Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Typologie des conflits locaux

Débat

Texte intégral

Mercredi après-midi (suite)

1J. Perret constate que les comportements décrits par M. Lapied correspondent exactement à ce qu'il a pu constater dans les communes rurales du Poitou.

2M. Edelstein se demande si les sociétés populaires sont des créations spontanées. Ch. Peyrard parle de spontanéité relative, la part des initiatives des représentants en mission est indéniable, mais il faut y ajouter le mimétisme patriotique et le prosélytisme des districts.

3D. Ligou constate que la description des comportements politiques dans le N.E. du Comtat ressemble à ce qu'il a rencontré dans la Côte-de-Beaune, on y est révolutionnaire mais on s'opposera à l'arrestation du curé constitutionnel. Que peut dire Ch. Peyrard de l'empreinte Fédéraliste dans l'Ouest intérieur et en particulier normand ? Est-ce que l'émergence des sociétés populaires n'y serait pas liée à la menace vendéenne ?

4Ch. Peyrard : il y a eu un engagement précoce et effectif du côté des Girondins mais après la défaite des forces fédéralistes l'effritement du mouvement a été très rapide. Les représentants en mission, dont Lindet, ne vont pas déclencher de répression massive, la prudence réconciliatrice l'emporte. Les clubs sont créés en l'an II, donc après l'explosion vendéenne mais celle-ci a contribué à stopper le Fédéralisme.

5K. Tønnesson pourrait appliquer le modèle comtadin aux Pyrénées-Orientales où il a pu constater le double langage des municipalités, mais aussi celui des administrations départementales qui veulent éviter l'envoi de représentants en mission. Mais est-ce que la pyramide des autorités en place est vraiment dupe des propos tenus ?

6M. Lapied tient à distinguer le N.E. du Comtat du reste de ce territoire où s'affrontent “patriotes” et “papalins”. Mais l'affaire survenue dans la commune de Baudoin où un arbre de la liberté a été arraché inquiète les autorités jacobines qui croyaient cette région du N.E. à l'abri de l'agitation contre ou anti-révolutionnaire et donc ordonnent une répression exemplaire en incendiant le village coupable, ce qui provoque un semblant d'activisme patriotique dans nos villages montagnards qui se mettent à dénoncer les absents et à multiplier les déclarations patriotiques.

7Pour S. Bianchi le jeu des districts semble complexe, mais ne faut-il pas voir également dans la prolifération des sociétés populaires la conséquence d'une sorte de déficit délibératoire ?

8M. Lapied précise que ces sociétés populaires rurales se confondent avec les Assemblées Générales de la communauté des habitants ou “parlements”. On y discute plutôt des problèmes locaux de voirie ou de toiture que des enjeux politiques parisiens ou de la situation militaire sur le Rhin.

9A B. Gainot qui souhaite qu'elle précise ce qu'elle entend par “espace public démocratique”, Ch Peyrard répond que ce serait un lieu autoconstitué ou les citoyens discutent du comportement des élus et des exigences du pouvoir central.

10C. Lucas s'étonne que pour évoquer cette période terroriste dans les départements, personne n'ait fait mention des comités de surveillance ou comités révolutionnaires. Pour Ch. Peyrard ces comités se confondent, dans les campagnes, avec la municipalité et pour M. Lapied le N.E. du comtat ces comités n'existent pas véritablement et le district ne s'adresse qu'aux municipalités.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540