaient pas électeurs en 1846. Une timide ouverture des conseils a eu lieu. Seule une commune, Norville, a plus de la moitié (60 %) de ces élus non électeurs en 1846. A l'opposé, sept, soit presque un quart, n'ont aucun élu dans ce cas. Arrêtons nous sur le cas extrême de Norville : le procès-verbal de l'élection y mentionne, chose rare, la profession de ces nouveaux venus. Quatre cultivateurs côtoient un cafetier et un gardien d'herbages27. L'existence d'une liste électorale dressée le 24 mai 1850, soit juste avant la loi remettant en cause le suffrage universel, permet de comparer avec les professions des électeurs. Les journaliers, au nombre de 73 dans la commune, soit 38 %, restent absents du conseil municipal. Les cultivateurs, au nombre de 59, soit 31 %, avec une minorité de propriétaires et une majorité de fermiers28, sont surreprésentés : sept conseillers sur douze. Dans cette commune, l'avènement du suffrage universel n'a fait que permettre à quelques fermiers, parmi les plus modestes, d'accéder à des fonctions publiques. A travers cet exemple, l'ouverture des conseils, déjà limitée en pourcentage, semble l'être encore plus quand on se penche sur les professions : le monde des journaliers et tisserands reste exclu.

13Cette impression d'immobilisme se renforce, si on regarde le pourcentage de conseillers élus en juillet 1848, qui appartenaient au conseil municipal avant février. En reprenant les vingt-sept mêmes communes, on arrive à un total de 214 sur 364, soit 58,79 % de conseillers réélus. Les pourcentages oscillent de 18 à 100 %. Nulle part le suffrage universel n'a entraîné la mise à l'écart totale des anciens bénéficiaires du système censitaire. Dans deux communes sur trois, la moitié ou plus des conseillers élus siégeaient déjà avant la Révolution. Le vote s'est donc porté sur des hommes, disposant d'un minimum de revenus et ayant fait leurs preuves sous la Monarchie de Juillet. Si on arrive à un tel résultat dans la minorité de communes touchées par la Révolution de Février, on peut supposer que le même immobilisme a prévalu ailleurs.

LES MAIRES ET ADJOINTS D'AOÛT 1848

  • 29 ADSM, 3 M 581. Nous n'avons pas pris en compte les villes de Fécamp, Bolbec, Lillebonne, Ingouvill (...)
  • 30 Jocelyne George, Les Maires dans le département du Var, 1800-1940, Thèse dactyl. pour le doctorat (...)

14L'étude des maires et adjoints, élus courant août par les conseils municipaux, confirme la faible importance des changements. L'existence de registres assez complets29 permet de bien cerner ces nouveaux élus. Professionnellement, ils sont représentatifs de l'élite des villages. Le cas des maires illustrés par le graphique ci-dessous est parlant. Les cultivateurs dominent largement avec les propriétaires. A eux deux, ils représentent 90,4 % des maires. Derrière l'appellation de cultivateurs, il faut entendre celle de fermiers, propriétaires parfois d'une partie de leur exploitation. Quant aux propriétaires, il s'agit essentiellement de propriétaires cultivateurs et non de rentiers du sol. Les journaliers, mais aussi les artisans et commerçants, sont exclus de la fonction. Il en est de même, à l'autre extrémité, des professions libérales et intellectuelles. L'instituteur, employé de la commune, ne pouvait évidemment être choisi comme maire, mais les médecins, pharmaciens ou hommes de loi ne font guère recette. On est loin des villages varois, pour lesquels Jocelyne George note l'élection d'une petite bourgeoisie intellectuelle et marchande “assez sûre d'elle-même pour oser fournir des maires opposés aux notables traditionnels30. Les conseils municipaux, majoritairement formés d'agriculteurs, choisissent prioritairement l'un des leurs pour les diriger.

15L'étude des professions des adjoints renforce cette impression. Là aussi, les agriculteurs dominent. Seule différence notable : un peu moins de propriétaires, pour un peu plus de cultivateurs. La possession d'un peu de terres donne le prestige parfois nécessaire pour être choisi plutôt comme maire que comme adjoint.

  • 31 Maurice Agulhon, Louis Girard, Jean-Louis Robert, William Serman et collaborateurs, Les Maires en (...)
  • 32 On ne trouve que les arrondissements de Saint-Denis et de Brignoles, mais le taux de communes, où (...)

16La répartition par niveau de fortune, représentée ci-dessous, confirme ce sentiment. Ne sont élus que ceux placés par leurs revenus à la tête de la société villageoise. C'est particulièrement net pour les maires, dont seule une toute petite minorité a des revenus inférieurs à 1 000 francs, alors que plus de la moitié dépasse les 2 000 francs de revenus annuels. Quand on jette un coup d'œil sur la liste électorale de 1846, on retrouve nombre de ces maires en tête de liste, juste après les propriétaires rentiers, qui eux, le plus souvent, ne résident pas dans le village. La comparaison avec d'autres arrondissements français indique un niveau de revenus supérieur à la moyenne pour les maires du Pays de Caux. Dans l'enquête réalisée pour treize arrondissements par le Centre de recherches sur l'histoire du XIXe siècle de la Sorbonne31, rares sont les arrondissements, en 1850, où moins de 8 % des maires bénéficient d'un revenu inférieur à 1 000 francs32. En moyenne, c'est 24 % des maires, qui peuvent être classés dans cet item. Si on reste dans le Bassin parisien, la différence est nette avec les arrondissements du Mans ou de Blois, où environ 30 % des maires doivent se contenter d'un revenu inférieur à 1 000 francs. Par rapport, à ce qu'on connaît de la réalité française, le maire cauchois semble bénéficier d'une certaine aisance.

  • 33 M. Agulhon et alii, op. cit., p. 77.
  • 34 Circulaire d'Edmond de Lillers, publiée dans le Progressif cauchois du 25 juillet 1846.
  • 35 Ainsi, pour le Morvan, Marcel Vigreux note lors des élections “la rentrée en scène et même l'offen (...)
  • 36 ADSM, 3 M 1339, Élections municipales, Saint-Maurice-d'Etelan, 1815-1930.

17A l'opposé, les grandes fortunes restent peu nombreuses : douze maires ont un revenu égal ou supérieur à 10 000 francs. Le choix du maire se fait parmi les plus riches des paysans, mais guère question d'aller chercher au-delà, chez les grands propriétaires pourtant très présents dans le Pays de Caux. Si on parcoure la liste des maires, seuls six noms nobles apparaissent, ce qui donne un pourcentage de 5 % conforme à la moyenne française33. Parmi ces châtelains, citons le marquis Edmond de Lillers à Notre-Dame-de-Gravenchon, crédité de 150 000 francs de revenus, Eugène Levaillant du Douët à Bernières, Alexandre de Houdetot à Saint-Laurent-de-Brévedent ou le marquis Armand de Montault à Nointot. Le plus souvent, c'est une noblesse qui s'était ralliée à l'orléanisme. Candidat à la députation soutenu par l'opposition en 1846, de Lillers s'était présenté comme ayant pleinement adhéré à la Révolution de Juillet, reprochant même au régime de ne pas avoir tenu toutes ses promesses34. Quant à de Houdetot, sa famille appartenait à l'entourage du comte d'Orléans avant même 1830. On n'assiste pas, contrairement à d'autres régions35 à une volonté de contrôle direct des mairies par des notables fonciers, d'origine noble, soucieux, en cette période révolutionnaire, de se mettre à la tête de leurs villageois. Ceci dit, le contrôle peut être tout aussi efficace par personne interposée : faire élire à la mairie son principal fermier permet d'y imposer ses volontés. Les archives se font parfois l'écho de telles pratiques : ainsi, à Saint-Maurice-d'Etelan, le maire, Jacques Bettencourt, gros fermier, est accusé de n'être que le représentant des intérêts de la marquise de Martainville, qui possède, à elle seule, l'essentiel des terres du village36. Nous reviendrons plus loin sur cette commune.

18A côté des nobles, quels mots sur les autres maires dépassant les 10 000 francs de revenus. Leur fortune est avant tout terrienne. Seul industriel à être maire, Auguste Desgénétais, fabricant à Gruchet-la-Valasse, près de Bolbec, ne voit ses revenus estimés qu'à 2 000 francs. Il fait pâle figure à côté d'un Bréard, négociant retiré à Harfleur, crédité lui de 15 000 francs, grâce à ses terres. Le parcours semble tout tracé : peut espérer devenir maire, celui qui, fortune faite, l'a investie à la campagne et s'y est retiré. Un tel parcours reste cependant rare. Encore une fois, les paysans préfèrent élire un des leurs.

19Quant aux adjoints, on retrouve l'écart avec les maires déjà noté pour les professions : le pourcentage des revenus inférieurs à 1 000 francs est déjà nettement plus fort (27,5 %). Ici, ce sont plus des trois quarts, dont le revenu est inférieur à 2 000 francs. Chargé d'aider le maire, de le suppléer si besoin, l'adjoint n'a pas besoin d'être placé par sa fortune à la tête de la communauté villageoise.

  • 37 M. Agulhon et alii, op. cit., p.70.

20Dernier élément pour compléter ce tableau des maires et adjoints, l'étude des âges. Homme mûr - un quart a entre quarante et quarante-neuf ans et un tiers entre cinquante et cinquante-neuf ans-, le maire n'est pas pour autant un vieillard. Les conseillers ont choisi des hommes dans la force de l'âge : 53,23 ans en moyenne. On n'est pas très éloigné de la moyenne calculée par l'enquête mentionnée plus haut, qui était de 49,6 ans, en 185037. La très grande majorité des maires élus en août 1848 étant encore en poste deux ans plus tard, c'est donc un écart de quatre-cinq ans, par rapport à cette moyenne qu'on peut constater. Plus riche qu'ailleurs, le maire cauchois serait aussi légèrement plus âgé. L'explication est sans doute la longévité dans la fonction. Peu touchés par les changements, les maires atteignent un âge plus avancé.

21L'écart avec les adjoints est cette fois-ci faible. Une différence apparaît seulement aux deux extrémités du graphique : moins d'adjoints jeunes et plus d'adjoints d'un âge avancé que pour les maires. Jeune, le maire s'appuiera sur un adjoint plus âgé, sans doute plus au courant des affaires municipales.

L'ABSENCE DE CHANGEMENTS

  • 38 Cf. note 10.

22Une fois ces maires décrits, revenons à la Question de départ : l'adoption du suffrage universel a-t-elle fait émerger une nouvelle génération d'édiles locaux ou a-t-on affaire aux mêmes que sous la Monarchie bourgeoise ? Les chiffres sont sans appel : 76, soit 66,6 % des maires étaient déjà là avant février. La faiblesse du renouvellement ne fait pas de doute. Ce sont les maires choisis par le pouvoir en place avant la Révolution, que les conseillers se sont empressés de conforter dans leur position. Pour les adjoints, le changement est un peu plus important : 44 % sont nouveaux à ce poste. On peut y voir le signe d'une plus grande indépendance vis à vis des maires. Avant février, ils étaient nommés, en général, avec l'accord ou selon le choix de ces derniers. Dorénavant, le conseil peut imposer qui il veut au maire, d'où peut-être ce plus fort taux de renouvellement. Pour les maires, le plus étonnant dans cet immobilisme, est la reconduction, dans le même temps, d'un fort pourcentage de ceux qui avaient été nommés après février : sur vingt-huit nouveaux maires, treize ont été élus, soit 46 %. Il faudrait, de plus, tenir compte des deux maires provisoires élus adjoints. C'est donc plus de la moitié des nominations faites par Deschamps, qui ont trouvé grâce auprès des électeurs. André Siegfried faisait de l'acceptation du pouvoir en place un trait de la mentalité cauchoise38, ce que semble confirmer ce parti pris de voter pour les maires nommés par les régimes successifs. Les élections de 1848 sont loin d'avoir permis l'émergence d'hommes neufs : ils sont à peine un sur cinq.

  • 39 A. Siegfried, op. cit., p. 241. Son père, Jules Siegfried, candidat républicain, avait échoué face (...)
  • 40 Sur l'intérêt de ce type de source, qui permet de mieux appréhender la réalité du suffrage univers (...)

23André Siegfried expliquait aussi l'immobilisme cauchois par les structures foncières, le propriétaire, noble ou non, pesant sur le vote de ses fermiers, qui, à leur tour, contrôlaient le vote de leurs ouvriers : “Il suffira d'ordinaire que le fermier fasse savoir ou laisse savoir à ses domestiques le sens de son vote : il sera passivement suivi, quelque soit le candidat, car jusqu'à présent la classe ouvrière agricole n'a jamais eu d'attitude politique collective et raisonnée ; les pièces d'argent, la boisson, surtout l'influence du maître et du curé ont toujours déterminé son vote”39. Si ces propos s'appliquent à la Troisième République, il est tentant de les prendre pour grille d'analyse dès l'apparition du suffrage universel sous la Seconde. Les plaintes, déposées devant le Conseil de Préfecture, pour l'annulation du scrutin40, permettent de saisir la réalité de ces réseaux d'influence.

  • 41 ADSM, 3 M 1339.
  • 42 ADSM, 3 PP 740 (1).
  • 43 ADSM, 6 M 89.

24Prenons le cas de Saint-Maurice-d'Etelan, près de Lillebonne. Le jour même de l'élection municipale, un additif fut joint au procès verbal, reprenant les plaintes déposées par plusieurs électeurs auprès du maire nommé après février, Sagot. Les plaignants dénonçaient l'influence lors du scrutin de l'ancien maire, Jacques Bettencourt, dont nous avons déjà évoqué le rôle d'homme d'affaires de la marquise de Martainville, principale propriétaire du village : “le citoyen Bettencourt leur avait distribué des bultins écris de sa main et d'un papier très remarquable et qu'ils étaient forcés de les déposer au président41. En tout, ce sont soixante-dix bulletins, sur un total de cent trouvés dans l'urne, qui auraient été écrits, soit par Jacques Bettencourt, soit par son fils. Ceci aurait permis l'élection de huit de ses fermiers, plus un de ses ouvriers. L'étude des matrices cadastrales confirme le poids dans la commune des personnes citées plus haut : sur 1 080 hectares, 835 (77 %) sont la propriété de la marquise de Martainville et 29 de la famille Bettencourt. Le maire provisoire, nommé par Deschamps, doit, lui, se contenter d'un hectare42. Quant au recensement de 185143, il indique le faible nombre d'électeurs bénéficiant d'un minimum d'indépendance : les onze propriétaires cultivateurs pèsent peu face aux trente-trois fermiers et aux soixante journaliers et domestiques de ferme. Cette commune semble si conforme au modèle proposé par Siegfried, qu'on a envie d'en faire l'exemple type d'un Pays de Caux, où le suffrage universel serait resté une illusion, son application se heurtant à une structure sociale, où la grande majorité des électeurs sont en situation de dépendance.

  • 44 Réponse du sous-préfet du Havre à l'enquête parlementaire sur les effets de l'élection des maires (...)

25Dernière explication de l'immobilisme, celle avancée par le sous-préfet. Début 1850, alors que l'idée d'une remise en cause du suffrage universel progressait dans l'opinion parlementaire, les préfets furent chargés d'une enquête sur les effets de l'élection par les conseillers municipaux des maires et adjoints. Pour l'arrondissement du Havre, le sous-préfet conclut à l'inutilité, dans l'immédiat, d'une réforme : “si partout en France la loi de 1848 n'avait pas fait plus de mal qu'ici, on pourrait fort bien songer à ne pas la modifier44. Se penchant sur l'immobilisme du pays de Caux, il l'expliquait par l'influence locale de quelques familles. Les changements auraient leur origine dans les luttes entre clans familiaux : “Là où des changements ont eu lieu, la politique y a été à peu près toujours étrangère, et ils n'ont été déterminés que par les luttes d'influence purement locales. Dans les moindres localités, il y a deux ou trois familles principales qui se disputent l'importance des premiers rôles. Autour de ces familles, viennent se grouper les influences secondaires et les diverses fractions de la population, et de ces luttes d'amours propres sortent des divisions, des haines vivaces, qui se font jour dans les scrutins municipaux”.

  • 45 ADSM, 3 U 2/1322, Tribunal correctionnel du Havre, dossiers de procédure, 1848.
  • 46 ADSM., 3U2/1002, Tribunal correctionnel du Havre, Jugements, 1847-1848.

26Là aussi, l'étude cas par cas des communes permet de retrouver la trace de ces luttes d'influence, opposant plusieurs clans et se focalisant sur les questions de gestion communale. Prenons l'exemple de Sausseuzemare, près de Goderville : une dénommée Catherine Brindel y est en septembre 1848 poursuivie par le maire devant le tribunal correctionnel pour injures et diffamation à la sortie de la messe. Elle l'aurait traité de “voleur” et de “scélérat”, ainsi que l'ensemble du conseil municipal45. Le peu d'empressement du juge de paix de Goderville, dans un premier temps, à donner suite à cette plainte jette un éclairage sur les conflits du village. Ce magistrat, dans une lettre au procureur, excuse la conduite de l'accusée, estimant que les élections ont été probablement irrégulières. Celle-ci et une partie du village reprochent au maire de s'enrichir avec les fonds destinés à l'entretien des chemins. L'affaire se finira par une amende de seize francs, prononcée en correctionnelle46.

  • 47 A.N., F 1c III Seine-Inférieure 6, Rapports préfectoraux, Élections de 1831 à 1877.

27Ces conflits locaux découlent parfois de l'éclatement de l'habitat, en hameaux. Des rivalités géographiques expliquent alors la composition du conseil et l'élection du maire. Ainsi à Saint-Sauveur-d'Emalleville, le sous-préfet, souhaitant obtenir la révocation du maire Mauger, l'accuse de s'être arrangé pour ne faire élire que des habitants de Saint-Sauveur, ce qui a conduit à la non représentation au conseil d'Emalleville, où se trouvent pourtant l'église, l'école et les bâtiments communaux47. Ceci n'a fait qu'exacerber la rivalité entre les deux parties de la commune. La solution proposée sera de diviser désormais celle-ci en deux sections électorales.

  • 48 Weber, La fin des terroirs, op. cit. Notons que Weber n'a pas généralisé sa thèse d'une politisati (...)
  • 49 Pour une approche ethnologique de ces familles de notables ruraux, qui ont su traverser les siècle (...)

28L'existence de ces conflits locaux a souvent conduit à nier la possibilité d'une vie politique au village48. Les élections découlant de l'affrontement entre clans ou de la volonté de tel ou tel grand propriétaire de contrôler la municipalité, la politique n'aurait pas droit de cité dans les campagnes françaises avant l'extrême fin du XIXe siècle. Est-ce si sûr ? L'existence de ces conflits entre familles, qu'on pourrait tout autant trouver dans les communes du XXe siècle49, suppose-telle forcément que le débat public reste inexistant ?

COMMUNES ET CONFLIT RELIGIEUX

  • 50 Nous avons dépouillé essentiellement deux titres, le Progressif cauchois (cf. note 19) et le Journ (...)
  • 51 Honoré de Balzac, Les Illusions perdues, Édition complète du club français du livre, 1962, t.4, p. (...)

29Pour avancer dans ce débat, nous souhaiterions explorer une autre voie que celle qui consiste uniquement à enregistrer la réélection des maires et adjoints. Les nominations faites par Deschamps avaient déjà montré l'existence d'un camp du progrès, bien timide encore. La lecture de la presse locale des années 1840 s'avère riche en renseignements sur les tensions internes aux villages50. Que l'on prenne le Progressif cauchois, organe d'un républicanisme, se réfugiant derrière l'étiquette radicale avant 1848, puis “démoc.-soc.” après Février, ou le Journal de l'arrondissement du Havre, partisan de la Monarchie bourgeoise, avant de se rallier à la République modérée, chacun des deux titres se fait régulièrement l'écho de conflits locaux ayant opposé ici et là la mairie et l'Église ou des villageois aux deux pouvoirs coalisés. On pourrait négliger ces articles : non signés, attribués à un correspondant local à l'existence énigmatique, ne sont-ils pas le simple fruit d'une imagination anticléricale, prompte à charger de tous les maux le clergé ? Si on prend le temps de trier un peu ces échos locaux, deux catégories apparaissent. Certains articles évoquent la situation de villages, dont le nom n'est jamais donné, ce qui ne peut que faire douter l'historien de la réalité des faits. N'a-t-on pas affaire à ces “canards”, fréquents dans la presse de l'époque et dont Balzac attribue, dans les Illusions perdues, l'invention à Franklin51 ? Très souvent, par contre, le nom du village est clairement indiqué : le curé et le maire, dont on relate l'opposition ou qu'on dénonce conjointement ne sont plus des personnages, incarnant une situation type, vision qu'aurait le journaliste des campagnes, mais deux êtres clairement identifiés. L'existence parfois d'une lettre de protestation du curé mis en cause montre que les faits incriminés, même si le journal s'est donné un malin plaisir à les grossir, ont un fond de vérité. A contrario, alors que ces journaux doivent une partie de leur copie aux lettres de protestation de personnes s'estimant mises en cause par des articles, l'absence, le plus souvent, de réclamation des curés dénoncés ne prouve-t-elle pas que les faits, même s'ils sont déformés, restent exacts dans leurs grandes lignes ?

  • 52 Sur la question des emplacements pour les non catholiques, Philippe Manneville, “Des cimetières po (...)
  • 53 Écrivain célèbre dans les années 1840 pour ces romans sentimentaux et ces chroniques mondaines, Al (...)

30Ces faits en quoi consistent-ils ? La première source de conflit mettant en cause les maires et les desservants porte sur la question des enterrements. Soucieux de séparer l'ivraie du bon grain, certains curés tiennent à rappeler aux fidèles que l'attribution des derniers devoirs n'est pas automatique et, surtout, n'entendent pas perdre le contrôle de l'inhumation dans le cimetière, qui, en général, jouxte l'église. Ceci entraîne, ici et là, des refus de voir enterrer dans le cimetière communal, soit ceux dont l'existence a contredit l'enseignement divin (filles mères, concubins et concubines, ex-prêtres mariés durant la Révolution), soit les adeptes de la religion réformée52. Cette prétention à garder le contrôle des inhumations se heurte au maire ou au conseil municipal, soucieux de faire prévaloir leurs droits, reconnus par la loi du 13 prairial an XII., qui attribue au maire la police des cimetières. Prenons un exemple parmi d'autres : rédacteur du Journal de l'arrondissement du Havre, Alphonse Karr53, relate dans le numéro du 16 novembre 1851, l'attitude du curé de Fontaine-la-Mallet, qui a refusé d'enterrer une servante à cause de “quelque bruit malveillant qui avait couru autrefois sur quelque entraînement de la jeunesse de cette fille”. Ceci a conduit à l'intervention du maire, qui est passé outre. Derrière ce conflit pour le contrôle des inhumations, comment ne pas voir l'apparition d'un débat au niveau du village sur la frontière entre pouvoir laïc et pouvoir religieux ?

  • 54 ADSM, 3 M 1437, Élections municipales, Trouville-Aliquerville, 1831-1932.
  • 55 Journal de l'arrondissement du Havre, 7 mars 1850.
  • 56 Progressif cauchois, 27 juillet 1850. Cf. aussi, ADSM, 3 M 1326, Élections municipales, Sainte-Mar (...)

31Deuxième source de conflits, le contrôle de l'école. La loi Guizot, du 28 juin 1833, avait exigé de chaque commune l'ouverture d'une école. Elle avait d'autre part placé les instituteurs sous le contrôle des maires, tout en affirmant le principe de la liberté de l'enseignement primaire. La construction de l'école fut, ici et là, une première pomme de discorde. Les finances communales rendaient difficiles l'entretien à la fois d'un presbytère et d'une école, d'où la tentation d'économiser sur l'un pour ouvrir l'autre. La présence ou non de membres de la fabrique au conseil municipal pouvait faire pencher la balance dans un sens ou l'autre. Prenons le cas de Trouville-Aliquerville : dans une lettre au commissaire provisoire de la République, quelques citoyens dénoncent en mars 1848, l'acquisition d'un nouveau presbytère, au détriment de l'école. Ils réclament la mise en place d'un nouveau conseil municipal, qui revendrait ce bâtiment et utiliserait la moitié des fonds “pour embellir et assainir la classe54. L'autre pomme de discorde est le contrôle de l'instituteur. Faisant souvent aussi office de sacristain, il se trouvait tout désigné pour devenir une cause d'affrontement entre les deux pouvoirs. La presse se fait écho, de temps à autre, de ce type de conflits. Le desservant, reprochant à l'instituteur ses opinions, fait pression sur les parents, pour qu'ils ne lui confient plus leurs enfants. A La Remuée, il n'hésite pas à menacer ceux qui passeraient outre d'un refus d'administrer la première communion55. Le conseil municipal, à qui revient le choix de l'instituteur, n'a plus alors qu'à se soumettre au veto du desservant ou à lui tenir tête. A Sainte-Marie-au-Bosc, la décision du maire, en juillet 1850, de révoquer un instituteur en place depuis plus de vingt ans, ancien soldat de la garde impériale et républicain, en but bien évidemment à l'opposition du clergé local, provoqua la démission de six conseillers municipaux sur dix, dont l'adjoint56.

  • 57 Progressif cauchois, 18 février 1846.

32A côté de ces deux grands types de conflits, d'autres existent, tel celui sur la fermeture des cabarets pendant l'office divin. A chaque fois, c'est la place de l'église dans la vie du village, qui est en cause, le maire et le conseil municipal penchant soit pour le respect de l'autonomie du pouvoir temporel et pour sa suprématie dans des domaines comme les enterrements et l'instruction, soit se rangeant aux désirs du desservant, quitte à mécontenter une partie des habitants. Dès 1846, le Progressif cauchois notait cette coupure des communes en deux : “Il n'est presque pas de communes rurales qui ne soit divisée en deux camps : l'un spirituel, l'autre temporel. M. le maire est à la tête des Gibelins ; les Guelfes obéissent avec non moins de dévouement à M. le curé57. Il importe évidemment de prendre ces propos avec recul : le journaliste ne prend-il pas ses rêves pour la réalité ? Ceci dit, au delà de la part d'exagération, c'est un écho bien différent sur le conservatisme cauchois. Loin d'être absente du village, la politique y a déjà fait son apparition, sous la forme d'un des conflits majeurs du XIXe siècle, celui sur la place respective du pouvoir laïc et du pouvoir religieux. Si on revient aux élections de juillet 1848, la reconduction de la majeure partie des anciens maires, au-delà des explications vues plus haut, ne trouve-t-elle pas aussi sa source dans l'autonomie, dont une partie d'entre eux ont su faire preuve vis à vis du pouvoir religieux ? Les électeurs, en plébiscitant les administrations nommées sous Louis-Philippe, leur en seraient entre autre reconnaissants.

Notes

1 Victor Hugo, Choses vues, 30juillet 1848, Édition Gallimard-Folio, 1972, p. 351.

2 Raymond Huard, Le suffrage universel en France, 1848-1946, Aubier, 1991, p. 30-38.

3 André-Jean Tudesq, “Institutions locales et histoire sociale : la loi municipale de 1831 et ses premières applications”, in Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice, 1969, n° 9-10, p. 327-363. Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Gallimard, 1992, p. 268-272.

4 Sur la théorie du citoyen capacitaire, Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Gallimard, 1985, p. 95-132.

5 Pour les résultats de cette enquête en Seine-Inférieure, ADSM (Archives Départementales de la Seine-Maritime), 3 M 581, Élections municipales et constitution des municipalités, 1848-1851.

6 Sur ce débat : “Les paysans et la politique 1750-1850”, Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 1982, n° 2 ; Eugen Weber, La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983.

7 Eugen Weber, Ma France, Paris, Fayard, 1991, p.184.

8 Sur ces formes de domination, Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois 1760-1848, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1987.

9 J. Sion, Les paysans de la Normandie orientale, Paris, 1909 (nouv. édition Brionne, 1981). Sur la mise en place des structures foncières du Pays de Caux, Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le Pays de Caux : conjoncture économique et démographique et structure sociale dans une région de grande culture, de la crise du XVIIe siècle à la stabilisation de la Révolution, 1640-1795, Paris, Éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 1989, X-661p.

10 André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest, Paris, 1913, p. 243-247.

11 Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire. Du négoce à l'industrie, 1800-1914. La vie politique et sociale, Le Havre, 1984, p. 25-26.

12 DSM, 3 M 581.

13 Rappelons que le Gouvernement provisoire avait décidé, le 25 février, le rétablissement du drapeau bleu-rouge-blanc de 1792. Cette mesure ne fut abandonnée que le 7 mars. Sur cette question, Maurice Agulhon, Les Quarante-huitards, Gallimard-Archives, 1975, p. 117-128.

14 Délibération du 17 mars 1848 du conseil municipal de Gonneville, ADSM 1 M 165.

15 Délibération du 5 mars 1848 du conseil municipal de La Poterie, ADSM 1 M 165.

16 Adresse du conseil municipal de Sainte-Marie-au-Bosc, 10 mats 1848, ADSM 1 M 165.

17 ADSM, 3 M 1171, Élections municipales, Norville, 1815-1934.

18 ADSM, 3 U 2/1318, Tribunal correctionnel du Havre, Dossiers de procédure, janvier-mars 1847.

19 Bihebdomadaire, fondé par Paul Vasselin en 1841, ce journal ne disparut qu'en 1851, victi-me du coup d'État. La bibliothèque historique de Fécamp en possède une collection complète. Sinon, cf. BN, JO 79.

20 Maurice Agulhon, “Madame Bovary : une lecture historique”, in Études normandes, 1992, n° l, p. 7-19.

21 Gustave Flaubert, Madame Bovary, Éd. Le Livre de Poche, Paris, 1972, p. 83.

22 ADSM, 3 M 723, Élections municipales, Beaurepaire, 1815-1934.

23 Pour deux communes, nous n'avons pas retrouvé les listes électorales de 1846. Pour les autres, on arrive à un total de 48 sur 87, dont le nom figure sur cette liste. Le pourcentage, ainsi calculé, est évidemment à manipuler avec prudence : en deux ans, certains ont pu atteindre l'âge requis pour être électeur ou changer de commune.

24 ADSM, 3 M 1171, Élections municipales, Norville, 1815-1934.

25 On appelle ainsi en cauchois le centre de la commune, où sont localisées l'église, la mairie et l'école.

26 Les résultats des élections municipales sont conservés pour tout le XIXe siècle, commune par commune, dans la série 3 M des Archives départementales.

27 Élections municipales, Norville, 1815-1934, ADSM, 3 M 1171.

28 Le recensement de 1851 décompte 21 propriétaires cultivateurs pour 70 fermiers. Cf. ADSM, 6 M 89, Recensement de 1851, canton de Lillebonne.

29 ADSM, 3 M 581. Nous n'avons pas pris en compte les villes de Fécamp, Bolbec, Lillebonne, Ingouville, Graville et Le Havre. Manquent par ailleurs les communes d'Oudalle et Saint-Vigor-d'Ymonville. Le total des maires étudiés est de 114 et celui des adjoints de 116, Montivilliers et Sanvic ayant deux adjoints.

30 Jocelyne George, Les Maires dans le département du Var, 1800-1940, Thèse dactyl. pour le doctorat d'État, Université Paris I, 1987, p. 399.

31 Maurice Agulhon, Louis Girard, Jean-Louis Robert, William Serman et collaborateurs, Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p.78 et 97.

32 On ne trouve que les arrondissements de Saint-Denis et de Brignoles, mais le taux de communes, où les revenus du maire sont inconnus, est tel, que les résultats sont complètement faussés.

33 M. Agulhon et alii, op. cit., p. 77.

34 Circulaire d'Edmond de Lillers, publiée dans le Progressif cauchois du 25 juillet 1846.

35 Ainsi, pour le Morvan, Marcel Vigreux note lors des élections “la rentrée en scène et même l'offensive des châtelains légitimistes de la grande noblesse propriétaire”. Cf. Marcel Vigreux, Paysans et notables du Morvan au XIXe siècle, Clamecy, 1987, p. 269.

36 ADSM, 3 M 1339, Élections municipales, Saint-Maurice-d'Etelan, 1815-1930.

37 M. Agulhon et alii, op. cit., p.70.

38 Cf. note 10.

39 A. Siegfried, op. cit., p. 241. Son père, Jules Siegfried, candidat républicain, avait échoué face au vote rural, dans la circonscription de Bolbec, aux élections législatives de 1877.

40 Sur l'intérêt de ce type de source, qui permet de mieux appréhender la réalité du suffrage universel, dans la France du XIXe siècle, Alain Garrigou, Le vote et la vertu. Comment les Français sont devenus électeurs, Paris, F.N.S.P., 1992.

41 ADSM, 3 M 1339.

42 ADSM, 3 PP 740 (1).

43 ADSM, 6 M 89.

44 Réponse du sous-préfet du Havre à l'enquête parlementaire sur les effets de l'élection des maires et adjoints, 14 février 1850, ADSM, 3 M 581.

45 ADSM, 3 U 2/1322, Tribunal correctionnel du Havre, dossiers de procédure, 1848.

46 ADSM., 3U2/1002, Tribunal correctionnel du Havre, Jugements, 1847-1848.

47 A.N., F 1c III Seine-Inférieure 6, Rapports préfectoraux, Élections de 1831 à 1877.

48 Weber, La fin des terroirs, op. cit. Notons que Weber n'a pas généralisé sa thèse d'une politisation tardive à l'ensemble du territoire français, mais l'a présentée pour les régions restées les plus reculées, à l'opposé donc d'un Pays de Caux largement ouvert sur l'extérieur. Du même, voir aussi dans l'ouvrage Ma France (op. cit.), le chapitre 7 “La Deuxième République, la politique et le paysan” et le chapitre 8 “Comment la politique vint aux paysans”, où il nuance sa position. L'approche ethnologique, qui met en avant ces conflits entre clans, est celle qui conduit à situer le plus tard la politisation. Cf. Pierre Vallin, Paysans rouges du Limousin. Mentalité et comportement politique à Compreignac et dans le nord de la Haute-Vienne, 1870-1914, Paris, L'Harmattan, 1985.

49 Pour une approche ethnologique de ces familles de notables ruraux, qui ont su traverser les siècles, Marc Abéles, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d'un département français, Paris, 1989.

50 Nous avons dépouillé essentiellement deux titres, le Progressif cauchois (cf. note 19) et le Journal de l'arrondissement du Havre (BN, JO 1802). Ce dernier, publié à Ingouville, s'adressait aux lecteurs des faubourgs du Havre et de la campagne cauchoise. Sur ce journal, Pierre Ardaillou, “Un “républicanisme du lendemain”. Le Journal de l'arrondissement du Havre, 1848-1851”, Études Normandes, 1993, n° l, p. 57-72.

51 Honoré de Balzac, Les Illusions perdues, Édition complète du club français du livre, 1962, t.4, p.736.

52 Sur la question des emplacements pour les non catholiques, Philippe Manneville, “Des cimetières pour les non catholiques en Seine-Inférieure au XIXe siècle”, in Protestants et minorités religieuses en Normandie, Actes du 20e Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie des 3 au 7 septembre 1985, Rouen, Société Libre d'Emulation de la Seine-Maritime, 1987, p. 241-252.

53 Écrivain célèbre dans les années 1840 pour ces romans sentimentaux et ces chroniques mondaines, Alphonse Karr s'était entiché de la côte cauchoise. Après avoir mis à la mode Etretat, il s'installa à Sainte-Adresse. Pendant toute la fin la Seconde République, il fut l'éditorialiste du Journal de l'arrondissement du Havre.

54 ADSM, 3 M 1437, Élections municipales, Trouville-Aliquerville, 1831-1932.

55 Journal de l'arrondissement du Havre, 7 mars 1850.

56 Progressif cauchois, 27 juillet 1850. Cf. aussi, ADSM, 3 M 1326, Élections municipales, Sainte-Marie-au-Bosc, 1815-1929.

57 Progressif cauchois, 18 février 1846.

Auteur

Agrégé d'histoire

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540