Version classiqueVersion mobile

Nouvelles figures de la filiation

 | 
Claudine Veuillet-Combier
, 
Emmanuel Gratton

Troisième partie. Filiation, risques de désaffiliation et réaffiliation

Adoption et Filiation au Brésil. L’exemple d’un travail clinique d’accompagnement de l’adoption au Pernambouc

Edilene Freire de Queiroz

Texte intégral

Introduction

1Les sociétés ont toujours créé de nombreux dispositifs visant à établir des dynamiques familiales différentes de celles fondées sur les liens du sang. Cela signifie donc, que la pratique de l’adoption appartient à l’histoire de l’humanité. De fait, il s’agit d’une pratique millénaire et mythique qui est devenue un moyen légitime pour accueillir les enfants orphelins de parents. Au Brésil, comme dans beaucoup de pays développés, l’augmentation du taux d’infertilité, la baisse du taux de natalité, les changements de mode de vie et les nouvelles formes de configurations familiales, ont fait de l’adoption une alternative ouvrant l’accès à la parentalité pour les couples stériles, pour les couples de même sexe ainsi que pour les personnes seules qui souhaitent avoir un enfant. Le thème de l’adoption est donc devenu un domaine sensible qui fait débat et qui concerne le désir et le droit d’avoir un enfant mais aussi les enjeux du processus de filiation.

2L’Estatuto da Criança e do Adolescente do Brasil (Statut des enfants et des adolescents au Brésil, loi 8.069, 1990), sur la base des principes de la Convention de La Haye, vise à donner à l’enfant des conditions favorables de développement psychosocial et d’épanouissement personnel. Par conséquent, il est nécessaire de garantir la formation d’un lien familial capable de soutenir, sans crainte, ni menace, l’affirmation subjective, la place que chacun doit prendre, y compris dans un contexte de famille adoptive qui conduit à revisiter ce qui unit les uns aux autres dont, notamment, la trame œdipienne. Beaucoup des préjugés qui imprègnent la pratique de l’adoption sont alimentés par des expériences d’adoption non réussies, précisément parce que ce n’est pas toujours le désir d’avoir un enfant qui fonde le désir d’adopter. On confond bien souvent « lien affectif » avec « lien de filiation » ; mais si « l’amour peut déplacer des montagnes », créer des liens durables, ce n’est pas pour autant suffisant pour créer le sentiment d’appartenance familiale. Cela signifie que, lorsqu’on autorise une adoption guidée uniquement par les motivations affectives des futurs parents, on court le risque d’ignorer des éléments inconscients en jeu dans la construction du lien de filiation.

  • 1 L’extension universitaire est selon la constitution brésilienne (1988) une des bases des institutio (...)

3Le Serviço de Orientação à Filiação Adotiva (Service d’orientation vers la filiation adoptive-SOFIA), lié à la Clinique de psychologie de l’université catholique du Pernambouc, créé en 2005, est apparu précisément à partir de l’écoute de parents adoptifs ayant rencontré des difficultés à vivre avec leurs enfants. Ils ont manifesté du rejet ou exprimé des regrets à l’égard des enfants adoptés et, souvent, ils ont évoqué l’intention de les renvoyer auprès du tribunal des mineurs, et ceci même en sachant que l’adoption est irrévocable. En effet, les parents ont tendance à ne pas se remettre en cause face aux symptômes présentés par les enfants en souffrance. Le mal-être de l’enfant est attribué préférentiellement à l’héritage génétique ou aux traumatismes causés par le rejet et l’abandon précédents. Cela nous a mobilisés et conduits à entreprendre une enquête sur le désir d’adopter et, depuis lors, nous n’avons pas cessé les recherches sur l’adoption. Le SOFIA, aujourd’hui, est lié au Programme du cycle supérieur en psychologie clinique de l’UNICAP avec des activités liées à l’enseignement, à la recherche et à l’extension universitaire1, en qualité de processus éducationnel, culturel et scientifique.

4Après avoir fait un bref historique de l’adoption au Brésil, nous mettrons en évidence l’originalité du travail clinique réalisé au SOFIA. Celui-ci accompagne spécifiquement le processus de filiation dans l’adoption.

L’adoption au Brésil

5L’histoire de l’adoption va, de la nécessité d’assurer une progéniture à ceux qui ne peuvent pas la produire, comme dans le chant de l’Iliade, jusqu’à prendre soin et donner un abri aux enfants abandonnés, en passant par une pratique caritative et philanthropique pour éviter l’infanticide. Actuellement, la préoccupation est notamment celle de veiller à ce que les adoptants considèrent pleinement l’adopté comme sujet et citoyen. C’est-à-dire, veiller à ce qu’ils fournissent effectivement les conditions nécessaires pour que l’adopté puisse s’insérer dans sa nouvelle généalogie et se différencier subjectivement comme un être parlant, porteur d’une histoire singulière dans sa culture autant familiale que sociale. Dans la mesure où le nombre d’enfants abandonnés augmente, encourager la pratique de l’adoption comme moyen d’offrir une famille à ceux qui n’en ont pas s’intensifie également. La charte des Droits universels de l’enfant et de l’adolescent, promulguée par les Nations unies (ONU) dans les années 1950, a discipliné et légitimé cette modalité de constitution du lien familial.

6Nous avons au Brésil, les GAAs – Grupos de Apoio a Adoção (Groupes de soutien à l’adoption), lesquels sont des ONG (Organisations non gouvernementales) présentes dans la plupart des états de la République fédérale du Brésil, dédiés au soutien de la pratique adoptive. Dans le fonctionnement de ces groupes prévalent des actions sociales et politiques en faveur de l’adoption comme par exemple la mise en place d’échanges entre parents, organisant une sorte de « sociétés de parents adoptifs ». Celles-ci jouent un rôle important en ce qui concerne l’accueil des familles adoptives et la lutte pour une législation plus juste avec l’application de procédures plus souples et plus efficaces. Elles exercent des influences dans les médias et dans la définition des politiques d’adoption. Nous pouvons dire que certains progrès dans la législation sont dus aux efforts de ces ONG sur le plan de la mobilisation nationale.

7Au cours de cette dernière décennie, le Brésil a connu une évolution conséquente en ce qui concerne la législation qui donne désormais des garanties juridiques aux familles adoptives. La filiation symbolique de l’adoption semble de plus en plus soutenue par les autorités et les institutions gouvernementales. Les premières législations relatives aux soins d’enfants et d’adolescents datent de la période coloniale (1530-1815). Avec la création des Santas Casas de Misericordia (grands hôpitaux soutenus par l’Église catholique romaine), le Brésil colonial a importé une ancienne pratique ibérique : la Roda dos Expostos, ou la Roda dos Enjeitados (la Roue des enfants rejetés) : pour éviter la pratique de l’avortement, de l’infanticide et afin de rendre moins cruel l’abandon lui-même. Les nouveau-nés pouvaient y être laissés pour ne pas se voir abandonnés aux portes des églises ou devant les maisons aisées, où ils finissaient presque toujours par mourir avant d’être retrouvés. Cette pratique créée sous l’influence des idéaux de l’Église a officialisé et institutionnalisé, au Brésil, la possibilité d’abandonner des enfants.

  • 2 M. Marcílio, História social da criança abandonada, São Paulo, Hucitec, 1998, p. 191.

8Le développement scientifique a contribué à ce que l’idéologie « caritative », qui s’était inquiétée de l’accueil des « rejetés », soit progressivement remplacée par une préoccupation concernant l’ordre social. Ainsi cette phase « philanthropique » de l’adoption au Brésil va durer jusqu’au xxe siècle2. L’État commence ainsi à exercer un rôle plus actif dans l’assistance aux enfants et aux adolescents démunis, en définissant des actions dont le but ultime est de protéger la société contre la menace que ces mineurs représentent.

9Seulement dans les années 1930 commencent à surgir les maisons d’accueil d’enfants et des jeunes sans famille, les orphelinats, les foyers, les maisons de transition, etc., légalisés avec le premier Código de Menores (Code des mineurs, 1927). Ces institutions se caractérisaient par la pratique de la réclusion des mineurs. Cette dernière avait une double tâche : celle de protéger les enfants et les adolescents des hostilités et des risques présents dans la société et celle de protéger la société de la coexistence gênante que représente la figure du mineur abandonné. En raison des innombrables cas de maltraitance d’enfants dans ces lieux, un Serviço de Assistência ao Menor (Service d’assistance aux mineurs) a été créé, en mettant l’accent sur leur bien-être. La Fundação do Bem Estar do Menor (Fondation du bien-être du mineur) fut aussi créée et commença à agir dans plusieurs états brésiliens. Néanmoins, elle finit par prendre le même chemin de répression que le modèle précédent.

10Au cours des années 1950, avec la promulgation de la charte des Droits universels des enfants et des adolescents par les Nations unies (ONU), la première législation brésilienne des enfants et adolescents a été rédigée (1979) : c’était le Código de Menores (Code des mineurs), dans lequel était défini « le mineur en situation irrégulière ». En 1990, après d’importants changements dans la Constitution fédérale (1988), fut conçu le Estatuto da Criança e do Adolescente (Statut des enfants et des adolescents, ECA, loi 8.069/90). Il apporte une avancée significative dans la conception de l’assistance aux enfants brésiliens et, en particulier, sur la question de l’adoption. Il s’agit d’un jalon important dans l’histoire et dans la culture de l’adoption au Brésil, car il représente la transition de « l’adoption classique » – qui répondait, en premier lieu, aux besoins des couples dans l’impossibilité de concevoir des enfants – vers « l’adoption moderne », qui met l’accent sur l’enfant afin de lui garantir une protection complète avec le droit de grandir et d’être éduqué au sein d’une famille.

  • 3 R. Chaves, Escravos, libertos e órfãos : a construção da liberdade em Taubaté (1871-1975), Tese de (...)
  • 4 T. P. Silva, Direito da criança e do adolescente : uma proposta interdisciplinar, Rio de Janeiro, R (...)
  • 5 E. Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, trad. par (...)

11Désormais le placement dans un foyer ou dans une famille de substitution représente des mesures de protection guidées en priorité par les intérêts de l’enfant et de l’adolescent. Ainsi, l’absence ou le manque de ressources matérielles sont considérés comme des raisons insuffisantes pour l’accueil ou la perte de pouvoir de la famille3. Comme souligne Silva4, avec la promulgation de la législation actuelle, l’assistance à l’enfant et à l’adolescent n’est plus considérée comme une question de « charité », d’« hygiène médicale », d’« assistance » ou de « sécurité nationale » ; elle est traitée désormais comme une véritable « question sociale ». Dans les dernières années, époque que l’auteur appelle phase de « désinstitutionnalisation » de l’adoption, on a élu comme priorités l’« intégration de l’enfant dans la famille » et la « création de foyers de passage » à l’opposé des caractéristiques d’une « institution totale » au sens de Goffman5.

12Les luttes politiques mobilisées par différentes institutions – qui embrassent la cause de la protection de l’enfance et défendent l’adoption en tant que recours authentique – favorisent des progrès significatifs vis-à-vis de l’attention portée aux candidats à l’adoption. La législation actuelle, promulguée en août 2008 (loi 6.222/08), crée de nouvelles règles pour l’adoption des enfants et des adolescents et établit des procédures plus souples et plus efficaces. La prise en charge institutionnelle est toujours provisoire, au vu que le destin de l’enfant peut être soit l’adoption, soit la restitution à sa famille d’origine. Un programme de préparation psychologique est offert par la justice aux candidats à l’adoption. De plus, l’accès à une assistance psychologique pré et postnatale aux mères qui accouchent de leur progéniture, pendant que l’on confie les enfants à des familles d’accueil, est prévu par le programme. Tout cela constitue des avancées significatives. Par ailleurs, le temps du congé maternité est équitablement réparti entre la mère adoptive et la mère biologique, le processus d’adoption devient donc accéléré et facilité ; un registre national (Registre national d’adoption) des enfants et des adolescents disponibles pour l’adoption a aussi été créé et les foyers d’accueil (abrigos), qui sont maintenant appelés Établissements d’accueil, ont un délai de deux ans pour inscrire les enfants dans ledit registre. Le critère du per capita de distribution de ressources aux foyers d’accueil n’est plus valable.

13De même, la procédure engageant la perte du pouvoir parental est accélérée en réduisant sa durée jusqu’alors de deux à cinq ans, à seulement, cent vingt jours. Le droit de la mère biologique de revenir sur sa décision de renoncer à son enfant est réduit à un délai de seulement trente jours après la naissance. Ajoutons que, en cas de décès des parents adoptifs, les parents biologiques peuvent demander le rétablissement du lien de filiation d’origine. De plus, on octroie le droit aux personnes qui n’ont pas dix-huit ans accomplis de pouvoir déposer une demande d’adoption à la condition de respecter la différence de seize ans entre l’adoptant et l’adopté. Les enfants d’origine indigène ont la possibilité de pouvoir rester, en principe, avec une famille de la même ethnie en cas d’adoption. L’Office de l’enfance et de la jeunesse du tribunal de justice de l’état fédéral du Pernambouc se montre très actif, en matière d’adoption, avec des actions pionnières : il a créé le registre de l’adoption qui a été déterminant pour la création du Cadastro Nacional de Adoção (Base de données nationale de l’adoption) ; il a créé le projet « Sei quem Sou » (« Je sais qui je suis ») qui a visé à la transformation des données matérielles concernant l’adoption en fichier numérique, y compris les registres de tous les districts juridiques de cet état de la fédération depuis 1990. Les dossiers des adoptions y sont enregistrés et les données peuvent être disponibles pour les adoptés qui veulent connaître leur histoire à leur majorité. Récemment, cet Office nous a même demandé une étude à ce propos, pour mettre ces données au service de la recherche.

  • 6 Volonté d’abandonner l’enfant de la part de la famille d’adoption.
  • 7 P. Legendre, A. Papageorgiou-Legendre, Filiation. Fondement généalogique de la psychanalyse, Paris (...)

14Toute adoption implique trois procédures : la destitution du pouvoir parental, avec perte de pouvoir de la famille biologique et placement de l’enfant ou de l’adolescent dans un établissement d’accueil ; celle de l’habilitation des candidats avec évaluation et préparation de ces derniers, et enfin celle de l’inscription de l’enfant dans le Cadastro Nacional de Adoção (Base de données nationale de l’adoption). La procédure d’adoption, évalue l’insertion de l’enfant dans sa nouvelle famille et homologue juridiquement l’adoption définitive. Cela signifie donc, que nous pouvons créer trois bases de données indépendantes et interdépendantes en même temps. La création de celles-ci donne la possibilité de réaliser des études comparatives sur les procédures retenues dans les différents districts juridiques de l’état de Pernambouc. Elle permet également, à n’importe quel moment, de dresser un profil de la situation de l’adoption transmissible au pouvoir public. Nous travaillons sur ce projet. Toutes ces actions sont nécessaires pour la définition d’une politique d’assistance aux enfants et pour la normalisation des procédures d’adoption. En effet, il y a encore de nombreux cas de « dévolution6 » avec restitution d’enfants par les familles adoptives au pouvoir public, du fait de décisions et jugements hâtifs influencés par des facteurs autres que le bien-être de l’enfant. La singularité de chaque famille, de chaque couple, nécessite une écoute différenciée, comme le rappelle la position psychanalytique (Legendre7, 1990).

Le SOFIA

15Le SOFIA a inauguré une pratique discursive autour de la prévention des risques en matière d’adoption et se présente comme une démarche pionnière au Brésil. En tant que service offert par l’université, il vise à intégrer l’enseignement, la recherche et « l’extension ». Le service est composé d’une équipe de psychologues bénévoles et des élèves inscrits au Programme de maîtrise et de doctorat liés à des secteurs d’adoption de l’état du Pernambouc qui développent des recherches dans les Programmes de 2e et 3e cycles de l’UNICAP. Le but est d’accueillir les parents adoptifs, les candidats et les enfants, en leur offrant un espace pour travailler les mythes et les préjugés fréquents dans le cadre l’adoption, afin de les impliquer dans cette filiation, en stimulant la circulation de la parole. Le service se consolide en développant les activités suivantes :

  • L’assistance psychologique aux parents et enfants adoptifs, la plupart d’entre eux sont adressés par le Centre pour l’adoption du 2e tribunal de l’enfance et de la jeunesse de l’état du Pernambouc. Plus de 190 cas sont suivis, aussi bien des candidats à l’adoption que des parents adoptifs et, éventuellement, des enfants adoptés.

  • Un terrain de stage facultatif pour les étudiants de psychologie, avec une préparation théorique en amont, pour travailler dans ce contexte clinique spécifique.

  • Une pratique clinique spécialisée pour les diplômés de psychologie qui se font engager dans le service en tant que bénévoles.

  • Le développement de programmes de recherche en acceptant aussi des projets de maîtrise et de doctorat.

  • La formation des professionnels spécialisés dans la clinique de l’adoption.

16Actuellement, un projet de création d’une Formation de cycle supérieur de spécialisation sur la famille et l’adoption est en cours. Ces différentes activités se coordonnent de façon à conjuguer recherche universitaire, clinique de l’adoption et formation d‘étudiants, toujours dans une démarche fondamentalement pionnière.

17En ce qui concerne les suivis en psychothérapie nos objectifs sont à la fois d’identifier les aspects qui constitueraient un obstacle à l’intégration de l’enfant dans son nouveau cadre familial et de mieux connaître la place que l’enfant occupera dans l’économie psychique des futurs parents. Il s’agit en fait d’accompagner les parents dans la traversée d’une parentalité qui s’appuie au départ sur le fantasme du lien génétique-biologique pour aller vers une parentalité symbolique d’où pourra émerger la capacité d’accueillir un enfant adopté. Ce dernier, peut-être ne leur ressemblera pas physiquement, mais pourra malgré tout faire du lien familial, une filiation à valeur symbolique. Ce travail de psychothérapie offre aux parents la possibilité de chercher dans leur histoire de vie et sur le plan générationnel la résonnance que prend le signifiant « adoption ». Il est important de considérer comment l’entourage familial proche des parents adoptifs se positionne face à cette démarche qui les implique et bouscule la position subjective de chacun.

18Nous concevons l’analyse et le travail sur le malaise social autour de l’adoption comme une pratique clinique ancrée tant sur le cas singulier qu’en référence à la dimension familiale, sociale et institutionnelle convoquée. Cette pratique s’ouvre vers un dialogue avec la loi, laquelle aujourd’hui nous demande des actions sur trois niveaux : celui de l’extension des pratiques universitaires dans la société, celui de la recherche scientifique et celui de l’enseignement.

Le processus de filiation dans l’adoption

19Bien qu’il soit trop tôt pour dresser un bilan de ce service, certains indices nous indiquent qu’il soutient le processus de filiation adoptive. Si l’arrivée d’un enfant dans une famille met à l’épreuve la solidité psychique de chacun des parents, dans le cas d’une adoption, la plus grande vulnérabilité de ces derniers repose sur d’autres facteurs encore. Effectivement, comme la filiation biologique se retrouve dissociée de la filiation juridique et psychique, cela peut faire obstacle à la reconnaissance de la place de père/mère pour les parents adoptifs. Par ailleurs, le passé d’origine de l’enfant, avec ses incertitudes et ses énigmes, freine l’établissement des liens parents-enfants. Certains couples, par exemple, narcissiquement affectés par l’incapacité à procréer, ont du mal à s’inclure dans la scène parentale et cela devient un problème qui traverse la relation entre l’adoptant et l’adopté. Dans ce cas, il convient d’abord de travailler le deuil de l’enfant biologique pour permettre le devenir parent.

20Ainsi, plusieurs aspects sont à prendre en considération lors d’une demande d’adoption : la recherche d’adéquation entre enfant et parents pour faciliter le lien de filiation, l’attention opérée par tous les membres de la famille, l’identification de la place que l’enfant occupera dans l’économie psychique des futurs parents et dans l’ordre des générations, la résonnance du signifiant « adopter » dans l’histoire de la vie familiale inter et transgénérationnelle. D’autre part, il faut être attentif à l’adoptabilité de chaque enfant et/ou adolescent. La situation d’un enfant avec un lourd passé de violence, dans la rue depuis longtemps, peut représenter un facteur de risque pour la réussite de l’adoption. Ceci est d’autant plus vrai, lorsque les parents ne sont pas préparés et ne bénéficient pas de soutien dans la construction du lien.

  • 8 D. Winnicot, « Armadilhas na adoção », in D. Winnicott, Pensando sobre crianças, Porto Alegre, Art (...)

21L’adoption désigne certains enfants pour certains parents, et cette syntonie est essentielle pour la réussite de l’adoption. Winnicott8 (1997) a été l’un des premiers à souligner les risques dans l’adoption, aussi bien du côté des enfants que des parents, quand cette syntonie n’est pas observée. La prévention de ces risques suppose un regard clinique sur ces questions et une position éthique qui met en question la relation entre l’action d’adopter et le désir qui l’habite.

  • 9 C. I. L. Dunker, Clínica, « Linguagem e Subjetividade », Revista Distúrbios da Comunicação. vol.  (...)

22Minimiser les risques signifie écouter cliniquement les demandes singulières des candidats à l’adoption. Il ne suffit pas de considérer le seul intérêt des parents, aussi claires et convaincantes que leurs justifications puissent être. La qualité de l’écoute d’un clinicien peut être comparée à celle d’un musicien lorsqu’il entend une symphonie, écoute qui se distingue de celle d’un profane comme l’observe Dunker9 (2000) dans l’article sur la Clínica, linguagem e subjetividade (« Clinique, langage et subjectivité »). C’est-à-dire, chez le non musicien, la symphonie peut éveiller une série d’impressions, d’images et de jugements, mais il ne pourra pas percevoir la complexité de la polyphonie des instruments, apprécier la succession de notes et la simultanéité des accords. Il ne pourra pas apprécier la valeur des rythmes et des contrastes mélodiques, car pour cela il faut une écoute sensible qui présuppose la connaissance préalable des genres musicaux. Le caractère éthique de l’écoute clinique suppose de prendre en compte la part du sujet dans sa singularité en écoutant le sens latent de la conduite motivé par le désir inconscient.

23Pour toutes ces raisons, nous pensons qu’il est nécessaire de mettre en place une pratique clinique de l’adoption et nous considérons que c’est la tâche de SOFIA. Développer celle-ci signifie proposer une écoute psychanalytique du discours des adoptants, basée sur une éthique qui porte attention au désir qui sous-tend toute action humaine, en considérant le monde pulsionnel de l’homme autant que sa raison.

Conclusion

24En conclusion, les études issues de la recherche et de la pratique clinique dans les situations de parentalité adoptive, contribuent à une meilleure compréhension générale du processus de filiation et ceci y compris dans d’autres configurations familiales. Les Français ont une solide expérience de travail dans la clinique de l’adoption, de plus de vingt-cinq ans, mais au Brésil, SOFIA est une expérience qui inaugure une approche nouvelle dans la conception d’une clinique vouée aux questions de la filiation.

25Par conséquent, nous avons construit une pratique clinique de l’adoption, qui permet de prévenir les risques d’échec et d’étudier les processus favorisant la construction du lien de filiation. Nous sommes donc partis du principe que la connaissance de ces risques et l’évaluation des différents niveaux du processus d’adoption peuvent permettre la réduction des échecs parfois dramatiques pour tous. L’étude est instructive en ce qui concerne l’aptitude de la famille à maintenir ensemble ou pas les trois éléments de base de toute société instituée : le biologique, l’inconscient et le social. De même, la capacité du couple ou de l’individu à maintenir associées ces trois dimensions a un rôle essentiel pour la formation du lien de filiation adoptive. Elle permet à l’enfant de retrouver un cadre familial structurant et stable, en dépit de la rupture du lien biologique et lui assure de nouveaux repères au service de sa construction identitaire et de son épanouissement subjectif.

Notes

1 L’extension universitaire est selon la constitution brésilienne (1988) une des bases des institutions universitaires du Brésil. Ainsi, comme l’enseignement et la recherche, elle est définie comme un processus éducatif, culturel et scientifique visant à vitaliser et entretenir les relations entre la société civile et l’institution universitaire. Ceci dit, l’université se rapproche de la société à partir de la création/participation de projets sociaux, pédagogiques et culturels. Le savoir académique mis à disposition engage non-seulement les dits « savoirs traditionnels ou populaires » mais offre aussi des espaces de praxis capables de changer la pédagogie universitaire. Ces dernières années, certaines initiatives concernant les droits de l’homme, l’écologie, l’éducation primaire, l’appropriation des politiques publiques et les dispositifs juridiques par la population sont considérées comme de bons exemples de réussite des actions de l’extension.

2 M. Marcílio, História social da criança abandonada, São Paulo, Hucitec, 1998, p. 191.

3 R. Chaves, Escravos, libertos e órfãos : a construção da liberdade em Taubaté (1871-1975), Tese de Doutorado pela Universidade Católica de São Paulo, 2001.

4 T. P. Silva, Direito da criança e do adolescente : uma proposta interdisciplinar, Rio de Janeiro, Renovar, 1996, p. 47.

5 E. Goffman, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, trad. par L. et C. Lainé, Paris, Minuit, 1972.

6 Volonté d’abandonner l’enfant de la part de la famille d’adoption.

7 P. Legendre, A. Papageorgiou-Legendre, Filiation. Fondement généalogique de la psychanalyse, Paris, Fayard, 1990.

8 D. Winnicot, « Armadilhas na adoção », in D. Winnicott, Pensando sobre crianças, Porto Alegre, Artes Médicas, 1997 (1954), p. 126-130.

9 C. I. L. Dunker, Clínica, « Linguagem e Subjetividade », Revista Distúrbios da Comunicação. vol. 12, n° 1, 2000, p. 39-61.

Auteur

Freire de Queiroz Edilene, Professeure de psychologie clinique, psychanalyste, université catholique de Pernambouc (UNICAP), Brésil

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search