Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

1789-1790, décentralisation et élections

La réception de la Révolution en Bretagne : étude électorale

Melvin Edelstein
Traduction de Monique Barasch

Texte intégral

1Bien que nous ayons des études sur les cahiers de doléances, sur les troubles agraires, sur la garde nationale, les clubs, le serment du clergé et la chouannerie, nous manquons d'études comparables sur les élections. Pourtant, les élections étaient précisément les moyens par lesquels le pouvoir politique se transmettait. En comparant les statistiques et les cartes de la participation électorale à celles créés par Roger Dupuy et Timothy Tackett, nous pouvons faire pour la Bretagne une espèce de “géopolitique de la Révolution française” comme Michel Vovelle l'a fait pour la France.

2Comment la Révolution fut-elle accueillie en Bretagne ? Est-ce évident qu'elle sera un foyer de résistance ? ou bien a-t-elle embrassé la Révolution avec enthousiasme ? Les campagnards étaient-ils incapables de conscience politique ? ou y-avait-il une “précoce politisation des campagnes bretonnes” ? Au préalable, les villes étaient-elles des “bastions bleus” entourées de “campagnes blanches” ? Les différences en participation électorale correspondent-elles à la frontière linguistique de Saint-Brieuc-Vannes, et peut-on opposer une Basse-Bretagne bretonnante et “bleue” à une Haute-Bretagne gallo et “blanche” ? Je vais répondre à ces questions en étudiant les premières élections municipales et cantonales de 1790 ainsi que celles de juin 1791 dans tous les cinq départements bretons. Il s'agit d'une étude de la participation, de la géographie et de la sociologie électorale. Pour 1791, je vais chercher les corrélations entre le vote et le clergé assermenté ainsi que la diffusion des clubs jacobins. Je vais conclure en comparant la cartographie du vote et celle de l'insurrection de mars 1793.

  • 1 Jacques Godechot, “Les Municipalités du Midi Avant et Après la Révolution”, in Annales du Midi (19 (...)

3Les élections municipales de janvier-mars 1790, le premier scrutin révolutionnaire, nous permettent d'étudier comment la Bretagne a accueilli la Révolution. La participation pour quatre-vingt quatre municipalités dans trois départements était relativement élevée, environ 57-58 %. Elle variait de la moitié à presque deux tiers : 63 % dans le Finistère, 58 % dans les Côtes-du-Nord et 50-51 % en Ille-et-Vilaine. Elle est plus élevée que les 50 % en Haute-Vienne ou les 42 % en Haute-Garonne. Il est significatif de voir que tous les trois départements bretons surpassaient en vote la Haute-Garonne, puisque Jacques Godechot a insisté sur la différence entre le Midi, où beaucoup de communes avaient sous l'ancien Régime un conseil élu et le Nord où l'assemblée générale se réunissait rarement1.

4Le vote dans certaines municipalités rurales d'Ille-et-Vilaine était même plus élevé que les 50 %-51  % pour le département, y inclus Rennes. En fait, il était 60 % dans vingt huit municipalités. Basé sur le vote dans les élections municipales, la Bretagne a accueilli la Révolution avec enthousiasme.

5Etant donné que la Bretagne manquait d'une tradition de gouvernement municipal autonome, comment expliquons-nous la participation élevée ? Je l'attribue à ce que Dupuy appelle “la précoce politisation des campagnes.” La lutte entre les citadins et leurs alliés à la campagne contre les privilégiés en 1788-89 a produit une politisation des campagnes, qui s'est traduite par une mobilisation électorale en janvier-mars 1790.

  • 2 Paul Bois, Paysans de l'Ouest (Paris, 1960), p. 266.

6Les campagnards bretons avaient un niveau élevé de conscience politique, qui contredit Paul Bois2. La participation rurale était en général plus élevé que le vote dans les chefs-lieux du département.

7La Bretagne est aussi exceptionnelle puisque plusieurs de ses villes avaient une participation élevée, surtout celles en Basse-Bretagne : 70 % à Saint-Brieuc, 70 % à Brest, 68 % à Morlaix et 56 % à Quimper dans le Finistère et 71 % à la Roche-Bernard, 62 % à Pontivy et 59 % à Vannes dans le Morbihan. En Haute-Bretagne, la participation à Rennes et Nantes, 38-39 % et 29 % respectivement, n'était pas exceptionnelle pour les villes à population comparable.

8Bien que les données fussent fragmentaires, une esquisse d'une “géopolitique” des élections municipales bretonnes émerge. L'Ouest de la province a surpassé l'Est. Des differénces régionales paraissent de même à l'intérieur des départements. Dans le Finistère, le district de Brest avait la participation la plus élevée. Il est suivi de près par le district de Morlaix dans le nord-est à la frontière des Côtes-du-Nord. Dans les Côtes-du-Nord, le vote était le plus élevé dans le district de Lannion à l'Ouest et le plus faible à l'Est.

9Comment expliquons-nous les différences régionales dans le vote ? A ce point, le clivage entre la Basse et la Haute-Bretagne n'était pas encore très net. Une mobilisation politique intense explique le vote élevé dans les districts de Lannion, Morlaix et Brest. Le rapport entre le vote et la mobilisation politique dans le nord-ouest de la Bretagne est frappant !

  • 3 Roger Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie (Paris, 1988), p. 129.
  • 4 Voir A.D. Finistère 10 L 75 ; A.D. Ille-et-Vilaine L 355.

10Qui a gagné ces élections ? Quelles classes sociales ont détenu le pouvoir ? Le bas clergé avait-il une place importante comme plusieurs historiens l'ont prétendu ? Mais R. Dupuy n'est pas d'accord3. Le peu d'évidence que j'ai trouvé confirme les analyses de R. Dupuy. Dans le district de Quimperlé dans le Finistère, le clergé au total représentait 9 % du corps municipal dans 21 municipalités. Dans le district de Rennes, le clergé représentait 15 % des maires et 8 % seulement des procureurs de la commune4. Dans les chefs-lieux du département, très peu de membres du clergé ont été élus.

  • 5 Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au Village et Révolution : Artois, 1760-1848 (Lille, 1987), p. 255-2 (...)

11Si le clergé n'a pas détenu le pouvoir, qui était à le détenir ? Dans le district de Quimperlé, les cultivateurs avaient la prépondérance du pouvoir. Ils représentent plus de trois quarts des membres du corps municipal. Si ce district était typique, c'était les cultivateurs qui ont détenu le pouvoir local dans le Finistère et, peut-être en Bretagne. Pouvons-nous parler d'une FERMOCRATIE bretonne, comme Jean-Pierre Jessenne le fait pour l'Artois ?5 Mais on ne sait pas ce qu'étaient vraiment les cultivateurs.

12Dans les chefs-lieux du département, les maires furent choisis parmi les hommes de loi (Rennes, Vannes et Quimper), les négociants (Nantes) ou les médecins (Saint-Brieuc). Les municipalités de Rennes, Vannes et Quimper étaient dominées par les hommes de loi, alors que Nantes était dominée par les négociants. A Saint-Brieuc, les hommes de loi devaient partager le pouvoir avec les gens d'affaires. Mais les artisans et petits commerçants généralement étaient une minorité importante des notables.

13On peut voir également comment la Révolution fut accueillie en Bretagne dans une étude du comportement électoral au second scrutin de 1790, celui des élections cantonales pour désigner les électeurs qui devaient choisir les administrateurs et les juges. Mais les documents sont très disparates et incomplets.

  • 6 Voir A.D. Morbihan L 233-234 ; Finistère 10 L 75 et 10 L 81 à 94 ; les procès-verbaux des assemblé (...)

14Il y avait un clivage très net entre la Basse et la Haute-Bretagne. La participation était la plus élevée dans les deux départements de Basse-Bretagne et la plus faible dans les deux départements de la Haute-Bretagne. Dans le Finistère, le vote était 47-48 % alors qu'il était 47 % dans le Morbihan. En Ille-et-Vilaine, il était 32 % alors que la Loire-Inférieure suivait de près avec 30 %6.

15La participation était quelque peu en dessous de la moyenne nationale en Basse-Bretagne, mais bien inférieure à la moyenne en Haute-Bretagne. Le vote dans les deux départements de la Basse-Bretagne est quelque peu inférieur à la moyenne de 50 % dans un échantillon de 36 départements. Les seuls départements dont les taux de participation s'apparentent à ceux de Haute-Bretagne sont le Calvados (30 %), la Seine (16 %) et le Var (12 %), pour lequel les données sont très fragmentaires.

16Vu la tradition républicaine à identifier les villes comme “bastions bleus” encerclées par des “campagnes blanches”, il est frappant que les campagnards généralement surpassaient en vote les citadins.

17On peut voir les différences régionales à l'intérieur des départements mêmes dans le Morbihan, où il y avait deux zones du vote élevé : le nord-ouest et le sud-est. Il s'agit des districts de Pontivy et du Faouët dans le nord-ouest et de ceux de la Roche-Bernard et de Rochefort dans le sud-est. Alors que les villes côtières sont devenues plus tard des “bastions bleus”, elles ne le sont guère selon ce premier vote.

  • 7 R. Dupuy, De D Révolution à la Chouannerie, p. 117.

18Comment expliquons-nous les différences régionales du comportement électoral ? L'évidence supporte-t-elle l'hypothèse avancée par certains historiens d'une Basse-Bretagne, précocement patriote, opposée à une Haute-Bretagne rapidement gagnée par la contrerévolution ? Selon R. Dupuy, cet argument est basé sur une mobilisation contre le domaine congéable, surtout dans la moitié occidentale des Côtes-du-Nord et du Morbihan ainsi que dans une partie du Finistère7.

19A première vue, il semble y avoir un rapport net entre les deux zones de participation élevée dans le nord-ouest et le sud-est du Morbihan et la mobilisation contre le domaine congéable. Étant donné que la seconde Fédération de Pontivy eut lieu à la mi-février, il est aussi possible que la mobilisation politique ait produit un vote élevé.

20Quel rapport existe-t-il entre le vote et les mouvements paysans qui aboutissent à des troubles agraires en Haute-Bretagne ? Il ne semble pas y avoir de rapport entre le vote et l'agitation contre les afféagements, qui a touché le district de Ploërmel, surtout le pays de Guer. A cause de l'absence des procès-verbaux de la grande partie de la Loire-Inférieure et du nombre de votants dans ceux de l'Ille-et-Vilaine, il est impossible d'y comparer le vote et les troubles agraires.

  • 8 A.D. Morbihan L 233.

21En dépit du manque d'un rapport très net entre le vote et les mouvements paysans, les documents électoraux révèlent les revendications paysannes. L'assemblée électorale du Morbihan a demandé à l'Assemblée nationale de supprimer le domaine congéable, de restituer les terrains vains et vagues aux communautés et de ne pas obliger les communes au rachat des droits féodaux. Tout en défendant la clôture, elle mettait en doute le droit des ci-devant seigneurs qui ont afféagé certains terrains. Les procès-verbaux montrent une lutte pour le pouvoir entre les campagnards et les citadins. Comme signe de trouble futur, Saint-Avé a exprimé “le vœu général” que “la Religion Catholique, Apostolique et Romaine soit décrétée la seule dominante en France8.

22Qui a détenu le pouvoir ? Quel est le poids du clergé parmi les élus ? Comment la Bretagne diffère-t-elle du reste du pays ? Tout d'abord, il y a une grande différence entre le rôle du bas clergé dans le bureau des assemblées électorales et son poids parmi les élus. Dans le Morbihan, le clergé représente un minimum de 39 % des présidents et de 25 % des secrétaires, mais seulement 6 % des électeurs du second degré.

  • 9 A.D. Côtes-d'Armor 1 L 371 ; A.D. Finistère 10 L 75 ; A.D. Ille-et-Vilaine L 346 ; A.D. Morbihan L (...)

23Le clergé représente une plus grande proportion des électeurs bretons que dans d'autres départements. Globalement, le clergé représente 8 % de tous les électeurs bretons. La proportion varie de 3 % dans le Finistère à 13 % dans les Côtes-du-Nord9.

24Parmi les électeurs bretons, les cultivateurs et les laboureurs détenaient le pouvoir. Globalement, ils représentaient 38-39 % des électeurs des trois départements de la Loire-Inférieure, de l'Ille-et-Vilaine et du Finistère. Leur proportion varie d'un pourcentage écrasant de 52 % dans le Finistère à 29 % en Loire-Inférieure. En Ille-et-Vilaine, ils représentent au moins 35 %. Dans le Finistère, ce sont les cultivateurs, mais quel est le sens de ce mot ? En Loire-Inférieure et Ille-et-Vilaine, la vaste majorité sont des laboureurs. Il y avait très peu de fermiers ou de métayers. La Bretagne est exceptionnelle dans sa proportion très élevée de cultivateurs et de laboureurs.

25Du fait de la proportion élevée de cultivateurs et du clergé, le pourcentage d'hommes de loi est relativement faible. Ils moyennent 19 % dans les trois départements. L'Ille-et-Vilaine vient en tête avec 22-23 %. Dans le Finistère, ils ne sont que de 15 %. La proportion d'hommes de loi toutefois, s'approche à la moyenne dans mon échantillon.

26Les gens d'affaires représentaient un pourcentage relativement bas. Ils ne constituent que 13 % des élus dans les trois départements bretons. Dans la Loire-Inférieure, ils sont 18 %, alors qu'en Ille-et-Vilaine, ils ne sont que de 9-11 %. La proportion de gens d'affaires, toutefois, n'est que légèrement inférieure à la moyenne de mon échantillon national.

  • 10 Melvin Edelstein, “Participation et Sociologie électorale des Landes en 1790”, Bulletin d'Histoire (...)

27Bien que les cultivateurs dominent parmi les électeurs, les hommes de loi détiennent le pouvoir parmi les administrateurs10. Mais ils devaient partager le pouvoir avec d'autres groupes sociaux, surtout au niveau du district. Parmi les administrateurs du district des cinq départements bretons, la basoche représente 37 % des élus, alors que les cultivateurs sont un quart. Le clergé est 10 % et les gens d'affaires sont 9 %. Les hommes de loi varient de 42 % dans l'Ille-et-Vilaine à 31 % dans le Finistère, où les cultivateurs dépassent les hommes de loi. Le clergé est une minorité importante dans le Morbihan et les Côtes-du-Nord, où il représente respectivement 15 % et 16 % des élus. La Bretagne est exceptionnelle parce que la dominance de la basoche parmi les administrateurs du district était affaiblie par les cultivateurs et le clergé.

28Au niveau du département, les hommes de loi ont détenu une prépondérance écrasante. Ils représentent 61 % des administrateurs du département. Aucun classe sociale ne s'approcha d'eux. La Bretagne est exceptionnelle à cause du pourcentage très élevé des hommes de loi parmi les administrateurs du département.

  • 11 A.D. Côtes-d'Armor 1 L 402-404.

29Les deux dernières élections de l'année 1790 étaient celles d'octobre-décembre à nommer les juges de paix et celles de novembre-décembre à renouveler les membres des municipalités par la moitié. Je n'ai pas étudié les dernières. Je n'ai trouvé que les procès-verbaux des assemblées primaires des Côtes-du-Nord11. Puisque ceux de mai 1790 ont disparu, ils vont nous faciliter de remplir une lacune de notre connaissance du comportement électoral breton en 1790.

30La participation était 44 %, ce qui me fait croire que le vote dans les Côtes-du-Nord en mai a peut-être été aussi haut ou plus élevé que les 47-48 % dans les deux autres départements de la Basse-Bretagne. Mais le vote était plus faible que les 65 % en Haute-Vienne ou les 60 % en Côte-d'Or.

31A première vue, le vote le plus élevé était dans le sud-ouest et le centre du département, alors que le vote le plus faible était dans le nord-ouest et l'est. Mais le chiffre pour le district de Lannion, une région de vote élevé aux élections municipales n'est conservé que pour Tréguier, un centre de conflit religieux. Dans le district de Pontrieux, le vote n'est connu que pour deux cantons. Les chiffres bas pour les districts de Dinan et Lamballe à l'Est sont fiables.

32En dépit de l'identification républicaine des villes comme “bastions bleus” encerclées par des “campagnes blanches”, toutes les trois villes pour lesquelles les données sont disponibles furent surpassées en vote par leurs districts.

33Comment expliquons-nous le vote élevé dans le sud-ouest et le centre du département et le vote faible dans le nord-ouest et l'est ? Bien qu'il y eut un rapport solide entre le vote élevé et un pourcentage élevé du clergé assermenté dans le district de Guingamp, il n'y en a pas pour celui de Rostrenen.

34Il y a un rapport entre la participation élevée dans les districts de Rostrenen, Guingamp et Saint-Brieuc dans l'Ouest et la mobilisation contre le domaine congéable. L'Ouest, où ce régime de la propriété était répandu, était également la région où la propriété noble dominait, alors que dans l'Est, la propriété paysanne était majoritaire. Il semblerait que les paysans les plus dépourvus et avec les plus de revendications contre les nobles ont voté plus que ceux disposant d'un lopin de terre. Pourtant, il n'y a pas de rapport entre le vote et le mouvement anti-féodal dans la région entre Dinan et Broons à l'Est.

  • 12 Voir A.D. Côtes-d'Armor 1 L402-404 ; A.D. Finistère 10 L 81-94 ; A.D. Loire-Atlantique L 165 ; A.D (...)

35Comme les documents électoraux de 1790 et de 1792 sont très fragmentaires, les élections de juin 1791 à l'Assemblée législative fournissent la meilleure opportunité d'étudier le comportement électoral breton avant l'insurrection de mars 1793. Nous avons les procès-verbaux de presque tous les cantons dans trois départements ainsi que ceux de six sur neuf districts de la Loire-Inférieure12. Seule l'Ille-et-Vilaine manque.

36En 1791, il y avait un effondrement du vote, comme partout. La participation dans le Finistère était de 30-31 %. Dans les Côtes-du-Nord, elle était 27 %. Dans le Morbihan, elle était de 15-17 %, alors qu'en Loire-Inférieure elle n'était que de 9 %. Le Finistère et les Côtes-du-Nord dépassent donc la moyenne nationale de 23 % dans un échantillon de 23 départements.

37En 1791, il y eut une restructuration du clivage entre la Haute et Basse-Bretagne, Est et Ouest de la province. Cette fois, le Morbihan rejoint la Loire-Inférieure, tous deux en dessous de la moyenne. La Sarthe et le Maine-et-Loire dans l'Ouest avaient une participation plus élevée que ces deux départements. L'effondrement du vote dans le Morbihan et la Loire-Inférieure est un signe de danger pour la Révolution !

38Le vote de 1791 révele-t-il le clivage entre les villes bleues et les campagnes blanches que les historiens républicains évoquent pour expliquer mars 1793 ? Les villes côtières étaient-elles plus “patriotes” dans le vote que l'intérieur du pays ? La réponse est mixte. Le Finistère et le Morbihan vérifient cette hypothèse, mais non les Côte-du-Nord ni la Loire-Inférieure.

39Il y avait des différences régionales à l'intérieur des départements. Dans le Finistère, les trois districts de Brest, Lesneven et Châteaulin dans le nord-ouest formaient une zone de participation élevée. Une seconde zone est le district de Quimperlé dans le sud-est. En dépit de son vote relativement élevé, il était un centre de protestations armées contre les levées d'hommes en automne 1792.

40Dans les Côtes-du-Nord, la zone de la participation la plus élevée est également le nord-ouest. Mais les districts de Lannion et de Pontrieux étaient des foyers de protestations armées contre les levées d'hommes en automne 1792. Une zone de participation faible était formée par les districts de Dinan, Lamballe et Broons à l'Est.

41Dans le Morbihan, les districts de Pontivy et du Faouët dans le nord-ouest formaient une zone de participation relativement élevée. Ceux de Rochefort et de la Roche-Bernard, à l'exception de la ville même, formaient cette fois une zone du vote faible dans le sud-est. Le vote en Loire-Inférieure était si faible qu'il est difficile de discerner des différences régionales. Bien que la Loire plus tard ait formé une frontière entre les blues et les blancs, il ne semble pas avoir été une frontière électorale en 1791.

  • 13 R. Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie, p. 284. Hervé Pommeret, L'Esprit public dans le Dépar (...)

42Comment expliquons-nous les différences régionales dans le comportement électoral breton ? Les historiens bretons expliquent le comportement politique par le conflit religieux. L'application de la constitution civile du clergé changea radicalement les dispositions des gens. Hervé Pommeret explique les différences entre l'Ouest et l'Est dans les Côtes-du-Nord par le serment clérical. Dupuy maintien qu'il y a une coïncidence entre la géographie de l'insurrection et la carte du clergé assermenté13. En comparant la carte de la participation électorale en juin 1791 à la géographie du serment du clergé à la même époque, je vais mettre ces conclusions à l'épreuve.

43Au niveau départemental, il n'y a pas de rapport solide entre le vote et la proportion du clergé constitutionnel. Peut-être que c'est une erreur de regarder de près les départements. Pour vraiment mettre à l'épreuve le rapport entre le vote et le clergé assermenté, il faut localiser le phénomène, en chevauchant les limites des départements.

44A première vue, il semble y avoir un rapport entre la carte de la participation électorale et une des jureurs dans les Côtes-du-Nord. Le nord-ouest avait le vote le plus élevé, alors que l'Est avait la participation la plus faible. Mais le rapport entre le vote et le pourcentage du clergé assermenté n'est qu'approximatif.

45A première vue, il semble y avoir un rapport entre les zones de la forte implantation du clergé constitutionnel dans le Finistère et le vote. Les districts de Châteaulin dans l'Ouest et Quimperlé dans le sud-est sont les districts “bleus” en vote et en jureurs. Mais les districts de Brest et de Lesneven dans le nord-ouest avaient une participation élevée, mais arrivaient au septième et dernier rang en jureurs.

46De même, il semble y avoir au premier abord un rapport entre la zone des jureurs dans le nord-ouest du Morbihan et le vote. Mais il n'y avait aucun rapport entre le vote élevé et la proportion basse des jureurs dans le district de Pontivy. A l'Est, il y a un rapport entre le vote très faible dans le district de Rochefort et le très petit nombre de jureurs.

47Bien que le rapport entre la géographie du vote et la carte du clergé assermenté soit seulement très approximatif, on ne doit pas conclure que le conflit religieux n'avait pas une influence négative sur la participation électorale. Bien qu'elle ait déjà commencé à baisser à la fin de 1790, l'effondrement en juin 1791 était certainement produit par la double cassure entre l'Assemblée Constituante d'une part, le clergé et le roi de l'autre. La déception des campagnards concernant les bénéfices reçus de la Révolution a aussi joué un rôle important dans l'abstentionnisme rural.

48L'impact du serment du clergé sur le vote peut se voir dans le Morbihan où la participation était faible et les Côtes-du-Nord où elle était relativement élevée. Le refus de prêter le serment était une cause importante de l'effondrement du vote dans le Morbihan où les votants ont boudé les urnes ou se sont retirés en protestant. Le directoire du département a annulé au moins onze élections, souvent à cause d'un serment illégal prêté à l'église Catholique. Dans les Côtes-du-Nord, toutefois, les votants semblent avoir été plus intéressés par la réforme agraire que par le serment. Je n'ai trouvé qu'une assemblée où les votants se sont retirés.

49Bien que le conflit religieux ait été une des causes les plus profondes de l'effondrement du vote en juin 1791, la déception que les campagnards ont éprouvée avec les bénéfices qu'ils ont reçu de la Révolution est une autre cause importante. Le conservatisme religieux s'est quelquefois joint au radicalisme agraire. Les campagnards bretons avaient leur propre programme : l'abolition du domaine congéable, la suppression du rachat des droits féodaux, la répartition des biens des émigrés et la représentation rurale plus grande. Les questions agraires n'ont pas été traitées par les députés jusqu'en août 1792, après ces élections. La revendication d'une représentation rurale plus grande était constamment rejetée.

  • 14 Michael Kennedy, “The Foundation of the Jacobins and the Development of the Jacobin Club Network, (...)

50Y-a-t-il un rapport entre la géographie du vote et la carte de la diffusion des clubs jacobins en juin 1791 ? Au niveau du département, la réponse est négative. Puisque les clubs sont largement un phénomène urbain, implantés pour la plupart dans les chefs-lieux du district, le rapport entre une ville avec un club et un vote relativement élevé confirmerait l'idée des villes comme “bastions bleus”. Se servant de la liste des clubs en juillet 1791, dressée par Michael Kennedy, il y a un rapport entre l'existence d'un club et un vote élevé dans le Finistère et le Morbihan, mais non dans les Côtes-du-Nord et la Loire-Inférieure14. Il y a une différence entre la sociabilité politique dans le réseau des clubs et une sociabilité électorale.

51Les vrais bastions bleus étaient les villes possédant un club. Douze sur vingt villes possédant un club, soit 60 %, ont surpassé en vote leurs districts, alors que seulement 47 % des chefs-lieux ont surpassé en vote leurs districts.

  • 15 A.D. Finistère 10 L 79 ; A.D. Ille-et-Vilaine L 346.

52Quelles étaient les classes sociales qui détenaient le pouvoir en Bretagne en juin 1791 ? Basé sur le Finistère et l'Ille-et-Vilaine, il y avait peu de changement dans la composition sociale des électeurs15. En Finistère, les cultivateurs avaient encore une prépondérance écrasante du pouvoir. Ils sont au moins 47 %. Les hommes de loi sont 13 % et les gens d'affaires 10 %. Mais le clergé a baissé de 3 à 1 %. En Ille-et-Vilaine, les laboureurs détiennent encore le pouvoir. Une fois de plus, ils constituent 35-36 % des élus. Les hommes de loi sont 20 % et les gens d'affaires sont 6 %. Mais le clergé a baissé de 7 à 3 %. S'il y a une stabilité dans la composition sociale des électeurs, à l'exception du clergé, il y a une grande circulation parmi les élites. Plus de 80 % des électeurs de 1791 étaient des “hommes nouveaux”.

  • 16 Jean Pascal, Les Députés Bretons de 1789 à 1983 (Paris, 1983), p. 57-67.

53Si les cultivateurs avaient une prépondérance du pouvoir au niveau local, les hommes de loi détiennent le pouvoir au niveau national. Ils représentent 57 % des députés bretons en 1791. Le Finistère est à part parce que seulement 38 % des députés étaient les hommes de loi16.

54Finalement, quel rapport existe-t-il entre le vote en juin 1791 et la géographie de l'insurrection de mars 1793 ? Rappelons que le soulèvement s'est développé surtout dans la partie sud-est de la Bretagne, englobant la partie méridionale de la Loire-Inférieure, la zone entre Loire et Vilaine et les deux tiers du Morbihan. A cela s'ajoutent la moitié de l'Ille-et-Vilaine, le tiers des Côtes-du-Nord et la quasi-totalité du Léon dans le Finistère.

55Il y a un rapport approximatif entre la carte du vote en 1791 et celle de l'insurrection, mais il est moins net aux niveaux du district et du canton. Les départements avec la participation la plus élevée, le Finistère et les Côtes-du-Nord dans le nord-ouest étaient les moins touchés par l'insurrection, alors que ceux avec une très grande abstentionnisme, la Loire-Inférieure et le Morbihan, étaient le foyer du mouvement. Comme l'abstentionnisme dans la Loire-Inférieure était un phénomène général, on attend peut-être une insurrection globale. Dans le Morbihan, les districts de Rochefort et de la Roche-Bernard qui s'approchaient de la Loire-Inférieure en abstentionnisme sont également dans la zone sud-est insurgée. Les districts de Pontivy et du Faouët était une tache insurgée. Nous manquons de donnée pour l'Ille-et-Vilaine. Dans les Côtes-du-Nord, les districts de Lannion et de Guingamp dans le nord-ouest avaient le vote le plus élevé, alors que ceux de Dinan, Lamballe, et Broons dans l'Est avaient le plus grand abstentionnisme. Ces trois derniers districts étaient le foyer de l'insurrection, alors que le nord-ouest était moins touché par le mouvement. Le Finistère est compliqué à cause du Léon. Ce département avec la participation la plus élevée était également le moins touché par l'insurrection. Mais Léon est dans la partie nord-ouest comprenant les districts de Brest et de Lesneven avec un vote élevé. Au niveau du canton, le rapport entre le vote et l'insurrection n'est pas toujours net.

  • 17 R. Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie, p. 5-17 ; Bois, Paysans de l'Ouest, Charles Tllly, Th (...)

56En conclusion, quelle contribution notre étude électorale de la Bretagne en 1790-91 peut-elle apporter aux explications de l'origine de l'insurrection de mars 1793 ? Les historiens ont beaucoup insisté sur le rôle fondamental de la religion. La thèse “bleue” dénonçait la manipulation des paysans ignorants par les prêtres réfractaires. Il y avait un complot clérico-nobiliaire. La version “blanche” mettait l'accent sur un soulèvement populaire spontané pour défendre l'Église et le roi. Pourtant, selon Bois, les insurrections de l'Ouest seraient le produit d'une lutte inéluctable entre la ville et la campagne. D'après Charles Tilly, l'insurrection s'explique par les réactions divergentes des populations en face de l'urbanisation et modernisation. Dupuy maintient, toutefois, que l'insurrection représente une résistance paysanne à l'intégration à la nation et un état centralisant. Donald Sutherland a souligné la déception que les paysans ont éprouvée avec les bénéfices qu'ils ont reçus de la Révolution. Lui et T. Le Goff insistent sur la base sociale de la chouannerie qui s'identifierait aux fermiers et non pas aux propriétaires17.

57Chacun avait raison. Dans le Morbihan, le conflit religieux était une cause profonde de l'effondrement du vote en juin 1791. Et il est certain qu'il y ait une lutte entre la ville et la campagne pour le pouvoir. Certainement, les paysans ont défendu leur autonomie contre l'état et ses demandes. Les protestations armées contre les levées d'hommes en 1792 et mars 1793 en sont la preuve. En plus, les paysans étaient très deçus des faibles avantages qu'ils ont reçus de la Révolution. Ils ont développé leur propre programme de réforme agraire.

58Mais mon étude électorale apporte une contribution originelle à la problématique de l'insurrection. J'ai constaté une convergence entre le comportement électoral et le comportement politique. D'emblée, dès les premières élections de 1790, il y avait un rapport entre le vote et la géographie de l'insurrection. Même avant le conflit religieux, la géographie du vote se rapproche de la carte du clergé assermenté. Le rapport entre le vote et la géographie du soulèvement est même plus net en juin 1791.

59Le rapport que j'ai trouvé dans les Côtes-du-Nord entre la géographie du vote, la possession de la terre, et le comportement politique est l'opposé de ce que Bois a trouvé dans la Sarthe. La partie occidentale de ce département, où la terre paysanne était la plus considérable, a basculé dans la contre-révolution, alors que le sud-est, où les paysans étaient les plus dépourvus, était acquis à la Révolution. Cependant, dans les Côtes-du-Nord, les districts de Guingamp, Pontrieux et Lannion dans le nord-ouest, où la propriété noble et le domaine congéable dominaient, étaient ceux où le vote était le plus élevé. De même, ils étaient les moins touché par l'insurrection de mars 1793 et par la chouannerie. C'était le contraire dans les districts de Dinan, Lamballe et Broons, où la propriété paysanne était presque majoritaire. Il paraît qu'il y'a là un rapport entre la misère paysanne, leur amertume contre les nobles, le vote élevé, et leur soutien à la Révolution.

60En plus, le Finistère, un des départements le moins touché par l'insurrection, est aussi celui avec le pourcentage le plus élevé de cultivateurs à détenir le pouvoir. Comme ils ont gagné la lutte pour le pouvoir local, ils avaient peut-être moins d'hostilité contre la bourgeoisie urbaine. Y-a-t-il un rapport entre le pouvoir paysan et leur comportement politique en 1793 ? Nous devons étudier cette question plus précisément.

  • 18 André Siegfried, Tableau Politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République (Paris, 19 (...)

61En Bretagne, il s'agit de vérifier si la permanence des clivages électoraux se confirmait ultérieurement et d'essayer d'expliquer ce comportement dès 1790. Dans le style d'André Siegfried, il faut peut-être chercher les structures culturelles, économiques et politiques qui peuvent expliquer le comportement électoral et les dispositions politiques bretonnes18.

Notes

1 Jacques Godechot, “Les Municipalités du Midi Avant et Après la Révolution”, in Annales du Midi (1972), 363-367. Voir A.D. Côtes-d'Armor 1 L 405-406 et 1 L 393, 394 et 398. Voir aussi A.N. Flc III Côtes-du-Nord 2. Voir A.D. Finistère 10 L 93, 21 L 44 et 26 L 39 ; A.D. Ille-et-Vilaine L 1415-1416, L 355 et L 218 ; A.M. Rennes Kx 46.

2 Paul Bois, Paysans de l'Ouest (Paris, 1960), p. 266.

3 Roger Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie (Paris, 1988), p. 129.

4 Voir A.D. Finistère 10 L 75 ; A.D. Ille-et-Vilaine L 355.

5 Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au Village et Révolution : Artois, 1760-1848 (Lille, 1987), p. 255-262.

6 Voir A.D. Morbihan L 233-234 ; Finistère 10 L 75 et 10 L 81 à 94 ; les procès-verbaux des assemblées primaires du district de Quimper se trouvent dans les A.N. F 1c III Finistère 5. Voir A.D. Ille-et-Vilaine 337A et Β ; A.D. Loire-Atlantique L 164.

7 R. Dupuy, De D Révolution à la Chouannerie, p. 117.

8 A.D. Morbihan L 233.

9 A.D. Côtes-d'Armor 1 L 371 ; A.D. Finistère 10 L 75 ; A.D. Ille-et-Vilaine L 346 ; A.D. Morbihan L 234 ; Bibliothèque municipale de Nantes 49 852/c 198.

10 Melvin Edelstein, “Participation et Sociologie électorale des Landes en 1790”, Bulletin d'Histoire de la Révolution Française (à paraître).

11 A.D. Côtes-d'Armor 1 L 402-404.

12 Voir A.D. Côtes-d'Armor 1 L402-404 ; A.D. Finistère 10 L 81-94 ; A.D. Loire-Atlantique L 165 ; A.D. Morbihan L 236. Les procès-verbaux de l'Ille-et-Vilaine existent, mais à l'exception de deux assemblées, ils ne fournissent pas les votants. Voir A.D. Ille-et-Vilaine L 338 A et B.

13 R. Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie, p. 284. Hervé Pommeret, L'Esprit public dans le Département des Côtes-du-Nord (Saint-Brieuc, 1921), p. 498-499. Voir Timothy Tackett, Religion, Revolution, and Regional Culture in Eighteenth-Century France : The Ecclesiastical Oath of 1791 (Princeton, 1986), p. 321, 325-326, 330, 336, et 344.

14 Michael Kennedy, “The Foundation of the Jacobins and the Development of the Jacobin Club Network, 1789-1791”, Journal of Modern History, 51 (1979), 733. P. Gervais, “L'autre Bretagne : Les clubs révolutionnaires bretons, 1789-1795”, AHRF No. 266 (1986), 422-447.

15 A.D. Finistère 10 L 79 ; A.D. Ille-et-Vilaine L 346.

16 Jean Pascal, Les Députés Bretons de 1789 à 1983 (Paris, 1983), p. 57-67.

17 R. Dupuy, De la Révolution à la Chouannerie, p. 5-17 ; Bois, Paysans de l'Ouest, Charles Tllly, The Vendée (Cambridge, Mass. 1964) ; Donald Sutherland, The Chouans (Oxford, 1982) ; T. Le Goff et D. Sutherland, “The Social Origins of Counter-Revolution in Western France”, Past and Present, No. 99 (1983), 65-87.

18 André Siegfried, Tableau Politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République (Paris, 1913).

Auteur

Monique Barasch (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540