Version classiqueVersion mobile

Nouvelles figures de la filiation

 | 
Claudine Veuillet-Combier
, 
Emmanuel Gratton

Première partie. Filiation, famille, parentalité

De quoi la parentalité est-elle le nom ? Alliance et filiation au fondement du sujet

Daniel Coum

Texte intégral

Introduction : naissance d’un néologisme

1L’apparition sur la scène langagière, celle des institutions tout d’abord puis celle de l’espace public désormais, du terme « parentalité » mérite attention. En effet, pourtant de faction complexe, le mot n’en a pas moins acquis ses titres de noblesse – c’est-à-dire d’usage courant – en moins de dix ans. C’est dire la nécessité contextuelle dans laquelle le corps social se trouvait de pouvoir recourir à un signifiant qui, manifestement, lui faisait cruellement défaut. Mais pour dire quoi ?

  • 1 C. Sellenet, La parentalité décryptée : pertinence et dérive d’un concept, 2007 ; I. Théry, « À cha (...)

2Notre hypothèse nous incline à analyser les conditions de l’émergence d’un néologisme – signifiant nouveau – tant dans ce qui le cause (son motif : qu’est-ce que cela veut dire qu’il advienne ?) que dans ce qu’il cause (ses effets : qu’est-ce que cela veut dire finalement ?). À ce titre, on peut sans crainte donner à cette apparition le statut d’un symptôme, au sens freudien du terme, c’est-à-dire d’un compromis. De son origine, nous dirons qu’elle diffère selon qui en parle. Que le terme soit inféré de l’anglais usuel « parenthood », qui décrit avec le pragmatisme que l’on sait lui devoir, un état, ou qu’il dérive du savant « maternalité » proposé par le psychiatre Paul-Claude Racamier1 pour rendre compte d’un long et crucial processus de remaniements psychiques autour de la grossesse, il est toujours question de rendre compte d’un objet de connaissance émergeant qu’il s’agit de saisir (dans les deux sens du terme c’est-à-dire concevoir et attraper) alors même qu’il nous semble que les signifiants dont nous disposons ordinairement n’y suffisent plus.

3C’est donc sur fond de constat de carence symbolique, d’indigence du lexique, d’un manque dans la langue que le besoin d’un signifiant nouveau apparaît. « Parentalité » vient nous permettre de parler des affaires de famille, de père et de mère, en faisant l’économie, autant que possible, du poids symbolique, culturel et politique dont ces signifiants demeurent chargés. L’invention langagière vient dès lors représenter tout à la fois la manifestation d’une réalité nouvelle et témoigner d’un impossible, jusqu’à son apparition, à mettre celle-ci en signification. Si cet écart entre la chose et le mot est de structure, comme l’expérience vécue autant que la psychanalyse nous l’enseignent, nous ne cessons d’essayer de le réduire d’autant plus que nous faisons l’expérience d’une réalité nouvelle, c’est-à-dire d’un inédit…

4Mais de quelle réalité singulière s’agit-il donc de rendre compte par cette trouvaille linguistique ?

De quelle réalité autre s’agit-il ?

  • 2 D. Coum, « La famille à quoi ça sert ? », in D. Coum (dir.), Comment faire famille aujourd’hui ?, B (...)
  • 3 Anthropologues, sociologues et psychanalystes s’accordent pour noter que nous sommes passés d’un ré (...)
  • 4 I. Théry et A.-M. Leroyer, Filiation, origine, parentalité, Le droit face aux nouvelles valeurs de (...)

5À l’évidence, quelque chose a changé dans les affaires familiales ! Et s’il ne faut s’en tenir qu’à l’évidence, nous observons que le changement dont il s’agit porte sur ce qu’il est convenu d’appeler les configurations familiales, autrement dit les modalités manifestes du « faire famille ». Les changements sont désormais analysés – comme nous l’avons fait2 à la suite d’autres3 – au regard de leur impact notoire sur les fonctions (paternelles maternelles) et les manières d’être parents, sur les positions (masculines et féminines) et les rapports de genre, et enfin sur la place et le statut accordés à l’enfant… Nous ne cessons également d’observer, et de traiter si besoin, les effets tout à la fois émancipateurs et délétères de ces changements sur les modalités d’accordages conjugaux, de procréation, d’éducation et d’agencement des rapports générationnels ! L’impératif majeur, dont nous découvrons la relativité culturelle à mesure que nous le mesurons contestable et remplaçable, du « un seul père, une seule mère4 » unis indéfectiblement par les liens, religieusement et laïquement, sacrés du mariage et voués à former des citoyens à leur image pour faire durer, immuablement, un régime politique en faisant durer sa « cellule de base », la famille, a fait long feu. Nous lui avons collectivement opposé, au nom de la liberté des sujets et du refus de leur assujettissement au dogme collectif, la diversité des manières de mettre en scène, subjectives et sociales, les liens dits familiaux. Procréation, conjugalité, parentalité… si les processus fondamentaux d’engendrement, c’est-à-dire de production de la chair, conservent leur ordonnancement habituel d’assemblage des gamètes mâles et femelles, les modes opératoires, les modalités techniques, affectives et relationnelles, les encadrements juridiques et institutionnels mutent, impactant de facto les conditions de possibilité de la formation du sujet et possiblement de la subjectivité. Ces modes opératoires – FIV, IAD, GPA, adoption, parrainage… et autres petits arrangements entre amis… – souffrent d’une telle diversité d’aménagements, d’ajustements et d’inventions singulières que non seulement ils ne constituent plus des exceptions à la règle sociale, mais ils sont devenus la règle ! Que l’on s’inquiète des effets d’une telle mutation sur l’économie psychique des personnes paraît à cet égard légitime pour autant qu’il ne s’agisse pas, à l’occasion des recherches que cette inquiétude génère, d’y faire valoir son idéologie, qu’elle y soit favorable ou pas ! Quoi qu’il en soit, la question se pose, au plan anthropologique, de savoir s’il existe une limite à l’inventivité qu’hommes et femmes peuvent désormais déployer en la matière et si oui laquelle !

Le changement, jusqu’où ?

  • 5 D. Coum, « L’enfant, symptôme de la difficulté d’être parent aujourd’hui ? », in D. Coum (dir.), Qu (...)
  • 6 Est-ce pour autant qu’il n’y a plus de limite ou que plus rien ne fait limite ? C’est une autre que (...)

6Le temps est au changement et les usages sociaux relatifs à l’agencement des liens familiaux nous ont déjà donnés un aperçu de la liberté que les sujets s’accordent, dussent-ils pour cela en faire valoir le droit, au simple motif qu’ils le désirent, aux autorités publiques comme dans le cas de la gestation pour autrui par exemple. La légitimité de l’obtention de l’objet du désir en général, donc l’enfant en particulier, ne pose plus question à mesure que la soumission de chacun à la contrainte collective est vécue comme illégitime ! Dès lors, pour autant que quelque chose vienne à manquer – un enfant par exemple – l’état est aussitôt sommé d’en garantir l’obtention. Le fameux « un enfant si je veux quand je veux » a laissé, en toute logique, la place à un non moins fameux quoique plus discret : « Pour autant que je le désire, je dois l’avoir ! » Telle est la revendication du sujet moderne qui, de manière à peine voilée, adosse ce faisant son discours à celui, très actuel, de la logique consumériste ambiante. À telle enseigne que les postulants au long parcours proposé par les services de procréation médicalement assistée sont étonnamment nombreux au regard des chances de succès. L’enfant, dès lors mis en position d’objet de jouissance5, avec tous les risques que l’incestualité du lien instauré par les parents comporte pour sa subjectivité, ne saurait manquer et l’institution-famille devenue inconsistante ne fait plus limite à l’aspiration ou à la satisfaction, coûte que coûte, du désir parental6.

  • 7 Nous nous appuyons sur quelques vingt années de pratique à plusieurs d’une aide psychologique pour (...)
  • 8 S. Freud, « Pour introduire le narcissisme », La vie sexuelle, Paris, Payot, 2005 (1914).

7D’expérience7, il nous apparaît que la difficulté d’être parent est la constante à ce point banale du prix à payer de cette mutation sociale que l’on ne saurait, sauf à succomber à la tentation de stigmatiser et de se priver, ce faisant, de la possibilité d’agir, d’opposer aux parents qui vont bien et qui n’auraient pas besoin d’aide – les mieux lotis en fait – ceux qui vont mal et qui en auraient besoin. Car si la modernité affecte singulièrement pratique, expérience et exercice de la parentalité, la difficulté d’être parent est, selon nous, de structure. L’écart freudien8, classiquement et depuis longtemps établi, entre l’enfant rêvé et nourri des aspirations narcissiques des parents à son endroit, et l’enfant acquis dont le réel du corps fait inévitablement objection, est consubstantiel de la difficulté d’être parent. Nul n’y échappe et force est de constater que le logo ambiant, pour autant que l’on convienne qu’il entretient l’illusion d’une satisfaction parentale possible à travers l’enfant, expose davantage que par le passé, les parents aux affres de la désillusion, dans le meilleur des cas. Dans le pire – et la psychopathologie infantile nous en donne l’exemple quotidiennement – l’objection faite aux aspirations narcissiques parentales par le réel du corps et du psychisme de l’enfant rencontre, chez les parents, déni, dénégation ou forclusion, c’est selon, dont la subjectivité naissante de l’enfant risque de faire les frais.

D’un monde à l’autre

8Pour ce qui nous préoccupe ici, nous nous bornerons à constater qu’un des aspects de cette difficulté que nous rencontrons dans l’accompagnement de cette mutation, tient à la désynchronisation symbolique qui survient entre la langue dont disposent les adultes pour mettre en signification leur expérience vécue, d’une part, et les réalités qu’ils se donnent la possibilité de vivre d’autre part. Deux femmes consultent à Parentel au sujet d’une petite fille dont elles se disent toutes deux les « parents ». « Nous sommes les parents d’Emma » disent-elles en chœur. Mais qui est la mère ? Et pour autant qu’elle soit identifiée à l’une des deux protagonistes du couple, comment nommer l’autre parent ? Et quid du père ? Doit-on en chercher l’effectivité – mais laquelle ? – au sein de la famille conjugale ainsi constituée ? Ou à l’extérieur, c’est-à-dire dans la forme minimale sous laquelle il s’est manifesté, anonymement en l’occurrence, par un don de sperme ? Quels vont être les contours de sa famille et les signifiants par lesquels en identifier les protagonistes pour cette petite fille-là ? Et au final, ces questions ainsi formulées sont-elles seulement pertinentes ? Car telle est la question : nous usons pour rendre compte d’une réalité inédite d’une langue appropriée à une toute autre réalité, ancienne en l’occurrence ! La difficulté à laquelle nous avons à faire, et qui n’est au demeurant pas du seul fait des parents, tient à l’obsolescence des concepts – le père, la mère, la famille, etc. – dont nous disposons pour analyser et mettre en sens la réalité du monde que nous vivons. Tout au plus tentons-nous de rendre compte de la pluralité des formes familiales en usant, voire abusant, de la marque grammaticale distinctive du pluriel. Nous ne disons plus « la famille » mais « les familles » ! Mais irons-nous jusqu’à dire « les pères » et « les mères » d’un enfant ? Mais les signifiants « père » et « mère » veulent-ils encore dire quelque chose sur quoi on peut s’entendre, alors même que le sens commun qui s’y rattache traditionnellement semble frappé de caducité ? Les manifestations de résistance – au sens psychanalytique du terme – souvent observées à l’énoncé de telles questions renseignent sur la nécessaire délicatesse dont il faut faire preuve lorsque l’on met en question un dogme dont nous sommes, par effet de transmission générationnelle, les héritiers et les représentants.

  • 9 M.-H. Brousse, « Un néologisme d’actualité : la parentalité », La cause freudienne, n° 60, Navarin, (...)
  • 10 I. Théry, Famille : une crise de l’institution, note de la Fondation St Simon, n° 83, 1996.

9Force est de constater que le recours commode à l’énoncé générique « parent », utilisé désormais y compris au singulier, neutralise le genre9 des conjoints, voire des partenaires, en englobant, sans les définir, la diversité des adultes impliqués dans le rapport à l’enfant. Il vient dès lors au secours sinon d’une perte de sens, tout au moins d’un déficit de concepts stables dont l’univocité, comme opération politique de forçage symbolique, défaille. Dès lors, définir qui est qui dans la famille10, s’impose comme la question cruciale qui suppose, pour tenter d’y répondre, un détour sur les conditions de possibilité de la connaissance…

Détour épistémologique

  • 11 G. Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique, Paris, 5e édition, Librairie philosophique J. (...)
  • 12 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, trad. G. G. Granger, Paris, Gallimard, 1993.

10Il n’échappe plus à personne que la subjectivité est consubstantielle du consentement du sujet à se soumettre aux lois du langage. L’écart creusé par celles-ci entre le monde réel et le sujet parlant donne naissance à l’un et à l’autre, la signification de celui-ci étant étroitement liée au système linguistique dont celui-là dispose pour le mettre en sens. En vertu de quoi nous devons rappeler que la réalité n’est qu’une représentation symboliquement et imaginairement élaborée d’un réel qui nous échappe toujours peu ou prou. Cette réalité, en tant que représentation d’un monde perdu, n’a de sens que celui que lui confère la langue à travers laquelle elle se représente. Autrement dit, nous savons depuis Bachelard qu’il n’y a de fait que pré-conçu11 et que, comme le disait le philosophe Wittgenstein, « les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde12 ». Cela veut dire que si nous habitons le langage en tant qu’il nous permet d’analyser le monde, nous sommes tout autant et également habités par lui en ceci qu’il nous oblige à penser le monde dans un certain sens, c’est-à-dire à faire l’expérience d’un monde préalablement mis en signification. Car ce langage, en tant qu’il prend le vecteur d’une langue pour s’actualiser dans les rapports affectifs et sociaux, nous précède. Véhicule d’une histoire, d’une culture, d’un savoir, la langue que l’enfant reçoit, outre les échos spécifiques que les locuteurs singuliers que sont ses parents vont y apporter, constitue un véritable « univers de sens » à travers lequel nous arrivons dans un monde qui s’impose à nous, selon une architecture linguistique pré-conçue. Cette inscription signifiante primordiale constitue une véritable aliénation de l’enfant à sa langue maternelle dans le sens où sa vision du monde – Weltanschauung dira Freud – s’en trouve durablement orientée.

  • 13 L.-H. Morgan, Systems of Consanguinity and Affinity of the Human Family, Washington, Smithsonian In (...)
  • 14 G. Bachelard, op. cit.
  • 15 C’est pourquoi Malinowski prétendra s’attacher tant aux faits – dès son travail sur les Aborigènes (...)
  • 16 P. De Neuter, « Qu’est-ce donc qu’un père ? », in D. Coum (dir.), Avons-nous toujours besoin d’un p (...)

11De sorte que le scientifique que tout un chacun est dès l’enfance, lorsqu’il interroge ce qui est, n’échappe pas à la règle. Personne n’y échappe et surtout pas celui qui, plus tard, s’intéressera aux sciences humaines en général et aux affaires de famille en particulier. D’illustres anthropologues en firent l’expérience qui, découvrant des contrées lointaines y compris leurs habitants, s’interrogeaient. « Qu’en est-il du père et de la mère dans ces organisations familiales-là13 ? » se demandait ainsi l’anthropologue américain Lewis Morgan lorsqu’il étudiait les mœurs familiales des Iroquois… Jusqu’à ce qu’il interroge la dépendance de son regard, de ses outils d’observation et in fine de son analyse de la langue – c’est-à-dire au lexique – dont il disposait pour en parler. Ne cherchait-il pas en fait, ce que les catégories linguistiques qui lui étaient propres, donc chères, l’inclinaient à essayer de trouver, à savoir un père et une mère, acteurs majeurs – nécessaires et suffisants – de toute organisation familiale ! L’ethnocentrisme, comme frein à la connaissance de l’autre, étranger ou pas, est apparu dans le sens précis où Bachelard14, l’épistémologue, en fit la théorie : la langue – et tout ce que l’on croit savoir et que nous tenons pour une réalité du seul fait que nous parlions la langue qui nous précède – constitue en fait un obstacle épistémologique majeur en tant qu’elle véhicule un imaginaire déjà-là, transmis par la culture, la poésie, les mythes et les religions, par le véhicule des éducateurs en général et des parents en particulier. Lewis Morgan ne trouvait pas dans ce qu’il observait, la réalité d’un fait social qu’il cherchait : le père. Mais il ne le cherchait qu’au motif qu’il disposait d’un signifiant pour en rendre compte : on ne cherche jamais que ce que l’on pré-concoit15. Ce pré-dire conduit à analyser un univers social avec des catégories linguistiques qui, en l’espèce, le précèdent et, notons-le dès maintenant, lui sont hétérogènes. Tout se passe en fait comme si « le père » devait exister « en soi », comme une vérité transcendante puis incarnée, au motif qu’il est nommé, c’est-à-dire que la langue dont on dispose nous conduit à l’identifier comme tel. Le père – mais tout autant la mère – seraient dès lors supposés exister dans un absolu universel, indépendamment de toute contingence sociale et culturelle au nom d’une sorte de transcendance implicite : il y aurait du père (et de la mère) en tout temps, en tout lieu et en tout milieu ! Alors gare aux sociétés ou aux familles où il n’y en a pas ! Leur absence – plus ou moins politiquement tolérée – n’en serait pas moins pour autant analysée au regard de ce qui aurait dû être et dont elles manquent16.

  • 17 G. Bachelard, op. cit., p. 13.

12Parce que ce n’est pas tant la chose qui crée le mot, que le mot qui crée la chose, la vision que nous avons du monde court le risque d’être aliénée aux outils linguistiques dont nous disposons pour le saisir. Aussi la connaissance ne peut-elle procéder, comme nous le rappelle Gaston Bachelard, que d’une subversion du sens commun, d’une contestation des mots de notre langue, et d’une objection faite aux significations toujours investies comme définitives. Cet appel à la subversion pour qui veut aller vers la science suppose, précise Bachelard, un rajeunissement d’un esprit toujours « très vieux car il a l’âge de ses préjugés. Accéder à la science, c’est spirituellement rajeunir, c’est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé17 ». Parce que la langue crée une réalité que nous pensons lui préexister, nous sommes tentés de considérer cette réalité comme irrévocable, immuable et invariable. Vient-elle à se transformer, la mutation qui l’impacte vient alors heurter notre univers symbolique ! Et dès lors, comment mettre en sens un monde en mutation lorsque les significations dont nous disposons se révèlent impuissantes à le saisir ? La déconstruction des cadres linguistiques, l’émancipation d’une culture par trop prégnante, le déconditionnement symbolique de notre entendement… constituent les conditions d’un « saut épistémologique » donnant l’accès à la pensée du changement, l’accueil d’une réalité autre et à la mise en sens d’un nouveau monde.

13On comprend alors combien ce rajeunissement spirituel voulu par Bachelard peut, c’est selon, enthousiasmer les partisans avides de liberté de pensée et adeptes en cela d’une révolution qui s’inscrit jusque dans la langue et révolter ceux, plus attachés au passé dont ils aiment dépendre, qui n’envisagent le changement qu’à l’aune funeste d’une expérience de trahison de leurs origines et de déloyauté à l’égard de leurs ascendants. Le conflit des anciens et des modernes prend une coloration particulière quand, comme ça l’est à l’évidence s’agissant des affaires de famille, le vieux monde n’est plus, si ce n’est à travers les identités qui en portent la trace de ceux qui essayent de penser le nouveau.

14C’est au cœur même de cette tension que parents et professionnels se situent aujourd’hui. Aux premiers, la liberté d’inventer de nouvelles manières d’être parent et de faire famille qui les affranchissent d’une tradition jugée par trop assujettissante, tout en assumant néanmoins cette fonction ; aux seconds, le devoir de prendre en compte ces inventions subjectives et sociales au prix d’une mise en question de leurs assurances passées, le plus souvent pourtant acquises au prix d’efforts certains, au cours de formations parfois longues et coûteuses.

De la difficulté d’être parent… à l’aide à la parentalité

  • 18 P. Legendre, L’inestimable objet de la transmission, Paris, Fayard, 2008.
  • 19 J.-C. Quentel, Le parent. Responsabilité et culpabilité en question, Bruxelles, De Boeck université (...)
  • 20 F. Dolto, L’image inconsciente du corps, Paris, Le Seuil, 1984.
  • 21 D. Coum, « Lorsque l’enfant disparaît ou la prévention des troubles psychiques à l’adolescence par (...)

15Que les parents aient besoin d’aide est une évidence. Mais de quelle aide s’agit-il ? Elle tient moins selon nous à la perte des repères ordinaires transmis de génération en génération qu’à la structure même de la fonction parentale. Qu’est-ce à dire ? En tout temps, en tout lieu, en tout milieu, la fonction des parents tient à la nécessité de « transmettre une limite18 » au nom d’un « pouvoir-devoir19 » qui spécifie leur statut, et de faire don à l’enfant des « castrations symboligènes20 » aptes à le faire entrer dans un processus de subjectivation humaine à la faveur d’épreuves de renoncement à la satisfaction immédiate de la pulsion. Or, au renoncement auquel l’enfant doit être initié de sorte qu’il inscrive son désir dans une histoire qui lui soit propre fait écho le renoncement dont les parents doivent faire l’épreuve à la faveur duquel l’enfant échappera à la dépendance initiale au désir et à l’histoire à laquelle il était assujetti. L’adolescence constitue sans doute l’acmé du processus à l’occasion duquel le deuil parental – trop souvent méconnu21 – est à son apogée. Pour autant, l’épreuve parentale n’attend pas ! En effet, s’il s’agit pour les parents d’investir l’enfant – la tendance est, actuellement, à son comble – il s’agit tout autant pour eux de consentir à ne pas le posséder tout à fait, sinon à le perdre. Autrement dit encore, le problème n’est pas Œdipe mais Laïos, ni Isaac mais Abraham !

  • 22 D. Coum, « De la difficulté d’être parent à l’aide à la parentalité », in D. Coum (dir.), De la dif (...)
  • 23 F. Dolto dira que l’enfant « est le fruit d’un désir croisé », d’où l’on doit retenir que le croise (...)
  • 24 D. Coum, « L’enfant, symptôme de la difficulté d’être parent aujourd’hui ? », in D. Coum (dir.), Qu (...)

16La loi va-t-elle pouvoir interférer, pour en signifier la limite, dans le désir parental ? Tel est l’enjeu de la parentalité qui ne présuppose ni ne prescrit quelque scénario social à cet effet ! Tout au plus avons-nous soutenu qu’il s’agissait impérativement d’une « intercession du social dans le familial et plus précisément l’interférence des liens d’alliances [entre pairs] dans les liens de filiation [entre générations]22 ». Les liens familiaux entre les protagonistes engagés dans l’affaire se dessinent dès lors comme fondamentalement doubles et croisés23, hétérogènes l’un à l’autre. Il s’agit en fait que, dans le rapport inévitablement et nécessairement étroit entre le parent et son enfant, un autre s’en mêle. L’altérité dont l’enfant fait l’épreuve, pour y être initié en tant qu’elle caractérise le lien d’où il s’origine, parle ni plus ni moins de la nécessité anthropologique de la différenciation générationnelle qui garantit à l’enfant sa place d’enfant, c’est-à-dire de sujet en devenir. Son immaturité originelle – Hilflösigkeit dira Freud – est la promesse d’un grand avenir mais l’expose de facto au plus grand risque : celui d’être aliéné au désir de l’autre parental dont il ne sait que se faire la cause et le complément, incapable au temps de l’enfance où il se trouve, de contredire la manière dont il est traité. Objet (dans l’aliénation parentale), partenaire (dans la complicité perverse) ou maître (dans la parentification)24, l’enfant est souvent attendu là où il ne doit pas rester. L’ambition ordinaire que l’un nourrit à son endroit le charge d’une mission à laquelle il pourrait être assujetti toute sa vie durant, si l’autre ne venait y faire objection.

  • 25 E. Gratton, « L’homoparentalité au masculin. Le désir d’enfant contre l’ordre social », Paris, PUF, (...)
  • 26 Pritchard, Malinowski, Mead, Ortigues et Lévi-Strauss.
  • 27 D. Coum, Repères pour le placement familial, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2010.

17C’est donc le partage de l’enfant qui se trouve, socialement parlant, au principe même de la parentalité, structure anthropologique d’un certain rapport à la génération suivante en tant qu’elle lui garantit dialectiquement tout à la fois inclusion et émancipation, fusion et séparation, l’ici et le là-bas. La triangulation œdipienne suffirait à rendre compte du processus si elle n’était trop souvent rapportée, du fait des contraintes historiques de l’élaboration freudienne, à un scénario familial établi et, abusivement selon notre analyse, élevé au rang de vérité : la famille conjugale hétérosexuelle, ou « bioconjugale25 » pour reprendre le qualificatif proposé par Emanuel Gratton, de l’Occident bourgeois du début du xxe siècle. Les recherches ethnologiques portant sur les sociétés anciennes ou lointaines26 n’ont plus rien à envier à l’analyse des familles d’aujourd’hui si l’on veut bien considérer que leur diversité n’est plus l’exception à la règle mais la règle ! La clinique de l’accueil familial d’enfants placés dans le cadre d’une mesure de protection nous a d’ailleurs fourni le matériau utile à l’analyse de notre résistance collective à déconstruire les modèles théoriques pourtant obsolètes qui contraignent des pratiques dès lors inadéquates, non sans effets de violence institutionnelle, aux réalités familiales qu’elles sont supposées traiter27.

  • 28 F. Dolto, « L’image inconsciente du corps », Paris, Le Seuil, 1984, p. 33.
  • 29 Idem, p. 33.
  • 30 Il s’agit, pour le préciser, de PARENTEL, institution encore aujourd’hui atypique en ce qu’elle con (...)

18Se dessinent, à l’horizon d’une telle analyse sur les conditions de possibilités familiales du sujet, les orientations théorico-cliniques sur lesquelles une certaine conception de l’aide à la parentalité peut s’adosser. C’est Françoise Dolto qui nous aide à comprendre que « ce sont les parents dans leur relation, ou l’un ou l’autre des parents, angoissé par une névrose personnelle, qui provoquaient en ne parlant pas de ces angoisses, le syndrome réactionnel chez l’enfant28 ». Et d’insister sur le fait que « le sujet à traiter, huit fois sur dix, n’est pas l’enfant mais une des personnes, aînée ou parentale, de son entourage, dont l’enfant est à leur et à son insu le “réagissant” qui a alerté la famille29 ». Non qu’il faille renouer avec la tendance passée de la culpabilisation des parents. Nous avons au contraire établi que la difficulté d’être parent – y compris la transmission à l’enfant d’une problématique dont ses symptômes sont le témoin – était consubstantielle de la parentalité. Se dessine donc, d’un point de vue clinique, outre cet effet de révélation des enjeux de la modernité lorsqu’ils mettent l’enfant à l’épreuve – et dont l’enfance est le symptôme en fait – se dessine donc l’intérêt qu’il y a, à porter une attention toute particulière à la parole des parents. Qu’un lieu d’écoute30 s’ouvre à la parole singulière d’un père ou d’une mère, offre à celui-ci ou à celle-là, en tant que sujet, l’occasion de revisiter son rapport à la castration et de ce qu’il en transmet (à partir de ce qu’il en a reçu et de ce qu’il en a fait), rapport à la castration que l’apparition de l’enfant est venue, particulièrement par les temps qui courent, troubler, bousculer, mobiliser. Que les parents puissent, dans leur mission, se soutenir d’une telle écoute peut constituer, selon nous, une opportunité. En toute logique, les bénéfices que l’enfant est susceptible d’en tirer, devront être là, envisagés comme venant de surcroît…

Conclusion

19Le malaise, si malaise il y a, n’est donc pas uniquement dans la filiation. Il l’est dans la parentalité tout entière, si l’on entend à la suite de l’analyse ici proposée l’opérationnalité, sauf pathologie, d’une structure anthropologique des liens familiaux – alliance et filiation – quelles que soient les modalités de sa mise en œuvre sociale. Si l’enjeu de l’enfance est l’inscription du sujet à venir dans le creuset des liens d’alliance et des liens de filiation en tant qu’ils scandent, dans leur articulation, la succession des générations et structurent un temps et un lieu dédié à l’initiation à la subjectivité, alors les pratiques d’aide gagneront à s’intéresser aux liens entre pairs – conjugalité, familiarité, amitié et autres socialités ordinaires dont le principe coopératif et ses déclinaisons participatives sont le moteur – et ce tout particulièrement lorsqu’ils s’exercent au sujet de l’enfant dans les pratiques de co-éducation et de co-parentalité.

  • 31 S. Freud, « Psychologie des foules et analyse du Moi », Essais de psychanalyse, trad. française, Pa (...)

20L’altérité dont il s’agit nous invite à nous remémorer l’assertion freudienne selon laquelle « dans la vie psychique de l’individu pris isolément, l’Autre intervient très régulièrement en tant que modèle, objet, soutien et adversaire, et de ce fait la psychologie individuelle est aussi, d’emblée et simultanément, une psychologie sociale, en ce sens élargi, mais parfaitement justifié31 ». C’est donc la dimension de « l’autre » qui s’y trouve promulguée comme mise en garde, encore aujourd’hui à soutenir, des risques de confusion entre l’individu et le sujet (de l’inconscient). L’étude des conditions de sa formation nous obligent à repenser son inscription dans les liens, filiaux et affiliatifs, d’où il provient.

Notes

1 C. Sellenet, La parentalité décryptée : pertinence et dérive d’un concept, 2007 ; I. Théry, « À chacun son droit, à chacun sa famille », in D. Coum (dir.), Comment faire famille aujourd’hui ?, Brest, Parentel, 2012. p. 25-40.

2 D. Coum, « La famille à quoi ça sert ? », in D. Coum (dir.), Comment faire famille aujourd’hui ?, Brest, Parentel, 2011.

3 Anthropologues, sociologues et psychanalystes s’accordent pour noter que nous sommes passés d’un régime de l’institution familiale régie par la loi au régime de l’élection affective régie par le désir : J. Lacan, Les complexes familiaux, Paris, Navarin, 1984 ; M. Gauchet, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard, 2002 ; J.-C. Quentel, Le parent, culpabilité et responsabilité en question, Bruxelles, De Boeck université, 2e éd., 2007.

4 I. Théry et A.-M. Leroyer, Filiation, origine, parentalité, Le droit face aux nouvelles valeurs de responsabilité générationnelle, Paris, O. Jacob, 2014.

5 D. Coum, « L’enfant, symptôme de la difficulté d’être parent aujourd’hui ? », in D. Coum (dir.), Que veut dire être parent aujourd’hui ?, Parentel/Érès, 2008, p. 109-126.

6 Est-ce pour autant qu’il n’y a plus de limite ou que plus rien ne fait limite ? C’est une autre question que nous avons traité dans D. Coum, « La démocratie familiale serait-elle un progrès pour l’enfant ? », in D. Coum (dir.), La famille change-t-elle ?, Parentel/Érès, 2006, p. 125-135.

7 Nous nous appuyons sur quelques vingt années de pratique à plusieurs d’une aide psychologique pour les parents mise en œuvre, en référence à la psychanalyse et l’anthropologie clinique, dans le cadre institutionnel de Parentel, dont le siège est à Brest.

8 S. Freud, « Pour introduire le narcissisme », La vie sexuelle, Paris, Payot, 2005 (1914).

9 M.-H. Brousse, « Un néologisme d’actualité : la parentalité », La cause freudienne, n° 60, Navarin, 2005, p. 117-123.

10 I. Théry, Famille : une crise de l’institution, note de la Fondation St Simon, n° 83, 1996.

11 G. Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique, Paris, 5e édition, Librairie philosophique J. Vrin, 1967 (1938).

12 L. Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, trad. G. G. Granger, Paris, Gallimard, 1993.

13 L.-H. Morgan, Systems of Consanguinity and Affinity of the Human Family, Washington, Smithsonian Institution, 1870 (1871).

14 G. Bachelard, op. cit.

15 C’est pourquoi Malinowski prétendra s’attacher tant aux faits – dès son travail sur les Aborigènes d’Australie – par opposition aux « spéculations » dont il suspecte les préjugés qu’elles comportent. Voir à ce sujet : B. Pulman, « Malinowski et l’ignorance de la paternité », Revue française de sociologie, 2002, 43-4. p. 739-763.

16 P. De Neuter, « Qu’est-ce donc qu’un père ? », in D. Coum (dir.), Avons-nous toujours besoin d’un père et d’une mère ?, Parentel/Érès, 2016, p. 103-125.

17 G. Bachelard, op. cit., p. 13.

18 P. Legendre, L’inestimable objet de la transmission, Paris, Fayard, 2008.

19 J.-C. Quentel, Le parent. Responsabilité et culpabilité en question, Bruxelles, De Boeck université, 2e éd., 2008 (2001).

20 F. Dolto, L’image inconsciente du corps, Paris, Le Seuil, 1984.

21 D. Coum, « Lorsque l’enfant disparaît ou la prévention des troubles psychiques à l’adolescence par le travail psychologique avec les parents », Nervure-Journal de Psychiatrie, n° 8, tome X, 1997, p. 11-16 ; D. Coum., « D’une génération à l’autre », in D. Coum et N. Prédour (dir.), L’adolescent et ses parents : d’une dépendance à l’autre ?, Parentel/Érès, 2014.

22 D. Coum, « De la difficulté d’être parent à l’aide à la parentalité », in D. Coum (dir.), De la difficulté d’être parent, Parentel, 2010, p. 211-226.

23 F. Dolto dira que l’enfant « est le fruit d’un désir croisé », d’où l’on doit retenir que le croisement compte davantage que le désir. Cf. D. Coum, « Du père, de la mère et de tout autre chose pouvant en tenir lieu », in D. Coum (dir.), Avons-nous toujours besoin de père et de mère ?, Érès/Parentel, 2016, p. 183-206.

24 D. Coum, « L’enfant, symptôme de la difficulté d’être parent aujourd’hui ? », in D. Coum (dir.), Que veut dire être parent aujourd’hui ?, Parentel/Érès, 2008, p. 109-126.

25 E. Gratton, « L’homoparentalité au masculin. Le désir d’enfant contre l’ordre social », Paris, PUF, 2008.

26 Pritchard, Malinowski, Mead, Ortigues et Lévi-Strauss.

27 D. Coum, Repères pour le placement familial, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2010.

28 F. Dolto, « L’image inconsciente du corps », Paris, Le Seuil, 1984, p. 33.

29 Idem, p. 33.

30 Il s’agit, pour le préciser, de PARENTEL, institution encore aujourd’hui atypique en ce qu’elle constitue un lieu de consultation pour les parents en l’absence de leur enfant. Plus de renseignements sur [www.parentel.org] et dans les différents articles qui en précisent les tenants et les aboutissants.

31 S. Freud, « Psychologie des foules et analyse du Moi », Essais de psychanalyse, trad. française, Paris, Payot, 1981 (1921), p. 123.

Auteur

Coum Daniel, Psychologue clinicien, psychanalyste. Directeur de l’association PARENTEL. Maître de conférences associés (PAST) en psychologie clinique et psychopathologie, CRPC CLCS (EA 4050), ISH, université de Bretagne occidentale, Brest, France

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search