Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Pouvoir local et terreur

Débat

Texte intégral

Jeudi matin

1D'emblée, J.-P. Jessenne souligne le contraste entre la période 89-90 évoquée la veille, où l'on assistait à une sorte d'homogénéisation du pouvoir local, désormais élu et organisé de façon identique aux trois niveaux qui le composent, et la période 93-94 aboutissant à une superposition d'instances nouvelles surtout au niveau des municipalités désormais surveillées par les sociétés populaires et les comités de surveillance auxquels s'adressent directement les représentants en mission. Il y a donc éclatement du pouvoir à la base accompagné de l'élimination des notables mais aboutissant aussi à réactiver des luttes de clan. Il demande à J. Bernet la nature des relations entre Sociétés populaires et Comités de surveillance, à M. Braconnier si les représentants en mission ne suspectent pas, a priori, les pouvoirs locaux légalement mis en place et à J. Bernet si, dans la Vienne, on peut observer comme dans le Pas-de-Calais une coloration sociale croissante de la politique des représentants en mission ?

2J. Bernet constate que le triptyque est de règle (municipalité, société, comité), mais il ne fonctionne véritablement que dans les villes, même modestes, jusqu'au chef-lieu de canton ; ailleurs, dans les simples paroisses, son existence est plus aléatoire, formelle, car les trois instances sont composées des mêmes individus et on n'agit guère. Dans le vignoble, il est probable que les confréries de vignerons ont facilité la création des sociétés populaires ou se sont confondues avec elles.

3M. Braconnier répond qu'effectivement les prises de position de certaines administrations en faveur des Girondins ont rendu suspects les étages supérieurs de la pyramide administrative du département concerné.

4J. Perret constate que les représentants ont surtout été préoccupés par les levées d'hommes, leur organisation, la proximité de la Vendée mais que les lois de Ventose n'ont mobilisé personne.

5M. Crook se demande si les sociétés populaires ont joué un rôle électoral ? J. Bernet l'affirme pour les villes mais on n'en peut rien dire pour les campagnes.

6S. Bianchi voudrait que l'on esquisse un bilan de la Terreur dans la Vienne, s'interroge sur un possible changement d'attitude des représentants après les décrets de Frimaire, sur la possibilité d'un véritable débat idéologique dans les campagnes et si le mot Terreur n'est pas excessif pour caractériser ce qui se passe tant en Champagne que dans la Vienne ?

7J. Perret avance le chiffre de 30 exécutions pour la Vienne,et si le mot Terreur est peut-être excessif globalement, il y a des paroxysmes locaux qui signifient une menace potentielle évidente et d'ailleurs le mot lui-même est employé. Pour J. BERNET ce mot est peut-être excessif car le sang ne coule pas en permanence, pourtant la politique de déchristianisation est très mal perçue par les populations et l'on reparle de martyrs. C'est le plus souvent l'assemblée générale des habitants qui prend le nom de société populaire et l'on parle parfois de "secte" à son propos.

8C. Lucas se demande si l'on ne postule pas une vision trop rigide des pratiques terroristes qui sont évidemment liées aux circonstances et aux hommes.

9D. Ligou rappelle que Couthon n'était pas le seul représentant envoyé dans le Puy-de-Dôme et qu'il faudrait parler de Romme également. Il estime que la filiation entre sociétés populaires et loges maçonniques est tout à fait exceptionnelles et reste persuadé, par l'exemple du Lot, que les sociétés populaires au fond des campagnes sont une aimable fumisterie. Les paysans traînent les pieds, comme plus récemment devant les réquisitions de Vichy, mais ce n'est même pas vraiment de l'anti-révolution plutôt quelque chose comme de “l'a-révolution”.

10Pour E. Toscas ce colloque pose le problème des rapports entre la logique d'État et la logique locale. Apparemment la logique d'État a les moyens de s'imposer mais en réalité la logique locale contamine les représentants de la logique d'État. En Catalogne, les coalitions politiques locales incarnées par des clans sont présentes dans toutes les institutions et donc derrière l'apparence de l'appareil d'État, il y a l'essentiel, c'est-à-dire les parentèles et les clientèles. Giovanni Levi nous a suffisamment averti de la permanence de ces structures.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540