Version classiqueVersion mobile

Nouvelles figures de la filiation

 | 
Claudine Veuillet-Combier
, 
Emmanuel Gratton

Première partie. Filiation, famille, parentalité

Désir d’enfant, filiation et parentalité : une lame de fond ?

Catherine Sellenet

Texte intégral

Introduction

  • 1 I. Théry, A.-M. Leroyer, Filiation, origines, parentalité. Le droit face aux nouvelles valeurs de r (...)
  • 2 Ibid., p. 20.
  • 3 C. Sellenet, C. Paque, L’enfant de l’autre. Petit traité sur la famille recomposée, Paris, Max Milo (...)

1Le désir d’enfant, la filiation et la parentalité font plus que jamais débat. Un débat surtout idéologique où les avis s’opposent, divisent une société en mal de repères. La demande en 2014, du ministère des Affaires sociales et de la santé, d’un rapport juridique1 sur ces questions traduit ce malaise et les interrogations actuelles sur les métamorphoses de la famille, sur ses contours, sur l’existence de ces figures parentales surnuméraires qu’Irène Théry appelle les oubliés des « placards de l’histoire familiale2 » : les parents de naissance dans l’adoption, les beaux-parents dans les familles recomposées, les mères sous X, les donneurs de gamètes et d’embryons voire aujourd’hui les « mères porteuses » ou « gestatrices », différemment nommées selon les sensibilités partisanes. Après avoir brossé à grands traits les évolutions sociétales dans le domaine de la parentalité et de la filiation, nous nous centrerons, sur l’horizon d’une pluriparentalité juridique proposée par les auteurs du rapport, sous la forme d’un mandat d’éducation quotidienne. Qu’en disent les intéressés beaux-parents et beaux-enfants de cette perspective juridique qui modifierait les contours de la famille, remodelant l’univers des responsabilités pour les uns, les références familiales pour les autres ? Assistons-nous à une lame de fond redéfinissant les rôles, les places, les représentations, les affiliations ? Pour répondre à cette question, nous avons interrogé quarante beaux-enfants et beaux-parents sur ce qui « fait famille », sur leur vécu quotidien, leurs ancrages. Un voyage3, non au cœur d’une fiction juridique, d’un modèle idéal type, mais au cœur du domestique, dans cet univers où se jouent les alliances et les conflits.

De la famille aux familles, des familles à la parentalité

2C’est par les chiffres que la réflexion sur ce thème débutera, pour donner un décor à une interrogation : devons-nous repenser la filiation et la parentalité à l’aune des changements de la vie des couples, de ce qui jusqu’alors organisait la famille ?

  • 4 Insee, enquête Familles et Logements, 2011.
  • 5 The future of families to 2030, a synthesis report, OECD 2011, [www.oecd.org/futures].

3Si l’on regarde les chiffres, on constate que plus de 70 % des familles4 avec des enfants mineurs sont des familles traditionnelles en 2011, c’est-à-dire, selon la définition statistique, des familles où tous les enfants présents sont ceux des deux membres du couple. Ce pourcentage est en baisse d’environ deux points par rapport à 2006, ce qui indique un mouvement non négligeable et vraisemblablement pérenne. Les autres familles sont soit des familles recomposées (9,3 % des familles avec mineurs) soit des familles monoparentales (20,3 %), auxquelles il faut ajouter les familles homoparentales dont le chiffre reste incertain. Mais c’est à l’horizon 2030 que les pays de l’OCDE se projettent5 déjà, pour prédire l’érosion de la vie en couple. Les experts notent : « Par conséquent, il est plausible que la désaffection pour la vie en couple, la montée de la vie en solitaire et de la monoparentalité se poursuivent à un rythme soutenu et régulier jusqu’en 2030. » Les auteurs du rapport concluent :

  • 6 A. Jacquot, Projection de ménages pour la France métropolitaine à l’horizon 2030, division Logement (...)

« Ce n’est qu’en supposant un retour aux comportements de cohabitation de 1990 qu’à l’horizon 2030 la taille moyenne des ménages pourrait être comparable à ce qu’elle est aujourd’hui. Un tel retour à des comportements de cohabitation constatés quarante ans plus tôt est a priori très peu probable6. »

  • 7 F. de Singly, « Libres ensemble », Paris, Nathan, 2000.
  • 8 C. Sellenet, C. Paque, op. cit., 2015.

4Vivre en famille, vivre la parentalité peut donc désormais se conjuguer, non sous la forme du Libres ensemble (2000) de François de Singly7, mais sous la forme du « ensemble séparés8 » prônée par les principes de la coparentalité voire de la pluriparentalité. Dans le même temps, et ce depuis 2008, nous assistons à un renversement de la norme : en 2008, 51,6 % d’enfants naissent hors mariage, ils sont 55,8 % en 2011, bien loin des 5 à 6 % des naissances dites illégitimes en 1950. En un demi-siècle, la famille composée d’enfants ne se construit plus dans le mariage, mais hors mariage. C’est la naissance qui fonde désormais la famille et non l’institution du mariage.

  • 9 R. Frydman, Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation (préface), Paris, (...)
  • 10 Voir Maria del Carmen Bousada, une Espagnole qui a donné naissance à des jumeaux en décembre 2006 à (...)

5C’est dire combien la place de l’enfant évolue, mais aussi combien le désir d’enfant a lui-même changé de visage : désir maîtrisé grâce à la procréation, désir différé pour satisfaire les aspirations de carrière, désir programmé mais aussi désir augmenté par les techniques médicales, toujours plus performantes. Une évolution qui fera dire à René Frydman9 : « Aujourd’hui, ce n’est plus l’homme réparé mais l’homme augmenté qu’il s’agit ou non d’accepter. » Cet homme ou plutôt cette femme qui peut donner la vie10 à un âge tardif, comme cette Berlinoise de 65 ans, Annegret Raunigk, mère de 13 enfants qui attend des quadruplés. Les motivations de cette femme sont explicites : « Exaucer le souhait de ma plus jeune fille. » Le désir est celui non d’un couple biparental mais celui d’une enfant de neuf ans relayé par l’alliance d’une femme, d’un donneur anonyme et d’un médecin, c’est un désir qui repousse les limites du temps, s’appuie sur les prouesses de la technique procréative, difracte les origines, inscrit la filiation et la parentalité dans l’extraordinaire.

6Enfin, la gestation pour autrui (GPA) démultiplie encore les acteurs participant à la naissance de l’enfant et questionne doublement la parentalité et la filiation.

7Qui sont les parents de cet enfant à naître, quelles sont ses origines sachant que :

  • la conception de l’enfant peut résulter d’une Fécondation in vitro (FIV) des gamètes du couple d’intention, suivie du transfert chez la gestatrice. Dans ce cas, le couple d’intention est dans la situation de parents génétiques de l’enfant et à leurs côtés nous trouverons une femme appelée tour à tour : gestatrice, femme porteuse, mère porteuse, mère si l’on se réfère à l’adage latin affirmant que la femme qui accouche est la mère de l’enfant : « mater semper certa est » ;

  • la conception de l’enfant peut résulter d’une FIV (ou d’une insémination) utilisant les spermatozoïdes du partenaire du couple d’intention et les ovocytes de la gestatrice, suivie du transfert chez la gestatrice. La gestatrice est à la fois « génétique » (mère biologique) et « porteuse ». Le couple d’intention n’a qu’un lien génétique partiel avec l’enfant, par le partenaire géniteur ;

  • la conception de l’enfant peut résulter de la FIV utilisant un ovocyte, provenant d’une donneuse, fécondé par les spermatozoïdes du partenaire du couple intentionnel, suivie du transfert chez la gestatrice, ou bien, situation en miroir, de la fécondation de l’ovocyte de la mère d’intention par des spermatozoïdes provenant d’un donneur. Le couple d’intention n’a ici aussi qu’un lien génétique partiel avec l’enfant ;

  • la conception de l’enfant peut enfin résulter d’une FIV utilisant un double don de gamètes, spermatozoïdes d’un donneur et ovocytes d’une donneuse, suivi du transfert chez la gestatrice. Le couple d’intention n’a ici aucun lien génétique avec l’enfant.

8Il y a désormais potentiellement du monde sur la photo de famille et maintes façons de faire famille, d’où l’introduction du terme parentalité décliné en différentes versions : monoparentalité pour le parent solo, coparentalité pour les parents divorcés sommés de trouver l’entente harmonieuse que suggère le préfixe co, pluriparentalité pour les familles recomposées invitées à apprendre les tables de multiplication et à conjuguer les parentalités additionnelles, homoparentalité pour les couples de même sexe, grand-parentalité pour les aïeux modernes appelés en renfort…, peut-être un jour gestaparentalité. Même le séculaire livret de famille est invité à faire peau neuve pour enregistrer ces changements. Serge Tisseron propose ainsi de faire apparaitre les trois filiations possibles pour l’enfant : la filiation génétique fondée sur l’origine des gamètes dont l’enfant est issu (à noter que la gestatrice ou mère-porteuse est absente puisqu’elle ne serait qu’un simple réceptacle), la filiation nominative consacrée au(x) parent(s) qui ont donné son nom à l’enfant, enfin la filiation éducative, c’est-à-dire l’identité de ceux, hommes et/ou femmes, dont le rôle est reconnu dans l’éducation de l’enfant à savoir les grands-parents, les parrains, les beaux-parents, en résumé toute personne impliquée auprès de l’enfant.

De la parentalité à la pluriparentalité : idéal type et réalités

  • 11 C. Sellenet, La parentalité décryptée, pertinence et dérives d’un concept, Paris, L’Harmattan, 2007
  • 12 J.-P. Sauzede, A. Sauzede-Lagarde, Former une famille recomposée heureuse, Paris, Dunod-InterÉditio (...)
  • 13 A. de Viaris, Famille recomposée, Guide des premiers secours pour une vie harmonieuse, Paris, Éd. L (...)
  • 14 E. Cingal, Ma famille recomposée, Écotay l’Olme, Éd. Tournez la page, 2013.

9Si le terme parentalité a tant de mal à aboutir à une définition11, c’est sans doute parce qu’il est le reflet de ces métamorphoses insuffisamment élaborées. Son imprécision gomme les frontières entre les disciplines universitaires qui s’en réclament, entre des courants de pensée en lutte pour occuper le champ toujours plus actif des interventions menées au nom d’une idée simple et consensuelle qui s’impose : il faut soutenir la parentalité. Celle-ci serait en danger comme l’est la pluriparentalité si l’on en croit la floraison des guides sur cette thématique. Ces guides affichent de grandes ambitions dans leurs titres, Former une famille recomposée heureuse12 ou Famille recomposée : guide des premiers secours pour une vie harmonieuse13, ou annoncent dans leur introduction des objectifs de réussite comme un mode d’emploi pour réussir sa recomposition familiale14. Mais ces ouvrages se gardent bien d’avancer une quelconque définition de ce dont il est question, de la parentalité susceptible de se déployer au sein de ces familles.

10En 2007, nous avions proposé une définition opératoire, reprenant à la fois les axes de la parentalité élaborés dans le groupe Houzel auquel nous avions participé, mais aussi en contextualisant la parentalité (dans sa dimension culturelle, économique…). C’est cette définition que nous avons reprise pour aborder la recherche auprès des beaux-parents et beaux-enfants rencontrés : « La parentalité est l’ensemble des droits, des réaménagements psychiques, des affects, des fonctions et pratiques, mis en œuvre par des parents ou faisant fonction, dans une culture donnée. »

  • 15 P. Verdier, C. Sellenet, La nouvelle autorité parentale et les actions de soutien à la parentalité. (...)

11Cette définition de synthèse rend compte de la déconstruction du concept en trois axes15 :

  • l’axe de l’exercice de la parentalité : ensemble des droits et des devoirs dont sont investis les parents ayant reconnu l’enfant ;

  • l’axe de l’expérience subjective de la parentalité : ensemble des remaniements psychiques et des affects éprouvés pour chaque enfant ;

  • l’axe de la pratique de la parentalité : ensemble des fonctions, rôles et actions assumés par les parents.

12Deux de ces axes, celui de l’expérience subjective de la parentalité et celui de la pratique de la parentalité peuvent être occupés par des « faisant-fonction » de parents. C’est à l’axe de l’exercice de la parentalité que le rapport d’Irène Théry s’intéresse, en proposant une reconnaissance juridique de la place du beau-parent. Mais que se passe-t-il concrètement sur les deux autres axes ? Beaux-parents et beaux-enfants vivent-ils réellement cette fiction de pluriparentalité que le droit ne viendrait, finalement avec retard, que consacrer ? En d’autres termes quels sont les affects filiatifs ou de parentalité qui circulent entre les uns et les autres ? Quelle est la partition éducative tenue par les beaux-parents et comment cette éducation plurielle est-elle acceptée par les enfants concernés ?

  • 16 Rappel : quarante entretiens de beaux-enfants et de beaux-parents réalisés en 2013, enregistrés, re (...)

13C’est à l’écoute des principaux acteurs que nous allons nous intéresser, en précisant bien qu’il s’agit d’un corpus illustratif16 qu’il conviendrait d’augmenter pour renforcer la validité des propos énoncés.

La pluriparentalité, version idéale des joyeuses tribus

  • 17 S. Cadolle, « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches e (...)
  • 18 C. Beaucourt, C. Geiger, J’ai deux maisons, Vanves, Éd. Gautier-Languereau, 2006.
  • 19 I. Minière, Chouette divorce !, Rodez, Éd. du Rouergue, 2014.

14À juste titre Sylvie Cadolle17 note que dans les livres pour enfants, la recomposition familiale est toujours préférée à la monoparentalité. Nous avons fait le même constat dans notre revue de littérature jeunesse et pu constater que, majoritairement, la recomposition familiale et la pluriparentalité sont présentées joyeusement. Les titres choisis pour ces ouvrages multiplient les raisons de se réjouir. Ainsi, dans J’ai deux maisons, tout est en double « deux chambres de princesse, double ration de bonbons et des bisous par millions18 ». De plus, à la séparation sans recomposition ou à la séparation avec recomposition unilatérale, les auteurs privilégient largement la séparation avec recomposition bilatérale, car dans cette mise en scène bipolarisée, tout le monde semble sortir indemne de l’aventure. Chouette divorce19 est sans doute ce qui se fait de mieux dans le genre optimiste car la présentation faite à l’enfant du divorce et de la recomposition est idyllique : « On s’est rencontrés tous les quatre, on voulait que tout se passe bien, que ce soit un divorce élégant » énonce la mère de Léo. Un divorce de conte de fées s’interroge l’enfant ? Pas de larmes, pas de cris, la fin de l’histoire du couple conjugal n’est justifiée ni par la mésentente, ni par le désaveu du premier choix mais par un simple constat, la fin du temps de l’amour amoureux, la fin des effets de l’ocytocine diraient les neurobiologistes. « J’aime beaucoup ta maman, elle reste une amie pour moi, mais je ne suis plus amoureux d’elle. Et elle non plus » dit le père de Léo pour toute explication. La joyeuse et nouvelle tribu peut désormais prendre son envol.

  • 20 S. D’Amore, « Les nouvelles familles comme systèmes relationnels endeuillés : pour une clinique de (...)
  • 21 Ibid., p. 61.

15Le discours des psychologues est moins optimiste. Salvatore d’Amore20 (2010), spécialiste des thérapies familiales qui analyse les effets de la recomposition sur les systèmes relationnels parle au contraire de « systèmes endeuillés » et évoque les pertes vécues par l’enfant. Ces pertes sont affectives mais aussi mnémoniques, souvenirs accumulés, mémoire du « nous » familial à laquelle il va falloir renoncer. Léo dit ainsi « le temps est passé au ralenti. Je faisais des photographies avec mes yeux, des enregistrements avec mes oreilles21 ». Chaque geste de la vie quotidienne, même le plus insipide et le plus laborieux, devient un trésor qu’il ne faut pas perdre :

  • 22 I. Théry, loc. cit.

« On a débarrassé la table tous les trois, rangé tous les trois, fait la vaisselle tous les trois. Et je n’ai pas cherché de prétexte pour me sauver dans ma chambre, pour une fois. Je n’avais jamais participé à la vaisselle avec une telle intensité. J’aurais volontiers tout relavé, tout ressuyé, pour que ça dure encore. Comme si c’était la dernière fois, j’ai ralenti chaque geste, j’ai fait traîner les choses du mieux que j’ai pu, mais ce fut quand même très vite fini22. »

16Parmi les pertes vécues par l’enfant, citons l’absence de l’autre parent, l’éventuel abandon du lieu de vie de la famille ; la perte d’un niveau de vie assuré par la présence de deux revenus ; les changements d’école ; les changements de voisinage ; la réduction voire la perte de contact avec les grands-parents… Mais aussi plus subtilement des rythmes, des odeurs, des ambiances, une place au sein de la fratrie.

La pluriparentalité, version quotidienne et non romancée

  • 23 I. Théry, « Le démariage et la filiation », Dialogue, n° 141, 1998, p. 11-17.

17Les enfants et jeunes rencontrés partagent l’avis des psychologues et nous ont peu décrit l’ambiance euphorique des contes de fées. Par le divorce, l’enfant qui, nous l’avons vu, « fait la famille » apprend qu’il ne peut pas l’empêcher de se défaire, même si selon Irène Théry23, auteure de la célèbre formule, le couple parental est censé survivre au couple conjugal. L’enfant d’une famille recomposée n’est plus que le témoin d’une histoire ancienne, il reste indubitablement l’enfant de l’Autre et ce, pour plusieurs raisons.

18– La première raison se situe sur l’axe de l’expérience subjective.

19Du côté des adultes, l’objectif initial est avant tout de recomposer un couple sur des bases nouvelles, l’introduction des enfants est secondaire à ce désir comme l’illustre l’une de nos interviewés :

« On n’avait pas d’a priori, on se disait que cela allait bien se passer parce que nous, on s’aimait et qu’on était heureux ensemble et qu’on allait faire des trucs sympas ensemble. On ne se posait pas de questions de savoir si ça allait bien ou mal se passer. Ça allait bien se passer et puis, sinon on trouverait des solutions pour les enfants. »

20Les enfants qui circulent entre les deux familles n’ont pas toujours le sentiment de faire partie de la nouvelle recomposition et de faire famille. On ne leur a pas demandé leur avis pour cette recomposition, d’où pour certains jeunes, l’emploi du terme « relation obligée ».

21Le terme de « familles binucléaires » nous semblerait plus adéquat que celui de familles recomposées, car il ne cherche pas à globaliser, mais rend bien compte de la dualité présente dans la structure même de ces familles composées de deux noyaux, deux entités entre lesquelles les enfants circulent. Le second obstacle vient également des adultes qui assimilent rarement l’enfant de l’Autre comme leur enfant et les forums témoignent de ces différences d’empathie. Nos entretiens se font aussi l’écho de ces affects différentiels : « Je le considère comme un de mes enfants. Mais le lien existe à cause du lien avec son père. Si notre histoire s’arrêtait, je pense que je ne le verrais plus. » Sur ce même axe des affects, les enfants et les jeunes conservent également une posture distancée. Rares sont ceux qui assimilent le beau-parent à un père ou une mère. Cette place n’est conquise que dans les cas d’introduction précoce du beau-parent et de disparition du parent. Pour les autres, le beau-parent reste avant tout le nouveau compagnon du parent :

« Je dirais que les relations avec ma belle-mère sont inexistantes des deux côtés. Aucune affection pour nous. Je pense qu’elle nous subissait, je pense qu’elle devait redouter le moment où on venait. Elle redoutait notre visite, une semaine sur deux, et encore plus les vacances. »

« Il y a eu des hauts et des bas, vu qu’elle ne fait pas partie de ma famille, je ne la considère pas vraiment comme une personne de ma famille. Elle est… ce n’est pas une personne qu’en tant qu’adulte j’aurais côtoyée. Ce sont mon père et ma mère qui ont encore une influence sur moi qui décident de certaines choses, pas du tout ma belle-mère ! Elle n’a aucune influence sur moi, bien qu’elle essaie, mais ça ne fonctionne pas. Par exemple, quand elle essaie de prendre la place de ma mère, ça ne fonctionne pas. »

22Ce compagnon ou cette compagne du parent s’inscrit dans une durée aléatoire, tant que dure l’amour du nouveau couple, mais il n’est pas investi pour lui-même comme une figure d’attachement :

« J’espère que ma mère va rester avec lui, parce que comme je vais bientôt partir, elle ne sera pas toute seule. Tant qu’il est avec ma mère, je vais garder des liens avec lui, mais s’il n’est plus avec ma mère, non. On a l’air d’une famille, mais on n’est pas une famille. Enfin on est la famille nouvelle génération : la mère, le beau-père et la fille d’avant. »

23– Sur l’axe de la pratique de la parentalité.

24Les résistances du parent à déléguer à un beau-parent une parcelle d’autorité sont importantes, autant du côté du parent séparé que du côté de celui qui recompose. Encore plus si les modèles éducatifs sont dissemblables et durcissent les rivalités latentes ou explicites. Ce témoignage, le plus fréquemment rencontré, montre comment chaque parent conserve auprès de son enfant une place première, voire unique, au niveau de l’éducation :

« Quand on est tous à la maison, c’est à moi que mes enfants demandent des trucs, et Romuald demande à son père. Hier ma fille est partie chez une copine et elle a demandé une prise double jack. Moi, tous les trucs électriques, les ampoules, les rallonges, c’est Georges qui s’en occupe. Donc elle vient me demander ça. Je lui dis, je vais demander à Georges. Et Georges était dans le coin et il lui a dit : mais c’est à moi qu’il faut que tu demandes, ce n’est pas à ta mère ! Les enfants passent toujours par l’interlocuteur, on va dire “filiatif”. Même si je m’occupe plus de la cuisine, des courses et des repas, quand Romuald a quelque chose à demander, il va le demander à son père. Il peut être à l’autre bout de la table et moi juste à côté de lui, il va demander le sel à son père ! Alors que je suis à côté de lui. On fonctionne vraiment dans un lien toujours très fort avec le parent. »

25Du côté des beaux-enfants rencontrés, la très grande majorité d’entre eux se réfèrent à la première famille, celle qui a fait empreinte et refusent, en tout ou partie, de reconnaître les beaux-parents comme des figures tutélaires. Les jeunes de notre corpus valident la thèse d’une matricentralité et non celle d’une pluriparentalité. Certes, les ex tentent de négocier, de pacifier le jeu comme le préconisent les psychologues, mais la nouvelle vie de famille dédouble les espaces plus qu’elle ne construit une alliance entre parents et beaux-parents. Dans ce dédoublement, la mère reste la figure centrale, incontestée pour beaucoup, ou le père qui prend le relais si la mère est défaillante, mais la place est rarement occupée par la belle-mère ou le beau-père. Chez les jeunes, les références restent les parents et les liens créés avec le beau-parent demeurent en grande partie dépendants de la pérennité du nouveau couple. À côté des liens forts noués avec les parents, s’ajoutent des liens faibles composés avec les beaux-parents, les quasi-frères et sœurs. Faibles car aléatoires, électifs et donc susceptibles de bouger dans le temps. L’Autre reste l’enfant de l’Autre même dans les situations les plus harmonieuses.

Conclusion

26Le statut de beau-parent envisagé un temps par les juristes a fait polémique car il risquait de déposséder le parent non gardien. Il a été remplacé par la proposition d’un « mandat d’éducation » plus souple, qui vise à résoudre et clarifier ces tensions. Mais le vote d’une loi ne résoudra pas tous les problèmes.

27Qui dit « mandat d’éducation » suppose l’accord des deux parents et celui du beau-parent. Peu de familles recomposées sont dans cette situation. On peut penser que ce mandat ne séduira que les couples déjà convaincus. Modifier l’axe de l’exercice de la parentalité ne transformera ni autoritairement, ni magiquement, ce qui se joue sur l’axe de l’expérience subjective et l’axe de la pratique. D’autre part, ce mandat d’éducation ne fait pas allusion aux enfants concernés alors que l’article définissant l’autorité parentale (article 371-1 de code civil) précise dans son dernier alinéa que l’enfant a voix au chapitre : « L’autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant. Elle appartient aux parents jusqu’à la majorité ou l’émancipation de l’enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne. Les parents associent l’enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité. » L’enfant acceptera-t-il une responsabilité éducative, parentale, à quatre têtes dans les cas de familles recomposées complexes ? Souhaitons que ce ne soit pas l’Hydre de Lerne et que toutes ces têtes soient des têtes bien pensantes et en harmonie.

28Au-delà des prises de position idéologique, ce débat pose également la question de la normalisation des comportements privés. Jusqu’où l’État peut-il dicter des attitudes, dire ce qui « fait famille », définir des statuts et des fonctions, des comportements ? La proposition d’un mandat éducatif révèle les craintes de l’État, craintes que les adultes ne soient plus en mesure d’éduquer les enfants, que leurs amours priment sur leurs responsabilités, que les enfants d’aujourd’hui deviennent les « sauvageons » de demain. Éternel retour des défauts supposés de l’éducation parentale et construction d’une fiction qui peine à s’inscrire dans la réalité. Les débats actuels traduisent toutes ces difficultés à dire ce qui délimite une famille, à nommer ce qui s’écarte du modèle dominant. Rappelons qu’à l’époque romaine, le mot famille était bien plus extensif qu’aujourd’hui. La famille, c’était l’ensemble de la maisonnée, y compris les esclaves. Nous avons pris l’habitude de penser la famille sous un mode beaucoup plus restrictif en ne considérant que les liens de parenté, dans lesquels les nouveaux compagnons des pères, mères et leurs enfants ne sont pas inscrits. Alors faut-il revenir à une définition romaine de la famille ? Nos interviewés n’en sont pas là et même lorsqu’ils utilisent les termes de « frères et sœurs » pour évoquer les quasis frères (sans lien de parenté) c’est aussitôt pour dire que cet usage d’un terme classique ne leur sert qu’à protéger leur intimité, à ne pas évoquer publiquement la séparation et la recomposition.

29En prônant la pluriparentalité, notre société engage les adultes vers la voie de la coparentalité, à la fois entre parents divorcés, mais aussi entre parents et beaux-parents. L’idée de créer un « mandat d’éducation » juridiquement reconnu ne serait que la concrétisation de cette idée moderne : s’allier pour éduquer un enfant, au-delà du lien biologique (ou adoptif) qui détermine des places et des rôles. Ces concepts de pluriparentalité et de coparentalité innervent aujourd’hui toutes les décisions, réflexions et guides pour développer de « bonnes pratiques parentales ».

30Pour les jeunes interviewés, la réponse est toutefois sans ambiguïté. Ceux-ci se réfèrent encore à ceux qui les ont conçus (ou adoptés légalement). À la représentation post-moderne de la famille décrite par les sociologues, les jeunes répondent par un hyper-classicisme. Pas question de déléguer l’autorité à une tierce personne. Beaucoup de nos interviewés ont exprimé leur regret de la famille classique, pas seulement dans une négation de la séparation du couple parental et un désir de réunification comme aiment à le décrire les psychologues, mais plutôt avec un sentiment personnel d’abandon, en tout cas de prise de conscience précoce de la fragilité des liens affectifs. Certains n’ont pas le souvenir d’une famille stable, pour ceux-là, l’idée même de construire une famille reste un point d’interrogation chargé d’inquiétude.

31Et les adultes ? Ces derniers veulent bien d’une famille moderne, recomposée sur le plan conjugal, mais moins d’un partage parental des pouvoirs en ce qui concerne leur enfant. Les mères notamment résistent plus que les pères à cette délégation, et comme ce sont elles qui ont massivement la garde de l’enfant, les beaux-pères jouent un rôle secondaire. La fiction juridique proposée, tant celle de la coparentalité que celle de la pluriparentalité, échoue en très grande partie à s’implanter et nous partageons pleinement la conclusion de Sylvie Cadole qui note que « l’enfant garde presque toujours à ses parents la première place affective et leur autorité est considérée comme seule légitime », voire qu’en cas de tension dans l’ex-couple « la mère incarne le centre de gravité » de la famille. Ce n’est donc pas vers une pluriparentalité que notre société évoluerait mais bien davantage vers une nouvelle matricentralité.

Notes

1 I. Théry, A.-M. Leroyer, Filiation, origines, parentalité. Le droit face aux nouvelles valeurs de responsabilité générationnelle, Paris, O. Jacob, 2014.

2 Ibid., p. 20.

3 C. Sellenet, C. Paque, L’enfant de l’autre. Petit traité sur la famille recomposée, Paris, Max Milo, 2015.

4 Insee, enquête Familles et Logements, 2011.

5 The future of families to 2030, a synthesis report, OECD 2011, [www.oecd.org/futures].

6 A. Jacquot, Projection de ménages pour la France métropolitaine à l’horizon 2030, division Logement, Insee.

7 F. de Singly, « Libres ensemble », Paris, Nathan, 2000.

8 C. Sellenet, C. Paque, op. cit., 2015.

9 R. Frydman, Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation (préface), Paris, Éd. de l’Atelier, 2013, p. 191.

10 Voir Maria del Carmen Bousada, une Espagnole qui a donné naissance à des jumeaux en décembre 2006 à l’âge de 66 ans et est décédée le 11 juillet 2009. Voir aussi Rajo Davi (Inde) mère à 70 ans.

11 C. Sellenet, La parentalité décryptée, pertinence et dérives d’un concept, Paris, L’Harmattan, 2007.

12 J.-P. Sauzede, A. Sauzede-Lagarde, Former une famille recomposée heureuse, Paris, Dunod-InterÉditions, 2005.

13 A. de Viaris, Famille recomposée, Guide des premiers secours pour une vie harmonieuse, Paris, Éd. Les Carnets de l’info, 2011.

14 E. Cingal, Ma famille recomposée, Écotay l’Olme, Éd. Tournez la page, 2013.

15 P. Verdier, C. Sellenet, La nouvelle autorité parentale et les actions de soutien à la parentalité. Champigneulles, Éd. Berger-Levrault, 2013.

16 Rappel : quarante entretiens de beaux-enfants et de beaux-parents réalisés en 2013, enregistrés, retranscrits et analysés.

17 S. Cadolle, « Séparation et recomposition familiale d’après les livres pour enfants », Recherches et prévisions, n° 64, 2001, p. 19-31.

18 C. Beaucourt, C. Geiger, J’ai deux maisons, Vanves, Éd. Gautier-Languereau, 2006.

19 I. Minière, Chouette divorce !, Rodez, Éd. du Rouergue, 2014.

20 S. D’Amore, « Les nouvelles familles comme systèmes relationnels endeuillés : pour une clinique de la perte », Thérapie Familiale, vol. 31, 2010/1, p. 13-25.

21 Ibid., p. 61.

22 I. Théry, loc. cit.

23 I. Théry, « Le démariage et la filiation », Dialogue, n° 141, 1998, p. 11-17.

Auteur

Sellenet Catherine, Professeure d’université en sciences de l’éducation, Chercheuse au CREN, université de Nantes, France

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search