Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Typologie des conflits locaux

Pouvoir local et Résistances à la révolution dans les communautés rurales comtadines (1791-1794)

Martine Lapied

Texte intégral

  • 1 Cf. Lapied (Martine), “Un exemple de “résistance” : le haut Comtat face à la Révolution et au ratt (...)
  • 2 Cf. carte.

1De nombreuses petites communautés du moyen et du haut Comtat, c'est à dire de la partie la plus rurale de l'ancienne enclave pontificale, avaient participé à la lutte contre l'union à la France1 mais, après le rattachement en septembre 1791, elles apparaissent peu sur la scène politique. Ces villages, en particulier ceux du nord-est qui se situent dans la zone la plus isolée et la moins développée économiquement2, ne fournissent pas de victimes à la terreur pourtant très active dans le département. Ils restent à l'écart de l'insurrection sectionnaire et, dans de nombreuses communautés rurales, on ne relève pas de dénonciations officielles pendant la période révolutionnaire.

2Lorsque les administrations du district, du département, et les représentants en mission s'inquiètent de l'état d'esprit de la communauté, les autorités municipales répondent que tout est calme et que les habitants professent le plus pur républicanisme. Mais l'absence de dénonciations peut aussi être considérée comme l'indice d'un manque de zèle révolutionnaire : il n'existe pas dans ces villages de jacobins suffisamment motivés pour dénoncer leurs concitoyens.

3En effet, les archives municipales montrent une toute autre situation que celle décrite par les autorités locales : le conservatisme dominant se traduit par le développement d'une attitude de mauvais gré en réaction aux mesures antireligieuses et aux exigences de l'État révolutionnaire qu'il s'agisse des impôts, de la conscription, des réquisitions. Une tendance à l'insoumission se développe dans les campagnes. L'opposition prend une forme symbolique : respect du dimanche au lieu du décadi, port de la croix et non de la cocarde, mais aussi matérielle : dissimulation de produits face aux réquisitions, désertion des appelés protégés par leur proches. Il semble que l'intervention constante, et pesante, du pouvoir central dans les affaires locales ait entraîné un réflexe défensif de la part des communautés rurales. Toutefois, la mobilisation pour la défense des intérêts communautaires est plus ou moins affirmée et, dans le Comtat, les comportements restent, le plus souvent, au niveau de la résistance passive

LE PERSONNEL MUNICIPAL ET SON ATTITUDE

4Une évolution du personnel municipal se produit dans certaines communautés qui voient des habitants plus modestes ou plus favorables aux transformations politiques exercer des responsabilités mais ce n'est pas la règle générale dans les petites communes. En effet la plupart des villages comptent peu d'hommes susceptibles d'exercer les fonctions municipales et, contrairement à ce qui se passe dans les communautés plus importantes ou plus diversifiées socialement, les mêmes personnes, d'assez modestes agriculteurs le plus souvent, se relaient dans les différentes fonctions. Mais la politique de salut public provoque un accroissement du travail des responsables municipaux qui se sentent parfois complètement débordés par “la multiplicité des affaires”. Le mauvais gré de leurs administrés aggrave leurs difficultés ; ne parvenant pas à faire face aux exigences de l'État révolutionnaire, ils ont peur d'être accusés de négligence, voire de mauvaise volonté, et adressent des messages pathétiques aux administrations du district et du département. Néanmoins, ceux qui sont au pouvoir tentent d'accomplir consciencieusement leur devoir et de protéger leurs concitoyens des aléas de la situation politique. La lecture des registres de délibérations des conseils municipaux montre que les responsables locaux ont deux types de discours, l'un à usage externe et l'autre à usage interne.

  • 3 Cf. carte.
  • 4 A.C. d'Entrechaux déposées aux A.D. de Vaucluse, 1 D 1 (février an II - fructidor an II).
  • 5 A.C. d'Entrechaux 1 D 1.

5Lorsqu'il s'agit des rapports aux autorités du district ou du département, on essaie de présenter les habitants comme des républicains modèles. Le 26 juin 1793, le conseil municipal d'Entrechaux, communauté d'un peu plus de 800 habitants située dans le nord-est du Comtat3 envoie au directoire du département une délibération indiquant que “la loi du 26 mars et l'arrêté du directoire du département du 11 avril concernant les suspects n'ont pas été exécutés dans cette commune atendu (sic) que les citoyens qui la composent sont tous des citoyens laborieux et agriculteurs et qui depuis le commencement de la révolution n'ont cessé de professer le civisme le plus chaud… il n'existe dans la commune aucun parent dos émigrés, il n'y a point de ci-devant noble ni de prêtres réfractaires… les habitants n'ont cessé d'être unis4. En fait, depuis le début des événements révolutionnaires le village avait pris peu de positions politiques et, probablement grâce à son maire, Esprit Charasse, il était resté du “bon côté” pendant la crise fédéraliste. C'est donc la conscience tranquille que la municipalité affirme qu'il n'y a pas de suspects dans la communauté. Mais en octobre, le maire appelle ses concitoyens à la délation si des suspects se réfugient dans la région. La proclamation montre que la municipalité a compris le danger de l'absence de dénonciations et que sa volonté de protection concerne principalement ses administrés et pas d'éventuels étrangers à la commune qui viendraient s'y réfugier : “si vous ne vous conformez pas aux présentes dispositions vous serez vous-mêmes déclarés traîtres à la patrie et punis suivant toute la rigueur de la loi5. Le sort de Bédoin justifia, par la suite, les craintes exprimées par le maire d'Entrechaux ; ses inquiétudes sont d'autant plus compréhensibles que les proclamations municipales à usage interne permettent de douter de l'ardeur du civisme des habitants.

LA RÉSISTANCE AUX EXIGENCES DE L'ÉTAT RÉVOLUTIONNAIRE

6Le discours à usage externe des autorités municipales ne doit pas faire illusion : en fait, elles n'arrêtent pas de se battre contre la mauvaise volonté de leurs administrés. Elles ont beau s'employer à les convaincre de leurs devoirs, la répétition des proclamations démontre que c'est en vain.

7Ce mauvais gré concerne d'abord les impôts qui rentrent mal en dépit de tous les efforts déployés.

8Le 16 février 1793, la municipalité d'Entrechaux affirme, avec un optimisme forcé : “Vous payerez volontiers ce que vous devez à une République qui anéantira les méchants et récompensera les bons citoyens…”. Le 16 décembre, elle déplore dans une nouvelle proclamation sur les sommes dues à la Nation le manque de civisme des habitants : “Vous semblez insensibles à la voix de la Patrie… le receveur nous dit qu'il va employer tous les moyens que la loi a mis à son pouvoir”. Il semble que ce qui inquiète le plus les autorités municipales c'est le risque encouru par la communauté à cause de sa mauvaise volonté.

9Le même problème se pose pour les déclarations de grains et de fourrage et les réquisitions qui sont régulièrement évoquées dans les registres des délibérations municipales à partir de l'été 1793. Fin août 1793, la municipalité d'Entrechaux informe ses concitoyens qu'elle a été rappelée à l'ordre par le district et que si cela continue il faudra qu'elle se décide à sévir. Un mois plus tard, elle rappelle que l'accaparement est un crime capital, qu'il faut déclarer ce que l'on détient et que les fausses déclarations seront punies. En octobre, des visites domiciliaires sont annoncées mais, à la fin du mois, la municipalité reçoit un arrêté des représentants en mission signé Fréron, Paul Barras, Pomme l'Américain, Lamure, concernant les communes coupables de négligence dans l'exécution des réquisitions. Affirmant : “le manque de pain tue la liberté… il faut que la liberté triomphe de l'égoïsme des accapareurs comme de la barbarie des tyrans…”, les représentants rappellent que le département de Vaucluse doit fournir le huitième de la récolte de chaque habitant en blé et la moitié en foin et en avoine, ils menacent les perturbateurs d'être traduits devant le tribunal révolutionnaire des Bouches-du-Rhône comme contre-révolutionnaires. La municipalité répond qu'elle s'occupe de faire appliquer cet arrêté, mais les proclamations suivantes prouvent qu'elle a toujours autant de difficultés.

  • 6 A.C. d'Entrechaux 1 D 1.

10Elle n'a pas plus de succès avec les jeunes gens qui doivent partir aux armées bien qu'elle les ait mobilisés et équipés, ils rechignent à rejoindre leur corps puis ne pensent qu'à l'abandonner. En janvier 1795 les autorités municipales continuent de les exhorter : “Ne soyez pas sourd à la voix de la patrie… vous nous épargnerez le désagréable de prendre des mesures rigoureuses contre vous6.

  • 7 Cf. carte.
  • 8 A.C. de Savoillan déposées aux A.D. de Vaucluse, 1 D 1 (1792-1814).

11Ailleurs, les difficultés commencent dès l'équipement des volontaires. A Savoillan, village de 500 habitants situé dans la partie la plus isolée du Comtat7, le conseil municipal se prétend incapable d'habiller le volontaire la bourse de la commune étant à sec étant donné le manque de ressources, la médiocrité de la dernière récolte et le fait que les habitants aient “fait depuis peu des sacrifices pour la chose publique même au-delà de leur faculté8. Pendant la période révolutionnaire, comme sous l'Ancien Régime, les responsables locaux essaient d'attendrir les autorités supérieures sur la petite taille et la pauvreté de la commune qualifiée par eux de “pauvre petit Savoillan”. Néanmoins, comme ils savent qu'il est juste et urgent d'équiper le brave volontaire, ils se résignent pour cela à imposer chaque citoyen proportionnellement à la taille mais, le recouvrement risquant d'être long, ils sont obligés d'emprunter. Plusieurs autres communes de la région font part de la même incapacité d'équiper les volontaires.

L'ATTACHEMENT À LA RELIGION TRADITIONNELLE

  • 9 Dupuy (Roger), “De la Révolution à la Chouannerie”, Flammarion, 1988.

12Les réticences vis à vis de la politique révolutionnaire s'expriment également dans le domaine spirituel. Comme dans l'ouest de la France, l'attachement à la religion a joué un rôle important dans la constitution d'une image négative de la Révolution dans les milieux populaires. Le type de pratique religieuse n'est probablement pas étranger à cette similitude. Les traits évoqués par Roger Dupuy pour la Bretagne décrivant une religion tridentine avec d'importantes manifestations extérieures du culte se retrouvent dans le Comtat.9

13Les municipalités tentent de faire évoluer les mentalités dans leurs villages en stimulant les sentiments révolutionnaires de leurs administrés. Les autorités d'Entrechaux organisent des fêtes pour le 10 août, pour la prise de Toulon : à cette occasion trois jours de réjouissances publiques sont proclamés avec des farandoles à la gloire de la “sainte Montagne” et un feu de joie où doivent être jetés tous les papiers odieux du despotisme et de la féodalité. Mais l'organisation de fêtes, les dispositions prises pour inciter les habitants à respecter le décadi et la lutte contre les symboles de la monarchie et du fanatisme n'ont guère de succès. Les habitants sont, en effet, obstinément attachés à la religion catholique et aux traditions. Dans un premier temps, les responsables municipaux avaient d'ailleurs partagé leurs sentiments. A Entrechaux, le conseil du 23 mai 1793 évoque le problème des messes : le curé restait seul à les célébrer alors qu'il y avait toujours eu deux prêtres, le conseil espère pouvoir obtenir un vicaire pour l'assister. Les autorités municipales ne s'engagent dans la lutte contre le fanatisme que sur pression extérieure et, toujours dans le but d'éviter des ennuis à leurs administrés.

  • 10 A.C. d'Entrechaux 1 D 1.

14Le 15 ventôse an II, une lettre de l'administration du district de Carpentras enjoint à la municipalité de procéder à une épuration, un agent national de la commune est alors désigné par 14 voix sur 15 : Joseph-François Aubéry, précédemment procureur de la commune. C'est lui qui essaie d'engager le village dans la voie de la déchristianisation. Dès sa nomination, il affiche une proclamation menaçante : “Nous sommes instruits que les torches du fanatisme dans cette commune sont à la lueur… nous saurons les éteindre”. Les proclamations se multiplient ensuite pour le respect du décadi et pour enjoindre aux femmes le port de la cocarde. Mais ces avertissements ne sont pas suivis d'effets. Le 25 messidor (13 juillet 1794), un agent du district de Carpentras arrivant un dimanche, constate que les travaux de la campagne étaient abandonnés et en conclut qu'il existe des “fanatisans”. Il sermonne la municipalité, affirmant que “le fanatisme est l'une des armes dont les ennemis de la Révolution se sont servis avec le plus d'efficacité pour entraver le triomphe de la liberté”. Le conseil municipal essaie de faire porter la responsabilité de cette situation à l'ancien curé, Jean-François Marcel, prétendant qu'il était “le seul auteur de la persévérance funeste de quelques indices d'opinions superstitieuses” ; il est alors arrêté. Curé constitutionnel, Marcel avait été président de la société populaire en décembre 1793. Après thermidor, le 23 fructidor an II, la société populaire rédigea une pétition pour obtenir sa libération, affirmant que le comité de surveillance l'avait fait arrêter “forcé par les circonstances”. Les autres habitants n'ont guère été inquiétés ; une femme trouvée sans cocarde a été détenue par la municipalité pendant huit jours avant d'être relâchée, le registre signale que c'est la peine prévue par la loi.10

  • 11 A. C. d'Entrechaux 1 D 1.

15Entrechaux ne compte aucune victime de la terreur judiciaire. Pourtant, les administrateurs du district de Carpentras continuent à soupçonner et à menacer la communauté jusqu'en vendémiaire an III et le problème du dimanche se pose toujours. La chute de Robespierre puis la fin du comité de salut public donnent aux habitants la trompeuse illusion qu'ils peuvent à nouveau pratiquer librement leur culte. La municipalité, pour inciter les habitants à travailler le dimanche, ferme les cabarets, interdit les jeux de boules, mais elle finit par reconnaître que certains habitants suivent des cérémonies religieuses : “C'est l'ignorance ou l'égarement qui ont pu fanatiser des personnes de la commune car les citoyens d'Entrechaux ont, dans la révolution, professé le civisme le plus pur… mais il n'en est pas moins vrai que depuis peu quelques citoyens des deux sexes trompés ou égarés sans doute par des ennemis de la chose publique se sont voués à des signes fanatiques en se portant les jours du ci-devant dimanche à des ci-devant chapelles rurales sous prétexte que les cultes sont libres… ce sont des émissaires criminels qui font entendre à ces personnes ignorantes qu'ils doivent célébrer les jours du ci-devant dimanche…” La municipalité affirme qu'elle arrêtera ceux qui le font et qu'ils seront punis par voie de police correctionnelle mais il ne s'agit toujours que de propos visant à rassurer les autorités supérieures11.

16La même attitude se manifeste à Savoillan. Le comité de surveillance se décide à lancer, le 15 messidor (3 juillet 1794), un mandat d'arrêt contre Jean-François Aubert, ci-devant prêtre, et Madeleine Falque, ci-devant religieuse, en indiquant que leur fanatisme est dangereux dans une commune qui n'est composée que de cultivateurs ignorants. Mais il ne se résigne à cette mesure qu'après le départ des deux suspects et, dès que la situation change, le 14 fructidor (31 août 1794), le conseil municipal écrit au district de Carpentras que la délibération du 15 messidor n'avait été prise qu'à la suite de sollicitations instantes et même de menaces de l'agent national du district qui leur avait remis la minute de la délibération pour qu'ils l'envoient. On voit ici la méfiance avec laquelle ce type de document doit être utilisé pour apprécier l'état d'esprit d'une communauté et la nécessité de les replacer dans leur contexte et de les croiser avec d'autres documents. Le conseil de Savoillan explique que les autorités locales ont refusé pendant vingt-quatre heures d'accéder aux exigences de l'agent national, mais qu'elles ont cédé sous la menace d'être dénoncées elles-mêmes. Le conseil affirme avoir ensuite essayé, en vain, d'annuler cette délibération et qu'il le fait maintenant à l'unanimité car les deux accusés se sont toujours conformés aux décrets, étaient munis de certificats de civisme et avaient une conduite irréprochable.

  • 12 Cf. carte.

17La même réserve vis à vis de la déchristianisation apparaît à Saint-Roman-Malegarde12. Cette commune de 500 habitants possède une société populaire qui organise des fêtes, enjoint à la municipalité de faire disparaître les distinctions d'ordres et d'abattre la tour du château, fait transformer le nom du village en celui de Roman Montagnard. Si elle se montre assez docile au niveau de l'utilisation des nouveaux symboles, la communauté est, comme ses voisines, plus réticente lorsqu'il s'agit d'accomplir des efforts matériels. Il est évident que la municipalité travestit la vérité dans ses rapports aux autorités supérieures afin de protéger la population, en particulier en ce qui concerne l'attachement à la religion catholique.

  • 13 A.C. de Saint-Roman-Malegarde déposées aux A.D. de Vaucluse, 1 D 1 (6 septembre 1789-17 pluviose a (...)

18Le village n'est guère inquiété pour ses sentiments religieux jusqu'à l'affaire de Bédoin. La société populaire s'en était prise aux symboles du pouvoir seigneurial mais pas à ceux de la religion ; l'ancien prieur avait été reçu membre en février 1794. Il faut l'intervention de Le Go, agent national du district de Carpentras chargé de mission par Maignet à la suite de l'affaire de Bédoin, pour que la société de Roman indique, le 5 thermidor (23 juillet 1794), que tous les signes du fanatisme doivent disparaître. Elle ne s'en était pas préoccupée jusqu'alors et Le Go se montre méfiant et menaçant. Dans une lettre aux autorités municipales, il affirme que toutes les communes qui avoisinent Bédoin sont également gangrenées d'aristocratie et qu'elles ont également besoin d'être purgées ; il cite une lettre de Maignet qui approuve la manière dont il est parvenu “à arracher le masque à tous ces hommes qui ne se jettent dans les sociétés populaires que pour y arrêter le développement de l'esprit public13. L'agent requiert la municipalité de procéder à l'examen le plus sérieux de la conduite des citoyens de la commune dans les circonstances les plus difficiles de la révolution ; parmi les critères de zèle révolutionnaire cités se trouve “la destruction d'un culte intolérant”. Trois habitants sont alors arrêtés : l'ancien curé constitutionnel accusé d'avoir pris les armes contre les patriotes et deux sœurs trouvées en possession de chapelets, reliques et images pieuses.

19La période de la Convention thermidorienne et du Directoire confirme à la fois la persistance des convictions religieuses et les “pieux” mensonges des responsables municipaux.

20Le 19 pluviose an III (7 février 1795), ils reçoivent une lettre de l'agent national du district de Carpentras qui accuse la communauté d'être en proie au fanatisme et qui met en doute le zèle de la municipalité. Celle-ci répond qu'elle n'a jamais connu aucune marque de fanatisme, que les habitants n'ont jamais fait aucune résistance lors de “l'abdication d'un culte intolérant” et qu'elle ne connaît aucun citoyen qui veuille redonner vie au fanatisme.

21Quelques mois plus tard, la municipalité doit encore défendre ses administrés : le 22 fructidor an III (8 septembre 1795) l'arbre de la liberté a été renversé et “on ne peut découvrir les coupables”. Elle tente de présenter une excuse qui innocente la communauté, accusant “l'effet de quelque coup de vent qui véritablement avait été fort dans la nuit” sur un arbre dont le pied était “tout pourri”. Mais elle ne croit guère elle-même à cette explication puisqu'elle s'empresse de transporter l'arbre dans un lieu de sûreté pour qu'il soit “à l'abri des malveillants qui pourraient encore l'insulter étant par terre”.

22En décembre 1795, la fiction d'une communauté délivrée du fanatisme ne tient plus et la municipalité est obligée d'envoyer un rapport sur les événements du 4 nivôse, c'est-à-dire du jour de Noël : “une multitude innombrable de tout âge et de tout sexe” a réclamé le libre exercice du culte dans lequel ils étaient nés. Affirmant qu'ils étaient souverains, les habitants forcent la municipalité à accepter que le curé dise la messe bien qu'il n'ait pas prêté serment.

23La communauté a été assez paisible pendant la révolution, elle n'a pas eu à souffrir de la terreur, en partie grâce à l'attitude des autorités municipales, mais la fin du gouvernement révolutionnaire permet aux options dominantes de s'exprimer et elles illustrent la permanence d'un pôle conservateur dans le haut Comtat.

24Nous l'avons vu, le conservatisme dominant des régions rurales du nord-est du Comtat se traduit par un comportement qu'il est préférable de qualifier de résistance à la révolution plutôt que de contrerévolution, contrairement à ce que l'on constate dans la zone occidentale plus politisée et où les antagonismes sont violents ; ici les attitudes vont rarement au delà du mauvais gré et de la résistance passive. L'attitude des autorités municipales a permis d'éviter le pire : d'une part elles poussent leurs administrés à ne pas opposer de refus catégorique aux exigences étatiques et d'autre part elles dissimulent au maximum leur mauvaise volonté. Cette attitude était déjà celle de nombreuses communautés rurales pendant l'Ancien Régime puis la guerre civile comtadine. Le contraste entre les zones politisées de l'ouest et du sud, plus développées, plus urbanisées, et la partie rurale et isolée du Comtat s'est accentué pendant la période de troubles de 1792-1793. Dans les régions politisées chaque renversement de situation est l'occasion de s'emparer du pouvoir local et d'essayer d'éliminer ses adversaires, règlements de comptes et violences s'enchaînent, alors que dans le nord-est on débat peu des grands problèmes politiques et la solidarité des intérêts de la communauté l'emporte sur les divergences.

Notes

1 Cf. Lapied (Martine), “Un exemple de “résistance” : le haut Comtat face à la Révolution et au rattachement à la France”, Provence historique, t. XXXVII, 1982, p. 153-158.

2 Cf. carte.

3 Cf. carte.

4 A.C. d'Entrechaux déposées aux A.D. de Vaucluse, 1 D 1 (février an II - fructidor an II).

5 A.C. d'Entrechaux 1 D 1.

6 A.C. d'Entrechaux 1 D 1.

7 Cf. carte.

8 A.C. de Savoillan déposées aux A.D. de Vaucluse, 1 D 1 (1792-1814).

9 Dupuy (Roger), “De la Révolution à la Chouannerie”, Flammarion, 1988.

10 A.C. d'Entrechaux 1 D 1.

11 A. C. d'Entrechaux 1 D 1.

12 Cf. carte.

13 A.C. de Saint-Roman-Malegarde déposées aux A.D. de Vaucluse, 1 D 1 (6 septembre 1789-17 pluviose an XII).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/14305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 663k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540