Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

1789-1790, décentralisation et élections

Le rôle des autorités locales normandes et saxonnes dans le début de la Révolution et dans la révolte paysanne de 1790

Steffen Sammler

Texte intégral

1. INTRODUCTION

  • 1 Cf. le résumé chez H. Berding, “Französische Revolution und sozialer Protest in Deutschland”, in :(...)
  • 2 Cf. J. Voss, “Soziale Unruhen im rechtsrheinischen Teil des Hochstifts Speyer im Zeitalter der Fra (...)
  • 3 Cf. R. Reichardt, “Die Französische Revolution als Maẞstab des deutschen “Sonderweges ?” In: Deu (...)

1A l'occasion du “bicentenaire” des chercheurs allemands ont effectué des nombreuses études régionales et locales sur les révoltes agraires dans les campagnes et les révoltes de subsistances dans les villes, qui se sont poursuivies au temps de la Révolution française en Allemagne1. Ils ont même trouvé des “cahiers de doléances” qui ont été rédigés sur la rive droite du Rhin sous une influence plus au moins directe de la Révolution2. Les résultats de ces enquêtes ont montré un potentiel révolutionnaire parmi les couches inférieures dans beaucoup de régions de l'Empire et confirmé une proposition de Rolf Reichardt, historien de Mayence, qui avait déjà mis l'accent, il y a 15 ans, sur le rendez-vous manqué entre un potentiel révolutionnaire existant et un groupe politique capable et en position de diriger un mouvement réformateur ou révolutionnaire3. Les relations entre le social et le politique méritent donc d'être recherchées soigneusement dans les campagnes françaises et allemandes parce que, nous le verrons bien, des réalités socio-économiques peuvent être bien comparables entre deux régions et néanmoins provoquer un discours politique différent.

  • 4 Cf. M. Bloch, “Pour une histoire comparée des sociétés européennes”, in : Revue de synthèse histor (...)

2Une étude comparative entre deux régions de la France et d'un pays étranger ne peut être fructueuse que sur la base d'une connaissance profonde de l'histoire de deux “pays” choisis pour une telle approche. Les propositions de Marc Bloch même si elles datent de l'année 19284, me semblent être plus fructueuses pour une étude comparative régionale ou bien locale parce qu'elles sont plus fiables pour un travail sur le terrain que les “typologies nationales” élaborées dans une tradition sociologique.

3Entre les deux régions que j'ai choisies pour mon étude, la Haute-Normandie et la Saxe, nous trouvons un certain nombre des points communs, concernant la haute densité de la population à la fin du XVIIIe siècle, le taux élevé de l'urbanisation ou l'implantation de la “protoindustrialisation” dans les campagnes.

4Concernant les deux “pays” plus précisément choisis, le Vexin normand et la Lommatzscher Pflege, ils sont caractéristiques d'une dominance des laboureurs aisés dans la vie économique, sociale et culturelle du village. Mais en même temps ces laboureurs sont menacés, dans le Vexin, par la concurrence du grand fermier et dans la Lommatzscher Pflege par les tentatives du seigneur d'augmenter la surface de son domaine proche et d'abuser de son droit de troupeau en transformant le pâturage en terrain d'élevage exclusif des moutons qui apparaît comme une compensation pour la dévalorisation de ses rentes seigneuriales. Certes, ce ne sont que quelques communes qui ont fait dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle l'expérience du “Bauernlegen”, mais ces exemples étaient suffisants pour faire naître l'inquiétude et l'agitation parmi les paysans saxons.

5Les laboureurs du Vexin normand aussi bien que ceux de la Lommatzscher Pflege ont fait l'expérience des procès contre leurs seigneurs concernant surtout le droit de pâturage et c'était précisément l'expérience des défaites après une longue durée d'espérance ou bien la non acceptation du jugement par le seigneur qui ramènent les paysans au retour à des formes plus archaïques de résistance. Les paysans de la Lommatzscher Pflege refusent d'accomplir la corvée, abattent le gibier non seulement sur leurs champs mais le poursuivent jusque dans les forêts du seigneur, menacent ou maltraitent les gardes-chasses ou chassent les moutons du seigneur de la pâture du village.

6Le potentiel de mécontentement parmi les habitants des campagnes était bien comparable en Normandie et en Saxe, au moins d'après la lecture des mémoires envoyés à la Cour de Dresde par des paysans saxons et des cahiers de doléances rédigés par les paysans normands au printemps 1789. Nous trouvons un certain nombre des points communs dont je donne quelques exemples :

  • la protestation contre l'usurpation des terres ou des communaux par le seigneur.
  • la protestation contre la concentration du gibier et les hostilités du côté des gardes chasses – ce n'était pas par hasard qu'une révolte contre le gibier était aux origines de l'insurrection des paysans saxons durant l'été de 1790 –
  • la contestation du privilège fiscal de la noblesse
  • les protestations antifiscales, qui étaient dirigées surtout contre les impôts indirects.

2. LES TENTATIVES DE RÉFORME ADMINISTRATIVE ET LEURS CONSÉQUENCES POUR LE MONDE RURAL À LA FIN DE L'ANCIEN RÉGIME

LA NORMANDIE

7La réforme de l'administration provinciale est soigneusement étudiée dans les travaux de Pierre Renouvin, et pour la Normandie dans ceux de Félix Mourlot, Ernest Lebègue, Georges Cœuret ou Marc Bouloiseau qui sont d'ailleurs restés trop longtemps méconnus.

  • 5 Cf. Rolf Reichardt, Die revolutionäre Wirkung der Reform der Provinzialverwaltung in Frankreich 17 (...)

8En soulignant l'importance de la réforme de l'administration provinciale Rolf Reichardt a mis l'accent – outre les problèmes de l'accoutumance aux nouvelles unités administratives – surtout sur deux axes, celle de la politisation de la “Sanior Pars” de la population rurale et celle de la mobilisation et de la qualification des nouveaux mandataires politiques5.

9Le temps de la réforme (1787-1789) était un vrai temps d'apprentissage non seulement à travers la discussion des questionnaires des enquêtes effectuées par des Commissions Intermédiaires et des mémoires et lettres adressées aux nouvelles Institutions de l'administration provinciale mais surtout à travers les élections aux municipalités. Les élections municipales dans les paroisses de la Normandie montrent bien les tensions entre les différentes autorités du village (seigneur, curé, syndic municipal) et en même temps les tensions entre les différents groupes sociaux. Même si la régularité ne semble que difficilement respectée dans la réunion de ses assemblées – Félix Mourlot a montré que les paysans du bocage normand ne voulaient pas se rassembler tous les dimanches – nous trouvons dans les pays d'élection le début d'un procès de politisation d'une partie de la population rurale.

10En regardant la mobilisation et la qualification du personnel politique au niveau régional et local, nous pouvons souligner une multiplication des nouveaux mandataires qui étaient capables, qui ont eu l'intention et surtout la possibilité de faire des expériences dans le nouveau système administratif.

11Même si les compétences des assemblées provinciales étaient faibles et leurs effets immédiats plutôt négligeables, la réforme a néanmoins ouvert l'accès du pouvoir local et régional aux hommes de loi et même des laboureurs. Parmi les députés ruraux des bailliages normands pour les États Généraux, nous trouvons surtout des anciens membres des assemblées provinciales ou des assemblées de département.

LA SAXE

  • 6 Cf. les recherches en cours de Christine Lebeau (Strasbourg); “Beispiel eines Kulturtransfets zwis (...)
  • 7 Cf. Die Staatsreform in Kursachsen, hrsg. von Horst Schlechte, Berlin 1958.

12Dans la Saxe, les premières tentatives de réforme ont été entreprises à la fin de la Guerre de Sept Ans, une guerre qui a provoqué la ruine financière du pays. L'Électorat était occupé par des troupes prussiennes et la couronne de la Pologne était perdue. Dans cette situation difficile un groupe d'administrateurs résidant à la Cour, a accru son influence sur le Prince Électeur. Ils ont essayé de mettre en place une réforme du système financier, économique et administratif pour préparer le “rétablissement” du pays, et cette courte période de réforme du début des années soixante a pris le nom de période du “rétablissement". Sur les personnalités des réformateurs nous possédons seulement quelques études biographiques et ces grands commis ont récemment suscité un certain intérêt parmi des chercheurs français6. Les grands commis s'étaient inspirés des idées des économistes anglais et surtout des physiocrates français. Parmi eux nous trouvons surtout des anoblis originaires des familles du grand négoce de la ville de Leipzig7.

13Nous possédons une liste des propositions des membres du courant réformateur dans laquelle nous trouvons beaucoup de points communs avec des propositions faites par la Commission Intermédiaire de la Haute Normandie. J'en donne quelques exemples :

  • le développement de l'infrastructure par la construction des nouvelles ou la réparation des anciennes routes.
  • la protection des forêts, menacées par les défrichements et l'implantation de l'industrie métallurgique.
  • l'offre de primes pour la découverte et l'exploitation des mines de charbon.
  • les propositions en faveur d'un protectionisme pour encourager le développement de l'industrie et du commerce dans la région
  • 8 Cf. ibid., Teil III, Vorschläge und Gutachten der Restaurationskommission.

14Nous trouvons dans la Saxe même des propositions pour une réforme du système seigneurial. Le grand commis Thomas von Fritzsch a proposé l'abolition du droit de corvée et une réforme du droit de pâturage qui interdisait l'abus de ce droit par le seigneur. Toutes ces propositions concernant le système seigneurial étaient d'ailleurs refusées dans cette période d'une manière catégorique par la Cour de Dresde8.

  • 9 “Aus der durch Messe und Buchhandel weltoffenen Handelstadt Leipzig stammten die führenden Köpfe d (...)

15Vingt ans après le début, plein d'espoir, du “rétablissement”, la situation économique et sociale à la campagne n'a pas changé. A la différence de 1763, les réformateurs sont, vingt ans après, “anoblis et saturés”9. Ils s'étaient bien accommodés aux règles du jeu à la cour de Dresde et ne pouvaient pas arriver à une véritable réforme du système administratif.

16Sous l'impression des événements français et de la révolte des paysans en 1790, une partie de la bourgeoisie citadine, surtout les représentants des villes moyennes ont insisté, dans la période de préparation du Landtag (États Généraux de Saxe) en 1793, sur la réforme économique envisagée déjà depuis la fin de la Guerre de Sept Ans. Pour la préparation du Landtag, le premier après le début de la Révolution Française, la bourgeoisie saxonne a utilisée les mêmes moyens que ses confrères français, quatre ans auparavant, en organisant une “guerre de pamphlets” avec la contestation du privilège fiscal de la noblesse au centre des débats.

17Le projet des réformes économiques, présenté par une fraction des représentants des villes au Landtag de 1793, n'était de même pas accepté par la majorité des députés, non seulement à cause de la résistance des seigneurs mais surtout grâce aux divergences à l'intérieur du Tiers de la ville de Leipzig, elle aussi, en tant que ville propriétaire des seigneuries, a défendu son privilège fiscal à côté des Ritter contre les protestations des représentants des villes moyennes.

18Les événements de 1787-1790 en France ont exercé une influence importante sur la paysannerie saxonne. Les paysans saxons étaient bien informés sur les événements qui ont eu lieu en France grâce aux journaux qui étaient distribués dans les campagnes. Dans le pays de grande culture qui était au centre de la révolte antiseigneuriale, la “Lommatzscher Pflege”, les paysans ont lu des journaux spécialement rédigés pour le monde rural. C'était surtout le journal “Zittauer Bote” qui était bien implanté dans le monde rural grâce à un réseau de messagers. Le “Zittauer Bote” a distribué également des pamphlets qui étaient cachés à l'intérieur de ces pages.

  • 10 Cf. Roger Dupuy, “En guise de conclusion provisoire”, in : Annales de Bretagne, 89 (1982), n° 2, p (...)

19C'est surtout les informations sur le système des élections qui ont trouvé un grand écho en Saxe. Dans les années quatre-vingt dix, il suffit du moindre bruit sur une réforme envisagée du système représentatif pour que les paysans ont commencé à vouloir élire leurs députés au Landtag et le gouvernement a eu ensuite du mal à expliquer qu'aucun projet de réforme est envisagée pour ramener l'ordre dans les campagnes. En demandant une participation au pouvoir, les paysans allemands se réfèrent entre-autre au modèle suédois, avec son Quatrième État réservé au monde des paysans. Cette même référence nous la trouvons dans quelques-uns des cahiers de doléances rédigés par des communes bretonnes en 178910.

  • 11 Cf. K. Blaschke, Verwaltungsgeschichte für Stadt- und Kreisarchivare im Gebiet des ehemaligen Land (...)

20Au moins une comparaison entre la Haute Normandie et la Saxe justifie la conclusion que la réforme de l'administration provinciale a préparé le terrain pour une politisation de la “Sanior Pars” rural, surtout au niveau municipal, une politisation qui n'a pu se développer en Saxe que beaucoup plus tard. Le nouveau statut sur les municipalités dans les campagnes n'est mis en fonction en 1839. Mais les élections continuent de se poursuivre sous la contrôle du seigneur. Les paysans saxons devront attendre jusqu'en 1864 pour obtenir le même statut d'indépendance que leurs congénères français11.

3. LES PAYSANS RÉVOLTÉS FACE AU POUVOIR

21Dans ma deuxième partie je vais essayer de formuler quelques hypothèses de travail sur le rôle que les représentants des différents types d'autorités d'Ancien régime - a) le Prince Électeur ; b) l'ensemble de la seigneurie ; c) le pasteur protestant et d) le syndic paroissial dans la communauté villageoise ; e) l'homme de loi - ont joué pendant la révolte des paysans saxons en août 1790.

22A l'origine de la révolte qui s'est déclenchée au début d'août 1790, était un conflit entre les paysans dépendant de la seigneurie de Friedrich von Zehmen et ce dernier sur l'exercice du droit de troupeau. Le seigneur a abusé de son droit pour l'élevage exclusif de ses moutons en interdisant à ses tenanciers le pâturage des moutons et d'autre bétail. Les paysans se défendirent dans un procès, dont le jugement définitif n'était pas encore prononcé durant l'été de 1790. Dès le printemps de cette année, les paysans se sont réunis plus souvent qu'auparavant pour discuter et ont créé un foyer d'agitation. Ces réunions étaient interdites par le seigneur et cela provoqua une protestation. Avec le soutien des quelques syndics paroissiaux et certains intellectuels des villes et des bourgs, les paysans ont refusé d'accomplir la corvée et ont chassé les moutons du seigneur des pâtures en litige. Pendant les jours qui ont suivi, le mouvement a pris le caractère d'une véritable révolte avec l'assaut des châteaux, l'arrestation des seigneurs et de leurs employés, surtout des juges seigneuriaux, le brûlement des terriers et même des escarmouches avec les soldats.

23Le gouvernement saxon a réagi avec une répression militaire qui a mis fin à l'insurrection en quelques semaines.

24Revenons au comportement des paysans à l'égard des autorités et vice versa :

A - L'AUTORITÉ ROYALE

25A la différence de la Normandie où un certain nombre des paroisses adressent leur cahier soit directement aux députés élus aux États Généraux soit, pour un grand nombre d'entre eux, aux deux autorités à la fois, le Roi et les députés formant une Nation assemblée – en suivant la proposition de Jacques Guillaume Thouret dans son cahier modèle – nous trouvons dans la Saxe, au début de la révolte, qu'une seule autorité, le Prince Électeur. L'image du Prince Électeur est entourée de légendes. Les paysans ont cru que le prince – dans d'autres récits son frère – voyageait anonymement dans le pays pour apprendre la situation du peuple opprimé par ses seigneurs et par les commis de l'État et décrèter sur place l'abolition des droits féodaux. Pendant la révolte de 1790, on peut cependant remarquer un changement d'attitude à l'égard du Prince Électeur sous l'influence des pamphlets distribués par des artisans radicaux des villes et des bourgs.

26Concernant l'image du “bon roi”, nous trouvons des points communs avec un certain nombre des cahiers de doléances normands qui se réfèrent à Henri IV dont le vis-à-vis allemand, sur le plan national, est Fréderic L, Barberousse, qui est devenu pour les militants d'une unification allemande au XIXe siècle, le symbole de la lutte du pouvoir central fort contre le particularisme de la grande noblesse.

B - LE SEIGNEUR ET LA SEIGNEURIE

27La loi sur la reforme de l'administration Provinciale a certainement contribué a une réduction de l'autorité du seigneur – surtout si on regarde l'article sur le remplacement du seigneur-patron en tant que président de l'assemblée municipale en cas d'absence par le syndic municipal et non par le curé ou un autre seigneur-qui n'a pas d'équivalent dans la Saxe. Mais les révoltes antiseigneuriales dans le bocage normand en 1789 aussi bien que dans la Saxe en 1790 montrent bien des points communs. Plus qu'un seigneur particulier c'est la seigneurie comme système qui est contestée à travers ses employés, indispensables pour son bon fonctionnement, les administrateurs, les juges seigneuriaux, les gardes-chasses. Ce sont surtout ces employés qui sont contestés et en conséquence menacés et maltraités dans les révoltes contre le gibier et les marches contre les châteaux.

C - LE PASTEUR PROTESTANT

28Les pasteurs protestants ont joué un rôle plus important dans la répression de la révolte que dans son animation. Nous trouvons parmi les clercs qui, dans la hierarchie protestante sont inférieure au “Pasteur”, les “Diakons” quelques personnages qui ont soutenu la révolte. Les paysans étaient encouragés, en particulier, par les sermons du “Diakon” Sillig qui prévoyait dans un avenir très proche, la fin du monde annoncée par les événements qui se déroulaient en France. Les paysans en ont tiré leurs propres conclusions en déclarant qu'une fin du monde à la française était bien souhaitable. Après le déclenchement des troubles ruraux en août 1790, la direction de l'église protestante à Dresde, la “Oberkonsistorium”, a élaboré un mandement qui demande aux paysans de se soumettre sous leurs autorités et annonce des peines capitales aux meneurs de la révolte. De plus les pasteurs étaient obligés de faire lecture de l'édit du Prince Électeur contre les révoltés accompagnée d'une offre de 100 Talers pour toute information qui permettra l'arrestation des meneurs. Les pasteurs étaient obligés de fournir des informations sur des étudiants et des “Winkeladvokaten” (hommes de loi autodidactes) qui ont traversé les villages et éventuellement demandé d'être logés et nourris.

29Les pasteurs ont excercé dans beaucoup de paroisses, à l'aide des sermons et des entretiens, une influence profonde sur le syndic paroissial et les notables des villages. Ils ont empêché, à l'aide de ces derniers, que la population se joigne aux révoltés des villages voisins.

D - LE SYNDIC PAROISSIAL

30Le rôle important que le syndic municipal a joué dans ce processus de la politisation des paysans normands entre 1787 et 1789 paraît beaucoup plus significatif en comparaison avec les événements qui se sont déroulés en même temps en Saxe. Dans l'Électorat le “Dorfrichter” (syndic paroissial) continue à excercer ses fonctions. Très souvent nommé par le seigneur il reste coincé entre ce dernier et la communauté.

31Même si nous trouvons au centre de la révolte, dans la “Lommatzscher Pflege”, un certain nombre des syndics paroissiaux qui ont pris la tête de la révolte – parfois comparable aux révoltes bocagères de 1789 sous la pression massive des habitants – la majorité de leurs confrères dans ces paroisses qui n'étaient pas au cœur de la révolte ne se montrent pas favorables à une agitation venue des communes voisines, moins encore de la part du menu peuple des villes.

32Dans la poursuite des événements ils contribuent souvent à la répression de la révolte en dénoncant les meneurs et en participant d'une manière active à l'arrestation de ces derniers.

E - L'HOMME DE LOI

33En étudiant le monde des hommes de loi, on peut adopter la proposition faite par Roger Charrier sur une distinction nécessaire entre différents groupes d'hommes de loi à la fin de l'ancien régime. Pour la Saxe, il faut souligner la différence entre un homme de loi qui exerce ses fonctions dans l'administration d'État ou d'une seigneurie et son confrère qui excerce un travail libéral et qui est pour cette raison à la recherche des clients. Parmi ces derniers nous trouvons parfois les meneurs de la révolte. A coté des avocats, nous trouvons aussi des greffiers de petites villes, mais plus fréquement encore des étudiants en droit et des notaires-autodidactes, qui sont appellés “Winkeladvokaten”. Ces derniers font souvent partie des couches inférieures de la population des villes et bourgs, comme le cordier Christian-Benjamin Geissler, le marchand-commis Christian August Werner, ou parfois même des journaliers qui ont profité de leur capacité intellectuelle pour gagner un peu d'argent avec des conseils juridiques.

34Ce sont surtout ces derniers qui sont recherché par les autorités pendant la repression de la révolte et qui ont payé le prix, dénoncés par des syndics paroissiaux, comme le cordier Geissler, l'auteur d'un manifeste inspiré par les événements français, qui est resté plus de 15 ans en prison.

35Les avocats qui ont soutenu la cause des paysans étaient également poursuivis comme meneurs de la révolte, même s'ils n'étaient pas emprisonnés comme l'ont été plus de 150 paysans, ils étaient interdit dans l'exercice de leur profession et donc dans l'incapacité de gagner leur vie.

4. LA CONCLUSION

36Nous avons vu que dans deux régions avec un certain nombre de problèmes communs, le pouvoir a choisi sur le plan de l'administration régionale et locale des solutions nettement différentes en France. La réforme de l'administration provinciale a contribué à une ouverture de l'accès au pouvoir local pour une plus grande partie de la population. En Saxe, à l'opposé, le gouvernement est resté hostile aux tentatives de réforme et a joué avec succès la carte de la répression à l'égard des paysans. A la différence de la France, le système politique est conservé jusqu'à la fin des années trente. Pour une réforme comparable à celle de la France des années 1787/88 il fallait non seulement de l'expérience de la révolte de 1790 et des guerres napoléoniennes mais vaincre celle de la révolution de 1830 qui est devenu enfin le “point of no return” pour le gouvernement saxon qui brise finalement la résistance des “Junker” qui ne voulaient pas accepter jusqu'à cette date une abolition imposée par l'État avec indemnisation mais négocier des contrats particuliers plus favorables pour eux avec leur tenanciers.

  • 12 La distinction entre “capitalisme paysan” et “capitalisme bourgeois” dans le monde rural était pro (...)
  • 13 Cf. R. Gros, Die bürgerliche Agrarreform in Sachsen in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts, Wei (...)

37L'organisation de l'abolition des droits féodaux était ensuite un chef-d'œuvre de l'administration saxonne et très favorable à la paysannerie aisée. A la différence de la Prusse l'abolition des droits féodaux en Saxe a consolidé une couche stable de laboureurs grâce à la fondation d'une caisse de crédit et a ouvert la voie vers le “capitalisme paysan”12. La caisse de crédit, la “Landrentenbank” qui a avancé l'argent que les paysans devaient à leurs seigneurs, a commencé son travail en janvier 1834 et mériterait une autre communication13.

PRO MEMORIA14

  • 14 Le texte est conservé aux Archives d'État de la Saxe, Loc. 30749, Blatt 1.
    Pour une notice biograp (...)

38Dem Städtchen Lauenstein wird hiermit wissend gemacht, dass nach reifl. Überlegung endl. der Schluẞ gefasst worden, eine glückl. Revolution zu machen, u. sind wir zu unserem Endzweck auf die 16. bis 18 000 Mann in Bereitschaft. Unser eigen Wohl erfordert dieses, auf das schleunigste es ins Werk zu setzen, indem man in Erfahrung gebracht, dass wenn wir nicht Ernst brauchen, eine der blutigsten Revolutionen ehester Tage ausbrechen wird. Unsere Gesinnungen dabey sind also diese ; dass wir lieber, anstatt Sachsens Unglück noch gröẞer zu machen, dass es wohl vollens gar zur Mördergrube werden könne, mit Gottes Hülfe weissl. Gegenanstalten zu treffen, und unser geliebtes Vaterland lieber glückl. als unglückl. machen wollen. Wir wollen unsern theuersten Landesvater in unsere Mitte nehmen und wollen ihm Sachsens Unglück und Noth mit Nachdruck vorstellen, damit er sich ferner mit uns und wir mit ihm freuen, und ruhig und vergnügt leben können. Erstl. wollen wir uns insgesammt mit klingenden Spiel und fliegender Fahne bis in die Gegend Dresdens rücken und hat sich ein Jeder dabey bis auf ein Paar Tage zu proviantieren. Da wird ein Commando von uns nach Pilnitz gehen, um den Churfürsten unsere Gesinnungen vorzutragen, von da werden wir mit unserm theuersten Landesvater einen triumphirenden Einzug in die Residenz Dressdens halten.

Unser Vortrag ist dieser :

  1. verlangen wir, dass alle und jede Personen, die bishero Sachsenland unglückl. gemacht, gänzl. ihrer Würden u. Aemter entsetzt u. nach Befinden groser Betrügereien auch ihre Güther confiscirt und zum gemeinen Besten angewendet werden sollen.
  2. wird national Garde vor unsern Churfürsten errichtet, eine zu Fuss und eine zu Pferde. Diese muss aus Männern bestehen, zu denen man das Zutrauen haben kann, dass sie für des Landes Wohl stets wachsam sind. Die zu Fuss ist beständig um den Landesherrn, und ihr Chef muss eine ansehnl. Bedienung bei Hofe haben, damit sich keine Landesbetrüger mehr bey unserm Landesherrn einschleichen können. Die Garde zu Pferde soll des Landes Wohl besorgen, und genau auf alle Ungerechtigkeiten im Lande acht haben.
  3. Das Accis Wesen wird auf einen Fuss gesetzt, damit Sachsenland sich nicht ferner Gottes Strafgerichte, mit so vieler schwerl. Entheiligung seines heil. Namens ausgesetzt seyn darf.
  4. Denen Rittergutsbesitzern werden engere Schranken gelegt, damit sie nicht mehr wie bisher geschehen, das Land zur Wuste und Einöde von Gerechtigkeit machen können.
  5. Hegungen des Wildes werden ferner nicht geduldet, indem solches viel zu den steten Fruchtmangel beiträgt.
  6. Keine Juris practici werden ferner geduldet, die nicht wirkl. Gerichts. Bestallungen haben, indem diese Blutegel das Land auf eine erbärml. Weise aussaugen.
  7. Dem geistl. Ministerio müssen Verfassungsregeln gesetzt werden, welche der Ehre Gottes gemäser und unserer geheiligten christl. Evangel. Lehre heilsamer als bishero geschehen.
  8. wegen Fleisch-und Tranksteuer sind wichtige Erinnerungen zu machen.

39Auf Genehmigung dieser Punkte, wird mit grösstem Eifer gehalten werden, und sind wir genöthiget, uns nicht das geringste vormachen zu lassen. Es ist die höchste Zeit, ein mal sehen zu lassen, dass wir immer noch die alten braven und tapfern Sachsen sind, die vor der Hand nur durch Tiranney und Druck, so kleinmüthig geworden, aber nun ist die höchste Zeit vor den Riss zu stehen, dass unsere Mitbrüder schon vorgebohret haben. Denn liessen wir uns dieses mal einschläfern, so werden wir in eine solche Sclaverey gerathen, woraus keine Rettung mehr zu hoffen. Es wird aber auch zugl. einem jeden Orte angedeutet, durchaus keinen Pöbel mitzunehmen, und muss ein jeder Ort alien Unfug der durch die Seinigen entstehen möchte, haften, indem wir in alien Stücken als vernünftige Sachsen, und nicht wie Franzosen und wüthende Niederländer handeln wollen, indem unser Endzweck dieser ist, des Vaterlandes Wohl und unsers Fürsten Glück auf einem dauerhaften Grund zu befestigen, damit wahre Frömmigkeit und gute Sitten in unserm Vaterland wieder in thätige Ausübung kommen, nur der liebe Gott, als der Beherrscher alles lebendigen Fleisches wieder wie vor unsern Zeiten sein gnäd Wohlgefallen an unserm Sachsen haben möge, dass unser Land wieder zu einem so fruchtbaren Garten wie ehedem werde, da sein Volk die Sachsen vor guter Wonne jauchzen, und die Herden in den fetten Auen und auf alien Hügeln und Bergen scherzten. Seyd Manner, gute Christen und treue Bürger Sachsens wie unsere Väter die tapfere Sachsen waren ; so wird der liebe Gott Segen zu diesem wichtigen Schritte geben. Dieses wird aber auch zugl. alien und jeden Ortschaften angedeutet, dass sie sich gleich nach Verlesung dieses aufmachen, der Sammelplatz von Lauenstein und Bärenstein ist in Liebstadt, Geisingen, Altenberg u. Glashütte und Dohna, derjenige Ort aber, der sich erkühnen sollte, die Citation nicht zu respectiren, kann sich einer fatalen Plünderung ausgesetzt sehen und an keinen erlangten Vortheil Antheil haben.

Bibliographie

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE

L'idée pour cette communication est née à partir d'une recherche en cours sur les “cahiers de doléances” des paroisses rurales de la Normandie en 1789, en gardant en vue la perspective comparative avec ma région natale, la Saxe. Je renonce ici a une présentation des sources utilisées, qui sont pour la Saxe surtout des actes judiciaires conservées aux Archives d'État à Dresde et ne donne que quelques titres bibliographiques.

LA FIN DE L'ANCIEN RÉGIME DANS LA NORMANDIE ET LA SAXE

Mazauric C., (sous la dir.), La Révolution en Haute-Normandie 1789-1802, Rouen 1988.

Desert G., La Révolution française en Normandie. 1789-1800, Paris 1989.

Lemarchand G., La fin du féodalisme dans le Pays de Caux, Paris 1989.

Kötzschke R., Sächsische Geschichte, Dresden 1935.

Czok K., (sous la dir.), Geschichte Sachsens, Weimar 1989.

LES TENTATIVES DE RÉFORME

Mourlot F., La fin de l'ancien régime et les débuts de la Révolution dans la Généralité de Caen 1787-1790, Paris 1913.

Cœuret G., L'Assemblée provinciale de Haute-Normandie (17871789), Paris 1927.

Schlechte H., (sous la dir.), Die Staatsreform in Kursachsen, Paris 1958.

Behrendts W., Reformbestrebungen in Kursachsen im Zeitalter der Franzosischen Revolution, Leipzig 1914.

LES RÉVOLTES PAYSANNES

Jouanne R., “Les émeutes paysannes au pays bas-normand”, in : Le Pays Bas-Normand, 1957, n° 1.

Dulong K., Les troubles frumentaires et les révoltes agraires dans le bocage bas-normand (printemps-été 1789), Rouen 1991 (mémoire de maîtrise, Institut d'histoire, Université Rouen).

Schmidt H., “Die sächsischen Bauernunruhen des Jahres 1790, Meiẞen 1909” (Mitteilungen des Vereins für Geschichte der Stadt Meiβen, Bd. 7)

Opitz α., Stulz P., Volksbewegungen in Kursachsen zur Zeit der Französischen Revolution, Berlin 1956.

Hoyer S., “Die Ideen der Französischen Revolution und der kursäcsische Bauernaufstand 1790”, in : Die Französische Revolution und Europa 1789-1799, hrsg. von Heiner Timmermann, Saarbrücken 1989.

Notes

1 Cf. le résumé chez H. Berding, “Französische Revolution und sozialer Protest in Deutschland”, in : Sie und nicht wir. Die Französische Revolution und ihre Wirkung auf das Reich, hrsg. von A. Herzig, Hamburg 1989, Bd. 2, p. 415-430.

2 Cf. J. Voss, “Soziale Unruhen im rechtsrheinischen Teil des Hochstifts Speyer im Zeitalter der Franzosischen Revolution”, in : Soziale Unruhen in Deutschland während der Französischen Revolution, Göttingen 1988, (=Geschichte und Gesellschaft Sonderheft 12), p. 77-91; cf. également le compte rendu fait par Jean-Luc LeCam in : Francia 19,2 (1992), p.333-335.

3 Cf. R. Reichardt, “Die Französische Revolution als Maẞstab des deutschen “Sonderweges ?” In: Deutschland unddie Französische Revolution hrsg. von J. Voss, München 1983, p. 324-326.

4 Cf. M. Bloch, “Pour une histoire comparée des sociétés européennes”, in : Revue de synthèse historique XLVI (1928), p. 15-50.

5 Cf. Rolf Reichardt, Die revolutionäre Wirkung der Reform der Provinzialverwaltung in Frankreich 1787-1791”, in : Vom Ancien régime zur Französischen Revolution, hrsg. von Ernst Hinrichs, Eberhard Schmitt und Rudolf Vierhaus, Göttingen 1978, p. 66-124.

6 Cf. les recherches en cours de Christine Lebeau (Strasbourg); “Beispiel eines Kulturtransfets zwischen Frankreich und Sachsen. Die neue Regierungskunst in Sachsen zur Zeit des Rétablissement (1762-1768)”, in : Von dor Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, hrsg. von M. Espagne und M. Middell, Leipzig 1993, p. 124-139.

7 Cf. Die Staatsreform in Kursachsen, hrsg. von Horst Schlechte, Berlin 1958.

8 Cf. ibid., Teil III, Vorschläge und Gutachten der Restaurationskommission.

9 “Aus der durch Messe und Buchhandel weltoffenen Handelstadt Leipzig stammten die führenden Köpfe der tiefgreifenden kursächsischen Staatsreform im Sinne des aufgeklärten Absolutismus der Jahre nach 1763, des rétablissements. Sie waren zwanzig Jahre später nobilitiert und saturiert.” S. Hoyer, Die Ideen der Französischen Revolution und der kursächsische Bauernaufstand 1790, in : Die Französische Revolution und Europa 1789-1799, hrsg. von Heiner Timmermann, Saarbrücken 1989, p. 374.

10 Cf. Roger Dupuy, “En guise de conclusion provisoire”, in : Annales de Bretagne, 89 (1982), n° 2, p. 266.

11 Cf. K. Blaschke, Verwaltungsgeschichte für Stadt- und Kreisarchivare im Gebiet des ehemaligen Landes Sachsen, Dresden 1962, p. 39.

12 La distinction entre “capitalisme paysan” et “capitalisme bourgeois” dans le monde rural était proposée par A.V. Ado in : Krestjanje i Velikaja Francuzskaja Revoljucija, Moskva 1987 et discutée dans un table-ronde au colloque “La Révolution francaise et le monde rural”, Paris 1989.

13 Cf. R. Gros, Die bürgerliche Agrarreform in Sachsen in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts, Weimar 1968.

14 Le texte est conservé aux Archives d'État de la Saxe, Loc. 30749, Blatt 1.
Pour une notice biographique sur Christian Benjamin Geiẞler cf. H. Schmidt, “Christian Benjamin Geissler. Ein Beitrag zur Geschichte der Bauernunruhen des Jahres 1790”, in : Νeues Archiv für Sächsische Geschichte und Altertumskunde. Bd. 28, Dresden 1907.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540