Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Pouvoir local et terreur

Le Puy-de-Dôme du printemps 1793 à Nivôse an II : pouvoir local et république jacobine, tentative de protestation contre-révolutionnaire et lutte contre les résistances

Martine Braconnier

Texte intégral

  • 1 Arch. parle., t. LXVI, p. 24. Souligné par nous.

1Voici ce que déclarait Couchon, député du Puy-de-Dôme, lors de la séance à l'Assemblée du 4 juin 17931.

2Ainsi, le Puy-de-Dôme, à tout le moins Clermont-Ferrand, aurait représenté un modèle de patriotisme, une exemplarité d'adhésion au pouvoir jacobin. Réalité ? Ou, au contraire, auto-satisfaction de Couchon ? Ou bien encore, langue de bois ?

3Il s'agira moins, ici, d'étudier le fonctionnement du pouvoir local que de voir si, effectivement, celui-ci adhéra pleinement à la politique jacobine, ou s'il ne connut pas quelque tentation contre-révolutionnaire, ou du moins émancipatrice.

***

4Le Puy-de-Dôme mérite-t-il l'éloge qu'en fit Couchon à l'Assemblée ? En réalité, il fut agité par un mouvement de contestation envers le pouvoir central, et ce, à partir du printemps 1793, même si sort plus proche et fervent député le croyait acquis à la République.

5La population, dans son ensemble, ainsi que la municipalité de Clermont, avaient approuvé la Montagne. Mais, le département commençait à connaître une certaine agitation sous la double influence de Lyon entrée en rébellion et de l'opposition du Directoire composé de bourgeois aisés et de notables tels le procureur général d'Albiat, le juge Barre, le président du tribunal du district Dijon de Saint-Mayard, Directoire qui manifesta une désapprobation certaine vis-à-vis du pouvoir montagnard, ce qui aboutit à la dissidence.

6La “fermentation” prit forme à partir du mois de mai, s'articulant autour de 3 thèmes : le conflit Girondins/Montagnards d'une part, la Constitution d'autre part, enfin, la levée en masse.

  • 2 F. Mege, Le Puy-de-Dôme en 1793 et le Proconsulat de Couthon, Paris, 1879, p. 60.

7En mai, plusieurs Conseils généraux montrèrent une certaine inquiétude face aux évènements parisiens qui se manifestaient tant à la Convention qu'au sein des masses populaires. Ils critiquèrent le conflit Girondins/Montagnards y voyant un danger pour la République. C'est ainsi que le Conseil général de la commune de Riom, sous la présidence du maire Chapsal exprima ses craintes et ses critiques dans la délibération du 26 mai 17932.

8« Les dissensions, les querelles privées qui s'élèvent chaque jour dans le sein de la Convention, la mésintelligence qui règne parmi ses membres, les dénonciations mutuelles qu'occasionne l'esprit de parti entre les représentants de la Nation scandalisent depuis longtemps toutes les communes de France. Elles sentent tous les maux d'une machine que ces divisions funestes ont enfantée et qu'une constitution et des lois peuvent seules faire cesser. Le Conseil général, à la réquisition du procureur de la Commune, a unanimement arrêté de faire sans délai une adresse à la Convention, expositive du mécontentement général et des malheurs que produit chaque jour le défaut de lois constitutionnelles ».

  • 3 F. Mege, id, pièce annexe, p. 66.

9Un texte de la même teneur, sous forme de pétition, fut rédigé également le 26 mai à Clermont3 ; soumis le 27 aux sections, celles-ci l'approuvèrent. On désigna deux commissaires afin d'aller la présenter à l'Assemblée : Barre et Saint-Mayard, qui retrouvèrent d'Albiat déjà à Paris. La lecture eut lieu le 4 juin, accueillie par des applaudissements : “Il est temps qu'une Constitution solennellement discutée par vous et librement acceptée par le peuple fasse cesser l'esprit d'anarchie qui, formé dans votre sein, s'est propagé dans toutes les sections de la République. Plus de désunion, citoyens, plus de passions ! plus d'intérêts privés ! donnez-nous promptement une constitution digne d'un peuple qui veut être libre. Les citoyens de Clermont-Ferrand vous déclarent qu'ils la veulent et que, membres d'une nation souveraine, avec tous les Français ils ont droit de se la procurer par des représentants fidèles à leur mandat ». Étaient donc visés les Montagnards qui avaient participé à freiner l'élaboration de la nouvelle Constitution. Paradoxalement, c'est à l'occasion de la lecture de cette pétition que Couthon demanda que Clermont fût décrété comme ayant bien mérité de la patrie.

10Il est difficile de se faire une idée précise de l'attitude du pouvoir local à l'égard des “journées parisiennes” des 31 mai et 2 juin. Toutefois, les commissaires du Puy-de-Dôme, Barre, Saint-Mayard et d'Albiat avaient été témoins des évènements. De retour à Clermont, ils firent part de leurs impressions, de l'attitude ambigüe, selon eux, de Couthon, qui avait affirmé que la Convention était libre et qui, malgré tout, appuya l'arrestation des 22 députés girondins.

  • 4 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 2804.

11Influencés ou confortés par le récit, les administrateurs du Puy-de-Dôme se réunirent le 20 juin en séance secrète afin de rédiger une adresse aux représentants du peuple à la Convention nationale4. Bien que se défendant de fédéralisme, clamant l'unité et l'indivisibilité de la République mais aussi celle de la représentation nationale, les rédacteurs de l'adresse en appelaient à la “résistance à l'oppression, à toute autorité despotique, dictatoriale, et à toute espèce de suprématie ». L'option politique était claire.

  • 5 F. Mege, op. cit, p. 73. Voici la lettre jointe et adressée aux administrateurs de Lyon le 22 juin (...)

12Sur 14 membres que comportait l'administration, un seul refusa d'apposer sa signature, Noyer-Dubouy. Le texte fut imprimé et envoyé dans tous les districts et toutes les communes du Puy-de-Dôme, puis aux départements et aux villes dont on connaissait les sympathies girondines, Bordeaux et Lyon5.

  • 6 id., p. 77.
  • 7 Arch, parle, t. LXVIII.

13Prévenue par Noyer-Dubouy de cette protestation, la Société populaire de Clermont tint une séance extraordinaire les 23 et 24 juin au cours de laquelle les administrateurs furent sévèrement blâmés. Invités à modifier ou retirer leur adresse, ils refusèrent, déclarant qu'elle avait seulement pour but de faire hâter l'achèvement de la Constitution. La Société populaire rompit alors avec l'administration départementale. Elle décida de rédiger une contr'adresse destinée à appuyer le soutien des représentants montagnards à la journée du 31 mai pour, disait-elle : “servir de contrepoison à l'adresse des administrateurs6. On désigna deux commissaires pour la porter à Paris devant la Convention. Ceux-ci furent admis à la barre de l'Assemblée. Grâce au soutien de Couthon, l'adresse de la Société populaire de Clermont fit l'objet d'une mention honorable ainsi que celle de la Société populaire d'Ambert qui annonça à la Convention qu'elle avait fait brûler l'adresse départementale sur la place publique7.

14En fait, derrière le voile de la revendication de la Constitution se dressait le mécontentement face à la chute des Girondins. Le clivage était net entre les autorités des administrations locales et les sociétés populaires soutenues par les autorités centrales.

  • 8 F. Mege, Le Puy-de-Dôme..., pièce annexe p. 533, Lettre de Laforie à Couthon du 24 juillet 1793.

15La résistance du pouvoir local se manifesta également à propos de la levée en masse. Un bataillon de 4 000 volontaires était destiné à la Vendée. Le Directoire y choisit 500 hommes qu'il plaça sous le commandement du lieutenant-colonel Rabusson-Lamothe (ex-député à la Législative et ennemi de Couthon8. Prétextant de l'insurrection de la Lozère, les administrateurs évitèrent de trop éloigner le bataillon. Ce “bataillon de force départementale”, resta stationné sur les confins du Puy-de-Dôme. On le remarqua cependant ; ainsi, fin juin, le district d'Issoire demanda-t-il des explications sur l'inaction du bataillon de Vendée et son séjour prolongé. Ce fut le représentant Meaulle, député de Loire inférieure envoyé dans le Centre et l'Ouest qui parvint à faire revenir le bataillon de Lamothe à Clermont.

  • 9 F. Mege, Documents inédits. Correspondance de Georges Couthon, député du Puy-de-Dôme à l'Assemblée (...)

16Doit-on voir dans le maintien de ce bataillon du Puy-de-Dôme une tentative de la part du Directoire de faire sécession, de fomenter une contre-révolution, voire d'épauler la révolte lyonnaise ? C'était, en tout cas, le sentiment de Couthon : “Une force départementale comme on se permet de baptiser celle-ci est inutile dans nos murs, et pourrait même devenir nuisible sous beaucoup de rapports” écrivait-il dans une lettre à ses concitoyens le 23 juillet9.

  • 10 A. Aulard, Recueil des Actes du Comité de Salut Public, t. V, p. 241.

17Le Comité de Salut Public menaça de faire décréter le Puy-de-Dôme département rebelle10. Les administrateurs se réunirent et décidèrent de faire partir pour la Vendée ce corps désormais appelé 4'bataillon du Puy-de-Dôme.

  • 11 id., t. VI, p. 48.
  • 12 ibid.

18Afin d'empêcher que le Puy-de-Dôme ne constituât un nouveau foyer d'agitation, la Convention estima indispensable la présence d'un représentant efficace et pensa à Couthon11. La place qu'il occupait au Comité de Salut Public ainsi que les relations extrêmement étroites et privilégiées qu'il entretenait avec son département, sa connaissance du “terrain” en faisaient l'homme de la situation, à la fois homme de confiance et de détermination. Le 21 août, Châteauneuf-Randon et Maignet lui étaient adjoints12.

  • 13 ibid., t. VI p. 155.

19Déjà sur son chemin de Paris à Clermont, au cours d'une étape à Nevers, Couthon envoyait à ses collègues du Comité de Salut Public une lettre dénonçant d'Albiat13 : “un agent de nos fédéralistes a écrit à Clermont la lettre la plus incendiaire et propre à éloigner les citoyens du désir de se lever contre les rebelles du Lyon... Il n'y a pas un instant à perdre pour s'assurer de ce petit intrigant. Il se nomme d'Albiat, ci-devant procureur du roi à la ci-devant sénéchaussée de Clermont, nous vous ferons passer les pièces de conviction ».

  • 14 F. Mege, Le Puy-de-Dôme..., pièce annexe p. 616.

20Le 2 septembre, Couthon dressait un tableau pessimiste de son département à la Convention14 : “Il était temps que nous arrivassions dans ce département et particulièrement celui de la ville de Clermont avait été tellement travaillé par les égoïstes, les muscadins et les malveillants de tous les genres, que l'audacieuse résistance des contre-révolutionnaires de Lyon avait enhardis, qu'il croyait de bonne foi que le bien de la République exigeait qu'il se refusât aux diverses réquisitions des représentants du peuple et des généraux ».

21La lutte contre les résistants s'opéra selon trois directions : la reconquête de l'esprit public, la chasse aux suspects, la “cure révolutionnaire” après la reprise du Lyon.

  • 15 id., pièce annexe p. 616.
  • 16 ibid.

22Le lendemain de leur arrivée, le 1er septembre, les représentants procédèrent au rassemblement de la population dans la cathédrale, selon la tradition séculaire des réunions populaires15. “A notre arrivée, hier dimanche – écrivaient-ils à la Convention - nous eûmes une assemblée générale chez les citoyens de la ville et des campagnes voisines ; cette assemblée fut extrêmement nombreuse, nous y parlâmes avec cette énergie républicaine qui caractérise les vrais Montagnards ; nos petits discours embrasèrent les cœurs, électrisèrent les têtes ; la Convention fut honorée et comblée de bénédictions ». Puis, ils se dirigèrent à la Société populaire16 : “A la suite de cette séance – poursuivaient-ils – il y en eut une à la Société populaire qui ne put pas tenir longtemps parce que le local, quoique très vaste, ne le fut pas assez pour contenir tous les braves sans-culottes que l'amour de la patrie y attirait. Nous sortîmes donc de la salle de la Société et nous allâmes tenir la séance dans les rues, et sur les places publiques... pour nous trouver avec tous nos concitoyens et achever de les électriser... nous fîmes avec eux la farandole, et nous rendîmes successivement sur toutes les places qui, en nous offrant quelques traits de la Révolution, nous fournissait l'occasion de rappeler au peuple ses devoirs ».

  • 17 ibid., pièce annexe p. 710.

23Parallèlement les représentants faisaient vibrer la fibre patriotique, républicaine afin de rallier la population par un appel général aux armes17 : “Citoyens nos frères, nos amis — s'était exclamé Couthon – les malheurs qui nous menacent grossissent à chaque instant ! Votre territoire a été envahi par les contre-révolutionnaires (de Montbrison)... Aux armes, citoyens, aux armes... ».

  • 18 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 2762, arrêté du 2 septembre 1793.

24Ils insistèrent sur la nécessaire régularité des réunions des corps constitués, dans un souci démocratique d'ouverture, ces derniers se voyant tenus de siéger en permanence, et ce, dans le cadre de séances publiques18 : “Chaque jour à 6 heures du soir, il y aura assemblée générale et publique des corps constitués et de la Société populaire, dans laquelle se discuteront, en présence du peuple, les diverses mesures de sûreté publique qui auront été prises et pourront être présentées ».

  • 19 id., L 468.
  • 20 id., L 299.
  • 21 id., L 301.
  • 22 id
  • 23 ibid

25Du 30 août au 6 septembre, on procéda à la mise en état d'arrestation de 25 personnes compromises ou suspectes, considérées comme ayant partie liée avec le “fédéralisme” lyonnais, la plupart appartenant à la bourgeoisie aisée ou au milieu des notables. Parmi eux, d'Albiat arrêté dès le 30 août19, Dijon de Saint-Mayard et Barre « prévenus d'avoir empêchés... des citoyens de se lever et de déférer aux réquisitions réitérés »20. Ajoutons Noyer, juge au tribunal de district21, Rabusson-Lamothe22, Chabrol, capitaine des grenadiers de la garde nationale23.

  • 24 F. Mege, Le Puy-de-Dôme... pièce annexe p. 562-563.

26Un arrêté de Couthon du 20 septembre interdit aux citoyens domiciliés dans les villes de se retirer à la campagne, accusés d'y égarer le peuple24 : « ... Ils répandent à longs traits le poison qui les dévore, corrompent l'esprit public et portent chez le paisible cultivateur le trouble et le découragement ».

  • 25 id., pièce annexe p. 575-576.

27D'autre part, certains fonctionnaires devaient se trouver en possession d'un “certificat de civisme”, en particulier les employés d'administration (arrêté du 24 septembre)25.

  • 26 ibid, pièce annexe p. 574-575 et A. Aulard, op. cit., t. VII, p. 65.

28Enfin, des Comités de surveillance composés de 10 membres se verraient confier, dans chaque commune et dans chaque chef-lieu de district, la surveillance des suspects (arrêté du 22 septembre)26.

29Les représentants envoyés dans le Puy-de-Dôme suspendirent leur action afin de se consacrer, au cours du mois d'octobre, à la reprise de Lyon.

  • 27 A. Aulard, op. cit., t. VIII.

30Ce fut en novembre, de retour en Auvergne, que Couthon et Maignet opérèrent ce qu'ils appelèrent la « cure révolutionnaire », autrement dit, la défanatisation du département et l'épuration des administrations : « L'état affligeant dans lequel j'ai trouvé le département du Puy-de-Dôme par rapport aux subsistances... me force de rester à Clermont encore une huitaine pour prendre et faire exécuter sous mes yeux les mesures qu'exigent les circonstances. Ce temps m'est d'ailleurs nécessaire pour finir de purger les mauvaises administrations »27.

  • 28 id.

31On procéda à l'arrestation d'une partie des autorités urbaines. Dans une lettre au Comité de Salut Public datée du 16 novembre, Couthon annonçait que le Directoire et qu'un certain nombre de membres du Conseil du département : “sont à la commission de justice populaire... Les agents infidèles s'étaient coalisés avec ceux de Lyon dans l'espérance de former ici une nouvelle Vendée28.

  • 29 F. Mege, op. cit., pièce annexe p. 598.

32Régénération également des municipalités rurales accusées de manque de fiabilité : un arrêté du 25 novembre ordonnait la formation d'une commission temporaire ambulante de surveillance générale : “Considérant que parmi les officiers municipaux et les juges de paix des campagnes, il en est beaucoup qui, par malveillance ou défaut de zèle et de caractère, compromettent journellement la chose publique29.

  • 30 id., pièce annexe p. 601.
  • 31 ibid.
  • 32 ibid.

33Enfin, annulation de toutes les mesures prises par l'ancien Directoire, en particulier relativement aux émigrés et aux suspects (arrêté du 26 novembre)30. Aussi les municipalités devront-elles de nouveau mettre les scellés et séquestrer les biens de tous ceux qui avaient été portés sur la liste des émigrés. Ils seraient examinés et jugés par le nouveau Directoire31. Elles devront annuler les certificats de civisme visés par l'ancien Directoire : “ceux qui en ont obtenu seront tenus de s'en procurer de nouveaux qui seront visés par le Directoire en exercice et par le Comité de surveillance32.

  • 33 ibid., pièce annexe, p. 605-606.

34Épuration, mais aussi vigilance quant à la tenue en bonne et due forme des réunions des autorités. C'est ainsi, par exemple, que Couthon et Maignet prirent un arrêté, le 26 novembre, destiné à compléter les places vacantes du Conseil de la Commune de Riom33 : “Le citoyen maire a dit que la multiplicité des affaires de la commune exigeait la parfaite intégralité des membres du Conseil général ; que cependant leur nombre diminuait chaque jour, quoique les opérations dont il se trouvait chargé ne fissent qu'augmenter (furent nommés un substitut du procureur de la commune et cinq citoyens aux places vacantes).

***

35Couthon quitta le Puy-de-Dôme à la fin de novembre. La Convention délégua des représentants spécialement chargés d'appliquer la loi révolutionnaire dans les départements : Châteauneuf-Randon en mission dans le Cantal et en Lozère avec juridiction et autorité sur le Puy-de-Dôme jusqu'en mars 1794, puis, à partir de mars, par souci d'efficacité, on retrancha à Châteauneuf la mission de quelques départements ; le Puy-de-Dôme échut à Roux-Fazillac qui représentait la Convention en Dordogne et dans la Corrèze.

36La Terreur mise en application par Châteauneuf-Randon revêtut deux aspects : l'étouffement des menées contre-révolutionnaires, la campagne déchristianisatrice.

  • 34 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 4316 (fonds du district d'Issoire).
  • 35 id.
  • 36 ibid.

37Le district de Saint-Flour fut particulièrement visé. La ville se vit accusée de manœuvres contre-révolutionnaires ; elle avait réparé ses murailles, elle s'était livrée à de grands accaparements de blé et refusait toute aide aux districts voisins (précisons que le Puy-de-Dôme connut une sévère disette en cette fin d'année 1793)34. Châteauneuf-Randon en déduisit qu'elle se révoltait contre la Convention. Par un arrêté du 9 décembre, il proposait le blocus, et écrivit aux administrateurs du département de s'entendre avec les sociétés populaires de Clermont pour envoyer à Saint-Flour des patriotes chargés de “prêcher l'esprit public”35. Un arrêté du 20 frimaire décrétait la ville “en état de guerre révolutionnaire”. On s'empara des portes et de tous les postes de défense “hostilement établis par des fédéralistes, des royalistes, des ennemis de la liberté et de l'égalité”. Rappelant que le district de Saint-Flour avait refusé d'obtempérer à une réquisition de grains, que la ville avait changé de nom pour Fort-Cantal, traduisant par là un désir de domination, Châteauneuf-Randon ordonna la démolition des murailles, le désarmement de l'armée révolutionnaire incertaine, l'épuration de la société populaire et la mise en arrestation de plusieurs notables, enfin le renouvellement du Comité de surveillance où il introduisit plusieurs patriotes de Clermont : Bouscarat (cafetier), Ribeyroux (libraire) très proches de Couthon36.

  • 37 Voir notre thèse de Doctorat : M. Braconnier, Georges Couthon ou les métamorphoses de la Raison (2 (...)
  • 38 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 3774 (fonds du district de Clermont).

38En frimaire, le Puy-de-Dôme entra en pleine phase déchristianisatrice. Couthon et Maignet venaient de procéder à la défanatisation du département37. A la fin de frimaire, la disette ainsi que les mesures prises contre les églises provoquèrent des manifestations hostiles au gouvernement, ainsi dans un certain nombre de communes du canton de Rochefort (district de Clermont). Le 21 décembre, un détachement de la garde nationale de Clermont partit pour Rochefort. Il ne se heurta à aucune résistance. Les rigueurs révolutionnaires redoublèrent envers les prêtres constitutionnels non déprêtisés. Ainsi, Jean Poyet, curé constitutionnel de Montferrand et membre du Comité de surveillance de Clermont, qui s'était vanté d'avoir célébré la messe de Noël et avait annoncé que les églises seraient bientôt rouvertes. Châteauneuf-Randon le fit destituer de ses fonctions, le fit rayer des listes de la Société populaire et ordonna sa mise en état d'arrestation38.

  • 39 A. Aulard, op. cit.. T. IV, p. 630-633.
  • 40 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 5357 (fonds du district de Riom).
  • 41 id., L 3773 (fonds du district de Clermont).

39Les pouvoirs locaux freinèrent néanmoins le vandalisme. Il est vrai que déjà depuis le 21 novembre, Robespierre avait amorcé le coup de barre anti-déchristianisateur39. Ainsi, à Riom, le conseil de la commune fit surseoir à la démolition de deux clochers sous prétexte d'attendre l'arrivée du représentant Roux-Fazillac40. A Clermont, les délégués de Châteauneuf-Randon eux-mêmes suggérèrent à la municipalité l'idée de faire examiner par des experts si la démolition du clocher de la cathédrale ne risquait pas de porter préjudice à la tour adjacente41.

***

40Le Puy-de-Dôme, en 1793, avait ceci d'original qu'il représentait, par le truchement de Couthon, un baromètre de la politique jacobine.

41Comme dans la plupart des départements, des velléités se manifestèrent de la part des administrations locales, sans doute attisées par la proximité du foyer lyonnais. Ce danger de liaison avec le fédéralisme lyonnais explique la mission particulière de Couthon dans son propre département, où il instaura une “petite république jacobine », aidé par le soutien des sociétés populaires, puis par l'application de la Terreur par Châteauneuf-Randon, mais sans trop de douleur, tant étaient étroits les liens entretenus par le membre du Comité de Salut Public avec son département.

Notes

1 Arch. parle., t. LXVI, p. 24. Souligné par nous.

2 F. Mege, Le Puy-de-Dôme en 1793 et le Proconsulat de Couthon, Paris, 1879, p. 60.

3 F. Mege, id, pièce annexe, p. 66.

4 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 2804.

5 F. Mege, op. cit, p. 73. Voici la lettre jointe et adressée aux administrateurs de Lyon le 22 juin : “Nous vous faisons passer cinquante exemplaires d'une adresse que nous nous proposons d'envoyer à la Convention nationale, après avoir recueilli les signatures des administrateurs de notre département qui, nous l'espérons, seront nombreuses. Vous verrez dans cette adresse quel est l'esprit du département du Puy-de-Dôme. Comme vous, nous voulons détruire le monstre de l'anarchie qui nous dévore et forcer la Convention à nous donner promptement une constitution, sans laquelle nous ne pouvons espérer de voir naître l'ordre de la sûreté publique ».

6 id., p. 77.

7 Arch, parle, t. LXVIII.

8 F. Mege, Le Puy-de-Dôme..., pièce annexe p. 533, Lettre de Laforie à Couthon du 24 juillet 1793.

9 F. Mege, Documents inédits. Correspondance de Georges Couthon, député du Puy-de-Dôme à l'Assemblée législative et à la Convention nationale, 1791-1794, Paris, 1872. Souligné par nous.

10 A. Aulard, Recueil des Actes du Comité de Salut Public, t. V, p. 241.

11 id., t. VI, p. 48.

12 ibid.

13 ibid., t. VI p. 155.

14 F. Mege, Le Puy-de-Dôme..., pièce annexe p. 616.

15 id., pièce annexe p. 616.

16 ibid.

17 ibid., pièce annexe p. 710.

18 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 2762, arrêté du 2 septembre 1793.

19 id., L 468.

20 id., L 299.

21 id., L 301.

22 id

23 ibid

24 F. Mege, Le Puy-de-Dôme... pièce annexe p. 562-563.

25 id., pièce annexe p. 575-576.

26 ibid, pièce annexe p. 574-575 et A. Aulard, op. cit., t. VII, p. 65.

27 A. Aulard, op. cit., t. VIII.

28 id.

29 F. Mege, op. cit., pièce annexe p. 598.

30 id., pièce annexe p. 601.

31 ibid.

32 ibid.

33 ibid., pièce annexe, p. 605-606.

34 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 4316 (fonds du district d'Issoire).

35 id.

36 ibid.

37 Voir notre thèse de Doctorat : M. Braconnier, Georges Couthon ou les métamorphoses de la Raison (22 décembre 1755-10 thermidor an II), Paris I - Sorbonne, 1993.

38 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 3774 (fonds du district de Clermont).

39 A. Aulard, op. cit.. T. IV, p. 630-633.

40 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, L 5357 (fonds du district de Riom).

41 id., L 3773 (fonds du district de Clermont).

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540