Version classiqueVersion mobile

Nouvelles figures de la filiation

 | 
Claudine Veuillet-Combier
, 
Emmanuel Gratton

Troisième partie. Filiation, risques de désaffiliation et réaffiliation

Tisser des liens d’affiliation au groupe comme rempart au meurtre de masse

Muriel Katz

Texte intégral

Introduction

  • 1 N. Zaltzmann (dir.), La résistance de l’humain, Paris, PUF, 1999, p. 2-3.
  • 2 R. Waintrater, « À la recherche d’une nouvelle filiation. La problématique narcissique dans les gro (...)
  • 3 R. Waintrater, loc. cit.
  • 4 P. Legendre, « L’attaque nazie contre le principe de filiation », in A. Papageorgiu-Legendre, Filia (...)

1Telle qu’elle a été pensée, organisée et mise en œuvre par les nazis, la destruction des Juifs d’Europe constitue une rupture impensable dans l’œuvre de civilisation (Hilberg, 1988). Une rupture qui, comme le rappelle Zaltzmann, renvoie à l’écroulement d’un « pacte identificatoire commun », dont la fonction consistait précisément à faire rempart contre le meurtre1. Pensée comme « catastrophe de la filiation », la Shoah implique pour Waintrater (2002) « la volonté d’anéantir [de] trois générations, celles qui sont [précisément] nécessaires à l’établissement de toute filiation2 ». Exterminer un peuple constitue en ce sens une attaque massive au lien de filiation, celui qui – quand tout va bien – permet au contraire à chacun de « se situer dans un ensemble de sujets et de se reconnaître comme ayant été engendré et capable d’engendrer3 ». C’est dans ce sens que l’on peut, à la suite de Legendre4 (1999), qualifier la Shoah, de « crime généalogique par excellence ». Il faut comprendre ici l’expression de « crime généalogique » au sens du projet génocidaire insensé d’éliminer une lignée généalogique toute entière, comme ce fut par exemple le cas lors de la Seconde Guerre mondiale.

  • 5 Nous tenons à remercier vivement les personnes qui ont accepté de participer à notre recherche, laq (...)

2Dans le cadre d’une recherche qualitative que nous conduisons à l’université de Lausanne5, nous avons recueilli un témoignage à la fois saisissant et inédit : celui d’un homme que nous appellerons Israël dont les parents ont été déportés au début des années quarante. Un homme qui nous a fait part du fait que comme le veut la tradition juive, il a été circoncis, dans l’enfer des camps. Comment comprendre ce geste inédit de la part du groupe de juifs déportés dont ses parents faisaient alors partie et qui – confrontés à l’antisémitisme nazi – ont choisi, au cœur même de l’enceinte des camps, de se soumettre au commandement qui entoure traditionnellement la naissance d’un bébé juif de sexe masculin ? Quel sens donner à ce témoignage de la fidélité à la Loi révélée et de l’alliance conclue avec Abraham dans un tel contexte ? Comment les thèses de Kaës et partant des psychanalystes groupaux permettent-elles d’éclairer la portée de l’attachement exceptionnel à un rite traditionnel ancestral dans l’enfer nazi ?

3Afin d’éclairer ces différentes questions, nous nous proposons tout d’abord de rappeler en quoi consiste précisément l’alliance conclue avec Abraham. Nous nous demanderons ensuite en quoi la perspective ouverte par Kaës à propos des alliances inconscientes permettrait éventuellement d’éclairer ce qui est en jeu du point de vue psychique dans ce cérémonial.

4Nous serons ensuite amenés à défendre deux propositions. La première concerne l’apport du concept d’alliance inconsciente pour éclairer les processus inter-subjectifs à l’œuvre dans le cadre du rite de la circoncision propre au judaïsme traditionnel. La deuxième consiste à explorer la possible signification et portée trans-subjectives de ce rite lorsqu’il est pratiqué dans un contexte de violence sociale extrême. Afin d’explorer ces questions centrales, nous tenterons de pointer, à partir du témoignage d’Israël comment, au coeur de l’enfer des camps, le maintien d’un rite traditionnel aura permis à un groupe de déportés d’affirmer, envers et contre tout, à la fois leur filiation et leur affiliation au peuple juif. On s’interrogera ainsi sur la fonction de ce rite dans le désir de survivance collective.

5Mais rappelons tout d’abord en quoi consiste le rite que les Juifs appellent la « brit-mila », ce qui du point de vue sémantique, signifie littéralement « alliance de la circoncision ».

La circoncision juive traditionnelle : quelle signification ?

  • 6 M. Gilbert, « L’adolescent juif face à la loi transcendante : enjeux anthropologiques et psychanaly (...)

6Dans le judaïsme traditionnel, le temps de la naissance est entouré d’un cérémonial complexe, dont la circoncision rituelle constitue le centre de gravité. « Matière première du symbolique », selon la précieuse expression de Françoise Héritier, le corps du nouveau-né de sexe masculin est dès lors marqué du sceau d’une « alliance » immémoriale : celle que Dieu a conclue avec Abraham et qu’il a ordonné de perpétuer, de génération en génération, comme le raconte le Livre de la Genèse au chapitre dix-sept (Gen. 17 : 1-17 : 14), ainsi que les nombreux commentaires qu’aura suscités ce texte fondateur (Katz-Gilbert, 2017). Circoncire les nouveau-nés mâles dans le cadre d’une cérémonie religieuse ritualisée qu’on appelle la brit mila constitue une mitsva, – un commandement. Il s’agit-là de l’un des six cent treize préceptes religieux auxquels le juif traditionnel est soumis dès sa majorité, fixée à treize ans pour les garçons (Gilbert6, 2010).

  • 7 Mendelssohn, Jérusalem, 1783.
  • 8 J. Ehrenfreund, Allocution d’ouverture au colloque intitulé Autour d’une souveraineté juive, univer (...)

7On rappellera en effet que le judaïsme est structuré par une Loi révélée, et qu’il constitue dès lors, selon les termes de Mendelssohn7 (1783), une « orthopraxie » et non une orthodoxie ; cela signifie que le judaïsme consiste d’avantage à agir conformément à une Loi révélée qu’à croire en un Dieu unique et tout-puissant. Pensé en termes d’orthopraxie, le judaïsme implique donc un « faire », circonscrit par une Loi révélée qui se décline sous la forme de nombreux commandements à la fois prescriptifs et prohibitifs. Des commandements qui règlent la vie quotidienne du juif pratiquant non seulement dans le cadre des liens qu’il entretient avec Dieu, mais également au niveau des relations qu’il tisse avec ses parents comme avec ses pairs, que ceux-ci soient proches ou lointains. On peut dire en ce sens, avec Ehrenfreund que « le judaïsme concerne un peuple, qui se vit lui-même comme un collectif humain soumis à une Loi révélée8 » et qu’il n’a donc pas choisie. D’où la condition profondément hétéronome de l’existence juive traditionnelle.

  • 9 Autres alliances : avec Noé, puis avec Moïse.
  • 10 En ce sens, on peut parler, avec Azoulay (2009) d’une injonction trans- ou en tout cas inter-généra (...)

8Symboliquement, la cérémonie de la brit-mila signifie l’inscription du nouveau-né dans l’Alliance éternelle que Dieu a contractée avec le peuple d’Israël, par l’intermédiaire d’Abraham, comme le raconte le texte9. Une alliance par laquelle Dieu s’engage à assurer une innombrable postérité à Abraham comme à sa descendance (Gen. 17 : 2, 5, 6), d’une part, et la possession indéfinie de toute la terre de Canaan (Gen. 17 : 8), d’autre part. Autrement dit, Dieu promet à Abraham et à ses descendants de lui rester fidèle et d’assurer son avenir florissant. Toutefois, qui dit « alliance » dit également un pacte impliquant un consentement mutuel des deux parties impliquées. Ce qui signifie en l’occurrence que Dieu exige quelque chose en contrepartie de Sa promesse. Autrement dit, l’alliance asymétrique que Dieu entend sceller avec les Hébreux par l’intermédiaire d’Abraham suppose un geste singulier de leur part. Comme l’indique le texte, Dieu ordonne en effet à Abraham de se circoncire, de circoncire ses enfants et de transmettre ce commandement à toute sa descendance. Il confie en outre à Abraham la tâche de transmettre l’injonction divine de la circoncision aux générations à venir, afin de la pérenniser10.

  • 11 S.-R. Hirsch, Dix-neuf épîtres sur le judaïsme, Le Cerf, 1987.

9La tradition rabbinique considère généralement qu’on circoncit le sexe du bébé-garçon pour circonscrire les passions humaines, pour soumettre les pulsions sexuelles à l’exigence morale, pour dompter le corps, pour faire de lui le serviteur de l’esprit, c’est-à-dire pour se mettre au service de la continuité de l’espèce humaine. C’est donc à des fins morales qu’on circoncit. On rappelle ainsi à l’homme son imperfection morale. Telles sont, pour Maïmonide ou encore pour Rav Hirsch11 (1987), les conditions premières du pacte d’Alliance qui vise par ailleurs, à son sens, à sanctifier le corps et à éviter ainsi la chute dans l’animalité.

  • 12 Nous avons de notre côté souligné ailleurs le lien étroit entre la circoncision et l’interdit de l’ (...)
  • 13 R. Kaës, Les alliances inconscientes, Paris, Dunod, 2009, p. 22.

10Quant aux significations que l’on prête à ce rite du point de vue psychanalytique, on rappellera tout d’abord qu’il constitue, au moment de la naissance du petit de l’homme, un opérateur central de la castration symboligène (Freud, 1912 ; 1915). Il faut en effet que quelque chose soit retranché au désir – insatiable – de complétude originaire du sujet et du groupe pour favoriser son humanisation d’une part, et le « Kulturarbeit », d’autre part12. « Pour entrer dans l’Alliance […], les hommes doivent accepter que quelque chose se perde à leur jouissance, que le don s’accroisse d’un renoncement […]. L’alliance se marque donc d’une coupure, d’une trace, d’un sceau : l’un et l’autre ont la fonction d’un repère identificatoire : […] la circoncision la marque de tous les mâles nouveau-nés, signe de l’alliance avec Abraham et avec le peuple élu13 », écrit Kaës.

  • 14 On remarquera au passage le caractère indissociable de la filiation et de l’affiliation dans l’anth (...)
  • 15 L. Daligand, D. Gonin, Violence et victimes, Lyon, Méditions, 1993, p. 358.
  • 16 A. Van Gennep, Religions : mœurs et légendes : essais d’ethnographie et de linguistique, Paris, Mer (...)
  • 17 Et psychique comme nous le verrons par la suite avec Kaës.

11On voit ainsi à quel point le rite de la circoncision constitue un opérateur central à la fois de la filiation et de l’affiliation14 : retrancher le prépuce du nouveau-né, c’est avant tout signifier que vivre signifie « renoncer à l’absolu de la Jouissance15 » soulignant ainsi la nécessité vitale de faire place au manque comme à la perte dans le processus de subjectivation. C’est à ce prix-là et à celui-là uniquement que le sujet juif sera non seulement inscrit dans sa lignée généalogique, mais aussi affilié au peuple élu. Et c’est donc un acte sacrificiel inaugural – la brit mila – qui constitue ce que Van Gennep16 (1909) appelle un rite d’intégration, inaugurant ainsi la naissance sociale17 du bébé-garçon.

12Voilà pour les principales significations du rite telles qu’elles ont été mises en évidence par les rabbins et les psychanalystes. Après ce bref rappel, nous nous proposons de soutenir la proposition suivante : telle qu’elle est pratiquée dans le judaïsme traditionnel, la circoncision rituelle permet de sceller une alliance inconsciente dite structurante, subjectivante et symboligène entre les membres du peuple juif ; cette alliance structurante prend la forme d’un « contrat narcissique » scellé inconsciemment avec le bébé-garçon né de parents juifs. On l’inclut ainsi dans l’Alliance en inscrivant dans sa chair même un trait identificatoire commun qui fonde le sentiment de reconnaissance (« il est des nôtres ») et d’appartenance (« nous appartenons au même peuple »).

  • 18 R. Kaës, « Pour inscrire la question du lien dans la psychanalyse », Le Divan Familial, 2, n° 15, 2 (...)
  • 19 R. Kaës, Les alliances inconscientes, Paris, Dunod, 2009, p. 59.

13Mais qu’appelle-t-on au juste les alliances inconscientes ? Ce sont des formations psychiques intersubjectives qui permettent, pour Kaës (2005), de rendre compte de la réalité psychique spécifique associée aux liens qui naissent de la rencontre entre plusieurs sujets. Nous reprenons à notre compte l’idée que ces alliances sont le « ciment de la matière psychique qui nous lie les uns aux autres18 » que ce soit dans leur versant structurant, symboligène et subjectivant, ou au contraire dans leur versant destructurant, désymbolisant et désubjectivant. Considérées comme socle inconscient du lien, les alliances inconscientes structurantes sont au cœur de la vie psychique. Elles peuvent prendre plusieurs formes, dont le contrat narcissique. Ce dernier « qualifie un aspect fondamental de l’alliance qui lie chaque sujet à l’ensemble intersubjectif où il naît à la vie psychique19 », écrit Kaës.

  • 20 J.-C. Rouchy, « Identification et groupe d’appartenance », in F. de Rivoyre, Psychanalyse et malais (...)

14Nous proposons de penser la circoncision rituelle comme attestant d’un contrat narcissique scellé entre les parents juifs et ses descendants de sexe masculin, en souvenir du pacte scellé par Dieu avec Abraham et ses descendants. Il s’agit donc premièrement d’un contrat narcissique primaire (Kaës, 2009), celui qui signe le lien entre un nouveau-né et ce que Rouchy20 (2001) appelle son groupe d’appartenance primaire, à savoir la famille. Mais il s’agit aussi d’un contrat narcissique de type secondaire (Kaës, 2009) : celui qui scelle le lien entre le nouveau-né, sa communauté, et le peuple juif pensé comme groupe d’appartenance secondaire.

15Envisagée sous cet angle, la brit-mila constituerait un signe de reconnaissance partagé qui soutient la stabilité d’un lien irrévocable entre le sujet et le peuple juif. Circoncire viserait dès lors à assurer la perpétuation des liens entre les générations successives en scellant un contrat qui tend, finalement, à assurer la pérennité du peuple juif.

  • 21 R. Kaës, op. cit. (Kaës souligne la culpabilité associée à la possible exclusion).
  • 22 P. Castoriadis-Aulagnier, La violence de l’interprétation : du pictogramme à l’énoncé, Paris, PUF, (...)
  • 23 R. Kaës, op. cit., p. 58.

16Un contrat, une alliance qui, s’ils venaient à être rompus interrompraient du même coup une chaîne de transmission millénaire, ce qui mettrait en péril la promesse inaugurale faite par Abraham de prospérer. Autrement dit, ceux qui omettraient de circoncire leur fils signeraient du même coup, symboliquement du moins, non seulement leur exclusion du groupe d’appartenance, mais la fin de la prospérité collective promise à Abraham21. On soulignera toutefois la nature asymétrique du contrat narcissique : il précède le sujet et lui assigne une place singulière dans un collectif structuré autour d’un mythe fondateur, en l’occurrence l’alliance scellée par Dieu avec Abraham (Castoriadis-Aulagnier22, 1974). Entourant la naissance d’un bébé-garçon du rite de la circoncision, le peuple juif affirmerait en ce sens l’investissement narcissique de l’enfant en le reconnaissant comme l’un des siens, autrement dit comme un allié. Un tel contrat signe dès lors un certain nombre d’attentes auxquels on imagine que le sujet devrait ensuite se conformer pour satisfaire les exigences narcissiques à la fois des parents et du peuple juif ; c’est ce que Kaës appelle « l’idéal narcissique commun et partagé » sur lequel repose le contrat narcissique et qui le fonde23. Indispensable à l’investissement de l’enfant par les parents et par le collectif, le contrat narcissique comporte par ailleurs une contre-partie : on cherche en effet à s’assurer symboliquement qu’une fois majeur sur le plan religieux, l’enfant devenu adolescent sera au service de la continuité généalogique collective, c’est-à-dire qu’il investira en retour narcissiquement la place qui lui aura été assignée dans l’ensemble qui l’aura reconnu comme membre.

17Les termes de cet échange mutuellement étayant rappellent en ce sens les paroles de Freud (1914-1969) lorsqu’il pointe le double statut du sujet à la fois comme étant à lui-même sa propre fin et le maillon d’une « chaîne intersubjective et intergénérationnelle » dont il serait à la fois serviteur, héritier, bénéficiaire. On voit ainsi combien l’alliance scellée à travers la circoncision concourt à instituer les conditions de possibilité du maintien de la vie et de sa transmission entre les générations au sein du peuple juif. Il importe à ce stade de souligner le caractère irréversible du signe de reconnaissance de l’alliance scellée au moment de la circoncision juive traditionnelle.

  • 24 Ibid., p. 40.
  • 25 Ibid., p. 41.
  • 26 Les règles de la cashrout, celles qui définissent le caractère sacré du shabbat sont communes à tou (...)

18En effet, qui dit l’inscription d’une telle marque corporelle sur le corps du nouveau-né, dit aussi l’instauration d’un lien irrévocable avec l’ensemble des sujets qui reconnaît du même coup sa filiation à l’ancêtre fondateur que constitue Abraham. Il y a là, la trace d’un geste rituel constituant un repère identificatoire commun et indéfectible qui permet la reconnaissance mutuelle des partenaires de l’alliance inaugurant la fondation du peuple juif. Qui dit alliance, dit en effet la mobilisation de processus identificatoires que Kaës qualifie à la fois de « communs, mutuels et partagés24 ». Des processus identificatoires relèvent par ailleurs de plusieurs registres : « narcissiques, imaginaires, ou objectales, symboliques et oedipiennes25 ». Ces processus sont inconsciemment au service de l’alliance : ils permettent par exemple d’assurer un sentiment de sécurité de base entre les partenaires qui se vivent comme des alliés à l’intérieur d’un espace psychique délimité et commun propre au peuple juif ; ils autorisent également la reconnaissance d’interdits et d’injonctions26 auxquels chaque membre de l’alliance accepte de se soumettre. On pointe ainsi la complexité des mouvements psychiques qui permettent d’assurer l’investissement mutuel des partenaires du lien et partant de la réalité psychique qui naît de leur rencontre.

  • 27 Op. cit., p. 42.

19Précisons enfin que si l’alliance inter-subjective appelle des identifications partagées, si l’alliance scellée entre différents sujets repose entre autres sur des identifications partageables et partagées, sceller une alliance engendre par ailleurs des identifications entre les partenaires d’une alliance. Une telle perspective est sous-tendue par l’idée que le psychisme du sujet est « ouvert » à l’inconscient d’autrui, et partant, de « plus d’un autre27 », selon l’expression de Kaës. Reste toutefois que conclure une alliance structurante suppose, sur le plan inconscient, deux mouvements psychiques contraires inhérents à toute relation humaine : en son versant « positif », sceller une alliance intersubjective consiste à pouvoir partager une réalité psychique commune visant à assurer la pérennité du groupe.

20Mais les sujets qui cherchent à établir un lien d’alliance doivent également pour cela refouler, nier ou encore dénier certains mouvements pulsionnels, certains affects et représentations vécues comme dangereux ou menaçants. Tel est le versant « négatif » d’une alliance structurante nouée à plusieurs. Une alliance qui vise, pour une part, à pallier la menace que représente par définition la vie collective et la rencontre de l’altérité non seulement d’autrui mais des autres en général, ce que Kaës appelle le « plus d’un autre ». On soulignera en ce sens combien la rencontre avec le nouveau-né est non seulement source de joie et de réjouissance pour ses parents comme pour la communauté, mais aussi source d’inquiétude, voire d’inquiétante étrangeté. En effet, l’arrivée du nouveau-né est source de profonds bouleversements dans l’équilibre du groupe : l’enfant est bien issu de ses parents, mais sans pour autant en constituer leur clone. Bien que considéré comme profondément semblable à travers les traits de ressemblances, parfois illusoires, qu’on tente de lui prêter pour s’assurer d’une continuité, il reste fondamentalement différent, autre, étranger. Certes, c’est à travers lui que le groupe compte survivre et prospérer, et en ce sens il est vécu comme une promesse de continuité, mais arrivant nu au monde et ne pouvant accéder à la parole, il représente aussi l’incarnation du pulsionnel à l’état pur et c’est en ce sens qu’il constitue une menace effrayante.

21Autrement dit, sa venue au monde concrétise le monde primitif ; il représente du même coup le surgissement du pulsionnel archaïque auquel il confronte, suscitant sans doute aussi l’archaïque en nous. D’où l’importance du rite qui entoure la naissance du nouveau-né, et qui témoigne à notre sens de la nécessité intense que nous éprouvons à extraire le nouveau-né – comme à nous extraire – de l’archaïque. C’est précisément à cette fin qu’on s’efforce à notre sens de l’humaniser à travers le rite qu’on attend avec impatience, huit jours après sa naissance, et qui permet au groupe de lui conférer une place dans la chaîne des générations d’une part, et de lui donner un nom qui singularise son existence, sa place de sujet désirant et parlant. Quant à Kaës, c’est plutôt le potentiel adversaire que le nouveau-né représente qu’il pointe à ce propos :

  • 28 Op. cit., p. 58.

« L’enfant qui devient le double conforme (qu’on forme) aux exigences du narcissisme parental et à celles de l’Idéal du moi de l’ensemble, devient aussi et nécessairement l’inquiétant, l’inconnu, l’étranger, peut-être l’ennemi28. »

22Qui dit alliance inconsciente dit donc – et par définition – une part de négatif qu’il s’agit précisément de conjurer ou contre laquelle il s’agit de se défendre. En ce sens nouer un lien d’alliance structurant à travers la circoncision peut être compris comme une tentative de garantir le maintien d’un ordre profondément humain autour de la naissance d’un enfant, naissance comprise comme source de perturbation pour la vie, l’organisation et l’équilibre du groupe.

Alliances inconscientes et processus civilisationnel : quelle articulation ?

  • 29 I. Berenstein, J. Puget, Psychanalyse du lien, trad. de l’espagnol par G. Richard, Ramonville Saint (...)

23On voit ainsi combien l’espace psychique que l’alliance structurante vise à promouvoir à travers la circoncision rituelle participe du processus civilisationnel ; sceller un tel lien au sein du peuple juif instaure en effet un ordre structuré autour d’un idéal narcissique commun et partagé – Dieu – et auquel on se réfère pour assurer la continuité d’un ordre fondamentalement humain au service de la Loi transcendante, et partant de la fonction symbolique. Considérée sous cet angle, la circoncision rituelle est référée à la loi de la culture, laquelle est en l’occurrence fondée sur la parole de Dieu, comme c’est le cas dans toutes les sociétés théocratiques dites monothéistes29.

  • 30 R. Kaës, op. cit., p. 99.

24On reconnaît ici la nécessaire référence à un tiers garant, au nom duquel l’alliance est scellée d’une part assurant du même coup prospérité et protection. Mais c’est au nom de ce même tiers que tout manquement à la dite alliance est par ailleurs sanctionné d’autre part, excluant du même coup le sujet hors des frontières du groupe. C’est en ce sens qu’on peut dire que l’alliance est discriminante : elle délimite des frontières, conférant au groupe un dedans et un dehors. La référence au Dieu de la Loi constitue ainsi pour une société théocratique, le garant fondamental qui permet d’assurer la « dérivation de l’acte vers le symbolique30 ». C’est ce que nous appelons en psychanalyse la Loi, ou encore l’Autre.

  • 31 Loc. cit.

25On soulignera en ce sens à quel point les alliances inconscientes structurantes constituent les garants métapsychiques de la vie en groupe : scellant de tels pactes les uns avec les autres, les sujets s’engagent en effet inconsciemment à nouer des liens au sein desquels la parole est ordonnée à la fonction éminemment symboligène et subjectivante du vivre ensemble lorsque celui-ci est structuré par les grands interdits fondateurs. Des interdits fondamentaux qui constituent le socle même de la vie collective ordonnée à la Loi. C’est ce que Kaës31 (2009) appelle à la suite de Touraine les « garants méta-sociaux » qui, pensés comme cadre général du vivre ensemble, fondent les cadres méta-psychiques structurant la vie du groupe.

26Kaës souligne en ce sens l’emboîtement « princeps » des garants métapsychiques que sont les alliances inconscientes dans les garants méta-sociaux que représentent les grands interdits fondateurs. Autrement dit, et s’il l’on voulait formuler notre proposition en une formule cinglante : qui dit circoncision rituelle dit contrat narcissique et qui dit contrat narcissique dit interdit de l’inceste, du meurtre et du cannibalisme sauvage. Autrement dit, tout contrat narcissique suppose le projet de transmettre des valeurs et des idéaux au service de la prospérité du groupe d’une part, et ordonné à la fonction symbolique, d’autre part.

27Nous soutenons ainsi l’idée que la circoncision rituelle permet de nouer une alliance structurante avec et autour du nouveau-né garantissant ainsi un vivre ensemble pacifié et pacifiant au sein du groupe qui peut dès lors compter sur le respect mutuel de contrats scellés à travers une parole ordonnée à la Loi transcendante de Dieu.

28Que dire dès lors de la signification d’un tel geste – la circoncision rituelle – lorsqu’elle est pratiquée au cœur de l’enfer des camps, comme le rapporte Israël dans son témoignage ?

29Nous en venons donc à notre deuxième proposition : l’alliance opérée par la circoncision rituelle juive d’un bébé né dans l’enfer des camp peut être comprise comme l’expression d’un désir de survivance collective érigé en rempart contre le meurtre de masse ; en se soumettant au commandement de la circoncision au cœur même de l’univers concentrationnaire, on cherche à perpétuer le maintien d’un sentiment d’appartenance collective en se référant à un garant méta-social commun ; ce geste témoignerait en ce sens de la volonté de continuer à partager un espace transsubjectif organisé et structuré autour d’un idéal commun assurant la cohésion du groupe.

  • 32 Loc. cit.

30Kaës32 (2009) souligne à quel point les catastrophes sociales et la violence collective sont des contextes qui menacent tout particulièrement de mettre en péril, voire d’anéantir, les alliances structurantes nouées entre les sujets. Et si tel est le cas, c’est que, qui dit violence sociale, dit aussi, par définition, l’ébranlement des grands interdits fondateurs sur lesquels reposent précisément les alliances structurantes. Envisagée sous cet angle, l’idéologie nazie et la politique d’extermination génocidaire qui lui a été associée aura supposé l’effondrement des grands garants méta-sociaux, à commencer par celui de l’interdit du meurtre.

  • 33 J. Chasseguet-Smirguel, « Essai sur la perte de l’activité symbolique dans la pensée nazie », in M. (...)

31Et s’il en est ainsi, c’est que l’idéologie nazie prône un nouvel ordre social, lequel serait fondé sur un autre idéal qui entend anéantir les cadres symboliques régissant jusque-là le vivre ensemble. Pour les idéologues nazis, c’est en effet au nom de la pureté de la race aryenne que le combat s’organise désormais contre tous ceux qui constituent précisément une menace de souiller la mère-patrie, à savoir le Reich33. On l’aura compris, une telle situation sociale où l’on clame la fin de l’interdit du meurtre au nom d’un autre idéal – celui la pureté de la race – menace d’ébranler non seulement les cadres méta-sociaux qui garantissent l’ordre social et collectif, mais également les cadres métapsychiques que constituent les alliances inconscientes structurantes. La violence ravageuse qui ébranle les méta-cadres sociaux s’infiltre également sournoisement et sourdement à l’intérieur des groupes constitués et partant de chacun de leurs membres.

  • 34 R. Kaës, loc. cit.

32Tels sont les temps, sombres et tragiques, où les alliances qui soudent la vie du groupe sont bouleversées voire anéanties, faute de référents stables et partagés à même de garantir leur cohésion face à la barbarie. Unifiés autour d’idéaux narcissiques communs et partagés, lesquels sont source d’identifications mutuelles structurantes en temps de paix, les groupes sont au contraire parfois amenés à se désolidariser et finalement à se disloquer en temps de guerre. Or, confronté à l’enfer des camps c’est précisément contre cette menace de délitement de la cohésion du groupe que les parents d’Israël semblent avoir lutté. Le rite de la circoncision rituelle ordonné au mythe fondateur du pacte que Dieu a scellé avec Abraham, permet de confirmer l’attachement à un idéal narcissique commun et mutuellement partagé34. En effet, pour répondre à la situation catastrophique face à laquelle ils se trouvaient bien malgré eux, les parents d’Israël et le groupe de déportés dont ils faisaient partie feront tout pour rester inclus dans l’alliance structurante qui les lie tous entre eux, au peuple juif et à Dieu.

33Et c’est au nom de cet autre idéal que représente la Loi transcendante de Dieu – l’Autre avec un grand A pour nous psychanalystes – qu’ils agissent. Contre la déferlante de haine qui menace de les mettre à mort et, partant, d’exterminer tout le peuple juif auquel ils appartiennent, ce groupe de déportés ne cèdera pas. Il cherche au contraire à lutter contre sa désagrégation en affirmant la continuité de sa fidélité aux idéaux, aux valeurs, aux mythes qui relie ses membres et qui donne sens et cohésion au peuple juif depuis plusieurs millénaires.

34Loin de céder à la tentation d’abandonner les commandements que fixe la tradition juive, il confirme au contraire son attachement aux prescriptions et aux interdictions qui structurent le vivre-ensemble. Un attachement à la tradition que l’on peut comprendre, entre autres, comme une volonté de maintenir le cadre méta-psychique sur lequel repose les alliances inconscientes structurantes nouées, au moment de leur propre naissance, entre leurs parents, eux, le peuple juif et Dieu. Ils ordonnent ainsi leur vie au mythe fondateur qui les relie entre eux, et se donnent du même coup un espace psychique conjoint et partagé qui constitue à notre sens un rempart symbolique contre la barbarie.

  • 35 P. Legendre, loc. cit.

35À ce que Legendre35 (1990) appelle le crime généalogique organisé par les nazis, ils répondent pour leur part, au cœur même du camp, par un rite ancestral transmis de génération en génération auxquels ils se soumettent indépendamment des circonstances, affirmant ainsi son importance capitale. Un rite qui confère, par définition, précisément une place singulière au nouveau-né non seulement dans la généalogie familiale, celle qui le relie à ses parents, à ses grands-parents et partant à ses ascendants, mais aussi plus largement au peuple juif, puisque, filiation et affiliation sont indissociables dans l’anthropologie juive traditionnelle. Certes, circoncire un enfant au cœur même des camps, dans des circonstances des plus hostiles n’était pas sans risques, ne serait-ce que pour procéder à ce rite dans des conditions sanitaires les plus sécures. Mais quand bien même un tel projet comportait-il des risques, ce groupe de déportés a sans doute considéré que déroger à la prescription ancestrale de circoncire tout nouveau-né mâle, autrement dit renoncer à l’inclure dans l’alliance scellée entre Dieu et Abraham était encore plus menaçant pour la vie du groupe.

36Ce faisant, nous pouvons considérer que ces sujets ont saisi une occasion de se rêver humains, inclus dans un pacte symbolique humanisant et civilisant au service du Kulturarbeit. Un pacte auquel on ne saurait se soustraire sans prendre le risque de mettre à mort les idéaux narcissiques communs et partagés qui disent l’attachement à la culture, à la Loi et partant à l’ordre symbolique. Désobéir à la prescription ancestrale s’il en est de circoncire les nouveau-nés de génération en génération au risque d’être exclus de l’alliance, aurait impliqué qu’on cède à la tentation, si banale dans les contextes de violence sociale, de « s’adapter à n’importe quoi » face à l’angoisse catastrophique qui ne manque pas d’assaillir les sujets confrontés à la barbarie, perdant ainsi toute estime pour soi, pour le groupe d’appartenance et pour la vie de la culture transmise de génération en génération.

Conclusion

  • 36 Z. Bauman, L’amour liquide : de la fragilité des liens entre hommes, trad. de l’anglais par Ch. Ros (...)

37Enfin, disons pour conclure qu’effectuée au cœur même des camps, cette circoncision rituelle paraît emblématique de ce que l’on pourrait appeler avec José Bleger et Silvia Amati-Sas, un acte de résistance témoignant d’une volonté de ne pas sombrer à la tentation d’une régression vers l’ambiguïté, autrement dit vers une position d’indifférenciation psychique (Katz-Gilbert et Bourguignon, 2016). Il s’agit en ce sens d’un acte de résistance à la fois interpsychique et politique au service des processus de subjectivation et d’humanisation dans une situation des plus extrêmes, opposant ainsi un non radical au meurtre de masse orchestré par les nazis. Un acte qui aura permis à un groupe de déportés d’affirmer, envers et contre la barbarie nazie, un désir de survivance collective, signifiant du même coup sa volonté de s’opposer à la liquéfaction programmée de son identité singulière, pour reprendre les termes si précieux, et malheureusement si actuels, de Zygmunt Bauman36 (2010).

Notes

1 N. Zaltzmann (dir.), La résistance de l’humain, Paris, PUF, 1999, p. 2-3.

2 R. Waintrater, « À la recherche d’une nouvelle filiation. La problématique narcissique dans les groupes de formation au recueil de témoignage de la Shoah », Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, 1, n° 38, 2002, p. 38.

3 R. Waintrater, loc. cit.

4 P. Legendre, « L’attaque nazie contre le principe de filiation », in A. Papageorgiu-Legendre, Filiations fondement généalogique de la psychanalyse, Paris, Fayard, coll. « Leçons IV », suite 2, 1990, p. 205-209.

5 Nous tenons à remercier vivement les personnes qui ont accepté de participer à notre recherche, laquelle a donné lieu à différentes publications indiquées dans la liste de références en fin d’ouvrage. Notre gratitude va également à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah pour son aide à la recherche.

6 M. Gilbert, « L’adolescent juif face à la loi transcendante : enjeux anthropologiques et psychanalytiques du rite de la bar-mitsvah », Adolescence, n° 73, 2010, p. 597-616.

7 Mendelssohn, Jérusalem, 1783.

8 J. Ehrenfreund, Allocution d’ouverture au colloque intitulé Autour d’une souveraineté juive, université de Lausanne, Suisse, 2008.

9 Autres alliances : avec Noé, puis avec Moïse.

10 En ce sens, on peut parler, avec Azoulay (2009) d’une injonction trans- ou en tout cas inter-générationnelle. Comprendre en quoi consiste, concrètement, la cérémonie religieuse qu’on appelle la brit-mila suppose tout d’abord d’avoir à l’esprit le texte dans lequel sa prescription est consignée. Il s’agit du chapitre 17 du Livre de la Genèse (Berechit en hébreu) et plus précisément des versets 10 à 14 où Dieu ordonne de circoncire tout enfant mâle appartenant au peuple d’Israel. Nous citons le texte de la Genèse dans la traduction du rabbinat français : « 10. Voici le pacte que vous observerez, qui est entre moi et vous, jusqu’à ta dernière postérité : circoncire tout mâle d’entre vous. 11. Vous retrancherez (verbe himol) la chair de votre excroissance, et ce sera un symbole d’alliance (oth berit) entre moi et vous. 12 A l’âge de huit jours, que tout mâle, dans vos générations, soit circoncis par vous ; même l’enfant né dans ta maison [servante], ou acheté à prix d’argent parmi les fils de l’étranger, qui ne sont pas de ta race. 13. Oui, il sera circoncis, l’enfant de ta maison ou celui que tu auras acheté ; et mon alliance, à perpétuité, sera gravée dans votre chair. 14. Et le mâle incirconcis, qui n’aura pas retranché la chair de son excroissance, sera supprimé lui-même du sein de son peuple pour avoir enfreint mon alliance. » Il s’agit d’un commandement qui est par ailleurs repris au Livre du Levitique, chapitre 12 verset 13.

11 S.-R. Hirsch, Dix-neuf épîtres sur le judaïsme, Le Cerf, 1987.

12 Nous avons de notre côté souligné ailleurs le lien étroit entre la circoncision et l’interdit de l’inceste (Katz-Gilbert, à paraître).

13 R. Kaës, Les alliances inconscientes, Paris, Dunod, 2009, p. 22.

14 On remarquera au passage le caractère indissociable de la filiation et de l’affiliation dans l’anthropologie juive traditionnelle, ce qui la distingue nettement de l’anthropologie chrétienne.

15 L. Daligand, D. Gonin, Violence et victimes, Lyon, Méditions, 1993, p. 358.

16 A. Van Gennep, Religions : mœurs et légendes : essais d’ethnographie et de linguistique, Paris, Mercure, 1909.

17 Et psychique comme nous le verrons par la suite avec Kaës.

18 R. Kaës, « Pour inscrire la question du lien dans la psychanalyse », Le Divan Familial, 2, n° 15, 2005, p. 86.

19 R. Kaës, Les alliances inconscientes, Paris, Dunod, 2009, p. 59.

20 J.-C. Rouchy, « Identification et groupe d’appartenance », in F. de Rivoyre, Psychanalyse et malaise social : désir du lien ?, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2001, p. 121-135.

21 R. Kaës, op. cit. (Kaës souligne la culpabilité associée à la possible exclusion).

22 P. Castoriadis-Aulagnier, La violence de l’interprétation : du pictogramme à l’énoncé, Paris, PUF, 1975.

23 R. Kaës, op. cit., p. 58.

24 Ibid., p. 40.

25 Ibid., p. 41.

26 Les règles de la cashrout, celles qui définissent le caractère sacré du shabbat sont communes à tous les juifs circoncis et pratiquants.

27 Op. cit., p. 42.

28 Op. cit., p. 58.

29 I. Berenstein, J. Puget, Psychanalyse du lien, trad. de l’espagnol par G. Richard, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2008.

30 R. Kaës, op. cit., p. 99.

31 Loc. cit.

32 Loc. cit.

33 J. Chasseguet-Smirguel, « Essai sur la perte de l’activité symbolique dans la pensée nazie », in M. Colin (dir.), Le crime contre l’humanité, Paris, Érès, 1996, p. 163-174 ; E. Conte et C. Essner, La quête de la race. Une anthropologie du nazisme, Paris, Hachette, 1995 ; M. Katz-Gilbert, 2014.

34 R. Kaës, loc. cit.

35 P. Legendre, loc. cit.

36 Z. Bauman, L’amour liquide : de la fragilité des liens entre hommes, trad. de l’anglais par Ch. Rosson, Paris, Fayard, 2010.

Auteur

Katz Muriel, Docteure en psychologie. Maître d’enseignement et de recherche en psychologie clinique. Laboratoire de recherche en psychologie des dynamiques intra et intersubjectives (LARPSDYDIS), université de Lausanne, Suisse. Psychologue clinicienne

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search