Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Pouvoir et centralisation sous l'Ancien Régime

Débat

Texte intégral

Mardi matin

1Le débat souligne la diversité des situations dans les deux provinces évoquées par Daniel Ligou et Guy Saupin. Georges Fournier rappelle qu’États et villes du Languedoc constituent encore un autre cas de figure et que les villes, par exemple, se dressent contre une tutelle jugée excessive des États provinciaux alors que Guy Saupin vient de nous montrer que Nantes, vers 1780, souhaite un contrôle des États et que l’Intendant n’ose plus présenter son subdélégué comme candidat à la mairie de la ville. J.-P. Jessenne constate que les campagnes ne semblent pas représentées aux États de Bourgogne : D. Ligou se demande si le droit à une représentation effective est véritablement ressenti comme essentiel par des paysans qui visiblement acceptent de l’être par quelques chanoines et seigneurs. G. Saupin revient sur le lâchage final de l’intendant par la ville de Nantes et Versailles pour y voir le symptôme d’un centralisme en perte de vitesse. N. Hampson se demande si la présence aux États de Bourgogne était considérée comme gratifiante et donc recherchée ? D. Llgou le croit dans la mesure où nobles, chanoines et villes y tiennent absolument, ne serait-ce qu’une fois tous les 12 ans, comme certaines villes qui viennent y siéger à tour de rôle. Ph. Guignet contribue à accroître la variété des cas d’espèce en rappelant que pour les États de la Flandre Wallonne, la noblesse et le clergé s’estiment écrasés numériquement par les députations des villes et exigent une plus forte représentation parce que chargés de défendre également les intérêts des paysans. Et ces États considèrent le roi de France comme le successeur des comtes de Hainaut et devant respecter comme tel les coutumes et libertés de la province. Et si en Brabant, on se soulève contre Joseph II, c’est qu’il n’a pas respecté la coutume comme l’y contraignaient les stipulations de la “Joyeuse entrée”.

2Pour N. Hampson le respect des particularismes semblait encore s’imposer à la plupart des souverains de l’Europe des Lumières.

3S’adressant à C. Bouton, J.-P. Jessenne se demande si ses syndics de communauté ne sont pas avant tout des agents seigneuriaux ? Si également l’apparente diversité des situations analysées ne se ramènerait pas à quelques modèles fondamentaux liés aux trois grands types de structures foncières rencontrés dans la région : zones de grande culture, zone du vignoble avec prépondérance de la petite propriété et zone mixte ? C. Bouton croit pouvoir affirmer que les situations ne peuvent se ramener à trois cas de figure, car il n’y a pas corrélation automatique entre les structures foncières dominantes et le statut social du syndic. Ainsi dans les zones de grandes propriétés, les gros fermiers peuvent se mettre à dos les petits propriétaires et se voir interdire l’accès au syndicat. Quant aux seigneurs, le plus souvent absentéistes, leur comportement semble très variable. G. Fournier va dans le même sens en estimant qu’en Languedoc, dans les petites bourgades les Consuls sont le plus souvent des hommes du seigneur mais qu’il peut y avoir de nombreuses exceptions. R. Dupuy s’étonne de ne pas voir apparaître la figure du curé qui, en Bretagne, souvent régente la paroisse alors que le patron légal est le principal seigneur. C. Bouton estime que dans le Bassin Parisien général de paroisse et communauté des habitants peuvent également se confondre et que tout dépend de la personnalité du curé. Pour l’Artois, J.-P. Jessenne estime que l’autorité du curé est réelle mais se situerait au-dessus des contingences prosaïques du quotidien.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540