Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

1789-1790, décentralisation et élections

Débat

Texte intégral

Mercredi matin

1F. Lebrun remercie S. Sammler d’avoir donné un témoignage spectaculaire de l’influence quasi immédiate des évènements de 1789 dans l’espace allemand et constate le rôle visiblement déterminant de la presse dans le déclenchement de la revendication paysanne en Saxe. S. Sammler rappelle le taux d’alphabétisation élevée des campagnes saxonnes à la fin du XVIIIe siècle et l’efficacité d’un enseignement primaire déjà développé.

2R. Dupuy croit pouvoir constater que les maires lorrains semblent plus modérés que beaucoup de délibérants ruraux aux assemblées des sénéchaussées de Haute-Bretagne souvent partisans, dès avril 1789, de l’abolition pure et simple de tous les droits féodaux, dans le droit fil des affrontements entre le tiers et la noblesse, à Rennes, en janvier 1789. R. Tlili-Sellaouti estime que la réforme municipale de Laverdy avait fait surgir une élite de notables qui ont donné une tournure modérée à la vie politique locale et jouissaient de suffisamment d’autorité pour éviter à leurs administrés la panique de la Grande Peur mais aussi les expéditions punitives contre les châteaux dans la mesure où la noblesse lorraine, absentéiste, ne semblait pas exploiter abusivement le monde paysan.

3J.-P. Jessenne s’inquiète de ce qu’à souligner la diversité des situations et des comportements, on n’en vienne à oublier la dynamique unificatrice de l’événement révolutionnaire à partir de l’automne de 1788. De même ne cède-t-on pas à une illusion de la continuité ? Est-ce-que le fait qu’un même homme reste en place implique que cet homme ne change pas de comportement ? Des notables rassis ne peuvent-ils pas se muer en patriotes véhéments sous la pression des évènements, par calcul ou par la contagion des sentiments ?

Mercredi après-midi

4PH. Guignet complète l’intervention de S. Blanchi en donnant un autre exemple de Municipalité double, celle du Blanc sur les deux rives de la Vienne, à la limite du Poitou et du Berry, dont le pont détruit en 1525 ne sera reconstruit qu’en 1860, et qui vit deux municipalités élues en 1790. C’est dire que cette dualité n’a pas toujours pour origine des rivalités de clans à fondement socio-professionnels. A J.-P. Jessenne il se permet une explication au faible taux de participation électorale, en 1790, dans les villes d’Artois et à Lille comme l’avait déjà constaté L. Trenard. C’est que vient de disparaître dans ces villes, en quelques mois, le système hospitalo-caritatif hérité du modèle hispano-tridentin mis en place au début du XVIIe siècle et qui fonctionnait toujours quoique amoindri. Dans les campagnes, le traumatisme des pauvres gens est moins violent car le système y était moins développé. Quant à la question de la rupture et de la continuité évoquée, à plusieurs reprises par J.-P. Jessenne, il lui semble évident qu’il y a eu, au printemps et durant l’été de 1789, une révolution bourgeoise, chimiquement pure, et donc disparition des monopoles professionnels de la noblesse et du principe de l’absolutisme.

5La communication de P. Gueniffey provoque une longue intervention de G. Fournier qui s’avoue séduit par la cohérence du propos et la force d’arguments souvent neufs mais il se permet néanmoins quelques remarques à partir de la réalité Languedocienne. Le déclin de la participation électorale ne lui semble pas inéluctable après 1790. Si le déclin se vérifie en 1791, il y aurait remontée des taux en 1792, également en 93 avec le référendum sur la Constitution et sous le Directoire cela s’accentue encore. Ce qui est frappant, en Languedoc, c’est qu’on vote plus en 1790 qu’en 1789, surtout dans les paroisses rurales, là où il n’y avait pas de "Conseils Généraux" ouverts. De plus, ne faut-il pas faire de différences entre élections locales et élections nationales ? Enfin les opposants se manifestent souvent autrement que par l’abstention pure et simple : en 1792, des opposants s’efforcent de l’emporter sur les jacobins locaux. Donc si, globalement, la lecture des comportements électoraux proposée par P. Gueniffey parait pertinente, il faut, sans doute, une fois encore, respecter la variété des situations concrètes possibles.

6P. Gueniffey répond qu’il s’est occupé essentiellement des élections de 1790-1791 et pas des autres. Pour ce qui est du décalage entre villes et campagnes, la participation urbaine supérieure semble essentiellement liée à la présence des clubs et autres lieux ou moyens d’acculturation politique. Pour le Directoire, la rupture de Thermidor est telle qu’il semble que ce ne soit plus la Révolution, car l’utopie est morte avec Robespierre. Pour ce qui est des élections locales et nationales, la différence n’est guère visible sur le plan local puisque dans des élections à deux degrés, on désigne des électeurs qui, après, se cooptent, donc il n’y a que des élections locales qui donnent la légitimation préalable et nécessaire. Quant aux empoignades de 1792, compétition ne signifie pas automatiquement pluralisme, comme on peut le constater, à Paris, en novembre 1792. D’ailleurs l’opposition n’est guère possible, personne ne donne sa voix au comte d’Artois en 1792 !

7Derrière l’écume des cas d’espèces, le sens profond de cette abstention massive c’est une opposition également massive.

8B. Gainot confirme pour le Directoire les analyses de M. Edelstein concernant le Morbihan et en particulier l’exception du district du Faouët où il y avait eu déjà un taux de curés assermentés relativement élevé. Pour ce qui est de l’abstention il ne faut pas sous-estimer les contraintes matérielles, surtout les difficultés de communication de l’automne au début du printemps et les travaux des champs à la belle saison, mais il semblerait, malgré tout, que l’on vote d’avantage sous le Directoire qu’au début de la période révolutionnaire, ce qui signifierait un degré croissant de politisation.

9M. Edelstein signale que le taux de prêtres assermentés n’entraîne pas nécessairement un taux de participation élevé, et on peut voter en nombre relativement élevé, comme dans le district de Pontivy, avec un taux d’assermentés de 3 % !

10P. Gueniffey signale que le suffrage instauré en 1792 n’est pas vraiment universel : les domestiques, les non domiciliés et les gens sans revenu en sont toujours exclus.

11S. Bianchi s’intéresse aux votes des soldats-citoyens. P. Gueniffey doute qu’il ait une signification autonome effective.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540