Version classiqueVersion mobile

Nouvelles figures de la filiation

 | 
Claudine Veuillet-Combier
, 
Emmanuel Gratton

Troisième partie. Filiation, risques de désaffiliation et réaffiliation

L’anorexie, malaise dans la filiation : à propos de la transmission du féminin

Lissy Canellopoulos

Texte intégral

Introduction

1Je mettrai tout de suite le lecteur devant la scène qui m’a inspirée l’angle d’attaque de ce présent travail et qui m’a permise de réfléchir sur ce qui pourrait se jouer dans le cas de l’anorexique. Ce n’est évidemment pas un cas que je cherche à caser. Ce serait plutôt le cas de cette jeune femme, c’est-à-dire ce qui l’obsède. Mon but est de me laisser interroger par elle. D’autant plus qu’elle me fait témoin, mais un témoin inclus dans la scène. D’où la difficulté d’en transmettre quelque chose.

2Partant de la boutade de Lacan : « la clinique c’est le réel » c’est-à-dire l’insupportable comme tel, et pour éclairer ce qu’il en est de l’anorexie comme inscription dans le corps de « l’insoutenable d’être », j’interrogerai le parcours douloureux et la souffrance d’Ève mise en mots au cours de sa cure analytique (Ève était alors à sa deuxième année de cure), souffrance qui tourne autour d’un corps perdu, arraché à sa subjectivité, étranger à elle-même, unheimlich.

3Si le corps renvoie l’être humain à ses besoins vitaux, son psychisme l’inscrit comme être de désir dans un rapport à l’autre. Ainsi, les différentes logiques de la filiation s’unissent pour inscrire le sujet comme fils ou fille de… Au-delà de la filiation biologique qui dérive du lien métonymique qui relie le corps de la mère à celui de l’enfant, il y a celle symbolique de la transmission du nom et du rapport aux autres et celle psychique, de la construction subjective de sa propre vérité qui permet de se considérer comme père, mère, fils ou fille. Ce qui s’inscrit dans le corps renvoie ainsi au désir entendu comme appel à la communication interhumaine. Cette inscription dans le corps pourrait se situer, dans le cas de l’anorexie, dans ce lieu limite du symbolique, à proximité du réel, près de l’opacité du sujet, à l’orée de la faille de tout discours, c’est-à-dire de toute histoire et témoigner d’un malaise dans la filiation, d’une transmission particulière du féminin qui tente de se passer du père.

4Quand Ève entre dans mon cabinet dans un état de dénutrition assez sévère, mon regard est capté par cette jeune fille décharnée. Cette captation du regard a quelque chose d’automatique, elle ne procède d’aucune intention. Face à ces patientes, dont le corps évoque irrésistiblement le registre du cadavre, notre regard, que l’on soit homme ou femme, est, me semble-t-il, immédiatement celui d’une mère inquiète. Ce contexte exclut en particulier toute possibilité d’érotisation du regard. Un tel point de départ clinique pourrait donc nous amener à aborder ce tableau autant par le biais de la pulsion scopique que par celui de la pulsion orale. Autrement dit, ma position, faisant abstraction de la question sexuelle, aboutit à la venue au premier plan de la fonction du regard et à un remaniement de la place des différentes pulsions partielles et me met d’emblée dans les deux voies de réflexion : la captation du regard et le cache-cache de la question sexuelle. Qui dit sexuel, dit transmission et donc filiation, questions étroitement liées, la souffrance de l’anorexie témoignant du malaise qui les touche. En effet, c’est à partir des ancrages dans la filiation, en passant par l’assomption du sexe propre, et jusqu’à l’émergence d’une certaine idée de soi reconnue par les autres, que peut aboutir le travail psychique de la subjectivation. Il me semble y avoir dans ce repérage très simple des éléments fondamentaux à même d’éclairer quelque chose de ce qui se joue dans l’anorexie. Pourrait-on y entendre l’histoire d’une transmission et de ses avatars ? Question qui articulerait l’anorexie à la filiation et qui pourrait expliquer le titre qui m’est venu subitement comme une bévue.

5L’anorexique ne cesse de s’empêcher de ressentir son corps, et elle cherche, trouve le plus souvent, tous les stratagèmes pour essayer d’oublier un peu la douleur de la faim, en s’activant de manière effrénée : travail poussé aux limites du faisable, sport et activités à outrance. S’infliger un tel calvaire est généralement incompréhensible pour leurs parents et leurs proches qui sont inquiets et désorientés par ce refus de se nourrir, d’autant que la nourriture est un des éléments premiers de la fonction parentale et particulièrement maternelle.

6Il ne faut pas oublier que le sujet n’est pas une unité isolée, il fait partie intégrante du lien familial et social et nous permet, avec son symptôme, de voir les effets de ce lien. Or l’étonnante progression actuelle de l’anorexie nous révèle que nous vivons dans ce monde qui pousse à la totalité, à l’Un-dividualisme, au Un. L’anorexique veut du « rien » dans un univers où l’on veut du « tout ». Elle nous rappelle alors une évidence, celle de la dialectique subtile entre l’être et l’avoir et de signifier le manque, face à un monde qui pousse à la totalité.

7Le « symptôme » de l’anorexique se manifeste, en effet, essentiellement dans son rapport à l’Autre : l’anorexique ne demande rien, d’où la grande difficulté de mettre en place un traitement. C’est aussi à propos de l’anorexie sous sa forme classique, lorsque la féminité est un enjeu primordial, que Lacan a pu dire que l’anorexique n’est pas celle qui ne mange rien, elle est celle qui mange « rien », le « rien », qui n’est pas une absence de quelque chose, mais un objet. Étrange objet, certes, et paradoxal, car il n’est pas non plus identifiable à l’aliment. Comment, si elle mange rien, peut-elle consentir à mettre ce rien en jeu dans le discours psychanalytique ? De quelle logique relève son « symptôme » ?

8Manger rien se présente dès lors comme une tentative du sujet de faire valoir l’objet oral non pas comme simple objet du besoin, mais comme objet significantisé, signe de l’amour de l’Autre. Face à l’Autre qui demande au sujet de se laisser nourrir, l’anorexique tente de sauver son désir en rappelant à la mère que c’est de son amour que l’enfant est assoiffé et non de lait, et qu’aucune nourriture ne peut venir satisfaire cette faim de reconnaissance de son être. Elle vient nous dire qu’il se peut que l’on meure de faim avec la douleur physique et psychique que cela comporte, pour ne pas mourir au sens du désir, pour ne pas disparaître en tant que sujet.

  • 1 Selon J. Lacan il y a trois niveaux de manque : La frustration dont l’agent est la mère symbolique, (...)

9Mais à considérer uniquement la conduite anorexique comme un dérèglement de la pulsion orale consécutive à un trouble profond du rapport à la mère, on passe à côté de ce qui fait le ressort de sa problématique centrée plutôt sur un échec du père dans sa fonction de père réel. En effet, ce n’est pas uniquement dans le face-à-face mère enfant que se joue le ressort de l’anorexie mais dans un raté de l’opération paternelle à faire advenir comme manque symbolique le phallus imaginaire aperçu d’abord chez la mère. Or, la fonction paternelle est celle qui organise les alliances sur lesquelles reposent la filiation et les identités sexuées, la féminité en l’occurrence. Confrontée à l’impossible privation, l’anorexique, pour pallier cette symbolisation défaillante, a recours à la frustration1 où elle peut agiter imaginairement le manque d’un objet réel qu’est la nourriture. Elle trompe ainsi son savoir sur l’insaisissable de son manque.

L’histoire d’Ève

10Ève a 21 ans quand elle vient me voir pour me demander de l’aide dans sa profonde détresse. Elle ne sait pas comment quitter son compagnon, dit-elle. C’est seulement à la fin de la séance qu’elle annonce, alors qu’elle venait de déclarer qu’elle est « boulimique avec les activités », qu’elle « ne mange plus ».

11Comme les parents d’Ève travaillent, ils engagent une nourrice ayant d’excellentes recommandations – allemande par hasard – pour s’occuper d’Ève, deux mois. Les premiers temps de son analyse Ève ne peut pas se rappeler des détails, mais se souvient que la nourrice était dure, punitive à outrance et faisait la loi à la maison. Ève attendait en vain un signe d’amour de sa part, il ne venait jamais. La faim d’amour qu’elle a connue est une demande adressée à la mère à travers la nourrice. Elle se souvient surtout de la fois où la nourrice l’obligea à manger son vomi. Il s’agit littéralement d’une interdiction d’expulser l’objet hors du corps et de l’impératif d’incorporer « l’objet qui est mangé », le phallus de l’Autre. Depuis, Ève n’a plus jamais osé vomir. Elle dit avoir compris combien le personnage de la nourrice, dangereuse et terrifiante, était au centre de son drame. Et lors de nos premiers entretiens Ève me confia toute l’incompréhension dont elle avait été l’objet depuis des années de la part de ses parents devenus une menace comme la nourrice : « Tout ce qui se passait avec la nounou avait leur approbation. Je les considérais comme des complices. »

12En revanche, Ève communiquait très bien avec le grand-père maternel qui venait souvent chez eux, comme si elle tentait par ce contact de reconnaître les traces du lien de filiation et de se maintenir dans ce lien fragilisé par ailleurs. Mais par crainte de chagriner sa fille, il empêchait sa petite fille de dénoncer la nourrice à ses parents. Ce n’est qu’une fois que les parents découvrent que la nourrice eût frappé le petit frère, qu’ils la congédient. Ève a alors 10 ans.

13Pendant toute son enfance et son adolescence Ève s’hyperactive : études aux Beaux-Arts, chant, musique, équitation, ballet, voile et bien d’autres activités, et décroche des prix, « mais est-ce que cela vaut le coup ? ». Elle ne sait pas encore que le coût devant lequel elle recule, c’est celui de la castration, accepter le sacrifice de son petit monde idéalisé et plein de fantaisie pour partager le monde avec les autres. Elle passe ses séances à me décrire sa position obstinée à rester au royaume des purs esprits et son refus décidé de partager le sort commun. Mais elle dit : « Je haïssais mon corps, j’essayais de le cacher. » En effet, elle avait toujours des kilos de trop, ce qui était source de moqueries et remarques de la part des autres.

14Réglée à 12 ans, Ève est horrifiée, « je savais ce qui allait suivre, un autre âge… Et maintenant, si j’y reviens, ça signifierait un changement symbolique. Je ne veux pas de vie sexuelle normale, je veux mon enfance. En fait, je renie mon sexe. C’est faux, je le sens, mais je ne peux pas le gérer ». La mise en place d’une identification sexuée s’avère nécessaire chez Ève, alors même que ne peuvent s’assurer et s’assumer le conflit et l’inscription d’une altérité. Il faudra pourtant attendre un autre moment, quelques années plus tard, pour que l’anorexie se déclenche.

15Moment qui s’annonce quand, à dix-sept ans, elle se met en ménage avec un jeune homme. Un homme qui l’écoute, contrairement à ses parents, mais « qui n’aime que manger, regarder la télé et le sexe ». Elle se met à manger et boire avec lui et grossit : « Je mangeais, parce que je ne pouvais pas supporter l’homme que j’avais près de moi. » Elle tombe enceinte et avorte. En effet, elle tente de retrouver le flux de la transmission et de s’inscrire dans son histoire à travers une grossesse. Mais pour elle, le maternel est impossible. Le flux de la filiation ne peut faire retour que dans un effacement qu’elle tente avec l’avortement.

16Quand le grand-père tant aimé, son « seul espoir », meurt, elle souffre en silence : « Parce que dans le corps vide personne n’entrerait plus jamais. » Elle prend alors la décision de maigrir et d’arrêter de boire. Parler plus tard, en analyse, de la mort du grand-père devient inversement le point de départ d’un changement qu’elle sent en elle : elle retrouve le goût des aliments et commence timidement à manger : « Comme si je recommençais ma vie depuis le début », dit-elle. Nous voyons comment la résurgence de ce qui est effacé et qui peut être mis en mots dans son analyse, commence à forger pour elle une continuité entre générations.

  • 2 J. Lacan, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 2004 ( (...)

17Elle fait un voyage en Allemagne – pays idéalisé de sa nourrice – l’été de ses 20 ans dont elle se souvient : « Je me suis sentie comme chez moi. Je ne mangeais pas, je ne dormais pas, pour avoir le temps de tout voir. J’étais libre. Tu as trouvé ton paradis, pourquoi manger ? La nourriture spirituelle me suffisait. Elle me remplit tant. » Pulsion scopique et pulsion orale sont ici dans un lien étroit. Dans Le Séminaire, Livre X, L’angoisse2, Lacan évoque l’aura d’angoisse qui entoure le rapport oral à la mère. On comprend que la solution à cette angoisse trouvée par Ève soit dans ce signifiant qu’elle nomme « nourriture spirituelle ». Sans doute, là, dans l’amour du savoir, se trouve sa jouissance d’anorexique.

18L’angoissante jouissance orale devient jouissance intellectuelle et éclaire étrangement la remarque de Lacan dans Les non-dupes errent quand il dit que l’anorexique est « tellement préoccupée de savoir si elle mange, que pour décourager ce savoir […] elle se serait laissée crever de faim » et avance l’idée que ce n’est pas le désir qui préside au savoir mais l’horreur. Freud, avant Lacan, mettait déjà la pulsion de savoir du côté de la jouissance et non du désir. Enracinée dans la pulsion sexuelle, cette pulsion de savoir est l’indice de la question de sa place dans le désir de l’Autre. La question est plutôt de comprendre de quelle façon chez Ève la libido infiltre le savoir, plutôt que d’aboutir à la sexualité ? Je pense que la pulsion orale entre en jeu de façon tout aussi importante que la pulsion scopique dans le rapport du sujet au savoir et que ce fantasme fondamental de fellation que Freud réussit à reconstruire concernant Léonard de Vinci, montre bien ce qu’il s’agit d’accepter quant à l’incorporation du phallus de l’Autre lorsqu’il s’agit d’apprentissage.

Le comptage sans fin

19C’est au retour de ce voyage et suite à une phrase qui lui est venue « comme un orage » dans la tête, qu’elle cesse de manger : « Tu n’as plus besoin de manger. Là-bas j’avais tout. » Cette faim elle va se l’imposer systématiquement. Et chaque kilo perdu est à la fois une jouissance et une souffrance : « Ça provoque en moi de la jouissance et de l’effroi. On a peur et en même temps il y a du plaisir pour quelque chose qui nuit directement. »

20Il s’agit pour Ève de manger le moins possible. Elle décrit effectivement une peur bleue d’une boulimie imaginaire, mais y répond par le « rien ». Ce qui concerne le « rien » est très malin, car il mime le trou qu’est l’objet a, il feint de lui ressembler. Il s’agit, sur la balance des calories ou du corps, d’une pseudo-succession de chiffres dont chacun est un signal impératif pour atteindre le suivant. Il vaut mieux toujours moins, indéfiniment, qu’imaginer une limite stable. Car la crainte, c’est de ne pas pouvoir s’arrêter de manger. Or ces chiffres ont pour effet de détruire l’inscription subjective que pourraient produire quelques signifiants. La subjectivité est comme supprimée.

21Et Ève ne cesse d’être prise dans le contrôle absolu de son corps à travers ce comptage. Tout est compté, les calories, les kilos, les excrétions, le travail, les heures passées à s’épuiser physiquement, le sport, tout peut être prévu, tout peut être calculé. Elle dit : « Je veux tout contrôler, sinon je m’effondre. Mon corps, je veux qu’il soit comme moi je le veux, comme moi je le définis (en grec ορίζω signifie en même temps définir et contrôler). Qu’il fonctionne avec mes propres algorithmes. »

  • 3 J. Lacan, Le Séminaire, Livre XIX, … Ou pire, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 2011 (...)

22Remarquons au passage que l’on peut lire dans le séminaire … Ou pire3 de Lacan (1971-1972) qu’il y a quelque chose de la féminité dans ce calcul des nombres réels. Ève maigrissait vite et dit : « Dans les premiers temps après la séparation je prenais beaucoup de plaisir quand la féminité disparaissait… Ce qui excède c’est le féminin. »

23Comment extraire Ève, trop amoureuse de son comptage métrique, du linéaire que l’anorexie produit instant après instant ? J’essayais de trouver, dans la mémoire que nous tissions au sein du lien transférentiel, les occasions de lui montrer comment ce qu’elle avait dit parfois prenait quelque sens nouveau et qu’un bouclage pouvait être tenté en tricotant une nouvelle scène de la transmission afin qu’elle puisse se réinscrire dans son histoire.

L’Un-heim-lich du corps, le miroir et le déni de la décomplétude du discours

24« Quand je mange, je m’efforce de ne rien laisser à l’intérieur de moi », dit-elle. « Le rien est noir, schwarz et surtout unerkannt, unheimlich. » C’est quand elle a lâché ce mot qu’elle dit à la séance suivante être « mieux, plus heureuse ». Et elle enchaîne : « Unheimlich » contient « Heim » foyer. « Je ne peux pas trouver un endroit même à l’intérieur de moi pour me lover. Mon corps est étranger. Tout cet Unheimlich avec le corps, l’autre inquiétant que je sentais toujours dans mon corps. Maintenant, je vois que rien n’est en place. Moi je n’y suis pas, c’est moi qui suis absente de cet Unheimlich. »

25Mais même très maigre, Ève se trouve toujours trop grosse dans le miroir. Le miroir lui reflète un trop, un excédent et toute apparition de la chair la plonge dans la plus grande angoisse. Pourquoi ne se voit-elle pas maigre ? Pourquoi le dire des autres sur sa maigreur est-il sans effet ?

26Ève semble dénoncer par le rien dont elle prétend se nourrir ce qui fait défaut dans la structure du discours qui la concerne et elle en fait la démonstration par son corps. En effet, le défaut de décomplétude du discours où elle cherchait l’assise de son identité, elle l’y quête en vain et tente de le susciter dans le champ des différentes pulsions, comme la pulsion scopique, qui se trouvent désintriquées de leurs rapports à la parole.

27Il semblerait que chez l’anorexique, dans la pulsion orale, l’objet est réduit au rien. Dans la pulsion d’invocation, l’appel à l’Autre est réduit à l’avidité de la lettre. Dans la pulsion anale, les échanges sont rapportés aux chiffres, au chiffrage du poids, des pertes, des trop. Dans la pulsion scopique, Ève accroche le regard. Elle offre son corps (ou mieux une part du corps qui est censée supporter des traits de féminité) au regard de l’autre pour lui faire constater un excès (« Ce qui excède c’est le féminin… »), là où celui-ci est sensible à ce qui manque au corps pour assurer la dimension charnelle de la sexualité. C’est donc qu’elle rencontre un regard qui se veut attentif à elle, et le regard de l’interlocuteur que je suis devient partie intégrante de la manifestation symptomatique. Si cela est vrai, en quoi consiste cet accrochage du regard et quelles conséquences en tirer sur l’anorexie et sur la direction de la cure ?

28C’est au défaut de division du discours qui la concerne que se confronte l’anorexique et elle recherche dans le scopique la décomplétude qui lui fait défaut dans le champ de la parole et dont témoigne sa quête dans le registre de la nourriture.

29Et Ève raconte un souvenir : Encore dans la poussette, elle se retrouve enfermée dans l’ascenseur avec sa nourrice. « J’ai eu tellement peur que je ne pourrai plus jamais sortir de l’ascenseur avec elle. Nous étions empêtrées l’une dans l’autre et nous n’allions plus jamais nous désempêtrer. » Ève est confrontée à une nourrice-mère qui ne consent pas à une division vis-à-vis de sa fille et à un discours décomplété. L’image qui est corrélée à un tel discours n’est plus marquée d’un manque, elle devient « toute » imaginairement phallique. Le regard de l’autre lui renvoie donc une image de soi inversée, non structurée par la référence au symbolique, non marquée par la castration : « Chacun de ses actes était une menace terrifiante qui menait à la mort. Je ne pouvais pas imaginer son absence un jour. Elle était là, sur moi. Le vide que j’étais se remplissait par cette présence. Et brusquement elle a disparu, et c’est le vide qui est resté. Et brusquement j’ai disparu. »

30Nous découvrons pourquoi l’anorexique ne se voit pas maigre, en d’autres termes en quoi consiste l’écart que propose l’anorexique au regard de l’autre : elle introduit, par la perte de chair portant sur des parts de son corps offertes au regard de l’autre, un écart avec l’image que le discours direct de cet autre lui impose d’accepter. Ève semble ne pas avoir gardé la trace d’une rencontre avec cet autre qui a soutenu la décomplétude sexuelle, garanti sa subjectivation et lui a permis de s’inscrire dans la filiation.

Un corps sans chair fait d’âme et d’enveloppe aérienne

31Ève dit alors : « J’aime le fait que je n’ai pas de règles, de vie sexuelle, de courbes… Je veux que tout ce qui est sexuel soit complètement absent et je préfère être enfant. » Il s’agit moins d’un refus de féminité, que d’un refus du corps sexué comme tel. Ève veut être un esprit (« Maintenant, ce qui va dominer, c’est l’invisible… l’ombre »), c’est-à-dire un sujet et non un corps (« L’objectif est que la matière qui excède ne soit plus visible et que ce soit moi que l’on voit, les os »). Elle rêve d’un corps où il n’y aurait rien dedans, juste une âme et une enveloppe aérienne autour, sans formes féminines qui dépasseraient. Si quelqu’un peut nous donner l’idée de ce qu’est le malaise du corps chez l’être affligé de la parole, c’est bien l’anorexique qui pousse ce malaise, forme légère de l’angoisse, nous dit Lacan dans son séminaire X, jusqu’à la limite la plus insoutenable, l’évocation du cadavre dans son propre corps, véritable néantisation de sa chair. Tout se passe comme si l’anorexique aspirait à obtenir « un corps glorieux » en effaçant la marque des caractères sexuels secondaires, un corps qui ne serait pas affecté par le symptôme. Échapper au réel du sexe et de la mort par une tentative de subvertir la pulsion orale en accentuant paradoxalement son versant purement érotique (le manger rien).

32C’est dans ce sens qu’Ève fait un second rêve : Elle se trouve dans une école de danse. Un mur entier est couvert de réfrigérateurs remplis de légumes. « J’éprouvais une attirance sexuelle pour les légumes parce qu’ils n’avaient pas de calories, exactement ce que je voulais. » Ève ne pourra penser la sexualité que sur ce modèle idéal de la fusion mère-enfant, cependant rongé de l’inquiétude vampirique, que l’on peut appeler « cannibalisme ». L’absence de médiation phallique n’est que trop flagrante ; Ève reste captive dans un lien mère-enfant qui entrave l’opération symbolisante de la filiation.

La séparation corps/jouissance et le père réel

33Le souvenir de son enfermement dans l’ascenseur avec la nourrice complété par son rêve ne peuvent mieux annoncer la position subjective d’Ève, qui se voit dans l’obligation de toujours réitérer dans le réel la négativation de sa chair. Cette obstination de l’anorexique à négativer sa chair résulte de la séparation mal assumée entre corps et jouissance, provoquant la nécessité pour elle de séparer sans cesse le corps et la jouissance et un refus décidé de la jouissance phallique. Or cette opération de séparation, c’est le père réel en tant que mangé, incorporé, qui la réalise, ménageant par-là la place d’un sujet vacant. Il s’agit de l’incorporation de ce que Lacan nomme dans Radiophonie, « corps du symbolique ». Ce procès d’incorporation du corps du symbolique a pour résultat une néantisation symbolique de l’organisme, introduisant ainsi la structure et la séparation corps/jouissance.

  • 4 J. Lacan, Scilicet 2/3, Radiophonie, Paris, Le Seuil, 1970.
  • 5 J. Lacan, Le Séminaire, Livre XX, Encore, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 1999 (197 (...)

34Freud avait déjà décrit l’identification primaire cannibalique au père avant toute constitution de l’objet et qui dénote la naissance de la structure. Le passage de Radiophonie4 (Lacan) me semble éclairer l’articulation entre la pulsion et la question du père en nous permettant une lecture de la si énigmatique identification primaire cannibalique au père, dans laquelle Freud voyait la forme primordiale de l’amour et la naissance de la structure. De ce point d’où naît la structure, on peut dégager deux versants apparemment contradictoires : Le versant de l’incorporation du corps du symbolique et le versant de l’incarnation qui se présenterait plutôt du côté du nécessaire appareillage au corps de cette jouissance qui l’a déserté et qui ne peut se faire, comme Lacan l’affirme dans le séminaire XX5, que par l’intermédiaire du langage lui-même (Lacan, 1972-1973).

  • 6 F. Guillen, « L’anorexie mentale : symptôme ou acting out ? », Psychanalyse, n° 5, 2006, Érès, p. 5 (...)

35Cette apparente contradiction entre incorporation et incarnation se résout si on considère ces deux versants comme deux moments différents, non pas temporels mais logiques, des rapports du corps et de la jouissance. Chez le sujet anorexique, on trouverait une accentuation du versant de l’incorporation au détriment du versant de l’incarnation6 (Guillen, 2006). Je suppose que l’anorexique refuse l’incarnation – et non le corps, comme on pourrait être tenté de le dire – et que ce refus de l’incarnation serait refus de la jouissance phallique. Peut-on douter un instant que l’objectif d’Ève ne soit une volonté acharnée de négativer les chairs, accompagnée d’un refus non moins décidé de l’incarnation, soit de la jouissance phallique ?

La père-version de la nourrice-mère

36Quelques mois après avoir commencé son analyse, Ève rencontre sa nourrice. Cette rencontre au cours de laquelle des souvenirs d’une série de supplices subis – elle lui mettait par exemple du savon dans la bouche pour ne pas qu’on l’entende pleurer quand elle la battait – refont surface et la laissent dévastée.

37Il devient justifié de se demander où étaient ses parents ? En effet, Ève décrit une mère qui obéissait au « jugement suprême » de la nourrice : « Elle la dirigeait complètement », et un père « embarrassé… parce qu’il ne savait pas l’allemand et moi je parlais l’allemand ». Quant à la nourrice, elle ignorait complètement le père et, dans sa père-version, fonctionnait comme une mère « phallique », instaurant sa loi pervertie à tous. Elle se présente comme une mère qui ne se laisse pas déposséder du phallus (au sens symbolique) par le père et qui ne permet pas à l’enfant de se confronter à la castration maternelle. Une mère qui « ne se laisse ni priver, ni déposséder », dirait Lacan.

38Dans sa passion du rien, de l’absence qui gît derrière le signifiant, Ève frappe l’objet unique de sa haine et de son amour : la mère, le corps de la mère, elle-même dans un même mouvement de négativité qui la propulse vers un grand Autre infini et unifié. Elle tente de priver l’Autre de l’objet qu’elle était pour lui, de ses affiliations et nie tout assujettissement. Elle s’emploie à se ré-engendrer, se tenir responsable unique de son identité (« Depuis petite je voulais toute seule… », « Toute cette attitude d’autonomie et d’indépendance que je tenais à leur montrer (aux parents) leur faisait peur. J’avais toujours des tendances de fuite »), cherchant à être non l’objet positivé mais le sujet positivé de sa disparition objectale, inscrivant une nouvelle articulation du sujet et de la mort. Elle s’abouche en quelque sorte à l’Autre infini qui commande le sacrifice absolu et elle est entraînée dans une jouissance qui peut aller jusqu’à la mort.

39Père, mère et grand-père livrent ainsi Ève à la merci de la perversion de cette femme dont la jouissance aspirait entièrement Ève transformée en objet de jouissance. Et Ève se met à cette place d’objet destiné à faire jouir, elle avale cet Autre infini et unifié et se fait avaler et « je ne décide pas de le cracher, comme la pomme de Blanche-Neige ». Aussi, à la séance suivante, Ève prétend-elle qu’« après la dernière séance beaucoup de choses sont rentrées dans l’ordre ».

L’acting-out anorexique

40Pendant toute cette période, Ève montre sa confiance en l’analyse et sa détermination de changer quelque chose. Elle vient régulièrement et attend ses séances avec beaucoup d’impatience : « Ce que je fais ici a un sens pour moi. Ici je me retrouve », dit-elle. Elle passe par des moments d’analyse pendant lesquels elle interroge le ressort de sa position décidée de jouissance, succédant à des moments de véritables acting-out concentrés sur la monstration de ses « efforts » alimentaires. Mais après la fameuse rencontre avec sa nourrice, elle s’étonne de ressentir une « étrange tristesse, je ne trouve d’intérêt pour rien » et l’anorexie revient de plus belle, poinçonnant une longue période où elle reste dans l’acting-out. Malgré tous mes efforts pour la ramener avec une infinie patience à son travail d’associations libres, j’assistai, impuissante, à ce retour massif de l’angoisse dans son corps consécutive au sentiment d’en perdre la maîtrise et de devenir le lieu d’un envahissement ravageant qui la pousse au passage à l’acte. Elle parvint presque à me faire céder sur mon désir d’analyste tant elle amenait ses impulsions suicidaires au-devant de la scène, car je continuais bien sûr à être très inquiète pour elle.

  • 7 J. Lacan, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 2004 ( (...)

41C’est ce qui me conduit à l’idée que la conduite anorexique ne relève pas du symptôme mais de l’acting-out. Contrairement au symptôme, jouissance chiffrée qui se suffit à elle-même, l’acting-out est une monstration, un appel à l’Autre pour l’interpréter7 (Lacan, 1963) et signe un échec de la symbolisation et une volonté insue du sujet d’imposer la dimension de l’objet inavalable par le signifiant. « L’acting-out », nous dit Lacan, c’est l’objet a qui saute sur la scène pour dire ce qu’il a à dire, et y mettre la pagaille, et l’anorexique sait si bien mettre sa famille sens dessus dessous et rendre le travail de l’analyste – qui a du mal à faire entrer ces jeunes filles dans le discours analytique – difficile. À travers l’acting-out, Ève ramène massivement sur la scène analytique sa difficulté à se situer en tant que sujet dans la chaîne filiale.

Quelques réflexions en guise de conclusion

42Il y a sans doute différents modes d’écoute de l’anorexie. D’un côté, on peut l’envisager comme trouble de la conduite et, à partir de là, on peut chercher à éradiquer ce trouble en suivant des techniques de rééducation, des programmes de réadaptation ou de contention. De l’autre, on peut l’envisager comme une réponse du sujet. Essayer de saisir ce qui rend cette réponse si fréquente aujourd’hui, équivaudrait peut-être à toucher à ce qui va mal du côté de la filiation.

43Pour se construire le sujet doit prendre place dans le groupe familial, aux côtés de son père et de sa mère, mais aussi dans le groupe social. Il se construit au croisement de plusieurs liens qu’il met régulièrement au travail au cours de son histoire. Notamment, le passage à l’adolescence est un moment crucial, car c’est un moment de rencontre avec une jouissance hors sens, innommable. Cette rencontre pousse l’adolescent à trouver d’urgence une solution pour nouer le vivant et le lien social, et ainsi s’assurer comme sujet d’une place. Et comme l’adolescence est justement une construction sociale d’une certaine époque, celle d’un discours qui n’institue plus le Père comme garant ultime de l’Autre, le passage adolescent devient encore plus difficile. Comme le disait un adolescent : « À quoi sert d’interdire, puisqu’on peut quant même ? »

44En effet, de nos jours, nous le savons, nous n’avons plus de Père comme principe universel, un Nom-du-Père pour tous, institué par un discours. Ce serait plutôt la pluralisation en Noms-du-Père, au pluriel. Cela laisse bien sûr à chacun la charge de trouver sa propre solution. Ce qui n’est pas forcément à regretter.

45On aurait d’une part, le cas que la mère fait de la parole du père (Nom-du-Père reconnu par la mère) et, d’autre part, la nécessité d’une rencontre d’un Père réel (le père de la horde primitive qui, en fait, n’existe pas, c’est un lieu de discours), un père qui témoigne de son rapport à la castration, façon de nommer comment il fait de sa femme la cause de son désir. C’est la « père-version », incarnation de la Loi dans le désir. C’est la trace de la rencontre avec un autre en chair et en os, trace de celui qui a soutenu la décomplétude sexuelle de l’Autre.

46Il me semble qu’Ève nous montre que la clinique de l’anorexie n’est pas sans répondre à ce mouvement de la culture qui tend à mettre de côté ou même à exclure la référence à l’instance paternelle, c’est-à-dire à cette instance phallique qui tout en posant la limite à la jouissance en autorise son franchissement pour accéder à la jouissance sexuelle. En effet, à cette simple interrogation : « Qu’est-ce que je veux ? » et, à cette absence de réponse de l’Autre, Ève ne peut répondre que par la passion de ce rien, du fait du manque d’une référence tierce, celle du phallus, qui limite le champ des représentations. La subjectivité ne s’articulerait plus, ici, à une référence symbolique dans le réel. Le registre exclusivement oral de cette clinique nous indique que celle à qui la demande est adressée est la mère – l’Autre maternel, dans une relation fondamentalement duelle, sans tiers, sans rien devoir à ce que Lacan nomme le phallus et que Freud nomme la libido.

47Dans un ordre qui ne serait plus régi par cette instance phallique, par cette limite qui ordonne le sujet au monde et au langage dans la signifiance sexuelle, ce n’est plus le signifiant qui oriente vers la jouissance, c’est l’objet. C’est-à-dire que face au rien de la structure que nous évoquions précédemment, ce n’est plus la jouissance sexuelle qui sera recherchée mais la jouissance de l’objet : jouissance du rien ou jouissance du comblement de ce rien mais jouissance sans limite.

48L’anorexie de la jeune fille témoigne classiquement de cette difficulté à l’adolescence à lier les transformations corporelles et la sexualité. L’instance phallique en permet la représentation. Que l’instance phallique fasse défaut et une femme ne pourra plus se soutenir d’une image phallicisée : le corps se réduit ainsi à sa réalité.

49Ève nous conduit à l’hypothèse qu’il serait possible que certaines jeunes filles soient tentées de fonder leur propre féminité sans passer par le père. Ne peut-il y avoir cette tentative de mettre en place un dispositif qui leur permette d’organiser une transmission de la féminité qui serait, cette fois, garantie par la mère, puisqu’elle ne peut l’être par le père ? L’oralité peut permettre la mise en place de ce dispositif avec la toute-puissance maternelle et un objet spécifiquement féminin : le rien, sous la forme du trait oral de la minceur, qui permettrait ainsi d’établir une castration propre aux femmes. L’anorexique met en jeu ce rien, mais en en faisant un objet réel.

50À la toute-puissance maternelle, la fille répond par le sacrifice avec une restitution toujours possible comme équivalent du sacrifice. C’est une relation entre la mère et la fille, c’est-à-dire fondamentalement duelle, sans tiers. La parole de la mère se soutient bien d’un objet perdu, qui implique qu’il y a quelque chose à céder à l’Autre, mais la différence c’est que cet objet pourra toujours être retrouvé. C’est le Nom-du-Père qui fait que l’objet est perdu définitivement et sexualisé. Or, dans ce dispositif de l’anorexique, l’altérité, c’est-à-dire un lieu organisé par un objet définitivement perdu, est refusée pour une altérité maternelle où l’objet est perdu mais pourra être retrouvé. Avec ce système de calculs et de comptes, le sujet anorexique aurait la particularité de contrôler la donation phallique maternelle. Il n’y a plus d’énigme dans l’Autre, le père est de plus en plus certain et c’est elle qui contrôle la donation maternelle.

51Je terminerai sur l’interrogation suivante : comment amener ce sujet à la parole quand il se tient avec une telle passion sur l’horreur de savoir, à l’origine, me semble-t-il, de la difficulté toute particulière que l’analyste rencontre dans l’activation chez ces patientes du sujet-supposé-savoir ? Et quand ce qui est en jeu et qui embarrasse l’analyste est cette énorme énergie employée par le sujet anorexique de destituer le phallus ?

52En effet, nous butons sur la difficulté de manier l’acting-out anorexique. L’analyste dans son intervention, doit plus relever l’acte de parole de l’anorexique que jouer de l’interprétation qui risque d’être niée.

53Le travail avec le sujet anorexique consisterait donc à permettre la décomplétude du discours qui la concerne, le discours familial, le discours maternel souvent, pour réintroduire un rapport à sa propre image marquée d’un manque et lui offrir les conditions de sa propre énonciation, les conditions de la constitution de son propre symptôme, qui ne sont que les ébauches des questions de sa féminité. Ce qu’Ève semble m’annoncer un jour avec un large sourire : « Je sens que je reprends ma vie depuis le début et j’aime ça ! »

54Ce travail ne peut se faire qu’au prix d’un temps préalable de mise à l’épreuve de la fiabilité symbolique de l’interlocuteur, de mise en place du transfert, difficile car il implique déjà en lui-même de décompléter le savoir de la mère. Il s’agirait de réintroduire le tiers. C’est-à-dire qu’il ne s’agisse plus d’une succession temporelle d’un rien et d’un tout ou plein ou vide, mais introduire une synchronie : l’un et l’autre.

Notes

1 Selon J. Lacan il y a trois niveaux de manque : La frustration dont l’agent est la mère symbolique, est le manque imaginaire d’un objet réel. La castration dont l’agent est le père réel, est le manque symbolique d’un objet imaginaire. La privation dont l’agent est le père imaginaire, est le manque réel d’un objet symbolique.

2 J. Lacan, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 2004 (1962-1963).

3 J. Lacan, Le Séminaire, Livre XIX, … Ou pire, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 2011 (1971-1972).

4 J. Lacan, Scilicet 2/3, Radiophonie, Paris, Le Seuil, 1970.

5 J. Lacan, Le Séminaire, Livre XX, Encore, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 1999 (1972-1973).

6 F. Guillen, « L’anorexie mentale : symptôme ou acting out ? », Psychanalyse, n° 5, 2006, Érès, p. 59-69.

7 J. Lacan, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Le Seuil, 2004 (1962-1963).

Auteur

Canellopoulos Lissy, Psychanalyste, professeure université nationale et kapodistrienne d’Athènes, Grèce

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search