Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

La période directoriale : immobilisme et violence

Sociétés politiques et administrations locales sous le Directoire faits et interprétations (quelques exemples de chef-lieux de cantons entre Saône et Loire)

Bernard Gainot

Texte intégral

  • 1 Les cartes générales de la France Directoriale reflètent ces incertitudes ; Lynn Hunt (“The politi (...)
  • 2 Bernard Gainot, “le département de Saône-et-Loire à la fin du Directoire”, in Actes du 113E Congrè (...)
  • 3 Bernard Gainot, “Les adresses de félicitations parvenues au Corps législatif à l'occasion des jour (...)
  • 4 A.N., F1 cIII (Esprit public et élections) Saône-et-Loire (8). (Correspondance générale).

1La Saône-et-Loire compta parmi les départements les plus agités pendant la période Directoriale. Il est bien difficile de lui attribuer une dominante politique claire : si aucune menace d'insurrection anti-révolutionnaire d'envergure n'est présente, en revanche, on hésite longuement avant de l'étiqueter comme “modéré” ou “néojacobin”1. Tous les ans, la période électorale concentrait les tensions politiques, et provoquait des incidents plus ou moins graves. Nous ne repartirons pas de l'analyse de ces luttes électorales, qui ont été évoquées par ailleurs2. Il y a d'autres pistes pour mesurer la “politisation” du département : les nombreuses adresses qui émanent des autorités constituées, ou bien des groupes plus ou moins institutionnalisés de “citoyens”, de “républicains”3 ; l'attention toute particulière que le ministère de l'Intérieur portait à la situation locale, présente sous forme de correspondances secrètes avec des informateurs locaux, doublant ainsi le réseau administratif officiel4.

2Mais quelle est la nature de cette politisation ? La période révolutionnaire, et tout particulièrement la période Directoriale, nous paraît importante à ce sujet, car elle constitue une séquence privilégiée de traduction des tensions locales (la question des subsistances, la crise des circuits de commercialisation des produits agricoles, les problèmes du métayage et des biens communaux, etc…), en codes de références partisans déterritorialisés (les “patriotes” et les “fanatiques”, les “honnêtes gens” et les “anarchistes”, etc…). L'événement majeur, dans cette optique, pour la Saône-et-Loire, fut la crise fédéraliste de l'été 1793 et le siège de Lyon.

LE CADRE ADMINISTRATIF, POLITIQUE, ÉCONOMIQUE

  • 5 Pour les chiffres de population, nous prenons comme référence le recensement de l'an VIII, car il (...)

3Nous avons mené cette étude dans un nombre limité de cantons (le canton étant le cadre administratif de référence pour toute étude du pouvoir local à l'époque directoriale) ; le chef-lieu de canton est une petite ville de 1 000-2 000 habitants ; Digoin (2 230), Givry (2 600), Gueugnon (1 240), Issy-L'évêque (1 700), Paray-le-Monial (2 850), Perrecy-les-forges (1 400), Toulon-sur-Arroux (1 600), Montcenis (18 60), Mont-Saint-Vincent (700), Joncy (1 030), et enfin Buxy (1 600)5.

  • 6 AN F1 bII (Saône-et-Loire, 1 ; affaires communales générales) Opinion de Nardon, président de l'ad (...)
  • 7 Voir notamment les compte-rendus du commissaire central Nicolas Carteron, AN, F1 CIII Saône-et-Loi (...)

4Un échantillon homogène par la taille, mais aussi par les fonctions administratives : lieu de résidence de l'administration municipale, mais aussi lieu de réunion des assemblées primaires chaque année au début du mois de germinal, les bâtiments publics du chef-lieu de canton voient se dérouler les affrontements entre les “anarchistes” et les “honnêtes gens”. Les onze cantons de notre échantillon ont tous été troublés par ces luttes politiques ; à mi-chemin de la situation Mâconnaise où la domination néo-jacobine sur la ville paraît si bien établie à la fin du Directoire, que les modérés la présentent comme désertée par les bourgeois aisés qui préfèrent se retirer à la campagne pour éviter injures, vexations de tous ordres, voire coups lorsqu'ils sortent de chez eux6 ; à l'autre extrémités, la Bresse, où les notables modérés ont fini par s'imposer, sur le modèle du Jura limitrophe, instaurant, aux dires des commissaires du pouvoir exécutif, une véritable terreur au profit des “ennemis de la révolution”, tolérant la restauration du culte catholique, rusant avec la conscription7.

  • 8 Bernard Gainot, thèse, op. cité : II e partie, chapitre III ; les “réseaux néo-jacobins”, p. 495-5 (...)

5Les fonctions économiques de ces petites villes sont plus diversifiées : la fonction portuaire de Digoin diffère beaucoup des marchés locaux de Montcenis ou Mont-Saint-Vincent, ou du centre viticole de la Côte Chalonnaise qu'est Buxy. Toutefois, ce qui peut les rapprocher, c'est leur situation sur l'axe médian qui traverse le département pour joindre la Saône à la Loire : des routes de desserte locale jalonnées de relais de poste et de brigades de gendarmerie, mais surtout le canal du centre, achevé en Novembre 1793, à proximité duquel se multiplient les établissements industriels : les forges de Gueugnon et de Perrecy, la fonderie du Creusot, les puits de mine de Banzy (sur le canton de Montcenis). Contrôle de la poste aux lettres, influence auprès des gendarmes, de la population ouvrière ou des maîtres de forges, autant d'enjeux locaux qui ont une signification politique et sociale extra-locale ; c'est ce que nous appelons la “traduction”. Certains groupes politiques, lorsque la conjoncture leur est favorable, s'institutionnalisent en cercles constitutionnels. La caractéristique de la Saône-et-Loire en 1798-99 est que ces structures politiques se manifestent dans ces petites villes chef-lieux de cantons, alors que, généralement, c'est le chef-lieu du département ou les anciens chef-lieux de districts qui monopolisent l'expression politique officielle. Nous avons caractérisé cette situation comme expression d'un “réseau néojacobin”. Un tel “réseau” peut être observé dans une dizaine d'autres départements à la fin du Directoire, comme de Doubs, le Var, le Puy-de-Dôme, l'Hérault, etc…8.

  • 9 Les adresses permettant d'identifier les groupes sont dans AN, C 685, C 686, AFIII 257.
  • 10 Atlas Historiques de la Révolution Française, fascicule 6 (“Les sociétés politiques”), sous la dir (...)
  • 11 AD Saône-et-Loire ; registre de délibérations municipales de la municipalité de canton de Toulon-s (...)
  • 12 id. registre de délibérations de la municipalité de canton de Paray.

6Trois cercles constitutionnels s'expriment sous ce nom en 1799, ou bien sous celui de “société politique” ; à Buxy, à Issy-l'évêque, à Toulon-sur-Arroux. Remarquons que ces trois sociétés ne se sont pas institutionnalisées dans la période plus favorable qui suivit le 18 fructidor an V, restant à l'état de “groupes de républicains”, de “groupes de citoyens” ; ces “groupes” se manifestent à plusieurs reprises à Givry, à Joncy, à Paray9. Groupes et sociétés politiques du Directoire sont un héritage des premières années de la décennie révolutionnaire, dans neuf cas sur onze. Huit localités avaient déjà un club implanté en 1790-1791. Gueugnon et Issy-L'évêque ont connu le développement d'une importante société populaire en l'an10. Il n'y a guère qu'à Joncy où l'on ne trouve aucune mention de groupe politique avant l'an VII. Ce simple fait conduirait d'ailleurs à revoir les conclusions hâtives selon lesquelles le phénomène des clubs politiques se serait vidé de toute substance après l'an II, et qu'il n'y a plus de créations significatives après cette période. Très vite, sous diverses appellations, les républicains ont cherché à se regrouper et à maintenir l'association, une des colonnes de la “démocratie représentative”. Le 6 germinal an IV (Mars 1796), à Toulon-sur-Arroux, des “patriotes de 89” demandent à l'administration municipale le droit de se réunir dans la ci-devant église paroissiale, deux fois par décade11 A Paray, en frimaire an IV (Décembre 1795), des “citoyens” ont voulu former une “réunion” pour “y lire les nouvelles, et y goûter les douceurs que présentent naturellement à des hommes faits pour la société les réunions fréquentes de plusieurs…12.

  • 13 Buxy : 60 signataires (3,75 %)
    Issy : 33 signataires (1,94 %)
    Paray : 41 signataires (1,46 %)
    Toulon  (...)

7Que représentent les sociétaires par rapport à la population communale ? Il est difficile de le préciser rigoureusement. Par méthode de comptage des signatures au bas des adresses, nous obtenons une moyenne de 3,43 %13. Bien qu'en retrait par rapport à l'an II, la proportion atteste cependant la permanence du phénomène.

  • 14 Atlas Historique de la Révolution française, op. cité, p. 39.

8Il faut néanmoins apporter deux correctifs à cette quantification ; le nombre des signataires ayant été rapporté à la population communale, ne vaudrait-il pas mieux le rapporter à la population cantonale ? Une réponse nette est difficile à apporter ; la remarque faite pour la période 1790-1794, est encore bien plus valable pour le Directoire : “Centre de l'activité politique locale, le chef-lieu de canton s'affirme également comme le lieu quasi-exclusif de la sociabilité politique14.

  • 15 Voir plus loin ce qui concerne l'érudit local Paul Montarlot.
  • 16 AN, AFIII 258.

9D'un autre côté, le décompte des signataires ne permet pas d'enregistrer les analphabètes. Ces derniers ont bien souvent recours à un sociétaire qui signe à leur place (pratique qui autorise plus d'un historien à jeter le doute sur la représentativité de ce type de sources15 ; ce recours n'est pourtant pas exclusif. A Paray, on mentionne que 69 citoyens “qui ne savent pas signer, ont adhéré à l'adresse, après en avoir ouï lecture16. Les analphabètes représentent 30 % du total des signataires : pourcentage plausible, qui majore d'autant l'importance numérique du groupe politique.

AUTONOMIE DU CHAMP POLITIQUE PAR RAPPORT A L'APPAREIL ADMINISTRATIF

10Le glissement du groupe local informel de républicains vers la société politique institutionnalisée dépend directement de l'attitude des autorités locales. Si des cercles constitutionnels peuvent s'implanter à Buxy, à Givry, à Toulon-sur-Arroux, à Issy, c'est parce que les néo-jacobins contrôlent les administrations municipales. A l'inverse, là où les modérés contrôlent bien la situation locale, comme à Digoin, on n'enregistre aucun cercle constitutionnel.

11Le manque d'autonomie de l'espace politique local par rapport aux instances administratives nous amène à souligner l'importance des interventions politiques extérieures. En l'occurence, le rôle de Jacques Reverchon est tout à fait essentiel.

  • 17 Bernard Gainot, “La scène Lyonnaise et les coulisses du Comité de Salut Public”, in “Cahiers de Rh (...)

12Ce dernier, négociant en vins dans le Mâconnais, administrateur départemental, puis Conventionnel, joua un rôle absolument essentiel à Lyon comme représentant en mission17. Thermidorien de gauche, il entreprit une épuration limitée en Saône-et-Loire et dans les départements voisins, pendant l'été 1794. Par la suite, il laissa la place au représentant Boisset, qui mena une épuration “anti-terroriste” beaucoup plus vaste : il écarte la majeure partie du personnel qui avait été installé dans les administrations locales sous le gouvernement révolutionnaire, après le passage à Mâcon du conventionnel Javogues. Pour remplacer ces “terroristes”, Boisset nomme des administrateurs qualifiés de “modérés”, ayant déjà eu une expérience des affaires locales antérieurement à 1793. Ces “modérés” sont bien vite accusés de mener une politique “revancharde” vis-à-vis des anciens exécutants de la politique du gouvernement révolutionnaire. Jacques Reverchon reprend ces accusations à son compte : son titre officiel de “commissaire extraordinaire du gouvernement” au début du Directoire, lui permet de réinstaller comme commissaires nombre des anciens agents de l'an II. Les élections de Germinal an V (Avril 1797) consacrèrent au contraire la victoire des notables “modérés” : victoire contestée par les groupes politiques néo-jacobins, qui relèvent les irrégularités, les intimidations, dont le résultat fut la mise à l'écart de tous ceux qui s'opposaient à la domination des notables qui se reconnaissent désormais dans le parti “Clichyen”.

13Aussi, les lendemains du 18 fructidor fournirent-ils le prétexte à une explosion d'adresses de ces groupes néo-jacobins qui félicitaient le Directoire pour avoir réalisé le coup d'état (certains de ces groupes s'institutionnalisant comme cercles constitutionnels), d'une part ; et d'autre part, à un vaste mouvement de commissaires cantonaux. Par l'intermédiaire de l'administration centrale “régénérée”, c'est toujours Jacques Reverchon qui eut la haute main sur les nominations, à tel point que les “modérés” dénoncent une nouvelle fois le “proconsulat” de ce dernier dans le département. Reverchon est alors proche du directeur Reubell, dont il a failli devenir le gendre. Mais les affaires privées, autant que le cours politique, vont progressivement éloigner Reverchon du Second Directoire, et le rapprocher d'une opposition néo-jacobine qui gagne du terrain.

  • 18 AD, 3L3 registre des délibérations de la municipalité du canton de Givry ; liste des candidats rec (...)

14Localement, cette opposition néo-jacobine se structure pendant l'année 1798, et parvient à constituer un véritable réseau politique qui recommande des candidats pour les élections de germinal an VI (Mars 1798)18. Les néo-jacobins dominent ces élections, qui sont cassées par le Directoire le 22 floréal an VI (Mai 1798). Les modérés sont progressivement réinstallés aux commandes locales dans les mois qui suivent, et de plus en plus massivement à la veille des élections de l'an VII. Celles-ci, au prix de nombreuses scissions, sont une fois de plus favorables aux néo-jacobins, qui contrôlent le département dans l'été 1799, à la faveur de la “régénération” qui a suivi le coup d'état du 30 prairial an VII.

  • 19 Concertation où la presse démocratique a dû aussi tenir sa place. L'administration municipale de T (...)
  • 20 AN, C 686, et C 582 pour l'adresse de Toulon.
  • 21 id., et C 685 pour Buxy.
  • 22 Christine Peyrard, “Combats Parisiens pour la démocratie de journalistes de l'Ouest”, in “Paris et (...)

15Ainsi, accompagnant ces péripéties extérieures à l'espace politique local, émerge en l'an VII un réseau néojacobin structuré jusqu'aux chef-lieux de cantons. Les nombreuses adresses émises à l'occasion du coup d'état du 30 prairial an VII, aussi bien par des administrateurs municipaux que par des groupes politiques, en sont le témoignage. Le programme exposé dans ces documents, dans des termes identiques, révèle une concertation préalable19. Les adresses de Perrecy et de Toulon demandent des garanties constitutionnelles pour la liberté de la presse, et pour les réunions politiques, ainsi que des lois sévères dont l'objectif serait l'entretien de l'armée au moyen de contributions exceptionnelles sur les “riches égoïstes”20 ; revendications formulées à l'identique dans les adresses des administrations municipales de Mont-Saint-Vincent ou Buxy21. Tout ceci anticipe le “cours nouveau” imprimé au Corps Législatif par les représentants néo-jacobins en messidor an VII (juillet 1799), avec notamment l'emprunt forcé des cent millions, les levées d'hommes sans remplacement, la discussion de lois organiques sur la liberté de la presse ou le droit d'association22.

16Conjoncture nationale, interventions de l'administration centrale, de membres influents de la représentation nationale : autant de circonstances externes qui influencent largement le déroulement des luttes politiques locales. Dans cette configuration, ce sont les commissaires attachés aux administrations municipales de canton qui sont les pièces maîtresses du champ politique.

  • 23 AN, F1 bIi (Saône-et-Loire, 27) ; notamment la lettre de Félix Finance, du 22 brumaire an IV (Nove (...)
  • 24 id. : Pétition du 9 Pluviôse an VIII (Janvier 1800).
  • 25 id., Rapport du commissaire Chamborre du 1er thermidor an VI (Juillet 1798).

17Prenons quelques exemples significatifs. Félix Finance appartient avant la Révolution à la petite noblesse du Charolais. Il embrasse la carrière militaire, puis revient s'installer sur les terres familiales de Sanvignes, dans le canton de Toulon-sur-Arroux, quatre ans avant la révolution. Il participe très activement à la révolution municipale : il fut président, le 29 juillet 1789, d'un “comité municipal” qui renversa la “municipalité royale”, selon ses dires23. Ce que confirment, à leur façon, aussi bien les adversaires de Finance “populaire avant la Révolution, ce conseiller des troubles de nos marchés pendant le long et pénible hiver de 178824, que le commissaire central Chamborre en l'an VI : Finance, selon lui fut “un zélé partisan de la révolution de 1789”, c'est un “tribun populaire… qui stimule l'esprit d'insurrection25.

  • 26 id., lettre de Félix Finance.

18Premier maire élu de Toulon en 1790, il préféra conserver son grade de commandant de la garde nationale. Il reprend le service militaire en 1792, et revient à Toulon, pour des raisons de santé, au début de 1794. Il est nommé agent national, puis fut désarmé comme “terroriste” par Boisset en prairial an III. En brumaire an IV (Novembre 1795), il est choisi comme commissaire cantonal de Toulon. Voici dans quelles circonstances : le représentant du peuple Reverchon est arrivé à Mâcon, alors que l'assemblée électorale terminait ses opérations. Il s'informe sur les opinions des citoyens appelés aux places administratives : selon des renseignements qu'il avait par ailleurs, il suspend ces administrateurs, et il les remplace par “des hommes dont le patriotisme et les talents étaient bien connus”. Ces administrateurs nomment ensuite les commissaires cantonaux, dont Félix Finance : “ils les ont choisis parmi les patriotes prononcés depuis le commencement de la révolution… ils sont républicains, et c'est un titre qui leur procure la haine de bien des gens…26.

  • 27 AD, registres de délibérations de l'administration municipale du canton de Toulon, 3L3 : 16 thermi (...)

19Finance reste commissaire de Toulon pendant toute la période du Directoire ; il est bien secondé à l'administration municipale par l'ancien général Antoine Bard, membre très actif du réseau néo-jacobin qui se manifeste pour les élections de l'an VII. Le canton de Toulon peut donc être considéré comme “néo-jacobin”, dans la stricte limite où cette étiquette ne reflète pas l'état réel de l'opinion publique du canton, mais le contrôle des autorités locales. Il n'y a pas d'expression politique véritablement autonome par rapport à l'appareil administratif ; une dépendance que soulignent encore les contraintes spatiales. Le cercle constitutionnel qui se réunit au cours de l'été 1799, deux fois par décade, tient ses séances “dans les chambres hautes de la maison commune”27. Il apparaît donc comme une simple annexe de l'administration municipale.

  • 28 Rebouillat, “Histoire de Buxy” (1911).
    AN, F1 bII (Saône-et-Loire, 12).
  • 29 AN, C 685 ; adresse de la société politique de Buxy, 23 thermidor an VII (Août 1799).

20A la même époque, au cours de l'été 1799, le président de l'administration départementale est Dominique Dariot, originaire de Buxy. Juge seigneurial avant 1789, Dariot s'engage très tôt dans la révolution ; il devient procureur-syndic auprès de la municipalité de Buxy, officier de la garde nationale, fondateur en 1790 avec son beau-frère Jean-Baptiste Rousselot de la “Société des vrais amis de la Constitution”28 Administrateur départemental en 1793, il se range résolument parmi les organisateurs de la lutte contre les “rebelles de Lyon”. Il n'en conserve pas moins une réputation de gestionnaire, peu porté à l'extrémisme politique, comme ses deux compatriotes Antoine Duréault et Mauguin. Ces deux derniers sont désarmés comme “terroristes”, et même inquiétés par la justice après le 9 thermidor. Mais, selon le renversement de tendance précédemment signalé, Mauguin est choisi comme commissaire cantonal de Buxy en l'an IV. En butte à la municipalité cantonale, contrôlée par des modérés qui ne manquent pas de ressortir les pièces du dossier d'accusation de fructidor an II, Mauguin doit se retirer, et c'est naturellement à Dominique Dariot, beaucoup moins compromis, que l'on fait appel pour reprendre les choses en mains, et mener la “régénération” des autorités locales après le 18 fructidor. Présenté en bonne position sur les listes de candidatures du réseau néo-jacobin, Dariot passe à l'administration centrale en 1798. Il reste en relations avec ses compatriotes, et considère d'un œil favorable la renaissance d'une société politique à Buxy en 1799 ; parmi les cinquante-trois signataires identifiés, nous retrouvons nombre des fondateurs de la Société des vrais amis de la Constitution de 1790, puis de la “société républicaine” de 179429.

21L'exemple de Buxy nous présente donc la permanence des structures politiques sur toute la décennie révolutionnaire (pratiquement sans dissolution après l'an III) ; le relais est assuré par une nouvelle équipe d'administrateurs, moins compromis dans la pratique du gouvernement révolutionnaire, solidaires néanmoins par nécessité de ses agents locaux. Renouvellement bien illustré par Dominique Dariot, authentique “néo-jacobin” de la période Directoriale.

  • 30 Paul Chaussard,Images du passé Digoinais” (Mâcon, 1986).
  • 31 Paul Chaussard, “Les tribulations de Jean-Baptiste François Maynaud de Bizefranc à partir de 1789” (...)
  • 32 Bernard Gainot, “Le général Laveaux, gouverneur de Saint-Dominique, député néo-jacobin”, in “Annal (...)
  • 33 AD, 3L3 ; registre de délibérations de la municipalité de canton de Digoin.
  • 34 5 brumaire an VI (Octobre 1797) ; l'administration centrale suspend l'administration municipale de (...)

22Prenons enfin un troisième exemple, dans le parti opposé aux néojacobins. A Digoin, le président de l'administration municipale jusqu'en 1797 est Jean-Baptiste Maynaud. C'est l'héritier d'une famille d'échevins municipaux appartenant, comme Félix Finance, à la noblesse du Charolais. Le père du maire de 1796, Hugues Maynaud de Bizefranc, est honoré localement pour avoir organisé en 1770 des greniers de subsistance qui permirent à la ville de Digoin de traverser une mauvaise phase de disette30. La révolution bouleversa considérablement les destins familiaux ; Jean-Baptiste Maynaud était inscrit sur la liste des suspects en 1793, et de fait contraint à l'émigration31 ; son frère, Xavier de Pancemont, curé de Saint-Sulpice au début de la Révolution, était devenu à l'étranger l'un des principaux organisateurs du clergé réfractaire. L'aîné, Etienne, était devenu un des principaux généraux de la république ; gouverneur de la colonie de Saint-Domingue, il joua un rôle-clef dans la promotion de Toussaint-Louverture32. Revenons à Jean-Baptiste, véritable gardien local du patrimoine familial, qu'il s'efforce consciencieusement de reconstituer dès lors qu'il a obtenu sa radiation de la liste des émigrés. Attitude qui suscite l'animosité du commissaire cantonal Claude Veillerot, qui accuse Maynaud de négligence administrative et de recel de prêtres réfractaires. L'examen du registre de délibérations de la municipalité cantonale dirigée par Maynaud ne permet pas de soupçonner un quelconque sabotage administratif33 : la tenue des registres est régulière, les contributions rentrent, les fêtes républicaines sont respectées. Il est vrai que, parmi ces fêtes, celles qui ont une signification “anti-anarchiste” (1er messidor an IV pour exprimer les “sentiments de gratitude et de reconnaissance dont le peuple Français doit être pénétré envers le Directoire Exécutif, à l'énergie duquel il doit la découverte de la conspiration abominable du 22 floréal” – il s'agit de la conspiration babouviste – ; et les 9 et 10 thermidor an IV pour “fêter la liberté”) sont organisées avec davantage de solennité que les autres. Mais, après tout, le 1 0 Aôut est également fêté ; rien ne nous autorise donc à suspecter les sentiments “républicains” de ces administrateurs modérés. Il s'agit certes d'une “république conservatrice”, dont la gestion était envisagée selon une approche toute différente de la “République régénérée”, souhaitée par les néo-jacobins. Quant aux prêtres réfractaires, Jean-François Maynaud donne asile dans sa demeure Digoinnaise, depuis brumaire an IV, à un prêtre réfractaire, Jean-Baptiste Lardet. En messidor an V, il recueille un deuxième prêtre réfractaire. Les deux clandestins disent la messe dans le salon privé de Maynaud mais, surtout, ce qui excède largement le respect des dispositions constitutionnelles sur la liberté des cultes, ils pratiquent à cette occasion des remariages. Ce fait compte beaucoup dans la destitution de l'administration municipale de Digoin après le 18 fructidor an V34. Des poursuites nominales sont engagées contre Maynaud, qui voit arriver la 13 pluviôse an VI (Janvier 1798) dans sa résidence un détachement de la force armée conduit par le général Parein du Mesnil, ancien président de la commission militaire de Lyon, présentement habilité pour rechercher les émigrés rentrés clandestinement, et les prêtres réfractaires. Maynaud se voit par la suite rayé du registre civique, et abandonne même son domicile de Digoin, pour se retirer au château de Génelard, sur le canton voisin de Perrecy-les-forges.

23Au gré des retournements locaux et nationaux de la situation politique, les modérés qui se présentent toujours dans leurs textes comme “bons citoyens”, et “vrais républicains” réussissent à préserver leur contrôle des affaires locales. Les néo-jacobins, derrière le commissaire Veillerot, le juge de paix Jacques Brigaud, ou le médecin Deshaires, ne parviennent pas à reconstituer une véritable société politique dans cette cité de négociants et de mariniers.

CLASSE POLITIQUE ET SOCIÉTÉ CIVILE COMMENT INTERPRÉTER LES LUTTES LOCALES ?

  • 35 Voir notamment, de Paul Montarlot,Les députés de Saône-et-Loire aux assemblées de la Révolution  (...)
  • 36 En quatre volumes, Autun, 1903.
  • 37 L. Sciout,Le Directoire” ; en quatre volumes (Paris, 1895-1897).

24Nous avons présenté quelques acteurs du champ politique local, à titre d'exemples : il reste à comprendre la nature de leur insertion dans le milieu local. La tâche est d'autant plus ardue que les érudits locaux, dont les recherches s'avèrent si précieuses pour reconstituer les carrières individuelles, sont majoritairement tributaires de l'historiographie de la fin du siècle dernier, dominée par Paul Montarlot35. Les travaux de ce dernier restent des sources indispensables ; mais ils ont été réalisés dans l'optique apologétique des “Recherches historiques sur la persécution révolutionnaire dans le département de Saône-et-Loire” des abbés Bauzon, Chaumont, et Muguet36 ; et, en ce qui concerne le Directoire, ils reproduisent les parti-pris systématiquement hostiles de Ludovic Sciout37. Montarlot dresse ainsi le tableau d'une classe politique républicaine, incapable et discréditée, entièrement coupée de la société civile ; les aspirations de cette dernière sont bien assumées par ces notables modérés, porte-parole en quelque sorte “organiques” de communautés locales immobiles ou presque ; lors des rares occasions où les résultats des élections ne sont pas faussés par des pressions et des interventions extérieurs, ces notables modérés triomphent, comme ils triompheront après Brumaire.

25Les luttes politiques de la période Directoriale peuvent-elles n'être que les jeux stériles d'un petit groupe de profiteurs et de parvenus coupés de leurs administrés ? Vision réductrice et dogmatique, imprégnée qui plus est de tous ces jugements méprisants et démagogiques sur les “politiciens”, qui allaient fleurir après brumaire. Sans établir de constat définitif, bornons-nous à baliser quelques pistes.

26Dans le canton de Mont-Saint-Vincent, les deux groupes politiques rivaux ont à leur tête des familles de propriétaires fonciers bien implantés, disposant d'un réseau étendu de clientèle parmi les hommes de loi et les gros cultivateurs. Le groupe “modéré” est animé par les Febvre, qui dominent à Mont-saint-Vincent et à Saint-Vallier.

27Les néo-jacobins sont dirigés par les Gacon, qui dominent à Saint-Romain-sous-Gourdon et à Mary. Sous l'influence de ces derniers, l'administration municipale produit des textes aux accents égalitaristes, symptomatiques d'une volonté d'intervention sociale qui déborde – à défaut de les subvertir – les cadres étroits de la société des notables ruraux.

“Citoyens législateurs,… que toutes vos pensées, et vos sollicitudes se fixent sur le bonheur du peuple. On n'a presque rien fait pour améliorer sa situation. Vous réparerez les torts du passé. Vengez cette classe intéressante de ce mépris stupide dont l'orgueil et la sottise l'accablent. N'est-ce pas elle qui donne la vie au corps social, qui compose nos armées, qui fait fleurir les arts et l'agriculture ? Qu'on l'attache enfin à la République par le bien-être et l'amélioration de son existence…”.

  • 38 C 686 ; adresse des administrateurs municipaux du canton de Mont-Saint-Vincent, 23 messidor an VII (...)

28Comme mesures concrètes, les administrateurs de Mont-Saint-Vincent proposent la suppression de la possibilité de s'acheter un remplaçant pour la conscription, et une réforme fiscale qui touche en priorité la “classe riche”38. Rhétorique creuse ? Démagogie pure ? Langue de bois républicaine ? Comme nous l'avons déjà souligné, ces textes contiennent tout un code de référence, essentiel à la traduction des luttes locales dans les enjeux de pouvoir sur le plan national.

  • 39 AD, 3L3 ; registre de délibérations de l'Α.Μ. du canton de Toulon-sur-Arroux, 26 fructidor an IV.

29Exemple de luttes locales ; à Toulon-sur-Arroux, l'administration centrale reconnaît en fructidor an IV (Août 1796) que, “depuis plusieurs années, les biens communaux occasionnent des troubles dans cette commune39. Problème complexe, qui nécessiterait toute une communication complémentaire si on voulait l'exposer dans le détail. Signalons simplement que les jacobins locaux avaient cherché à interpréter la loi de juillet 1793 dans le sens de leurs projets antérieurs de redistribution des terres et d'élargissement de la propriété ; ce partage égalitaire avait été fortement contrarié en l'an III par les modérés, qui ont toléré des empiétements illégaux sur de grandes portions de communaux.

30La commune de Montcenis reçoit le 2 germinal an VII (mars 1799), en pleine tenue des assemblées primaires, la visite des ouvriers du Creusot ;

  • 40 AD Saône-et-Loire, 1L8 Pétition de l'assemblée scissionnaire du canton de Montcenis, 2 germinal an (...)

“Dans la matinée d'aujourd'hui, les citoyens du Creusot, en partie, sont entrés dans la commune de Montcenis, tambour battant, sabre à la main, menaçant indistinctement tous ceux qui leur déplaisaient, notamment les citoyens paisibles des campagnes, trop éloignés des assemblées où leur majorité assurerait de bons choix, et qui ne peuvent résister à l'indignation qu'ils éprouvent en voyant des choix, résultat de cercles combinés à l'avance, et présageant, s'ils étaient tolérés, le retour de l'anarchie, de la terreur”40.

  • 41 id., 3L3.

31L'un des principaux signataires de ce texte est Lazare Garchery, ex-constituant, correspondant officieux du ministre de l'Intérieur François de Neufchateau. Grand propriétaire résidant sur le canton de Dettey, limitrophe tant du canton de Montcenis que du canton de Toulon, il s'est heurté à l'hostilité de Félix Finance dans les circonstances suivantes. Ayant sollicité des troupes auprès de l'administration centrale pour poursuivre des brigands qui auraient désolé les territoires des cantons de Dettey, Toulon-sur-Arroux, Issy-l'évêque, et Gueugnon, Garchery se voit rétorquer par Finance que cette demande de réquisition est tout à fait abusive ; la force publique est détournée de ses missions d'intérêt général pour servir à la défense des intérêts privés de quelques grands propriétaires. Il n'y a pas de brigandage sur le territoire de ces cantons ; les notables veulent simplement que leurs propriétés soient gardées41.

  • 42 AN, F1 cIII (Saône-et-Loire, 8).
  • 43 AN, FlbI 119-120-121 : nominations et destitutions de fonctionnaires pour l'an VII.

32Les interventions de Garchery auprès du ministère de l'Intérieur tendent à obtenir la destitution des commissaires néo-jacobins pour les remplacer par des modérés, qui seraient à même de faire de “bonnes élections”42. Il obtient gain de cause en Ventôse an VII (Mars 1799), lorsque des dizaines d'administrateurs et de fonctionnaires sont révoqués ; épuration qui faut largement à l'origine des troubles électoraux que connut la Saône-et-Loire en 1799, et qui prouve que les néo-jacobins ne furent pas les seuls à solliciter les interventions extérieures43.

  • 44 P. Rebquillat,Histoire de Buxy”, op. cité.

33Une dernière hypothèse reste à envisager ; les rivalités politiques révolutionnaires et post-révolutionnaires ne seraient que le prolongement de rivalités locales antérieures à la Révolution. A Buxy, les rivalités internes au sein des premières municipalités révolutionnaires peuvent se lire comme la volonté de revanche d'hommes de loi, comme Rousselot et Nicolas, évincés par les notables traditionnels qui monopolisaient le pouvoir municipal depuis plusieurs décennies44.

34Les oppositions dans le canton de Mont-Saint-Vincent entre les Febvre et les Gacon recouvrent certes des rivalités intercommunales, mais aussi des oppositions internes à l'appareil judiciaire prévôtal d'Ancien Régime.

  • 45 Henriette Dussourd,Toulon-sur-Arroux, seigneurie de l'abbaye de Cluny” (Moulins, 1964). Pour l'a (...)

35A Toulon-sur-Arroux, la “révolution municipale” conduite par Félix Finance en 1789 secoue la tutelle administrative établie sur la cité par Jean-Philippe Saclier depuis 177345.

  • 46 Georges Fournier,Démocratie et vie municipale en Languedoc”, thèse pour la doctorat d'État (Toul (...)

36Nous pourrions multiplier les exemples ; mais nous ne pouvons que partager les conclusions de Georges Fournier, qui a relevé maints cas identiques dans les communes du Languedoc46 :

“Ces exemples cantonaux suffisent sans doute à montrer l'imbrication aux multiples facettes des rivalités entre communes et des divisions internes. Il faut souligner cependant l'approfondissement des tensions à l'intérieur des communautés, en fonction, le plus souvent, d'un passé récent, d'où la dimension politique est loin d'être absente”.

37Cette “dimension politique” élargit l'horizon des luttes locales, pour les relier aux enjeux nationaux.

CONCLUSION

  • 47 AN, FlbII (Saône-et-Loire, 27) Pétition du 9 pluviôse an 8 (Janvier 1800) : 25 signataires.

38La “dimension politique” doit également être envisagée dans la longue durée : Brumaire réinstalla les modérés aux leviers de commandes. Tandis que Jean-Philippe Saclier redevenait maire de Toulon, Félix Finance était écarté car “un escroc révolutionnaire ne convient point au régime de la Constitution de l'an huit47. Jean-Baptiste Maynaud allait devenir un important dignitaire impérial. A Buxy, les Dariots ont constitué une dynastie républicaine, par-delà les épisodes des Cent-Jours et de la Restauration, jusqu'à la Révolution de 1848, où Charles Dariot, le fils de Dominique, fut une éminente personnalité du parti démocrate-socialiste.

  • 48 L'avancée de nos recherches doit beaucoup aux réflexions collectives, et aux confrontations de rés (...)

39L'expérience des luttes politiques de la période Directoriale fut un jalon essentiel de ce long parcours pour l'affirmation du système représentatif. Luttes où se manifeste profondément la dialectique du local et des circonstances extérieures, de la personnalité individuelle et du milieu social au sein duquel interviennent les acteurs politiques. Il est bien évident que nous ne pouvons, pour l'instant présenter qu'une Seules, des prosopographies d'administrateurs et de militants, la multiplication de monographies locales pourront permettre d'avancer48.

Notes

1 Les cartes générales de la France Directoriale reflètent ces incertitudes ; Lynn Hunt (“The political geography of revolutionnary France”, in “Journal of interdisciplinary history”, p. 543,) place la Saône-et-Loire parmi les départements “à droite”, de 1795 à 1798. Jean-René Suratteau (“Les élections de l'an VI et le coup d'état du 22 Floréal”, Publications de l'Université de Dijon, 1971 ; p. 300) la classe en l'an VI parmi les départements “à forte majorité gouvernementale”. Dans la carte générale que nous avons présentée dans notre thèse, pour les élections de l'an VII (Bernard Gainot : “Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire-Structures et pratiques”, Université de Paris I ; Janvier 1993), la Saône-et-Loire est étiquetée comme néo-jacobine. Sur les critères retenus pour dresser une carte globale, sur les sources utilisées, etc…, voir Michel Vovelle ; “La découverte de la politique - Géo-politique de la révolution française” (Éditions La Découverte, 1992).

2 Bernard Gainot, “le département de Saône-et-Loire à la fin du Directoire”, in Actes du 113E Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1988 (Publications du C.T.H.S., 1991).

3 Bernard Gainot, “Les adresses de félicitations parvenues au Corps législatif à l'occasion des journées des 29-30 Prairial an VII”, in “Annales Historiques de la Revolution Française” n° 273 (Septembre 1988).

4 A.N., F1 cIII (Esprit public et élections) Saône-et-Loire (8). (Correspondance générale).

5 Pour les chiffres de population, nous prenons comme référence le recensement de l'an VIII, car il est le plus proche chronologiquement des études que nous avons menées jusqu'alors sur la fin du Directoire. Ces chiffres se trouvent dans AN, F 20 (379).

6 AN F1 bII (Saône-et-Loire, 1 ; affaires communales générales) Opinion de Nardon, président de l'administration départementale élue en Germinal an V ; les “citoyens tranquilles” ont abandonné leur résidence urbaine pour “trouver la sûreté dans les campagnes voisines”, etc… (Floréal an V-Mai 1797).

7 Voir notamment les compte-rendus du commissaire central Nicolas Carteron, AN, F1 CIII Saône-et-Loire (8).

8 Bernard Gainot, thèse, op. cité : II e partie, chapitre III ; les “réseaux néo-jacobins”, p. 495-558.

9 Les adresses permettant d'identifier les groupes sont dans AN, C 685, C 686, AFIII 257.

10 Atlas Historiques de la Révolution Française, fascicule 6 (“Les sociétés politiques”), sous la direction de Jean Boutier et Philippe Boutry, (Éditions de l'E.H.E.S.S., 1992).

11 AD Saône-et-Loire ; registre de délibérations municipales de la municipalité de canton de Toulon-sur-Arroux, 3L3.

12 id. registre de délibérations de la municipalité de canton de Paray.

13 Buxy : 60 signataires (3,75 %)
Issy : 33 signataires (1,94 %)
Paray : 41 signataires (1,46 %)
Toulon : 30 signataires (1,87 %)
Givry : 115 signataires (4,42 %)
Joncy : 34 signataires (3,4 %)
Perrecy : 123 signataires (8,78 %)
En gras, les effectifs des cercles constitutionnels de l'an VII.

14 Atlas Historique de la Révolution française, op. cité, p. 39.

15 Voir plus loin ce qui concerne l'érudit local Paul Montarlot.

16 AN, AFIII 258.

17 Bernard Gainot, “La scène Lyonnaise et les coulisses du Comité de Salut Public”, in “Cahiers de Rhône 89” n° 8 (1991), p. 50-60.

18 AD, 3L3 registre des délibérations de la municipalité du canton de Givry ; liste des candidats recommandés par l'administration municipale pour les futures élections. 26 Pluviôse an VI (Février 1798).

19 Concertation où la presse démocratique a dû aussi tenir sa place. L'administration municipale de Toulon-sur-Arroux était abonnée au “journal des francs”, de Guesdon et Marquézy, puis dès sa reparution, au “Journal des Hommes libres”, de René Vatar. Lorsque la presse démocratique n'était pas régulièrement disponible, comme en frimaire an VII (décembre 1798), les administrateurs transfèrent leur abonnement sur “Le Publiciste”, nettement plus conservateur : la nécessité d'une information générale était devenue un élément de la gestion municipale (AD, 3L3).

20 AN, C 686, et C 582 pour l'adresse de Toulon.

21 id., et C 685 pour Buxy.

22 Christine Peyrard, “Combats Parisiens pour la démocratie de journalistes de l'Ouest”, in “Paris et la Révolution “ (Publications de la Sorbonne, 1989). Et du même auteur ; “La revendication du droit à l'association”, in “Les droits de l'homme et la conquête des libertés” (Grenoble-Vizille, 1986). Voir également notre thèse pour l'exposé du programme néo-jacobin de l'an VII (IIP partie, chapitre 3).

23 AN, F1 bIi (Saône-et-Loire, 27) ; notamment la lettre de Félix Finance, du 22 brumaire an IV (Novembre 1795).

24 id. : Pétition du 9 Pluviôse an VIII (Janvier 1800).

25 id., Rapport du commissaire Chamborre du 1er thermidor an VI (Juillet 1798).

26 id., lettre de Félix Finance.

27 AD, registres de délibérations de l'administration municipale du canton de Toulon, 3L3 : 16 thermidor an VII (Août 1799).

28 Rebouillat, “Histoire de Buxy” (1911).
AN, F1 bII (Saône-et-Loire, 12).

29 AN, C 685 ; adresse de la société politique de Buxy, 23 thermidor an VII (Août 1799).

30 Paul Chaussard,Images du passé Digoinais” (Mâcon, 1986).

31 Paul Chaussard, “Les tribulations de Jean-Baptiste François Maynaud de Bizefranc à partir de 1789” in “Échos du passé”, n° 61 (1988, p. 3-6).

32 Bernard Gainot, “Le général Laveaux, gouverneur de Saint-Dominique, député néo-jacobin”, in “Annales Historiques de la révolution Française”, (n° 278, 1989, p. 433-454).

33 AD, 3L3 ; registre de délibérations de la municipalité de canton de Digoin.

34 5 brumaire an VI (Octobre 1797) ; l'administration centrale suspend l'administration municipale de Digoin. Une nouvelle administration se met en place, sous la surveillance du commissaire Veillerot.

35 Voir notamment, de Paul Montarlot,Les députés de Saône-et-Loire aux assemblées de la Révolution ; 1789-1799” (Autun, 1905), et “État du département de Saône-et-Loire à la veille du 18 brumaire” (“mémoires de la Société Eduenne”, 1912).

36 En quatre volumes, Autun, 1903.

37 L. Sciout,Le Directoire” ; en quatre volumes (Paris, 1895-1897).

38 C 686 ; adresse des administrateurs municipaux du canton de Mont-Saint-Vincent, 23 messidor an VII (11 juillet 1799).

39 AD, 3L3 ; registre de délibérations de l'Α.Μ. du canton de Toulon-sur-Arroux, 26 fructidor an IV.

40 AD Saône-et-Loire, 1L8 Pétition de l'assemblée scissionnaire du canton de Montcenis, 2 germinal an VII.

41 id., 3L3.

42 AN, F1 cIII (Saône-et-Loire, 8).

43 AN, FlbI 119-120-121 : nominations et destitutions de fonctionnaires pour l'an VII.

44 P. Rebquillat,Histoire de Buxy”, op. cité.

45 Henriette Dussourd,Toulon-sur-Arroux, seigneurie de l'abbaye de Cluny” (Moulins, 1964). Pour l'auteur, il va de soi que le “grand homme” du canton, c'est Saclier, modèle du notable “éclairé”).

46 Georges Fournier,Démocratie et vie municipale en Languedoc”, thèse pour la doctorat d'État (Toulouse, 1991) microfiches.

47 AN, FlbII (Saône-et-Loire, 27) Pétition du 9 pluviôse an 8 (Janvier 1800) : 25 signataires.

48 L'avancée de nos recherches doit beaucoup aux réflexions collectives, et aux confrontations de résultats, menées dans le cadre de l'atelier “Élections révolutionnaires”, rattaché à l'Institut d'Histoire de la Révolution.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540