Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local et Révolution, 1780-1850

 | 
Roger Dupuy

Introduction

Roger Dupuy

Texte intégral

  • 1 Vovelle Michel, La découverte de la politique, géopolitique de la révolution française, Édit. la d (...)

1Le prologue a défini le questionnement global du colloque, reste à en préciser les raisons liées au moment et au lieu. Il s'agit, en 1993 de commémorer ici, à Rennes, les début de la vaste insurrection de l'Ouest qui affecta tragiquement une douzaine de départements pendant plus de sept ans, de 1793 à 1800, sans oublier les retours de flamme ultérieurs. Au lieu d'évoquer, une fois encore, les péripéties de ce soulèvement, il nous a semblé plus fructueux d'entamer une réflexion globale à la suite du colloque de 1985 sur “Les Résistances à la Révolution” qui avait conclu à l'omniprésence de ces résistances, l'explosion insurrectionnelle de l'Ouest n'étant que le paroxysme d'une protestation générale, mais généralement plus prudente ailleurs, avec toute la gamme des attitudes intermédiaires. Il s'agit de substituer à l'apriori simpliste d'une adhésion massive et permanente des Français à l'idéologie révolutionnaire, isolant quelques bastions réactionnaires dans l'Ouest et le Midi, vision liée à l'unanimisme des espérances initiales, une approche plus nuancée, dans l'espace et dans le temps, de la réception locale des exigences successives d'un État-Nation toujours plus radical. Sans oublier que parfois, c'est localement que l'on anticipe sur les décisions “révolutionnaires” du pouvoir central. C'est d'ailleurs ce que Michel Vovelle vient de commencer, dans un de ces derniers livres1 en tentant de cartographier les indices d'acculturation politique des Français pendant la période révolutionnaire.

2Dans quelle mesure ces résistances ou ces initiatives sont-elles le fait des pouvoirs locaux ? Encore faut-il savoir de quoi l'on parle. Il y a, sous l'Ancien Régime, toute une hiérarchie de pouvoirs qui prétendent incarner les intérêts locaux. En simplifiant disons qu'il y a deux niveaux significatifs à considérer : celui des corps intermédiaires (noblesse, clergé, parlements, états provinciaux…) et celui des communautés d'habitants (paroisses rurales et villes proprement dites). Les corps intermédiaires prétendent, à la fois, servir le roi et défendre les intérêts des communautés d'habitants, l'ambiguïté de ce statut est le fondement de leur autorité relative qu'ils justifient par une double légitimité : enracinement local et délégation du pouvoir royal. Disons qu'apparemment, et le colloque devra le confirmer, l'existence de ce niveau aboutit à atténuer l'emprise du pouvoir royal, à atténuer le centralisme “tocquevillien” de la monarchie bourbonienne qui, si elle a “domestiqué” les “Grands", accru sa tutelle sur les villes, se heurte aux parlements et semble hésiter sur sa stratégie à l'égard de la noblesse “seconde” et des hoberaux ruraux : noblesse de service ou “gentry” semi-autonome ?

  • 2 Mousnier Roland, Les Institutions de la France sous la Monarchie absolue, P.U F., Paris 1974. p.43 (...)

3Reste le niveau de base, celui des communautés d'habitants, surtout dans les campagnes. Il faut rappeler ce qu'en dit Roland Mousnier, après avoir opérer l'énumération empirique de leurs activités2 :

4“Ainsi les communautés d'habitants et les paroisses constituaient les unités locales de base, qui groupaient les éléments essentiels pour satisfaire leurs besoins et pour participer à des tâches publiques de finance, de sécurité.”

5C'est résumer l'essentiel des fonctions habituellement attribuées à ce niveau élémentaire de l'organisation politique sans que soit clairement défini ce qui relève des “besoins” de la communauté et ce qui dépend des “exigences” des instances supérieures du pouvoir. En fait, le niveau communautaire doit arbitrer en permanence entre ces deux impératifs, pas toujours nécessairement contradictoires, dans une négociation qui n'a pour limite que l'urgence et l'ampleur des prélèvements imposés et la capacité ainsi que la volonté des sujets à s'exécuter.

6Cela pose la question de l'adhésion au régime, fonction négligée par Roland Mousnier et qui nous semble essentielle pour la cohésion politique du royaume. C'est une idée reçue, et l'enquête systématique, entreprise par Jean Nicolas, des troubles sociaux au XVIIIe siècle, ne devrait pas la remettre fondamentalement en cause, que ce siècle n'a plus connu, avant la Grande Peur de 1789, aucune jacquerie véritable. Il y a des manifestations de rebellion à l'encontre de l'autorité seigneuriale, ou monarchique, qui peuvent aller jusqu'à l'émeute locale, mais on n'assiste plus aux puissants soulèvements provinciaux du siècle précédent. Et quand on connaît la faiblesse des moyens permanents de coercition de la monarchie, hors Paris et les frontières, on ne peut qu'en déduire l'adhésion globale à la monarchie absolue de l'immense majorité de la population du royaume et donc de la paysannerie.

7Outre les manifestations épisodiques de loyalisme monarchique des communautés d'habitants, en tant que telles (délibérations, lettres…), il nous semble que la fonction de légitimation, surtout dans le monde rural, est essentiellement assurée par l'Église. Par ses prières dominicales qui associent étroitement la prospérité de la communauté à celle du souverain, par les cérémonies exceptionnelles qu'elle organise, jusqu'au fond des campagnes, pour célébrer les temps forts des règnes successifs, l'Église participe à la consolidation interne du régime. Elle confirme, en permanence, la transcendance divine de la monarchie absolue.

8Les événements du printemps 1789 vont substituer un nouveau type de transcendance à l'ancien, la volonté générale de la Nation à la monarchie absolue de droit divin, et l'Église est à nouveau invitée à lui conférer la même sacralité que celle qu'elle prodiguait à l'Ancien Régime, avec le problème délicat que suscite, sous la Constituante et sous la Législative, la cohabitation de la Nation et du Roi et donc la nécessité, pour le clergé, de se déjuger quant à la suprématie antérieure du roi. La question de la Constitution civile du clergé et du serment prend donc, dès juillet 1790, une importance fondamentale, car elle pose implicitement le problème de la légitimation du pouvoir. On comprend mieux ainsi, l'acharnement instinctif des “patriotes” contre les prêtres réfractaires dont l'attitude signifiait la remise en cause de la légitimité de la Nation. Face aux municipalités nouvelles et surtout aux gardes nationales, vecteurs de l'élan des Fédérations par lequel s'affirme l'adhésion des patriotes locaux à la nouvelle transcendance, le refus du serment en signifie le rejet. La chapelle écartée, la lande abritée où communient les partisans du prêtre réfractaire, deviennent les temples de l'ancienne transcendance où l'on exalte les valeurs et les fidélités qu'elle cautionnait. Ce ne sont pas les instances du pouvoir local qui ont suscité les raisons de l'affrontement, mais elles se voient sommées de prendre parti et si elles dénoncent le prêtre réfractaire, il leur faudra affronter la majeure partie de la communauté qui, dans l'Ouest, prend fait et cause pour son curé légitime.

  • 3 Furet François, Ozouf Mona, Dictionnaire critique de la Révolution Française, Flammarion, Paris 19 (...)

9C'est une façon de répondre aux assertions, pour une fois convergentes, de François Furet et de Michel Vovelle, qui dans leurs derniers ouvrages respectifs en venaient à estimer que la religion devait jouer un rôle essentiel dans la grande insurrection de l'Ouest, en mars 17933 Mais il ne faut pas concevoir ce rôle indéniable comme la conséquence d'une piété individuelle plus exigeante, chez ces paysans, sous l'aiguillon efficace des missions post-tridentines, mais comme la manifestation prévisible de l'imbrication du politique et du religieux pour une paysannerie encore profondément convaincue du poids de la providence dans les conditions concrètes de son existence. Elle ne saurait acquiescer à la prétendue supériorité de la prétendue Nation sur la souveraineté du roi et donc accepter les levées d'hommes, cet impôt du sang qu'on ne saurait consentir qu'au seul pouvoir légitime suprême.

10Le fait que la levée des 300 000 hommes provoque l'envoi massif de représentants en mission dans la plupart des départements signifie bien que le recrutement n'allait pas de soi. Le recours généralisé aux administrations de district et aux sociétés populaires prouve bien que le problème se pose au niveau local et que les municipalités, en règle générale, sont incapables de le résoudre. Le colloque pourra ainsi vérifier l'impact de la Terreur au fond des départements et sa signification dans un moment où la question de l'intégration nationale conditionne, dans l'urgence, la survie de la République. La Terreur, outre le châtiment des traîtres et la soumission des tièdes, prouverait la nécessité, au moment où l'on condamne les prêtres constitutionnels, de conforter l'avènement de la nouvelle sacralité confirmée par l'exécution du roi. La mort pour les coupables dramatise la gravité extrême du crime de lèse-Nation mué en sacrilège véritable.

11L'insurrection de mars 93 et les événements qui en résultèrent peuvent donc être considérés comme un épisode particulièrement intense du processus d'intégration des anciennes provinces non plus au royaume mais à l'État-Nation exaspéré par une résistance qui aboutit à nier une souveraineté tout juste proclamée et qu'il faut donc impitoyablement imposer.

  • 4 Lebrun François, Dupuy Roger (sous la dir.), Les Résistances à la Révolution, Actes du colloque de (...)
  • 5 Michelet, Histoire de la Révolution Française, Bilioth. de la Pléiade, N.R.F., Paris 1952, tome 2, (...)

12Après avoir analysé les modalités locales de cette épreuve de force, ne faut-il pas se demander si la perspective tocquevillienne d'un centralisme bourbonien continué et accentué par l'État-Nation ne masque pas une autre conséquence majeure de la Révolution, à savoir la division profonde des citoyens entre partisans et adversaires de cette même Révolution ? Au moment même où la fête de la Fédération du 14 juillet 1790 symbolise la volonté d'unification nationale des “patriotes”, la Constituante déclenche, sans vraiment le vouloir, une dynamique du refus qui va profondément et durablement diviser une paysannerie qui s'interrogeait encore sur l'ampleur et les limites du changement souhaité. La promulgation, le 12 juillet 1790, de la Constitution civile du clergé amorce une réaction en chaîne, qui va cristalliser le refus et la colère d'une partie de la paysannerie face aux exigences du nouvel État et aux brutalités, souvent arrogantes, de ses relais locaux. Ce sont ces refus et colères, aboutissant parfois à des rebellions armées, que le colloque rennais de 1985 sur les résistances à la Révolution a proposé d'appeler “anti-révolution populaire”4 Il y fut également démontré comment le refus de l'intégration nationale accélérée imposée par les “Jacobins” et que Michelet avait traduit, pour la Vendée, par le mot “insociabilité”5 a été rapidement récupérée par la Contre-Révolution aristocratique. Les cadres nobiliaires et cléricaux de la Vendée, de la Chouannerie, et ceux d'autres régions protestataires (Lozère.), vont interpréter la jacquerie paysanne au premier degré, en termes d'obéissance absolue au Roi, de dévotion à l'ancienne religion et donc d'un retour intégral à l'Ancien Régime, et les autorités patriotes, en parlant d'ignorance et de fanatisme, vont contribuer à légitimer cette O.P.A. de la Contre-Révolution aristocratique sur l'Anti-Révolution populaire. Ajoutons que les deux séquences ultérieures de césarisme compliquent encore le tableau en ajoutant d'autres lignes de clivage à l'antagonisme initial : le “patriotisme” de certains cantons et même parfois “l'anti-révolution” de certains autres pouvant se muer en “Bonapartisme”.

13Reste au colloque à s'interroger sur la démocratisation progressive des pouvoirs locaux sous la Monarchie de juillet, jusqu'où pouvait-elle aller ? Faut-il reconnaître dans la France des notables l'hégémonie perpétuée de la “sanior pars” ? Et dans cette perspective, quel impact accorder à l'adoption du suffrage universel dans le processus d'intégration nationale - la fin des terroirs - et dans le rôle et le fonctionnement des pouvoirs locaux, ne faut-il pas y voir plutôt l'ultime légitimation de la nouvelle transcendance ?

14C'est dire que par delà l'analyse de la réception locale des innovations politiques et administratives de la période révolutionnaire et de ses prolongements, ce colloque pose une fois de plus la question de la rupture et de la continuité au travers de la difficile adéquation entre Nation et Révolution qui, en fin de compte, obéiraient à des logiques constitutives différentes.

Notes

1 Vovelle Michel, La découverte de la politique, géopolitique de la révolution française, Édit. la découverte, Paris 1993.

2 Mousnier Roland, Les Institutions de la France sous la Monarchie absolue, P.U F., Paris 1974. p.433.

3 Furet François, Ozouf Mona, Dictionnaire critique de la Révolution Française, Flammarion, Paris 1988, p.39. et p. 193. Voyelle Michel, op. cit.,p.339.

4 Lebrun François, Dupuy Roger (sous la dir.), Les Résistances à la Révolution, Actes du colloque de Rennes, 17-21 septembre 1985, Imago, Paris 1987.

5 Michelet, Histoire de la Révolution Française, Bilioth. de la Pléiade, N.R.F., Paris 1952, tome 2, p. 263-264.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540