Version classiqueVersion mobile

Nouvelles figures de la filiation

 | 
Claudine Veuillet-Combier
, 
Emmanuel Gratton

Deuxième partie. Filiation et affiliation

Espace-rencontre : des sujets et des groupes. Enfant(s)-parent(s)-professionnel(s)

Emmanuel Gratton

Texte intégral

Introduction

1Les Espaces-rencontre ou espace de rencontre sont des lieux d’accueil parents-enfants dans lesquels interviennent aussi des professionnels. C’est à cette rencontre particulière entre parents « en exercice de parentalité » et professionnels « en fonction d’intervenants » que je vais m’attacher pour mettre en évidence les représentations et les mouvements psychiques qui y sont à l’œuvre. Ces représentations et mouvements peuvent être d’ordre interindividuel mais puisqu’il s’agit, par définition, d’un lieu collectif, nous nous intéresserons prioritairement aux dimensions groupales constitués par les liens au sein des groupes (parents, professionnels) et entre ces deux groupes ? Les enfants constituent aussi un groupe mais dont les liens sont plus distendus, sauf à faire partie de la même fratrie. C’est à leur propos que les parents et les intervenants sont amenés à se rencontrer et à confronter leurs représentations de la parentalité.

2La création des Espaces-rencontre résulte des déliaisons familiales. En effet, la séparation conflictuelle entre deux parents ne permet pas toujours que les relations parents-enfants, et notamment l’exercice du droit de visite puisse perdurer dans des conditions satisfaisantes. Le magistrat peut alors être amené à orienter les parents dans de telles situations vers un Espace-rencontre, structure existant depuis une vingtaine d’années et qui a été pensée comme un lieu d’accueil collectif des familles pour faciliter la rencontre, renouer des liens entre un parent et son ou ses enfants. Des professionnels encadrent les visites. Ils accueillent en amont l’un et l’autre des parents, le parent chez qui réside habituellement l’enfant (nommé parent hébergeant) et le parent qui viendra rendre visite à son ou ses enfants (appelé parent visiteur) pour présenter le dispositif et l’organisation des visites. La rencontre dure en général deux heures. La mesure peut être de durée diverse (six mois en moyenne) à raison d’une visite tous les quinze jours par exemple. Les parents présents, plus souvent des pères, sont environ une dizaine en présence d’une quinzaine d’enfants d’âge varié de trois mois jusqu’à l’adolescence. Ces parents, outre le conflit avec leur ex-partenaire, peuvent présenter aussi des difficultés relationnelles avec leur enfant du fait de leur histoire partagée et des caractéristiques sociales ou psychologiques des intéressés qui peuvent encore être présentes lors des rencontres. À ce titre les déliaisons sont de différents ordres, temporel et spatial certes, mais aussi relationnel et psychique.

3Les parents « en difficultés de parentalité » et les professionnels « en position d’intervention » partagent donc ces visites personnalisées (parents-enfants) relevant habituellement de l’intimité familiale, et ceci dans un espace collectif et institutionnalisé. La notion de « groupe » appliquée d’une part aux parents présents et d’autre part aux professionnels intervenants pourrait être entendue comme une simple catégorie statistique. Nous entendrons davantage dans notre approche groupale la question du statut, qu’il soit de parent ou de professionnel, c’est-à-dire le statut, à partir duquel les uns et les autres sont amenés à se rencontrer.

4Comment dans ces Espaces-rencontre la parentalité (à travers le groupe de parents) est-elle mise à l’épreuve de la professionnalité (à travers le groupe de professionnels) ? Réciproquement, nous tenterons d’analyser comment la professionnalité des intervenants est mise à l’épreuve de la parentalité. Nous rappellerons tout d’abord l’histoire plus ancienne des relations entre parents et professionnels.

La professionnalité supplée à la parentalité

5Les professionnels ont longtemps suppléé au « déficit » parental en occupant une place d’experts, renforcée parfois par l’appropriation de connaissances et de compétences réservées à un champ, le champ scolaire (instituteur), le champ sanitaire (puéricultrice, infirmier), le champ social et de protection de l’enfance (assistant de service social), le champ éducatif (éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants…) ou le champ thérapeutique (psychologue…) mettant en exergue une appartenance groupale parfois « corporatiste » et défensive à l’égard des parents. Plus tard, le concept d’accompagnement à la parentalité est venu mettre en cause cette position d’expertise.

  • 1 R. Brizais, « Missions et dé-mission de la famille », L’École des Parents, 1999, p 34-39.

6Les parents ont été selon l’expression de Reynald Brizais comme « dé-missionnés1 », non pas que les intentions étaient de cette nature, mais on a longtemps estimé que des professionnels formés et compétents feraient mieux que des parents ignorants et négligents. Le premier domaine qui a été touché est l’instruction. L’école de la République s’est donnée pour mission d’instruire ses enfants et, de ce fait, a fabriqué des élèves dont le niveau de connaissance a assez vite dépassé celui de leurs propres parents, favorisant ainsi l’évolution politique, industrielle et scientifique de la fin du xixe siècle. Les parents se sont donc trouvés mis en difficultés dans leur fonction de transmission aussi bien sur le plan des connaissances que sur celui du métier.

7Le deuxième secteur qui a été concerné est celui de la santé. Les progrès hygiénistes du début du xxe siècle ont réduit considérablement la mortalité périnatale et infantile. Les infirmières visiteuses sont intervenues au domicile des familles pour prodiguer ces règles, mettant en cause les pratiques plus anciennes des mères de famille.

8Dans le champ social, ce sont aussi les résidentes sociales ou encore surintendantes d’usine qui apportent des conseils et dirigent les familles des classes populaires dans les quartiers ou dans les usines. Des crèches d’entreprise sont mises en place pour faciliter la conciliation de la vie familiale et de la vie salariale. La guerre 14-18, avec les hommes au front et les femmes à l’usine, renforcera ces pratiques.

9Plus tard, la mise en place de la protection maternelle et infantile comme celle de l’aide sociale à l’enfance constituera de nouveaux moyens de protection et de prévention qui limiteront les initiatives parentales. Des professionnels encadrent de plus en plus les parents sur leurs pratiques éducatives. L’éducation spécialisée connaîtra aussi un développement important renforçant l’institutionnalisation des enfants présentant des troubles cognitifs ou comportementaux. Parallèlement, les éducateurs de prévention investiront les quartiers.

10Le temps des loisirs sera lui aussi fortement investi par des professionnels – animateurs socio-culturels, animateurs de quartier, relayés également par des clubs sportifs. Le développement des structures de la petite enfance, haltes-garderies, crèches, promeut de nouveaux professionnels, les « jardinières d’enfant » devenant alors « éducatrices de jeunes enfants ».

11Le champ de la santé va se développer encore davantage avec des professionnels du soin, médicaux ou paramédicaux, diversifiés : psychologues, psychomotriciens, orthophonistes… Ils répondent à la demande de parents de plus en plus angoissés par les troubles que présentent leurs enfants. Les connaissances dans le domaine du développement de l’enfant vont connaître parallèlement une démocratisation et une vulgarisation importante.

12Toute cette évolution a été conduite par le désir social de veiller au bien-être de l’enfant en l’accompagnant dans son développement par les compétences de spécialistes veillant à respecter ses besoins spécifiques. Mais le temps quotidien des parents avec leurs enfants s’en est trouvé réduit de manière importante et les parents n’apparaissent plus exclusivement comme ceux qui donnent des soins et transmettent les savoirs. Une certaine concurrence, voire rivalité, s’est installée entre professionnels et parents, sans que ces derniers ne trouvent d’espace collectif pour se réapproprier les prérogatives qui étaient les leurs.

La professionnalité accompagne la parentalité

13Il a fallu attendre 1979 pour voir apparaître les premières initiatives qui, plutôt que de suppléer aux parents, tentent de les accompagner dans leurs démarches parentales. La Maison verte initiée par Françoise Dolto en est l’emblème le plus évident :

« La Maison Verte est un lieu d’accueil et d’écoute des tout-petits accompagnés par leurs parents ou par ceux qui s’en occupent habituellement et avec lesquels ils se sentent en confiance. C’est un lieu pour passer un moment ensemble, lieu de rencontre avec d’autres enfants, d’autres adultes, parents ou membres de l’équipe d’accueil. Il n’y a pas d’inscription, vous pouvez y venir quand vous le souhaitez sans avoir besoin de prévenir. Il y a toujours de la place pour vous accueillir. Les futurs parents y sont également les bienvenus. Une participation financière, dont le montant est libre, vous sera demandée. Elle contribue à faire vivre la maison verte2. »

  • 3 Cf le texte de Catherine Sellenet dans cet ouvrage.
  • 4 D. Houzel (dir.), Les enjeux de la parentalité, Ramonville Saint-Agne, Érès, 1998.

14Vingt ans plus tard, en 1999, la mise en place des Réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents semble s’inspirer étroitement de cette initiative pour redéfinir la relation professionnels/parents. Elle s’opère sur fond de crise avec les parents, qui à force d’avoir été « dé-missionnés », c’est-à-dire à qui on a enlevé progressivement leurs missions, sont pointés du doigt comme démissionnaires. Dans le même temps, les avancées dans le champ psychologique, psychanalytique, conduisent à envisager l’être parent, au-delà de la place qu’il occupe juridiquement pour souligner l’idée d’un « devenir parent », impliquant la notion de processus. Cela donne lieu à la naissance du vocable « parentalité3 ». La diversité de significations de cette notion a conduit une équipe de chercheurs, sous la direction de Didier Houzel4 (1998), à en définir les contours. Ils ont décliné cette « parentalité » en exercice, expérience et pratique, faisant apparaître alors les différentes dimensions disciplinaires que contenait cette appellation, et pour faire vite, ce qui relève du droit, ce qui relève du psychisme et ce qui relève du soin et de l’éducation. Ils ont montré l’interdépendance qui existe entre ces dimensions et donc la nécessité de ne pas les séparer les unes des autres comme cela pouvait être le cas par les cloisonnements professionnels précédents. D’une manière générale, il ne s’agissait plus de faire à la place des parents, ni même de leur enseigner les bonnes manières d’être parents, mais de les accompagner et pour ce faire, d’instaurer une relation beaucoup plus horizontale que verticale.

15Les groupes de paroles de parents : parents de jeunes enfants ou parents d’adolescents, parents d’enfants handicapés ou d’enfants malades, pères séparés ou beaux-parents, parents d’élèves ou d’enfants adoptés, etc., se sont donc multipliés et ont invité les professionnels à se repositionner. Aujourd’hui les professionnels qui animent généralement ces groupes occupent la position d’un tiers régulateur dans des dispositifs d’accompagnement souples où émergent des questions autour de la définition même de la parentalité et pour lesquelles les réponses sont généralement co-construites entre parents et professionnels, ces derniers étant généralement concernés et interpellés aussi au titre de parents.

  • 5 L. Cardia-Vonèche, B. Bastard, « Vers un nouvel encadrement de la parentalité ? L’intervention soci (...)
  • 6 « La médiation familiale est un processus de construction ou de reconstruction du lien familial axé (...)
  • 7 J. Grechez, « Le droit d’accéder à ses deux parents, Dialogue, n° 115, 1992, p. 51-61 ; J. Grechez, (...)

16Les espaces de rencontre surgissent dans ce paysage dans un contexte d’évolution significative de la famille, notamment l’augmentation des séparations et des divorces5. Évolution juridique qui a un impact sur l’organisation familiale. Bien heureusement, dans la plupart des cas, ces séparations et divorces se passent de manière relativement apaisée et les modalités d’organisation de résidence des enfants sont définies par consentement mutuel. Dans d’autres situations, ces ruptures se déroulent de manière conflictuelle et compromettent le déroulement ordinaire des droits de visite. Cette évolution va conduire, d’une part, au développement de la médiation familiale définie en France par le Conseil national consultatif des familles en 20026 et d’autre part, à la naissance des Espaces-rencontre. Il s’agit ici d’inventer une posture professionnelle nouvelle et de permettre l’exercice d’un droit, le droit de visite, dans un lieu sécurisé et de favoriser les liens parent-enfant. L’objectif des Espaces-rencontre est de s’assurer que ce droit puisse s’exercer progressivement de manière ordinaire. L’accueil collectif des familles et la constitution d’équipes pluri-professionnelles pour encadrer les visites parents-enfants constituent le choix des initiateurs comme Jean Gréchez7 (1992, 1996, 2005). Chaque famille n’a pas un référent particulier mais elle est accompagnée par une équipe, un groupe d’intervenants qui se relaient dans l’Espace-rencontre.

17Le professionnel a généralement le titre de travailleur social ou de psychologue en dehors de cet espace mais se définit dans ce lieu comme intervenant, celui qui vient « entre ». Cette désignation efface les identités professionnelles habituelles mais précise la fonction qu’il est censé tenir ici. Il n’est pas là pour expertiser le lien parent-enfant mais pour accompagner, voire protéger, ce lien encore fragile et encore à construire. Les pratiques professionnelles au sein de l’Espace-rencontre oscillent donc aujourd’hui entre le modèle de la suppléance et celui de l’accompagnement. Pour les parents, l’intervenant peut être perçu comme un simple gardien du lieu et des règles. Il peut être appréhendé comme « éducateur » des enfants, ou redouté comme « éducateur » des parents eux-mêmes. Il est plus rarement perçu spontanément comme médiateur de la relation entre parents et enfants. Il est en fait souvent indéfinissable. La synthèse de ces différentes représentations est construite par les images véhiculées à l’extérieur du lieu, par les discours qu’en tiennent les professionnels « externes », puis « internes » et aussi par ce que les parents perçoivent eux-mêmes au fil des rencontres. La parentalité et la professionnalité sont donc mises l’une et l’autre, l’une par l’autre, à l’épreuve à travers les Espaces-rencontre.

Un espace paradoxal

18L’Espace-rencontre constitue un lieu pour les parents comme pour les professionnels où s’éprouvent leurs rapports réciproques. Il peut s’appréhender autant dans sa dimension paradoxale, qu’interstitielle, voir occuper une fonction transitionnelle.

  • 8 S. Bédère, « Parentalité, conjugalité et espace de rencontre, l’enfant dans la tourmente », Dialogu (...)

19Le juge aux Affaires familiales ordonne, sauf meilleur accord des parents. La discorde parentale entraîne donc l’ordonnance. Même si l’espace de rencontre tente d’inverser la logique, de passer de l’ordre à l’entente, les deux parents restent parfois sur des positions d’hostilité sans aucune possibilité de dialogue. Dans certaines situations, la rencontre des deux parents est même impossible et il faut qu’un tiers intervienne pour permettre le passage de l’enfant des bras d’un parent à l’autre parent. Dans d’autres cas, même s’il n’y a pas de tension ni de violence, les parents ont un différend suffisamment important pour que le droit de visite ne puisse s’exercer de manière ordinaire. L’Espace-rencontre permet, qu’en l’absence d’accord parental et d’impossibilité d’organisation de droit de visite ordinaire, la visite d’un parent avec son enfant puisse avoir lieu. L’Espace-rencontre sert donc d’alternative au désaccord parental et à l’idéal co-parental que véhicule notre société dans l’intérêt de l’enfant. La mise en place d’un Espace-rencontre n’apaise pas nécessairement le conflit qui oppose les parents et dont l’enfant est l’enjeu. Serge Bédère témoigne de ces situations dans lesquelles l’enfant se trouve pris « dans la tourmente8 ». À travers « le choc » des parentalités, l’amour conjugal premier s’est parfois retourné en haine et se traduit par le dénigrement de l’autre parent.

20L’Espace-rencontre, incarné par les intervenants, peut être perçu dans certains cas négativement aussi bien par le parent hébergeant que par le parent visiteur. Le parent hébergeant, qui ne souhaite aucune rencontre des enfants avec son autre parent, est parfois hostile au lieu car il imagine que l’espace offre une possibilité de visite alors qu’elle ne pourrait pas exister dans d’autres conditions. Il perçoit alors les intervenants comme les alliés objectifs du parent visiteur. Le parent visiteur qui estime que rien ne justifie les visites en ce lieu manifeste, lui, parfois aussi une opposition aux intervenants. Il considère le lieu et les professionnels qui y interviennent comme des partenaires, complices du juge et du parent hébergeant qui s’oppose aux conditions ordinaires des droits de visite. L’espace est parfois comparé à une prison par les parents visiteurs, le terme de visite pouvant renforcer ce sentiment par sa proximité sémantique avec l’univers carcéral. La visite est encadrée par des professionnels tout comme elle l’est également en prison. Elle répond à une contrainte juridique qui est reçue comme une sanction. Le parent peut se vivre alors comme un délinquant. Elle vient signifier à l’enfant que son parent présente une menace pour lui, renforcée parfois par des plaintes ou des rumeurs de suspicions d’attouchement, de violence conjugale, d’alcoolisme ou de risque de rapt. Si ces faits sont avérés, on comprend aussi aisément les réticences du parent hébergeant à laisser son enfant en présence du parent visiteur même dans un lieu protégé.

21Il est donc assez fréquent, malgré l’ordonnance du juge, que les rencontres préalables avec chacun des parents n’aient pas lieu ou encore que le parent hébergeant ne présente pas l’enfant ou encore que le parent visiteur ne se présente pas lors des visites. Ceci traduit le fait que le lieu représente une menace pour l’un et/ou l’autre des parents. Ce qui s’offre alors comme une solution est paradoxalement perçu comme étant un problème.

22L’ordonnance du juge arrive parfois plusieurs mois, voire plusieurs années, après la séparation des parents et la perte de lien de l’enfant avec l’un d’entre eux. Les rencontres ravivent donc des faits de l’histoire, des douleurs anciennes que ce contexte vient rappeler. Autrement dit, la rencontre s’inscrit dans une double dimension : pour l’une verticale, en lien avec le passé de la famille, et pour l’autre horizontale, en lien avec le présent partagé avec les autres familles qui fréquentent l’Espace-rencontre. Dans cet espace, les parents sont privés du privé, de l’intime de la rencontre. Déjà réduits dans leurs droits, ils sont limités dans l’action, dans le mouvement. Le lieu n’est pas conçu pour être chaleureux, il n’y pas beaucoup de jeux, ce n’est pas un centre de loisirs. Le parent apporte ce qui peut faire lien : photos, jeux, goûter… Cela peut se traduire chez l’enfant par la nonchalance à rencontrer son parent, par des attitudes de défiance, l’opposition manifeste, voire ostentatoire, à jouer ou parler avec lui, par le refus ou le manque d’intérêt à partager un goûter, regarder des photos de famille ou recevoir un cadeau d’anniversaire. Le second paradoxe est donc que l’Espace-rencontre qui vise le maintien ou la restauration du lien témoigne parfois dans la réalité, de l’absence ou de la détérioration de celui-ci. Même pour les rencontres constructives, le lieu peut être marqué par une forme de stigmatisation, par la marque d’une défaillance parentale.

23Les intervenants sont également éprouvés par ce lieu paradoxal car ils viennent pour offrir un espace favorisant la parentalité et cette expérience vient souvent entamer à la fois leur idéal parental et leur idéal professionnel. Le rapport qu’ils entretiennent avec les parents qu’ils portent en eux, ou les parents qu’ils sont parfois, est mis à l’épreuve par les souffrances qu’expriment parents et/ou enfants accueillis. Habituellement psychologues ou travailleurs sociaux, ils ont généralement affaire à un seul parent « demandeur » et ils tentent professionnellement de lui apporter une réponse en fonction de leurs compétences spécifiques. Ici la demande du parent n’est pas directe, ni explicite. Elle semble parfois inexistante, référée à la seule demande judiciaire. De plus, les intervenants ont affaire aux deux parents, si ce n’est en même temps, au moins successivement, notamment à l’occasion des rencontres préalables mais aussi à l’occasion de chaque visite. Ils sont pris parfois dans la contradiction des discours et de leurs attentes et ne savent plus à quoi ou à qui se fier. Ils peuvent être pris dans le conflit de loyauté, dans un effet miroir avec l’enfant.

24Par ailleurs, ils interviennent auprès d’un ensemble de familles et doivent gérer « en situation » les priorités, évaluer s’ils doivent intervenir ou rester à distance. L’intervenant peut se vivre intrusif ou au contraire laxiste. Par ailleurs, il n’a pas, comme c’est le cas dans l’exercice de son travail habituel, une relation de proximité continuelle avec les parents. En effet, les professionnels sont plusieurs à intervenir simultanément, en général trois par Espace-rencontre. Cela nécessite des liens et une coordination in situ, entre eux. Ils sont donc en quelque sorte eux-mêmes, sous le regard des autres intervenants qui peuvent considérer qu’ils ne sont pas « inter-venus » comme il aurait fallu. Les cultures professionnelles initiales des uns et des autres s’entrechoquent, à l’image parfois des modèles parentaux en présence. Les intervenants forment et représentent aussi une équipe plus large, généralement d’une dizaine de professionnels, qui assurent un turn-over dans l’accompagnement des familles. Cela nécessite des régulations et des temps d’analyse de la pratique. Le travail ne peut pas être considéré comme autonome. Il est partagé dans une sorte de co-professionnalité où les postures de suppléance, d’expertise et d’accompagnements se conjuguent.

25Cet espace qui peut être défini comme paradoxal, aussi bien pour le groupe de parents que pour le groupe de professionnels pourrait nuire à leur rencontre si chaque groupe se réfugiait défensivement l’un dans sa parentalité menacée, l’autre sur sa professionnalité experte. La fragilité assumée des professionnels va permettre de faire de cet espace un lieu susceptible d’accueillir la fragilité de la parentalité, espace que nous définissons secondairement comme interstitiel.

Un espace interstitiel ou d’entre-deux

  • 9 D. Sibony, Entre-deux : L’origine en partage, Paris, Le Seuil, 1991.

26La parentalité peut commencer à se déployer quand les professionnels ne sont plus perçus comme des ennemis de l’un ou l’autre des parents mais comme des alliés de la rencontre. Il faut du temps, de l’espace, de la rencontre éprouvée, pour que la confiance s’instaure avec chacun des parents. L’Espace-rencontre se présente comme interstitiel et offre un « entre-deux » qui « se révèle être un passage ou une impasse, selon que l’origine qui se rejoue dans cette épreuve se révèle accessible ou pas à une sorte de partage – qu’il s’agit justement d’éclairer9 ».

  • 10 M. Cardinal, Les mots pour le dire, Lgf, 1977.

27Cet entre-deux se caractérise par l’oscillation entre le monde d’un parent et le monde d’un autre parent10 (Marie Cardinal, 1977), par l’opposition entre la décision de justice, la loi et l’accord parental. L’Espace-rencontre est une sorte de carrefour des mondes dans lequel se tient un tiers qui tente de faire lien, avec ce qu’il comprend du travail de deuil de l’idéal familial et du ré-investissement parental. Le parent qui a la résidence habituelle de l’enfant, absent de la rencontre, est parfois omniprésent psychiquement. L’enfant ne peut s’autoriser parfois à créer un lien avec son autre parent, dans ce lieu où l’intimité est absente, qu’après plusieurs visites. Les intervenants, les autres familles sont témoins dans cet espace, et ce sont eux qui font « tiers ». L’éthique de ce cadre prévoit qu’aucun compte-rendu de la visite ne soit transmis à une instance comme le Juge aux affaires familiales, et a fortiori à l’autre parent. Cette absence de transmission écrite ou orale est très importante pour faire de la rencontre un lieu interstitiel, un « entre-deux » qui assure à la fois la sécurité de la rencontre et permet l’ouverture à la relation.

  • 11 S. Bédère et al., Rencontrer l’autre parent, les droits de visite en souffrance, Ramonville Saint-A (...)

28Mais l’enfant peut se vivre comme l’otage du conflit de loyauté qui l’habite. Peut-il aimer, s’autoriser à investir affectivement le lien avec le parent qui lui rend visite au même titre qu’avec celui qui partage son quotidien ? Quels risques psychiques encourt-il à faire part de ce qu’il vit en ce lieu, à rendre visible son investissement du lien ? Que représentent dans un premier temps les intervenants pour lui ? Sont-ils des adultes comme ses parents ? Sont-ils de simples observateurs ou perçus comme des évaluateurs ? Sont-ils appréhendés comme des assistants du juge ou encore assimilés au regard de leur parent habituel ? Serge Bédère11 indique le danger de bannissement du parent visiteur. L’enfant ne peut se référer à « sa bannière » sans prendre le risque lui-même d’être banni. Il est en effet fréquent d’observer un gel des émotions chez l’enfant ou encore de constater que son attitude varie sensiblement entre le temps de la visite et l’instant où son parent hébergeant le laisse ou revient le chercher.

29Ce bannissement peut prendre, selon certains auteurs, des formes extrêmes. Le syndrome d’aliénation parentale est une notion introduite par Richard A. Gardner au début des années 1980.

  • 12 A. Gardner, « Parental Alienation Syndromes. Parental alienation: wich diagnosis should evaluators (...)

« C’est un désordre qui survient presque exclusivement dans le contexte des disputes sur la garde de l’enfant. Sa caractéristique principale est le dénigrement injustifié que fait l’enfant contre l’un de ses parents. Il s’agit là du résultat de l’action combinée de l’endoctrinement de l’enfant par un parent (lavage de cerveau) d’une part, et de la contribution de l’enfant lui-même au dénigrement du parent-cible, d’autre part12. »

30Sans prendre position sur cette notion très controversée, certains parents exercent volontairement ou non une emprise sur leurs enfants inhibant toute possibilité de contact, perçue alors comme trahison. L’amour et la haine sont convoqués en ces lieux et il faut compter avec le temps, avec la confiance, pour que l’enfant puisse reconnaître qu’il appartient aussi à « la bannière » du parent qui vient le visiter sans que cela ne constitue un danger pour lui.

  • 13 R. Roussillon, « Espaces et pratiques institutionnelles. Le débarras et l’interstice », in R. Kaës, (...)

31L’Espace-rencontre se présente comme un interstice « vécu comme une extra-territorialité13 », riche du point de vue de ce qui s’y met au travail. En effet, bien qu’il soit institutionnellement défini, l’Espace-rencontre est mi-privé, mi-public, indéterminé en quelque sorte, un lieu de passage dans lequel on s’arrête mais qui n’a pas vocation à ce qu’on y stationne :

  • 14 R. Roussillon, loc. cit.

« Envisagé en terme d’espace, l’interstice désigne les lieux institutionnels qui sont communs à tous […]. Ce sont des lieux de passage, même s’il arrive qu’on s’y attarde, des lieux de rencontre, des temps qui s’insinuent entre deux activités institutionnelles définies, structurées et vécues comme telles14. »

  • 15 E. Pichon-Rivière, Le processus groupal, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2004.

32Dans cet espace se produisent des événements. Quel que soit celui qui se produit pour une famille – l’opposition de l’enfant, l’autorité maladroite du père, les friandises excessives apportées ou le cadeau d’anniversaire inapproprié au sexe ou à l’âge de l’enfant, celui-ci vient dire la difficulté de faire lien et vient faire écho éventuellement à d’autres familles présentes. L’événement met toutes les familles au travail, qu’elles soient directement concernées ou qu’elles soient seulement témoins. Les intervenants s’appuient aussi sur ce dernier, ce que Pichon-Rivière appelle « l’émergent15 », pour re-connaître ce qu’il vient révéler comme mé-connaissance entre parent et enfant. C’est quand quelque chose du lien « rate » qu’un travail commence. L’écart, l’interstice entre l’idéal et la réalité du lien, donne du jeu pour analyser la situation-problème et penser l’avenir. D’une rencontre à l’autre, ce lien évolue et s’exprime autrement. D’une famille à l’autre, la situation-problème se présente différemment mais il peut y avoir une « résonnance », un effet groupal intéressant d’identification ou de contre-identifications croisées entre parents ou entre enfants.

33Un jour, une partie de football s’engage dans le jardin de l’Espace-rencontre avec des enfants et des parents. L’enfant et le parent qui se parlent peu habituellement finissent par se retrouver l’un et l’autre sur le même « terrain », se font même des passes. Le lien commence à se construire quand le garçon envoie malencontreusement le ballon s’écraser sur les lunettes de son père et les casse. Ce « sociodrame » a constitué l’événement qui a permis de mettre des mots sur la nature de ce lien, sur les sentiments enfouis, entre ce garçon et ce père. Il a modifié le regard de l’un sur l’autre. Il a produit des effets aussi sur l’ensemble des familles et des intervenants témoins de l’évolution de cette rencontre. Il donne espoir aux uns quant à une évolution favorable. Il en fait douter d’autres sur la fragilité du lien. Il suscite en tout cas des commentaires.

  • 16 Le décret n° 2012-1153 du 15 octobre 2012 en définit aujourd’hui les contours.

34Après vingt ans d’existence, les intervenants sont encore partagés sur plusieurs questions, concernant leur posture, leur fonction, et leur référence à un modèle parental. Concernant l’orientation à donner à leur mission, il y a schématiquement ceux qui tendent à considérer qu’il s’agit d’abord de permettre la visite, la rencontre étant essentiellement l’affaire du parent et de son enfant. Il y a ceux au contraire qui se considèrent comme tiers dans une fonction proche de la médiation. L’intervenant par sa présence offre donc l’occasion ou non de « médier » la rencontre. Ces deux tendances peuvent exister aussi bien entre les structures qui développent des pratiques spécifiques (la définition de ces lieux est différente d’un pays à l’autre mais aussi au sein du territoire français)16, qu’entre les intervenants eux-mêmes. Dans le cas d’un simple accueil pour permettre la visite, on peut dire que c’est le lieu qui est interstitiel alors que dans le cas où le professionnel se définit comme « médiateur » il en passe par une intervention, c’est-à-dire une action, une intention. Les postures sont dans la réalité souvent mixtes et oscillent entre ces deux attitudes « idéales-typiques ».

  • 17 La matrifocalité est un terme inventé par l’anthropologue Raymond Thomas Smith et définit par Solie (...)
  • 18 La coparentalité est un terme apparu récemment pour faire valoir l’égalité parentale, notamment en (...)

35Dans les attitudes des professionnels, on retrouve aussi celles qui se focalisent davantage sur l’évolution de l’entente coparentale, et celles qui se centrent exclusivement sur les qualités relationnelles entre le parent et son enfant. S’agit-il de faire évoluer la relation entre les deux parents pour qu’elle s’apaise et permette à l’enfant d’établir un lien avec chacun de ses parents sans être menacé ? S’agit-il exclusivement de favoriser le lien parent-enfant indépendamment de l’autre parent ? Il y a là une équation à deux niveaux, avec les effets directs et indirects recherchés. Il arrive parfois que l’établissement d’une meilleure relation père-enfant entraîne paradoxalement une détérioration des relations co-parentales père-mère. Ceci donne cependant des clés d’analyse et donc d’action. Par ailleurs, avec quel modèle parental les intervenants agissent-ils ? Un modèle matrifocal17 c’est-à-dire centré sur la mère à l’image de certaines sociétés des Antilles ou coparental18, c’est-à-dire un modèle de partage équitable et équilibré de la parentalité entre les deux parents. Les Espaces-rencontre défendent depuis longtemps l’accès de l’enfant à ses deux parents, raison d’être même de ces lieux, mais dans la réalité une dissymétrie est évidente par la désignation même d’un parent « hébergeant », le plus souvent la mère (ayant la résidence principale de l’enfant) et d’un parent « visiteur », le plus souvent le père (exerçant un simple droit de visite dans les conditions d’un Espace-rencontre). Il y a du jeu entre ces modèles et c’est dans cet entre-deux que le travail s’élabore.

36Autre élément interstitiel, l’inter-vention s’inscrit entre la dimension individuelle et la dimension groupale. Dans le principe des Espaces-rencontre, c’est l’équipe qui est permanente et non le professionnel. Le professionnel est nommé « intervenant » et s’il compose encore avec son ethos professionnel d’origine, il est aussi contraint et soutenu par le cadre et par les autres intervenants. La posture professionnelle s’acquiert par la formation, l’expérience et l’analyse des pratiques. Il s’agit de se tenir « entre », entre parent et enfant, entre les familles, mais aussi entre soi (l’autonomie de son action) et l’équipe (la coordination des différentes actions).

37Les familles, les parents, les enfants peuvent trouver dans ces équipes, les supports transférentiels nécessaires à leur mise en lien. Il s’agit d’équipe mixte, de professionnels d’horizon, d’expériences et d’âge différents. Les postures professionnelles, les attitudes ne sont pas homogènes mêmes si elles sont concertées. Il y a une part d’inventivité clinique et groupale à développer pour permettre de sortir des impasses, pour « déjouer le bannissement » de l’autre parent. Les modes d’intervention tiennent aussi au contre-transfert à l’œuvre avec les familles et leurs différents membres : identification à l’enfant ou au parent ? C’est la diversité des postures qui créent les conditions de la rencontre. Se rejouent parfois au niveau des professionnels les rapports entre membres de la famille et ceci permet de mieux en saisir la complexité, par la communication et la co-analyse.

38L’interstice, l’entre-deux est donc finalement le principe qui permet une circulation des rapports et des relations. Il y a une appréhension à la fois systémique et évolutive de la situation, représentative de la manière dont Daniel Lagache ou Juliette Favez-Boutonnier définissait la clinique en considérant l’individu « en situation naturelle et en évolution » mais auquel on pourrait ajouter ici, en interrelation et interdépendance. Cet espace interstitiel peut également être situé entre l’espace initial paradoxal et l’espace qui peut se construire progressivement comme transitionnel.

Un espace transitionnel

  • 19 P. Cuynet et A. Mariage, « La maison et le corps. Image du corps et habitat », Perspectives psychia (...)

39L’espace de rencontre présente des qualités qui réfèrent à un espace transitionnel dans la mesure où il est censé faire la transition temporelle entre une rupture des liens filiaux consécutives à la séparation conjugale et une organisation ordinaire d’un droit de visite. Il crée un espace intermédiaire entre l’espace public et l’espace privé. En ce lieu, il s’agit de (re)tisser des liens qu’il sera possible d’exercer plus tard dans un espace ou l’intimité sera préservée. L’Espace-rencontre prévoit d’ailleurs dans le meilleur des cas des aménagements spatiaux avec des pièces communes, des pièces plus confidentielles, des espaces intérieurs et extérieurs, un peu à l’image d’une maison d’habitation avec son jardin. P. Cuynet et A. Mariage (2001) soulèvent une hypothèse sur la constitution du Moi qui s’étaye et se trouve reflétée projectivement par un objet attracteur et transitionnel qui serait l’habitat réel : « L’habitat représente une enveloppe – fonction pare-excitatrice – des liens familiaux investis comme objet de sécurité et de familiarité19. »

  • 20 R. Kaës, « Médiation, analyse transitionnelle et formations intermédiaires », in B. Chouvier et al.(...)

40On retrouve dans l’Espace-rencontre les six constantes de la médiation que René Kaës définit dans les processus psychiques de la médiation20 :

  • 21 Loc. cit.

« Toute médiation interpose et rétablit un lien entre la force et le sens, et une figuration, entre la violence pulsionnelle et une figuration qui ouvre vers la parole et l’échange symbolique. La médiation comme lien transforme conjointement et corrélativement l’espace intrapsychique et l’espace intersubjectif21. »

41Par la rencontre intersubjective, le parent et l’enfant modifient leur lien interne. Le parent se détache de l’échec conjugo-parental et de la violence qui l’accompagne, pour redéfinir autrement le lien parental. L’Espace-rencontre restaure une forme d’échange à partir duquel le remaniement psychique de chacun permet de créer un nouveau lien, dépris des éléments aliénants du passé. Les professionnels en passant d’une situation à l’autre vont et viennent. Leur médiation pour telle famille n’est que temporaire. Leur « réinvestissement » dans de nouvelles situations leur permet de prendre le recul nécessaire. Cette activité modifie sensiblement leur propre rapport au modèle familial, conjugal et parental. La supervision d’équipe est un élément important pour faciliter ce détachement groupal d’une situation singulière.

  • 22 Ibid., p. 13-14.

« Toute médiation implique une représentation de l’origine, ou renvoie à une scène des origines, à une figure de la conjonction et de la disjonction. Elle dit quelque chose de ce qui relie un ensemble de sujet à un principe ou à un espace originaire dans lequel se pose nécessairement la question de la place du sujet entre deux termes, principalement entre père et mère, “entre-eux-deux”22. »

42Malgré la séparation de ses parents et le conflit qui l’anime, l’Espace-rencontre rappelle la filiation cognatique de l’enfant, son origine double, né aussi d’une rencontre entre eux, en écho au fantasme de la scène primitive. Les intervenants occupent une place symbolique qui participe du roman familial – il prenne place dans l’histoire des liens de cette famille en facilitant la reconnaissance de ce lien. Les intervenants peuvent évoquer longtemps après, telle ou telle situation, tel ou tel événement qui a marqué leur histoire d’équipe. Il existe une forme d’analogie entre certaines situations familiales rencontrées et le vécu « fraternel » au sein de l’équipe, avec des enjeux de places, de sexe, de génération.

  • 23 Loc. cit.

« Toute médiation s’inscrit dans une problématique des limites, des frontières et des démarcations, des filtres et des passages. La représentation topique de l’appareil psychique, avec ses lieux, ses espaces et ses limites internes et externes, rencontre sans cesse la nécessité de penser les médiations qui en assurent les échanges23. »

43L’espace externe proposé par l’Espace-rencontre permet la circulation des échanges. Ils sont contenus par des interdits et sécurisés par le cadre. Il vient modifier les espaces internes de chaque sujet. Les intervenants viennent « entre » comme nous l’avons déjà souligné pour faciliter les échanges. Les parents rêvent de sortir du lieu et cette rêverie, cet imaginaire conduit à un déplacement psychique, à un mouvement qui modifie aussi les relations interpersonnelles. Les intervenants eux-mêmes sont parfois comme « enfermés » dans le lieu, tenu à cet exercice un samedi après-midi, voire un jour de Noël alors qu’ils sont indisponibles pour leur propre famille ou pour leurs propres enfants. Ces mouvements participent des échanges et alimentent les relations transférentielles.

  • 24 Loc. cit.

« Toute médiation s’oppose à l’immédiat dans l’espace et dans le temps. La médiation est une sortie de la confusion des origines24. »

44Le dispositif d’Espace-rencontre est conçu dans la durée et dans un lieu précis. Il permet des mettre des mots sur des maux et ainsi de prendre de la distance sur un vécu émotionnel parfois envahissant et confus. L’organisation espacée des visites, marquée alternativement par la présence et l’absence, suppose de travailler la question de l’écart. La temporalité s’organise au rythme des visites et ré-écrit une histoire du lien à l’occasion d’un travail de narration étayée. Les praticiens, tout comme les parents, doivent se familiariser avec cette pratique nouvelle, différente de celle qu’ils exercent habituellement dans leur quotidien.

  • 25 Loc. cit.

« Toute médiation suscite un cadre spatio-temporel. Elle génère un espace tiers entre deux ou plusieurs espaces, et donc des limites et des passages. Elle génère une temporalité entre un avant et un après, entre l’absence et la présence, donc une origine et une histoire25. »

45Le fait que cette démarche s’inscrive dans une perspective, un horizon à bâtir induit l’idée d’un changement nécessaire qui ne soit pas nécessairement un retour à ce qui a été. Le mouvement transitionnel exige de sortir à la fois d’un passé idéalisé et d’un présent mortifère. Il s’agit de renoncer à l’un et à l’autre pour construire du nouveau qui reconnaîtra les temps anciens, originaires comme faisant partie justement de son histoire. C’est précisément quand l’horizon se dégage du côté de l’histoire familiale que les intervenants se retirent de cette histoire. Ils ouvrent un possible qui se présentait comme impossible mais ne savent rien en général des suites de l’Espace-rencontre.

« Toute médiation s’inscrit dans une oscillation entre créativité et destructivité : c’est de cette oscillation que témoignent de manière exemplaire les phénomènes transitionnels. La médiation permet au sujet d’explorer, sans s’y perdre, l’espace interne et l’espace externe, puis l’espace singulier et l’espace commun et partagé. Elle assure la capacité d’investir dans l’objet sans s’y dissoudre ou le détruire, de faire trace sans figer celle-ci dans un signe. »

46L’Espace-rencontre est à ce titre le parfait exemple de ce que Kaës définit comme médiation. Il est un espace transitionnel et de médiation pour les familles qui sont amenées à revisiter leur parentalité, comme pour les intervenants qui sont conduits à redéfinir leur professionnalité, comme pour le rapport entre les parents et les intervenants qui se réajuste sans cesse.

  • 26 D. Houzel, op. cit.
  • 27 A. Ciconne, « Contenance, enveloppe psychique et parentalité interne soignante », Journal de la psy (...)
  • 28 Ibid.

47C’est parce que les deux groupes de parents et de professionnels vivent une expérience de médiation et de transition, que le vécu de l’un fait écho à l’autre et réciproquement. La parentalité des uns rencontrent la professionnalité des autres mais cette parentalité des uns contient aussi un savoir et des compétences quasi-professionnelles, tout comme cette professionnalité se réfère à une parentalité éprouvée par les professionnels. Houzel avance dès 199826 l’idée de ce « parent interne » chez les professionnels qui, étendu à la dimension groupale, permet de jouer des places parentales, maternelles et paternelles, tout comme des places générationnelles, parentales et filiales. A. Ciccone indique en effet que « la parentalité interne prend la forme d’une biparentalité psychique qui articule aspects maternels et aspects paternels. La parentalité soignante suppose aussi une articulation harmonieuse des aspects adultes et infantiles du soi, formant la bigénérationnalité psychique27 ». Il conclut : « Toutes ces qualités ou caractéristiques s’appliquent autant au parent, au soignant qu’au groupe ou à l’institution de soin, qui chacun déploie (ou échoue à le faire) une parentalité soignante28. » Bien qu’il ne s’agisse pas d’une équipe soignante, l’Espace-rencontre prend soin de la souffrance parentale. Par ce dispositif original qui réunit groupe de parents, groupes d’enfants et groupe de professionnels, il favorise le travail propre à la parentalité, permet une circulation entre les différents protagonistes et tente de métaboliser la destructivité en créativité.

48C’est à cette condition que la rencontre a lieu et permet dans le meilleur des cas le passage d’un espace paradoxal vers un espace transitionnel.

Conclusion

  • 29 M. Cifali, « L’infini éducatif, mises en perspectives », in M. Fain, E. Enriquez, J. Cornut et M. C (...)

49Nous avons étudié le dispositif particulier de l’Espace-rencontre. Nous pourrions bien entendu étudier de la même manière tout autre dispositif mettant en présence des groupes de parents et des groupes de professionnels. L’intervention de professionnels dans le champ de la parentalité met en jeu, à chaque fois, les parents, les professionnels et leurs relations. Elle favorise, chez chaque parent, une prise de conscience personnalisée et différenciée des dimensions de sa parentalité, du fait de cette confrontation aux autres parents, à ces enfants et au groupe de professionnels. Les mêmes questions semblent traverser ces espaces, à commencer par celles qui fondent toutes les autres : qu’est-ce qu’être parent ? Quelle est ma place (de père, de mère…) ? Quelles relations puis-je avoir avec les professionnels ? Des questions plus pratiques surviennent sur la bonne attitude à adopter (autorité, écoute…) face à tel ou tel comportement de son enfant et la liste est alors infinie. Elle révèle une montée de plus en plus anxiogène sur l’incertitude et l’inconfort d’être parent : « éduquer », métier que Freud avait déjà désigné comme impossible au côté de « guérir » et « gouverner29 ».

50Le travail du groupe met en évidence, sur la scène sociale, les mêmes « personnages », situations, configurations relationnelles, les mêmes « intrigues », que celles que traversent les différentes familles. Les liens que tissent entre eux en cet espace leurs différents membres relativisent et dédramatisent les conflits interpersonnels que les parents imaginaient leur être réservés.

  • 30 D. Anzieu, « Les enveloppes psychiques. Cadre psychanalytique et enveloppes psychiques », Journal d (...)
  • 31 G. Neyrand, Soutenir et contrôler les parents, le dispositif de parentalité, Ramonville Saint-Agne, (...)

51L’Espace-rencontre présente un niveau de contraintes élevé constituant une sorte d’enveloppe groupale30 contenant la violence de la déchirure conjugale et permettant le travail de la parentalité des parents en écho avec « la parentalité interne » des professionnels. Il met aussi à l’épreuve les certitudes professionnelles par le partage collectif des pratiques et des représentations de la parentalité. Ils sortent d’une logique de face à face et de « conseils » et éprouvent une forme de vulnérabilité « salutaire » au sein de l’équipe et face aux groupes de parents. La posture se co-construit. L’attention doit porter sur tous les axes de la parentalité dans leur complexité et c’est le travail institutionnel et groupal qui le favorise. Ils sont tenus à un travail interdisciplinaire qui déconstruit leurs compétences spécifiques et les conduit à travailler avec de nouvelles références. Le paradoxe initial qu’offre l’Espace-rencontre doit être dépassé pour évoluer vers un espace interstitiel, puis transitionnel. Les groupes d’analyse de la pratique et de supervision sont indispensables pour co-construire une posture commune. Ces temps et ces espaces sont tout à fait essentiels pour éviter justement de confondre « accompagnement » et « contrôle31 » (Neyrand, 2011), notamment sous l’injonction paradoxale des politiques d’action sociale, et des tentation de (re)prise de pouvoir sur ce qui échappe.

Notes

1 R. Brizais, « Missions et dé-mission de la famille », L’École des Parents, 1999, p 34-39.

2 Site internet de la Maison verte de Paris, [http://www.lamaisonverte.asso.fr].

3 Cf le texte de Catherine Sellenet dans cet ouvrage.

4 D. Houzel (dir.), Les enjeux de la parentalité, Ramonville Saint-Agne, Érès, 1998.

5 L. Cardia-Vonèche, B. Bastard, « Vers un nouvel encadrement de la parentalité ? L’intervention sociale face aux ruptures familiales », Informations sociales, 2005, n° 122, p. 110-121.

6 « La médiation familiale est un processus de construction ou de reconstruction du lien familial axé sur l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées par des situations de rupture ou de séparation dans lequel un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision – le médiateur familial – favorise, à travers l’organisation d’entretiens confidentiels, leur communication, la gestion de leur conflit dans le domaine familial. »

7 J. Grechez, « Le droit d’accéder à ses deux parents, Dialogue, n° 115, 1992, p. 51-61 ; J. Grechez, « Apprentissage de la loi et processus d’évolution psychique au Point Rencontre », Dialogue, n° 132, 1996, p. 79-86 ; J. Grechez, « Le maintien des relations enfants-parents à l’épreuve de la séparation », Dialogue, n° 167, 2005, p. 89-98.

8 S. Bédère, « Parentalité, conjugalité et espace de rencontre, l’enfant dans la tourmente », Dialogue, n° 207, 1er trimestre 2015.

9 D. Sibony, Entre-deux : L’origine en partage, Paris, Le Seuil, 1991.

10 M. Cardinal, Les mots pour le dire, Lgf, 1977.

11 S. Bédère et al., Rencontrer l’autre parent, les droits de visite en souffrance, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2011.

12 A. Gardner, « Parental Alienation Syndromes. Parental alienation: wich diagnosis should evaluators use in child-custody disputes? », The American Journal of Family Therapy, trad. de R. Cloutier, n° 30, 2002, p. 93-115.

13 R. Roussillon, « Espaces et pratiques institutionnelles. Le débarras et l’interstice », in R. Kaës, L’institution et les institutions. Études psychanalytiques, Paris, Dunod, 2003 (1987), p. 157-178.

14 R. Roussillon, loc. cit.

15 E. Pichon-Rivière, Le processus groupal, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2004.

16 Le décret n° 2012-1153 du 15 octobre 2012 en définit aujourd’hui les contours.

17 La matrifocalité est un terme inventé par l’anthropologue Raymond Thomas Smith et définit par Solien de Gonzalès comme « un groupe de parenté co-résidentiel n’incluant pas la présence régulière d’un homme dans le rôle d’époux-père et à l’intérieur duquel les relations effectives et continues se font surtout entre parents de même sang ».

18 La coparentalité est un terme apparu récemment pour faire valoir l’égalité parentale, notamment en cas de séparation. Sur le plan juridique il désigne l’exercice conjoint par les deux parents de « l’autorité parentale ».

19 P. Cuynet et A. Mariage, « La maison et le corps. Image du corps et habitat », Perspectives psychiatriques, vol. 40, n° 5, décembre 2001, p. 364-370.

20 R. Kaës, « Médiation, analyse transitionnelle et formations intermédiaires », in B. Chouvier et al., Les processus psychiques de la médiation, Paris, Dunod, 2002, p. 13-14.

21 Loc. cit.

22 Ibid., p. 13-14.

23 Loc. cit.

24 Loc. cit.

25 Loc. cit.

26 D. Houzel, op. cit.

27 A. Ciconne, « Contenance, enveloppe psychique et parentalité interne soignante », Journal de la psychanalyse de l’enfant, 2012, p. 397-433.

28 Ibid.

29 M. Cifali, « L’infini éducatif, mises en perspectives », in M. Fain, E. Enriquez, J. Cornut et M. Cifali, Les trois métiers impossibles, Ve Rencontres psychanalytiques d’Aix-en-Provence, 1986, Paris, Les Belles Lettres, p. 99-161.

30 D. Anzieu, « Les enveloppes psychiques. Cadre psychanalytique et enveloppes psychiques », Journal de la psychanalyse de l’enfant, n° 2, 1986, p. 12-24.

31 G. Neyrand, Soutenir et contrôler les parents, le dispositif de parentalité, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2011.

Auteur

Gratton Emmanuel, Maître de conférences. Chercheur dans le Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire (LPPL), université d’Angers, UPRES EA 4638, France. Psychologue et sociologue clinicien

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search