Version classiqueVersion mobile

Nouvelles figures de la filiation

 | 
Claudine Veuillet-Combier
, 
Emmanuel Gratton

Deuxième partie. Filiation et affiliation

Photolangage, parentalité adoptive et imaginaire du lien

Claudine Veuillet-Combier

Texte intégral

Introduction

1Notre société actuelle, marquée par l’explosion des avancées technologiques, ouvre un champ infini de « possibles mises en lien ». L’avènement d’internet, le développement des réseaux sociaux, Facebook, Twitter, la généralisation des téléphones portables, iPhones, tablettes, etc., autrement dit, « le tout numérique » accélère et facilite la communication, multiplie les offres d’échanges, encourage les liens. Mais dans le même temps, paradoxalement, le champ social est aussi marqué par l’expansion de l’individualisme, le rejet de l’autre et de sa différence, le repli sur soi, le sentiment grandissant de solitude, la multiplication des situations d’exclusion, en un mot, l’augmentation d’une souffrance psychosociale logée au cœur du lien.

2Ce constat nous pousse donc à envisager l’évolution de la clinique des liens dans ses formes contemporaines. Comment aujourd’hui le « vivre ensemble » s’organise-t-il ? Et qu’en est-il du lien social, mais aussi familial et parental ? Qu’en est-il de ces liens qui organisent la société et soutiennent notre identité ? Comment nous unissons-nous aux autres ? Comment formons-nous couple, groupe et famille ?

3Comme l’a montré le débat autour du mariage pour tous et à sa suite la polémique concernant la gestation pour autrui, notre société aborde de façon passionnelle ces questions. L’avancée contemporaine donne à la famille de multiples visages et remet en cause le regard que l’on porte sur la parentalité. L’enjeu est politico-social, économique, idéologique, éthique mais il est aussi psychologique, et engage le partage d’un imaginaire, de fantasmes qui imprègnent les liens que nous tissons les uns avec les autres.

La famille comme groupement : des liens intrapsychiques aux liens intersubjectifs

  • 1 R. Kaës, Le groupe et le sujet du groupe, Paris, Dunod, 1993.
  • 2 Ibid., p. 286.

4Ces liens qui nous rassemblent et nous attachent, fondent notre sentiment d’appartenance et soutiennent notre identité. Ils sont soit horizontaux, de l’ordre de l’affiliation, soit verticaux, de l’ordre de la filiation et nous convoquent en tant que sujet de l’inconscient mais aussi, en tant que « sujet du groupe » pour reprendre la formule de René Kaës1. Ce dernier développe une perspective qui nous ouvre aux enjeux de l’intersubjectivité articulés à ceux de l’intrapsychique, en soulignant que nous sommes assujettis à un ensemble dont l’appartenance nous impose un certain travail psychique. Il indique que « d’une certaine manière, nous n’avons pas entièrement le choix de ne pas être mis-ensemble dans le groupement, pas plus que nous n’avons le choix d’avoir ou non un corps : c’est ainsi que nous venons au monde, par le corps et par le groupe2 ». Autrement dit, c’est une situation qui suppose de considérer que la psyché se construit dans les contraintes de l’appartenance groupale.

5Effectivement, si la psychanalyse avec Freud, a attiré l’attention sur les liens intrapsychiques, et centré finalement l’attention sur la groupalité interne, les travaux post-freudiens avec les dernières avancées contemporaines, ont mis en avant l’importance des liens intersubjectifs, autrement dit, l’importance du groupe externe. Celui-ci assigne d’ailleurs au sujet une place et ceci avant même sa naissance. René Kaës, a souligné à ce propos, que le groupe précède le sujet et se présente comme un lieu de formation de l’inconscient. Ce groupe il est social, bien sûr, mais il est aussi familial.

6Précisons, que le groupe famille est une entité sociologique, économique, juridique, qui rassemble des individus entretenant des liens de parenté, mais au-delà, il présente aussi une réalité psychique familiale spécifiquement partagée entre ses membres. La famille est effectivement une forme de groupement particulier au sein de laquelle s’enracine le sujet. Elle s’offre comme matrice première, comme berceau originaire de liens et en reconnaissant le sujet membre de son groupe, elle lui assure une assise narcissique qui soutient son affirmation identitaire et nourrit son sentiment d’appartenance. Mais, celui-ci peut parfois être remis en cause, notamment dans les situations où la parentalité est empêchée.

7Effectivement, les couples confrontés à la stérilité ou à l’hypofertilité, en difficulté pour devenir parents, témoignent bien souvent, d’une fragilisation de leur sentiment d’appartenance familiale, voir sociale. Ils ont l’impression d’être, différents, autrement dit « à part », marginaux. L’impossible enfant les confronte à un éprouvé de rupture, celui-ci est alimenté par le risque de désaffiliation. Sans enfants, ils ne sont pas à même de jouer leur rôle de maillon dans la chaîne des générations. Ils ne peuvent pas assurer la perpétuité de la lignée, tel que le voudrait le contrat narcissique qui les unit à elle.

8Sigmund Freud indique que la rencontre amoureuse de deux sujets participe d’une double quête : l’individu animé par la pulsion sexuelle cherche, dit-il, dans l’accouplement la satisfaction de son désir, de son « instinct sensuel », mais poursuit aussi une autre fin, d’ordre biologique, visant à la conservation de l’espèce, en œuvrant pour la reproduction du même. Il souligne que :

  • 3 S. Freud, « Pour introduire le narcissisme », La vie sexuelle, Paris, PUF, 2005 (1914).

« L’individu, effectivement mène une double existence : en tant qu’il est à lui-même sa propre fin, et en tant que maillon d’une chaîne à laquelle il est assujetti contre sa volonté ou du moins, sans l’intervention de celle-ci. Lui-même tient sa sexualité pour une de ses fins, tandis qu’une autre perspective nous montre qu’il est simple appendice de son plasma germinatif, à la disposition duquel il met ses forces, en échange d’une prime de plaisir : qu’il est le porteur mortel d’une substance peut-être immortelle, comme l’aîné d’une famille ne détient que temporairement un majorat qui lui survivra3. »

  • 4 A. Ruffiot, « Le couple et l’amour : De l’originaire au groupal », in A. Eiguer (dir.), La thérapie (...)
  • 5 M. Bydlowsky, La dette de vie, Itinéraire psychanalytique de la maternité, Paris, PUF, 1997.

9André Ruffiot, pionnier de la thérapie familiale psychanalytique, signale d’ailleurs à ce propos que « Les fleurs de l’amour naissent sur le roc biologique de l’espèce à perpétuer4 ». À ce titre la quête amoureuse est donc quête inconsciente groupale. Elle vise à assurer la survivance du groupe auquel le sujet appartient. Il revient au sujet de transmettre à son tour la vie qui lui a été transmise. Il lui revient de prolonger sa lignée, de participer à la perduration de l’espèce humaine, tout en se prolongeant, en partie, lui-même. Autrement dit, la fonction parentale engage donc la question groupale, en croisant les enjeux de filiation et d’affiliation. Effectivement, en étant reconnu membre du groupe social, le sujet a des bénéfices narcissiques et en retour doit se mettre au service de l’ensemble. En procréant, il permet à la vie qui le traverse de continuer son chemin, de circuler d’une génération à une autre, il peut alors régler ce que Monique Bydlowsky appelle « la dette de vie5 ».

10Ainsi, force est d’observer que les couples qui restent en dette, confrontés à l’impossible enfant, se trouvent face à un impératif de transmission qu’ils ne peuvent pas satisfaire. Ils se tournent alors bien souvent vers l’assistance médicale à la procréation, ou encore vers l’adoption, pour trouver une solution face à l’impasse généalogique. Mais, il importe alors de souligner que le devenir parent dans le cadre de l’adoption introduit une situation de rupture avec le modèle traditionnel d’accès à la parentalité qui s’appuie sur les liens de sang.

11À ce titre l’adoption interroge le lien de filiation dans son fondement, qu’est-ce qui nous fait parent ? Est-ce d’avoir conçu l’enfant ? Est-ce d’être désigné comme tel par le livret de famille ? Est-ce de partager le quotidien de l’enfant ? Qui peut légitimement se revendiquer parent d’un enfant ? Suffit-il d’être juridiquement désigné parent d’un enfant pour s’éprouver parent de cet enfant ? Le désir d’enfant suffit-il à fabriquer un parent ? Peut-on s’envisager plusieurs à être parents pour un même enfant ?

La parentalité à l’épreuve de l’adoption

12Notre société jusqu’alors a tendance à penser que la question de la parentalité se traite en terme d’exclusivité du lien. D’ailleurs l’adoption en fait la preuve, puisque lorsqu’elle est plénière, elle gomme artificiellement le lien d’origine, pour produire un nouvel acte de naissance indiquant l’enfant né de ses parents adoptifs. Cet effacement de la préhistoire de l’enfant témoigne de tout l’embarras juridique face à une situation qui multiplie les réseaux de parentalité, mais ne résout pas la question sur le plan psychique. Dans le cadre de l’adoption, l’organisation des liens familiaux s’affranchit de la contrainte biologique puisqu’il devient possible d’être parent, sans avoir conçu son enfant. Autrement dit, l’union sexuelle au sein du couple n’est plus condition du devenir parent. On peut en quelque sorte « devenir parent hors sexe », ce qui favorise inconsciemment un fantasme d’auto-engendrement, la différence sexuelle n’étant plus nécessaire. Les couples adoptants le disent souvent, homme ou femme, avec l’adoption on est sur un pied d’égalité.

  • 6 R. Kaës, « Filiation et affiliation », Gruppo, n° 1, 1985, p. 23-46.

13Toute la difficulté est effectivement de se penser parent en ayant été absent lors de la scène originaire, lors de la grossesse et de l’accouchement, comme lors des premiers moments de vie de l’enfant. Au-delà, il s’agit donc, de pouvoir se représenter que, si on ne s’y trouvait pas, d’autres s’y trouvaient. Effectivement, face au double réseau de références parentales qu’ouvre l’adoption, avec les parents de l’origine et les parents adoptifs, il s’agira de renoncer au clivage, entre vrais et faux parents, pour penser une parentalité à plusieurs. Celle-ci doit pouvoir permettre d’envisager que les uns ont précédé les autres, et que les autres succèdent aux uns, selon un principe construisant l’histoire de l’enfant dans une continuité. L’adoption, à ce titre, engage une rupture avec une certaine tradition du « faire famille », et conduit à se penser parent différemment. C’est dire que, si pour tout sujet, devenir parent suppose un travail psychique, devenir parent adoptif, engage un travail psychique pour une part plus complexe et plus intense, car il s’agit de se confronter au paradoxe « d’un enfant à venir déjà là », pour reprendre la formule de René Kaës6.

  • 7 F.-R. Ouellette, « Les usages contemporains de l’adoption », in A. Fine (dir.), Adoption, Ethnologi (...)
  • 8 C. Veuillet-Combier, « La démarche conjugale d’adoption : le mythe de l’enfant sauveur-sauvé », Dia (...)
  • 9 C. Veuillet-Combier, « L’enfant du mythe », Perspectives psychiatriques, vol. 44, n° 2, 2005, p. 13 (...)

14L’adoption organise en quelque sorte une filiation fictive, propose de dire Françoise Ouellette7, socio-anthropologue de la famille. Ceci, car elle met en scène un simulacre de la filiation naturelle dont elle engage les mêmes effets sur le plan légal. Je propose, à cet égard, de retenir l’idée que cette disjonction entre lien biologique et lien institué va alors favoriser particulièrement l’investissement imaginaire du lien de filiation adoptive. Dans mes travaux précédents, j’ai pu souligner comment cela participait à la construction de ce que j’ai appelé « le mythe de l’enfant sauveur-sauvé8 », en convoquant et conjuguant le roman familial narcissique de chacun des conjoints. La filiation adoptive introduit effectivement un double champ de références parentales qui encourage le clivage entre « bons » et « mauvais » parents et laisse les adoptants aux prises avec cette illusion qu’ils se situeraient du côté de l’idéal a contrario des parents de naissance défaillants. L’enfant est alors attendu selon un scénario fantasmatique où « les adoptants s’imaginent en position de « sauveurs », parents munis des qualités les « meilleures ». S’ils se reconnaissent ainsi sous les traits de « bons parents », à l’inverse, les parents abandonnants, ceux de l’origine, sont facilement disqualifiés, désignés comme de « mauvais parents ». Les circonstances atténuantes qui leur sont parfois accordées dans un premier temps, disparaissent vite, sous la pression inconsciente du désir de réparation narcissique. Le double réseau de références parentales que l’adoption introduit paraît alors se mettre au service du roman familial narcissique de chacun des membres du couple, réactualisé et conjugué9 ».

15La construction du mythe s’appuie sur l’idée que l’adoption permet, à la fois, de donner des parents à un enfant et un enfant à des parents, dans un projet qui participe du désir de la transmission et de la lutte contre la finitude, dans le cadre d’un « sauvetage » réciproque. L’impossible enfant confronte à l’incomplétude, et la filiation adoptive permet de renouer avec le fantasme de l’immortalité, avec un enfant rêvé au service de l’héritage, avec les attendus narcissiques qui l’accompagnent. De manière générale, les résultats de mes travaux de recherche pointent que le devenir parent dans le cadre de l’adoption engage des enjeux intrapsychiques et intersubjectifs spécifiques, liés à l’expérience de rupture avec la filiation biologique. La filiation adoptive vient effectivement mettre à l’épreuve le maillage générationnel et questionner l’articulation entre conjugalité et parentalité, en mobilisant un réaménagement des positions psychiques individuelles et communes, de façon beaucoup plus complexe que dans le cadre d’un accès traditionnel à la parentalité. Ce constat souligne que la situation d’adoption génère, de façon intense et spécifique, une mise en crise du processus de parentalité dont il importe de pourvoir observer l’évolution et le traitement individuel et conjugal. Aussi, j’ai souhaité approfondir ces résultats, en développant un projet de recherche portant sur les représentations des couples qui se dirigent vers l’adoption et ceci en étudiant leurs témoignages en amont, c’est-à-dire avant la démarche d’agrément. Il s’agissait de recueillir une clinique prenant en considération une autre temporalité de la demande.

Groupe et Photolangage : un dispositif clinique de recherche

16Afin d’étayer mon propos, je vais maintenant présenter des éléments issus de ce travail clinique de recherche réalisé auprès d’une quarantaine de postulants à l’adoption, donc dès l’origine de leur demande, avant même les entretiens obligatoires d’agrément pour l’adoption. Le projet était d’explorer les représentations des candidats à l’adoption pour mieux comprendre les motivations de leur démarche, comme les enjeux intrapsychiques et intersubjectifs convoqués. Ce travail a été réalisé en partenariat avec un service adoption. Les séances de recherche rassemblaient un professionnel du service adoption, une stagiaire psychologue et le psychologue chercheur, au sein d’un petit groupe comptant au maximum quatre couples postulants. Lors de la réunion d’information obligatoire dispensée par le service adoption aux demandeurs avant les entretiens préalables à l’agrément, il était proposé à ceux qui le souhaitaient de participer au travail de recherche. Une rencontre en petits groupes était mise en place pour les candidats à l’adoption motivés par cette expérience, avec la garantie éthique que les éléments recueillis ne seraient pas transmis aux professionnels qui traiteraient par la suite leur demande d’agrément. L’originalité du travail de recherche portait sur deux points. Premièrement, cela concernait des couples qui amorçaient leur démarche d’adoption et deuxièmement, il s’agissait de les rencontrer en situation groupale, en ayant recours à une médiation projective : le Photolangage.

17Précisons que le Photolangage est une méthode visant à favoriser la communication. Elle a été inventée par des psychopédagogues lyonnais en 1965. Elle s’appuie sur l’utilisation de photos comme support facilitant l’échange verbal et a conduit progressivement à la construction de dossiers thématiques contenant des photographies en noir et blanc, et plus récemment en couleur (ex : Corps et communication, Des choix personnels aux choix professionnels, Santé et prévention, Adolescence, amour et sexualité, etc.). La méthode Photolangage n’est pas un test projectif. Il est important d’indiquer que ces photos ne sont pas choisies, sur des critères liés au contenu manifeste et au contenu latent, ni parce qu’elles répondent à l’attente de réponses standardisées visant à situer le sujet en référence à une population type. Elles sont rassemblées selon une logique qui n’est cependant pas pour autant celle de l’aléatoire. Les fondateurs de la méthode, Claire Belisle et Alain Baptiste expliquent que :

  • 10 A. Baptiste, C. Belisle, « Photolangage : une méthode de travail en groupe », in A. Baptiste et C. (...)

« Les photographies proposées ont été sélectionnées après expérimentation pour leur capacité à faire penser, à susciter des prises de conscience… Si Photolangage n’est pas un test de projection, il est néanmoins vrai que le travail Photolangage peut donner lieu à des conduites dites “projectives”. En voulant parler de leurs photographies, les participants parlent d’eux-mêmes et pas seulement de photographie10. »

18La méthode assure donc la liberté de dire et de témoigner des effets de la rencontre avec « l’objet photo ». Chacun peut s’exprimer de façon originale et singulière, sur une photographie dont la lecture et l’écho sont nécessairement subjectifs, aucune réponse spécifique n’est attendue. Les objectifs de la méthode Photolangage visent essentiellement à favoriser l’échange et la capacité d’écoute, à soutenir l’expression d’une parole au sein d’un groupe, à encourager le repérage du positionnement personnel et l’affirmation de son opinion, comme à identifier et relativiser ses représentations en les confrontant avec d’autres. De ce fait, c’est un outil qui est donc devenu progressivement, de plus en plus précieux, de plus en plus utilisé et ceci, dans des contextes variés. Effectivement, il est, désormais, autant présent dans le champ de la clinique des groupes avec une visée thérapeutique, que dans le cadre de la formation avec des objectifs pédagogiques. Mais il peut aussi être utilisé, comme nous l’avons fait, comme outil méthodologique dans le cadre de la recherche clinique. Son usage est donc multiple et, quels que soient ses champs d’application, la spécificité de la méthode Photolangage est liée à la mise en œuvre de son dispositif groupal rythmé par différents temps.

19Le premier temps conduit l’animateur de la séance à poser une question et à engager les membres du groupe, pour y répondre, à choisir une photo parmi celles disposées préalablement sur une table. Les participants sont incités à regarder toutes les photographies proposées avant d’effectuer leur choix et circulent donc autour de la table, avec la consigne de rester pour le moment silencieux, de ne pas toucher aux images, et de faire pour commencer un choix mental, interne, de la photo élue. C’est dans un deuxième temps, lorsque le choix de tous est fait, que chacun va se saisir de la photo qu’il a sélectionnée pour, dans un troisième temps la présenter au groupe, chacun étant à cette occasion assis dans un cercle de chaises. Le temps de la séance est bien sûr limité et c’est à l’animateur de veiller à ce que chacun puisse tenir une parole et présenter sa photo et les motivations de son choix. L’échange groupal s’organise alors dans un mouvement qui mobilise autant l’imaginaire individuel qu’intersubjectif. Dans un quatrième temps, le groupe échange sur le vécu de la séance.

20Du point de vue de la recherche, on peut souligner que la méthode Photolangage offre un certain confort et ceci pour plusieurs raisons. Elle permet le respect des défenses des sujets conduits à s’exprimer et les protège éthiquement de toute curiosité intempestive, ceci car chacun est totalement libre de sa parole. On choisit le moment de dire et ce que l’on dit, l’implication personnelle peut donc être mesurée et, en quelque sorte, on peut se mettre plus ou moins « à découvert » via la photo. Pour autant, le choix de la photo est déjà en lui-même « parlant » et à ce titre soutenant pour l’expression du sujet. La méthode fournit avec les photographies un support facilitateur de discours car l’image, grâce à son pouvoir évocateur, mobilise les associations en encourageant l’activité de penser et la production de parole. Les photos proposent un étayage au discours et installent rapidement un contexte de mise en confiance dans un cadre bienveillant où il est assez aisé de recueillir le témoignage des sujets. La méthode très cadrée est, de ce fait, contenante et permet de développer un espace de rencontre sécurisant où chacun s’investit à la mesure de son choix. Au vu de tous ces avantages, pour notre recherche, nous avons donc choisi de recourir au Photolangage pour explorer les représentations attachées au « faire famille » dans le cadre de l’adoption et observer comment elles sont mises au travail, comment elles mobilisent les croisements identificatoires et contre-identificatoires, convoquant un imaginaire intime et partagé et donc alimentent un travail de liaison, aussi bien intrapsychique qu’intersubjectif. N’ayant pas à notre disposition de matériel thématique spécifique sur la famille, nous avons pour ce faire utilisé un jeu de photographies en noir et blanc, mixant divers dossiers existants. Voici dans le contexte de cette étude sur la démarche conjugale pour l’adoption, la présentation de la clinique d’une séance recherche, mettant particulièrement en avant les enjeux de la dynamique groupale, comme les représentations liées au devenir parent dans le cadre de l’adoption.

Clinique d’une séance

21Lors de la séance recherche que je vais vous présenter ci-après, neuf personnes (dont trois couples postulants, une stagiaire psychologue, une assistante sociale et moi-même) sont donc rassemblées, assises en cercle, pour répondre à la question suivante : « L’adoption, qu’est-ce que cela évoque pour vous ? Dites-le, avec une photo. » Un jeu d’une cinquantaine de photographies est disposé plus loin sur une table et chacun va se déplacer pour les observer et en choisir une mentalement et silencieusement. Lorsque le choix de tous est fait, chacun prend sa photo et tour à tour, la présente au groupe, de façon spontanée. La photographie, devient alors objet de partage et de parole, car l’ensemble du groupe est aussi invité à commenter, réagir, prendre parole sur l’image présentée par l’autre.

22Ce qui apparaît alors, dans le cadre de cette séance va être particulièrement intéressant. Nous allons pouvoir observer le développement d’une chaîne associative groupale laissant émerger un imaginaire s’organisant essentiellement autour de six configurations cliniques du lien. En quelque sorte, le groupe va co-construire un répertoire familial qui va naître et se déployer en présentant les formes suivantes : « La Famille Tribu », « La Famille de l’Ancêtre », « La Famille Toile d’araignée », « La Famille Aveugle », « La Famille Rigolade » et « La Famille Stone ». Ainsi, comme dans un jeu des sept familles, on voit se révéler différents visages familiaux aux traits colorés par l’imaginaire de chacun mêlé à l’imaginaire de tous.

23Voici, pour commencer, la première photo présentée lors de la séance. Elle représente un groupe de personnes, adultes et enfants, hommes et femmes, en pause devant une machine agricole. Elle conduit les participants à évoquer l’idée de « La Famille Tribu ».

Illustration 1. – La Famille Tribu. Photolangage Des choix personnels aux choix professionnels d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

Illustration 1. – La Famille Tribu. Photolangage Des choix personnels aux choix professionnels d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

24À préciser que cette photographie est choisie par trois personnes, dans une coïncidence qui convoque une émotion traduite par le rire partagé. Ce croisement identificatoire dès la présentation de la première photo crée alors d’emblée un sentiment de familiarité, d’intimité partagée, en précipitant la fabrication « du même ». C’est pour le groupe une expérience à la fois troublante et étayante, fondatrice d’un sentiment d’appartenance. Plus précisément, les propos tenus sur la photo, sont les suivants :

25M. I. explique en présentant sa photo :

« L’adoption c’est, le fait de fonder une famille. Le but de fonder une famille. Donc, pour moi, ça, c’est la famille par excellence ! Le père, la mère, leurs trois enfants, leurs petits-enfants. Voilà, pour moi c’est vraiment la famille par excellence ! C’est, toute leur petite tribu qu’ils ont réunie et voilà […] Elle est bien cette photo, elle parle bien […] Voilà, je ne conçois pas une vie sans enfants, j’ai toujours eu l’habitude de voir la maison pleine d’enfants. Ma mère est assistante maternelle, donc euh… on a un petit vide quand même quand on se retrouve sans enfants dans une maison. On est assez famille chez nous. »

26Mme I., qui a choisi aussi cette photo, ajoute :

« On est fier d’avoir une, une aussi belle et grande famille, c’est ce que l’on veut tous, voilà (Rires). C’est des photos qui restent de famille en famille, qu’on met sur le buffet, ça me fait penser à ces vieilles photos en noir et blanc, où on nous dit : Regarde ça c’est ta grand-mère, ton arrière-grand-mère, ton arrière arrière-grand-père. Ça c’est clair, ici, sur cette photo, c’est un événement de famille important, tout le monde est rassemblé, y a les enfants, les petits enfants, il y a tout le monde. »

27M. G., complète alors :

« C’est une réunion de famille, peut-être un événement de joie. Apparemment on ne voit pas beaucoup de monde triste. On voit qu’il y a une vieille moissonneuse derrière donc on peut supposer qu’ils ont fait une bonne récolte et ils sont contents, c’est une belle photo. »

28Avec cette photo, une représentation traditionnelle de la famille est proposée, autrement dit, une représentation de la famille au sens large du terme. Ce choix laisse entendre que le projet d’adoption ne se résume pas à l’attente d’un enfant, mais porte au-delà, sur le projet de fonder une famille dans une perspective visant la continuité de la lignée.

29La première représentation partagée au sein du groupe et donc celle d’une « Famille Tribu », qui convoque sur le plan imaginaire « la famille originaire », marquée par l’indivision, par un corps groupal uni, soudé, solidaire, « tout le monde est réuni, père, mère, enfants, petits-enfants ». C’est un « groupe famille », complet, heureux, avec une représentation marquée par les traits de l’idéal, par la satisfaction narcissique, « une grande et belle famille », « une famille dont on est fier ». Elle semble se proposer d’emblée, dans un mouvement défensif face au risque de désaffiliation qu’introduit l’impasse généalogique et devient soutien à l’affirmation de l’identité individuelle, groupale et familiale. Cette photographie qui donne à voir tous les étages générationnels, dans la représentation qu’elle propose, permet de déjouer la rupture de la transmission, occasionnée par la stérilité chez les couples présents, candidats à l’adoption, et se met donc au service de la réparation narcissique. De ce point de vue, cette photo mobilise une rêverie partagée et apparaît alors investie au service de l’accomplissement du désir, en devenant image de rêve.

30Une autre photo est présentée à sa suite : il s’agit d’un homme âgé, assis près d’un enfant.

Illustration 2. – La Famille de l’Ancêtre. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

Illustration 2. – La Famille de l’Ancêtre. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

31Cette photographie convoque ici, la figure du grand-père, et s’articule à la photo précédente, par la référence au fondateur. La tribu se définit effectivement, par un sous-groupe constitué par les liens qui l’unissent à un ancêtre commun. « La Famille de l’Ancêtre » est ainsi présentée après « La Famille Tribu », dans une logique associative inconsciente du groupe, où ce qui est mis psychiquement au travail par l’ensemble, c’est finalement la question de la transmission.

32C’est M. G. qui a choisi cette photo et qui la présente en tenant les propos suivants :

« L’ancien transmet son espérance au jeune qui, qui le regarde, qui écoute, il est attentionné quoi et… C’est aussi ça, enfin personnellement c’est ce que je recherche quoi, donner, donner et recevoir, c’est vachement important. Transmettre quelque chose. Voilà quoi ! Que ce soit à un enfant naturel ou biologique, ou adopté, ça fait peu de différence. »

33M. H. intervient à son tour, pensif et un peu ému : « On dirait qu’il y a une notion de secret dans son regard à ce monsieur, à ce monsieur-là, ce vieux monsieur, ça donne le sentiment d’un moment intime. » Puis, il enchaîne défensivement sur le ton de l’humour : « Maintenant quel secret, je ne sais pas, ce n’est pas marqué derrière la photo. » Sa remarque va provoquer alors, l’éclat de rire général du groupe. L’émotion passée, c’est à Mme H. de prendre la parole pour dire : « C’est vrai qu’on dirait qu’il lui parle à voix basse, donc on peut imaginer… » Et, comme sa phrase reste en suspens, Mme I. la termine dans un mouvement marquant le maillage groupal du discours : « On peut imaginer qu’il lui raconte des histoires, les histoires de ses parents. »

  • 11  Kaës R. (dir), Transmission de la vie psychique entre générations, Paris, Dunod, 1993.

34La figure de l’ancêtre, est donc ici directement associée à la question de la transmission en lien avec la rotation des générations. Rappelons, que devenir parent suppose de se situer à l’égard de ceux qui nous ont précédés, de prendre place entre ascendants et descendants, et conduit à se pencher sur son histoire, y compris sur la part d’ombre, que constituent les secrets, les non-dits, les deuils non élaborés que porte cette histoire. René Kaës11 signale que la transmission psychique s’organise effectivement, à partir du négatif, sur ce qui reste non-advenu, en faille, non-élaboré, non-inscrit. Le désir de transmettre prend donc appui sur les comptes à régler avec les générations précédentes. Il relève d’un impératif qui agit à l’insu du sujet et mérite d’être entendu au-delà du conscient, du côté de l’inconscient et ses enjeux. La part des ancêtres est donc à traiter, elle demande au sujet de passer de bénéficiaire à acquéreur de son héritage, pour échapper à l’assujettissement du rôle désigné par celui de la donne familiale. Il revient à chacun de s’approprier ce qui est transmis. Dans le cadre de la parentalité adoptive, la rupture de la filiation adoptive semble réveiller les ruptures passées et convoquer particulièrement la question de la transmission psychique et sa part d’ombre.

35Enfin, pour revenir à la séance clinique de recherche, une troisième configuration familiale va se déployer, celle de « La Famille Toile d’araignée ».

36Effectivement M. H., présente à son tour sa photo. Elle représente un portail avec une toile d’araignée.

Illustration 3. – La Famille Toile d’araignée. Photolangage Prévention et Santé d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

Illustration 3. – La Famille Toile d’araignée. Photolangage Prévention et Santé d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

37Voici ce qu’il en dit :

« Donc c’est un portail avec une toile d’araignée et en fait ce portail-là, je l’imagine au bout d’un chemin. Et il faut avoir la clé pour accéder. En fait la toile d’araignée représente un peu la famille avec le cœur, c’est la création d’une famille. Et, euh, voilà c’est, c’est tout un chemin. Avoir la clé, réussir à ouvrir et, ça y est, c’est parti quoi. C’est la famille, les enfants, avec les grands-parents, voilà ça m’a fait un peu penser à ça cette photo… “Hum, oui c’est ça, tisser” ajoute Mme H. songeuse, “Créer sa propre famille”. »

38M. I. intervient à son tour :

« La porte est un peu rouillée, elle n’a pas été ouverte depuis un moment, quand tu vois une toile d’araignée en principe cela veut dire qu’elle a pas été ouverte la porte. En fait, c’est la porte, qui s’ouvre pour avoir un enfant. »

39Mme I. précise alors :

« Moi je pensais, il faut du temps pour faire une toile d’araignée, j’la voyais plutôt dans ce sens-là, la photo. »

40Mme G. prend ensuite la parole pour associer à son tour sur un souvenir personnel qu’elle évoque en riant :

« Chez un vieux médecin qui ne voulait pas me recevoir j’me suis dit : je reste quand même, et bien, c’est, c’est débile, mais bon, en attendant, j’étais dans ma voiture. Et, au niveau de mon rétro il y avait une petite araignée et j’la voyais, hop elle venait, elle repartait, elle venait, et elle repartait, et là on voyait tisser, tisser, c’était la première fois que j’observais une araignée tisser sa toile. »

41C’est donc ici, « La Famille Toile d’Araignée », qui vient présenter son visage, avec l’idée que la construction familiale suppose un travail de tissage des liens, où la filiation, articule présent et passé. L’idée d’un tissage qui requiert du temps, qui s’inscrit dans la durée, sera aussi par ailleurs évoquée. Les couples postulants à l’adoption sont effectivement particulièrement confrontés à cette question, car la démarche s’étend nécessairement sur plusieurs années et impose une gestion psychique de l’attente. Avec cette photo, l’adoption prend donc figure de clé, permettant au bout d’un long chemin d’ouvrir le portail fermé à la parentalité par la stérilité. Force est d’observer par ailleurs, que se tisse aussi progressivement au cours de la séance une toile onirique groupale, où la photographie objet d’un investissement partagé, organise un espace transitionnel, conduisant à relier images et pensées.

42On verra ainsi, avec la présentation d’une autre photo, qui représente une page de braille, apparaître une autre représentation, celle d’une « Famille Aveugle » perdue, en quête de repères, comme le sont parfois les couples adoptants face aux démarches à réaliser.

43La présentation de cette photographie permet au groupe d’évoquer à cette occasion des éléments plus dépressifs, liés au risque du découragement. Des souvenirs sont réveillés concernant les différentes épreuves traversées, dont l’échec de la PMA et des craintes sont exprimées concernant les épreuves à venir, notamment celle des entretiens pour l’agrément, avec la peur de voir la candidature pour l’adoption rejetée.

Illustration 4. – La Famille Aveugle. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

Illustration 4. – La Famille Aveugle. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

44Mais dans un mouvement défensif, sans doute de type maniaque, c’est après la présentation de « La Famille Aveugle », la présentation de « La Famille Rigolade » qui va suivre. Il s’agit d’une photo qui présente un groupe de personnes rassemblées au moment d’un repas.

45Il est alors dit par plusieurs membres du groupe, que les personnes sur la photo rient, « blaguent » et que c’est : « Une famille qui aime la rigolade. » On ne peut d’ailleurs manquer d’être frappé par l’effet miroir entre ce qui est projeté groupalement sur cette photo, et ce qui est mis en scène dans l’ici et maintenant du groupe, qui rit et blague lui aussi, tout au long de la séance. La photo devient alors objet support de l’auto-représentation du groupe. Pour les couples engagés vers le projet d’adoption, la démarche d’agrément obligatoire est source d’angoisse et d’appréhension. Le passage obligé par ce qui s’apparente à une autorisation administrative pour devenir parent, les désigne à une place infantile, en les contraignant au sentiment d’impuissance et génère des inquiétudes, dont ils tentent de se défendre. À l’occasion de la mise en groupe s’organise une mise en commun des angoisses, et la configuration de « La Famille Rigolade » participe d’une lutte anti-dépressive.

Illustration 5. – La Famille Rigolade. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

Illustration 5. – La Famille Rigolade. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

46Enfin, vient alors la présentation d’une dernière photo, qui montre un homme allongé dans l’herbe jouant avec des enfants et un chien.

47Mme G. a effectivement choisi la photo d’un homme allongé dans l’herbe jouant avec des enfants et un chien. Elle commente au départ sa photo en riant :

« Donc, ben voilà, (Rires). On en revient euh à la finalité en fin de compte du projet, avec la photo de famille qui pour moi, évoque le partage, la joie de vivre, les éclats de rires des enfants euh… voilà, euh, la famille heureuse. » Puis, elle poursuit avec émotion : « Après j’m’identifie peut être un peu, bon, on a un chien, voilà, c’est vrai c’est ce qui m’a fait penser à cette photo, on devrait peut-être pas parler de Moustache, mais c’est la photo, c’est émouvant, c’est une photo comme cela qu’on aimerait en avoir. »

48M. H. intervient alors, c’est vrai on s’identifie, « le petit là, avec la coupe boule, on dirait moi quand j’étais petit », Mme H. confirme : « Oui avec la coupe au bol, c’était la mode à l’époque », elle ajoute encore : « Oui c’est la coupe à la Stone. »

49Après quoi Mme I. renchérit en ajoutant : « Ils l’ont tous eue celle-là », ce qui provoque de nouveau l’éclat de rire général.

Illustration 6. – La Famille Stone. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

Illustration 6. – La Famille Stone. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.

50Il est intéressant de remarquer alors, comment cette photographie, que les associations groupales des participants me conduisent à appeler : « La Famille Stone », est finalement dépositaire de la réalité interne de chacun, avec plusieurs souvenirs évoqués : le chien Moustache, la coupe au bol, « à la Stone », mais atteste aussi dans le discours tenu, de la construction d’un objet commun au groupe. On relève ici, comment l’imaginaire puise dans le bain culturel partagé. La complicité du père, des enfants et du chien, évoquée dans un premier temps du côté des images intimes, individuelles, réveillées chez Mme G, résonne sur le plan groupal dans une complicité imaginaire qui vient se nouer autour de la figure de la chanteuse « Stone ». Stone et Éric Charden, c’est ce duo musical français qui a marqué les années soixante-dix et qui s’inscrit désormais dans la mémoire culturelle convoquée par le groupe.

51C’est Claudine Vacheret, qui soutient que :

  • 12 C. Vacheret, Photo, groupe et soin psychique, Paris, PUL, 2006.

« Les groupes sont des lieux privilégiés d’expérience de création de sens à partir d’objets culturels communs. Mobilisant l’imaginaire du sujet et du groupe, les objets culturels “trouvés-créés” dans le groupe et par lui, accèdent à une fonction de transitionnalité. Un sens nouveau leur est concédé dès lors qu’ils entrent dans l’histoire du groupe et prennent une dimension symbolique12. »

52On voit bien ici, comment la photographie accède à cette fonction transitionnelle à travers la représentation de Stone, dont les participants se saisissent inconsciemment pour nouer le lien groupal, en se référant à un fonds culturel commun, où chacun se mire avec les autres. La photo joue son rôle de médiateur en ouvrant un espace où peuvent se côtoyer différences et similitudes et permettre qu’advienne, malgré tout le sentiment d’unité. Il est intéressant de relever que pour ces candidats à l’adoption, la mise en groupe avec des pairs occasionne des effets identificatoires restaurants sur le plan narcissique, en permettant par l’affiliation groupale de réparer le risque de dés-appartenance sociale dont menace l’expérience de la stérilité, qui concerne, ici, les couples postulants. Ce qui reste frappant à l’occasion de cette séance, c’est par ailleurs, toute l’émotion qui est véhiculée et partagée par le groupe, qui dans son effet de contagion, fait aussi lien entre les uns et les autres. Soulignons que la photo engage une activité de perception visuelle qui se situe du côté du sensoriel et réveille l’affect. Claudine Vacheret a pu dire que :

  • 13 Ibid., p. 36.

« L’image et l’affect sont inséparables, indissociables, l’image fait revenir l’affect, tel que perçu dans l’expérience première. L’affect ne vieillit pas, ne s’efface pas, ne ternit jamais. Il ignore le temps. Lorsqu’il devient sentiment, il se nuance, se reformule, s’atténuer, s’estompe de son intensité douloureuse13. »

53L’image a donc le pouvoir de nous mobiliser du côté de l’affect. Dans le cadre de la méthode Photolangage, la parole tenue sur la photo, suppose donc que le sujet traite l’émotion première liée à la sensorialité visuelle, pour tenir un discours secondarisé, adressé, où l’affect laisse place aux mots. C’est un processus de transformation qui est alors mobilisé, pour assurer l’activité de liaison psychique nécessaire à la production d’un récit.

54Au-delà de la séance présentée ici, il est intéressant de noter, que de manière générale, les postulants à l’adoption qui ont participé à la recherche avec la méthode Photolangage témoignent tous, de leur satisfaction à la suite de l’expérience. Ils ont pour l’ensemble apprécié de pouvoir rencontrer d’autres personnes partageant les mêmes préoccupations. Ce temps groupal apparaît installer un temps intermédiaire, qui leur permet de gérer la question de la longue attente qui marque la démarche d’adoption. Mais surtout, le recours aux photographies comme support de parole leur est apparu facilitant pour témoigner de leurs éprouvés.

  • 14 C. Vacheret, op. cit., p. 164.

55En somme, le dispositif Photolangage permet d’interroger particulièrement, dans le contexte de l’adoption, la question des liens intrapsychiques et intersubjectifs, dans le rapport entre image et imaginaire. Une capacité de rêverie est mobilisée, car c’est bien la catégorie de l’intermédiaire qui est convoquée dans sa fonction transformatrice, grâce aux allers-retours entre images externes et images internes. Ceci car si la photographie présentée aux postulants à l’adoption, s’offre dans un premier temps dans sa réalité matérielle, il revient à chacun dans un second temps, de la faire sienne, de se l’approprier. La photo, « image-objet du dehors », devient alors « image-objet du dedans », autrement dit prend un statut interne. La photographie, image extérieure devient image intérieure, au côté des autres images intimes qui peuplent la réalité interne du sujet. Mais nous l’avons vu avec les extraits de la séance clinique de recherche, si l’imaginaire est mobilisé, du côté du sujet, il l’est aussi du côté du groupe qui progressivement développe sa capacité de rêverie. Le travail associatif groupal vient alors, s’articuler au jeu des associations individuelles, pour engager des effets de liaisons psychiques et participer au travail d’élaboration dans un enrichissement du sens. Claudine Vacheret souligne à ce propos le jeu entre : « Les images de soi perçues du dedans et les images renvoyées en miroir par le groupe, via la photo14. »

56L’usage de la photographie comme médiation est à ce titre tout à fait intéressant. Serge Tisseron a lui aussi beaucoup étudié l’image pour en souligner l’impact sur les opérations psychiques. Il relève que, toute image a une puissance de sensorialité, de mémoire, une puissance d’accomplissement de désir, d’action et enfin une puissance de sens. Il a aussi pu développer que l’image assure une fonction de représentation et un pouvoir de transformation sur le sujet :

  • 15 S. Tisseron, Psychanalyse de l’image, Paris, Dunod, 1995, p. 216.

« On pourrait dire que, dans tous les cas, le “visuel” est ce qui nous “enveloppe” et nous contient qu’il soit constitué d’images psychiques sur lesquelles nous nous reposons ou d’images matérielles qui nous environnent. Dans tous les cas, nous nous ne constituons pas ce visuel en matière à transformations. Au contraire, l’image constituée sous notre regard (intérieur ou perceptif) est prise par nous comme matière de transformations. Ces transformations peuvent porter sur l’image de nous-mêmes : nous nous transformons en l’observant, en la prolongeant, ou en tentant de la comprendre15. »

57L’image-photo est un objet qui réfère autant à l’intime qu’à l’univers partagé, et elle engage des effets de processus. Avec la méthode Photolangage, la parole vient se lier à l’activité de perception visuelle et encourage le travail de symbolisation. L’image devient vecteur de communication au sein du groupe et nourrit les échanges, elle tisse une enveloppe contenante. Les images qui se succèdent, présentées tour à tour dans le groupe, déroulent un film imaginaire qui a valeur aussi d’auto-représentation.

Conclusion

58En conclusion, l’usage du Photolangage dans le cadre d’une méthodologie clinique de recherche a pu montrer qu’au-delà des objectifs scientifiques visés, cette méthode pouvait se proposer comme un outil intéressant pour accompagner les adoptants dans leur démarche. Devenir parent dans le cadre de l’adoption suppose de remanier ses représentations et on a pu l’observer avec l’étude de la séance recherche présentée, les postulants restent attachés aux configurations habituelles de la famille. Ceux que nous avons rencontrés sont en début de parcours, aussi le travail de déconstruction nécessaire commence juste à s’amorcer. Ils auront un travail de deuil à faire en devenant parents dans le cadre de l’adoption, celui de renoncer au fondement biologique du lien de filiation et de se penser parents au côté d’autres. Ils auront à revisiter leurs représentations et à engager un travail d’élaboration psychique, que la méthode Photolangage semble pouvoir favorablement accompagner.

59« Faire groupe » ou « faire famille », se construit sur une toile de fond engageant la circulation des images propres à chacun, dans une mise en commun mobilisant un imaginaire groupal. À ce titre, chez les candidats à l’adoption, ce qui est principalement questionné, comme chez tout parent, ce sont les liens d’appartenance imaginaire qu’il faut revisiter. Le dispositif Photolangage, de ce point de vue, présente un grand intérêt clinique, car il crée une aire de jeu intermédiaire, transitionnelle, soutenant le travail de représentation et de symbolisation. Il mobilise des processus intrapsychiques et intersubjectifs, dont l’articulation favorise l’élaboration psychique. Car, effectivement, naître à la parentalité ne se réduit pas à être désigné socialement et juridiquement parent, il reste avant tout, à pouvoir psychiquement, le devenir.

Notes

1 R. Kaës, Le groupe et le sujet du groupe, Paris, Dunod, 1993.

2 Ibid., p. 286.

3 S. Freud, « Pour introduire le narcissisme », La vie sexuelle, Paris, PUF, 2005 (1914).

4 A. Ruffiot, « Le couple et l’amour : De l’originaire au groupal », in A. Eiguer (dir.), La thérapie psychanalytique de couple, Paris, Dunod, 1984, p. 134.

5 M. Bydlowsky, La dette de vie, Itinéraire psychanalytique de la maternité, Paris, PUF, 1997.

6 R. Kaës, « Filiation et affiliation », Gruppo, n° 1, 1985, p. 23-46.

7 F.-R. Ouellette, « Les usages contemporains de l’adoption », in A. Fine (dir.), Adoption, Ethnologie des parentés choisies, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1998, p. 154-176.

8 C. Veuillet-Combier, « La démarche conjugale d’adoption : le mythe de l’enfant sauveur-sauvé », Dialogue, n° 151, 2001, p. 95-101.

9 C. Veuillet-Combier, « L’enfant du mythe », Perspectives psychiatriques, vol. 44, n° 2, 2005, p. 134-138.

10 A. Baptiste, C. Belisle, « Photolangage : une méthode de travail en groupe », in A. Baptiste et C. Belisle (dir.), Photolangage : une méthode pour communiquer en groupe par la photo, Paris, Les Éd. d’Organisation, 1991, p. 23-24.

11  Kaës R. (dir), Transmission de la vie psychique entre générations, Paris, Dunod, 1993.

12 C. Vacheret, Photo, groupe et soin psychique, Paris, PUL, 2006.

13 Ibid., p. 36.

14 C. Vacheret, op. cit., p. 164.

15 S. Tisseron, Psychanalyse de l’image, Paris, Dunod, 1995, p. 216.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. – La Famille Tribu. Photolangage Des choix personnels aux choix professionnels d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Illustration 2. – La Famille de l’Ancêtre. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Illustration 3. – La Famille Toile d’araignée. Photolangage Prévention et Santé d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Illustration 4. – La Famille Aveugle. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Illustration 5. – La Famille Rigolade. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Illustration 6. – La Famille Stone. Photolangage Corps et Communication d’Alain Baptiste et Claire Belisle – dossier paru aux Éditions d’Organisation, 1991.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142243/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteur

Veuillet-Combier Claudine, Maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie. Chercheuse dans le Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire (LPPL), université d’Angers, UPRES EA 4638, France. Psychologue clinicienne, psychothérapeute

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search