Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Pouvoir local et terreur

Le village face à la terreur : l'exemple du département de la Vienne

Jacques Péret

Texte intégral

1Pour mieux comprendre la Terreur, trop longtemps perçue comme un phénomène purement politique, parisien, œuvre d'une minorité de sans-culottes, il importe de renverser la vapeur en partant du terrain, des réactions de la masse des Français, des ruraux.

  • 1 Une trentaine de registres déposés aux archives départementales de la Vienne (dépôts)
  • 2 Arch. dép. Vienne, principalement L 453-455. Analyse complète dans V. Gabard, Les comités de surve (...)
  • 3 Celle de Vouneuil sur Vienne surtout, arch. dép. Vienne, L suppl. 63.

2C'est en cela que l'étude des archives des institutions révolutionnaires locales s'avère fructueuse. Les registres de délibérations municipales1, ceux des comités de surveillance révolutionnaires ruraux2, de quelques sociétés populaires3, les archives des tribunaux de districts et des justices de paix encore inexploitées, permettent de saisir l'activité des pouvoirs locaux mais aussi plus largement les réactions des populations rurales dans leur adhésion ou leurs résistances aux mesures “terroristes”. Il importe évidemment d'analyser ces sources avec précaution ; dans le climat de peur ou au moins de méfiance de l'an II, les autorités font assaut d'obéissance et d'alignement idéologique. De ce fait le discours maximaliste et extrémiste de nombreuses sources ne doit pas toujours être pris au premier degré ; il demande une double lecture et traduit largement des apparences.

  • 4 Voir sur ce département, R. Doucet, L'esprit public dans le département de la Vienne pendant la Ré (...)

3Cette étude s'inscrit dans le cadre de la Vienne4. Ce département rural qui a suivi jusque là la marche de la Révolution avec modération, se trouve brusquement confronté à partir de mars 1793 à l'insurrectiion vendéenne. Menacée par les incursions des insurgés, la Vienne devient un département frontière, base arrière des troupes républicaines. On peut parler ici, dès le printemps 93 de véritable régime de guerre avec tout ce que cela signifie. De ce fait, les mesures d'exception y sont précoces ce qui nous amènera à débuter notre étude dès mars 93, en amont de la Terreur proprement dite.

4Aussi, pour comprendre la réalité de l'épisode 93-94 tel qu'il a été vécu dans les villages poitevins, nous tenterons d'abord de saisir qui sont les artisans de la Terreur dans le monde rural ; la Terreur est-elle simplement imposée d'en haut ou bien trouve-t-elle des relais locaux ? Nous analyserons ensuite le fonctionnement concret de la Terreur, en quoi a-t-elle bouleversé ou non la vie du monde rural et comment ce dernier a réagi à la tourmente de l'an II ?

ARTISANS ET ACTEURS DE LA TERREUR RURALE

5Dès 1793, la Vienne, en bordure de l'insurrection vendéenne, est particulièrement touchée par les mesures d'exception liées aux menaces pesant sur la République et à la conjoncture politique. Mais c'est la loi du 14 Frimaire qui bouleverse l'organisation des pouvoirs locaux dans le sens d'une centralisation très poussée où les représentants en mission, les agents nationaux des districts et des municipalités d'une part, le réseau parallèle des comités de surveillance et des sociétés populaires d'autre part constituent les rouages essentiels de la machine “terroriste”. Au delà de cet organigramme général et théorique qu'en est-il sur le terrain ?

  • 5 C. Allen, François-Pierre Ingrand, représentant en mission dans la Vienne, Mémoire de maîtrise, Po (...)
  • 6 C. Allen, op. cit., chap. 3 et 4.
  • 7 Idem, chap. 4.

6Comme ailleurs, l'impulsion majeure est donnée par les représentants en mission ; mais il faut sortir de l'image des proconsuls tout-puissants, maîtres absolus de leurs départements. D'une part, du printemps à l'automne 1793 pas moins de 11 représentants se succèdent avec plusieurs départements en charge ; leur présence, très épisodique réduit incontestablement leurs pouvoirs effectifs ; d'autre part, durant cette période, l'affaire qui les occupe réellement dans la région est d'abord la levée des 300 000 hommes puis l'équipement et l'organisation des armées qui combattent en Vendée tout en assurant l'ordre. Leur travail s'arrête là pour l'essentiel. Tout change avec l'arrivée en novembre d'Ingrand, qui reste de façon presque continue jusqu'à l'été 1794. Bénéficiant de la continuité, il apparaît comme l'homme par excellence de la Terreur dans la Vienne ; cependant, grâce à la maîtrise de C. Allen5 on est amené à nuancer sensiblement cette apparente toute-puissance. D'un côté, c'est Ingrand qui met en place les rouages essentiels des nouveaux pouvoirs locaux ; c'est lui qui épure les administrations, puis reconstitue d'autres équipes au niveau du département, des districts, des municipalités, des tribunaux. C'est Ingrand qui impulse également les grandes lignes de la politique culturelle, avec les vagues de déprêtrisation et de déchristianisation qu'il organise personnellement. Mais son action reste limitée à Poitiers et aux chefs-lieux de districts comme le montrent les cartes de ses voyages6 ; les destitutions et épurations ne touchent pratiquement pas les campagnes sinon quatre officiers municipaux dans quatre communes du Châtelleraudais (sur plus de cent suspensions et destitutions)7 ; son abondante correspondance n'évoque pratiquement jamais le monde rural sinon lorsqu'il reçoit à son passage à Châtellerault ou Lusignan l'abdication des prêtres ruraux du district. Mais dans l'ensemble, Ingrand, faute de temps, de moyens, de pouvoirs aussi (C. Allen a bien montré son isolement, ses hésitations), ne s'occupe pas du monde rural.

  • 8 V. Gabard, Les comités de surveillance de la Vienne, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1993.
  • 9 Arch. dép. Vienne, L 454.
  • 10 Reg. de délibér. munic., arch. dép. Vienne, dépôt 48 et L 450.

7Ingrand laisse le soin à son équipe de fidèles qu'il a nommée dans les districts, issue des sociétés populaires, de mettre en place les nouveaux pouvoirs dans les campagnes : ceci est particulièrement net lorsqu'il faut créer des comités de surveillance dans les communes rurales. Dans le district de Poitiers, l'agent national Fradin, un des hommes clé de la Terreur à Poitiers, se déplace ainsi en personne pour installer au moins cinq comités8. De la même façon, à Champigny-le-Sec en mars 1794, le comité de surveillance n'étant toujours pas en place, c'est un commissaire du district de Poitiers, Malteste, par ailleurs un “dur” de la société populaire poitevine qui vient organiser le comité local9. Cette mainmise des hommes du district ne fait ensuite que s'accentuer ; on est frappé, par exemple à Bonnes, à Vouzailles10 par la venue incessante de commissaires du district de Poitiers chargés des réquisitions, des levées d'hommes pour lesquelles les municipalités se montrent de plus en plus rétives.

  • 11 Registres de la société populaire de Vouneuil sur Vienne, arch. dép. Vienne, L supp. 63.
  • 12 Registres de la société populaire de Loudun, arch. dép. Vienne, L supp. 1.

8Les sociétés populaires des principales villes jouent aussi un rôle moteur dans la densification du réseau des sociétés rurales de l'automne 93 au printemps 94. Elles incitent les municipalités à créer une société, apportent conseils, modèles d'organisation, protection à la petite société sœur ; c'est le cas par exemple de la société de Châtellerault qui après avoir écrit à la municipalité de Vouneuil envoie quatre de ses membres présider la séance fondatrice, “fraterniser et les aider à recevoir les lumières de la raison11. Les sociétés populaires urbaines se sentent d'ailleurs investies d'une véritable mission vis-à-vis des campagnes considérées comme arriérées et “fanatisées ; celle de Loudun nomme ainsi douze apôtres de la Raison pour se transporter dans les communes où le fanatisme lève encore une tête altière12.

  • 13 Reg. délibér. mun. Poligny, arch. dép. Vienne, dépôt 93.

9Mais on ne doit pas négliger non plus les capacités d'initiative des communes rurales entraînées par le climat ambiant. La petite commune de Poligny offre un bon exemple de dynamique de création de structures révolutionnaires : le 14 Pluviose c'est la municipalité qui prend l'initiative de la formation d'une société populaire ; deux mois après la même municipalité met en place un comité de surveillance “après avis des membres de la société populaire”13. Ici, les ruraux ont pris les choses en main. Alignement, crainte, conviction ? Sûrement un peu tout à la fois, nous y reviendrons.

10Mais retenons que pour l'essentiel, la Terreur vient d'en haut ; de la Convention par le relais des représentants en mission même s'ils interviennent peu directement et surtout de la ville voisine, chef-lieu de département ou de district dont la domination sur ses campagnes se resserre brutalement durant cette période de centralisation.

11L'impulsion donnée, la Terreur rurale s'organise localement autour de trois pôles, les municipalités, les comités de surveillance et les sociétés populaires.

  • 14 Arch. dép. Vienne, dépôt 48.

12On est frappé par l'intense activité des municipalités qui vont supporter l'essentiel des tâches résultant de la guerre ; partout la fréquence des réunions s'accélère. En moyenne, dans l'échantillon examiné, on se réunit au moins une fois par semaine (68 réunions à Bonnes en 16 moins de mars 93 à juillet 1794), plus durant les périodes “chaudes”, comme en mai 93 au moment de l'avancée vendéenne et de la première levée en masse où à Bonnes, “vu le danger… on ne désemparerait pas la chambre commune, jour et nuit en permanence continuelle14. C'est là pour l'essentiel que se gère la vie quotidienne des ruraux pendant la Terreur.

  • 15 S. Allerit, La Révolution à Neuville et dans son canton, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1989, chap (...)
  • 16 Comme l'a fort bien montré A. Mongella, dans son mémoire de maîtrise, La municipalité de Poitiers (...)

13A peu de choses près, la composition des municipalités change peu par rapport aux années précédentes ; l'étude des communes du canton de Neuville15 montre clairement que en dehors de l'élimination des nobles et des curés, les municipalités offrent le visage d'une remarquable continuité. Ce sont les mêmes noms qui reviennent sans que l'on puisse discerner un sensible glissement social comme c'est le cas dans les villes16. Laboureurs, marchands ruraux, hommes de loi continuent à monopoliser les charges municipales. Quant aux effets des épurations de l'an II, ils paraissent très limités en pratique. Certes, un peu partout, pour obéir aux injonctions venues du district, on procède à des séances épuratoires ; mais sauf exception (lorsqu'un commissaire du district intervient, l'épuration est de pure forme et confirme chacun dans ses fonctions. Et lorsqu'il s'agit de désigner l'agent national de commune, personnage clef dans le nouveau dispositif, presque toujours, on reprend simplement l'ancien procureur de la commune dont on ne change que le titre, bon exemple de la force d'adaptation et d'inertie des campagnes face à des mesures venues d'en haut.

  • 17 Mémoire de maîtrise op. cit. et arch. dép. Vienne L 454-455.

14Les comités de surveillance révolutionnaires constituent par excellence l'institution “terroriste” dont les pouvoirs se trouvent considérablement étendus avec la loi de Frimaire. Le mémoire de maîtrise de V. Gabard17 a largement renouvelé la compréhension de ce pouvoir parallèle et apparemment redoutable. Dans les campagnes, la mise en place a été très laborieuse et tardive ; 17 des 18 comités ruraux repérés par V. Gabard naissent entre novembre et avril dont 12 entre janvier et avril 1794, sans compter celui de La Villedieu, fondé le 26 juillet 1794 ! La durée de vie de certains comités sera donc plus que brève. La formation des comités n'est pas plus aisée ; alors qu'ils sont composés en théorie de 12 membres, plus de la moitié ont des effectifs réels inférieurs à 8 membres. Quant à leur activité, elle est extrêmement inégale d'un comité à l'autre : les plus consciencieux, se réunissent tous les dix jours, chaque décadi, plus parfois comme celui de Vouneuil sous Biard (neuf fois certains mois), d'autres de manière beaucoup plus épisodique (celui de Champigny cesse toute réunion pendant les trois mois d'hiver, celui de Chasseneuil tient au total sept séances). Plus intéressant encore sur la vitalité réelle de ces comités, si certains comme à Champigny, Jaunay ou Dissais prennent leur rôle au sérieux et exercent une surveillance réelle sur tous les aspects de la vie des citoyens, la majorité se contente lors de la majorité des séances de signaler laconiquement “sur le registre ne s'est rien trouvé de nouveau ou rien à délibérer”. C'est le cas de 28 séances sur 43 à Vendeuvre, 12 sur 16 à Cuhon. Il faut y ajouter la lecture des lois et des nouvelles (10 séances sur 12 à Chasseneuil), le renouvellement du bureau (11 séances sur 18 à Tercé) ce qui ramène l'activité de la plupart de ces comités ruraux à peu de choses.

  • 18 J. Peret, La Terreur et la guerre…, p. 167-179 et “Un réseau urbain politique : les sociétés révol (...)
  • 19 Arch. dép. Vienne, L supp. 63.

15Quant aux sociétés populaires, autre pouvoir parallèle, la période allant de l'automne 1793 au printemps 1794 voit leur multiplication en milieu rural18. En effet, début 93, on ne compte que 17 sociétés dans la Vienne dont une demie-douzaine au plus implantées dans des communes rurales comme Quéaux ou St Pierre de Maillé ; 24 vont naître les 18 mois suivants, pour l'essentiel en l'an II, dans une majorité de petites communes rurales. Au total, la moitié des chefs-lieux de canton possède sa société plus une quinzaine d'autres communes, certaines de taille très réduite comme Amberre, Poligny ou Marnay. Ce réseau, même s'il n'est pas exceptionnellement dense ne laisse pas de zones totalement vides et permet la diffusion des messages et des pratiques révolutionnaires. Ces sociétés semblent avoir un impact notable : par leurs effectifs relativement importants tout d'abord. Une petite commune comme Poligny compte 23 membres ; parmi eux, là comme ailleurs, la majorité des membres de la municipalité (par conviction ou prudence ?) et les notables des communes voisines (la société de Vouneuil donne ainsi l'image d'un club cantonal). On connaît mal l'activité de ces sociétés (on ne possède que le registre de celle de Vouneuil19 ; cette dernière se réunit deux à trois fois par mois, généralement le décadi mais surtout élargit régulièrement ses réunions à l'ensemble de la population dans la ci-devant église devenue temple de la raison. Ces grand-messes où l'on célèbre les nouveaux cultes républicains, où l'on organise les fêtes révolutionnaires, jouent un rôle certain dans la formation d'une culture politique populaire et rurale. Il faut ajouter que à travers les registres municipaux, on perçoit bien les multiples interventions des sociétés populaires pour accélérer l'application des mesures révolutionnaires. Ce sont par exemple les sociétés d'Availles-Limousine et de Poligny qui sont à l'origine de la création des comités de surveillance.

16On tient là, à raison de quelques dizaines de sociétaires par club (soit peut-être autour de 500 personnes pour le seul milieu rural) le noyau et le vivier des artisans de la Terreur dans les campagnes. On les retrouve à la fois dans les sociétés, les comités de surveillance et en partie les municipalités. Ce ne sont pas pour autant des activistes forcenés. La majorité suit le mouvement par mimétisme, par conviction républicaine, par crainte aussi ; un petit noyau, dans quelques communes, va plus loin dans l'adhésion et dans la pratique terroriste. On les saisit surtout dans quelques comités de surveillance répressifs qui appliquent réellement les directives venues d'en haut. Leur portrait précis reste à faire, sociologiquement, culturellement.

QUEL CONTENU A LA TERREUR RURALE ?

  • 20 Prahecq, Vouzailles, Bonnes et Mauprévoir. in J. Peret, La Terreur et la guerre…, p. 161.

17On peut partir de la répartition par thèmes des délibérations de quatre municipalités20 pour se faire une première idée non seulement de l'activité municipale mais plus largement de ce qui a marqué la vie des ruraux durant la Terreur. Les thèmes sont évidemment différents pour les comités de surveillance mais eux aussi révélateurs.

  • 21 Arch. dép. Vienne. L. 450.

18Les réquisitions en tous genres viennent largement en tête (36,9 % des délibérations). On tient là, dans le monde rural, une dimension essentielle de la Terreur. Prenons le cas de Vouzailles21 dans la plaine, au Nord de Poitiers. 24 délibérations traitent de ce sujet ; les premières apparaissent dès le printemps 93 avec des réquisitions de charrettes, d'attelages pour l'armée ; mais c'est à partir de l'été et surtout de l'automne avec l'organisation du maximum et d'une économie planifiée que tout s'accélère. Chaque mois la commune est sollicitée pour conduire aux marchés de Mirebeau ou Poitiers des quantités données de froment, d'avoine de plus en plus lourdes ; de plus l'armée procède à de multiples réquisitions pour les besoins de la guerre de Vendée : le 12 Prairial par exemple toutes les voitures sont réquisitionnées avec les attelages pour un convoi jusqu'à Thouars. Ces réquisitions, sous la conduite de commissaires du district, parfois sous la surveillance des gendarmes lorsque les opérations traînent, marquent profondément le monde rural par leur ampleur, leur arbitraire. Les protestations (timides) des municipalités qui doivent obéir, les nombreuses affaires d'infractions au maximum dénoncées par les comités de surveillance montrent partout l'impopularité de l'irruption brutale de l'état dans l'économie ; de la même façon, plus d'un quart des délibérations des comités de surveillance touche aux problèmes de subsistance et du maximum.

  • 22 J. Peret, La Terreur et la guerre…, chap. III et “La guerre des Bleus. Poitevins et Charentais fac (...)

19En seconde position, 18,3 % des délibérations sont consacrées aux affaires militaires (plus si on y ajoute les réquisitions pour l'armée). En 1793 la levée des 300 000 hommes en mars puis les deux levées en masse de mai et septembre mobilisent totalement les autorités. La menace vendéenne, l'énorme peur qui balaie le département au printemps, la mobilisation massive et brutale de tous les hommes, véritable sursaut patriotique, constituent des traumatismes profonds pour les Poitevins comme nous l'avons montré par ailleurs22. En 1794, les affaires prennent un autre visage, celui de la chasse aux réfractaires et aux déserteurs (8 délibérations à Bonnes par exemple).

  • 23 Arch. dép. Vienne, L 454.
  • 24 L. Bellec, Le Tribunal criminel de la Vienne pendant la terreur, Mémoire de maîtrise, Poitiers, 19 (...)

20Loin derrière (5,7 %), le problème des suspects mobilise peu les municipalités (passage d'étrangers surtout) ; par contre, les comités de surveillance de par leur nature y consacrent beaucoup plus de temps : la majorité se contente de délivrer des certificats de civisme, le plus souvent simple formalité et lorsqu'ils reçoivent du district un tableau à remplir sur les suspects de la commune, ils répondent comme à Cuhon : “n'avons eu ni dénonciatiion ni connaissance de complot contre la République23. Mais ce cas de figure majoritaire ne doit pas faire oublier un phénomène de dénonciations et de chasse aux suspects. D'une part, les comités de surveillance, rarement les municipalités, obéissent aux ordres venus d'en haut et remplissent fidèlement les tableaux de suspects ; on y retrouve une majorité de nobles, de parents d'émigrés, suspects désignés d'avance ; mais d'autre part, les dénonciations ne sont pas exceptionnelles comme l'a bien montré la maîtrise de L. Bellec sur le Tribunal criminel de la Vienne24. Outre les dénonciations pour des motifs mineurs qui constituent la trame essentielle de l'activité des comités de surveillance (essentiellement entorses au maximum, trafic de pois à Traversonne, faucille vendue au dessus du maximum par un maréchal à Champigny), L. Bellec, pour le seul Tribunal criminel de la Vienne a relevé 76 procès partis de dénonciations venant de municipalités, comités de surveillance mais aussi particuliers accusant les citoyens de la commune le plus souvent pour propos inciviques. La fréquence réelle de ces dénonciations reste à définir ; mais elle constitue un élément essentiel du climat de l'an II.

21Il faut ajouter, comme l'a bien montré V. Gabard que beaucoup de ces affaires ressemblent à des règlements de comptes locaux qui renvoient probablement à de vieilles haines entre familles, entre clans. Dans ce climat où les dénonciations sont érigées en vertu civique, il est tentant de régler de vieux comptes. Et on voit ainsi le village se déchirer en deux camps ; à Sanxay, à Bonneuil-Matours, à Gouex les accusés dénoncés par leurs concitoyens sont défendus par d'autres et on assiste à de véritables batailles de pétitions. Le maire de Gouex, Porché est ainsi accusé par le comité de surveillance local, d'avoir proféré des propos inciviques, de s'être réjoui de l'avancée des Vendéens ; mais il est défendu par une dizaine de citoyens affirmant qu'“il est bon républicain et qu'il a fait son devoir”. Clivages politiques et rivalités personnelles sont ici étroitement mêlés.

  • 25 Arch. dép. Vienne, dépôt 191.

22Les problèmes religieux mobilisent assez peu les municipalités (3,8 % des délibérations, 2 ou 3 par commune en moyenne) avec quelques rares abdications de prêtres et surtout l'organisation des cultes républicains nouveaux (installation de temples de la Raison, fêtes républicaines) ; mais on se contente dans l'ensemble de suivre les directives venues d'en haut en adoptant le langage du temps comme à Mauprévoir où l'église,temple du fanatisme, de l'erreur et des préjugés devait être consacrée pour tenir des séances populaires d'instruction et de bien public et ne portera d'autre nom que le Temple de la Raison25 A côté, les registres de certaines municipalités sont totalement muets sur ces problèmes (à Bonnes par exemple), forme de désintérêt ou de possible réprobation vis-à-vis de la politique déchristianisatrice. Il faut aller chercher les tirades déchristianisatrices du côté des sociétés populaires rurales comme celle de Vouneuil : 9 des 18 séances y sont consacrées à des discours anti-cléricaux et à la célébration des nouveaux cultes. C'est là, dans les communes dotées de sociétés populaires que la révolution culturelle de l'an II s'est réellement fait sentir avec à Vouneuil le bûcher des “emblèmes de l'erreur et du fanatisme” à la porte de l'église, la mise en place du culte de l'Etre Suprême, etc….

23C'est aussi dans les registres de sociétés populaires qu'on trouve les traces de l'irruption du langage politique “terroriste” ; la “langue de bois” des adresses envoyées à la Convention, la phraséologie à la fois violente et sentimentale de l'an II ne touchent pas la prose des municipalités ou même des comités de surveillance ; par contre elle fleurit à la société populaire de Vouneuil, touchant (avec quel effet ?) une bonne partie de la population, celle qui assiste aux réunions organisées le décadi.

24Au total, la Terreur a profondément modifié la vie des ruraux : les registres de délibérations municipales sont à cet égard édifiants. La cascade des réquisitions, des levées d'hommes représente plus de la moitié des délibérations ; si on y ajoute ce qui concerne les suspects, les affaires religieuses, différentes mesures révolutionnaires, ce sont plus des trois-quarts des délibérations qui sont consacrées aux exigences de la politique de salut public, preuve de la mainmise du pouvoir central sur la vie des communes. Par contre, tout ce qui concerne la répression, les suspects, la déchristianisation, bref les formes dures de la Terreur, ne pénètre que très inégalement les campagnes. Ici l'existence d'une société populaire, relayée par un comité de surveillance paraît décisive pour enclencher bon gré mal gré la dynamique de l'an II.

LES RÉACTIONS A LA TERREUR

25Il est difficile de saisir des réactions réelles des ruraux face à la Terreur ; la crainte, le langage codifié de l'an II brouillent tout. Dans ce climat, les ruraux ont compris qu'il fallait sauvegarder les apparences, faire semblant. Les séances d'épuration factices à Mauprévoir, Nouaillé, à la suite desquelles tous les épurés sont réélus triompalement, la transformation des procureurs en agents nationaux, la création de nombreux comités de surveillance relèvent de ce processus de prudence tactique. Un certain nombre de fêtes civiques perçues comme obligatoires, à l'image des fêtes de l'Etre suprême illustrent aussi les limites de l'adhésion où le conformisme et l'alignement l'emportent sûrement sur l'enthousiasme.

  • 26 Voir notamment les analyses et les textes publiés par R. Petit, Les arbres de la liberté h Poitier (...)

26Il ne faut pas pour autant gommer l'élan révolutionnaire ; il se manifeste clairement à travers certaines fêtes au premier rang desquelles le “brûlement des papiers féodaux”, très populaire, les plantations d'arbres de la liberté26 ou bien les célébrations patriotiques.

  • 27 Arch. dép. Vienne, dépôt 48.

27Mais le trait dominant nous paraît être diverses formes de résistance où la passivité, la mauvaise volonté, la fraude plus ou moins déguisée l'emportent. Cette résistance larvée s'exprime à merveille à propos des réquisitions on ne peut plus impopulaires dans le monde paysan. Très vite les municipalités traînent les pieds ; celles de Bonnes, très patriote jusqu'à l'automne, fait tout pour ne pas livrer ses quota, gémit que “la commune était sur le point de manquer de bled pour sa nourriture27 ; cette attitude où la municipalité prend la défense de la communauté, se retrouve à partir de l'automne à propos des levées de conscrits et surtout des réfractaires et déserteurs. Là encore, les édiles de Bonnes ne poursuivent que très mollement leurs jeunes gens concernés et il faut la venue d'un détachement de gendarmerie pour régler temporairement le problème.

  • 28 Arch. dép. Vienne, L 454, comité de surveillance de Champigny le Sec.
  • 29 Bibl. mun. Poitiers, S 35.
  • 30 Lettre d'Ingrand, 5 mars 1794, Bibl. mun. Poitiers, Β 6.

28En ce qui concerne le maximum et les questions religieuses, les autorités n'osent pas intervenir en faveur de leurs concitoyens. Elles appliquent ou font semblant d'appliquer la loi. Par contre la fraude individuelle prend une ampleur incontrôlée même si elle est parfois traquée par les comités de surveillance les plus zélés ou des voisins jaloux. Enfin en matière religieuse et culturelle, on peut mettre l'accent sur deux formes de résistances : c'est d'abord la non-application qui paraît générale du nouveau calendrier et surtout du décadi ; tous les comités de surveillance tonnent contre “la majeure partie des habitants qui ne cessent d'observer les ci-devants dimanches et fetes28, tandis qu'on continue à travailler les décadis. Et jamais le décadi ne pourra triompher du ci-devant dimanche. La résistance va plus loin, dans les paroisses les plus isolées semble-t-il, sans sociétés populaires ni comités de surveillance, avec la reprise très rapide du culte catholique qui n'avait jamais été interdit légalement, exercé par des prêtres constitutionnels. La municipalité de Marnay dénonce ainsi les “fanatiques qui continuent à prêcher avec succès à Andillé, Gizay; La Villedieu29, la société populaire de Vouneuil une série de prêtres “qui disaient comme par le passé des messes, vêpres et confessions” et le représentant Ingrand affirme même, sans doute avec quelque exagération que “les églises de campagneont un peu partout rouvert leurs portes30.

29La Terreur ne doit pas se résumer à une chape de plomb qui s'abbat brutalement et uniformément sur les campagnes. En théorie certes, les pouvoirs locaux sont pris dans un système marqué par une centralisation à outrance, renforcé par le réseau des comités de surveillance et des sociétés populaires. Mais cette Terreur imposée d'en haut va toucher très inégalement les campagnes et de façon amortie.

30D'un côté, il semble que dans la majorité des communes, la Terreur se manifeste concrètement surtout par les levées d'hommes et la cascade des réquisitions. Les pouvoirs locaux, les municipalités, ne peuvent qu'obéir en essayant de concilier un patriotisme réel (en 1793 surtout) et les intérêts de la communauté. Pour le reste, faute de véritables relais “terroristes”, on fait semblant, on laisse passer la tourmente, phénomène manifeste pour les mesures déchristianisatrices de l'an II.

31Ailleurs, lorsque la commune, par la grâce de quelques militants convaincus se dote d'un comité de surveillance qui prend sa tâche au sérieux et surtout d'une société populaire, la Terreur a trouvé ses artisans et ses relais. Par conviction, par mimétisme, mais aussi par volonté de pouvoir et pour régler de vieux comptes locaux, les “terroristes” ruraux font tourner la machine répressive avec son lot (limité) de suspects et la révolution déchristianisatrice peut toucher le village. Ces deux pôles définis, reste à cartographier une géographie politique de la Terreur rurale, tâche complexe mais passionnante. Au total, on peut parler de choc traumatisant et déstabilisant pour les campagnes avec le service militaire, les réquisitions, la déchristianisation, autant d'irruptions brutales de l'État dans la vie quotidienne. Mais ce choc est largement amorti par les résistances traditionnelles que sait mettre en œuvre le monde rural face aux offensives du pouvoir central et de la ville.

Notes

1 Une trentaine de registres déposés aux archives départementales de la Vienne (dépôts)

2 Arch. dép. Vienne, principalement L 453-455. Analyse complète dans V. Gabard, Les comités de surveillance dans la Vienne, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1993.

3 Celle de Vouneuil sur Vienne surtout, arch. dép. Vienne, L suppl. 63.

4 Voir sur ce département, R. Doucet, L'esprit public dans le département de la Vienne pendant la Révolution, Poitiers, 1908, Marquis De Roux, Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne, 1951, J. Peret, La Terreur et la guerre. Poitevins, Charentais et Vendéens de l'an II, 1993.

5 C. Allen, François-Pierre Ingrand, représentant en mission dans la Vienne, Mémoire de maîtrise, Poitiers, 1993.

6 C. Allen, op. cit., chap. 3 et 4.

7 Idem, chap. 4.

8 V. Gabard, Les comités de surveillance de la Vienne, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1993.

9 Arch. dép. Vienne, L 454.

10 Reg. de délibér. munic., arch. dép. Vienne, dépôt 48 et L 450.

11 Registres de la société populaire de Vouneuil sur Vienne, arch. dép. Vienne, L supp. 63.

12 Registres de la société populaire de Loudun, arch. dép. Vienne, L supp. 1.

13 Reg. délibér. mun. Poligny, arch. dép. Vienne, dépôt 93.

14 Arch. dép. Vienne, dépôt 48.

15 S. Allerit, La Révolution à Neuville et dans son canton, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1989, chap. IV.

16 Comme l'a fort bien montré A. Mongella, dans son mémoire de maîtrise, La municipalité de Poitiers pendant la Terreur, Poitiers, 1993, avec une véritable “sans-culottisation” de la municipalité de Poitiers en l'an II.

17 Mémoire de maîtrise op. cit. et arch. dép. Vienne L 454-455.

18 J. Peret, La Terreur et la guerre…, p. 167-179 et “Un réseau urbain politique : les sociétés révolutionnaires dans le Centre-Ouest”, Colloque Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest, 1993.

19 Arch. dép. Vienne, L supp. 63.

20 Prahecq, Vouzailles, Bonnes et Mauprévoir. in J. Peret, La Terreur et la guerre…, p. 161.

21 Arch. dép. Vienne. L. 450.

22 J. Peret, La Terreur et la guerre…, chap. III et “La guerre des Bleus. Poitevins et Charentais face à la Vendée”, Colloque Guerre et répression : la Vendée et le monde, 1993.

23 Arch. dép. Vienne, L 454.

24 L. Bellec, Le Tribunal criminel de la Vienne pendant la terreur, Mémoire de maîtrise, Poitiers, 1988.

25 Arch. dép. Vienne, dépôt 191.

26 Voir notamment les analyses et les textes publiés par R. Petit, Les arbres de la liberté h Poitiers et dans la Vienne, Poitiers, 1989.

27 Arch. dép. Vienne, dépôt 48.

28 Arch. dép. Vienne, L 454, comité de surveillance de Champigny le Sec.

29 Bibl. mun. Poitiers, S 35.

30 Lettre d'Ingrand, 5 mars 1794, Bibl. mun. Poitiers, Β 6.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540