Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Le pouvoir dans les villes

”Une histoire urbaine dans la Révolution française : à Rouen, rien ne change mais tout a changé”

Claude Mazauric

Texte intégral

1Assez lucide et désintéressé pour ne plus s'émouvoir désormais des retournements, reniements et aléas de toute vie politique, l'observateur au regard froid qui aurait considéré la ville de Rouen en 1801, au sortir de ces douze ans de révolution et de république, aurait pu se dire que, tous comptes faits, rien n'avait vraiment changé. Par dessus tempêtes et tourments, chaque chose paraissait avoir finalement repris sa place.

2Sixième ville du royaume de France en 1789 avec ses 70 à 75 000 habitants intra-muros, derrière Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux et Nantes, Rouen l'était encore en 1801 sous le consulat de Bonaparte. La brève et temporaire diminution de sa population constatée en l'an IV, n'avait pas eu de conséquences et, si l'on en croit le premier recensement de 1801 – tenu pour sérieux – et les dénombrements intermédiaires, Rouen rassemblait plus de 80 000 habitants en ces débuts de la République consulaire. L'activité portuaire y était en plein marasme mais la tendance au recul, on y avait déjà été sensible avant 1789 quand Le Havre imposait sa concurrence victorieuse : la ruine du commerce havrais à partir de 1793 n'avait cependant pas relancé le trafic d'un port presque laissé à l'abandon hors les relations fluviales et maritimes proches. Mais l'activité de banque, de négoce, de finance, elle, avait retrouvé son dynamisme ; épaulé par une production manufacturière solide, elle avait repris sa force après les années d'atonie consécutives à l'abandon de la réglementation jacobine qui l'avait encouragée. Les cotonnades portaient encore la production la plus dynamique, et entre 1800 et 1803, on créera 16 filatures hydrauliques dans l'agglomération rouennaise ; quant aux métiers du bâtiment, réactivés par la commande publique et l'ambition de pierre des nouveaux riches comme des anciennes dynasties locales, ils s'apprêtaient à connaître une belle décennie de prospérité.

3Ville par excellence de rente et d'administration en 1789, Rouen l'était tout autant en 1801. Le Préfet Beugnot occupe le ci-devant hôtel de l'Intendance et réunit autour de lui les nouveaux notables qui seront bientôt, au regard de la liste départementale qu'on met en chantier, parmi les 600 plus imposés, ceux qui présentent le plus de mérites et dont la notoriété honore le nouveau régime. Dès maintenant Beugnot rassemble le gratin du négoce, de la banque et de l'entreprise au sein de la Chambre de commerce rénovée. Mais qui en 1789, hormis quelques aristocrates dont plusieurs sont ralliés ou envoie de l'être, composait le gotha de la ville de Rouen sinon ces mêmes négociants, propriétaires et gens de pouvoir, qui venaient déjà en tête sur les listes, imprimées, affichées, publiées, de la contribution patriotique de 1789 ?

4Autrefois la ville tirait de la grasse campagne normande, du Pays de Caux, du Bray et du Vexin, tout ce qui était nécessaire à la prospérité et à l'opulence de ses nantis : hommes et femmes, des travailleurs et des domestiques; les impôts et les rentes, le bénéfice commercial et le profit tiré de la manufacture dispersée qui travaillait pour l'exportation, affluaient. Rouen expédiait dans son plat pays de banlieue et de campagne, ses nourrissons, ses commis qui donnaient des ordres et levaient taxes et impôts, ses gendarmes qui tenaient le grand chemin et puis avec le coton en balle et les outils, les objets qui faisaient la consommation nouvelle des ruraux contre les traditions rurales qui se défaisaient depuis un siècle. La ville fixait les normes culturelles de la vie des bourgs et des hameaux et, dans son séminaire, formait aussi prêtres et desservants des paroisses. Mais à travers cet échange inégal Rouen, comme toutes les villes métropoles, encadrait un vaste domaine campagnard et forestier qu'on exploitait sereinement avec le souci d'en préserver les capacités de reproduction.

5En va-t-il autrement en 1801 ? La manière ou le rapport des forces seront-ils inversés ? Certes non. Quelques changements cependant : moins de prêtres ; surtout moins de curés qui sont pour la plupart des revenants : 43 sur 51 sont d'anciens non-jureurs et parmi eux 17 ci-devant émigrés que le nouvel archevêque concordataire Etienne-Hubert Cambacérès, frère du Consul, véritable “préfet violet” reprend en mains avec détermination. Pour le reste, on travaille comme on le faisait, accordant cependant plus de temps à la pomme de terre qui occupe plus de place dans le manse et dans les jardins de la cour-masure. Quant au coton en balle ou en fil, qu'importe que son lieu d'origine et son coût ait changé puisque le prix payé pour sa transformation au regard du travail fourni, demeure presque identique ; qui le contrôle ce tarif sinon les mêmes marchands-fabricants qui de surcroît proposent aussi de travailler le lin ? Quant aux impôts, quoiqu'ils soient différemment perçus et plutôt plus lourds pour les moins modestes, quant aux rentes, rassemblées sous une dénomination unique mais de volume comparable et versées à terme échu selon le contrat, quant aux ordres qui viennent toujours de la ville par l'intermédiaire de ceux qui dans le bourg s'en font les relais comme les maires, qui dira que le nouveau régime en a nettement effacé la rigueur ou allégé la contrainte ?

6Au demeurant, la grande ville, elle-même, est toujours basée, rive droite, au dos de la même boucle de la Seine, entre Robec et Cailly, sur les mêmes terrasses étagées au pied des versants du plateau cauchois, mal reliée par le même pont de bateaux brinquebalant dans la marée, à l'industrieux faubourg Saint-Sever qu'on projette toujours d'aménager. Vers 1800, Rouen paraît toujours aussi sale, obscure, nauséabonde, empestée, “gothique” pour tout dire, telle que l'ont décrite Arthur Young en 1787, Coquebert de Montbret se rendant en Angleterre et en Irlande en 1789, Miss Williams en 1791. Toujours le même contraste entre les beaux hôtels de l'Ouest et du Nord de la ville, entre les espaces monumentaux plutôt mal entretenus et les dangereux quartiers populaires de l'est. Même différence entre les actives et populeuses rues de commerce du centre et les amas de venelles aux entrepôts putrides, proches des quais ou occupant les espaces bâtis intercalaires.

7Y est-on moins instruit qu'autrefois comme les pessimistes le prétendent ? Pourtant dans les classes ouvertes à l'étage ou dans les petites pensions qui ont remplacé écoles paroissiales ou communales, maisons d'école et collège, des maîtres et des maîtresses – ce sont quelquefois les mêmes que naguère, renforcés ou remplacés par d'autres qui leur sont identiques – accueillent des masses d'élèves. On attend l'ouverture de ce qui sera le Lycée tandis que se survit l'École centrale. Aux prestigieuses mais devenues peu actives sociétés académiques et de pensée ont succédé cercles bourgeois qui réunissent les hommes influents et associations publiques aux visées plus utilitaristes. Beugnot a reconstitué l'Académie mais c'est à la Société d'Émulation de la Seine-Inférieure, créée, en 1792, sur les décombres des anciennes structures de sociabilité plus ou moins savantes, que se retrouvent manufacturiers et techniciens, administrateurs et savants les plus en vue. Dans les boutiques où l'on s'arrachait, en 1789, les brochures et le seul organe de presse, Les affiches de Normandie de Milcent, on peut acquérir le Journal de Rouen qui en a pris la suite et que Beugnot transforme en Journal de la Préfecture, ou bien encore l'insipide Chronique qui se survivra jusqu'en 1810. Des livres encore, car l'imprimerie demeure prospère, mais des brochures, plus guère !

8Et puis les rouennaises et rouennais du populaire, de l'atelier et de la boutique, n'ont guère changé, même vestimentairement. L'endogamie de résidence et l'homogamie sociale paraissent encore s'imposer comme devant, c'est-à-dire comme les a décrites J.P. Bardet pour le XVIIIe siècle. Après 1793, on a profité de la législation sur le divorce pour régulariser des situations de fait, plus rarement pour repartir dans la vie ou échapper au “séquestre”, mais en 1800, l'habitude plus ou moins laïcisée de la conjugalité canonique a retrouvé la force du modèle : une force que le Code civil, qui liquide en droit, plus lentement en fait, les pratiques liées à la coutume et à sa variante de Caux, va décupler. On vit, on meurt et sans doute fait-on l'amour à Rouen, en 1801, comme on en avait la pratique avant 1789 par dessus les rudes pointes de morbidité/mortalité de l'an III et de l'an IV, pardessus la reprise des mariages facilitée par la conscription, par dessus enfin le rattrapage des naissances de l'an V à l'an VIII que favorise l'affadissement des anciens préceptes moraux de l'Église. Eston cependant moins croyant aujourd'hui qu'hier ? Sans doute ne voit-on plus de moines ni de religieuses et voit-on peu de prêtres dans la ville, surtout moins d'églises en état d'accueillir les fidèles. Mais à l'exception d'une mince couche d'incroyants déclarés qui auraient fait scandale quinze ans avant, le bon peuple en tient pour les rites et pour ses habitudes… pour autant que celles-ci dans les faubourgs et les quartiers d'ateliers aient été vraiment pieuses !

9Comme en 1789, à Rouen en 1801, on fait plutôt du cidre que du vin dont se délectent les plus aisés et on s'adonne à la “goutte” mais le bonheur de vivre se mesure à la viande, au beurre, à la crème, au petit “neufchâtel” que l'on y consomme. Or la déflation des prix et la liberté du marché ont rendu tout cela accessible, du moins à la partie de ceux qui “sont occupés” de commerce ou d'industrie ou reçoivent des “gages” : tous n'en sont pas là malgré la prospérité annoncée par le Préfet !

10Voici enfin que notre observateur au regard froid s'intéresse aux premiers personnages publics de la ville. En 1789, un noble de vieille extraction, Dubosc de Radepont en était le maire, nommé par le Roi, sur une liste de trois candidats proposés par le “Corps de ville”, lui-même composé de six “échevins”, trois venus de la noblesse, trois du négoce, organiquement choisis par la Sanior pars d'une cité aux 61 corps et communautés d'arts et de métiers dont, seules, les premières exerçaient une réelle influence. L'avocat de la ville, adjoint au corps de ville en 1789, était Jacques Guillaume Thouret qui, peu après, présidera l'Assemblée nationale constituante. Parmi les échevins, outre le banquier annobli Le Coulteux de Canteleu, siégeait le négociant, Pierre-Nicolas De Fontenay de la firme “Veuve Fontenay et fils” dont l'autre propriétaire, Alexandre, le frère, avait créé la grande filature mécanique de Louviers qui employait 500 ouvriers. Le jeune et richissime Marquis Joseph Fortuné d'Herbouville entraînait le clan de la noblesse libérale qui acceptait de se soumettre à l'impôt territorial.

11En 1801, le maire nommé par le Premier consul sur proposition du préfet et en application de la Constitution de l'an VIII, est le même Pierre Nicolas Defontenay : dans le patronyme on n'isole plus la particule du désignant “Fontenay” qu'en 1793, on évoquait seul… Le 3 novembre 1802, Bonaparte, lui-même, viendra à Rouen rendre hommage à cet homme, à l'occasion d'une visite à l'exposition des produits de l'industrie haut-normande organisée par la Société d'Émulation. Sur la cheminée du cabinet du maire, siège un buste de Thouret : témoignage de fidélité à l'homme du compromis de 1789, victime en 1793 de la vindicte de ceux qui n'oubliaient pas son rôle dans la mise en place à Paris de la “Terreur tricolore” de l'été de 1791. Le Coulteux de Canteleu est devenu l'un des banquiers parisiens en vue, bientôt co-fondateur de la Banque de France. Le Marquis d'Herbouville, extrait de son domaine de Saint-Jean-du-Cardonnay (appartenant aujourd'hui aux Polignac) où il exploitait ses biens physiocratiquement, en gentleman farmer, est devenu Préfet du département des Deux-Nèthes où il est installé depuis le 12 avril 1800 (22 germinal an VIII). Forfait, l'un des grands ingénieurs maritimes de la monarchie, issu du négoce de Rouen et que la Législative avait accueilli comme député, devenait ministre de la marine, le 1er frimaire an VIII (22 novembre 1799), Conseiller d'État, Préfet Maritime de Gênes. Faudrait-il multiplier les exemples ? La conclusion paraissait s'imposer : par dessus les vicissitudes de l'événement, rien n'avait donc fondamentalement changé et notre observateur au regard désabusé qui avait la tripe plébienne de se demander : “Eh quoi, toujours les mêmes dominants et les éternels dominés ? Rien ni personne ne changera-t-il donc jamais ?

12C'est alors que, lucide, notre observateur se prend à interroger certains silences et à questionner d'évidentes absences ; il remarque au détour de places et de cours, des espaces inoccupés et clos de palissades, d'antiques monuments qui menacent ; ruine ; le regard de quelques passants traduit, ici de possibles nostalgies, là de l'accablement, le plus souvent une épaisse satisfaction de nantis. Et le voici notre guide, qui s'intéresse enfin au nouveau cours de l'Administration dont on exalte l'efficacité autant que l'ordre géométrique !

13Le Préfet Beugnot est sûr de lui et assuré de la confiance du gouvernement. Il s'apprête à faire connaître son projet et sa méthode dans ce qui sera le Tableau de l'esprit public en l'an X :donner au département le plus grand mouvement domestique dans la plus parfaite immobilité politique” ; en d'autres termes, promouvoir la légitimité des intérêts privés dans la stabilité de l'ordre public : vaste programme Nous y sommes encore !

14Il entreprend de réunir les noms des 24 notables du conseil Général du département, en veillant à y placer 15 administrateurs dont huit rouennais ayant exercé des fonctions électives au cours de toutes les phases de la décennie qui s'est achevée avec l'avènement du Consulat. Réorganisant ses bureaux, Beugnot a réduit le nombre de ses commis mais renforcé l'effort d'inventaire statistique, créant une commission ad hoc se réunissant chaque semaine sous la houlette du savant publiciste Noël de la Morinière, ancien jacobin et ancien rédacteur du Journal de Rouen en l'an II comme en l'an III, et auteur d'un Annuaire du département qui fait autorité. Autour du Préfet, des ingénieurs et des architectes, comme François Laurent Lamandé, ingénieur des Ponts et Chaussées, né en 1735, auteur, en 1787, d'un grand plan de recomposition du port du Havre, et en 1795, d'un plan de réorganisation et d'urbanisation de la vieille cité de Rouen, du port, de la rive gauche creusée de canaux, des faubourgs retaillés géométriquement. Le successeur de Lamandé, Louis Le Masson, ingénieur depuis 1776, retravailla avec succès ce “projet d'embellissement” puis, après l'avoir présenté devant la Société d'émulation, l'avait remis au Préfet lui-même, le 20 prairial an VIII (10 juin 1800). Que voyons-nous sur ces plans ? Non pas un nouveau témoignage de l'utopie architecturale des Lumières, ni non plus une simple rationalisation de l'espace clos mais un projet de réurbanisation fonctionnelle de la ville de Rouen, ville de circulation, de pouvoir et d'administration, centre de manufactures. Or ce qui rend le projet viable et possible résulte de deux faits :

  1. L'appropriation par la ville de son espace communal réalisé, en 1790, quand l'Assemblée nationale a avalisé l'absorption des faubourgs extra muros, érigés en municipalités autonomes en 1787, faisant ainsi disparaître la distinction de l'intra-muros et de l'extra-muros qui fixait tous les “privilèges”.
  2. L'appropriation publique et la municipalisation de vastes espaces royaux ou cléricaux, bâtis ou clos, au cœur du tissu urbain ancien. Dégagement du Vieux Palais ; construction d'un solide pont de pierre sur la Seine ; aménagement à l'est d'une nouvelle place consacrée à l'espace public sur l'ancien territoire de la puissante abbaye de Saint-Ouen ; entre les deux, un grand axe de circulation nord-sud par dessus la Seine et à proximité du port : ces données accompagnaient l'ambitieux projet de construire des canaux sur la rive gauche et d'édifier un second centre moderne à Saint-Sever, de liquider le reste des ramparts pour y établir des boulevards circulaires…

Plan d'embellissement de la ville de Rouen dressé par l'ingénieur Le Masson, l'an 4 de la République française, adressé au ptéfet Beugnot le 20 prairial an 8. (10 juin 1800)

Plan de Rouen avec le projet général des ouvrages pour l'amélioration du port et l'agrandissement de la ville par F.-L. Lamandé. 1795.

15C'est ici qu'il conviendrait de rappeler à notre observateur sagace, l'importance décisive de la loi municipale du l4 décembre 1789 qui avait institué, dans son article 49, “le pouvoir municipal” en lui donnant “deux espèces de fonctions à remplir, les unes propres au pouvoir municipal” – l'article 50 de la loi les détaille –, “les autres propres à l'administration générale de l'État et déléguées par elle aux municipalités”, comme l'était par exemple l'organisation des “Assemblées primaires” et leur convocation dont dépendait la formation de la volonté générale de la nation. Dix ans après, la démocratie censitaire a vécu et la démocratie élargie est oubliée; le “pouvoir municipal” après avoir beaucoup reçu en 1792 et 1793 par “délégation” de l'État, a beaucoup perdu depuis le décret du 14 frimaire an II et à sa suite, mais dans ses attributions spécifiques plus étroites – dont la nouvelle Constitution de l'an VIII a confié l'administration à des notables désignés par l'État – il a conservé l'essentiel de ses prérogatives urbanistiques… Bientôt cependant – en 1811 – Le Masson et Lamandé – fils seront mis à pied d'œuvre pour l'édification d'un pont de pierre, qui, à la différence du premier projet, se présentera en accent circonflexe, prenant appui sur l'île de la Mouque, avec, dans son axe nord ce qui sera la Rue de la République, à son extrémité la nouvelle place de l'Hôtel de ville et dans son axe sud, au delà de la Seine, la future rue Lafayette débouchant sur l'Église Saint-Sever.

16La Révolution faite a donc rendu possible la déchirure et la recomposition de la vieille cité médiévale parce qu'elle a brisé le pouvoir, les habitudes, les privilèges de ceux qui en avaient séculairement maîtrisé l'espace social et compromis toutes les entreprises de rénovation radicale, même au temps du pouvoir de l'Intendant De Crosne, avant la crise de l'État.

17Intéressé par ce constat, notre observateur au regard froid visitera pour finir le maire Pierre-Nicolas Defontenay. Que restait-il encore chez ce puissant personnage de ses idées premières quand, député aux États généraux, il se fit porte-parole à la Constituante du lobby des députés de Commerce ? L'homme qui présida le directoire du nouveau département enl792, qui sut à temps rompre avec ses amis “feuillants”, adhère à la République en septembre, puis en 1793, accepte d'un mot la constitution et simultanément refuse l'aventure girondine de l'été, pour devenir pour quelques semaines maire de la ville, à la demande des représentants en mission, avant d'être momentanément déclaré suspect “d'incivisme et d'aristocratie” ; était-il le même homme que Bonaparte venait de propulser au premier plan ? Il fut, certes, l'un des protagonistes de la régénération de la société populaire après thermidor et on le savait aussi “ferme républicain”, notamment lors du coup de fructidor an V dont il fut l'un des supporters locaux. Mais son ralliement à Bonaparte après Brumaire pouvait-il faire oublier les palinodies antérieures ? Pourtant, le 10 prairial an VIII (30 mai 1800), notre observateur entendit Defontenay au cours de son installation publique rendre hommage “aux travaux de son infortuné et vertueux ami Thouret (avec lequel) il partagea l'honneur de relever en France l'autorité paternelle du pouvoir municipal', et déclarer pour l'autocritique “qu'il lui est doux de terminer sa carrière politique en concourant à des vues bienfaisantes après avoir été le témoin impuissant de mesures désastreuses” et soutenir une “société où chacun se range naturellement à l'ordre où le vœu des bonnes lois est toujours prévenu”. Peu d'années après, nous le savons, le 26 prairial an XII (5 février 1804), le maire sera fait membre et commandeur de la légion d'honneur et sénateur d'empire, le 28 pluviôse suivant (18 février 1804).

18Se rendant à Paris pour ses fonctions, chez qui croyez-vous va loger Defontenay ? Chez Le Coulteux, rue Cassette, l'ami et le collègue d'autrefois, devenu lui aussi sénateur, bientôt Baron d'Empire et c'est à Paris dans un hôtel appartenant au banquier que mourra Pierre-Nicolas Defontenay, le 11 février 1806. L'homme qui vient d'achever sa “carrière” (sic) qu'a-t-il encore de commun avec le jeune réformiste de la “Commission intermédiaire” de l'Assemblée provinciale de 1787 ? Comme tous les représentants de l'élite du négoce rouennais dont il sort et auquel il est lié par son mariage, De Fontenay plaidait contre le “despotisme” des bureaux et les blocages de l'ancien ordre en faveur de l'autonomie de la ville, de la reconstitution des États provinciaux de Normandie, de la déconcentration de l'initiative; il réclamait la liberté contre la réglementation. Avec Thouret, avec Le Coulteux, avec les nobles libéraux ralliés à leur cause, il militait en faveur du “self-governement” qui, à leurs yeux de concurrents inquiets, faisait merveille en Angleterre. Il souhaitait une démocratie censitaire qui reconnaîtrait la valeur du mérite comme de la naissance et s'appuierait sur l'intérêt des propriétaires et des entrepreneurs. Il fallait à ses yeux réduire le poids et les compétences de l'État à l'intérieur du royaume devenu un marché, et soutenir, car il participait de cet optimisme prométhéen de l'époque, l'effervescence nécessaire venue d'en bas et l'initiative des “citoyens”…

19En 1802, gorgés des biens nationaux dont ils se font une garantie et une caution pour leurs créances et leurs engagements capitalistiques, le notable Pierre-Nicolas et son frère Alexandre, sont devenus infime partie de la classe nationale au pouvoir et à laquelle une politique de mariages, d'alliance et de relations les associent étroitement. Ralliés au pouvoir centralisé de l'État consulaire, ils ont renoncé, expérience faite, à leurs ambitions d'autonomie décentralisatrice. Désormais unificateurs et centralisateurs à l'intérieur, promoteurs de la juste émulation que favorise la concurrence, ils ne veulent entendre parler face à l'Angleterre, “éternel artisan de nos maux” (discours du l0 prairial an VIII), que d'une juste protection de la production nationale. Quant aux “bonnes lois”, elles sont loi d'ordre et de discipline, de celles qui empêchent les dérapages et les idées folles comme on le vit avec la malheureuse exécution en 1789, puis réhabilitation contrainte en 1793, de ces misérables émeutiers Bordier et Jourdain… Souvenir cuisant ou cauchemar possible ?

20Ce que ne dira pourtant pas notre contemporain d'alors à l'œil perçant, mais que nous concevons fort bien aujourd'hui à travers le rappel de l'itinéraire biographique de Pierre-Nicolas Defontenay, c'est la manière dont une certaine bourgeoisie s'est transformée elle-même pour devenir la classe dominante et dirigeante d'une nation solidement encadrée par une administration d'État efficace. Dans ce passage de la générosité au réalisme, du rêve fondateur à la pratique-organisatrice, se lit en creux l'œuvre au vrai de la Révolution, à Rouen comme ailleurs. L'histoire “est un procès sans sujet” a dit l'un de nos philosophes contemporains que j'aime.

21Quant au peuple, le petit qui est à la marge, et le moyen, le plus activement présent, on ne le vit jamais à Rouen au cours de la décennie écoulée, ni très radical, ni très autonome quoique souvent fort agité. Dans tous les lieux où sa parole a pu se faire entendre, dans l'assemblée hors les murs de mars 1789 où l'on annonçait la mort du Tiers État, à la Société populaire puis dans les cercles constitutionnels et au théâtre quand, en l'an II, on y donnait des pièces gratuites “de par et pour le peuple” comme à Paris, ce n'est guère sa voix que l'on avait entendue mais celle des publicistes qui parlaient en son nom. Du moins, au fort de la Révolution, avait-on évoqué sa force et son droit, notamment de 1791 à l'an III, quand paraissaient à Rouen, exemple unique en France hors Paris, jamais moins de trois quotidiens, six dans l'hiver de l'an II. Désormais le silence s'est emparé des rues et places des populeux “cantons” où se fabrique la “rouennerie”, entrecoupé de temps à autre, de brusques moments de tensions. Mais qui peut dire que derrière le silence des sources ne demeure pas la nostalgie d'une République et d'un temps qui savaient exalter le patriotisme des petits et tenir l'indigence pour le gage de la vertu ? Cette nostalgie invisible est-elle insensible ?

22Interrogeons l'aval du temps quand l'industrieuse capitale de la Normandie se montrera toute agitée par la passion de la République et par les premières luttes et espérances ouvrières. Oublierait-on qu'Armand Carrel qui fut volontaire républicain en Espagne, en 1823, condamné à mort par les autorités français et évadé avant de devenir, après 1830, 1'un des grands du National, est tout entier porteur de la tradition républicaine de l'est d'une ville où il est né et fut élevé dans un milieu pourtant catholique et conservateur ? Oublierez-vous l'hommage que rend Chateaubriand dans les Mémoires d'outre-tombe à “cet homme de cœur, toujours prêt au grand jour à se jeter sur la pointe d'une épée” (L. 35, ch. IX) ? Omettrai-je de parler de ce Joseph Cord'homme, étudié par Yannick Marec, qui fut l'inspirateur du beau républicain de Boule de Suif de Guy de Maupassant ? Que dire enfin de cette capacité à la résistance ouvrière, parallèle à l'exigence républicaine, qui s'est poursuivie et renouvelée, sotto voce, mezzo voce avec Charles Noiret, par dessus les temps calamiteux, jusqu'au printemps de 1848 ? Le grand Flaubert, dont le père Achille Cléophas, chirurgien de l'Hôtel Dieu où il avait succédé au Jacobin Laumonnier, le même qui avait naturalisé les têtes de Bordier et de Jourdain, s'en était effrayé… Reflet de la grande peur sociale qui a traversé la ville. Et la Révolution, ces dix ans de révolution, n'auraient rien changé ?

23A quoi tient le changement ? Au regard de l'anthropologue, l'Homme n'est guère différent en 1800, en 1820, de ce qu'il était en 1780, sauf à considérer la mutation des conditions de sa “socialisation” comme nous l'avons envisagé dans notre colloque de Rouen en 1988 ; le matériel dont disposera l'ethnologue et le lexique du Linguiste comporteront quelques disparitions, quelques apparitions dont les musées ou les dictionnaires, même bilingues, recenseront bien vite les occurrences. Le philosophe et le juriste observeront les nouvelles règles, ou les nouveaux principes, la légitimation du pouvoir souverain. Pour l'économiste, les transformations techniques, plus lentes, plus continues qu'on ne le croyait, les phases conjoncturelles, se mettent en tableaux et en courbes et l'objet Révolution se réduit à l'appareil législatif et réglementaire, au discours… Mais pour l'historien qui se donne pour ambition de concevoir comment se transforme dans la subtile dialectique de l'inter relation, le subjectif de la représentation et la réalité mouvante, alors ce temps de tempête fut un temps de changement.

24A Rouen, il est vrai, le changement a bien existé, puisque je l'ai rencontré.

Bibliographie

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

Sources :

– Délibérations municipales de la ville de Rouen, Arch. mun. (Bibl. m. de Rouen), Série D, Y1 à Y11, passim et D 3/2 sur la réunion des faubourgs à la ville.

Liste imprimée des citoyens soumis à la contribution patriotique de 1789, par ordre de l'Ass. elect. et municipale de la ville de Rouen, De l'imprimerie de la ville, 1790 (col. pers.).

Le Masson, Mémoire statistique et descriptif du Département de la Seine-Inférieure, Rouen, 1801, (BMR, Mont. Y3). La mort du Tiers-État ou plaintes (…), Rouen, mars 1789 (col. pers.).

Young α., Voyages en France, Paris, Colin, 1976 (tr. fr.), cf. T.1., p.313. Lettres écrites à une amie en Angleterre par Miss Williams, Paris, 1791.

Carnets de voyage en Angleterre de Charles-Etienne Coquebert de Montbret en 1789, éd. par Elisabeth Rebours, mém. de maîtrise, 1991, d'après le Ms, BMR, Mbt 1015 (2).

– Cartes et plans de la Bibliothèque nationale : 1, Plan de Rouen avec le projet général des ouvrages etc… par F.-L. Lamande, 1795 ; 2, Plan d'embellissement de la ville de Rouen etc… par l'ingénieur Le Masson, an IV de la République, adressé au Préfet Beugnot le 20 prairial an VIII.

– Dictionnaire français-espagnol (…) enrichi “d'un vocabulaire des mots nouveaux introduits depuis la Révolution dans la langue française”, par Gatel, Lyon, Bruyset, 1803 ; cf.p.757-764.

Parmi les travaux consultés :

GENERAUX :

La Révolution en Haute-Normandie (1789-1802), Comité rég. d'hist. de la Révolution Française, Rouen, Éd. du P'tit Normand, 1989 (2e éd.) ; cf. ch. 1 à 11.

A travers la Haute-Normandie en Révolution (1789-1800), Comité prog. d'hist. de la R.F. et IRED, Université de Rouen, Rouen,-1992.

Garcia de Enterria E., Révolution française et administration contemporaine, Paris, Economica, 1993 (trad.), col. “Droit public positif” dir. Louis Favoreu.

Ponteil F., “Le régime autoritaire et les grandes lois organiques de l'an VIII”, Revue internationale d'histoire politique et constitutionnelle, 1954, n°4, p. 231.

PARTICULIERS :

Bardet J.-P., Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d'un espace social, Paris, Sédès, 1983 (2 vol).

Boivin M., Le mouvement ouvrier dans la région de Rouen, 1851-1876, Publications de l'Université de Rouen, 1989.

Bouloiseau M., Cahiers de doléances du Tiers-État du bailliage de Rouen pour les États-Généraux de 1789, Rouen, Imp. adm., 1960, T. 1., “La ville”.

Chaline J.-P., 1-Les bourgeois de Rouen : une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982; 2- L'affaire Noiret, Rouen, Société de l'histoire de Normandie, 1986.

Chassagne S., Le coton et les patrons, France, 1760-1840, Éditions de l'École des Hautes Études en Sciences sociales, Paris, 1991.

Dardel P., Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au XVIIIe siècle, Rouen, 1966.

De la Querière, Coups d'œil sur 24 églises supprimées à Rouen en 1791, Rouen, 1966.

Marec Y., 1848 à Rouen : les mémoires du citoyen Cord'homme, oncle de Maupassant, Éd. Bertout, Luneray, 1988.

Mazauric C., Sur la Révolution française, contributions (…), Paris, E.S., rééd. 1988.

Mazauric C., Jacobinisme et Révolution, autour du bicentenaire (…), Rouen, E.S., 1984 ; Rouen sous la Révolution, Rouen, CRDP, 1967 (cahier pédagogique).

Queniart J., L'imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIe siècle, Paris, 1969.

Sevestre E. (Abbé), Les problèmes religieux de la Révolution et de l'Empire en Normandie, Paris, 1924.

A l'origine des départements : hommage à Jacques-Guillaume Thouret 1746-1794, Actes du colloque du 1er décembre 1989, Imprimerie Administrative de la Seine-Maritime, 1990, 108 pages.

Vidalenc J., Textes sur l'histoire de la Seine-Inférieure à l'époque napoléonienne, Rouen, CRDP, 1976 (Cahier pédagogique).

Wauters E., Une presse de province pendant la Révolution française. Journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, CTHS, 1993.

***

Mémoires de maitrise (soutenus à l'Université de Rouen et préparés sous la direction de l'auteur).

Breemeersch-Greaume N., Recherches sur la Garde Nationale de Rouen, 1992.

Cortes α., Jean-Barthélémy Lecoulteux de Canteleu, banquier et député, 1989.

Desjardins α., Le personnel de la société populaire de Rouen (1790-An II), 1992.

Gueville C., Circonscriptions administratives et géopolitiques de la ville de Rouen au cours de la Révolution française, 1989.

Fleury G., Les suspects à Rouen et dans les communes environnantes (1793-1794), 1987.

Frileux α., Recherches biographiques sur Charles-Joseph Fortuné, Marquis d'Herbouville, 1991.

Hebert F., Entre politique et transcendance, Le mouvement festif à Rouen de 1790 à l'an III, 1992.

Laboulais I., Le flambeau du républicanisme : un journal à Rouen pendant la Terreur, 1991.

Matias M., La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Rouen (1790-1855)”, 1990.

Mentha I., La chronique théâtrale dans la presse rouennaise de 1789 à 1799, 1993.

Roussilhe F., La perception de l'anti-révolution par les jacobins de Rouen de 1792 à l'an III, 1986.

Sebban D., P.N. Defontenay ou la bourgeoisie au pouvoir, 1987.

Table des illustrations

Légende Plan d'embellissement de la ville de Rouen dressé par l'ingénieur Le Masson, l'an 4 de la République française, adressé au ptéfet Beugnot le 20 prairial an 8. (10 juin 1800)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Plan de Rouen avec le projet général des ouvrages pour l'amélioration du port et l'agrandissement de la ville par F.-L. Lamandé. 1795.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540