Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Postface

Jorge Vala

Texte intégral

1Ce livre mériterait une longue conclusion, une réflexion sur sa portée et sur la portée du programme de recherches qui s’ouvre à partir de cette idée de « menace » et dans le contexte duquel il trouvera une place centrale. Je dois me limiter pourtant à un témoignage personnel concernant ma perception de l’impact potentiel de cet ouvrage dans l’analyse d’un phénomène et d’un concept qui structurent aujourd’hui notre regard sur nous-mêmes et notre vie en société. Je vais donc parcourir mes notes de lecture et partager mes impressions sur un voyage qui m’a révélé un champ d’analyse novateur et sans aucun doute stimulant.

2Nos sociétés sont aujourd’hui vulnérables à des menaces collectives qui ont un effet massif sur la désagrégation du tissu social et sur la destruction des ressources collectives ; qui ébranlent notre sécurité ontologique et l’idée d’un soi agentique (i. e. capable de prendre des décisions et d’agir) ; qui questionnent nos croyances et nos identités collectives. Ce phénomène appelle une réflexion urgente et ce livre constitue une réponse encourageante à ce besoin de réflexion en présentant des contributions décisives concernant les défis conceptuels soulevés par l’idée de menace elle-même, en identifiant certains des processus psychosociaux impliqués dans les menaces du soi et les menaces collectives et en repérant des voies diversifiées pour comprendre les réponses aux menaces dans leurs multiples facettes.

3À l’appui de notre analyse, un exemple heuristique d’un fait social perçu comme une menace se fait jour dans le cas des réfugiés qui sonnent à la porte de l’Europe. Ces réfugiés sont associés à des aspects négatifs comme la déliquescence de « nos » croyances fondamentales, la perte du sens de la nation et de nos territoires ancestraux, la propagation de nouvelles maladies, la destruction de toutes sortes de ressources matérielles et symboliques qui constituent notre patrimoine. Comme il est référé dans l’introduction à la première partie de cet ouvrage, ce livre a été conçu avant la crise des réfugiés et la menace qu’elle représente vis-à-vis d’une conception de l’Europe comme d’un espace où la barbarie aurait été expulsée pour toujours ; avant les attaques perpétrées en France en janvier et novembre 2015, en Belgique en mars 2016 ; mais aussi avant la crise politique de l’été 2015 durant laquelle l’Europe a menacé d’exclure la Grèce – berceau de l’Europe elle-même – et où la Grèce a ébranlé la cohésion du statu quo européen.

4Il s’agit donc d’un ouvrage d’une extrême actualité, qui plus est basé sur des recherches empiriques. Par ces aspects, cet ouvrage renvoie au cœur de la mission des sciences sociales en tant que projet de connaissance sur les grandes questions de société, et mobilisant des processus à différents niveaux d’analyse qui vont de l’intra-individuel au psychosociologique et du sociétal à l’inter-sociétal. L’organisation du livre en trois sections complémentaires, chacune précédée par une introduction qui conduit l’attention du lecteur, constitue un bon guide de lecture et facilite l’appréhension progressive d’une réflexion plus que jamais nécessaire sur une notion vague encore – la menace – et qui demande un concept et une théorie.

5La première partie du livre considère précisément cette recherche de conceptualisation de la notion de menace à travers l’examen croisé des significations du sens commun et de leur exégèse de nature théorique. En effet, la menace est encore aujourd’hui une idée aux contours flous, qui nécessite des ajustements descriptifs et théoriques, mais qui, sans aucun doute, est capable de rendre compte d’importantes dimensions des sociétés contemporaines, un monde qui se représente comme menacé et qui est représenté comme menaçant, peuplé de dangers et vulnérabilités, périls et risques. Mais ce livre se propose d’aller au-delà du concept de risque.

6L’ouvrage d’Ulrich Beck sur « La société du risque » a ouvert une réflexion qui dépasse la notion traditionnelle de risque. En effet, dans cette nouvelle modernité, les risques ne sont plus avant tout naturels, ils sont le produit de l’activité humaine, et cette activité dans le même temps dénonce les risques qu’elle produit et propose des solutions pour les maîtriser. Ce concept de risque se réfère à la probabilité de l’occurrence d’un danger, aux décisions rationnelles pour le rendre prévisible et contrôler ses conséquences. Beck (2001) re-situe ce concept au sein des imbrications entre modernité, incertitude, décisions des élites et des scientifiques, et réflexivité sociale. D’autre part, bien que plusieurs travaux en psychologie sociale, comme le montre Glynis Breakwell dans son livre synthèse sur la psychologie du risque, aient accentué la dimension subjective de ce phénomène et de sa construction sociale, l’idée de probabilité associée au risque, quoique subjective, reste au cœur de sa spécificité conceptuelle. Or, située en regard de la notion de risque, la menace évoque un phénomène que nous anticipons, qui est perçu comme imminent ou qui est déjà présent dans notre contexte de vie, et que l’attribution de significations transforme en menace grave, incontrôlable, externe et accompagné de dimensions émotionnelles négatives. Cependant, il est très probable que la référence au concept de risque puisse constituer un obstacle à la découverte du potentiel analytique du concept de menace et de sa nouveauté. Dans ce sens cet ouvrage est très encourageant dans la mesure où la plus grande partie des recherches présentées font état de processus psychosociologiques qui ne sont habituellement pas centraux dans la littérature sur les risques. D’autre part, il importe que la préoccupation pour la rigueur conceptuelle et la standardisation des dimensions du concept ne restreignent pas sa portée heuristique. À cet égard il convient de souligner que si le concept d’attitude, par exemple, a bénéficié de raffinements conceptuels, d’autres concepts comme celui de culture ou de représentation sociale ont été théoriquement et socialement efficaces en dépit du caractère flou de leurs multiples définitions.

7La deuxième partie de ce livre nous invite à situer les menaces dans un contexte d’interaction entre menacé et menaçant et à interroger les modalités à travers lesquelles la menace se situe dans la relation à l’autre, une relation où l’attribution de significations est centrale (contribution de Haas, Caillaud et Demoures qui reprend largement les débats inclus dans la première partie de l’ouvrage). En ce qui concerne le rôle des menaces dans l’organisation des rapports à l’autre – individu ou groupe –, les contributions présentées sont vraiment innovantes au regard de la littérature dans le domaine et sont porteuses de questions nouvelles tant au niveau de l’image de soi (contribution de Normand), qu’au niveau des rapports entre groupes (contributions de Krauth-Gruber et Drozda Senkowska, de Roebroeck et Guimond, de Badea et Aebischer). Voyons quelques apports originaux et questions pertinentes que les contributions de cette deuxième partie, qui portent sur les rapports entre groupes, offrent à la compréhension du rôle de la perception de menace dans les conflits à l’intérieur de nos sociétés.

8Ainsi, plusieurs recherches sur la menace intergroupe montrent que le sens commun établit une distinction entre les menaces dites réalistes et les menaces dites symboliques. Néanmoins un certain nombre de travaux montrent aussi que le même sens commun n’établit pas toujours une distinction entre les conséquences de ces types de menaces, en attribuant tout simplement à l’Autre mis en position d’altérité une nature menaçante dans les différents domaines de la vie de celui qui se croit menacé. Roebroeck et Guimond reprennent la distinction entre menaces réalistes et symboliques et montrent que l’activation de l’idée de menace (réaliste ou symbolique) facilite l’expression des préjugés. Cependant une autre recherche présentée dans cette même section nous invite à un approfondissement minutieux de l’analyse du lien entre menace et préjugé, à travers la différentiation du type d’exogroupe en jeu et de la nature des rapports exogroupe-endogroupe, nous amenant ainsi à découvrir comment différents types d’exogroupes peuvent être associés à des menaces distinctes, à des émotions spécifiques, et à des comportements également divers (contribution de Krauth-Gruber et Drozda-Senkowska). Dans ces deux contributions, la menace est conçue comme un antécédent des rapports négatifs entre groupes, position qui est questionnée par Badea et Aebisher par la suite. Les apports théoriques amènent ces dernières à confronter deux hypothèses différentes concernant le rôle de la perception de la menace culturelle dans l’adhésion aux modèles d’intégration des immigrants (i. e. multiculturalisme versus assimilation). Plus spécifiquement, la question ici abordée par les auteurs est la suivante : est-ce la menace qui précède l’adhésion à l’idéologie de l’assimilation ou est-ce l’idéologie qui est à l’origine de la perception de menace ? Il s’agit d’une question importante pour la construction de stratégies d’intervention sociale. Les auteurs concluent en faveur de la première hypothèse. Mais au regard de la littérature cette conclusion doit être considérée comme provisoire : un certain nombre d’études se prononcent en faveur d’une antécédence des préjugés et des attitudes négatives sur la construction de l’autre comme une entité menaçante, quand d’autres travaux proposent que l’invocation de la menace est un facteur fondamental dans la légitimation des inégalités sociales. Cette deuxième partie du livre offre des contributions très riches qui élargissent le champ de recherche sur la relation entre la perception de menace et les rapports entre groupes, soit au niveau de la direction de la causalité entre les processus impliqués, soit au niveau des spécificités entre types de menaces et relations entre celui qui se croit menacé et celui qui est perçu comme source de menace.

9Finalement, la troisième partie du livre nous offre des programmes de recherche dont l’objet est la réaction aux menaces. Un de ces programmes (contribution de Rubens et Vaidis) porte sur un domaine où l’urgence du changement des comportements s’impose – l’environnement – et est basé sur l’activation de la menace de l’image positive du soi, dans un contexte où la dissociation entre opinions pro-environnementales et comportements anti-environnementaux introduisent une dissonance. Au-delà du niveau d’analyse intra-individuel, les deux contributions qui suivent portent sur la menace en contexte d’apprentissage universitaire en proposant des interventions axées sur des processus psychosociologiques dont l’objet est de transformer un espace social de reproduction des inégalités en un espace de réduction de ces mêmes inégalités sociales. Finalement, une interrogation subsiste : pourquoi débat-on et agit-on si peu sur les systèmes inégalitaires qui menacent les idéaux de justice des sociétés démocratiques ? Le dernier texte offre une réponse à cette question dans le cadre de la théorie de la justification du système. Un certain nombre de recherches ont effectivement montré que la menace du statu quo social ou de n’importe quel autre système dont nous dépendons a comme conséquence la consolidation de la perception selon laquelle le système fonctionne d’une façon juste et légitime. L’illusion d’un système juste nous conforte, c’est le côté gratifiant des processus mis en évidence par la théorie de la justification du système. Mais la menace du système et sa remise en cause renforcent les inégalités sociales, c’est l’envers de ce mêmes processus. Ces théories du maintien des inégalités sociales doivent cependant être mises en regard avec les théories du changement social qui nous apprennent que notre histoire n’est pas seulement l’histoire d’un renforcement du statu quo par la menace au statu quo, elle est aussi une histoire où la menace ouvre le chemin au changement social. C’est en effet le dialogue entre les différentes dimensions des processus psychologiques et psychosociologiques, en amont et en aval de la menace, qui fait de cet ouvrage une contribution originale dans son domaine.

Auteur

Jorge Vala est professeur à l’Institut de sciences sociales de l’université de Lisbonne. Ses recherches portent sur l’analyse des processus socio-cognitifs notamment dans les domaines des identités sociales, représentations sociales, normes et idéologies. Ses projets en cours articulent ces processus dans le cadre de l’étude du racisme et des préjugés raciaux, des migrations, des prises de position politiques, de la justice et de la validation des connaissances quotidiennes. Il a récemment co-édité l’ouvrage The social developmental construction of violence and intergroup conflict.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search