Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Amorce d'un bilan : les permanences

Les relations Paris-Province-Paris à travers un réseau de notables

Christine Le Bozec

Texte intégral

1Pour montrer les relations Paris/Province/Paris à travers un réseau de notables, nous avons fait le choix du département de l'Ardèche qui députa aux États-généraux en mars 1789 un jeune avocat protestant, François-Antoine Boissy d'Anglas. En 1826, ce dernier mourait pair de France après avoir effectué un parcours politique “singulier” mais “exemplaire”. En suivant sa trajectoire nous avons assisté à la mise en place d'un réseau de notabilités, que nous avons pénétré. Nous avons observé son fonctionnement pendant toute la phase de transition.

  • 1 L. Bergeron G., Chaussinand-Nogaret, Les Grands notables de l'Empire, Éditions C N R S, Paris, 197 (...)
  • 2 L. Bergeron, Les masses de granit, Cent mille notables de l'Empire, Éditions EHESS, Paris, 1979.

2En effet, Boissy correspondait aux critères de notabilité officialisés par les listes de notabilité de l'an X puis par les dispositions constitutionnelles de l'an XI. Propriétaire, de bonne et ancienne famille, de moralité reconnue, “bon père-bon mari”, il s'était régulièrement indigné devant la licence des mœurs directoriales. Jouissant de l'estime et de la confiance de ses concitoyens, il avait toujours été élu et réélu aisément. Enfin, il avait assuré des fonctions d'administrateur et représentait un merveilleux canal d'information, d'amont et d'aval, par les relations étroites et anciennes entretenues avec et dans son département de l'Ardèche. Ces critères de propriété, d'honorabilité et de discrétion nous paraissent correspondre à ceux définis par L. Bergeron et G. Chaussinand-Nogaret dans leurs travaux sur les notables1 2.

3Ce qui en premier lieu a attiré notre attention est la corrélation entre la liste départementale de notabilité de l'an X établie pour le département de l'Ardèche et la correspondance qu'entretenait Boissy avec son département depuis 1788, parfois même, quelques lettres remontent à 1777. En effet, Boissy n'a jamais pris de distances avec son département d'origine. Toute sa vie nous savons son attachement au département natal. Il y a conservé ses amitiés d'enfance et de jeunesse qu'il entretient par de nombreux séjours en Ardèche et aussi grâce à cette importante correspondance dont nous parlions plus avant.

4A cet effet, nous avons comparé sept types de listes de personnalités ardéchoises :

  • la liste de fréquence de fréquentation de la loge de la “Vraie Vertu” d'Annonay entre 1781 et 17883
  • celle des personnalités ayant signé le procès-verbal du 30 octobre 1788 demandant que “des notables obtiennent le droit qu'ils ont d'être représentés d'une manière suffisante ou par des représentants librement élus dans les trois Ordres4
  • les listes des Trente et Soixante plus imposés du département
  • la liste du collège électoral de l'arrondissement de Tournon pour les années 1808 et 1809
  • la liste présentée au Corps législatif, pour l'année 18085
  • la liste du collège départemental pour l'année 1808.

5Nous avons constaté en premier lieu que quinze des vingt noms cités sur la liste de la Loge d'Annonay se retrouvaient parmi les quarante-huit de la seconde liste. En second lieu, demeurent sur la liste des Trente quatre noms de la liste de la Loge et cinq de celle de 1788. Que sur la liste des Soixante, nous retrouvions six noms figurant sur la liste de la Loge et huit noms de la liste de 1788. Que sur la liste des membres du collège électoral de Tournon, six noms de la Loge et sept noms de la liste de 1788 étaient toujours présents. Que deux membres sur les huit présentés au Corps législatif en 1808 étaient présents déjà en 1788 et l'un des deux figurait sur la liste de la Loge. Enfin que sur la liste départementale, qui comprenait six-cent-quatre-vingt-trois électeurs dont deux-cent-soixante-treize pour l'arrondissement de Tournon, nous retrouvions dix membres de la Loge et onze signataires de la liste de 1788. Rappelons que vingt années s'étaient écoulées, la mort avait dû éclaircir les rangs. Mais tout au long de ces vingt ans, nous avons constaté que l'armature de la notabilité avait perduré. C'est en ce sens qu'il nous paraît possible de parler du triomphe des élites bourgeoises de 1789.

6Boissy était donc personnellement lié à une importante proportion des hommes qui exerçaient en Ardèche l'hégémonie culturelle et politique et l'influence déterminante. Nous avons calculé le nombre des membres de chaque liste avec qui il était en relation étroite depuis 1788 :

  • liste des Trente : 9 = le tiers
  • liste des Soixante : 20 = le tiers
  • liste du collège électoral de Tournon : 15 = plus de la moitié
  • liste des membres présentés au Corps législatif = plus des deux tiers
  • 6 Le lecteur peut en prendre connaissance à la fin de cette communication.
  • 7 Fonctionnaire, juge, notaire, avocat, médecin, propriétaire foncier, militaire, propriétaire de ma (...)

7Nous avons dressé un tableau qui accompagne la rédaction de cette communication6, concrétisant la manière dont ces listes se recoupent toutes. Au sein de ce réseau, Boissy nous semble être devenu un centre autour duquel gravitaient tous ces notables locaux, le véritable point d'ancrage des élites locales. Au sommet d'une pyramide départementale, il connaissait personnellement tous les hommes qui étaient en contact, de par leur profession ou fonction7, avec l'ensemble de la population, et c'est par leur canal que se formait et s'exprimerait alors l'opinion ou ce que l'on tenait pour telle.

  • 8 Archives départementales de l'Ardèche, 12 J 237 = 2 Mi 339 et 12 J 239.
  • 9 Correspondance étudiée en détail dans notre thèse : De la Révolution à la Restauration, François-A (...)

8Grâce à cette étude, nous avons pu constater (et vérifier) l'émergence de la fonction de notable, nous sommes tentée de parler de proto-notable, vu le caractère embryonnaire de la fonction en ce premier quart de XIXe siècle. En effet, nous avons relevé entre l'an IX (1800-1801) et 1814 et seulement aux Archives départementales de l'Ardèche8 quatre-vingt-deux lettres de sollicitations et remerciements pour services rendus. Si nous y adjoignons la correspondance consultée aux Archives nationales, les lettres dispersées dans les archives départementales ainsi que dans les bibliothèques municipales9, nous dépassons les deux-cents lettres de ce type, témoins de son activité d'intercesseur auprès des autorités publiques. Nous supposons qu'il ne conservait pas toutes les sollicitations qui affluaient, qu'il y opérait un tri lui-même, avant que de s'adresser à celui qui pouvait l'aider. Nous avons lu les lettres qu'il écrivait pour satisfaire à ces sollicitations. Ce qui les rend intéressantes, ce n'est guère le contenu, toujours le même, mais ce sont les personnalités qu'il contacte : Daru, Montalivet, François de Neufchâteau, Cambacérès, Roederer, Fontanes (Boissy avait pléthore d'enseignants à placer), le Duc de Maza, le Duc de Rovigo, le Ministre de l'Intérieur, de la Justice, sans compter toutes les lettres adressées à Monsieur le Duc, Monsieur le Comte, Monsieur le Conseiller sans plus de précisions, mais dans tous les cas, des personnes situées au niveau le plus élevé de l'État. Vu la gratitude qui emplit les lettres de remerciements, nous constatons qu'il fut un notable efficace. Relais ? Courroie de transmission ? Les deux, lorsqu'il sollicite, il obtient. Ce qui est remarquable, c'est la provenance des demandes. La clientèle ardéchoise est majoritaire bien que n'excluant pas totalement les sollicitations arrivant d'autres départements. Nous ne tenons compte ici que des sollicitations pour lesquelles trois conditions étaient réunies. La date et la signature sont lisibles, la provenance en est clairement indiquée. Nous avons ainsi recensé quatre-vingt-deux lettres de ce type conservées envoyées entre 1800 et 1814 :

  • 57 viennent de l'Ardèche = plus des deux tiers
  • 4 du Gard (Boissy y était propriétaire) : moins d'un quinzième
  • 4 de Gironde = un vingtième
  • 4 de Paris = un vingtième
  • 11 de divers départements = plus du septième.
  • 10 Bibliothèque nationale, manuscrits, 1301, n. a. et Archives départementales de la Vienne.

9En ce qui concerne les sollicitations ardéchoises, nous avons retrouvé des noms de la liste de fréquentation de la Loge de la “Vraie Vertu” entre 1781-1788, des signatures du procès-verbal signé à Annonay en 1788, des noms de la liste des Trente, des Soixante. De plus, nous avons remarqué que lorsqu'il s'agissait pour Boissy d'intervenir pour solliciter en fa-veur d'un tiers, il favorisait les demandes ardéchoises. Sur dix-sept lettres que nous avons consultées10 :

  • 11 recommandent des Ardéchois = presque les deux tiers
  • 2 des amis gardois = plus d'un dixième
  • 4 des personnes de divers départements = presque le quart

10Le canal Paris/département fonctionnait donc parfaitement.

  • 11 Papiers saisis au domicile de Boissy d'Anglas après fructidor an V, Archives nationales, F 7 4606, (...)
  • 12 Carte n° 1 correspondance reçue entre 1800 et 1814, carte n° 2 correspondance reçue entre prairial (...)

11Pour confirmer l'installation de cette fonction de notable, nous voulons comparer la provenance des lettres de sollicitations reçues par Boissy entre 1800 et 1814 avec la provenance de celles reçues entre le le prairial an III et fructidor an V11. A ce moment Boissy était député aux Cinq-Cents. Sur 81 recensées dans les mêmes conditions que précédemment, 25 lettres venaient d'Ardèche, soit près du tiers, 8 de Paris, un dixième, 6 de Lyon, un treizième et enfin 31 de différents départements, les deux cinquièmes. Boissy était devenu, en 1814, l'homme d'un département ce qu'il confirme magnifiquement dans les dix dernières années de sa vie, entre 1816 et 1826. Il joua alors ce que nous avons qualifié de partition de grand notable. Afin d'illustrer cette comparaison, deux cartes accompagnent la rédaction de cette communication12.

  • 13 Archives nationales, 129 AP 33 (4).

12Ici, trois types de sources ont retenu notre attention et nous pensons qu'elles nous autorisent à parler de mainmise sur le département de l'Ardèche. En premier lieu, il s'agit de trente-cinq lettres adressées au préfet de l'Ardèche, Paulze d'Ivoy, entre 1819 et 182313. Ces dernières nous montrent un Boissy qui se conduit en véritable patron du département. Ses relations avec Paulze furent tout à fait caractéristiques de cette attitude. Apparemment demandeur, Boissy est un conseilleur qui sait habilement glisser qu'il a l'oreille du Ministère. Tout en se donnant l'air de transmettre de banales informations de couloir, il en profite au passage pour dicter au préfet la conduite à suivre afin de contenter les petits notables locaux. Le réseau fonctionne ainsi : le notable Boissy bien en place à Paris, a dans sa main le préfet dont l'avenir dépend du bon vouloir ministériel. On sollicite le notable qui sait inspirer de sages décisions au préfet : “évidemment, mon cher préfet, loin de moi toute idée de vous forcer la main et de me mêler des nominations, des promotions locales, des décisions dont vous êtes maître. Mais je connais bien mon petit monde ardéchois, vous pouvez me faire confiance”. C'est en résumé la substance de ces trente-cinq lettres qui se présentent de manière identique. Elles ne traitent jamais d'un thème unique mais la structure en est plutôt celle d'un bulletin d'informations. En premier lieu, souvent des nouvelles de Paris, nouvelles de couloir, derniers “ragots” politiques mais dont nous avons pu juger a posteriori qu'ils furent toujours de source sûre. Ce bulletin est ensuite émaillé de sollicitations habiles, de conseils directs ou indirects, recommandant prudence, méfiance, comment s'y prendre, ce qu'il faudrait éviter. Il y a très souvent une petite note personnelle, demande d'informations sur la santé, sur la famille qui donne à cette correspondance la touche amicale qui estompe le côté solennel de ce courrier et remplit la fonction élégante du langage de convenance.

Carte n° 1 : Correspondance reçue entre 1800 et 1814

Carte n° 2 : Correspondance reçue entre prairial au III et fructidor au V.

13Nous avons relevé les grands thèmes abordés au cours de ces quatre années et nous les avons classés par fréquence :

14– des nouvelles de Paris dans chacune, recommandations et sollicitations (18 lettres), conseils (10 lettres), insistance pour la construction de routes et ponts pour désenclaver le département de l'Ardèche (7 lettres), “les ministres sont contents de votre gestion” (6 lettres), la défense de la cause des protestants (4 lettres), l'insistance pour élever un monument aux frères Montgolfier (3 lettres) et “descendez dans ma maison d'Annonay lorsque vous vous rendez dans cette ville” (3 lettres).Il est bien sûr impossible ici de citer longuement ces lettres mais nous voudrions seulement faire deux remarques. Nous avons relevé dans cette correspondance, trente noms ardéchois, amis, vieux compagnons, vieux correspondants, descendants directs ou famille proche de ces derniers, presque tous les patronymes nous étaient familiers. Il arrive parfois de rencontrer le nom de modestes habitants du département au sort duquel Boissy s'intéressait aussi. Deux types de situation se présentent. Tout d'abord, des hommes dont il serait sage de prendre en compte les conseils et leur connaissance du département. Dans le second cas, il s'agit de personnes habilement recommandées, elles-mêmes pour un poste, ou dont le nom est cité par Boissy pour placer un membre de leur famille. Nous ne résisterons pas devant la citation d'une sollicitation, peut-être la plus caractéristique du ton régulièrement employé, tellement délicieux : “Je n'ai pas voulu vous recommander ValetteVialan comme conseiller de préfecture car je ne veux pas vous accabler de recommandations mais il serait bien”.

  • 14 Archives nationales, 129 AP 35.

15Une chose est sûre pour Boissy c'est que la structure de l'opinion existe, qu'il faut être très prudent, la respecter. Il a concrétisé sa connaissance de cette structure dans une époustouflante analyse qu'il a rédigé à l'intention de Paulze. Il s'agit d'un exposé digne d'un rapport destiné au ministre de l'Intérieur : Notes sur le département de l'Ardèche, évidemment restées manuscrites14. On y trouve une analyse par ville dont il décortique la tendance politique majoritaire. Nous avons recensé 41 noms de notables locaux dont le passé est souvent rappelé et pour lesquels est mentionné : “avocat influent”, “bons principes”, “impossible de se fier à lui”, “un peu bizarre”, “je ne le connais pas, on me l'a recommandé”, “ancien gentilhomme”, “tendance ultra mais loyal, me doit sa nomination en 1815”, “je ne sais plus sa conduite”, “place fort bien dans ses mains”, “nomination fort agréable au parti libéral',riche en biens nationaux”, “belles manufactures”, “pas sans influence dans le parti libéral',sans capacité',ultra des plus violents”, “à récupérer”, “à replacer”, “protégé du général Rampon”, “avocat fort riche et fort estimable”, “protestants riches mais opprimés par la majorité ultra”, “notaire loyal et protestant”, “protestant, parents riches”, “trop marqué pour les ultras en ce moment”, “serait bien”, “un peu ultra mais doux et honnête”, n'a jamais servi sous “l'Ancien Régime”, “vous renseignera”, “un ancien ami”, “député des Cinq-Cents mais attaché au gouvernement actuel',ami d'enfance”, “plutôt porté vers les ultras”, “fort riche”, “fort honnête homme, estimé de tous les partis”, “mérite l'estime après avoir perdu sa fortune”. Patron du département, en vérité, oui. Cette connaissance très fine et très précise nous laisse deviner les possibilités de contrôle de l'opinion et des prises de position des petits notables locaux par Boissy. Mais quelle que soit leur réelle opinion, il importait qu'ils fussent propriétaires, estimables c'est-à-dire bénéficier d'une bonne réputation, et modérés. Cet exposé confirmait ce qu'écrivait Boissy dans sa dernière lettre au préfet le 23 mars 1823 : “on y disait que vous étiez mon agent dans la tyrannie que j'exerçais dans l'Ardèche”.

16Enfin un dernier type de sources nous conduit à penser que l'action de Boissy devait être efficace. Il s'agit des sollicitations qui continuent d'affluer jusqu'à sa mort. Entre 1816 et 1826, la majorité de ces dernières provient de l'Ardèche, preuve que la notabilité y était totalement installée et y jouait réellement son rôle de régulateur social. 163 lettres ont été consultées :

  • 110 proviennent d'Ardèche = plus des deux tiers
  • 20 de personnes originaires d'Ardèche, ce qui représente un total ardéchois de près des quatre cinquièmes soit 79,6%. Une carte permet de visualiser cette importance de l'Ardèche dans cette correspondance15.

17Des enfants, des cousins à placer, un pont à construire, une voie à percer, des remerciements attirant d'autres sollicitations, des demandes de pension, des demandes de restitution de poste après destitution, ce fut un véritable ballet de correspondance entre Paris et l'Ardèche. Nous y retrouvons encore des noms connus de Boissy dès avant 1789. Cette majorité écrasante de sollicitations ardéchoises nous paraît apporter la preuve que la notabilité s'y était totalement installée et y jouait son rôle de régulation sociale : la délégation de pouvoir à celui que l'on écoutait à Paris paraissait une solution satisfaisante d'autant plus que les demandes étaient largement prises en considération par le pouvoir central.

18C'est par cette satisfaction individuelle d'intérêts personnels que la stabilité politique et sociale paraissait garantie puisqu'elle donnait l'impression d'une certaine mobilité interne invalidant de la sorte l'idée d'un verrouillage social et repoussant toute volonté de changements brusques, voire toute velléité de troubles éventuels. Par ce moyen les petite et moyenne bourgeoisie conservaient l'espoir — l'illusion — d'une possible ascension sociale appuyée ou sanctionnée par le pouvoir d'État national. En acquérant une parfaite connaissance des élites locales, de leurs ambitions, de leurs volontés, de leurs préoccupations, le notable Boissy d'Anglas constituait de cette manière pour le pouvoir en place un merveilleux relais qui pourrait contrôler les petits notables locaux et en freiner l'impatience. C'était pour eux qu'il réussissait à Paris.

Carte n° 3 : Correspondance reçue entre 1816 et 1826

19Au moment de conclure, deux points retiennent notre attention. Première interrogation : devons-nous considérer ce réseau comme un frein ou un moteur ? Nous sommes tentée de répondre frein et moteur si l'on admet la réelle prise en compte de la structure de l'opinion et son analyse fine. Nous pensons précisément, à ce moment, à son jeu avec le pouvoir ultra, à partir de 1820. S'il s'agissait de méfiance, de prudence individuelle, il s'agissait aussi d'obtenir le respect des acquis libéraux issus de 1789 en plaçant les hommes les plus aptes à jouer ce jeu aux postes-clés départementaux, tout en sachant habilement ménager l'opinion de ce département et ses susceptibilités.

Τ : électeur de l'arrondissement de Tournon, canton d'Annonay.

20Seconde interrogation : permanence ou changement ? en premier lieu, permanence parce que les élites bourgeoises de 1789 perdurent mais parallèlement changement dans la pratique puisque la notabilité fonctionne dans un cadre de respect ou au moins de connaissance de la structure d'opinion ou de sa mise en place. Nous serions tentés de reprendre le titre de la communication de C. Mazauric : “Rien ne change mais tout a change” car c'est à ce moment précis où l'idéal libéral de 1789 devient une pratique politique. La Révolution achevée dans les esprits, le notable se doit de jouer le rôle de médiateur entre les ambitions individuelles ou familiales locales tournées vers une possible ascension sociale, médiateur au sens au Louis Girard l'entend. Le notable doit donc éviter la remise en cause des structures sociales établies en éclairant l'État sur les talents et vertus de ses moyenne et petite élites que, lui, connaît et protège. Ainsi en favorisant une certaine mobilité interne rassurante pour ces dernières, il verrouille de cette manière l'avenir politique de son département. C'est là la pensée sociale du libéralisme “à la française”, dont Boissy fut un protagoniste achevé, pensée devenue exercice pratique sur le terrain politique. Cette pensée participe de l'espoir d'une émancipation individuelle dans des structures politiques et sociales qui sont voulues comme définitivement stabilisées. Désormais, le notable libéral attribue à l'État la responsabilité du maintien de l'ordre social issu de 1789. C'est donc dans le cadre de cette pensée que nous avons suivi un Boissy s'activant pour son département, pour ses compatriotes, sollicitant, intervenant, répondant, laissant espérer, conseillant discrètement mais fermement le préfet, tenant un véritable fichier de capacités et d'opinions. C'est ainsi que Boissy envisageait le rôle de l'État. Si son libéralisme était total dans le domaine religieux, et à spectre large sur le plan politique, il demeura conservateur sur le plan social. Ainsi de l'efficacité du notable qu'il était, en place (en cour ?) à Paris, dépendait donc pour le libéral Boissy d'Anglas, en ce premier quart du XIXe siècle, la réussite de l'interaction Paris/Province, Province/Paris corrélant de ce fait la confiance dans celui qui agit à Paris et le calme social du département.

Notes

1 L. Bergeron G., Chaussinand-Nogaret, Les Grands notables de l'Empire, Éditions C N R S, Paris, 1978.

2 L. Bergeron, Les masses de granit, Cent mille notables de l'Empire, Éditions EHESS, Paris, 1979.

3 Bibliothèque nationale, manuscrits, Grand Orient, FM2 144 et FM2 276.

4 Annonay, Archives nationales, AA 49401.

5 Archives nationales, F/1 C III/Ardèche/3.

6 Le lecteur peut en prendre connaissance à la fin de cette communication.

7 Fonctionnaire, juge, notaire, avocat, médecin, propriétaire foncier, militaire, propriétaire de manufacture entre autres.

8 Archives départementales de l'Ardèche, 12 J 237 = 2 Mi 339 et 12 J 239.

9 Correspondance étudiée en détail dans notre thèse : De la Révolution à la Restauration, François-Antoine Boissy d'Anglas, itinéraire d'un grand notable libéral en phase de transition, Rouen, 20 octobre 1993.

10 Bibliothèque nationale, manuscrits, 1301, n. a. et Archives départementales de la Vienne.

11 Papiers saisis au domicile de Boissy d'Anglas après fructidor an V, Archives nationales, F 7 4606, d.3.

12 Carte n° 1 correspondance reçue entre 1800 et 1814, carte n° 2 correspondance reçue entre prairial an III et fructidor an V.

13 Archives nationales, 129 AP 33 (4).

14 Archives nationales, 129 AP 35.

15 Carte n° 3, correspondance reçue entre 1816 et 1826.

Table des illustrations

Légende Carte n° 1 : Correspondance reçue entre 1800 et 1814
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Carte n° 2 : Correspondance reçue entre prairial au III et fructidor au V.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Carte n° 3 : Correspondance reçue entre 1816 et 1826
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Τ : électeur de l'arrondissement de Tournon, canton d'Annonay.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540