Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Pouvoir et centralisation sous l'Ancien Régime

Débat

Texte intégral

Mardi après-midi

1N. Hampson remercie Cl. Nières pour la richesse de sa contribution mais constate d'emblée que tous les États centralisés ne se sont pas écroulés, qu'il y a donc bien une spécificité française, d'autant que la France était le modèle de l'absolutisme ! Pour J.-P. Jessenne, la communication de Cl. Nières serait un peu trop négative car la monarchie semble avoir conservé, jusqu'en 1788, une capacité de proposition qui traduit une vision assez claire des réalités socio-politiques. G. Fournier constate qu'en Languedoc ce n'est pas l'Intendant qui est dénoncé par l'opinion mais les États qui veulent arracher au parlement de Toulouse certaines de ses prérogatives et donc s'allient avec l'Intendant pour bénéficier de l'appui réglementaire du Conseil du roi. Du coup, en Languedoc, comme dans la Provence d'Emmanuelli, le développement de l'autorité du roi est perçu comme lié aux ambitions des États et le parlement continue d'apparaître comme le seul rempart de la province contre le despotisme ministériel. Cl. Nières a pu vérifier que l'exemple des États du Languedoc sont la référence permanente de ceux de Bretagne. F. Lebrun se demande si l'efficacité de la commission intermédiaire est vraiment apparue comme exemplaire à l'opinion bretonne dans la mesure où l'on n'en parle guère dans la ci-devant province en 1789 et 1790. S. Bianchi s'interroge sur le soi-disant échec des réformes tentées par Calonne car les Cahiers de doléances, dans la région parisienne, en parlent favorablement et que les administrateurs des districts ont souvent fait leurs premières armes dans les commissions intermédiaires des assemblées provinciales installées par le contrôleur général. Ph. Guignet vivement intéressé par les termes du débat se permet de relever deux absences dans la synthèse proposée par Cl. Nières. Tout d'abord le monde des corporations qui joue toujours un rôle essentiel dans le nord du royaume sous la houlette des magistrats des bonnes villes le plus souvent composés non pas de marchands mais de robins soucieux de ménager les intérêts populaires. Ces corporations constituent un soubassement qui stabilise la société urbaine. De même, on ne peut faire l'impasse d'une religion, à laquelle le roi est profondément attaché et qui imprègne sa vision organiciste du royaume dont il est la tête légitime. Or croire véritablement à l'enseignement de l'Église catholique, apostolique et romaine c'est partager des valeurs de charité militante dont on est convaincu qu'elles sont encore capables de répondre aux misères d'ici-bas, cela n'incite guère à partager l'optimisme béat de la plupart des philosophes et cela vous oblige à conserver l'autorité qu'on vous a confiée pour la plus grande gloire de Dieu et le salut temporel et spirituel du royaume. A cela s'ajoute l'effet Tocqueville, c'est-à-dire qu'un système socio-politique en décomposition se dégrade encore plus rapidement dès qu'on s'obstine à vouloir le réformer. Cl. Nières se déclare convaincu de la nécessité de prendre en compte cet humanisme catholique post-tridentin toujours vivace, mais il n'en reste pas moins vrai que l'on a rappelé Necker et que la monarchie devait trouver une solution politique à la crise budgétaire.

2A C. Kermoal, D. Ligou demande si ses deux paroisses sont bretonnantes et si, dans l'affirmative, il se trouvait assez de paysans parlant français pour former une municipalité. C. Kermoal estime qu'avant la Révolution les rapports avec le Parlement et le subdélégué supposaient que l'on sache se débrouiller, que les textes officiels étaient lus mot à mot et traduits. Que 20 % des paysans savaient écrire selon l'enquête Maggiolo mais que parmi les délibérants, 70 % des délibérants de l'une des paroisses et 76 % de l'autre savaient signer très correctement. Les délibérations sont retranscrites, en français, par un notaire. S. Sammler s'interroge sur le nombre de notaires dans les campagnes du Trégor. Il y en avait 6 à Plouher, habitant au bourg ou dans les hameaux et ils pouvaient vivre en gérant les biens des orphelins, en cumulant les charges de greffier, de procureur des nombreuses justices seigneuriales, sans oublier celle de notaire.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540