Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Amorce d'un bilan : les permanences

Résistances paysannes et révolution : le cas des hautes terres du sud du Massif central

Valérie Sottocasa

Texte intégral

  • 1 G. Lewis, The second Vendée. The continuity of counter-revolution in the departement of the Gard ( (...)

1Depuis les plaines actives et peuplées du Bas-Languedoc, les Cévennes, les hauts plateaux de la Lozère et de l'Aveyron, les montagnes de l'Ardèche et de la Haute-Loire, sont vraiment un “bout du monde”. Le climat est rude et, dans ces paysages austères, le loup est un des principaux personnages ; la bête du Gévaudan, au XVIIIe siècle, puis celle des Cévennes au début du XIXe siècle restèrent longtemps dans les mémoires. La population, peu nombreuse, est disséminée dans des hameaux et des fermes isolées ; mais la communauté paysanne est très soudée, autour de l'église, de la famille, et de la gestion des biens communaux. Les villes sont peu nombreuses et peu peuplées, surtout en Lozère. Partout les paysans constituent l'essentiel de la population de ces hautes terres, qui furent un des principaux pôles de la résistance populaire à la Révolution, au point que l'on a adopté l'appellation de “seconde Vendée”, imaginée par un historien britannique, G. Lewis.1

2Les similitudes sont en effet frappantes, tant dans le caractère populaire de la révolte, que dans la mémoire que le pays en a conservée, et qui nourrit tout un culte des “martyrs de la Révolution” développé par l'Église au XIXe siècle. Mais les différences sont également nombreuses ; ici, l'antagonisme religieux, opposant depuis plusieurs générations les protestants et les catholiques, apparaît clairement comme une des données majeures du débat, se surimposant à la problématique révolutionnaire.

3Les guerres de religion ont profondément et durablement divisé tous ces départements, et, dans les mémoires catholiques, la Révolution en est l'un des épisodes les plus sanglants, ainsi que les inventaires de 1906, qui s'inscrivent dans la continuité de ces affrontements confessionnels. Vécue à travers le filtre de ces antagonismes profonds, la Révolution devient pour les uns l'instrument d'une minorité protestante qui se venge des dragonnades de la “guerre des Camisards”, alors que pour les autres, elle est l'unique espoir de voir abolie l'intolérance religieuse. Dès les premiers mois de la Révolution, ses ennemis en appellent à la défense de la foi catholique pour argumenter leur opposition. Est-ce à dire que tout conduisait ces populations catholiques à une hostilité sans concession à la Révolution ? Il fallait retrouver les composantes de cette opposition populaire, établir une grille précise de lecture, une chronologie, bref, comprendre cette civilisation rurale et ses réticences face aux bouleversements révolutionnaires.

I. PRÉALABLES MÉTHODOLOGIQUES

  • 2 La Lozère apparaît, au regard de dépouillements moins systématiques conduits aux Archives National (...)
  • 3 Colloque dirigé par Jean Nicolas, Paris, mai 1984. Actes publiés à Paris, 1985, 773 p.

4Dans le cadre actuel de nos recherches, seul le département de la Lozère bénéficie d'un dépouillement exhaustif des archives révolutionnaires2. Il s'agit des archives de justice et des délibérations des administrations locales. Les révoltes et les mouvements populaires particulièrement nombreux en Lozère pendant la Révolution ont rendu possible une approche assez complète des résistances populaires. Notre démarche, largement inspirée de celle qui avait guidé l'enquête sur les Mouvements populaires et Conscience sociale, XVIe-XIXe siècles3, est quantitative. Elle s'appuie sur le traitement informatique des données collectées et sur une typologie qui s'organise en trois catégories principales d'émeutes.

  • 4 R. Dupuy, De la Révolution à la chouannerie, 1788-1794, Paris, 1988, 363 p.

5La première rassemble tous les mouvements favorables à la Révolution et destinés à la soutenir ou même à l'anticiper ; précisons cependant que si la Lozère connaît en 1792 une “guerre des tours” en Cévennes protestantes, elle ne connaît pas la flambée anti-seigneuriale de 1790, ni de mouvements paysans maximalistes, comme ceux que Roger Dupuy a mis en évidence en Bretagne4. Tous les mouvements conduits par des soldats, Volontaires ou Gardes Nationaux ont été intégrés à cette première catégorie, dans la mesure où leur connotation politique était suffisamment claire.

  • 5 C'est au printemps 1793 qu'eut lieu la principale tentative de soulèvement, animée par un notaire, (...)

6Le second type, de loin le plus fourni, rassemble les mouvements hostiles à la Révolution, depuis les quelques tentatives contre-révolutionnaires de l'aristocratie5 jusqu'au brigandage royal, très développé aux frontières des départements de toute la bordure orientale du Massif-Central. On y trouve bien entendu toutes les manifestations hostiles aux autorités révolutionnaires, aux symboles de la Révolution (arbres de la Liberté, cocardes tricolores…), et surtout les nombreuses émeutes dirigées contre l'application de la constitution civile du clergé, et, dès 1793, contre la “conscription”.

7Il restait à traiter toutes les affaires dépourvues d'une signification politique claire, mais qui exprimaient néanmoins des revendications paysannes. Ce sont les émeutes frumentaires, qui émaillent toute la décennie révolutionnaire ; les émeutes liées aux bois et surtout aux terres communes, si importantes dans ces pays de montagnes et de pâturages ; l'usage de très vastes communaux est le complément indispensable des revenus insuffisants procurés par des propriétés trop exigues. L'enjeu autour des communaux est, tout comme dans les vallées pyrénéennes, d'une importance cruciale. Voici donc les principaux temps forts et quelques résultats qui nous sont apparus les plus significatifs.

II. LES RÉSULTATS EN QUELQUES CHIFFRES :

8Les résultats obtenus ne démentent pas l'image d'une Lozère qui serait l'épicentre de la contestation populaire au cœur des hautes terres du sud. Les mouvements populaires y sont nombreux et ne se réduisent pas à l'agitation de quelques communautés dont le comportement trancherait sur une passivité d'ensemble. On ne compte pas moins de 80 communes affectées par au moins un attroupement, sur un total d'environ 153 communes dénombrées en 1801, soit plus de la moitié. Cette agitation est nettement hostile à la Révolution : sur 158 attroupements, 111 manifestent opposition ou résistance à la Révolution, 26 lui sont favorables ; 21 ont été classés dans la troisième catégorie.

9Cette agitation différenciée met en valeur des antagonismes régionaux clairement marqués ; seuls les attroupements relevant du type trois affectent tout le département sans distinction.

1 - ESSAI DE CARTOGRAPHIE

10L'hostilité active se concentre au nord des gorges du Tarn, qui marquent aussi la frontière entre la communauté protestante concentrée dans les Cévennes, et la majorité catholique. Zone de contact, les gorges du Tarn abritent les villages les plus farouchement attachés à la “religion de leurs pères”, et fourniront cinquante-deux martyrs à la guillotine. En mai 1793, répondant à l'appel à l'insurrection lancé par Marc-Antoine Charrier, ancien député aux États Généraux et désormais à la tête de la Contre-Révolution dans les montagnes du Midi, les habitants de La Malène et de Laval-du-Tarn traversent le Causse de Sauveterre pour rejoindre l'Armée Chrétienne du Midi qu'il a mise sur pied. L'administration départementale, chassée de Mende, est réfugiée à Florac, capitale de la Lozère protestante ; elle dépêche un bataillon pour aller arrêter les paysans révoltés ; le bataillon est majoritairement constitué de protestants. Trompés par un subterfuge, cinquante-deux paysans sont arrêtés et conduits à Florac, où la plupart périront le 11 juin, jour de foire, après la condamnation sans appel de l'accusateur public, Dalzan, lui aussi protestant.

  • 6 Voir l'ouvrage de l'abbé J. B. Delon, La Révolution en Lozère, Mende, 1922 ; ainsi que P. Cabanel,(...)

11L'événement alimenta au XIXe siècle toute une historiographie cléricale de la Révolution, mais aussi tout un imaginaire populaire, relayé par les cérémonies flamboyantes que lui consacrèrent les évêques de Mende. Les restes des martyrs furent exhumés en 1859, et portés en longue procession de Florac à La Malène où une chapelle avait été aménagée dans l'église pour les recevoir6. Le centenaire de l'exécution des Malénais, en 1893 fut encore l'occasion de commémorations grandioses à la mémoire de la résistance d'un peuple chrétien face à une révolution impie et sanguinaire.

12Le reste de la haute Lozère est aussi unanime dans son refus, mais nous avons constaté que si les communautés de l'Aubrac et de la vallée du Lot sont très actives, celles de la Margeride affectent une certaine passivité. Passivité qui n'est en aucun cas le reflet d'une approbation globale de la Révolution, les rapports des différents commissaires envoyés par le département sont catégoriques. Il s'agit plutôt d'un “mauvais gré” assumé en bonne partie par les élus locaux, qui retardent l'application des décrets, ou les ignorent, bénéficiant d'un tel soutien tacite de la part de la population, qu'il n'est que rarement nécessaire de s'emporter jusqu'à l'émeute pour faire valoir sa volonté. L'éloignement et l'absence de tout foyer révolutionnaire renforcent cette passivité. Mais en 1906, la Margeride est au cœur des émeutes hostiles aux inventaires, qui seront parmi les plus violentes de France !

  • 7 Lettre de Mende, 11 février 1793, An II de la République, aux citoyens de Gabriac, Bibliothèque de (...)

13Favorables à la Révolution, les Cévennes font preuve d'une même unanimité dans leur comportement. Les rares émeutes hostiles à la Révolution ne sont bien souvent que le reflet de rivalités familiales dans la lutte pour le pouvoir local, de même que les rares attroupements favorables à la Révolution en haute-Lozère émanent presque toujours des Volontaires ou des Gardes Nationaux. Les Cévennes se soulèvent non pour propager les idées nouvelles, mais pour défendre le nouveau régime lorsqu'il est par trop menacé par la Contre-Révolution. Les Cévennes lozériennes ou gardoises sont le passage quasi obligé des aristocrates fuyant les Camps de Jalès, réunis en 1790, 1791 et 1792 pour soutenir les efforts des Princes émigrés. L'un d'eux, le Sieur Giberne de la Martinerie, fut massacré, en juillet 1792, par une troupe de paysans protestants, préférant leurs fusils à l'issue incertaine d'un procès conduit à Mende. Mais c'est surtout lors de la “guerre des tours”, au cours de l'hiver 1791/1792, que les Cévennes se soulèvent pour défendre les acquis de la Nuit du 4 Aôut. Soulèvement complexe, fait tout à la fois de revendications anti-seigneuriales et de la peur de voir les contre-révolutionnaires renverser le régime qui avait donné aux protestants l'égalité civile et religieuse. “Tout protestant, disait le Pasteur François Samuel, doit être vrai républicain (…) car il a tout gagné, État-Civil, droits naturels, existence politique, liberté de conscience, tout ce qui peut et doit être le plus cher à l'Homme qui pense7.

14Il faut néanmoins constater que le pasteur reste isolé, et que les cévenols, hormis l'épisode de la guerre des tours, adoptèrent une attitude très modérée. Nulle trace d'un activisme revanchard ou revendicatif, surtout après l'épreuve de la déchristianisation, qui, il faut le rappeler, prit aussi pour cible les pasteurs protestants.

15Le département est donc nettement divisé en deux pôles antagonistes, et la ligne de fracture est celle qui, depuis le XVIe siècle, dresse face à face deux communautés religieuses. Les villes ne tranchent nullement par un comportement spécifique ; seule Marvejols fait figure de ville patriote lorsqu'on parcourt les documents de l'époque, mais ce patriotisme ne se traduit pas par une active mobilisation populaire. Mende, ancienne ville épiscopale, devenue chef-lieu de la Lozère, est nettement anti-révolutionnaire, et est à la tête de l'agitation : 16 attroupements ou mouvements populaires s'y déroulent ; 4 seulement sont favorables à la Révolution, dont deux sont d'ailleurs le fait de Volontaires venus des Cévennes ! Florac est, tout naturellement, le reflet de l'adhésion protestante au nouveau régime.

16Mais si la frontière politique et la frontière religieuse coïncident, et ce pour plus de deux siècles, l'appartenance religieuse ne saurait expliquer à elle seule l'ensemble des comportements populaires d'adhésion ou de refus.

2 - LES TEMPS FORTS DE L'AGITATION PAYSANNE ENTRE 1789 ET 1799

  • 8 cf. R. Dupuy, op.cit.
  • 9 J.-P. Dormois, “Post ténébras lux ? Pourquoi les protestants de Montbéliard étaient-ils si favorab (...)

17Contrairement à ce que toute une historiographie traditionnelle laissait sous-entendre, l'hostilité paysanne à la Révolution ne fut pas immédiate, loin de là ; ce qui tendrait à montrer que rien ne prédisposait a priori cette société rurale à une attitude anti-révolutionnaire8. L'image habituelle est celle d'une population catholique naturellement hostile, par piété pour les uns, par intolérance et ignorance pour les autres ; et d'une communauté protestante naturellement favorable à la Révolution, pour les raisons évoquées par le Pasteur Samuel François, ou pour des raisons d'ordre plus théologique9. L'étude rigoureuse de la chronologie des troubles en Lozère entre le début de la Révolution et l'instauration du Consulat permet d'apporter à la fois des nuances et des compléments.

  • 10 A. D. Lozère, 20/B./12, informations contre Raynal ; A. N., F/1/C/III, Lozère/1.

18Les deux premières années de la Révolution affectent peu le calme de la Lozère. Ni la “Bagarre de Nîmes”, en juin 1790, ni le rejet par l'assemblée de la motion Dom Gerle, ni même les fulminations de l'évêque de Mende, ancien Comte du Gévaudan, ne parviennent à troubler le pays. Aucune manifestation populaire, car il y en a, ne permet de pressentir l'opposition qui se déchaîne quelques mois plus tard, bien au contraire. En septembre 1789, les “pauvres de Mende” exigent de l'évêque qu'il leur rétrocède les droits qu'il détenait sur les premières et secondes herbes d'un pré situé au pied des anciens remparts. Ils appuient leur revendication sur le texte de la nuit du 4 aôut, et manifestent plus ou moins pacifiquement pendant plus d'une semaine, derrière leur porte-parole, un petit seigneur local (qui obtiendra ensuite l'adjudication de ces fameuses “herbes"). En juin 1790, un mouvement populaire secoue de nouveau la ville : la population, inquiète de l'augmentation du prix de la viande, mais aussi de la vente de plusieurs charrettes de blé par un notable de la ville, manifeste pendant plusieurs jours. Émeute frumentaire, mais qui se double incontestablement de revendications sociales, et qui est encouragée par le sentiment que les temps ont changé, et que l'ancienne notabilité ne détient plus un pouvoir sans partage10.

19D'autres incidents émaillent ces tout premiers mois de la Révolution : dégradation de bois commises dans certaines propriétés seigneuriales, sur les terres des abbayes de Mercoire ou d'Aubrac, ou sur les terres communales. A Saint-Etienne du Valdonnez, en avril 1790, un officier municipal charge un enfant de crier dans les rues qu'il faut que tous les habitants s'assemblent, et, au nom d'un décret de l'Assemblée Nationale, qu'ils aillent déloger deux paysans qui se seraient abusivement, en 1760, déclarés propriétaires de deux prés communs. Là encore, cette affaire témoigne d'un sentiment populaire qui croit possible, grâce aux lois de la Révolution, de redresser des torts ou de corriger des abus très anciens.

20C'est l'année 1791 qui ouvre véritablement le temps de l'agitation populaire en Lozère, reflet précis de l'opposition farouche à l'application de la constitution civile du clergé. Sur 250 ecclésiastiques soumis au serment, une vingtaine seulement acceptent de le prêter, souvent avec des restrictions ; les rétractations réduiront encore ce nombre de moitié. Si les prestations de serment provoquent rarement des troubles, ces derniers éclatent dès lors que le curé doit être remplacé par un prêtre assermenté. Les deux prêtres cohabitent alors avec difficulté ; la population multiplie les brimades et les vexations les plus diverses à l'encontre du nouveau prêtre. Souvent, il ne parvient pas à s'installer, ou bien cède au bout de quelques mois devant les violences que ses paroissiens lui infligent. Au total, il n'y eut pas vraiment d'Église constitutionnelle en Lozère, si ce n'est dans l'entourage immédiat de l'évêque élu, Étienne Nogaret.

21Cette extraordinaire unanimité autour de l'Église catholique et romaine s'explique tant par la présence de la frontière religieuse que par le recrutement du clergé paroissial : la densité d'ecclésiastiques est l'une des plus élevées de France, et atteindra à la fin du XIXe siècle le taux record d'un “permanent” de l'Église (prêtres, religieuses et religieux) pour 84 catholiques ! Prêtres et vicaires sont massivement recrutés dans la population locale ; dans le cadre d'une stratégie d'ascension sociale, il se forme de véritables dynasties de prêtres, d'oncle à neveu. Plus qu'ailleurs, le prêtre fait partie de la communauté et est inséré dans des relations étroites de parentèle et d'échange entre les paroisses proches. En l'absence de tout processus de dissolution de la communauté, comme cela peut être le cas dans des régions plus urbanisées, le prêtre reste un des éléments déterminants de l'identité communautaire. Sur cette terre de guerres de religion, la Contre-Réforme a été particulièrement active, et le clergé encadre efficacement les populations, sachant, au besoin, adapter le dogme aux formes de la piété populaire.

  • 11 R. Dupuy, “Les femmes et la Contre-Révolution dans l'Ouest”, Bulletin d'Histoire Économique et Soc (...)

22On peut rassembler au moins trente-quatre émeutes dirigées contre l'application de la constitution civile du clergé. Le déroulement de ces émeutes est aujourd'hui bien connu, et la Lozère se conforme aux modèles établis. Le prêtre constitutionnel se présente un dimanche matin dans sa nouvelle paroisse. Il n'est pas rare que toute une délégation hostile l'attende, qu'on lui refuse les clés de l'église, celles du presbytère. Dans tous les cas, personne ou presque n'assiste à sa messe, surtout pas les femmes ! Elles jouent ici un rôle de tout premier plan11. Lorsque les hommes sont présents, l'attroupement est souvent né d'une circonstance imprévue (arrivée de la force armée, arrestation du prêtre réfractaire…) ; ou bien ils sont déguisés en femmes. Bien souvent encore, la municipalité refuse d'installer le curé constitutionnel, et démissionne en bloc (Ispagnac, juillet 1791). Si ces manifestations ne sont pas “spontanées”, puisque longuement préparées dès l'annonce du remplacement du curé, elles reflètent néanmoins une forte unanimité. Les rares patriotes sont montrés du doigt, et parfois du bâton, même par leur propre épouse !

23De 1791 à 1799, ces troubles sont endémiques. 1791 concentre le plus grand nombre d'affaires de ce type (12 sur 34). Une seconde poussée marque 1793, suivie d'un tassement en 1794, avant une dernière flambée, reflet des mesures contradictoires adoptées par le Directoire à partir de 1797. Ces manifestations évoluent au cours de la décennie révolutionnaire : le scénario des dernières années diffère de celui de 1791 ; il se fait plus organisé et souvent plus militaire. Les circonstances sont également différentes : il ne s'agit plus de remplacer un prêtre par un autre, mais d'arrestation. Les nombreux décrets contradictoires alimentent une incompréhension et une hostilité populaire de fond. De plus, il faut compter avec les habitudes nées de six à sept ans de conflits. Les messes dominicales sont désormais bien surveillées ; à la moindre alerte, la population s'ameute ; les femmes sont désormais soutenues ouvertement par les hommes, souvent les jeunes du village, qui, visages barbouillés de suie et fusils à la main, se tiennent prêts à intervenir.

  • 12 A.D. Lozère, II.L.245 (pièce 35).

24Le second temps fort de la résistance populaire à la Révolution en Lozère est celui du refus de toute forme de service militaire. Les Cévennes fournissent l'essentiel des Volontaires de 1791 et 1792. Aussi, au printemps 1793, lorsque la Levée des 300 000 hommes est décrétée, la jeunesse de haute Lozère se révolte. Le mouvement débute vers la fin du mois de février, à la suite de rumeurs concernant l'utilisation des listes de la Garde Nationale pour la Levée. Les autorités municipales sont les premières visées, et, à Rieutord-de-Randon, sur les hauts plateaux dominant Mende, les jeunes lèvent leurs propres troupes pour former des camps et marcher contre les gardes nationaux. Du 10 au 24 mars, le pays est parcouru par des troupes de jeunes qui menacent les officiers municipaux et proclament que “ceux qui ont mangé le bien des émigrés aillent combattre les ennemis, que tous ceux qui avaient des charges fassent leur démission dans les vingt-quatre heures, sous peine d'avoir la tête tranchée12. On parle de 3 000 jeunes attroupés, mais l'affrontement avec les gardes nationaux et les soldats appelés en renfort n'a finalement pas lieu. La désertion n'en devient pas moins un phénomène endémique en haute Lozère à partir de 1793, et surtout de 1794. Le conscrit réfractaire est désormais, avec le prêtre, un des principaux personnages du pays. La conscription menace l'équilibre interne de la communauté villageoise, comme le départ du prêtre, et les deux refus se mêlent et se confortent.

  • 13 Alan Forest, Déserteurs et Insoumis sous la Révolution et l'Empire, Paris, 1988, p. 88.

25Si la Lozère et les départements voisins détiennent les taux les plus élevés de désertion en France13, cette résistance n'a pas donné lieu à un soulèvement massif, comme ce fut le cas dans l'Ouest. L'isolement et les difficultés liées à la configuration du pays en rendaient le contrôle plus difficile ; cela permettait aux officiers municipaux d'adopter une attitude à ce point passive qu'elle en devenait une résistance très efficace. Les officiers municipaux étaient des paysans et partageaient totalement l'opinion de ceux qui s'attroupaient contre les gendarmes pour tirer le curé ou le conscrit des griffes de l'Etat. Il a manqué, somme toute, dans ces montagnes, une élite révolutionnaire dont l'activisme aurait pu déclencher un affrontement plus violent.

26La Contre-Révolution, par le biais des chefs locaux, réchappés des arrestations de 1793, a pourtant cherché à encadrer ces jeunes déserteurs : dès 1795, le pays est parcouru par des bandes de brigands royalistes qui s'attaquent aux patriotes et aux autorités révolutionnaires. Soutenus par la population, dans la mesure où ils s'attaquaient uniquement aux représentants de l'État et aux acquéreurs de biens nationaux, ces “Chauffeurs” terrorisent les patriotes en toute impunité. Mais le soutien passif des paysans ne va jamais jusqu'à leur engagement aux côtés des brigands.

III. HYPOTHÈSES EN FORME DE CONCLUSION :

  • 14 M. Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française. Paris, 1993.

27La bordure orientale du Massif-Central est bien un des pôles de la résistance populaire à la Révolution, et le département de la Lozère est au cœur de cette aire de refus. Incontestablement, la question religieuse occupe ici une place prépondérante. “La vieille fracture rejoue”, écrit à ce propos Michel Vovelle14 ; protestants et catholiques s'affrontent au travers de la Révolution, et tous les partis pris semblent devoir passer par ce préalable religieux. Mais cette frontière n'explique pas tout. La crise révolutionnaire révèle, dans ces hautes terres du sud, une société rurale fortement structurée, hiérarchisée et unanime. L'absence d'un véritable réseau urbain (le département ne compte que deux villes et quelques gros bourgs, où la population rurale reste toujours majoritaire) a entravé le développement d une bourgeoisie locale active, dynamique, ayant des capitaux à placer, des stratégies politiques à réaliser. La bourgeoisie locale, car elle existe, bien entendu, est très liée à la noblesse, presque essentiellement composée de hobereaux ; ces deux groupes participent d'une même notabilité, sont les maîtres du pouvoir et utilisent leurs terres pour développer des liens de clientélisme avec les paysans. En l'absence de vastes propriétés cléricales, surtout situées en Aveyron et en Velay, la vente des biens nationaux eut peu d'incidence en Lozère, si ce n'est qu'elle contribua au dépouillement des presbytères et des jardins cultivés par les prêtres.

28Ces prêtres, très proches d'une population dont ils émanent, de familles pour lesquelles ils concentrent tout l'espoir d'une ascension sociale, ne peuvent être considérés comme de simples représentants de l'Église institutionnelle. La Révolution offre à ce clergé l'épreuve du martyre, et, à plus long terme, une puissante autonomie. Constituée dans la clandestinité, renforcée par l'épreuve du sang, l'Église de la Lozère est au XIXe siècle le véritable maître du pays : ce sont les prêtres qui font les élections, choisissent le candidat, indiquent aux fidèles, au cours du prône, comment voter ! Si une solide chrétienté s'érige sur les cendres de la décennie révolutionnaire en Lozère, la démocratisation progressive de la vie politique alimente le cléricalisme jusqu'au lendemain de la seconde guerre mondiale.

29La Révolution ne bouleverse pas seulement un “ordre” paysan par ses réformes, elle correspond à une brutale invasion de l'État dans des communautés paysannes rétives à toute forme d'autorité extérieure. Les conditions locales, tout comme dans les vallées pyrénéennes, ont favorisé une autonomie et un particularisme que la monarchie, même absolue, n'avait pu effacer. Ailleurs, les prétentions centralisatrices d'une révolution qui veut moderniser l'État ont pu s'inscrire dans une évolution de longue durée. Pas ici. Tout comme le code forestier de 1827 déchaînera la révolte des communautés pyrénéennes et la guerre des Demoiselles, la Révolution se heurte à une farouche résistance dans ces hautes terres du “Sud profond”.

Les grandes régions du Gévaudan
• M (Mende)

Carte 1 Les émeutes en Lozère sous la Révolution

Carte 2 Émeutes hostiles à la Révolution (Type II)

Carte 3 Émeutes liées au refus du serment (1791-1799)
▲ une émeute

LES ATTROUPEMENTS EN LOZÈRE 1789-1799

LES ATTROUPEMENTS EN LOZÈRE 1789-1799

LES VICTIMES DE LA RÉVOLUTION EN LOZÈRE (1789-1799)

LES VICTIMES DE LA RÉVOLUTION EN LOZÈRE (1789-1799)

Notes

1 G. Lewis, The second Vendée. The continuity of counter-revolution in the departement of the Gard (1789-1815), Oxford, 1978.

2 La Lozère apparaît, au regard de dépouillements moins systématiques conduits aux Archives Nationales sur les autres départements, ainsi que de l'historiographie, comme l'épicentre de cette résistance paysanne dans les hautes terres du sud du Massif-Central. Nos recherches sont en cours, et ont fait l'objet de la soutenance d'un D.E.A. en 1993 à Paris-IV avec Mr. le Professeur M. Vovelle.

3 Colloque dirigé par Jean Nicolas, Paris, mai 1984. Actes publiés à Paris, 1985, 773 p.

4 R. Dupuy, De la Révolution à la chouannerie, 1788-1794, Paris, 1988, 363 p.

5 C'est au printemps 1793 qu'eut lieu la principale tentative de soulèvement, animée par un notaire, ancien député aux États-Généraux. Les villes de Mende et de Marvejols furent prises par cette “Armée Chrétienne du Midi”, mais le soulèvement tourna court faute de recevoir l'appui des Princes qui animaient alors la contre-Révolution.

6 Voir l'ouvrage de l'abbé J. B. Delon, La Révolution en Lozère, Mende, 1922 ; ainsi que P. Cabanel, “Révolution et commémoration en pays de frontière religieuse : le cas de la Lozère”, in Communautés de langue d'oc et Révolution française, Actes du LVIIIe Congrès de la Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1986, p. 195-213.

7 Lettre de Mende, 11 février 1793, An II de la République, aux citoyens de Gabriac, Bibliothèque de la Société d'Histoire du Protestantisme Français, Affaires Locales, 447/10.

8 cf. R. Dupuy, op.cit.

9 J.-P. Dormois, “Post ténébras lux ? Pourquoi les protestants de Montbéliard étaient-ils si favorables à la Révolution ?”, Revue d'Histoire et de Philosophie Religieuses, vol. 72, 1992/2, p. 165-190.

10 A. D. Lozère, 20/B./12, informations contre Raynal ; A. N., F/1/C/III, Lozère/1.

11 R. Dupuy, “Les femmes et la Contre-Révolution dans l'Ouest”, Bulletin d'Histoire Économique et Sociale de la Révolution Française, 1979, p. 61-70.

12 A.D. Lozère, II.L.245 (pièce 35).

13 Alan Forest, Déserteurs et Insoumis sous la Révolution et l'Empire, Paris, 1988, p. 88.

14 M. Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française. Paris, 1993.

Table des illustrations

Légende Les grandes régions du Gévaudan• M (Mende)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Carte 1 Les émeutes en Lozère sous la Révolution
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Carte 2 Émeutes hostiles à la Révolution (Type II)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Carte 3 Émeutes liées au refus du serment (1791-1799)▲ une émeute
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre LES ATTROUPEMENTS EN LOZÈRE 1789-1799
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14324/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre LES VICTIMES DE LA RÉVOLUTION EN LOZÈRE (1789-1799)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14324/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540